Dans l’embrasure de la fenêtre…

Depuis des heures, Quichottine cherchait son ami. Il semblait s’être volatilisé. Cela ne lui ressemblait pas.

Elle se pencha à la fenêtre et contempla un moment le moulin dont les ailes tournaient dans le ciel de novembre, comme pour en chasser les nuages.

Elle s’assit enfin et soupira. On l’entendit murmurer dans un souffle : « Le Lutin Bleu n’est pas content… »

Mais elle se reprit immédiatement, constatant sans déplaisir que tous semblaient prêts à l’interroger.

« J’étais certaine que vous me le demanderiez…

– C’est évident ! Pourquoi n’est-il pas content ? D’ailleurs, comment as-tu su qu’il ne l’était pas ? Il y a belle lurette qu’on ne l’a pas vu passer par les allées de la Bibliothèque ! Il s’est sans doute caché dans l’embrasure d’une des fenêtres…

Une embrasure de fenêtre… Ah ! Je n’y avais pas pensé… Pourtant, j’aurais dû.

– Pourquoi ?

Parce que c’est un endroit merveilleux… Il n’y en a guère dans les logis d’aujourd’hui, les murs ne sont pas assez épais…

Mais, dans la pièce à côté, il y a celle de mes rêves d’enfant…

– Ah ? Tu vas raconter…? »

Les abonnés de la Bibliothèque, et même ceux qui ne l’étaient pas, s’installèrent sagement, chacun sur son coussin, sans se disputer au sujet de l’une ou l’autre des couleurs disponibles. Il y en avait pour tous, et, pourtant, ils étaient nombreux ce soir-là, espérant sans oser le dire que Quichottine sortirait du fond de ses tiroirs quelque secret enfoui depuis bien trop longtemps.

Le chahut causé par le rassemblement de tant de personnes différentes ne dura pas longtemps. La Bibliothécaire n’avait généralement pas besoin d’élever la voix. Il suffisait qu’elle les regarde sans rien dire, juste un instant.

Le silence s’installa et la petite voix de Quichottine s’éleva.

« Cette fenêtre-là, vous pourriez tous l’imaginer, même si je ne la montrais pas. Mais, ce sera plus simple si je vous la dessine. »

Les habitués sourirent gentiment, sans se moquer… mais ils savaient qu’elle ne savait pas dessiner.

Quichottine traça dans l’espace des lignes droites et courbes, de grands traits dont elle savait précisément où ils commençaient et où ils devaient s’achever. Elle mimait… ils ne l’avaient jamais vu ainsi. C’était comme si on lui avait mis entre les doigts une palette colorée et des pinceaux invisibles.

Pourtant, sous les regards émerveillés, une fenêtre surgit, comme si les mots qu’elle n’avait pas prononcés pouvaient la faire jaillir de nulle part.

Quichottine continuait, sans s’étonner de rien.

Elle s’assit enfin pour contempler son ouvrage.

111011_Kri.jpg

Elle parut satisfaite et se mit à raconter :

« Si on la regarde, toute nue, elle peut paraître froide, comme celles des anciens monastères… Mais observez-la bien. Les murs ont gardé la chaleur de l’été, le soleil franchit sans encombre les grandes grilles qui la barrent comme les jalousies des temps passés. »

Tous fixèrent la fenêtre et ses vitraux en camaïeu de bleu.

Elle ressemblait à s’y méprendre à celle sous laquelle la bibliothécaire avait convié son tout premier invité… Il y avait si longtemps qu’on l’avait presque oublié.

On la croyait éternelle, étrangement, comme si elle avait toujours vécu là… Mais ce n’était pas le cas.

Quichottine continuait doucement :

« … Et, dans l’espace aménagé entre la fenêtre ouverte et la lourde tenture de velours qui nous sépare d’elle, deux bancs de pierre se font face. On peut s’y installer, y mettre des tapis, des coussins…

Autrefois, je m’y réfugiais, et j’imaginais que je vivais dans un château, ce qui n’était pas le cas… je me faisais du cinéma.

