« Ce qu’il nous reste… », Le monument de Joyeuse

Si mon ami Muad’Dib était venu avec moi, ce dimanche matin à Joyeuse, il aurait fait une magnifique photo d’un monument aux morts qui fit en son temps polémique.

Ma photo à moi ne vaut rien, mais elle est mienne et nul ne pourra me reprocher de l’afficher ici. Je l’ai prise de trop loin, sans téléobjectif, sans véritable cadrage. Je voulais seulement en garder la trace pour une histoire qui m’avait émue.

L’homme ressemble à l’image du grand-père que j’avais en tête lorsque j’avais lu Heidi, le roman de Johanna Spyri, il y a très longtemps. Un montagnard un peu bourru mais au cœur tendre. Un homme grand, large d’épaules, à barbe blanche. Quelqu’un sur qui l’on pouvait compter, qui parlait peu mais agissait pour le bien de ceux qu’il aimait.

Je n’ai pas vu le visage de la femme qu’il soutient… j’étais trop loin, je vous l’ai dit. Mais j’ai ressenti sa douleur, j’ai vu couler des larmes silencieuses, celles qu’on ne peut jamais retenir.

Le “Poilu” de 1914 qui nous la racontait portait un casque identique à celui qu’elle tenait dans ses mains.

Il nous disait que ce casque aux bords abîmés, un peu défraîchi, lui avait sauvé la vie bien des fois, lors de la “Grande Guerre”.

Il tirait sur sa bouffarde d’un air un peu absent, comme s’il était submergé par tous les souvenirs des tranchées, de ses compagnons qui mourraient dans la boue, des gaz, des rats… de tout ce dont nous oublierons de parler, de tout ce que nous effacerons de nos livres d’Histoire en même temps que du calendrier.

Sa bouffarde, la pipe qui ne le quittait jamais. Une cigarette, ça a un bout qui rougeoie dans la nuit. C’est ce bout incandescent que l’ennemi vise, le tabac tuait déjà.

La pipe est plus discrète, moins dangereuse là-bas.

La femme du monument tenait le même casque entre ses mains. Celui qu’on lui avait rendu, celui qui n’avait pas sauvé son fils, mort là-bas, mort qu’attestait le trou laissé par la balle qui l’avait transpercé.

« Ce qu’il reste« … L’inscription n’est plus sur le monument, seuls les noms de ceux dont on dit qu’ils sont “morts pour la Patrie” perdurent, le temps les effacera aussi.

Resteront peut-être les témoignages de ceux qui sont encore vivants, de ceux qui ont entendu leur père, leur grand-père peut-être, grommeler “Quelle connerie, la guerre !”, en rageant de voir les plus jeunes faire semblant et y prendre plaisir.

Depuis la nuit des temps, les hommes se battent, s’entretuent, pour un lopin de terre, pour un peu d’or, de pétrole, pour imposer à d’autres une foi ou des idées sous prétexte que ce sont celles qu’on doit défendre.

Mais, au bout du compte, à la fin de chaque guerre qui renaît de ses cendres, que reste-t-il aux vivants ?

Le regret de ce qui aurait pu être et des larmes jamais taries.

70 réponses à “« Ce qu’il nous reste… », Le monument de Joyeuse

  1. les hommes n’ont pas encore compris l’absolue nécessité de la Paix

  2. Coucou ma chère Quichottine,
    Tu vois, je ne suis pas au lit. Enfin j’y étais mais impossible de trouver le sommeil alors je me suis relevée un moment.

    Les guerres ? Elles sont uniquement un jeu de grands gamins pervers qui envoient les autres au « casse-pipe ».  » Car les bandits qui sont cause des guerre, ne meurent jamais, on n’tue qu’les innocents. » Mais tu la connais cette chanson interprétée par Yves Montand., je n’en doute pas : « La butte rouge ».
    Cette guerre, j’ai baigné dedans depuis l’enfance, mais d’une manière très saine. Mon grand-père (mon Pépé tant aimé), nous en a transmis la haine. Il a plusieurs fois échanger une poignée de mains ou du chocolat avec un jeune soldat allemand. Ni l’un, ni l’autre n’était capable de tirer comme ça, de sang froid. lors d’un face à face. Ils était si jeunes et attendaient autre chose de la vie.
    C’est d’autant plus stupide que tout finit par se régler autour d’une table. On tue pour rien… Et pourtant, on continue !

