Et que passe le temps…

Ce n’est pas la saison, me direz-vous… Pourtant, ils peuvent fleurir des premiers jours du printemps au premières gelées.

100922_soucis

J’ai toujours aimé leur belle couleur orangée et j’avoue que je préfère les voir dans les jardins que dans nos cœurs.

Nous en avons tous, plus ou moins… on dit parfois que le destin nous en attribue à hauteur de ce que nous pouvons supporter. Je ne sais pas.

Je sais seulement que nous nous adaptons, que la vie est ainsi, qu’il faut le plus souvent “faire avec” pour ne pas se noyer dans un chagrin trop grand.

Mais il y a des moments où c’est plus dur, où les soucis, ceux que l’on croyait définitivement rangés dans le fond d’un tiroir à secrets, reviennent nous hanter, se montrent bien plus forts encore…

C’est à ce moment-là que je m’échappe, que je me cache derrière une Quichottine toujours prête à agir, à monter au créneaux, même en sachant que les batailles qui se gagnent sont bien moins nombreuses que celles qui se perdent.

Alors, comme son parrain, le chevalier que l’on disait “à la Triste Figure”, Quichottine prend des coups, mais elle se relève toujours, car c’est ainsi qu’il est devenu “le Chevalier aux lions”, même si ses lions n’étaient que des chimères.

Vous me croirez peut-être, ou ne me croirez pas, mais, depuis le temps, je sais qu’il est plus facile de gagner en agissant qu’en ne faisant rien dans son coin, qu’en ruminant des chagrins que nul ne peut guérir, qui se transformeront un jour en souvenirs, malgré les larmes versées, et surtout grâce aux larmes versées.

Nous gagnerons, pour un ou plusieurs enfants malades, pour ceux qui peuvent encore rêver, pour ceux qui réussissent à oublier et à faire oublier à leurs proches, pour un moment, un jour, une fin de semaine,  ou seulement quelques minutes, les années de souffrance, de soucis quotidiens que l’on affronte le plus souvent seul.

Nous gagnerons, parce que nous avons tissé, depuis que nous nous connaissons, une grande chaîne d’amitié, et que nous y ajoutons, année après année, des maillons chaque fois plus nombreux.

Des amis disparaissent, et, comme le chantait Brassens,

“Au rendez-vous des bons copains
Y avait pas souvent de lapins
Quand l’un d’entre eux manquait a bord
C’est qu’il était mort
Oui, mais jamais, au grand jamais
Son trou dans l’eau ne s’refermait
Cent ans après, coquin de sort
Il manquait encore”

Georges Brassens, “Les copains d’abord”, 1964

… longtemps après, ils manquent encore, même si d’autres ont repris le flambeau délaissé.

Cette année, et grâce à son épouse, désormais veuve, notre ami Pierre Fassbind, qui a toujours été présent, depuis le premier de nos livres, l’est de nouveau. Il fait parler sa plume, et j’ai énormément aimé ce récit, cette lettre écrite par un objet le plus souvent méprisé. Bien sûr, vous ne trouverez ici qu’un extrait de ses pages… à lire en plus grand d’un seul clic sur l’image.

171016_Pierre Fassbind_Voyage_p210-211

Pierre avait un don très sûr pour l’écriture et le dessin… il nous manquera.

Quant à moi… Il m’arrive d’écouter ici ou là, de m’interroger aussi, mais jamais sur l’utilité de nos blogs, de nos écrits, des voyages immobiles que nous faisons derrière nos écrans.

Qui écrit ? Moi, aujourd’hui, ou l’autre ? Celle qui s’est choisi un nom alors qu’elle en avait déjà plusieurs, un nom qui pourrait prêter à rire, un pseudonyme un peu étrange, étranger, chargé de rêves et de chansons, de poèmes, de dessins et de sculpture que beaucoup ont croisés, un jour ou l’autre.

Koulou m’avait affublée d’une passoire, vous en souvenez-vous ?

Quichottine

Ce n’est pas plus ridicule que le plat à barbe qui coiffe don Quichotte depuis qu’il a cru s’être emparé du casque d’or qui devait lui donner l’immortalité.

