Une soirée pas comme les autres

Hier soir…

 

Stop ! C’était bien hier soir, et non ce soir… Je suis navrée pour ceux et celles qui pensaient me rejoindre aujourd’hui.

 

Hier soir, donc, je me suis rendue dans l’un de ces endroits de Paris que certains fuient, à tort ou à raison…

 

Le vingtième arrondissement, près de la Porte de Montreuil, ce n’est pas Passy ou le quartier latin. Ce n’est pas l’un de ces endroits que fréquentent aisément les touristes à moins qu’ils ne chinent auprès des exposants du Marché aux puces. Là où j’étais, il n’y a pas grand chose à y voir. Seulement des immeubles bâtis trop vite au lendemain de la guerre, de hautes tours trop proches les unes des autres…

 

Dans l’une des rues, près du Centre d’animation Louis Lumière, une épave qui pourrait être encore fumante, une camionnette auprès d’autres, toutes taguées. C’est impressionnant, désolant. Un outil de travail détruit, inutilisable.

 

Je ne prends pas de photo. Je me dis que ce serait dommage de gâcher ma sortie et j’attends d’autres images que celles de la violence des périphériques. Nous sommes en limite de ce « 9-3 » qui fait couler tant d’encre. Mais pourquoi n’avoir pas permis à tous d’y vivre décemment ? La violence faite à ces banlieues, à ces quartiers dortoirs, c’est le chômage, le désespoir.

 

Mais le centre est beau. Récemment rénové. Notre attente sera agréable dans des fauteuils confortables.

 

Peu de spectateurs pourtant… Beaucoup ont hésité à délaisser le petit écran et la retransmission du match de football : Brésil / Corée du Nord.

 

Lorsque le rideau va se lever…

 

– Il n’y a pas de rideau !

 

C’est vrai, il n’y a pas de rideau, pas de décor non plus, tout est gris… comme la camionnette qui avait brûlé dans la rue, un peu plus loin.

 

 

100615_La-ballade-des-planches_0.jpg

 

– Ah oui… c’est gris… un peu ardoise, comme c’était un grand tableau noir et qu’il fallait y dessiner le visage du bonheur. Tu as attendu le cancre ?

 

Non, il n’y avait pas de cancre… C’était le spectacle de fin d’année de l’atelier théâtre organisé sous l’égide de la compagnie « Ça s’peut pas ».

 

Je vous emmène, puisque personne n’a pu venir hier soir.

 

Ce seront quelques mots, quelques images, des montages, juste pour vous montrer…

 

 

100615_La-ballade-des-planches_1.jpg

 

 

Il s’appelle Marc Duteriez dans la vraie vie, mais là, il vérifie que tout va bien… Essais de lumière, de musique… Il n’oublie rien, même les spectateurs qui applaudissent devant cette check-list nouvelle formule.

 

C’est vrai. Nous sommes là et nous ne demandons qu’à oublier les murs gris.

 

C’était compter sans la réalité. Une de celles qui pourraient exister si nous continuons à laisser faire… Au théâtre, on répète, on prépare, mais pas n’importe quoi. Ce sera le suicide – en direct – d’un « désespéré ».

 

 

100615_La-ballade-des-planches_2.jpg

 

 

Rassurez-vous, ils arrivent à nous faire rire ! L’absurde explore tous les possibles. L’acteur est là, acteur d’une représentation unique qu’il faut orchestrer pour qu’elle soit parfaite.

– Parfaite ? Mais de quel point de vue ?

 

De celui des annonceurs, bien entendu !

– Des annonceurs ?

 

Mais oui. La pièce est sponsorisée, par divers entreprises qui veulent toutes en avoir pour leur argent.

– Mais il va se tuer vraiment ?

 

Ça, je ne peux pas vous le dire, je ne vais pas tout raconter ! Qui sait si un jour vous ne verrez pas ce spectacle avec d’autres acteurs, dans un autre contexte, dans votre « ailleurs » à vous ?

– Alors, tu vas arrêter là le récit de ta soirée ?

 

Non, bien sûr. Nous allons passer à d’autres moments, parce que ce « suicide » n’est qu’un prétexte à ce qui suit.