– Tu te fais toujours du cinéma. Il arrive que l’on ait du mal à te suivre tant tu empreintes de chemins détournés.

C’est comme dans les sous-bois… Vous pouvez prendre la grand-route, celle qui ne sinue pas, celle qui traverse la forêt sans rien vous montrer. Mais vous pouvez aussi décider de partir à la découverte de ses secrets. C’est à ce moment-là que tout est possible.

– Tout ?

Oui, tout, ou presque… Vous pouvez même y rencontrer une Boîte à Rêves

– Ah… je savais bien que tu en parlerais encore ! C’est pour cela que le Lutin Bleu s’est caché ? Il ne veut pas que tu racontes ?

Si, il veut bien, j’en suis certaine. Il voulait que j’en parle plus tôt, mais il fallait installer le décor.

Vous avez vu ? Près de la fenêtre, une petite fille s’est installée. Elle feuillette son livre d’images. Et, sur l’une des pages, elle a trouvé un titre, une image et quelques mots étranges.

Alors, elle se blottit contre le plus doux des coussins qui l’entourent, remonte un peu la couverture qui la recouvre et la protège du vent qui se faufile par la fenêtre pour tourner les pages du livre… et…

– Et c’est tout ?

C’est déjà beaucoup… la suite, ce sera…

– Demain si l’on veut bien ? Mais tu es terrible, toi ! Comment veux-tu que l’on attende jusque là ?

Demain… demain sera un très beau jour.

Faites de doux rêves en attendant. »

La bibliothécaire souffla une bougie imaginaire et la fenêtre disparut, comme avaient disparu dans le lointain les nuages et les ailes du moulin.

101106_Kri_Fontvielle_2.jpg

Merci à Kri pour les images qui illustrent cette page.

Les liens qui pouvaient montrer chaque image dans son contexte original ont disparu.

Le blog de Kri est désormais visible à cette adresse :

http://bykri.ek.la

95 réponses à “Dans l’embrasure de la fenêtre…

  1. Bonsoir Quichottine
    Comme à chaque fois, j’erre dans tes allées, avec un café à la main et je lis… L’endroit est tellement conviviale, que je n’ai pas envie de le quitter…
    J’imagine un endroit de féérie, et je me laisse aller.
    Merveilleux est le récit, envie de savoir la suite de cette petite fille qui s’est installée et va découvrir une histoire merveilleuse…
    Merci de tes lignes qui sont un réel délice…
    Bonne soirée à toi
    Amicalement
    Maÿlise

  2. bonjour,
    quel joli conte.
    belle journée

  3. J’ai rangé mon coussin bleu à l’endroit où je l’ai trouvé… pour mieux le retrouver demain.
    Je t’embrasse et douce journée Quichottine.

  4. J’ai ecoute sagement sur mon coussin gardes le moi jusqu’a demain. Bises

  5. J’aime toujours autant lire tes mots, même si tu me fais languir …
    Bonne fin de semaine.
    Bisoux

  6. Bonjour Quichottine,

    Moi aussi j’étais bien sage pour savourer ce joli conte. Je vais attendre la suite. Mon coussin est poussé là-bas, tout au bout. Tu vois? Derrière le fauteuil voltaire.
    Bisous de bonne journée Quichottine
    Martine

    • C’est un fauteuil à haut dossier, oui, je le vois, pas de souci… tu le retrouveras demain.

      Bisous de douce soirée, Martine. Merci.

  7. J’avais aussi une petite fenêtre, mais très petite, dans la chambre de bonne au grenier, chez mes parents. je me l’étais tapissée et agencée, mon petit paradis qui donnait sur les toits.. Les murs faisaient 55 cm d’épaisseur…

    Belle journée Quichottine et bises de nous deux.

    • Dans la maison de mes parents adoptifs, les murs extérieurs devaient faire cette taille aussi. environ soixante ou quatre-vingt, peut-être. Je ne peux pas vérifier.

