Amour conjugal

Il arrive parfois que l’on en dise trop, ou pas assez… Mais après tout, c’est du tout moi, ça, et je suis chez Nemo, j’ai le droit aussi de “dire” ce que je ne devrais pas.

Ce jour-là… Non, je ne raconterai pas. Mais j’ai laissé ce commentaire :

Je suis morte de rire…
Pas à cause du polo vert… Mais en fait parce que tu te plains d’être regardée…
Tu sais ce que ça fait de ne pas l’être ?
Tu te fais toute belle… tu passes même chez le coiffeur toi qui n’y vas jamais… tu avais tout rangé auparavant, tu as même terminé la pile de repassage, plus rien ne traîne… Tu as préparé le repas qu’il aime, tu es fière de toi…
Il rentre du boulot… c’est vrai… il est sans aucun doute épuisé.
Il ôte sa veste et ses souliers, il passe à table… Tout pourrait être parfait…
Tu le regardes. Tu attends ses première paroles…

Et là, tu l’entends te dire… gentiment :
“Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ?”

…. Ben rien, tu vois bien !

[…]

Commentaire n° 3 posté par Quichottine
le 20/12/2007 à 10h22

Il aurait fallu que l’on sache tout ce que je mettais dans mes silences… les grands “blancs” de mes commentaires.

J’avais publié cette page le premier avril 2009 dans mon Refuge. Ce n’était pas un poisson, non, c’était seulement un clin d’œil à toutes celles qui finissent par se persuader qu’elles ne font rien de la journée.

J’écoutais Anne Sylvestre ce matin chez jamadrou… voici un extrait d’une autre de ses chansons.

“C’est vraiment la faute à Ève
Si Adam rentrait crevé
Elle avait une vie de rêve
Elle s’occupait des bébés
Défrichait un peu la terre
Semait quelques grains de blé
Pétrissait bols et soupières

Faisait rien de la journée”

C’est toujours “la faute à Ève”.. et si vous ne la connaissez pas, vous pouvez l’écouter ici.

Pendant une dizaine d’années, j’ai été sans emploi… mère au foyer. N’en déplaise aux politiques, j’exerçais de nombreux métiers de façon tout à fait bénévole, auprès de mes quatre enfants. J’y ai gagné de merveilleux moments, d’autres plus difficiles, mais j’ai été heureuse près de l’être dont je partage encore la vie aujourd’hui, sans que ces années soient prises en compte dans le calcul de mes droits à la retraite. :mrgreen:

Les enfants ont grandi, sont partis, comme le font tous les enfants, plus ou moins tôt, fondant une famille ou pas, selon leur choix et les possibles, car la vie est ainsi, faite de choix et d’obligations, d’impossibles et de rêves non réalisés.

Ils sont aujourd’hui ailleurs et plus ou moins présents à travers les moyens de communication actuels qui permettent et favorisent l’éloignement physique et l’éclatement des familles.

J’imite encore cette première femme dont Adam aurait pu se plaindre. Je continue de rêver en occupant mes doigts comme je l’ai appris lorsque j’étais enfant, adolescente…

(image wikimedia)

Pourtant, lorsque je lis, je ne fais rien sinon tourner les pages en m’évadant du quotidien. Ce sont des moments que l’on pourrait me reprocher, des moments improductifs qui me permettent seulement de continuer jour après jour d’exister autrement que par mes mains, et même si cela me prend plus de temps qu’autrefois, je continue d’apprendre.

La civilisation des images, de l’immédiateté, m’a fait préférer parfois le film au livre pour découvrir le contenu d’un roman, d’une biographie. Je le regrette après, parce que je sais bien que les images traduisent rarement l’intégralité de ce que j’aurais pu découvrir en lisant.

Il faudrait que je vous parle d’Autant en emporte le vent… ce sera pour demain.