    Je crois que je suis hors sujet, mais ce n’est pas le jour du Bac ! 😉

    Ce monument que tu nous présentes, je l’ai cherché sur internet.
    (https://www.cevennes-ardeche.com/village-de-caractere-patrimoine-de-pays/monument-aux-morts-ce-quil-nous-reste/).
    Il est effectivement très émouvant et nous pouvons très bien nous imaginer à la place de ces pauvres gens.

    Et j’ai une petite-fille qui veut faire Saint Cyr. C’est son plan A. Elle a aussi un plan B et un plan C, orientés vers les hautes sphères de la justice.
    Au moins, elle a de l’ambition et s’en donne les moyens !!! C’est Louise, la soeur de Pauline que tu connais. Petite soeur de la mariée aussi dans notre anthologie  » le Mariage ».
    Je vais tenter une deuxième fois de trouver le sommeil Bises à vous deux et douce fin de semaine.
    Cricri

    • Quichottine

      J’ai conscience que ce ne sont pas les soldats qui décident de faire la guerre, mais les politiques, hélas, qui, eux, depuis longtemps, ne sont plus sur les champs de bataille.
      Courage pour tout, Cricri. Je suis désolée que tes nuits soient si courtes…
      Bises de nous deux.

  3. Je crois bien que j’ai été trop bavarde !!! Désolée Quichottine. J’étais bien lancée….
    Bious doux

    • Quichottine

      Sourire… ne t’en fais pas, j’ai aimé tes recherches et tes mots en partage. Merci.
      Bisous doux à toi aussi.

  4. Il a plusieurs fois échangé !!! La fatigue se fait sentir.
    Adishatz !

    • Quichottine

      A plus de trois heures du matin, c’est bien naturel, ne t’en fais pas. 🙂
      Bisous doux.

  5. Une photo qui représente un très fort symbole que le temps effacera, hélas …
    Très émouvant quand je repense à mon grand père me raconter la guerre, très rarement, mais avec tellement d’émotion dans sa voix …
    Bon week end, après une journée mitigée … et un orageounet le soir.
    Bisoux doux, ma quichottine

    • Quichottine

      Les miens préféraient ne garder que les souvenirs heureux.
      La guerre n’en faisait pas partie.
      Bisous doux et belle semaine, ma Dom.

  6. Coucou Quichottine,
    J’avoue que nous sommes, les humains, assez particuliers…. Nous sommes incapables de vivre ensemble, et même si nous ne pouvons pas tous nous aimer, est-il nécessaire de s’entre-tuer ?
    Et quand il n’y a pas de guerre, comme tu le dis, on joue à se la faire, dans des jeux de rôle ou des jeux vidéos… et on joue à s’entre-tuer une fois encore.
    Je te souhaite une bonne journée. Bises

    • Quichottine

      Je me demande pourquoi c’est ainsi… je n’ai pas de réponse.
      Bises et douce journée Pascale.

  7. Coucou ma Quichottine,
    En te lisant, je ne peux m’empêcher de penser à Marc Ogeret décédé lundi dernier qui dans ses chansons s’est toujours évertué à dénoncer la guerre, quelle qu’elle soit. Ah oui, quelle connerie la guerre !
    Bises et bon weekend

    • Quichottine

      Il faudra que je l’écoute… je ne crois pas connaître ce chanteur.
      Bisous et douce semaine à toi aussi.

  8. Muad Dib … Je me souviens de son blog. Je ne sais pas ce qu’il est devenu.

    • Quichottine

      Il est peut-être encore sur FB mais il n’a plus de blog. 🙁

  9. Je ne sais pas pourquoi les hommes ont de tout temps aimer se faire la guerre…Les tribus d’hommes préhistoriques se battaient déjà, il y en a des marques sur les ossements retrouvés. Se battaient-ils pour les femmes (par nécessité d’un brassage génétique indispensable à leur survie) ? pour la nourriture ? pour leur territoire de chasse ? On ne le saura jamais mais cela me dépasse que tant de souffrances ne fassent pas davantage réfléchir les hommes…bisous et merci pour tes mots

    • Quichottine

      Je crois que nous n’apprenons jamais de l’Histoire, hélas, elle se répète éternellement.
      Bisous et merci à toi aussi.