 

Ils sont sortis de scène, le désespéré toujours aussi désespéré, la présentatrice égale à elle-même, et le scénariste…

– Le scénariste ?

 

Moi, j’avais envie de lui donner des baffes… Un vrai méchant, de la pire espèce, de ceux qui se moquent de tout et ne pensent qu’à leurs bénéfices.

– Tu l’as attendu à la sortie ?

 

En fait… il s’est racheté ensuite.

 

Là, ils sortent de scène et l’on entend le générique de la pub…

– C’est déjà l’heure d’aller faire pipi ?

 

Ben non ! Deux femmes entrent en scène.

 

 

100615_La-ballade-des-planches_3.jpg

 

– Tu exagères, c’est très flou !

 

Forcément, elles n’arrêtaient pas de bouger. Ce sont Marie-Hélène Wiplier et Morgane Morin. Elles vantaient le seul plancher capable de répercuter tous les sons…

 

Imaginez les claquettes sur ces planches… Après tout, c’est aussi de cela dont il est question. Elles font du bruit…

– De la musique…!

 

Si vous voulez… ce sont des percussions. Mais, moi, j’ai adoré la dernière pose de ces jeunes femmes. Tant pis pour leurs voisins du dessous, ils n’avaient qu’à venir faire la fête avec nous au lieu de regarder le foot à la télé !

 

Troisième tableau…

 

Nous sommes toujours sur les planches.

 

100615_La-ballade-des-planches_4.jpg

– Tu exagères encore ! On ne voit rien, même en cliquant sur l’image pour la rendre plus grande ! Tu aurais pu la mettre en très, très grand !

 

C’est vrai… m
ais il fallait que je trie dans la centaine de photos prises… Vous préférez celle-ci ?

 

100615_La-ballade-des-planches_5.jpg

 

– C’est mieux ! Alors, c’est lui, ton « petit protégé » qui dessine si bien ?

 

 

Il ne fait pas que bien dessiner, c’est un acteur talentueux. J’étais sous le charme ! Toute la salle riait, et pas seulement grâce à Davy. Hugues Willard aussi était génial.

 

Je vais vous raconter un peu…

– Juste un peu… parce que ton article est bien assez long déjà pour aujourd’hui.

 

Oh, ce n’est pas grave, vous allez avoir un peu de temps pour le parcourir !

– Tu vas encore faire la pause ?

 

Je vais plutôt ranger mon blog, un peu… Il y a des blogamis qui se perdent dans mes allées, et des photos qui ont disparu.

 

Je vais aussi remettre en service ma boîte à rêves… Il faut que je vous rende visite.

– D’accord… Alors, continue !

 

C’est l’histoire d’un grand acteur, très doué, qui se retrouve sans partenaire… Il a demandé qu’on lui envoie quelqu’un qui puisse lui donner la réplique.

– Le grand acteur, c’est Davy ?

 

Non,  c’est Hugues. Et je vous assure que lui aussi vaut le déplacement.

– Mais il n’y en a que pour Davy dans tes images…

 

C’est que j’étais venue pour lui. Comme si j’avais été de sa famille et que je vienne l’encourager. D’ailleurs il faut que je lui transmette les encouragements de Christian. Je n’ai pas oublié.

 

Davy, c’est le remplaçant, un peu « candide », un peu perdu, dont l’unique rôle jusqu’alors a été de fournir l’ombre qui tenait un baril de lessive. Mais ce sera finalement lui qui va jouer le premier rôle, se mêlant aux spectateurs, critiquant celui qui, sur scène, essaie de garder son calme en faisant, dos au public, des exercices de yoga… Il va prendre les commandes des uns et des autres pour la caféteria (les spectateurs participant de bonne grâce), avant de retourner finalement sur scène sous les injonctions de l’acteur titulaire.

 

J’ai ri, oui, tout le temps, ou presque… Les jeux de mots, les jeux de scène, les mimiques de l’un et de l’autre avaient conquis le public tout entier.

 

Là non plus, je ne raconterai pas tout…

 

Il a bien fallu qu’ils nous quittent pour que nous passions au tableau suivant.

 

100615_La-ballade-des-planches_6.jpg

 

Je ne dis rien, les images parlent d’elles-mêmes.

Chaque acteur a quitté la scène au galop !