Merci à vous qui me lisez…

49 réponses à “Amour conjugal

  1. Merci de ce sourire provoqué par ton commentaire de 2009 !
    Tant d’amour donné, partagé, tant de réconfort offert, tant de fragilité sûrement aussi parfois… toute une vie donnée en partage… l’essentiel, quoi !
    Aujourd’hui, tu es toujours là, présente pour nous, pour les tiens, pour lui et, je l’espère, pour toi. La petite histoire qui rejoint la grande histoire, du mieux possible. La beauté de la Vie 🙂

  2. Coucou Quichottine,
    Sourire devant le commentaire que tu as re déposé ici.
    Je dois avoir de la chance alors parce que c’est vrai que ce genre de reproche de la part des femmes n’est pas rare, avec cette sensation d’être transparente.
    Quand à cette vision de ne rien avoir fait, il suffit de leur demander de juste s’occuper des enfants ne serait-ce qu’une journée, rien de mieux pour leur faire comprendre ce qu’est le quotidien pour une maman (et je ne parle pas de la maison, des repas et de tout le reste…). Lors de mes congés parentaux, ma moitié a vite compris que c’était loin d’être tout repos hihihi
    Bisous et bonne journée

  3. Certains pensent que les femmes au foyer ne font rien et d’autres que « d’être assise  » dans un bureau toute la journée ce n’est pas fatiguant … D’autres encore que les institutrices ou profs se la coulent douce avec 3 mos de vacances … Dès que l’on est femme il y a toujours des critiques quoi que l’on fasse et peu de reconnaissance,

  4. la question est gentiment posée, elle mérite qu’on s’y intéresse, mais de toutes manières, la femme au foyer, même si « on » pense qu’elle ne fait pas grand chose de sa journée, reste précieuse, et c’est ça l’important!

  5. Bonjour Quichottine,
    Assez significative cette anecdote… Mon mari reconnaît assez facilement ce que je fais (quand je « ne fais rien »!), mais parfois, nous sommes nous-mêmes assez critiques envers nous-mêmes ….
    Mais c’est intéressant de raconter aux enfants de 12-15 ans qu’il n’y a pas si longtemps, les femmes devaient demander l’autorisation du mari pour travailler.!! Ils ouvrent des yeux immenses, et on note alors que les mentalités ont changé. Ce qui n’empêche pas le « travail à la maison » de conserver cette image de « ne rien faire », tant que ce n’est pas à monsieur de le faire, car il a souvent l’air « d’une poule qui a trouvé un couteau »! (je parle de mon mari, que j’ai très mal « éduqué », je l’avoue!!!

  6. Pour ceux et celles qui vivent cette méconnaissance du travail qu’ils font, c’est vraiment très dur…et tu le relates avec beaucoup d’humour, cela aide à alléger la fatigue parfois trop lourde…
    J’aime beaucoup « la jeune fille tricotant »de Jules Breton
    Bonne journée quichottine !

  7. J’étais « une mère au foyer » évidemment avec toute cette connotation négative de celle sui ne « travaille » pas
    ce regard de la société est d’un mépris qui fait mal et je voyais ma situation comme une maladie honteuse
    Avoir privilégié la vie de famille aux possibilité de vacances , loisirs et voyages ma paraissait essentiel.

    Je t’embrasse Quichottine et je te souhaite une belle journée

  8. Au fond la vie n’est rien et c’est sa richesse. Pas de mesure… A la retraite, beaucoup n’affiche plus leur métier …
    Autant en emporte le vent… Je l’ai lu et relu, vu le film… Ton billet réveillera des souvenirs.
    Bises et bon… Rien.

  9. almanito

    Pas toujours simple d’être reconnue lorsqu’on est mère au foyer, c’est vrai…
    Peut-être est ce dû au fait que ces femmes sont extérieures à la vie sociale, ce sont en quelque sorte deux mondes qui ne se croisent qu’au retour du mari au foyer…
    Tu as eu beaucoup d’humour en tous cas dans ton com’, tu m’as fait rire 🙂

  10. Ton billet me renvoie à cette magnifique chanson de Lynda Lemay « Une mère ». Je ne vais pas y mettre le texte parce qu’il est long mais je mets le lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=LOd_8Tt8FCg

    Belle journée.