Après m’avoir rencontrée, Koulou remplaça ce premier avatar par un autre, me donnant l’air plus rêveur et une plume en guise d’épée.

Quichottine par Koulou

J’ai aimé et j’aime toujours ce portrait.

Moi, je ne fais qu’écrire, transformer parfois en mots des images qui ont su me parler. Je rêve, je rêve d’un monde où tout serait possible, même de faire rêver ceux qui ne rêvent plus.

Et parfois, grâce à vous… ce rêve se réalise.

51 réponses à “Et que passe le temps…

  1. 😉 ah qui n’a pas son lot de soucis, petits et grands, la vie et son côté pas rose, ni orange, mais gris ou noir, on fait au mieux avec, parfois il arrive qu’un d’entre eux ait notre peau, qu’importe l’âge… trop injuste dirait Caliméro ! Alors si nous pouvons ensemble faire sortir un enfant malade de son quotidien astreignant, que du bonheur dans les deux sens !! Bonne nuit Quichottine, bises

  2. Triste billet avec ce départ pour un dernier voyage… mais hélas la vie va ainsi. Il faut faire perdurer cette amitié, ce lien, ce nom dans nos tête et coeur afin que son souvenir ne s’efface jamais.
    La vie se poursuit, parfois difficilement, et c’est avec nos attitudes et nos sourires qu’on va la faire pétiller et rayonner malgré les difficultés, les souffrances et les tristesses qui la jalonnent.
    Amitiés et tendres pensées à tous.

  3. Eglantine Lilas

    merci à toi de  » t’agiter  » envers et contre tout ce qui peut traverser nos vies 🙂 et merci à Pierre là ou il est pour cet extrait de texte que j’adore. Et puis merci à son épouse de t’avoir autorisée à le publier.
    grosses bises

    P.S …j’adore aussi énormément les soucis ….en fleurs 🙂

  4. mireille du sablon

    … j’aime beaucoup cette idée de « gagner »….contre l’ignorance, contre ce qui peut apparaître infranchissable et surtout contre l’indifférence!
    Bises du jour de Mireille du Sablon

  5. Tu ne le sais peut-être pas, mais combien de fois tes mots m’ont remonté le moral, même s’ils ne m’étaient pas directement adressés, je me les appropriais et repartais … ragaillardie !
    Un être cher s’en va mais il est toujours là, dans nos coeurs.
    J’aime le rappel de la chanson de brassens.
    Bon mardi … suis en colère !
    Bisoux doux, ma quichottine.

  6. Les uns s’en vont et restent en nous jusqu’au bout… ton billet est à la fois triste et plein de vie, car c’est elle qui nous donne la force de relever les défis et malgré les échecs de poursuivre nos rêves.

    Merci pour Pierre, merci pour nous qui voyageons grâce à toi aussi, ton énergie et tes papiers d’espoir qui forment les infinies de l’imagination.

    Tendresse ma Quichott’

  7. Chère Quichottine, cette bulle que tu as créée et dans laquelle tu nous invites est une vraie douceur, une respiration pour chacun dans le tumulte des vies. Ces instants qui nous rapprochent sans que nous nous connaissions, pour la grande majorité, contribuent à cette part de rêve. Un rêve que grâce à ton énergie nous faisons ensemble pour en souffler quelques douceurs à ces enfants qui souffrent. Offrir c’est aussi un doux onguent pour nos propres douleurs.
    Je t’embrasse fort
    Anne

  8. Un billet plein de nostalgie et de tristesse , d’un coté la joie de faire quelque chose de bien et de l’autre la vie qui nous échappe..Mais tes mots qui courrent sur la toile sont toujours de grands moments de partage et d’amitié
    Je t’embrasse très fort

  9. Hélas nous ne sommes pas éternel …
    Je m’interroge souvent sur le pourquoi d’un blog mais je chasse vite ces pensées …. quels partages formidables!

  10. Comme Bztt, je vais, je viens, me pose rarement plus de quelques secondes sur un blog, repart. Je ne suis pas « réseau ». Pourtant certains endroits m’attirent aussi sûrement qu’un gâteau oublié sur une table et je ne peux m’empêcher de me poser… C’est ainsi que nous nous sommes connues et suivies et que tu m’a fait découvrir bien des choses, dont ce pouvoir de réaliser des rêves. Une seule devise ici : « Semper fi » !

