En attente, encore…

Nous sommes déconfinés… à ce qu’il paraît.

Pourtant, ici, je suis en attente, encore une fois.

Nous partirons peut-être, pour voir notre petit-fils, en espérant ne pas tomber sur des contrôleurs incapables de comprendre que 100 km, ce n’était pas tout à fait suffisant, et que d’aller voir un bébé est une raison convenable pour ne pas les respecter.

Demain…

Savez-vous que c’est terrible de se dire qu’il a fallu accepter que nos enfants soient loin, et que ça l’est encore plus aujourd’hui ?

Ils parlaient de “mobilité”, incitant les plus jeunes à ne pas se contenter de rester proche de la cellule familiale…

Ils sont partis, parfois très loin, se disant qu’il y avait la route, le train, l’avion, pour effacer les distances.

Et puis… ces kilomètres sont devenus interdits.

Comme si ça suffisait d’ouvrir un écran, de regarder de loin leur sourires, d’écouter leurs rires et des mots, sans contact, sans ces moments de tendresse irremplaçables, ceux qui nous manquent tant quand il faut dire adieu…

Là, bien sûr, pas d’adieu, juste le manque… l’envie de les prendre dans nos bras, de recevoir leurs câlins, ceux qu’ils ne font plus quand ils deviennent adultes, ou rarement.

Une absence différente, obligatoire, malgré les mois de confinement, de respect des gestes barrière, malgré la certitude d’avoir tout fait pour n’être pas malade aujourd’hui, malgré la quarantaine, la solitude imposée.

Alors, je me demande si je n’aurais pas préféré disparaître tout à fait de ce monde où chacun doit avancer masqué.

Je me dis qu’on avait interdit le port du voile… il faudra se contenter de ne croiser désormais que des inconnus qui vous évitent.

Changer de trottoir s’il n’est pas possible de maintenir les distances de sécurité… respecter les cheminements tracés au sol dans les magasins.

Finalement, après avoir vu les files d’attentes, partout, rentrer sans aucun achat, se demander d’ailleurs si nos envies avaient lieu d’être.

Mais, malgré tout, garder le moral, se dire que tout est passager.

D’ailleurs, puisque tout passe, pourquoi résister, pourquoi faire comme si tout allait bien, comme si rien de ce qui était jusqu’alors important comptait assez ?

Il me reste les livres, ceux reçus, ceux qui étaient sur mon étagère à ranger.

Ceux dont j’ai déjà parlé, et ceux que je vais offrir si je réussi à éviter les contrôles routiers.

Il me reste les moments où mes mains créent pour les uns ou les autres…

Il me reste le jardin qui fleurit de nouveau.

Mais je ne sais pourquoi…

Je voudrais, plus encore qu’à d’autres moments, être seulement un oiseau et déployer mes ailes, comme ceux qui quittent le nid douillet où rien ne pouvaient les atteindre et s’envolent au printemps.

Surtout, prenez bien soin de vous.

68 commentaires à propos de “En attente, encore…”

  1. Je vais m’envoler quelque temps, sans doute virtuellement à défaut de le faire « pour de vrai »…
    Mais j’espère que tout ira bien pour tous, pour vous qui passez avec tant de gentillesse.
    Merci encore pour vos mots, ici et là.
    Je vous embrasse fort.

  2. Les contrôleurs ne sont pas responsables des lois et ils sont payé pour les appliquer, donc même s’ils comprennent tes motivations ils ne peuvent déroger à ce qui leur est imposé. Car, je suppose que tous les gens qui dépassent 100 kms ont de bonnes raison de la faire. Cette absurdité des 100 kms ce n’est pas eux qui ont eu cette idée. Cette pandémie bouscule sérieusement nos habitudes et j’ai un peu l’impression qu’avec elle et ses risques réels, on veut nous vendre le fait que tout peut se faire par écran : les rapports sociaux et familiaux, les études, les achats, le travail … On organise des apéro skype – des réunions « zoom » voire même des diners. Beaucoup de personnes ont l’air de s’y habituer. J’avoue que ce n’est pas mon rêve. Ici, en Grèce oû les rapports humains sont essentiels je ne sais pas ce que ça va donner. On nous a donné des règles strictes, qui semblent parfois impossibles à tenir. Est-ce qu’avec la chaleur qui arrive on s’y conformera ? Je ne sais … En attendant les plages sont rouvertes et on a quand même ici le droit de se baigner et c’est déjà ça. Voir le mer, le ciel …Courage Quichottine ne nous laissons pas envahir par des pensées négatives.