    • que cette chanson est belle! Je la connais depuis quelques années, et je ne m’en lasse pas!

  11. superbe quelqu’un qui aime ECRIRE et à tout propos ….♥ j’aime

  12. Tu m’as fait rire parce que je me suis retrouvée dans une partie de ce que tu dis et notamment pour le coiffeur. À chaque fois que j’y allais sans lui dire que j’y étais allée il ne le remarquait pas et quand je lui faisais remarquer que j’étais allée chez le coiffeur il me disait pour se faire pardonner « oui je n’ai pas vu mais mais tu es toujours bien coiffée » !!!. Bisous

  13. Merci pour ce billet si vrai et si drôlement tourné. Tu m’as rappelé Maman qui nous a élevées et n’a travaillé que fort tard à la mort de Papa qui lui disait, elle n’a pas un métier mais cent métiers. C’était une belle reconnaissance. Pour ma part je n’aurais jamais pu…
    Je me rappelle qu’il se moquait aussi quand Maman téléphonait à ma grand-mère ou à ma tante, cela durait toujours un certain temps (normal…) et quand il lui demandait « quoi de neuf ? » elle répondait « oh rien de spécial » et il riait en demandant comment on pouvait parler si longtemps pour… rien ?… Tu vois ça marche dans les deux sens 🙂
    Belle journée à toi. Gros bisous

  14. coucou j’ai été maman au foyer durant de longues années:) avec trois adorables fils 🙂 je sais ce que c’est que de ne pas arrêter de la journée , et mon mari qui me dit que c’est une question d’organisation lol
    mais j’ai adoré cette période et je ne le regrette absolument pas 🙂

    gros bisous

  15. Beaucoup d’humour et de tendresse dans ce billet, et il en faut pour affronter les petites phrases anodines qui pourraient piquer si l’amour n’était pas présent. Belle journée Quichottine et merci pour ce partage.

  16. Mistigris34

    ah oui ! sont (presque) tous pareils !!! ne voient que ce qu’ils veulent quand çà les arrange ;
    oui maman au foyer – 5 enfants – bénévole dans plusieurs assos en même temps, ensuite reprise de travail, rien à voir avec mon métier de secrétaire (avant les enfants) – auxiliaire de vie chez une personne aveugle, et exigeante !
    bof, je ne garde que les bons moments, c’est mieux mais tu as raison dans tout ce que tu as décrit,
    bonne fin de semaine, bisous, MIAOU !!!!

  17. Quand on voit l’éducation des enfants, la délinquance des adolescents, le non respect, je finis par penser que la mère au foyer avait du bon. Maintenant que les femmes travaillent, et je suis pour, pour surtout leur indépendance économique, c’est certain qu’il y a du laisser-aller sur l’éducation de base. Ce n’est pas les enseignants qui ont cette tâche. Il ne faut jamais confondre l’éducation et l’instruction.On devrait renommer le ministère en « Instruction Nationale », ce serait plus juste. J’aime beaucoup entendre au cours de mes déambulations de jeunes parents qui reprennent bien leurs enfants : « dis merci », « dis bonjour », etc. C’est la base ! Je me suis séparée justement beaucoup à cause de cela avec un ancien compagnon, le fait qu’il ne dotait pas son fils d’une « bonne éducation de base ». Je pense que c’est essentiel, surtout pour l’enfant, pour qu’il soit à l’aise plus tard au sein de la société, et apprécié. Dans mon ancien travail, un directeur prenait des Bac+4 pour exercer des métiers de commerciaux, au lieu de Bac+2 (niveau qui aurait été suffisant), pensant que leur éducation serait meilleure. Peut être venaient-ils de familles économiquement plus aisées, surtout ? Je viens d’entendre un reportage disant que les étudiants devaient encore plus s’endetter pour financer leurs études, leur logement, plus de 2,4 % d’augmentation de charges diverses. Alors oui, effectivement, la durée des études est un problème de moyens économiques, et ces familles plus aisées ont peut être plus de moyens pour assurer la garde de leurs enfants par du personnel qualifié et attentif.
    Et quant à la retraite, c’est une mauvaise surprise pour tous. Travailler autant d’années, se donner autant de mal, suivre des formations, pour toucher aussi peu ! Les fonctionnaires sont favorisés, mais cela ne va pas durer, beaucoup de droits vont être remis en question.