 

Il ne faut pas en faire tout un fromage… quoique…

 

C’est bien de fromage dont il sera question dans le sixième tableau.

 

Une journaliste attend son invitée.

Elle est prête, sûre d’elle, et, d’après sa fiche, elle doit interviewer la directrice d’un ballet.

 

Admirez ces images !

 

100615_La-ballade-des-planches_7.jpg

– Tu aurais pu mieux faire, c’est encore flou !

 

C’est qu’elles bougeaient beaucoup ! Auréline Maillard et ses deux complices : les trois actrices sont sur scène.

 

Il y a là une femme Audrey – d’après la fiche – mais Andrea – d’après ses dires – qui parle en espagnol (une chance pour moi) et qui fait de grands gestes lorsqu’elle n’a pas les mains sur ses hanches, en bonne paysanne qu’elle est.

– Une paysanne ?

 

Eh oui ! Elle élève des chèvres, un grand troupeau de plus de deux-cents têtes, et fabrique du fromage avec du lait (c’est évident), du sel (très peu) et de l’ail… C’est de là que vient la question : « Y a-t-il trop ou pas assez d’ail dans ce fromage pour qu’il puisse être labélisé par l’Europe ? »

 

La traductrice se démène pour aller de l’une à l’autre, traduit… parfois un peu brièvement mais avec beaucoup de savoir faire.

– Mais où est donc la directrice du ballet ?

 

On ne sait pas… D’après la fiche, elle aurait dû être là.

 

Mais je n’en dirai rien de plus, ce qui compte, c’est que finalement, la journaliste arrive à s’en sortir, avec un pieux mensonge. Tout le monde est satisfait, mais l’Europe, décidément, c’est difficile à construire.

– Ensuite ? La pièce est finie ?

 

Pas encore. Mais vous ne verrez pas Davy dans le rôle du tombeur de ces dames…

– Pourquoi ?

 

Il a fallu que je change les piles de mon appareil photo !

– Tu aurais pu prendre tes précautions… Quelle photographe tu fais !

 

Tant pis pour moi, il vous faudra l’imaginer exterminant ses admiratrices à coup de déodorant en atomiseur !

– Ce devait être drôle, oui.

 

Très. Mais bref. Il a fallu passer rapidement au tableau suivant.

 

La salle est noire, toute noire, aucune lumière… sauf…

 

Sauf celle qui émane de trois petites lampes frontales. Les acteurs longent les rangées de fauteuils, descendent sur scène, et découvrent qu’ils sont dans un théâtre, une salle de l’ancien temps.

 

Ils vont allumer les projecteurs, mettre de la musique, et s’amuser à distinguer dans le public qu’ils découvrent « pétrifié » ce qui les différencie.

 

 

100615_La-ballade-des-planches_8.jpg

 

La montre d’un des spectateurs va leur donner le jour et l’heure…

 

Il est temps. Je ne vais pas dévoiler ici tous les gags, tous les rires… ce serait trop long et là, il est temps de refermer mon livre d’images.

– Déjà ?

 

Oui… Le régisseur est passé, a éteint les lumières, la musique, et à informé les spectateurs : « Pièce ? Terminée ! »

 

 

Il ne reste plus qu’à applaudir les artistes, jeunes ou moins jeunes.

 

100615_La-ballade-des-planches_9.jpg

 

C’était bien, c’est vrai, c’était « chouette », mieux qu’une simple fête de fin d’année. Ils étaient tous heureux et cela se voyait.

 

Sur le tableau trop gris de nos cités, une troupe de comédiens amateurs venait de nous dessiner la joie de bâtir un avenir meilleur.

 

Alors, Davy… Tu continues ?

 

 

 

 

(Pour mieux voir les images, pour lire en plus grand n’oubliez pas que vous pouvez « zoomer » sur votre écran (affichage / Zoom… ou « Ctrl + » ou avec la molette de votre souris.)

 

 

82 réponses à “Une soirée pas comme les autres

  1. Merci pour le condensé de la pièce, enfin des différente scènes. je vois que tu ne t’es pas ennuiée et que les jeux de mots sont parfois riants.

    J’aurais aimé y être aussi. Belle soirée avec bises de nous deux !!!