  10. almanito

    Il est très humain, très touchant ce monument, c’est sans doute pour cela qu’il a fait polémique…

  11. Bonjour Quichottine
    Je crois bien que malgre tous ces monuments la leçon n’a pas ete vraiment porteuse ..la guerre est partout malheureusement …
    Bises
    Gros bisous

    • Quichottine

      Nul ne tire des leçons de l’Histoire… sinon, il y aurait longtemps qu’il n’y aurait plus de violence dans notre monde.
      Gros bisous, Claudine. Merci pour tout.

  12. Un monument qui ne laisse pas indifférent!
    Plein d’émotions celles que tu as ressenties et que tu partages avec nous…

  13. Déjà leurs noms s’effacent sur les monuments…. chaque 11 novembre je dis une phrase pour chaque soldat tombé au front, pour dire haut et fort encore une fois leur nom qui résonne dans l’air de là où ils sont nés!
    Très belle page … et bien aimé lire Cricri!
    Bises
    Dany

    • Quichottine

      Merci, Dany. J’admire ton engagement dans ta commune.
      Bises et douce journée.

  14. Bonjour Quichottine. Cette statue t »a donné l’occasion d’écrire un beau plaidoyer pour la paix. Bonne journée et bisous

    • Quichottine

      J’ai dit ce que je pense… je ne pouvais faire autrement.
      Merci à toi.
      Bisous et douce soirée.

  15. quelle connerie la guerre, oui, mais elle n’est pas le fait de la cruauté « des » hommes. Certes certains sont cruels, et avides d’en découdre, comme le plus c.. des hooligans. Mais en ce qui concerne LA guerre, ce qu’on peut reprocher « aux hommes », c’est leur respect des lois et des dirigeants, leur obéissance, en quelque sorte. Aucun des « morts pour la France » n’a réellement voulu mourir, (ni tuer) même s’il était endoctriné par les discours enflammés des politiques bien au chaud à l’arrière.
    Je suis allée le mois dernier avec la totalité de ma descendance fleurir les tombes de mes petits grands pères éternellement jeunes, l’une au chemin des dames où « repose » la bouillie d’une centaine de petits gars qu’on n’a pas pu démêler, pour l’autre qu’on n’a jamais retrouvé, juste une plaque sur les murs de Douaumont.
    Quant au droit d’auteur, c’est la bouteille à l’encre. Qui est le vrai propriétaire de l’image ? certainement pas le photographe qui ne fait que passer par là. Ce serait plutôt le sculpteur, en l’occurrence, ou bien le propriétaire de la sculpture, reste à savoir si les modèles qui ont posé ont été correctement rémunéré, on n’en sort jamais !
    bon week end, chère Quichottine

    • Quichottine

      Merci pour ton témoignage, Emma.
      Pour le droit à l’image, tu as raison, même si beaucoup se servent ici ou là sans dire où elles ont été prises.
      Je suis tout à fait d’accord au sujet de ceux dont les noms sont inscrits « morts pour la France ».
      Passe une douce semaine, Emma. J’ai programmé des articles mais je doute de pouvoir beaucoup voyager sur les blogs pendant que je garderai les petits. 🙂

  16. durgalola

    N’oublions pas que l’on envoie les plus jeunes au combat !
    Il n’y a pas de bonne guerre… Je le vois bien aujourd’hui.
    Mon grand père qui était à l’arrière du front à ramené un pommier sous lequel j’ai lu et rêvé durant mes vacances d’été. Par contre il n’en parlait jamais.
    Bises et douce journée.

    • Quichottine

      Ceux qui ont le plus souffert de la guerre n’en parlent pas, je l’ai constaté à de nombreuses reprises, ils ont du mal à témoigner.
      Pourtant, je pense qu’il le faudrait.
      Bises et douce soirée à toi.

  17. C’est un beau message Quichottine.
    Quand j’enseignais , j’ai toujours eu à cœur de faire étudier une œuvre qui permette de montrer combien les guerres sont monstrueuses et si seulement un seul de mes élèves s’en souvient , je suis contente.
    Mais je ne suis pas optimiste pour l’avenir.

    • Quichottine

      « si un seul de mes élèves s’en souvient »… triste réalité.
      Que gardent-ils vraiment de ce qu’ils ont lus ? Je ne sais pas non plus.
      J’essaie d’être optimiste malgré tout. 🙂
      Passe une douce soirée. Je t’embrasse fort.