  18. Ton commentaire, ma Quichottine, est génial. Bravo et merci.
    La vie à deux, avec ses très bons, bons et moins agréables côtés, fait que quand l’amour persiste, l’union va jusqu’au moment où l’Ankou fauche l’un des deux.
    Alors ma Quichottine, profitons des instants présents, tant que la santé nous le permet.
    Bises et bon vendredi

  19. Ton article est amusant et émouvant en même temps …
    Je n’ai jamais été femme au foyer mais souvent transparente, ça oui !
    Pas toujours facile de se raconter.

     » Bonne fin de semaine, déjà !
    Le temps passe à une vitesse folle …
    Gros bisoux doux ma quichottine ♥ « 

  20. Sourire !!! C’est tellement toi 🙂
    Je l’écris avec sourire et beaucoup de sympathie.

  21. Il vaut mieux en rire, de ce regard un peu méprisant envers les femmes au foyer, dont je fais partie, il est vrai qu’aujourd’hui, c’est beaucoup plus difficile d’être une mère au foyer, la vie a tellement changée…
    Belle et douce journée

  22. Une mère au foyer ne fais pas rien bien loin de là et même après que les enfant soient partis une femme au foyer a toujours a faire preuve a l’appui regarde comme le temps file….Bisous

  23. Une mère au foyer ne fait rien ? Merci pour ton article Quichottine.
    J’ai connu la mère qui lorsque le bébé est né préférait aller « travailler » pour un patron et donner son enfant à la garde d’une nounou. Elle trouvait qu’elle était moins fatiguée comme ça.
    Moi aussi, je me suis sentie un peu rejetée et je dois un grand merci à ma belle-mère qui un jour, a répondu : oui, c’est vrai elle est à la maison pour éduquer les garçons et entretenir la dite maison donc tout ce qui va avec et en plus, elle fait le jardin, donc les légumes, et les tricots pour tous et elle s’habille, pas besoin d’acheter les vêtements à l’extérieur.
    Tu vois, un peu ton modèle.
    Mais j’avoue que, par moments, cela m’a manqué.
    Bisous

  24. SOLYZAAN

    merci pour ce sourire qui redonne du punch dans une période de doutes :)))
    après une année scolaire des plus mouvementées et la première fois que j’ose me confier à mon petit frère (10 ans de moins) lui faisant part des embûches, ce dernier m’a remercié de l’avoir fait même si au final j’avais surtout réussi à lui communiquer des angoisses que sa vie de célibataire sans enfant lui épargnait.
    Pour lui, la maman au foyer plutôt fatiguée s’est révélée être un chef d’entreprise performant (dormant rarement sereinement) ayant pour objectif que « sa petite entreprise » avance tant bien que mal entre les 4 tempéraments bien trempés de la maison… »élever » ses enfants prend tout son sens…
    C’est la vie par la force des choses qui a choisi pour moi ce statut de femme au foyer, « un merveilleux malheur » :))) (lire et écouter Boris Cyrulnik :)))
    Je t’embrasse bien fort

  25. Un mari, un enfant, un métier, des loisirs communs aux trois (une chance et un plaisir). Depuis que je suis à la retraite et que je n’ai que ma petite personne à gérer, je cours après le temps, avec toujours cette question récurrente : « Mais je faisais comment, AVANT ? » 😉
    Ton « cas d’espèce » est très gentil de s’enquérir de ce qui a pu meubler la vacuité de la journée de son épouse… D’aucun aurait bramé dès le seuil : « Qu’est ce qu’on mange ce soir ? » Car, n’est-ce pas, la femme au foyer se doit de rester, justement, près du sus-dit foyer à surveiller le chaudron !
    Je devais avoir 9 ans lorsque j’ai accompagné mes parents au cinéma pour voir « Autant… » Tout se conjuguait pour un beau souvenir : Papa avait enfin obtenu une permission pour rentrer nous voir, nous partagions un moment rare car coûteux, pour voir un tourbillon de fureur et de bruit, des costumes somptueux, des acteurs magnifiques et un film dont les couleurs me piqueraient les yeux aujourd’hui ! Plus tard j’ai lu le livre, que dis-je, je l’ai dévoré ! Et il fallait avoir un gros appétit !

