Dilemme

Voilà.

Je suis devant un dilemme.

Un dilemme, selon mon dictionnaire… un Petit Larousse 2002 dont je vous parlerai un jour… c’est l’obligation de choisir entre deux possibilités comportant toutes deux des inconvénients.

Mon carnet est ouvert, devant moi…

et maintenant ?

Soit je me tais, et j’encours les foudres de ceux qui n’arrêtent pas de me d ire :

« Mais, B… de M…. ! Tu l’ouvres ????? »

… les regards narquois de ceux qui écriront :

« Je vous l’avais bien dit qu’elle nous servirait un article de plus…qui ne nous dirait rien »

…tout en satisfaisant ceux qui se contentent d’imaginer ce que peut contenir ce tout petit carnet, et en font comme moi le support de leurs rêves, le messager de leurs espoirs inassouvis…

Soit je parle… et là, catastrophe ! Je déçois les seconds, tout en ne satisfaisant pas forcément les premiers.

Parce que… il faut bien le dire…

Comment pourrait-il sortir
de ce « tout petit carnet » autre chose
qu’un tout petit,
minuscule,
petit rien ?

Cependant, un dilemme… selon toujours mon Petit Larousse, version 2002… c’est aussi et d’abord, « un raisonnement comprenant deux prémisses contradictoires, mais menant à une même conclusion, laquelle, par conséquent, s’impose. »

Ah ! Ce dictionnaire… ne m’aide pas beaucoup. Cela voudrait-il dire que, quoi que je fasse, vous en arriverez au même point et vous serez déçus ?

Peut-être pas.

En fait, il faudrait que je prenne mon courage à deux mains pour vous faire partager ce contenu un peu obscur… 

Je vous l’avais dit, moi, que ce petit carnet n’était pas blanc !

Je pourrais arrêter là mon article.

J’y donnerais raison à Maître Po. C’est quelqu’un de si raisonnable… de sérieux. Mais il a aussi les yeux qui pétillent comme une coupe de Champagne (surtout quand il parle de Bubulle… son chat).

Je continuerais à aiguiser la curiosité des uns et les commentaires acidulés de Chris. 

Ah ! C’est vrai… je ne vous en ai pas parlé, de Chris. Elle sévit aussi sur OB, sur une île bien tranquille portant pour nom Alphabeta. Enfin… peut-être pas si tranquille ?  Il faudrait que je réfléchisse à l’adjectif qui conviendrait à ce blog. Il a vu naître Bloggy… il y a déjà longtemps. Cinq pages de résumés d’articles, quarante résumés par page… Ça fait beaucoup… surtout quand on arrive après la bataille et qu’on veut tout connaître, tout savoir.

Il faut se donner du mal parfois, il faut tout parcourir pour découvrir ce lieu et les trésors qu’il cache.

Chez Maître Po, c’était un paradis en images.

Ici, c’est autre chose.
D’abord une jungle, sauvage.
Elle ne vous montre que ses épines.

 

Elle veut voir si vous méritez d’y entrer.

Et puis, vous entrez dans son jeu, vous comprenez que derrière ces mots parfois – souvent – très crus il y a davantage. Il y a le talent d’un peintre de la nature et des sentiments, l’un n’allant pas sans l’autre. Pas de tricheries, pas de fioritures, pas d’enluminures sauf dans ces mots que je parcours avec délice. Alors, oui, parfois je passe un peu plus vite sur un article… et souvent je m’attarde, je rêve…

…et je me dis que quelque part, en Italie, il y aurait 
une autre amie à découvrir.

 

22 réponses à “Dilemme

  1. Moi aussi j’aime bien Chris. Je ne l’expliquerai cependant pas, le non-dit me suffit. Mais j’aime aller la visiter… Et ici aussi, je reviendrai, quoiqu’au premirr abord, j’hésitai : je ne connais rien à Cervantes et je ne peux rien en dire !

    • Merci, Seb. D’ailleurs, je conseille à tous ceux qui liront ce commentaire d’aller sur ton blog… Ton « Retour d’Hélène » vaut le déplacement !

  2. Dilemne Suivre ou ne pas suivre Don Quichotte ! Plus que mon livre de chevet depuis longtemps… Par contre, pas d’hésitation à suivre tous les jours Quichottine, son carnet, ses livres et sa plume alerte ! Merci d’être passée voir mes trésors marins et de m’avoir donné la clé des « trucs ». A très bientôt

  3. Ca marche ! Merci !

  4. En attendant, tu nous as bien embrouillés ! Il est passé où, le carnet dans tout ça, hein ? Mais bon, j’ai enfin l’adresse du blog de chris, c’est déjà ça. Entre les adresses érronées ou manquantes, je désespérais de l’avoir un jour ;-Þ

    • Je le savais ! Merci pour ce franc rire qui m’a pris en lisant ce commentaire. Nous jouons tous ici… au chat et à la souris, Maître Po. Mais n’ayez crainte, la suite ne tardera pas trop… Je suis contente de vous avoir donné une adresse, mon cher maître… (Tu la cherchais ?)