  18. Le jeu des alliances fait varier amis et ennemis… Mais toujours l’équilibre de la Paix est précaire. Ma phrase culte est celle de mon grand-père : « C’était de pauvres gars, comme nous… ». Il disait à sa façon ce que Paul Valéry a écrit : « La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. »
    Pas « Joyeuse » cette séquence… Juste réaliste.

    • Quichottine

      J’aime bien ta citation de Paul Valéry. C’est tout à fait ça !
      Merci pour ta présence et tes mots en partage, Galet.

  19. Me revoilà !
    Je relis ton article et les commentaires et il me revient à l’esprit un chant que l’on nous fit interpréter à la chorale de notre collège (à Rueil-Malmaison). J’etais en 5ème, mais j’avais été très troublée par les paroles que voici, de mémoire.

    « Heureux, ceux qui sont morts
    Pour la terre charnelle
    Mais pourvu que ce fut
    Dans une juste guerre.
    Heureux ceux qui sont morts
    Pour quatre coins de terre,
    Heureux les épis mûrs
    Et les blés moissonnés….. »

    C’est tout ce dont je me souviens.
    Et c’est Charles Péguy qui est l’auteur de ce lignes insupportables. Je n’ai jamais pu l’admirer. Ce sont toujours ces paroles ancrées dans ma mémoire depuis 61 ans qui me reviennent en mémoire lorsque j’entends le nom de cet auteur.
    Douces pensées ma chere Quichottine et bonne journée.
    Cricri

    • Quichottine

      Il y a ceux qui pensent que ceux qui meurent sont des héros, ils ont droit à des funérailles nationales, on les décore parfois à titre posthume.
      Peut-être est-ce une façon de dire qu’ils ne sont pas morts « pour rien », mais cela ne console pas ceux qui restent. 🙁
      Douces pensées et belle soirée à toi.

  20. J’aime beaucoup cette statue qui montre la tristesse et le désarroi devant tant de morts à cause de dirigeants qui envoient leur peuple à la guerre pour au final rien . Si on les envoyait , eux , la faire . il n’y aurait plus de guerres malheureusement , ce n’est pas le cas 🙁

    • Quichottine

      Je trouve que ce serait bien… ils réfléchiraient peut-être davantage. 🙂
      Merci, Aimela.

  21. Un monument qui met en avant la douleur et la perte : ce qu’il reste… Tes mots sont très touchants Quichottine, mais l’argent et l’orgueil salissent tout. Il me revient en mémoire une phrase qui m’avait fait bondir lors d’une rencontre avec un représentant de la chambre de commerce il y a pas mal d’années et qui ne trouvait pas de solution à la crise sauf celle-ci : « Il faudrait une bonne guerre… » La guerre est bonne pour les affaires !

    • Quichottine

      J’ai beaucoup entendu autour de moi ces mots « il faudrait une bonne guerre »… c’est terrible.
      Comme d’entendre qu’il faut des pauvres pour qu’un pays soit riche, ou des chômeurs pour que l’économie se porte bien. 🙁
      La guerre, comme les épidémies autrefois, étaient un régulateur de la démographie.
      Mais je ne veux pas croire qu’elles soient indispensables à notre survie. 🙁

  22. On pourra ériger tous les Monuments au Morts , entendre cette Sonnerie aux Morts qui vous glace le sang il y aura toujours des familles au coeur déchiré, des villes aux murs éventrés, des veuves, des orphelins et des « gueules cassées » dont le visage a été emporté par un éclats d’obus…

    Quand tout semple s’apaiser et que l’on a reconstruit ce qui n’était que champ de ruines, il faut toujours que la mitraille recommence plus violente, plus destructrice, plus meurtrière…

    Mais la pire des guerres, c’est le terrorisme qui tue à l’aveugle quand tout est calme et semble respirer douceur d’un jour de printemps, ou le bonheur tranquille de l’instant…

    En vain, on pourra chercher la Paix sur terre, elle n’existera jamais!!
    ou alors l’homme aura entièrement disparu de la surface du globe!!