  3. Bonjour Quichottine, 100km dans votre France c’est peu de chose, nous avons droit depuis huit jours à toute la Belgique en déplacement familial, certes pas plus de 4 visiteurs par famille et ne pas dépasser en tout le nombre de 10… mieux que rien, mais… c’est loin d’être satisfaisant, faut faire des choix dans les familles… vivement que !!! Demain absente, je file sur Bruxelles, chez le fils célibataire, après être passée chez la fille mercredi dernier, reste le fils aîné… Haut les coeurs, même si c’est moche la vie ainsi…. je t’embrasse, JB

  4. Coucou Quichottine,
    Et oui, rien n’a été simple et n’est encore simple en cette période tumultueuse, et de la même manière que pour toi (je pense que nous sommes nombreux dans ce cas), les enfants et petits enfants sont éloignés, l’un d’entre eux, le plus éloigné, étant à Paris.
    Cela étant dit, même si nous n’avons pas eu ce virus, je ne veux surtout pas mettre qui que ce soit en danger car on peut être négatif un jour et l’autre positif. Au moins, nous avons eu la chance de pouvoir profiter des écrans, ce qui n’a pas été le cas dans beaucoup d’ehpad ou pour les personnes hospitalisées qui n’avaient pas le droit aux visites quelques soient les raisons de l’hospitalisation.
    Pour le moment, je ne dépasserai pas cette limite des 100km à vol d’oiseau, il ne reste plus que quelques jours de patience et je pense que dès le 2 juin nous aurons de nouveau la possibilité de nous retrouver.
    Comme tu le dis, ce n’est que provisoire, il y aura bien un traitement ou un vaccin, il faut être confiants.
    Pour ma part, je crois avoir encore de belles choses à vivre, et non, je n’aurai pas préféré disparaître de ce monde, mais après, nous avons tous le droit de faire nos propres choix.
    Bises et bonne journée

    • PS : et pour ce qui est de rapprocher le port du voile religieux et le masque, mon avis est que le rapprochement n’est pas possible dans la mesure ou la France est un pays laïc et que le port ostentatoire de symbole religieux ne devrait pas être de mise, alors que le port du masque est pour des raisons de préservation de santé publique provisoire.
      Re bises

  5. Combien je te comprends ! L’éloignement des enfants et petits enfants m’a toujours semnlé naturel parce que c’était la plupart du temps leur vie professionnel qui les appelait ailleurs mais aujourd hui….que dire….pas facile !
    Vois-tu, en janvier j’ai pu prendre dans mes bras notre arrière petit fils de de 2 ans, embrasser enfants et petis enfants…en février c’est interdit ou du moins déconseillé ! je suis la première à avoir peur de ce sacré virus mais combien le contact avec la famille me manque et ce malgré tous ces liens qui te permettent de te voir « en vrai » par internet, téléphne et tutti quanti…on va quand même regarder le verre à moitié plein et espérer des jours ….différents tres vite, grosses bises

  6. Il y aurait tellement à dire et malheureusement ce n’est pas possible vu la conjoncture actuelle . Je me sens si démunie dans ce monde inhumain que devenir comme toi, un petit oiseau m’enchanterait . Bises

  7. Bonjour Quichottine
    Je comprends ta tristesse de vivre dans ce monde de restriction, On te dit que les personnes âgées ne doivent pas aller voir leurs nouveaux-nés??? c’est incroyable, je ne comprends pas que les psychiatres ne réagissent pas plus. On est dans un siècle, où les cellules familiales éclatent, qu’il est difficile de faire ces moments de retrouvailles, nécessaires… qui pensent à nous… nous les gênons quelque part!!!
    Pourquoi un rayon de 100km… alors que les gens continuent à prendre des avions… Quand tu es dans ta voiture, ce n’est pas le kilométrage, il suffit de faire le nécessaire sur le lieu de destination.
    Rien de logique dans leurs décisions!! Ils ont simplement réussi à créer une psychose.
    Je souhaite que tu puisses aller te ressourcer!!
    Bises

  8. J’ai la même frustration que toi je ne peux aller à Paris voir mes petites filles et ma fille c’est très difficile cela fait plus de 2 mois bien sûr je les vois sur internet mais ce n’est pas pareil tu as raison. Je sais que les verrai fin juin car j’ai rendez vous à Curie pour mes examens annuels et je m’en réjouis. Je vais passer deux jours. J’ai réservé mes billets de train avant le confinement (places individuelles en 1ère à un prix tout à fait compétitif avec ma carte). Pour une fois j’ai hâte d’aller faire ces examens pourtant angoissants. Bisous

  9. Moi je vais faire comme toi pour aller voir ma belle-fille qui va bientôt accoucher, mon fils et mes petites-filles. Je fais très attention et respecte tous les gestes barrière. J’ai voulu aller faire des courses depuis le 11 mai et je suis rentrée sans rien parce qu’attendre en file indienne, entrer au compte-goutte, ne me fait pas rêver. Une fois dedans plus rien ne me fait envie… Bisous

