Archives de la catégorie : Le Refuge

Apprivoiser (2)

Nous nous parlions par commentaires interposés… souvent. Dialogues… toujours renouvelés. C’est ce qui arrive parfois, quand on voit trop de choses. Tu vois, ce soir… cette nuit… je suis un peu crevée, je ne lirai plus rien. J’avais repris la […]

Apprivoiser

J’avais trouvé une photographie… On voyait quelqu’un sur des échafaudages. Quelqu’un qui restaurait des fresques dans une église. J’ai su que c’était elle. Elle était loin, pourtant, on ne pouvait pas distinguer son visage. Mais, inconsciemment, c’est ainsi que je […]

Les chiens

Parfois, elle me renvoyait lire d’anciens billets que je n’avais pas encore vus. Je lisais encore son blog à l’endroit… Il m’arrivait d’en être surprise, effrayée par la violence que j’y trouvais. Pourquoi tu m’envoies là ? Pour que je […]

La mare

Il y a des êtres qui nous manquent, même si nous ne les connaissions qu’à travers leur blog, ou quelques courriels échangés. Nymphéa est de ceux-là. J’ai retrouvé dans les archives “en attente” de mon Refuge, l’un des commentaires que […]

Juste des mots

Remonter le temps a parfois du bon. Vous savez que j’ai, dans mes archives, des billets “en attente de relecture”, ceux qui viennent de mon “Refuge”, de ce blog que je m’étais ouvert pour dire tout ce que la Bibliothécaire […]

Vacances au paradis

Dans les articles encore en attente de relecture de ce blog qui a recueilli tous les espaces que j’avais ouverts sur la Toile, j’ai trouvé cette page, publiée dans mon Refuge, parmi les “mots perdus” le 20 février 2009. (Les mots […]

Jour de grève

Tandis que je reprends peu à peu mes chemins sur la Toile, que je retrouve avec joie les fenêtres que vous y ouvrez chaque jour, ou un peu moins souvent, je subis comme d’autres l’actualité, avec son lot de violences, […]

J’écris

Un jour, Azalaïs m’a demandé comment j’écrivais… Vous avez raison, elle ne l’a pas demandé seulement à moi, il y en avait beaucoup ce jour-là, autour d’elle, mais je lui ai répondu. Moi, cela dépend. Mais, souvent, j’écris tout bêtement […]

Le lutin vert et le lutin bleu (1)

Retournons au Refuge, sur cette île secrète dont Loralie avait créé pour moi le design, unique, magique… (Loralie n’a plus de blog, mais je souhaite de tout cœur que sa vie soit belle et que la voie qu’elle a choisi […]

L’écrivain

Le 20 janvier 2009, je postais dans mon « Refuge », sur Overblog, la page qui suit. (Depuis, j’ai posté bien des histoires, d’autres contes du Lutin bleu, certains déjà publiés, d’autres inédits qu’il faudra que je réunisse un jour dans un […]

Lutin bleu et lutin vert

Je rangeais… ici aussi. Dans cet espace multiple où j’ai un jour décidé de réunir tout ce qui avait été « moi » ailleurs. La Bibliothèque, le Jardin secret, le Refuge… trois lieux pour un auteur qui avait besoin parfois de dire […]

Des jours comme ça…

Il y a des jours comme ça… Des jours où rien ne va comme il faudrait… ou du moins comme cela devrait. Des jours où l’on se sent toute petite, impuissante… Des jours où l’on a beau frapper à toutes […]

Nemo

Pour rassurer mes lecteurs, pour faire le point, aussi… il faut que je vous dise… ll fut un temps où Quichottine se réfugia sur une île que lui avait préparée Loralie. J’ignore si certains de vous s’en souviennent. Loralie, c’était […]

On achève bien les…

– Les quoi ? Les chevaux. Souvent. Un animal blessé, cela ne se répare pas. Surtout pas un cheval… Alors, on abrège ses souffrances. On lui évite l’agonie. L’agonie est barbare. L’agonie est violence… gratuite. Mots perdus… encore… Me mêler […]

Dans les jardins de Rodin

Là-bas, dans les jardins de Rodin, on peut s’assoir devant le Penseur et attendre… Ou, tranquillement, admirer chaque fleur, chaque rose… Avant de croiser cette femme qui surprend, réfugiée dans l’ombre… L’image me dérange… – Elle se protège d’un coup […]

Papier glacé

Les photos me parlaient. Elles me racontaient une très vieille histoire. Les non-dits qui surgissaient de ma mémoire, lancinants, comme le son du djembé pendant les longues soirées d’été. Tambour d’Afrique qui squatte mon après-midi de banlieusarde et me refuse […]