  26. Ah oui la transparence de nos actes est souvent un sujet de réflexion au sein du couple . Pour le coiffeur je suis à cent pour cent en accord avec ton commentaire . Quant aux 10 ans de femme au foyer j’ai connu à peu près la même pause , je l’ai voulu je tenais absolument à m’occuper de mes enfants , J’ai souvent senti ce regard méprisant de celles et ceux qui ne comprennent pas qu’on puisse sacrifier un métier lucratif à cette dépendance affective ( sic ) mais j’ai fini par de toute façons changer de métier . Je ne remercierai jamais assez ma moitié de m’avoir permis ce break .
    Bonne soirée
    Bises

  27. Tendresse et sourires en lisant tes mots Quichottine, avec cette petite touche de férocité qui en dit long sur certaines incompréhensions entre hommes et femmes…
    J’ai de la chance ai-je souvent coutume de dire car mon mari qui est mon meilleur ami depuis notre jeunesse (on est jeunes encore lol!) n’a pas ce côté à attendre que je fasse quelque chose…
    On est complémentaires l’un de l’autre, on fait plein de choses l’un et l’autre, l’un pour l’autre, l’un avec l’autre et il est très « tâches ménagères ». Il cuisine aussi et très bien. On aime cuisiner ensemble, on n’attend pas que la « nana » bosse… Je dis ça de cette manière car j’ai des amies qui se sont souvent retrouvées dans le rôle de « j’accomplis toutes les tâches »…
    Une femme au foyer ne fait pas rien, bien au contraire!
    Je suis très remontée, j’assume complètement, contre beaucoup de femmes qui s’imaginent qu’il faut absolument qu’une femme aille travailler pour être une vraie femme…
    Aucune femme ne devrait culpabiliser de ne soi-disant pas travailler à l’extérieur, aucune femme ne doit être l’esclave d’idées bien pensantes et ne devrait supporter de se laisser déterminer sa conduite.
    Et aucun homme non plus car il y a hélas des hommes considérés comme des moins que riens par des working girls s’imaginant être mieux que les autres parce qu’elles gagnent plein d’argent.
    A chacun de trouver sa place, son rôle dans la vie et surtout, de combattre pour préserver sa dignité.
    Je connais heureusement des couples où chacun est heureux dans le quotidien et respecté pour ce qu’il ou elle fait, avec le coeur, au quotidien
    Et si on a envie de ne rien faire et bien c’est très bien aussi!
    Un billet que j’ai lu avec grand plaisir, merci Quichottine
    Gros bisous
    Cendrine

  28. Je souris à ton commentaire tellement vrai !
    Que ferait -on sans femme au foyer qui est le pilier de la maisonnée , l’amour , le réconfort …… et qui une fois finies les tâches  » domestiques » n’a plus de temps à soi pour penser à soi ….. sans culpabiliser.
    Et quand les enfants sont grands , envolés , elle pourrait prétendre à un repos mérité , mais il y a les petits enfants à garder …… avec plaisir certes mais en plus des tâches ménagères !
    Il faudrait parfois inverser les rôles , le père au foyer et la mère au travail …… avec des collègues pour parler , échanger …..vivre!!
    Je t’embrasse Quichottine

  29. Bonsoir Quichottine. Je suis comme Galet : Maintenant que je suis à la retraite je me demande comment je faisais avant pour travailler et m’occuper de tout… Avec 4 enfants cela devait être compliqué de tout gérer… Bisous

  30. Oh oui, femme au foyer, travail à plein temps de jour et même de nuit…
    Et ce sentiment d’être transparente pour les miens parfois prend à la gorge et met quelques perles de larmes aux yeux… Difficile d’y échapper dans une vie de femme.