  10. « Alors, je me demande si je n’aurais pas préféré disparaître tout à fait de ce monde où chacun doit avancer masqué. »
    Pourquoi parler de disparaître l’amie, autrefois c’était pire qu’une situation provisoire, quand se produisaient les grandes migrations vers l’ouest, c’était souvent la séparation définitive des familles, et sans le net ! Courage

  11. Coucou ma Quichottine,
    Comme je te comprends… !
    Ellen qui a repris son boulot aujourd’hui sur le Drive de son Mac Do, Bibounette retrouvant sa nounou ce matin.
    Frustration de ne pas pouvoir y aller pour garder la petite, frustration de ne pas pouvoir me rendre sur mon île.
    C’est ainsi, et il faut l’accepter. Nous n’avons pas le choix, de façon à éviter la propagation de cette saleté de virus.
    Alors patientons, et ne nous laissons pas envahir par des états d’âme qui ne font que nous blesser un peu d’avantage chaque jour !
    Bises et courage, nous finirons par en sortir de cette crise sanitaire.

  12. Comme je te comprends Quichottine!
    Tus ais, toutes ces restrictions me hérissent depuis des mois, je le vis très mal, je suis en colère tout le temps même lorsque je souris et je souris souvent!
    Je suis profondément désolée, j’espère que tu pourras dès que possible retrouver enfants et petits-enfants tant aimés et faire des câlins passionnés…
    Je trouve très grave qu’on veuille nous imposer un monde d’écrans, comme si c’était pareil, mon oeil!!!
    Et la « distanciation sociale »… faire attention, bien évidemment mais les humains ne sont pas faits pour se distancier autant, pour s’interdire en permanence d’être des êtres aimants. C’est lamentable et délétère…
    Je pense bien fort à toi, j’espère que tu pourras te sentir le plus vite possible entourée d’amour « concrètement »…
    Gros bisous Quichottine
    Cendrine

  13. coucou, ben non pour voir les tout-petits ce n’est pas autorisé, ils l’ont encore répété hier aux infos!!désolée mais c’est comme çà, mais il y en a bien qui passent au-travers, ce matin au village (Hérault -34 )
    deux voitures bondées, des 62 ! et des 59 ! et pas des qui résident ici,
    ils prennent les départementales pour éviter les contrôles mais ils sont partout, rien qu’hier pour faire 10 kms trois voitures de flics, ils font leur travail mais il y a toujours des « petits malins »…qui risquent, si çà passe, et c’est comme cela qu’on a des foyers un peu partout, même là où il n’y en avait pas !
    les miens sont tous à plus de 150 kms, donc nous restons sagement chez nous, même si nous râlons, on se téléphone ou internet !!!
    allez courage çà finira bien par arriver de pouvoir aller-et-venir librement, en attendant, PATIENCE !
    Bonne journée à toi, bises, MIAOU !!!

  14. Coucou ma chère Quichottine, oui, nous sommes tous sur la même galère et je n’en rajouterai pas tant je vois et j’entends des choses incompréhensibles. Bref! gardons surtout espoir d’un vaccin ou d’un traitement d’ici plusieurs mois. Il va falloir attendre et être raisonnable bien que parfois ce masque devient une obligation pesante. Je t’envoie des tonnes de bises et espère très fort que tu puisses voir cet enfant très vite.

  15. coucou très difficile cette période, lundi 11 mai j’ai pu voir ma soeur et ma fille, je peux dire que cela m’a fait du bien, et la fille est venue manger avec nous dimanche (elle habite à 40 kms de chez nous) par contre la petite fille qui est dans le 77 pas possible pour l’instant encore dans le rouge, pas facile – on nous dit patience, mais je me demande jusqu’à quand, car on entend tellement de choses, que cela te met le moral à zéro, bisous prends soin de toi et des tiens, Mamy Annick50

    https://albmanche.blogspot.com/

  16. C’est une situation très cruelle, l’autre jour dans la rue, je n’ai pas pu m’empêcher de fondre en larmes en voyant un tout petit se jeter dans les bras de sa mamie enfin retrouvée, c’était si fort et l’émotion se voyait autant chez la mamie que sur le petit…
    Facile à dire mais dis-toi que cette sale période n’aura qu’un temps et que la jolie vie reprendra son cours normal et que tu pourras donner tous les bisous que tu retiens plus tous les autres tout neufs:)
    Prends soin de toi Quichottine, courage on l’aura cette saloperie de virus!