  5. Pas vraiment. Mais je voulais regarder son blog et je ne pouvais pas 😉 (j’ai fait emphase première langue)

    • … c’était vraiment dommage ! Il y a de belles promenades à faire sur ce blog, de quoi penser et rêver, un peu de quoi pleurer… et puis, même si l’on se révolte parfois, le principal n’est-il pas de réagir ? Chez Chris, rien n’est « plat ».

  6. Dilemne de carnet… aurons nous une réponse ?
    En tout les cas, une chose est sure, c’est que tes écrits nous font parcourir des sentiers détournés pour apprendre à mieux lire. A aimer la lecture de livres que parfois on n’a que brièvement parcouru. 
    Tu nous permets de decouvrir d’autres blogs aussi.
    Ta façon d’écrire est une approche toute en douceur, avec une pointe de mystère maitrisé.
    Et curieuse comme je suis, tu penses bien que je vais m’accrocher pâges après pâges… bon, je vais prendre du temps, forcèment. 
    Précieux temps qui nous échappe.

  7. Bonjour,
    Nouvelle étape dans la croisade vers le carnet de Quichottine…
    On est parti du dilemme qu’elle nous propose : prendre connaissance ou ignorer le contenu du carnet…
    Et on se retrouve avec une alternative, suivre d’abord le cheminement pictural de Maîtro Po, ou choisir de s’enfoncer rapidement dans la jungle verbale de Chris…
    Mais au moins, on sais qu’il ne s’agit pas d’un dilemme et qu’aucune des deux promenades qui s’offrent à nous ne présente d’inconvénients mais que des avantages puisque nous avons la certitude d’y retrouver régulièrement Quichottine…
    • Tu as beaucoup découvrir, chez l’un et l’autre, si tu t’y attardes…

      Mes lectures suivent toujours des « coups de coeur ». La « jungle verbale de Chris »… oui, tu as raison, c’est un peu ça. Là-bas, il suffit seulement de débroussailler parfois pour voir éclore ses trésors de générosité.

      … et pour l’y retrouver, oui, j’y suis souvent…
      Qui sait ? Tu y découvriras sans doute d’autres « moi » …

      Merci Yvon, d’être là, d’être toi…

  8. Il y en a tant à découvrir qu’il faudrait passer la journée sur l’ordi. Parfaois les choix sont très difficiles.

    • C’est vrai… je crois que même en passant 24 heures sur 24 devant son écran, personne ne pourrait arriver à tout voir, à tout lire. Il faut choisir…

      Certains choix relèvent du hasard. On fait une rencontre agréable sur un blog, et, ensuite, on y retourne. Je crois que c’est une bonne solution.  C’est ainsi que je suis arrivée sur le blog d’une certaine Solange…

      Passe une belle fin de journée… Merci d’être là…

  9. Que fais-tu là, Quichottine ?????? » Ma pub ????? (RIRE) Mais tu as parfaitement raison : pas tout le monde peut entrer dans ce jeu merveilleux et pervers…..il faut avoir beaucoup de sensibilité et savoir lire entre les lignes, aimer les mots,avoir du courage pour franchir des frontières invisibles et s’aventurer dans un monde que j’appelle  » LE TROP »…. Je suis confuse par tant de compliments et une telle preuve d’amitié…..

    • Non… je vous fais seulement entrer, peu à peu, dans ce monde secret de mon petit carnet. Je sais que je prends des risques, que seulement certains d’entre nous pourront y entrer vraiment. Mais ce n’est qu’un tout petit tiroir, le tiroir aux secrets… Le restant de ma bibliothèque restera ce qu’il est. Plein de livres, de tableaux, de toutes ces choses auxquelles je tiens, que je voudrais faire partager. Et puis… je n’ai pas fini de lire Don Quichotte, j’ai encore bien des moulins à rencontrer.

      Merci d’être passée, Chris, et merci pour toutes ces images que tu as mises ce matin sur ton blog… C’est un abord conforme… une forêt vierge, magnifique.

  10. Kikou Quichottine 😉 Le monde secret de ton petit carnet… mots ou maux? A découvrir avec intérêt si j’en juge tes écrits. A suivre… Bises du soir, à bientôt.

  11. Le fait de choisir est déjà un dilemne