  31. as tu entendu cette confidence de Bernadette Chirac ? « Vous savez mon mari, il n’est pas commode tous les jours. Quand il déjeune avec moi, même maintenant qu’il a pris sa retraite (…), il me dit : Bah, qu’est-ce que vous avez fait ce matin ? Il n’attend pas la réponse et il me dit : Rien ! Comme d’habitude. »

    « cette première femme dont Adam aurait pu se plaindre. » mais sa premiere femme, Lilith, était une démone sacrément délurée !

    « avoir toujours les mains occupées « , ah oui, ça alors fait partie de l’éducation à l’ancienne, qu’on traine jusqu’au bout , connais tu cette chanson https://www.youtube.com/watch?v=NMarogPJzSA

  32. J’ai souri en lisant ton commentaire.
    Et oui être femme au foyer quand on a des enfants n’est pas de tout repos et les journées passent très vite.
    Désormais il y a des pères au foyer aussi et heureusement même les pères qui travaillent s’occupent de leur enfant en rentrant et il y a un partage des tâches ménagères.
    Il n’est pas si loin le temps où les femmes devaient effectivement demander l’autorisation de travailler à leur mari, tu fais bien de le rappeler.
    Bientôt les livres ne seront qu’un lointain souvenir, déjà, on a oublié ou presque les dictionnaires…
    Bon week-end Quichottine
    Gros bisous

  33. Salut,
    Ben tu vois après 47 ans de mariage on se dit toujours bonjour le matin .
    La pluie est bien présente depuis ce matin.
    J’espère que pour la brocante demain il fera soleil.
    Bon week-end

  34. Le bonheur pour toi est fait de tout ce que tu fais qui reste invisible…Cela te donne bonne conscience
    et ce n’est pas peu…
    Bisous et bonne journée Quichottine…

  35. J’ai été une maman « pas au foyer » et qui trouvait tout le travail du foyer à faire quand même , le soir ou le week-end et sans beaucoup de temps pour moi non plus.
    Vite parle nous d’Autant en emporte le vent , j’ai adoré !
    je t’embrasse .

  36. Ma chère Quichottine,
    C’est si vrai! C’est tellement vrai!  »
    Il est bien connu qu’une femme à la maison ne fait rien!
    Grrrr!
    « Autant en emporte le vent »
    j’ai vu deux fois le film et lu je ne sais plus combien le roman. Tiens, tu me donnes envie de le relire une fois de plus. Je ne m’en lasserai jamais.
    gros bisous de bon dimanche
    😉

  37. Je souris en lisant ton billet…
    Les femmes au foyer ne font rien, c’est bien connu !!
    Tout comme toi, je continue d’apprendre… Chaque jour, quelque chose de nouveau… Et comme je suis curieuse de nature, ça me va…
    Je t’embrasse Quichottine

  38. Salut
    On a eu un temps pluvieux depuis hier matin .
    Le temps est ensoleillé cet après midi.
    J’espère que ca va durer.
    Bonne semaine

  39. La femme au foyer, souvent une caricature, bobonne ou nunuche, mais il y a aussi la super , celle qui fait tout , en plus se cultive chez elle. L’art , c’est qd tout semble simple et ne laisse pas voir les efforts et le travail accompli, c’est Béjart qui disait cela. Alors, Dona, tu es une vraie artiste, ton rien est un tout. Bises VITA

  40. Oh Quichottine, tu dis cela très bien ! et ton gentil mari attendait peut-être une autre réponse que rien mais plutôt la description résumée de tout ce que tu avais fait auprès de tes enfants . Quant à la lecture, ce fut longtemps la première ouverture sur le monde au-delà de sa vie domestique. Sinon pourquoi les puissants se seraient-ils, tardivement il est vrai, donné la peine de faire apprendre à lire au moins les femmes bien nées, bien avant de leur apprendre à écrire …
    bises et belle journée

  41. Salut,
    On croyait que le soleil était de retour pour de bon.
    Ben non on a subi deux bonnes averses .
    Enfin le soleil se pointe ce soir .
    Bonne semaine