  17. Si, si tu verras ces super baskets sur les petits petons, et j’espère bien en voir la photo à ton retour ! Allez, hauts les coeurs ! Je veux bien me dire que c’est une évolution de plus dans notre façon de vivre en société, mais elle se déshumanisait déjà tellement que je crains de voir bientôt aboli le contact physique. Ici, c’est moi que ça prive le plus, car mes petits ne sont pas du tout « bisous » ! Je te souhaite un beau et tendre séjour et… oublie-nous un peu !

  18. Je me rends compte que j’ai beaucoup de chance. Ma fille et mes petites filles sont à 800 m de chez moi.
    Je comprends la frustration des grands parents! Un peu de patience fin juin on devrait je l’espère avoir de bonnes nouvelles
    Bisous

  19. Je te comprends et ton envie de partir malgré tout : il y a des dérogations plus graves !
    Je pense à toi très fort …
    Bon mercredi avec une mauvaise nouvelle :
    Beau papa de nouveau hospitalisé …
    Gros bisoux doux, ma quichottine ♥

  20. Pas trop le moral on dirait Quichottine….Compréhensible mais dit toi ça va passer ce ne peut être autrement…et puis si tu lis le livre de Martine tu verras tu va t’amuser partir ailleurs avec tes pensées…Bisous

  21. C’est tout à fait ce que je ressens aussi, car j’aimerai comme toi prendre mes petits enfants dans mes bras, les écouter rire et jouer avec eux, je ne sais quand je pourrais le faire ?
    J’espère que tout se passera bien.
    Bises et belle journée

  22. Bonjour ma chère Aurore,
    J’adhère totalement à ce qu’écrit Pascale. Porter ce masque est pour moi un moindre mal et comme j’aimerais avoir l’occasion de le porter plus souvent ! Tu sais où je vis et sans moyen de déplacement…
    Je respecte tout ce que l’on me conseille, si j’attrape ce virus, je n’ai aucune chance de survie. Je cumule les co-morbidités et je suis allergique aux curares. Les miens en supportent bien assez, pas besoin de leur infliger ça !
    Ma solitude est une torture et ce qui se passe à Marseille pour ma petite Marie qui a eu 21 ans le 14 mai, me la rend plus difficile encore.
    Je t’expliquerai plus tard.
    Quand je vois les pies tourner sans cesse autour des arbres de mon jardin alors que naissent plein d’oisillons, non, je n’aimerais pas être un oiseau. Je les crois bien plus vulnérables que nous.
    J’attends Pauline. Elle avait sa dernière épreuve cet après-midi.
    Cette année a été particulièrement éprouvante pour ces jeunes profs stagiaires en lycée, surtout quand on leur attribue une année à examen en plein début de réforme. Elle est dégoûtée et parle de démissionner comme nombre de ses camarades de promotion. Elle se confie beaucoup à moi. Nous serons masquée et à au moins 2m l’une de l’autre.
    Mon coeur de grand-mère est bien tourmenté en ce moment, mon coeur de maman aussi. Depuis le départ de Michel le sort s’acharne sur les miens.
    Je vous souhaite de bien vite serrer contre votre coeur ce chérubin, et tous les vôtres, c’est pour bientôt, j’en suis certaine.
    Plein de bisous chaleureux et douces pensées pour vous deux.

  23. Coucou Quichottine
    Je suis dans la même situation que toi , trois de mes 4 enfants sont bien loin près de 500 kms en moyenne
    Il n’y a que mon fils qui lui est à 5kms de chez moi , pour le confinement on n’a vu personne , deux petites filles une de 3ans l’autre à l’époque 3 mois ….on s’est revu ce mardi et la petite nous ayant pas vu durant cette période ne nous a pas reconnu …, grosses larmes du coup
    Heureusement qu’a cet âge on s’apaise vite ..
    Pas d’école par chez nous ouverte pour les petits …
    On reste très prudents mais j’ai malgre tout dérogé , elles ont eu le droit aux bisous ….Je suis sure que tu vas pouvoir voir tes petits très vite avec dérogation pour garde d’enfants ça peut marcher ..
    Retrouve vite ton sourire Quichottine
    Bisous

  24. Je t’ai lue avec attention et émotion…
    Comme je te comprends ! Car j’éprouve exactement les mêmes choses…
    Mon fils et sa petite famille sont loin (en métropole lilloise).
    Mes deux parents âgés que j’ai encore la chance d’avoir)sont loin aussi, en région parisienne.
    Mon frère et sa famille sont dans l’Ain.
    Je suis à Guéret en Creuse. Ma fille et sa petite famille sont à 20 km. Une chance… que j’ai provoquée puisque je me suis rapprochée d’elle depuis février 2019.
    Ne pas pouvoir embrasser les siens, changer de trottoir s’il n’est pas large pour ne pas avoir à croiser des gens, se regarder presque en chiens de faïence, respecter les gestes barrière… Que c’est contraignant, que c’est dur !! Que c’est pesant ! Anormal !!
    Et voir un nouveau-né ( à plus de 100 km) devrait être un motif familial impérieux !!!
    Heureusement il nous reste nos livres, nos fleurs…
    Je t’embrasse Quichottine.