       

      Il y avait là des doubles-rideaux, pas en velours, c’est vrai, mais, j’avoue que c’était mon endroit préféré pour lire. Quand elle entrait dans le salon, ma mère adoptive ne me voyait pas, alors, il lui arrivait de penser que j’étais sortie et j’échappais ainsi aux corvées ménagères … J’avais quinze ans, je crois que je ne le ferais pas aujourd’hui…

       

      J’espère que tu as passé une belle journée toi aussi, Patriarch. Bises affectueuses et douce soirée à vous deux.

  8. Eh bien, nous attendrons la suite…
    Les photos sont très belles, je suis allée les voir chez Kri

  9. Bonjour Quichottine, une fenêtre en mots et photos superbe ! La bonen fin de semaine à toi, plein de bises ! JB

    • Merci, Jill. Je suis contente de te voir là… c’est signe que tu vas mieux.

      Plein de bises à toi aussi. Bonne fin de semaine.

  10. Bonjour, chère Quichottine, on en voit des choses grâce à toi! Une fenêtre qu’on contemple, un lutin bleu qui se cache, un peu de mystère (beaucoup de mystère!…), un climat dans lequel on se laisse prendre! Merci! J’espère sue tu vas bien. Bisous, bon week-end.

    • Juste froid… mais je vais bien.

       

      Merci de t’inquiéter Lorraine. Je suis navrée de m’être si peu montrée chez toi ces temps-ci.

      Gros bisous et bonne fin de semaine à toi aussi.

  11. C’est fenêtre sur cour d’Hitchcock

  12. c’est en tendresse
    et la pièce aux camieux de bleus
    est magnifique

  13. Kikou ma douce Quichottine, comme je t’envie de pouvoir faire apparaître les belles photos de Kri de tes doigts.. tu sais je l’ai vu la petite fille qui lisait.. elle te ressemblait quand tu étais petite sans doute!
    alors tu crois que j’aurais pu mettre mon joli bourdon au congélateur ??? oh… que non!! c’était juste un conseil des spécialistes et du coup je n’ai pas fait la détermination exacte et tant pis lol.
    Je t’envoie des bisous tout plein et passe une bonne fin de semaine
    le matelot de la terre ferme

    • Sans aucun doute…

      Non, je ne crois pas du tout… mais tu m’as fait un peu peur. Je me suis demandée si tu avis changé à ce point.

      Ce n’est pas grave, je crois. Ce qui compte c’est que tu aies fait de belles photos.

       

      Bonne fin de semaine à toi aussi. Plein de bisous.

  14. la boîte à rêves comme le lutin bleu peuvent se trouver dans bien de beaux endroits, comme le montrent les superbes photos de Kri, et je ne m’étonnerai pas si je les découvrais un jour au détour d’une de mes promenades, bien que… en ce moment j’ai tendance à me tenir au chaud…. Mais les beaux jours
    vont et viennent et nous font signe selon l’humeur ici et ayeurs !
    Bisous Quichottine

  15. Bonjour Quichottine !
    Lire à la lumière de cette belle fenêtre de château, ça doit être un régal (à condition d’être assise sur un gros coussin moelleux).
    Bisous,
    Martine

  16. Et merci à toi de nous les raconter de la sorte…
    Amitié, bisous, Flo

  17. Ben dis-donc tu en as mis des commentaires… un vra plaisir !!!
    Les Humains aiment à se faire peur puisqu’ils font la guerre et les enfants aiment les sorcières, mais tu as raison on se demande pourquoi..
    douce soirée
    le matalot de la terre ferme

    • J’ai terminé de lire les news qui s’étaient accumulées en mon absence. Il était temps…

      Bisous et douce soirée à toi.

  18. Joli partage avec Kri, une agréable lecture dans tes lignes joliment inspirées chère Quichottine, je t’embrasse et te souhaite un bon we !

  19. C’est une bibliothécaire à deux visages, un peu sévère au départ mais que ses rêves assouplissent, arrondissent, allègent, presque timide ensuite…….VITA

  20. J’ai la chance d’avoir des embrasures de fenêtres dans ma maison car les murs font près d’un mètre d’épaisseur .

    Ces bancs près de la fenêtre , je les verrai bien ,oui avec des coussins et des tapis pour en faire un lieu confortable et chaleureux.C’est un peu rude , sinon!
    La petite fille qui lit est-elle assise sur un coussin ?
    Je viendrai lire la suite demain. je t’embrasse

    • Un sourire… je viens de lire ton commentaire suivant.