    Pardon ma chère Quichottine pour ce noir commentaire qui me paraît vrai…

    • Quichottine

      Je crois que nous allons à notre perte… ce sera le fait des guerres, de la violence, ou du mépris que nous avons pour notre planète.
      Merci pour tes mots, TooTsie.
      Je n’ai rien à pardonner. 🙂

  23. coucou quichottine ;
    les marchands d’armes et autres profiteurs de la guerre sont les buveurs de sang de la planète ;
    les peuples sont entrainés dans des souffrances engendrées par la bêtise , l’appat du gain de gros riches bien à l’abri
    bisous

    • Quichottine

      « bien à l’abri », comme nos décideurs qui ont tout ce qu’il faut pour ne pas être au coeur du combat, sur le terrain.
      Merci pour ta présence, Vic.
      Passe une douce journée.

  24. Salut
    C’est une bonne réflexion de fin.
    La guerre ne sert qu’à amener les pleurs.
    Bonne journée

  25. coucou hélas la guerre et la violence semblent inhérentes au genre humain ;
    mais les marchands de sang savent très bien manipuler les faibles pour en faire de la chair à canon
    je ne sais comment supprimer cette propension à la violence , née en même temps que les homo de toute sorte sans doute ;
    mais l’éducation me semble être la condition unique, indispensable, pour éviter que nos confrères humains suivent les meneurs dans leurs guerres iniques ;
    mais vu l’état de l’éducation ……..
    la réflexion a quitté les bancs de l’école
    comme dit Orwell dans 1984 : « la guerre , c’est la paix  »
    la guerre a encore de beaux jours,
    les parents n’ont pas fini de pleurer
    en ce sens , la statue est intemporelle

    • Quichottine

      Je ne peux qu’être d’accord avec toi.
      Je me demande pourquoi ce premier commentaire que tu as laissé a été mis en modération. 🙁
      Merci d’avoir insisté.

  26. zut , j’ai fait des fautes de frappe avec com qui a disparu ^^

    • Quichottine

      T’en fais pas, le premier commentaire n’avait pas vraiment disparu, il ne s’était pas affiché, c’est tout.
      J’ai supprimé le second.
      Bisous et douce journée Michelle. Merci pour tout.

  27. Coucou Quichottine, je t’ai lue avec émotion aussi et j’aime bien ta photo. Mais oui, il y eut le grand-père de Heidi, figure romanesque de notre jeunesse, figure digne comme ce monsieur. Pour la guerre, je ne suis pas optimiste non plus. Merci beaucoup d’être venue me visiter et … pardon, en voulant supprimer les deux commentaires intrus que justement tu me signalais, j’ai fait disparaître le tien aussi. Gros bisous.

    • Quichottine

      Merci à toi pour tout, Lenaïg.
      Pour mon commentaire chez toi, ce n’est pas grave. J’espère que tu n’auras plus de ces indésirables.
      J’aurai bien sûr l’occasion de revenir. 😉
      Gros bisous et douce journée.

  28. Un beau texte à partir de cette statue. hélas, les hommes ne tirent pas de leçons des guerres, et ça continue encore et encore
    bisous Quichottine et bon dimanche

    • Quichottine

      On dit que l’on apprend de ses erreurs, mais on n’apprend rien de l’Histoire parce que ceux qui décident de la guerre sont persuadés d’avoir raison.
      Bisous et douce journée à toi aussi Lilwenna.

  29. Un très beau billet .
    Ces monuments , superbes en général, reçoivent l’honneur d’un jour , puis après , les noms inscrits passent dans l’indifférence de l’oubli sauf pour les familles .
    Que les combattants soient d’hier ou d’aujourd’hui , la guerre , la haine , la violence dirigent les esprits et effacent leurs souffrance et leurs noms.
    Douce soirée, bises Quichottine

    • Quichottine

      Sauf pour les familles… c’est vrai.
      Merci pour ta présence et ces mots erato.
      Bises et douce journée à toi.

  30. Elle est émouvante cette statue et je trouve qu’elle symbolise bien ce que peut représenter la guerre pour des parents qui ont perdu leur enfant.
    Hélas, même ces rappels pour toutes ces personnes s’effacent des souvenirs et inéluctablement on recommence, comme si la guerre était une fatalité…
    Pour Muad, j’adorais regarder les statues sur son blog et c’est ainsi que désormais j’y fais plus attention dans la rue. Je ne comprends toujours pas que lorsque l’on reproduit une œuvre qui est dans la rue dans un but non lucratif on puisse être inquiété. Au contraire on rend hommage au sculpteur..

    • Quichottine

      Je ne comprends pas non plus…
      Merci pour tes mots Santounette.
      Passe une douce journée.