  25. Quand une situation est difficile, pour ma part, je la compare à beaucoup d’autres qui sont bien pires, cela me permet de relativiser… Pour le reste nous sommes adultes, à chacun de prendre ses responsabilités en connaissance de cause… je ne vois comment te répondre honnêtement différemment, tout en comprenant ta réaction… Bon week-end quoiqu’il en soit, bises

  26. C’est très dur Quichottine mais ça va passer…Néanmoins cette limitation à 100kilomètres est stupide,ça n’empêchera pas le virus de circuler

  27. Je peux comprendre que tout cela pose problème et nous démotive complètement mais c’est ainsi, nous n’y pouvons rien.
    Mon fiston sera absent pour son anniversaire, trop de kms nous sépare. Je ne sais quand nous le reverrons mais, je le sais en forme et c’est le principal.
    Je t’embrasse bien bien fort.
    Mireille du sablon

  28. Comme je te comprend Quichottine ! On se demande comment va se passer l’été ? pourrons-nous aller voir nos mamans respectives ? et si oui, sans risque pour elles ? tellement de questions sans réponse, beaucoup d’incertitude, pas de possibilité de se projeter…tout ceci n’est pas simple ! mais gardons espoir, après la pluie il y a toujours un arc en ciel 🙂
    Week-end de 4 jours qui s’annonce et on ne peut pas bouger, pff pas marrant tout ça…
    Prends soin de toi et j’espère que votre trajet se passera bien et les retrouvailles.
    Trop mignons les petits chaussons tricotés ♥
    Gros bisous et douce fin de journée

  29. Coucou ma Quichottine !
    Comme je te comprends, même si j’ai profité de cette période de repli obligé pour construire des tas de choses que je n’avais jamais le temps de faire d’habitude… Je trouve cette période étrange et anxiogène. Non pas tant pour ce virus, mais plutôt pour la façon dont on nous habitue à vivre avec des libertés de plus en plus grignotées.
    D’autant plus que ces « plus de 100 km » que l’on t’interdit… Quand parallèlement on demande la libre circulation sans quarantaine d’un pays à l’autre… Est-ce vraiment cela qui va enrayer cette épidémie ? J’ai tout de même des doutes.
    Je te souhaite beaucoup de courage et espère de tout cœur que tu pourras aller retrouver ta famille que tu chéris tant et que pourras serrer contre toi ces petits bouts.
    Je t’embrasse fort !
    Prends soin de toi.

  30. délicieux ces chaussons, eh, tu as un jardin, tu as de l’or dans les mains et dans la tête, beaucoup n’ont rien de tout cela… le week end dernier il a fallu 6 policiers avec des gilets pare balles pour venir à bout de énergumène de l’appartement voisin qui n’avait rien d’autre à faire que tabasser sa copine… courage, tes rêves ne sont que partie remise

  31. Je t’embrasse et comprends ce coup de blues. Tu dis beaucoup sur notre monde.
    Pourtant il y a du bon dans ce confinement. Les copines de blogs se sont serrées les coudes. Profite du beau soleil et prends beaucoup de joie à lire les livres de nos amies. Bises et ne crains rien.

  32. Comme tout le monde … je te comprends ! Je n’ai pas encore de petits-enfants, mes enfants sont tous les deux à moins de 100 km, mais les deux mois de confinement ont été très durs, enfermée 24/24h avec mon fils handicapé mental.Le masque je ne le supporte pas, alors je sors peu, juste pour voir ma famille … et on se fait des bisous ! J’espère que tu pourras très vite voir ce petit bout qui vient de naître.
    Belle soirée, bisous !
    Cathy

  33. Comme je te comprends… Il ne me reste qu’un fils qui est à l’autre boutde la France, l’Hérault… Après un divorce difficile il est parti … Heureusement qu’il a pu avoir à nouveau beaucoup de patients… De ce fait je ne vois plus mes petits-enfants que je voyais tous les 15 jours… La vie est ainsi faite…
    Bonne soirée ma Quichottine. Gros bisous.