      Merci d’avoir franchi les barrières du temps.

      Je t’embrasse. Passe une douce soirée.

  21. J’adorerais avoir un coin comme ça, ou un bow window pour lire, broder, rêver… Ton conte a vraiment pris la forme du réel… avec juste le beau… Bisous

    • Merci pour le compliment, Cathycat. Un box window… oui, ce serait encore plus lumineux pour lire ou broder… ou rêver en regardant le paysage.

      Bisous et douce journée à venir.

  22. Les embrasures de fenêtres devaient être des lieux de lecture des belles dames en attente : « Anne ma soeur Anne ne vois-tu rien venir? » des lieux de rêverie et comme tu le fais si bien des lieux de conte, oui ça manque dans nos logis modernes, en visitant le château de Gruyère, ils avaient protègé derrière une vitre les graffitis, dessins et autres textes fait dans l’embrasure , les enfants venaient y jouer… peut être apprendre à écrire? « File la laine filent les jours… »
    Bonne nuit

  23. on dirait presque la tour du parc Emmanuel liais à Cherbourg … bise quichottine

    • Je ne la connais pas, mais je te crois sur parole… Il faudra que j’aille à Cherbourg un jour.

      Bises et douce soirée, Dom. Merci !

  24. Jolies photos qui prédispose à la rêverie.

  25. Bonsoir Quichottine. Après t’avoir lue je vais aller me coucher et peut-être rêverais-je à ton gentil lutin bleu ? Bonne soirée et bisous

  26. Alors je vais me blottir sous ma couverture et attendre demain en imaginant la suite!Que ton conte est vivant , merci Quichottine .Douce soirée , bises

  27. oui !! la fenêtre convient tout pour écouter une si belle histoir e!!!
    bon WE quichottine !!
    bizzzzzzzzzzzzzzz

  28. salut
    c’est vrai que des embrasures il n’y en a plus dans les nouvelles maisons
    bonne soirée

  29. A demain alors Quichottine, merci. J’ai reconnu avant de lire ton conte les photos de Kri ! J’aime beaucoup cette fenêtre ! Je m’y installerais bien pour lire ! Avec un bon coussin…
    Bisous Quichottine, bonne soirée.

  30. Bonsoir Quichottine. Je vais m’endormir en rêvant à ce rebord de fenêtre dans ma chambre d’enfant sur lequel je m’asseyais pour lire ou écrire des poèmes en écoutant en boucle Simon & Garfunkel, Jeux Interdits ou le concerto d’Aranjuez …
    Bises à toi

    • Pourquoi ne nous sommes-nous pas encore rencontrées, Oxygène… j’ai l’impression en te lisant que nous nous entendrions très bien.

      Il faudra programmer un rendez-vous un jour avec Fanfan. 🙂

       

      Bises et douce journée à venir.

  31. J’aime les aventures que l’on vit dans ta bibliothèque, les disparitions mystérieuses, les découvertes que l’on fait en empruntant les souterrains secrets et les bougies imaginaires que l’on souffle… avant de se retirer sur la pointe des pieds pour ne pas déranger la poussière. Chut, je passe…

  32. Ta mise en scène est toujours aussi alléchante ! Et ta fenêtre est de celles que j’adore essayer lorsque l’autorisation en est donnée, comme c’est le cas chez toi. C’est qu’il suffit de peu de chose pour se glisser dans les chaussons des « Dames du temps jadis »…

  33. Lapsus bloguesque que tu voudras bien pardonner !

  34. Bonjour Quichottine. Ton gentil com me touche vraiment. Se rencontrer ? Pourquoi pas ! Et avec Fanfan ? Quelle belle journée ce serait… :-)))
    Qui sait ? On dit toujours que seules les montagnes ne se rencontrent pas…
    Bisous et belle journée à toi malgré le ciel gris.