  11. Entre soucis et rêve s’égraine la vie, avec les liens qui forment la longue chaîne de l’amitié…
    Si nos blogs le permettent, ils ne sont pas là pour rien…
    Bonne journée Quichottine

  12. je rejoins ABC…
    Bien trop souvent des amis réels et ou virtuels quittent le chemin de la vie leur sillage ne s’efface pas de notre coeur.
    Je t’embrasse Quichottine

  13. J’en ai plein! de soucis mais ils sont au jardin, ardents petits soleil qui enchantent nos étés! Les autres ils sont là …… mais je ne leurs parle pas……
    Page nostalgique certes mais aussi pleine de courage et d’émotion!
    Bien aimé la page de Pierre…. il est donc bien encore là!
    Je t’embrasse fort
    Dany

  14. « Je ne fais qu’écrire »…. mais si bien ! Tu nous emportes dans un monde doux et tendre qui me touche à chaque fois, même s’il est teinté parfois de gris.
    Ce portrait te va bien, bravo à Koulou 🙂 Bises.

  15. Nous ne sommes pas éternels, mais nos amis sont éternels dans nos coeurs.
    J’aime cette belle chaîne d’amitié que tu as su former .
    très belle journée, bises

  16. Coucou ma Quichottine.
    Nombreux sont ceux qui sont partis ces derniers temps,mais comme tu le dis si bien, il reste en nous, au fond de notre coeur. Merci pour ces mots ma douce amie et que le rêve continue encore très longtemps !
    Bises et bon mardi

  17. Le rêve continue grâce à nous mais surtout grâce à toi qui sait si bien nous apporter l’énergie qui nous manque parfois car nous sommes submergés de soucis et de chagrin. Grâce à tes pages nous pouvons lever la tête . J’adore tes pages même si parfois je ne dépose pas de commentaires. Ton blog a une très bonne raison d’exister

  18. les soucis qui s’amenuisent avec tes beaux écrits ! ta plume si délicate-
    je ne saurais faire !
    je me sens nulle pour écrire ici –
    je suis plus directe – sniff mais j’ai un coeur aussi —
    du mal à mettre des mots –
    Pierre dommage pas connu-
    en toutes saisons nos amis de la blogo restent dans notre coeur—
    bisous et bon courage –

  19. C’est bien que Pierre soit aussi de ce Voyage. Il s’était impliqué dans tous les autres et avait du talent. Bisous

  20. Un magnifique billet, quoiqu’il arrive dans la vie, je suis de nature plus que positive et je me dis que les épreuves que je vis ne sont pas là pour rien…. elles me permettent d’être ce que je suis aujourd’hui et de me dire qu’il est important de profiter des bons moments et des personnes qu’on aime, de leur apporter toute l’aide et le soutien possible, bien sûr on est pas des surhommes mais on peut toujours soulager un peu la peine de quelqu’un bisous et merci pour tes commentaires qui me font toujours très plaisir

  21. Bonjour Quichottine,
    Le bateau du grand voyage de la vie, verse parfois dans l’infini quelques uns de ses passagers, et comme tu dis …c’est la vie!
    Je suis d’accord avec toi, les soucis sont plus beaux au jardin que dans nos coeurs!
    Bises et belle après midi

  22. Tes mots pour effacer des maux… et voilà un souci qui s’envole.

  23. J’ai bien aimé te lire Quichottine, tes mots sont justes, nous sommes beaucoup à vivre ainsi, entre peine et bonheur, le bonheur étant pour certaines beaucoup plus rare que les soucis. On ne comprend vraiment la vie que sur le tard … quand on a le temps d’y réfléchir vraiment.
    Tu mets en mots des images, moi je fais des images, je les mets sur mon blog et c’est là qu’elles m’inspirent mes mots. Ma poésie n’est pas dans mes mots, mais dans ce que je découvre lorsque je vois mes clichés sur mon grand écran, dans ma vision des êtres et de ma ville.
    Gros bisous

  24. Coucou Quichottine,
    Comme toujours, j’ai pris un grand plaisir à te lire.
    Ah ces soucis… mais s’il n’étaient pas là, saurions nous apprécier la vie sans eux à sa juste valeur ? Je ne sais pas…
    En tous cas, merci pour ce joli moment en ta compagnie, et merci aussi pour la découverte du blog de Pierre que je découvre un peu tard.
    Je t’embrasse et te souhaite une douce journée, si possible éloignée de tout souci.

