Anselm Kiefer

 Je me demandais où j’allais vous en parler. Ce n’était pas si simple.

Contrairement à ce que vous pourriez penser, moi, je n’y connais rien en tableaux, en peinture, en art… Je ne suis pas un pilier de musée.

Pourquoi ? Eh bien, parce que je fais partie des gens qui traversent les salles à toute allure, le regard en alerte, comme si je devais emmagasiner le tout en un minimum de temps. C’est vrai. La plupart du temps, je ne lis même pas les titres des tableaux, les commentaires. Je suis un vrai-faux touriste. Je cours. Comme si j’avais hâte de retourner au grand air.

Et puis, brusquement, je m’arrête. Et là, je peux rester des heures, sans bouger. Devant l’œuvre qui m’attendait.

Coup de foudre ? Sans aucun doute.

Je fonctionne ainsi, au « coup de coeur ».

Devant un texte, devant une image. Il faut que je ressente.

C’est charnel, inexplicable.

Donc, je suis une ignorante. Mais, ce dont je suis sûre, c’est que les sentiments que j’éprouve alors sont bien réels. Je peux y revenir vingt fois, cent fois, sans jamais me lasser… jusqu’à en être totalement imprégnée.

Aujourd’hui, il s’agira d’Anselme Kiefer

Pas de celui dont tout le monde parle, celui dont l’exposition vient de s’achever… Monumenta… au Grand Palais. Non, pour celui-là, je ne ferais qu’un article de plus, inutile.

Je vais vous parler de l’Anselme Kiefer de Maître Po.

Je ne sais pas qui est Maître Po… mais il fait de belles photographies, et il a un très beau chat… c’est un chat qui voudrait être écrivain… ça il faudra aller le lire, chez lui. Aujourd’hui, je voudrais vous montrer ce que peut le regard porté à un instant précis sur un tableau.

Nebelland… le pays du brouillard. C’est une toile immense, certains l’ont sûrement déjà vue.

1997 : « J’ai vu le pays du brouillard, j’ai mangé le cœur du brouillard.« 

Le tableau, sur la Toile, ça donne ça :

kiefer-pyramide

Lorsqu’on va sur le blog de Maître Po, tout change. Je me suis arrêtée, je suis restée, longtemps.

Je me suis demandée… plus que cela encore.

Il y avait dans ma tête la musique lancinante de « Nuit et brouillard« … il y avait des tonnes de silence aussi.

Puis, devant cette photo magnifique, je me suis dit que ce qui comptait, ce n’était plus tant la toile accrochée au mur du Grand Palais, c’était l’ensemble qu’elle formait tout à coup devant l’objectif du photographe avec ceux qui la regardaient.

Il y a la toile bien sûr, encore que coupée parce qu’elle est trop grande pour entrer toute entière dans le viseur.

Mais il y a une femme, accroupie à côté d’un enfant.

La mère (?) soutient l’enfant ?
Peut-être pas. Il faut tout regarder.

L’enfant baisse la tête. Il est concentré sur ce qu’il écoute et ne veut pas voir. Il attire notre regard, avec son T-Shirt orangé. Son regard, lui, pourrait nous désigner le gisant sur la toile. Mais on ne sait pas vraiment ce qu’il regarde.

La mère a la tête levée. Elle fixe le haut du tableau, ou son ensemble.
Mais elle est en équilibre précaire.

(Avez-vous déjà essayé de garder cette position ?
Le sang ne circule plus…
Lorsqu’on se lève, on a vieilli d’au moins dix ans !)

Ici, la mère et l’enfant sont intimement liés à la toile exposée à travers leur attitude et la couleur de leurs vêtements. Le noir et blanc de la femme, le gris du pantalon du garçon… qui se fond avec le gris du sol… Quant à l’orangé du maillot, on peut en trouver, sur le tableau, comme un reflet ensanglanté.

Voilà ce que j’ai vu chez Maître Po, voilà pourquoi je m’y suis attardée, pourquoi j’y reviens, comme pour y retrouver

une histoire…
que je n’aurais sans doute pas pu lire ailleurs.

© Quichottine, Juillet 2007

Pour voir l’image et l’article de Maître Po, cliquer ici.

60 réponses à “Anselm Kiefer

  1. Les histoires peuvent se ressembler même si elles sont singulières. L’Histoire, elle, se répète et brise souvent les histoires singulières.