  34. Comme je te comprends je suis dans le même état que toi, je préférais de loin le confinement où tout était interdit…Depuis que nous sommes libres sans l’être vraiment et infantilisés comme jamais auparavant, je me sens beaucoup plus frustrée, mes enfants peuvent bouger grâce à leur métier et sont venus nous voir, mais nos petits-enfants et le reste de notre famille sont au delà des 100 km. Et entre nous, je n’attendrais pas fin juin l’autorisation de partir dans ma maison d’été en Haute-Loire pour me rapprocher d’eux…les plages ouvrent, les restaurants vont suivre, l’Italie ouvre ses frontières et nous on ne pourrait pas aller voir nos petits, ni résider dans un hameau perdu où il y a trois familles en tout en hiver et où les gens nous attendent impatiemment pour rompre leur isolement…c’est un peu exagéré je trouve. On connait les gestes barrière et on sait les appliquer partout à 100 km comme à 300 ! Je ne vois pas ce que ça change puisqu’il a été prouvé que les milliers de parisiens qui sont allés en province se confiner alors que nous étions au plus fort de l’épidémie, n’ont pas apporté de virus là-bas ! Je t’embrasse fort à ta place j’irai voir ce bébé, sans hésiter

  35. Bonjour Quichottine. Ici il y a beaucoup de touristes venus d’un peu partout, et qui ont fait plus de 100 kms, venant parfois de départements rouges, arrivés la nuit. Il y a les bars et les restaurants qui vont rouvrir, mais la naissance d’un enfant n’est pas un motif impérieux… Pour moi à vol d’oiseau je suis dans les 100 kms si mes enfants font eux aussi une partie du chemin. ..
    Garde le moral ! Bisous et bonne journée

  36. je peux comprendre combien cette distance peut être lourde.. difficile..
    je ne saurais trouver des mots réconfortants car je comprends vraiment votre desarroi..
    prenez soin de vous..

  37. J’ai vu mes petits-enfants hier auprès de notre étang, mais sans embrassades. On tient nos distances pour éviter la contamination éventuelle. Ils habitent à 25 km. On a des nouvelles régulièrement. Les autres petit-enfants sont à 1 h de route. Toutefois, on ne s’appelle pas souvent et on ne se voit pas non plus par Internet. Le confinement n’a rien changé. On n’éprouve pas le besoin d’avoir des nouvelles à chaque instant. Je suis sur Facebook et ils voient ce que je publie donc, c’est que ça va et que Daniel et moi sommes en bonne santé et eux aussi. Alors, c’est l’essentiel.
    Je ne suis pas quelqu’un de très fusionnel. Les contacts physiques ne me manquent pas.
    Quant au confinement, en général, j’en ai ras-le-bol. On nous infantilise et je trouve que les mesures prises quant aux 100 km ne se justifient pas. Il va falloir vivre avec le virus et que l’économie reparte. On ne peut plus priver chacun des choses essentielles de la vie courante. Trop c’est trop ! Les autorités n’arrêtent pas de se protéger sous des parapluies de peur d’avoir des reproches des administrés si les mesures ne sont pas strictes et s’il arrive quelque chose.
    Essayons de passer toutefois une bonne journée d’Ascension. Bises Quichottine !

  38. Tous ces changements perturbent notre vie quotidienne et affective. Personnellement, je n’en ai guère souffert, et maintenant le déconfinement ne me trouble guère plus, je prends de nouvelles marques, l’essentiel est de rester en bonne santé, le reste suivra. Bises et bon WE de l’Ascension. VITA

  39. Je te comprends Quichottine , ce rayon des 100 km est vraiment une arme bizarre pour lutter contre le virus , et le motif impérieux n beau casse – tête à définir car laissé à la libre interprétation de chaque contrôleur . Nous avons vu plusieurs fois la voiture des gendarmes dimanche et étant dans un autre département nous nous attendions à être contrôlés , il n’en fut rien étant à deux dans la voiture nous ne devions pas avoir le profil recherché .
    Si avec la petite tribu il a été possible de se donner rendez vous en toute légalité , pour le fiston c’était malheureusement impossible . J’espère quand même que pour le prochain anniversaire ( Coline fin juin) nous serons tous réunis dans les Vosges . J’avoue que je dois me faire violence pour ne pas approcher les personnes que je connais , c’est une toute autre façon de vivre , retenir ce qui a fait notre singularité , une certaine façon de mettre son moi sous cloche , sous masque .
    Oui il va falloir attendre mais j’ai confiance , la médecine va trouver un moyen de le retrouver .
    Bon jeudi Quichottine
    Bises

  40. Salut,
    Heureusement ma faille est revenue en Métropole sinon on ne risquait pas d’aller la voir.

    Super beau temps avec 28°.

    On est allé se balader hier mais aujourd’hui c’est repos.