  25. Salut
    Il est vrai que de temps en temps en farfouillant on décoivre des écrits oubliés,
    Mais c’est super les souvenirs,
    On a un temps superbe,
    bonne journée

  26. Oui de nombreuses plumes sont partis pour un ailleurs inconnu , merci de leur rendre hommage dans ton billet . Quant aux soucis ils émaillent notre vie et si l’on peut les dépasser par nos écrits et avec nos blogs c’est déjà une belle bataille gagnée .
    Bonne fin de journée
    Bises

  27. Chaque jour un souci remplace l’autre, parfois le précédent n’est pas encore parti,
    le temps passe de plus en plus vite,
    il est plus simple de compter les semaines que les jours, puis viendront les mois, enfin …

  28. Hélas, la vie n’est pas toujours facile. Mais tes beaux écrits nous touchent ou nous amusent, et nous font toujours rêver. Je reste à chaque fois très admirative.
    J’aime beaucoup le texte de ton ami Pierre
    Bisous et bonne soirée

  29. Et oui, nos blogs sont alimentés par des personnes auxquelles on s’attache. Toujours difficile d’apprendre que quelqu’un est parti.
    Il faudrait pouvoir laisser les soucis de côté, mais pas si simple à faire !

    Bises amicales Quichottine !

  30. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, ceux qui partent restent à jamais gravés dans nos coeurs
    Une belle page que nous présente encore une fois, merci Quichottine
    Douce soirée & gros bisous de nous deux

  31. je t’envoie un baiser doux et amical ; la vie est ainsi faite que les souffrances nous suivent. et ensemble nous pouvons nous consoler et nous épauler. Bises

  32. Nous traînons tous un lot de chagrins que nous surmontons tant bien que mal, parfois plus mal que bien. Mais j’ai remarqué une chose, en parler sur la toile m’a souvent aidé, certes j’en ai barbé certains, mais d’autre m’ont mis un simple mot « courage », et ce petit mot qui parait anodin, m’a obligée à réagir, je sais que même si vous ne trouviez pas toujours les mots que j’attendais, je savais que j’avais une écoute… Et ça ! Bon dieu ! Ça fait un bien immense…
    Oui ces petits liens sur cette toile sont essentiels et permettent de grandes choses, la réalisation d’un ou plusieurs rêves par exemple. Une remise sur les rails
    Je t’embrasse très fort

  33. moi aussi j’aime bien les soucis mais en fleurs seulement

  34. Tes mots sonnent juste et m’apportent de la douceur en ce matin brumeux .
    J’espère bien que nos mots tissés donneront du rêve et des sourires à des enfants.
    Bises Quichottine

  35. Bonjour Quichottine
    Il y a souvent des liens qui se nouent sur la toile…
    et qui peuvent perdurer dans le temps
    certains virtuels deviennent réels, d’autres pas.
    Personnellement pour moi aider,
    ce n’est pas me mettre en avant
    et c’est pourquoi je tiens a garder mon anonymat
    souvent on me fait se reproche mais si je me devoiler
    je perdrais de ma crédibilité
    On se confie mieux parfois sans connaitre les gens
    On ose plus facilement dire ce qui ne va pas a un inconnu
    plutôt qu’a ses proches
    Pourquoi? une raison simple
    Il ne peut pas prendre parti
    Doit rester impartial,
    Et doit se contenter de vous écouter
    Sans jamais poser d’embarrassantes questions
    A vous de lui de l’aider avec compassion
    De lui tendre la main
    et suivant vos dires il peut se remettre en question.
    Pas facile mais cela arrive et nombres d’amis
    que j’ai aidé pourraient en témoigner
    bien que je ne le souhaite pas
    Celie

  36. bisous et bonne journée

  37. Il avait la plumeanprime et une ironie qui me plaît. Il me tarde de lire cette page d’écriture et de retrouver la gouaille de cette plume, que je ne connaissais pas… Gros bisous, ma chère Quichottine, et belle journée

  38. On ne peut pas rester debout si on reste seul et qu’on ne peut aller glaner ici ou là quelques petites pépites de vie.
    Je vous embrasse.