  2. Je suis allée voir les tableaux de Maître Po, en effet, cela fallait la peine de s’arrêter sans filer à toute vitesse. Et la mère qui levait la tête avec son petit garçon méritait ton article sur la photo (et le reste). Très émouvant en effet.
    Grâce à toi, je ne filerai plus à toute pompe quand je vais dans un musée. Promis.
    Je t’embrasse,
    Gigri

    • Je continue de filer… mais je continue aussi de m’arrêter des heures devant un tableau qui me parle…

      Je t’embrasse. Passe une douce soirée, Gigri. Merci !

  3. J’aime beaucoup comme tu as exprimé ce que tu ressentais.
    Dans une galerie, souvent, je reste longtemps devant les œuvres, à méditer.
    Sauf si c’est nul !

    • Bonjour Seb…

      Une oeuvre n’est pas forcément nulle si elle ne nous plaît pas… mais je reconnais que l’on peut parfois se poser la question.

      Passe une douce soirée.

  4. Géniale cette rediffusion ma Quichottine. Bises et bonne soirée

  5. Bonsoir Quichotitne. Le tableau vu sur le blog de Maître Po avec cette mère accroupie près de l’enfant prend énormément de force bien qu’on n’en voit qu’un tout petit morceau.

    Ce que tu as écrit m’a beaucoup frappée car je réagis comme toi. J’ai relevé ces mots qui pourraient être les miens :

    « Je fonctionne ainsi, au « coup de cœur ».

    Devant un texte, devant une image. Il faut que je ressente.

    C’est charnel, inexplicable.

    Donc, je suis une ignorante. Mais, ce dont je suis sûre, c’est que les sentiments que j’éprouve alors sont bien réels. »

    C’est exactement comme ça que je fonctionne aussi. C’est le coeur et l’instinct qui me guident. Je semble souvent ignare à certains d’autant plus que j’ai ce gros problème de mémoire qui m’empêche de retenir les choses qui pourraient me mettre à l’aise près de personnes érudites que je ne peux malheureusement pas suivre dans leurs débats.

    Enfin peu importe. « Je suis comme je suis, je suis faite comme ça… » 😉
    Gros bisous à toi Quichotitne et bonne soirée.

    • Un sourire pour toi, Oxy… Je crois que j’aime savoir que tu es comme moi… ainsi donc, si nous visitons un jour un musée ensemble, même si nous ne nous arrêtons pas devant la même toile, nous nous comprendrons.

       

      Merci d’être ce que tu es.

      Gros bisous et douce soirée à toi.

  6. L’art c’est bien difficile à analyser, c’est beaucoup une question de sentiment, chacun a son interprétation. J’aime beaucoup ton article d’aujourd’hui. Bon dimanche.

    • Merci, Solange.

      Ton avis me touche beaucoup, toi qui sais combien c’est difficile de transmettre des émotions… et qui y arrives le plus souvent !

      Passe une douce soirée. Bises.

  7. Ta façon de visiter un musée me paraît très juste…On ne peut pas tout voir et, selon les jours et notre état du moment, c’est tel ou tel tableau qui nous fera signe qui aura quelque chose à nous dire, à nous faire ressentir…et les autres resteront muets
    Merci Quichottine pour ce bel article

    • Merci à toi de si bien me comprendre…

      C’est pourquoi je peux retourner dans un musée déjà maintes fois visité sans jamais me lasser…

      Passe une douce soirée.

  8. Bonjour Quichottine,

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Face à une création , on marche au coup de coeur. Pour certains, du métier ou pas d’ailleurs, viennent ensuite l’analyse technique.
    Ce tableau est saisissant et très émouvant.
    Merci pour ce lien découverte.

    Gros bisous de bon dimanche
    Martine

    • Merci pour ta présence sur ce billet.

      Un avis d’artiste que je souhaitais.

      Gros bisous et douce soirée dominicale, Martine.

  9. Les photos de Maitre Po sont tjs aussi extraordinaires. Quant à A. Kiefer dont j’ai vu des oeuvres à la Hamburger Bahnhof de Berlin , il y a souvent interactivité entre le visiteur et l’objet créé……VITA

  10. De belles photos chez Maître Po. Je n’aime pas du tout ce tableau. J’ai trouvé intéressant la maman et l’enfant devant le tableau mais doit on faire voir un tel tableau à des enfants ? Je me pose la question. Contente de t’avoir revu hier. Merci encore pour tout. C’est tellement gentil. Bises

    • Ce tableau est très difficile, je sais que je n’aime pas vraiment cet artiste dont j’ai vu d’autres oeuvres.

      Mais la photo de Maître Po m’a parlé.

      Les enfants voient tant de choses maintenant, partout… je ne sais même plus si nous pouvons les garder enfants assez longtemps pour qu’ils aient le temps du rêve…

      Merci à toi. J’étais heureuse de passer un moment avec vous.