    • Je ne me suis pas ennuyée un instant… c’était superbe !

      Je suis sûre que vous vous seriez amusés aussi.

      Douce soirée à vous deux.

  2. Bravo pour la retransmission blogophonique, j’espère qu’ils seront heureux de ta prestation,  car nous le sommes, nous pauvres spectateurs frustrés par le temps qui nous a retenus ailleurs… bises

    • Je ne sais pas… Comment puis-je être sûre d’avoir correctement traduit ce qu’ils voulaient faire passer ?

      Ce que j’ai essayé de faire, c’est de traduire mon propre ressenti. C’était bien. Très bien. J’ai adoré !

  3. A te lire cela a du être un moment fabuleux…j’aime bien ce genre de spectacle .ou le naturel prime et ou le ridicule ne tue pas au contraire…….

    sourires , merci

    bises Quichottine

    • C’est vrai qu’ils jouaient avec beaucoup de naturel…

      C’était un très grand moment.

      Merci et bises à toi, Canelle.

  4.  

     

    C’est l’avantage de la région parisienne de pouvoir s’impliquer dans des spectacles comme celui-ci.  La compagnie ça s’peut pas, à voir la frimousse des 7 jeunes qui se sont lancés il y a 6 ans dans l’aventure a trouvé deux titres marrants comme tout pour ces deux créations de 2007 !   Je serai bien allé voir l’Eaudyssée avec mes petits enfants.

     

    Mais je n’ai pas vu où Davy Durand s’investissait dans cette compagnie , pas plus que les deux claqueuses de parquet !

     

    Les scènes ont l’air décousues, comme aurait dit Devos .   Mais tu as l’air d’avoir été aussi déchirée de rire !  

     

    Quel décalage entre  le pétillement des mots  que tu décris et la colère imbécile et improductive de l’allumeur de voiture !

     

    Comment réconcilier notre jeunesse non formée et au chômage avec l’espoir ?

     

    Le grillon

    • Leur site montre la compagnie. C’est aussi ce que je voulais.

      Ils s’impliquent aussi auprès de jeunes et d’adultes pour leur donner une formation théâtrale. Davy, comme d’autres acteurs de la pièce, participaient à l’atelier théâtre. Ils ne font pas partie de la compagnie.

       

      Pour l’instant, il s’occupe de terminer son projet pour entrer dans la vie active et le secteur qu’il a choisi (le dessin d’animation) est difficile d’accès. Je souhaite de tout cœur qu’il réussisse.

      Ensuite, il pourra aller beaucoup plus loin. Je l’imagine mal ne rien faire pour ceux qui l’entourent. Là, il nous a donné du rire et le plaisir du partage. Une façon sans doute de nous montrer que même là, tout est loin d’être perdu.

      Je ne sais pas répondre à ta question. J’espère seulement qu’ils trouveront le moyen de se valoriser au lieu de tout détruire.

       

      Davy est plein d’espoir. C’est ce que j’aime en lui.

       

      Merci, Christian.

       

  5. le principal est que tu es trouvé du plaisir dans cette visite, bisou

    Fichier hébergé par Archive-Host.com

  6. Je n’ai pas vu la pièce … Mais je savoure le compte rendu !

    Vif, pétillant, et un enchaînement rapide ! La troupe s’est amusée, et les comédiens méritent les bravos pour tout l’investissement qu’ils ont mis dans cette réalisation qui clôture un travail d’équipe.

     

    Quichottine, le coup des piles, c’était aussi dans la pièce ? 

     

    Merci pour cette présentation détaillée. Bisous d’ici en Berry …

    • Pour les piles… non… Mais j’ai vraiment regretté !

       

      Ce sont les jeunes qui ont rédigé le texte de leurs sketchs. Ils ont de l’imagination à revendre et beaucoup de talent.

       

      Merci d’avoir aimé mon compte-rendu. Bisous pour toi jusqu’au Berry.

       

  7. Merci Quichottine,j’attendais ton compte-rendu et je suis ravie. Des photos qui illustrent fort bien le spectacle. On sent que tu as apprécié et ris surtout. Je ne regarde pas le foot (mon épousé non plus), ce n’est pas un spectacle fort intéressant.
    GROS BECS.