  35. Voilà, je m’étais bien installée et pffff, c’est déjà fini.
    Mais quelle beauté dans cette fenêtre et tes mots.
    Je t’embrasse très fort.

  36. Froide et à la fois chaude, même les objets, les lieux ont leurs paradoxes…

    Bisous

  37. Très belle histoire qui nous emmène dans l’arrière pays Niçois.. La fenêtre est superbe, le récit magnifique !
    Merci

  38. cette fenêtre t’a bien inspiré, ce genre de fenêtre ne se trouve plus que dans les châteaux et celle là est superbe, j’adore. Bonne soirée avec des bigs bisous

  39. Belle présentation de la boîte à rêves.

  40. J’ai beaucoup voyagé aujourd’hui ! Pas de lutin bleu sur mon chemin mais un drôle d’escargoccinelle, fort joli. Belle soirée Dame Quichottine

  41. J’aime toujours autant lire tes mots, même si tu me fais languir …
    Bonne fin de semaine.
    Bisoux

  42. Alors je vais me blottir sous ma couverture et attendre demain en imaginant la suite!Que ton conte est vivant , merci Quichottine .Douce soirée , bises

  43. cette fenêtre t’a bien inspiré, ce genre de fenêtre ne se trouve plus que dans les châteaux et celle là est superbe, j’adore. Bonne soirée avec des bigs bisous

    • Le lien serait mieux s’il fonctionnait tout seul…

      Un grand merci à Kantun et Jmi sans qui ce conte n’aurait pas existé.

  44. m'annette

    s’asseoir, attendre, savourer…
    bonne journée..
    bises

  45. Tu as les mots qui viennent compléter mes images … je suis moins triste de ne pas trouver les mots : merci :-))

  46. Mamychachat

    J’bouge plus, assise sagement et j’attends la suite ….
    Très bonne journée à toi sans trop de pluie j’espère et à bientôt !
    Gros bisous

    • J’ai froid… je voudrais une cheminée pour que ce soit moins humide.

      Mais bon, on ne peut pas tout avoir.

      Je vais rêver à une bonne flambée.

       

      Gros bisous et douce soirée à toi. Merci d’être là.

  47. Mistigris

    j’aime bien cette fenêtre, avec ses lourdes tentures tissées de fils d’or, des broderies…et les jolis coussins, ah oui je veux le bleu, na ! mais non le lutin se poussera un peu, je ronronnerai pour lui,et je t’écoutes, mais si, je ne dis plus rien, chuttt !!!!
    Bisous, je regarde tomber la pluie par la fenêtre…
    MIAOUU!!!!!!!!!!!!!

    • Il pleut très fort chez toi… alors prends aussi le temps de ronronner près de l’âtre, comme tous les chats.

      Merci pour ta présence. Passe une douce soirée. Bisous.

  48. On n’arrête plus de rêver !!!!!!!!!!!!!

  49. canelle56

    C’est vraiment toujours bien tendre , et nous emmène bien loin à chaque fois ..
    Bises Quichottine

  50. ce moulin m’est familié … et je souris en songeant à Fontvieille .. où il se situe
    bises et bon week end

  51. ce moulin m’est familié … et je souris en songeant à Fontvieille .. où il se situe
    bises et bon week end

  52. C’est toujours autant magique chez toi Quichottine, un grand MERCI à toi et à Kri pour ces belles photos, je n’ai pas posté sur la suite… j’attends demain 🙂
    Par contre, sans le faire exprès mon article de demain matin devrait te plaire, ou plus exactement la photo qui m’a fait pensé à la petite fille de ton histoire de ce jour… tu me diras si j’ai été claire, demain matin LOL
    Douce soirée & gros bisous de nous deux

    • Sourire… Un grand merci.

      Je verrai donc cela demain aussi…

      Nous devons faire de la transmission de pensées.

      Douce soirée et gros bisous à vous deux.

  53. jean-marie

    bonsoir, ma chère Quichottine,
    un récit enchanté et enchanteur
    comme tu en as le secret
    merci
    bonne soirée à toi
    gros bisous d’amitié
    jean-marie