      Bises et douce journée à venir.

  11. Non, non, ce n’est pas une question d’ignorance…..la peinture, la sculpture doivent etre vues absolument comme ça : voir,un point c’est tout….. ça n’attire pas ou ça t’accroche, immédiatement, exactement comme un coup de foudre…. par la suite, tu as le droit de te demander pourquoi…..

    • Après, tu peux soit te demander pourquoi en essayant de faire partager… soit continuer à l’aimer, comme ça, sans autre raison que la « vibration », l’emoi, que tu ressens, malgré ce que pourraient te raconter tous les maîtres à penser. Je n’ai pas envie de changer

  12. Je comprends bien ton sentiment, ca doit être sans doute le même qui m’a poussé à lire ton article en entier ;o) Bravo, j’avais entendu parlé de cette expo maintes et maintes fois et pour une fois j’entends quelque chose de différent … à ++ Donna !

  13. Voila une approche de l’art qui me satisfait tout à fait . Ressentir, avant d’expliquer selon des critères qui ne sont pas les notres, trop académiques, trop codés . Ressentir…se laisser guider par son émotion . Meci pour ce très beau commentaire , et merci pour l’endroit où tu guides nos pas : somptueux ! Je l’ai mis dans mes favoris pour y retourner à loisir . Gros bisou .

  14. Comemnt peux-tu me demander mon autorisation ? Ne t’était-elle pas d’avance acquise ? Merci, Quichottine, pour ton article auprès duquel le mien fait piètre figure 😉 Il faudra que je pense à mettre un lien vers le tien. Ah, juste une remarque… y a pas d’accent sur Po 😉

    • Ben… c’est de la contamination !… C’est tellement grand chez toi, tellement impressionnant que j’ai dû avoir eu envie de mettre partout des accents circonflexes… je corrige ? Oui. mais je le laisse virtuellement. Grand merci pour votre appréciation…. et un amical. J’aime bien aller chez toi !

  15. Si comme toi je m’attarde souvent chez MP, c’est parce qu’en quelques lignes (empreintes toujours de pudeur, de tendresse et d’élégance) et deux, trois photos (qu’en dire, sinon qu’elles sont belles, tout simplement ?), il invite au voyage, que ce soit vers un temple tibétain ou dans les yeux pailletés d’or de Bubulle… Puissions-nous être nombreux, grâce à ton article, à voyager en sa compagnie ! Merci Quichottine, et à bientôt 😉

    • Je voudrais bien… C’est une des raisons pour lesquelles je n’ai pas mis l’image, qui est pourtant si belle qu’elle aurait été l’un des fleurons de ma bibliothèque. J’avais la permission… mais j’ai trouvé que c’était aussi bien de la laisser chez Maître Po. Il faut la mériter : un clic sur le lien nous conduit à la bonne page, mais il faut ensuite la parcourir. Ce faisant, on apprend. Merci pour ta visite

  16. Ah tu as découvert l’antre de maitre po. Orphi décrit bien ce que l’on peut ressentir sur son site…c’est un des blogs ou j’aime m’attarder. Quand à maitre po lui même je pense qu’il y a eu fusion avec bubulle à un moment ou un autre..je crois que c’est un chat lui aussi ^^ Un bel hommage que tu rend a Kiefer..et a Maître po (sans accent). Il est très pointilleux oupss 😉 bonne journée. 😉

  17. La vie est une bien étrange chose. Une réponse, deux commentaires et je suis sur un petit nuage… La terre pourrait alors s’entr’ouvrir, que m’importerait, sur mon petit nuage ? 😉

  18. merci de nous ouvrir les yeux sur une telle oeuvre (je parle de la photo …)

  19. merci pour tes très chouettes et … revigorants comm ! ça me donne envie de m’y remettre ! j’ai pas mal de photos en stock en plus depuis mes dernières publications !! canada, bruxelles, … faut juste que je les mette en ligne .. enfin, faut dire, j’ai pas mal été accaparé par mon blog musique : http://musicfox.over-blog.com/ *pi manque de confiance en moi et mes .. humbles experiences photographiques ! * merci encore

    • Je ne suis pas allée voir ton blog musique… il faudra que je le fasse, dès que j’aurais un peu de temps, promis !)

  20. Ils étaient des milliers, il étaient vingt et cent, nus et maigres tremblants…

  21. Merci grace à toi j’ai découvert Maître po, j’y retorunerai. Kiefer je ne connaissais pas non plus. Ses toiles sont gigantesques : un tout petit détail dans une immense nébuleuse c’est ce qu’est l’homme et ce que montre bien ce tableau

    • J’aime beaucoup Maître Po et son blog. C’est par lui que j’ai découvert Kiefer, mais aussi bien d’autres choses !