  8. « Au théâttre ce soir » – c’était le tite de ton article d’hier, mais en vérité c’était aujourd’hui !

  9. gracias por ese relato…

    besos

    tilk

  10. Comme j’aurais aimé t’accompagner à cette soirée, Amielle ! Tu en parles délicieusement, c’est un régal, tu t’es régalée. Bravo à ces acteurs et à ton préféré Davy  😉

    Gros bisous, tout plein. Douce nuit

  11. Sûrement une soirée très intéressante. Ma petite-fille étudie elle aussi en théatre et nous sommes allés assister à son spectacle de fin d’année, c’était des extraits de pièce comme pour eux. Les jeunes sont bourrés de talent.

  12. J’ai aimé tout simplement ce billet. Je ne sais pas quoi rajouer Bises

  13. ah! j’aime bien la façon dont tu racontes le spectacle et merci pour toutes ces photos..Tu nous en dis juste assez pour nous allécher et nous donner envie d’aller le voir  au cas où il passerait près de chez nous

  14. Tu as l’air d’avoir passé un bon moment. Et tu nous l’as relaté parfaitement. J’aime bien tes mosaïques d’images.

    Bonne journée.

  15. Merci ma douce Quichottine pour tes voeux.. tu es comme moi si on ne me rappelle les dates, je ne les retiens pas !! mais heureusement il y a Dom qui est là pour faire le boulot lol.. encore une année sur les épaules déjà bien chargées..

    Ben dis donc j’ai eu du mal à suivre la pièce, mais j’en suis arrivée à la conclusion que tu as passé un bon moment et que c’était drôle.. mais tu crois qu’avec ma cataracte.. même en cliquant j’y ai vu quelque chose aux photos ?? crénom ben nom je n’ai pas vu grand-chose  mais voilà tu l’as fait exprès coquine.  Par contre une petite photo a attiré mon attention.. celle de David Durand à droite dans un petit carré, vu de profil et en contre jour. J’ai trouvé qu’il avait ce qu’on appelle « une belle gueule » d’acteur et elle m’a rappelée une photo de Gérard Philippe que j’avais de profil en ombre chinoise. Tu vois, je les ai quand même regardé tes photos

    belle journée mon amie et merci encore

    le matelot de la terre ferme

    • Heureusement qu’il y a Dom et certains autres, parce que j’oublie aussi.

       

      Rire… merci de les avoir regardées.

      Davy a une belle petite gueule. C’est vrai.

       

      Encore très bon anniversaire à toi, Chantal.

  16. Ohhhhhhhhhhh Quichottine comme j’ia aimé ce spectacle !

     

    Je vais déménager il le faut.

     

    Je t’embrasse

    • Tu feras ce que tu pourras je crois bien. Merci d’avoir aimé.

      Chez toi, vous avez d’autres avantages, je crois.

      Je t’embrasse fort.

  17. si tu t’es régalé n’est-ce pas le principal..

    un peu peur au début de ta description.. la camionnette brûlée .. semblable au mur gris ..

    mais ensuite ouf …

    ça va mieux 🙂

    bises

    christ’ailes

    • Je n’aurais peut-être pas dû en parler… mais c’est pourtant avec ces images que je suis entrée dans la salle de spectacle.

      Les comédiens ont su tout effacer.

      Bises à toi aussi, Christ’ailes.

  18. je regrette d’avoir raté ce rdv, mais c’était sans compter sur tes talents de conteur ….

  19. Le soleil ?

    La proximité de la mer, de la montagne de l’Espagne, c’est ce qu »ils »disent !

     

    Mon coeur est né dans le béton de Paris !

     

    Je t’embrasse

  20. un spectacle qui devait être tres interressant a voir vu ton reportage , je suis sur que tu as apprecié , bise quichottine

  21. Tu es très enthousiaste;on voit que ta soirée a été positive!!

    Parfois les acteurs méconnus valent bien les grands!

    Il est regrettable que les gens de ces cités ne se soient pas déplacés  plus nombreux .

    Merci pour ce beau reportage .Bisous

    • Las acteurs avaient beaucoup de talent… c’est vrai qu’ils auraient sans doute aimé avoir plus de spectateurs, mais c’était magnifique.