  42. Ah, la mère au foyer ! Elle n’est pas toujours reconnue pour le travail qu’elle fait. Et pourtant, il faudrait que les maris fassent la même chose qu’elle pour qu’ils se rendent compte de la tâche énorme que cela représente.
    Quand on lit, on ne fait rien, quand on est devant l’ordi, on ne fait rien, … Tu passes ton temps à ne rien faire ! Ce sont ces moments-là que l’on retient et pas ceux du ménage, du repassage, de la cuisine, des courses, du secrétariat avec tous les papiers à gérer, …
    Enfin, bref, moi, de plus en plus, je mets en avant ce que je fais et le dis haut et fort. Et surtout je ne dis pas que je n’ai « rien fait » car on pourrait le croire !!
    Mais, maintenant que je suis à la retraite, j’ai sans doute beaucoup plus de mal à tout faire comme quand j’étais jeune et avais un métier. Je fatigue plus.
    Actuellement, les jeunes hommes s’occupent un peu plus des enfants et de quelques tâches à la maison. Mais, les femmes doivent insister !!!!
    Enfin, ce n’est pas si simple tout ça !!
    Bises et bonne soirée Quichottine !

  43. Pour moi, c’est un peu différent, mais il y a des similitudes. Je te raconte, Quichottine.
    J’ai choisi un travail à exécuter chez moi, du télétravail. A l’époque, c’était avant-gardiste (en 1989). J’avais donc choisi de travailler chez moi pour pouvoir élever mes enfants, être présente pour eux, les aider dans leurs devoirs, les voir grandir, les entourer, etc. Mais comme je travaillais chez moi, je n’étais pas considérée comme une travailleuse. En fait, j’étais salariée et je devais exécuter le travail en temps voulu par mon patron. Je ne pouvais pas poser de congés comme bon me semblait sous prétexte que je travaillais chez moi. Et pourtant, lorsque nous devions partir avec des amis, personne ne me demandait si je pouvais poser des congés à la période choisie, il était évident que si. Et aussi, lorsque je travaillais, des amies venaient me rendre visite à l’improviste, s’installaient, bavardaient, ne se rendant pas compte qu’il allait falloir que je travaille le soir jusqu’à minuit pour faire mes heures (j’avais fini par leur dire). Enfin bref, c’est différent de ce dont tu parles, mais cela m’y a fait penser tout de même. Ne pas être reconnue en tant que.
    Belle soirée à toi, Quichottine.

  44. Mais par contre, mon mari m’aidait dans les tâches ménagères, c’est important que je le précise ! 😉

  45. Annielamarmotte

    Je connais cette chanson depuis peu…. C’est ma dernière fille qui me l’a envoyée
    ….. Bisous Gente Dame

  46. Beaucoup de gens et beaucoup de maris considèrent encore que la « femme au foyer  » ne fait pas grand chose et a la belle vie .
    Je ne sais pas si un jour tous ces divers métiers qu’accomplit une femme au foyer seront reconnus à leur juste valeur.
    Est- ce pour cela que parfois,on se sent un peu « coupable » de prendre le temps de lire, de rêver, de ne rien faire ?
    Je suis « vent debout  » quand j’entends dire que les femmes au foyer ne font rien .
    Avoir un mari qui aide et qui reconnaît le travail de sa femme , n’est que justice!
    Ton commentaire est très juste .Bisous

  47. Ton billet m’a rappelé bien des choses…
    J’étais institutrice …j’avais donc deux métiers…un reconnu, l’autre pas….
    Je me demande parfois comment j’ai fait!
    Maintenant je connu mon second métier pas de retraite pour les mamans, mamies…
    Et je me sens coupable quand je prends du temps pour écrire ou lire!

  48. J’ai adoré ton commentaire posté chez némo
    Et oui c’est souvent que nos hommes nous trouve improductive, il ne se rendent pas compte de ce que nous faisons alors qu’eux triment sur un bout de jardin ou autre… Tu m’a faite rire, merci ma grande
    Je t’embrasse