      Maître Po, c’est le parrain de cette bibliothèque.

  22. oui oui oui j’ai flashé à fond aussi sur cette photo qui tout à coup donne de la vie et du peps au tabeau…un nouveau tableau 🙂

  23. Merci pour ces trois cadeaux…

    D’abord le lien sur Maître Po. Et voila comment on élargit le cercle de ses visites…

    Ensuite, ton commentaire sur ton approche de la peinture. Je n’oserai jamais suivre ce chemin, de peur de me laisser entraîner par mes sentiments premiers, sans tenir compte du contexte qui fait le vécu de chaque tableau… Pour cela (comme pour tant d’autres choses) j’ai besoin d’aide, pour me lancer… Après, c’est certain, je vais exprimer mon propre sentiment, en suivant mon bon plaisir…
    Et donc si je devais me prononcer sur l’oeuvre, je dirais que comme le nom de l’exposition l’indiquait je la trouve trop « monumentale »… Je me sens trop petit face à une telle somme de messages…

    Enfin, merci pour ton excellent commentaire de la photo chez Maître Po… Tout est dit, et si bien.

    • Euh… Je te dirais : « merci pour ce merci ! »

      Bon, d’accord, c’était un peu facile… mais, grâce à toi, j’ai relu mon article, j’ai suivi mon lien vers maître Po, et je suis repartie en voyage… alors, merci à toi.

      L’expo, je ne l’ai vue que chez Maître Po et sur quelques articles du Web. Je crois que j’aurais été « écrasée » aussi.

      Mais j’en ai gardé cette image qui m’avait d’abord attirée…

      Je le dis, tu vois, le plus souvent, je me laisse guider par mon instinct. Si une oeuvre ne me plaît pas, ne m’a pas « parlé », je ne cherche pas à en savoir davantage… La recherche sur l’auteur ou les conditions de production, chez moi, c’est seulement dans un second temps.

      Je sais que c’est un peu naïf, pas vraiment scientifique… mais bon, c’est comme ça. Et je crois que l’art a besoin de ces coups de coeur…

      Merci pour ta visite d’aujourd’hui…

  24. mirotine

    « j’ai vu le pays du brouillard, j’ai mangé le pays du brouillard c’est cette phrase qui retient mon attention qui m’interpelle qui m’appelle , qui m’engage à pousser « la porte  » du tableau , bonne journée à toi mangeuse d’émotion instinctive!

  25. c’est très beau – intéressant de mettre en scène une petite partie d’un tableau – toute notre vision générale de l’oeuvre s’en trouve modifiée – bizz et bon lundi

  26. J’imagine la tendresse entre cette mère et son enfant mais dommage, la photo ne s’affiche pas … Encore une facétie Obéienne ! Je repasserai … Douce soirée Quichottine !

  27. Non, je n’avais jamais vu ce tableau (envoûtant); mais de nombreuses photographies en N&B, sur la Shoah ….

    Image hébergée gratuitement chez www.imagehotel.net Bonnes Fêtes aussi !

    • Il y en a énormément…

      Merci pour ce Père Noël dont j’espère qu’il séveillera à temps pour accomplir sa tournée.

      Bises et bonnes fêtes, Glorfindel. Merci.

  28. Ton analyse est très juste , du moins elle correspond à ce que je ressens.C’est le regard du photographe qui donne tout son importance et sa puissance à cette scène qui est magnifique.
    Douce soirée, bises Quichottine

  29. Ouf j’ai eu du mal à trouver où commenter 🙂
    Bon je trouve que tu as raison devant la peinture la première chose importante c’est de se laisser entrer dedans, ressentir quoi … le blabla bla des gens sur ce que l’auteur a du penser ou vouloir dire ça me fait toujours rire. gros bisous

    • Pourtant, je l’avais mis en rouge… 🙂

      En rire, comme lorsqu’on s’attarde longuement sur un livre pour essayer de découvrir son sens caché.

      Merci, Katara.

      Gros bisous et douce soirée à toi.

  30. Maître Po fait toujours de beaux articles –

    tu m’amuses avec tes réflexions sur la Dame accroupie pour regarder avec son fils cet immense tableau (dis, moi je ne vieillis pas de 10 ans quand je fais un peu de gym – hi hi !) –

    merci pour cette chouette participation au « tableau du samedi » !

    • Il est en pause depuis longtemps… j’espère qu’il va bien.

      Pour tes genoux, tu as de la chance. Moi, j’ai de plus en plus de mal à me relever…

      Bisous et douce soirée à toi, Melly.