  39. Salut
    On a eu un super beau temps aujourd’hui, pourvu que ca dure.
    Bonne journée

  40. C’est toujours triste de perdre un ami même virtuel.

  41. Des soucis, j’en ai qui fleurissent encore sur ma terrasse, je ne parle pas des autres .J’en ai ma part comme tout le monde . Tu as raison;il faut agir pour ne pas se noyer .
    Je n’ai pas connu ce Pierre mais il avait une belle plume .
    Je t’embrasse. Bisous

  42. Ecrire, exprimer ce qui nous mine et ainsi tenter de trouver un petit réconfort, même si il est éphémère…
    Cela fait du bien de se souvenir de Pierre, il nous manque tant, merci Quichottine

  43. Aujourd’hui j’emporte ta phrase avec moi!

    « Je rêve, je rêve d’un monde où tout serait possible, même de faire rêver ceux qui ne rêvent plus. »

  44. Salut,
    le temps est super beau ,
    Pourvu que ça dure,
    bonne journée

  45. Oui , chacun de nous a son lot, triste où sans problème , mais … il faut continuer à avancer et comme d’habitude tes phrases sont censées et apaisantes à la foi.
    Malheureusement je ne me rappelle pas de Pierre, ça aussi fait partie de nos problèmes, la mémoires qui flanche.

    Copier/Coller .. Merci pour tes passages chez les dgimis
    Les articles maintenant sont à nouveau sur : les plaisanciers de Dielette
    Biz de Dgidgi

  46. J’ai eu aussi mon lot de grands soucis (j’ai failli en mourir, mais je suis toujours là). A l’époque de ces grands soucis, internet n’existait pas et je ne te connaissais pas. C’était 10 ans avant que je ne crée mon blog. C’est du passé, je ne veux plus revenir dessus. Je viens de commander VOYAGE à l’instant. Je suis heureuse de participer à ce bonheur pour tous les enfants malades. Gros bisous Quichottine.

  47. Et un jour … tu m’as fait faire un rêve : participer à la réalisation d’un rêve d’enfant très malade. Merci à toi.
    Des soucis … j’en arrache à qui mieux mieux en ce moment. Ceux de mon jardin foisonnent. Ceux de la vie aussi, il faut en arracher.
    Bisous Quichottine

  48. Pierre….. Oui… Le temps passe…. Les larmes se joignent au souvenir, Les sourires reviennent en écho des sourires d’enfants, et de là haut, Les anges sourient aussi

  49. Tiens c’est étrange cet après-midi je discutais avec ma sœur et j’évoquais mes amis de blog qui nous ont quitté hélas.
    Parfois j’ai l’impression que le blog m’a dépassé, il y a beaucoup de personnes qui attendent les publications, les artisans peuvent vendre du coup c’est une grande responsabilité.
    J’ai toujours bien aimé ton avatar avec la passoire sur la tête.
    Toi aussi tu as un blog important pour promouvoir les livres.
    En plus réaliser les rêves d’enfants malades quel bel objectif.

  50. La tristesse m’envahit en te lisant… mais ainsi va la vie !!!
    Chacun d’entre nous doit se battre et se débattre avec ses soucis « certains plus, d’autres moins » difficile parfois de ne pas sombrer pour certains ; toujours et encore rester debout et avancer malgré tout !…
    Bises Quichottine

  51. Une page très émouvante… et vivifiante en même temps, un ami qu’on n’oubliera pas malgré son départ vers l’Infini… et des soucis plein sa corbeille… de fleurs bien sûr ! J’aime bcp cette fleur étoilée qui a la couleur du soleil …
    Merci Quichottine
    Je suis en retard dans mes lectures, bécause les vacances… Alors je remonte vite dans ton blog !
    A de suite