    Bonne journée

  41. Vois le lien que Quichottine a noté. J’avais entendu parler de certaines dérogations.
    Je suppose que ton Archange a sorti le compas.
    Je te fais plein de gros bisous compréhensifs.

  42. Qui aurait pu imaginer une telle situation il y a seulement quelques mois ? nos petits enfants qui grandissent au loin, les beaux moments de complicité envolés , et pourtant nous respectons scrupuleusement toutes les directives pour que ce cauchemar finisse au plus vite !
    Le temps s’écoule, et je désespère aussi de retrouver ma « vraie  » liberté d’aller à ma guise .
    Souhaitons-nous courage Quichottine en pensant au meilleur pour l’après. Je t’embrasse

  43. Je te comprends Quichottine nous qui avons les enfants et petits enfants en Angleterre (partis il y a 20 ans pour le travail et la famille s’est créé là-bas) et je pense que l’on n’est pas près de se voir hélas … Le déconfinement en plus avec certains qui ne prennent pas leur responsabilité de la prudence, ne nous rassure pas mais comme tous il faut prendre son mal en patience comme l’on dit, en espérant grandement des jours meilleurs !
    Bisous de mon coin ch’ti et courage Quitchottine !
    Nicole

  44. Bonjour Quichottine
    Nous sommes très nombreux à être en attente, que ce soit de personnes ou d’un monde un peu moins triste. Je n’ai pas vu ma mère depuis 3 mois, mon fils depuis un an. C’est bien compliqué tout ça.
    Mais il reste le jardin comme tu le dis.
    A bientôt j’espère.

  45. Comme je te comprends c’est dure de me pouvoir voir ces petits.. J’ai la change d’avoir mes petits 7 et 3 ans à moins de 30km et pas école pour ceux… j’ai pu les voir hier et leur faire un gros câlin.. je n’ai pas vu ma maman depuis Noël ainsi que mes autres filles…. Bientôt nous pourrons de nouveau circuler librement ..
    Gros bisous et courage Quichottine.

  46. Nous vivons des moments difficiles, mais je pense que c’est pour pouvoir mieux (ou plus longtemps) vivre.
    limite à 100 km je pense que c’est ridicule, s’il doit y avoir une nouvelle pandémie que ce soit 100km ou 200km ça ne changera rien, par contre un peu plus de sévérité chez les personnes qui se promènent sans masque, sans les distances recommandées c’est plus risqué que 105 km.
    Fais attention aux contrôles car même presque arrivé, même en payant un PV de 135 euros ils peuvent t’obliger à faire demi-tour.
    Bonne chance dans ton parcours, si c’est possible fais nous un petit coucou juste pour nous dire que tu es arrivée.
    Je t’embrasse fort.
    Maryse

  47. Je me rends compte que finalement j’ai beaucoup de chance puisque j’ai vécu le confinement avec mon petit-fils qui habite avec ma fille à 100 mètres de chez moi; je vais pouvoir voir mon fils dimanche ça fait plus de deux mois que je ne l’ai pas vu et ce sera pour son anniversaire bonne journée à toi bisous

  48. Comme je te comprends! Tout mon petit monde vit en région parisienne et il me manque aussi!
    Espérons que la 2ème vague nous épargnera !
    Je t’embrasse bien fort.

  49. De nouveau,

    Bien que l’on soit en déconfinement, ce même se fait de manière progressive car le virus est encore présent mais plus aussi puissant et incontrôlable qu’auparavant, qu’il y a deux mois qui ont pu paraître interminables pour certains. D’autres n’ont pas si mal vécu que cela le confinement (tablettes, consoles, procrastination, écrans divers, farniente à la journée étaient ENFIN justifiables !). Me concernant, je l’ai mieux supporté au bout de deux semaines et en relativisant sur le fait que contrairement à d’autres, j’étais relativement active (pour le travail et un tiers dont je suis actuellement responsable en attendant un relais (dont les preuves restent à faire et même commencer… :/)). Puis, on a connu cela, le confinement ; autrement, pour d’autres raisons, dans un autre contexte et on y a survécu.
    Concernant votre déplacement, il me semble que s’il ne s’agit que de quelques kilomètres supplémentaires, il vous sera possible de rendre visite à votre petit-fils. Pour cela, il faut vous procurer une attestation (nécessaire pour les déplacements plus importants et donc au-delà des 100km autorisés) et justifier par un motif familial impérieux.
    Si certains ont le droit de se déplacer car la vie de couple fut difficile durant deux mois consécutifs et à temps plein, soutenir la nouvelle maman et rencontrer votre petit-fils est un motif tout aussi recevable.
    Prends également soin de toi, Quichottine.
    Bise.