      Je crois que nous nous sommes tous bien amusés.

      Merci à toi d’être venue le lire. Bisous.

  22. J’aime beaucoup ces impressions de théâtre, le choix des photos, les mosaïques… Bravo !

  23. Votre billet dépasse les limites d’un reportage par sa chaleur communicative décrivant votre aventure d’un soir au theatre. Applaudissements bissés à ces acteurs et actrices qui « brulent les planches » au lieu des autos...Tous les gens très modestes qui habitent par millions des immeubles tristes n’engendrent pas automatiquement des voyous et des marginaux. Le terrorisme urbi et orbi a d’autres sources comme la drogue et le plaisir d’en découdre avec la Loi que les fanatiques encouragent pour déséquilibrer la démocratie décadente..

    • Je pense qu’il n’y a pas que des marginaux, mais que nous les mettons trop souvent en scène au lieu de montrer ce qui peut être source d’espoir pour tous.

      Je ne peux pas nier que la criminalité y existe, mais elle est minoritaire, même si elle fait beaucoup de bruit.

       

      Quand serons-nous capable de vivre ensemble et de partager ce qui peut l’être pour le bien de tous ?

      Ce soir-là, sur scène, c’était cela : le plaisir de créer, ensemble, et de partager sa joie.

       

      Merci pour votre présence, Georges.

  24. adèle.H

    Il m’est arrivé de voir quelques spectacles avec des troupes débutantes,ou d’amateurs..dont une burlesque il y a quelques temps dans un petit théatre (là ou le splendide a fait ses début)et j’ai rarement été déçue..Merci pour ce joli partage!

  25. J’ai bien aimé le crobard de Davy ! Excellente mise en bouche de ta part aussi…

  26. J’aime bien ta façon de nous narrer ta soirée théâtrale avec les montages photo, c’est très sympa.
    En te lisant, des souvenirs d’un spectacle que j’avais vu m’est revenu en mémoire et mes peurs aussi car les acteurs faisaient participer les spectacteurs qui montaient sur scène, j’étais recroquevillée sur mon siège et je n’osais pas regarder la scène de peur qu’ils ne viennent me chercher.
    Visiblement tu as passé un bon moment et c’est là l’essentiel. 

    • Je suis contente que ça te plaise…

      Là, je n’ai pas eu à monter sur scène… je dois dire que je n’aurais pas aimé non plus.

      C’était une soirée magnifique !

  27. comment ça ça s’peut pas?!!!

    ah mais c’est du grand art une pareille présentation… bigre!!

     

    bon ça vaut bien un tag non?

    allez va pour un tag, pour bonne conduite et puis parce que tu le vaux bien, et parce que je suis curieuse (en plus de tous mes autres défauts)!!!

     

    doux bisous vespéraux

  28. J’aime les petits théâtres où les comédiens font partager leur enthousiasme.

  29. C’est toi qui a l’art de raconter, oui, ça donne envie de voir, cet espoir, cette vie au milieu de tout ce gris. Merci pour ce récit Quichottine. Très bon lundi à toi

  30. ♥ Trinity ♥

    A lire ton article je ne crois pas me tromper en disant que tu as passé une excellente soirée et que cette représentation était à la hauteur de tes attentes.

    D’après ce que tu dis, ils sont talentueux, alors je leur souhaite une longue vie dans ce milieu du théâtre qui est loin d’être facile.

    Tes photos sont très bien et nous permettent ainsi de « voir » un peu cette pièce !

    Merci pour ce reportage partage et très belle soirée à toi

    Bises

    Trinity

    • J’ignore si tous en feront leur métier, mais je les remercie pour ce moment merveilleux de détente passé en leur compagnie.

       

      C’est bien de pouvoir s’évader aussi de la vraie vie.

      Bises, Trinity. Merci.

  31. T’es sûre qu’on peut zoomer sur les images?

    Histoire dans l’histoire! bien aimé ta faaçon de raconter et bravo pour les photos! Joli montage et même pas flou!!

    Belle nuit avec des bisous

    Dany

    • Les images grandissent avec l’article lorsqu’on zoom… Jusqu’à un certain point.

      Douce soirée à toi, Dany. Bisous.