  31. Je n’ai pas lu tous les commentaires mais … Je réponds à erato, Ici, les noms qui sont gravés sur le monument aux morts sont épelés à chaque cérémonie. Que ce soit celle du 14 juillet, du 8 mais ou du 11 novembre. Un moyen de ne pas les laisser dans l’anonymat.
    Je ne suis pas tellement loin du Chemin des Dames. Mon fils encore plus près.
    A l’occasion de toutes ces cérémonies commémorant 14/18, mon amie a créé un « conte » récit de vie dans lequel elle mêle une partie de sa famille. Nous l’avons travaillé ensemble et je t’assure qu’à la fin tu as le ventre qui se tord.
    Mais oui, comme tu le dis, il y a aussi ceux qui se battent pour un bout de terre : 20cm tu vois ? Si encore cela ne tourne pas au drame de la mort …
    En tous cas, des monuments qui ressemblent un peu à celui que tu as photographié il y en a. Je crois, justement que : Morts pour la Patrie ou pour la France, c’était dépassé par toute cette bêtise et que certains ont justement voulu laisser cette trace de la douleur.
    Il me faudrait bien plus d’un petit passage pour dire ce que je pense de tout cela.
    Bises Quichottine.

    • Quichottine

      Merci pour ces mots déposés.
      J’espère que tu en parleras un jour plus longuement.
      Bisous et douce journée à toi.

  32. Une photo tres émouvante de ce monument aux morts , il est rare en effet que la douleur soit si parlante sur ces sculptures . La grande guerre oui une véritable connerie et je pèse mes mots , la violence qui ne tolère aucune pause . Mon grand – père paternel , qui n’a jamais parlé de cet enfer ( j’aurais quand même pu m’en souvenir même si j’étais jeune ) a été blessé et au bout d’un mois a été renvoyé sur le front , ils ne faisaient pas de cadeaux , la patrie avant toute autre considération . J’ai récupéré son carnet militaire et tout y est noté le nombre de jours à l’hôpital , les transferts . Ce n’est qu’à la deuxième blessure avec les gaz qu’il a été sorti de l’enfer . Je suis allée plusieurs fois sur les lieux des batailles que ce soit à Verdun ou dans d’autres secteurs de la Meuse , impossible d’oublier ce qui s’est passé dans notre région et dire que quelques années plus tard , la violence régnait encore une fois en maître dans des forts d’internement des nazis que j’ai visité il n’y a pas longtemps . Il faut dire que chez nous la guerre a façonné le paysage , les forts sont nombreux et il est vraiment difficile d’oublier ce passé de violence je te laisse un lien vers deux billets https://giselefayet.wordpress.com/category/histoire-et-legendes/page/20/
    Bonne soirée
    Bisous

    • Quichottine

      Merci pour tout.
      Je vais suivre ton lien.
      Bises et douce journée à toi.

  33. Les monuments aux morts ont été l’objet d’études et d’analyses, celui de Joyeuse ne fait pas partie des plus courants qui exaltent le sacrifice des soldats, mais au contraire qui en montrent la cruauté et la douleur. Merci pour cette photo (même si vous n’avez pas pu faire ce que vous vouliez !) et pour cet article très intéressant.

  34. Sur notre monument aux morts, il est inscrit « Périnet Marie » et à l’annonce de son nom, on précise « victime civile déportée à Ravensbrück ». Cela m’a toujours interpellée. J’ai essayé d’en savoir plus, mais personne n’a su ou voulu vraiment me répondre. Tout ce qui concerne la guerre était plus ou moins tu par les gens du village. On ne se recueille plus que le 11 novembre et plus le 8 mai depuis de nombreuses années. De moins en moins de personnes se déplacent. Je réclame depuis plusieurs années que l’on rénove le monument et rien n’est fait. Même les dirigeants de la commune semblent accorder de moins en moins d’importance à cette cérémonie du respect. Les monuments aux morts m’interpellent à chaque fois qu’une sculpture imposante les surmonte.
    Nous sommes passés à Joyeuse sans vraiment s’arrêter. Donc, ce monument ne me dit rien.
    Bonne soirée Quichottine ! Bises

    • Quichottine

      Merci pour ton témoignage, Alrisha.
      Bientôt, les anciens ne seront plus là pour dire ce qu’ils ont vécu, et je doute que les livres suffisent à en garder la mémoire…
      Bises et douce journée à toi.