    AnB

    PS : Joli contenu pour Le souffleur de rêves ! 🙂

  50. Ce qui est cruel, c’est qu’ils nous ont fait miroiter un déconfinement et finalement nous sommes toujours confinés même si le cercle est plus large . Dans mon île, il faut montrer patte blanche pour partir, et pour venir.Il y a bien des petits malins qui arrivent , je ne sais comment à passer entre les mailles.
    Nous recevons les colis au compte goutte car Orly est fermé et l’avion postal ne vole plus. Tout arrive par bateau … Nous avons l’impression d’être au fin fond de la brousse.
    J’espère que mes enfant et les petits pourront venir en été . . Il faut garder l’espoir.
    Sans doute , en prenant des petites routes , tu arriveras à partir au-delà des 100 km…
    Ces chaussons sont tout mignons.
    Gros bisous

  51. Ma Clairette apres 65 jours de quatorzaine, confinement, quatorzaine flottante puis vol est enfin arrivée dans son Fénua. Nous la suivions, vive internet quand les enfants sont loin. nous ne sommes pas prêt de la revoir si les quatorzaines se poursuivent. Les autres attendent vivement abolition des 100km!………
    J’espère que tu as pu partir

  52. Tout est devenu compliqué depuis le mois de mars. A chaque fois que l’on désire faire comme avant, il faut réfléchir à deux fois, car tous les codes ont changé. J’espère que tu pourras revoir ta petite famille. Bonne semaine et bises.

  53. Bonjour Quichottine, tu parles avec justesse de cette époque post Covid ..oui, ne pas voir ses proches et ne pas se rendre à plus de 100 km de son domicile tout en restant masqués sans se toucher, s’embrasser, c’est très particulier et fort anxiogène.. .En tout cas , tu as de belles lectures, dont le premier roman fort remarqué de Martine !

  54. Nous vivons tous, partout, dans le monde entier, cette triste aventure.
    Pour la France elle semble enfin se terminer … doucement mais je l’espère de tout cœur, sûrement.
    Cela m’a plutôt rapprochée de mes trois enfants, l’aîné a fêté confiné ses 50 ans. Une dizaine d’anniversaires fêtés chacun chez soi ! le mien compris, mais tous nous sommes sur facebook, et heureusement car c’est le seul moyen (gratuit) de communiquer avec ma fille Anne qui vit en Allemagne. On peut se voir, se parler ensemble, discuter, s’envoyer plein de photos.
    J’ai vécu cela dans un 36 m², en centre ville. J’ai rêvé d’un jardin, même minuscule, d’un chat aussi, que je peux plus avoir ici. J’ai lu, j’ai brodé comme tu as fait plein de jolis choses pour tes petits.
    Mais je suis vivante, contrairement à beaucoup de plus de 70 ans.
    On va s’en sortir et retrouver notre vie d’avant.
    Bon courage et plein de bisous

  55. Bonsoir Quichottine. Bonne nouvelle : la limite de 100 km disparaît ! Nous allons pouvoir enfants enfants et petits-enfants et toi ton petit-fils nouveau né. Bonne soirée et bisous

  56. Salut

    On est allé faire des courses et on s’est aperçu qu’il y avait plein de monde et beaucoup sans masque bien sûr.

    Il fait beau chez les chtis.

    Bonne fin de journée

  57. Bonsoir Quichottine , ce confinement a été très dur pour toi et je comprends tout à fait ! J’espère que tu vas enfin pouvoir retrouver les enfants et petits enfants ♥ J’ai du mal moi aussi à supporter ce nouveau monde masqué , c’est d’ailleurs certainement pour cela que je continue mon confinement au jardin, j’y suis si bien ! J’espérais quelque part que ce covid soit arrivé pour faire changer le monde, une sorte de « prise de conscience » , ce monde qui ne pense que finance, économie, travail… mais ça y est la vie reprend et certainement pire qu’avant ! Je vais rester encore un moment dans ma bulle optimiste, ça me fait du bien de croire que les gens vont changer ☺
    Je te souhaite de vite retrouver les tiens qui t’ont tant manquée, profitez bien de vos retrouvailles . Plein de bisous ma Quichottine et un bon week-end à vous deux

  58. Prends bien soin de toi Quichottine . Ce moment difficile est passager , et si nous respectons les règles de sécurité , la fin sera proche , et la vie redeviendra agréable .
    Contre un virus impalpable et nuisible , il est inutile de se rebeller , on se fait du mal à soi même .Nous avons la chance ( que nos aïeux n’avaient pas en temps de guerre) d’avoir la possibilité de parler et de voir en visio nos êtres les plus chers.
    Je te souhaite des moments heureux auprès des tiens.
    Je t’embrasse Quichottine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.