  32. En voila un bel aricle qui nous fait presque passer toute la soirée avec toi ! Lolll
    Bon, je vois que ça t’a plu et que tu t’es donné beaucoup de mal pour nous faire ce partage. Merci à toi.
    On passe souvent à côté de charmants spectacles comme celui-là qui, je pense, était sans prétention sauf celle de faire passer un bon moment aux spectateurs tout en s’amusant eux aussi …

    Bon jeudi ! Bisoux


    • C’était un très beau spectacle qui me prouve une fois de plus que les jeunes sont plein de ressources… Il faut leur donner le moyen de se valoriser.

      Merci, Dom. Gros bisous et bon jeudi à toi aussi.

  33. Oo° Kri °oO

    Holàlàlà et justement il a fallu que je vienne découvrir ton billet du jour alors que je suis sur mon petit PC format poche ~ Enfin grande poche quand même, une poche A4 ~ donc pas beaucoup de possibilités de visionner en grand tes minis photos 😉

    Mais ton texte est : comme si on y était… et même en mieux!

  34. merci pour le partage, tu as un don d’ubiquité car tu as tout suivi en prenant des phoyos de tout, (r’as pensé aux voisins j’espère………………….. Non sans blague ce devait être un beau spectacle

    Bises

    • Je les ai prises sans flash, et j’étais tout au fond de la salle pour ne gêner personne.

      Mais je suivais, oui, tout… (J’ai appris à regarder partout à la fois. C’est le propre des institutrices. )

       

      C’était un tès beau spectacle.

      Bises, Fransua. Merci.

  35. Séverine

    Super soirée, c’est certain ! Une bonne pièce de théâtre, c’est revigorant. Les acteurs nous donnent tellement, c’est de l’énergie pure qui passe de la scène au public, et quel bonheur, dans la salle, de rire tous ensemble…
    Merci pour le compte-rendu !…
    Bisous et belle fin de soirée, QUichottine

    • De l’énergie pure, tu as tout à fait raison.

      Et qu’est-ce que c’était bien !

       

      Belle fin de journée à toi aussi. Bisous.

  36. Excellente revue de presse! Du grand art…pour un art tout autre, nouveau, à venir. Merci pour tout ceci !

  37. patdelapointe

    quelle histoire! j’ai compris que tu t’étais bien amusé et c’est ce qui compte

  38. Hélène, le-calame-et-la-plume.

    Tu as raison, Quichottine: il fallait que tu ailles les voir!

    Bravo à eux pour leur talent, et à toi; on a l’impression d’être dans la salle…

    J’adore les pièces de théâtre interactives; le registre et un peu court, mais c’est magique!

    Nous avons assisté à un spectacle où une seule danseuse évoluait. Elle m’avait chargée de dire une phrase, sans réflechir: toutes les deux minutes, j’ai chanté: « J’veux du cuir… » (va savoir porquoi!), et les spectateurs sse sont mis à chanter: à chaque fois, elle changeait de chorégraphie…

    Bisous ma Qichottine, je vais ressortir mon écharpe orange, ajourd’hui. Il ne fait pas chaud!

    • Sourire… Merci, Hélène. Je t’imagine chantant dans la salle.

      Là, je n’ai fait qu’accepter un jus d’orange.

       

      Il ne fait pas chaud, ça, s’est vrai. J’espère que tu passeras une belle soirée.

      Bisous.

  39. L’important est aussi pour les acteurs amateurs qui ont vécu cette pièce, ils y ont mis leur talent, leurs envies et ills ont sûrement passé de bons moments….c’est tout ce chemin qui compte avant tout…VITA

  40. patdelapointe

    oui, mais il aurait fallu que tu nous y entraines..et je sais bien que si nous avions été à côté tu l’aurais fait, pardi.

  41. Certainement très déroutant car hors du théâtre « classique » mais je ne doute pas un seul instant que ce devait être un spectacle inoubliable !!!

    Dommage que je n’aie pu y assister

    Merci pour ce partage ma sœurette chérie et mille bisous à toi !!!!

    • J’aime… vraiment beaucoup… lorsque ce que je vois est chaleureux, que le courant passe.

      Là, je peux te dire qu’il passait !

       

      Merci à toi, ma frangine chérie. Mille bisous.