Le livre qui n’existe pas… Vilain Noël

Je me demandais par lequel je commencerais… et je me suis finalement décidée pour ce qui était la meilleure solution.

(Pour ne déranger personne, et, surtout, pour envoyer mes propres encouragements à l’auteur.)

Lorsque je parle de mes blogamis, que je présente leur livre, c’est comme si je favorisais l’un plutôt que l’autre, comme si je vous priais d’acheter – pour me faire plaisir – le livre présenté.

En fait, comme tous ceux dont je vous ai parlé, c’est le plus souvent seulement un partage, sans aucune obligation de lire à votre tour…

(Même si j’espère que vous le ferez. il ne faut pas que ce soit pour moi. Je ne suis pas un agent littéraire, je ne suis qu’une lectrice parmi d’autres, avec mes propres sensations, mes émotions qui peuvent ne pas être les vôtres.)

Cet avant-propos va justifier mes lectures de la semaine, des pages qui ne font que montrer que l’on peut s’évader en ouvrant un livre, ou simplement relativiser notre quotidien.

Aujourd’hui, donc, mon amie Gabrielle, que beaucoup connaissent sous le pseudonyme de Galet.

Elle l’a intitulé “Vilain Noël” et me l’a offert pour mon anniversaire.

De ce mois d’avril à aujourd’hui, il s’est passé bien des jours et des évènements que nous aurions préféré ne pas vivre.

Nous étions prisonniers de nos propres murs, de nos propres peurs, et toute désobéissance aux décisions qui étaient prises nous mettait hors la loi, nous culpabilisait, aussi.

Sortir… je l’ai peu fait pendant ce temps, toujours pour des raisons impérieuses, et, donc, je me suis réfugiée dans mes occupations favorites, la lecture et le tricot.

(Bon, pour les ouvrages, il faut attendre un peu, je vous en montrerai, plus tard.)

Il n’était pas facile de partager, d’écrire sur ces pages ouvertes à tous. Chaque fois, j’avais l’impression de mettre en avant la chance que j’avais de n’être pas seule, de ne pas vivre en appartement… de… bref, de vivre dans de bonnes conditions, malgré la pandémie.

Ce qui m’a manqué a manqué à tous, mais beaucoup ont plus souffert que moi.

Alors, en lisant ce livre qui n’existe pas, qui sera sans doute un jour publié avec des textes supplémentaires, du moins je l’espère de tout cœur, j’ai pu me défouler en parcourant avec bonheur chaque page, chaque nouvelle histoire, chaque moment des préparatifs de ce Noël qui viendrait bien un jour ou l’autre.

C’est vrai… Noël a toujours eu ses bons moments, et surtout ses fichus quarts d’heure.

La course aux cadeaux, ceux que l’on pense devoir faire aux membres de notre famille, même à la dernière minute pour l’invité qu’on n’attendait pas.

Pas seulement évidemment…

Ici, je prépare à l’avance mes cadeaux « faits main »… empilés dans mon armoire dans l’attente du jour J.

Mais je m’arrache les cheveux en évoquant les menus à préparer, les listes d’ingrédients nécessaires… Je crois que je n’ai jamais aimé cuisiner.

(Il faut jongler avec ce que nous connaissons des uns et des autres, avec les impératifs médicaux, les allergies.)

Et puis… il y a les petits, ceux qui espèrent tant mais qui joueront peut-être toute la soirée, comme je le faisais à leur âge, avec le carton d’emballage du jouet demandé…

Vous me direz peut-être que Noël a du bon.

C’est exact… et c’est d’ailleurs ce que je préfère aujourd’hui.

Les décors, la lumière, le sapin, le regard émerveillé de nos petits-enfants lorsqu’ils entrent dans la pièce.

La joie ressentie lorsque nous pouvons les serrer dans nos bras, même s’ils n’y restent pas tant ils ont hâte d’ouvrir leurs paquets…

L’attente du moment unique où ils découvriront ce que j’ai préparé pour eux.

J’ai de la chance aussi… ils sont rarement déçus, ou, s’ils le sont, ils ne le montrent pas.

J’aime leurs rires, leur exubérance… C’est important.

Alors, je m’en veux pour cette chance, pour ces bonheurs tout simples qui sont seulement dus à leur présence auprès de nous.

Tant ne peuvent pas les vivre !

En lisant les textes de mon amie, je voyais son regard, j’écoutais sa voix. Elle est de mes tout premiers aminautes, de mes toutes premières rencontres loin de l’écran.

Et je riais… vous imaginez ?

Je riais de ces rencontres improbables, des paroles qu’elle donnait à ses personnages, de son style si vivant que j’avais l’impression d’avoir ouvert ma porte un soir d’hiver à un nouveau Scrooge, que Charles Dickens me présenterait sans vergogne pour que je ne croie plus au Père Noël.

Et pourtant… chaque page me les rendait plus attachants.

Magie des mots, des images évoquées… Je ne me rebellais pas. J’écoutais, j’entendais.

Et puis… en refermant son livre, ces quelques pages qu’elle m’avait envoyées, je gardais en mémoire le dernier paragraphe de l’une de ses histoires.

“Cette année, je n’aurai ni bougies, ni rubans, juste un peu de chaleur, avant de reprendre la route. » [Galet, in “Coincé”]

Une chaleur dont il faudra se souvenir.

Le livre n’existe pas encore, mais vous pouvez toujours lires ses histoires, ses nouvelles, chez elle.

Merci, Galet, pour tout.

 

On peut lire sa présentation ici :

http://www.les-anthologies-ephemeres.fr/article-galet-l-un-des-auteurs-des-anthologies-ephemeres-86868027.html

44 commentaires à propos de “Le livre qui n’existe pas… Vilain Noël”

  1. Je me souviens de la participation de Galet aux Anthologies.
    Une plume à suivre…
    Merci pour ce beau préambule qui met les choses au point.
    Belle journée, Quichottine.

    • C’est vrai, il faut la suivre, d’autant qu’elle publie peu. 🙂
      Merci à toi pour tout, eMmA. Passe une douce journée.

  2. Merci Quichottine pour ce partage
    Galet possède un joli talent d’écriture et je ne doute pas que ce livre doit être bien agréable à découvrir
    Bonne journée à toi
    Gros bisous

  3. Bonjour Quichottine… devoir offrir en cette fin d’année, eh oui… en espérant qu’ils apprécieront… pas évident pour toute une tribu… et se dire que c’est une chance de recevoir quand d’autres n’ont rien de tout cela, merci, bises

    • Nous avons de la chance, j’en suis consciente. Les enfants arriveront demain. 🙂
      Merci pour ta présence et tes mots. Bises et douce journée.

  4. Bonjour Quichottine. Je savais que Galet avait une belle plume mais je ne savais pas qu’elle avait écrit un livre. Je ne vais quasiment plus sur les blogs et c’est surtout la poésie qui m’attire alors merci pour cette info et cette présentation d’une plume de grand talent . Noël est l’a journée des petits-enfants mais je n’ai pas cette chance d’en avoir et je comprends ton bonheur. Belle journée .
    Je vais aller « rendre visite » à Galet….

    • Ta présence me touche énormément. N’es-tu pas de mes plus anciens aminautes ?
      Galet a publié des livres pour l’atelier d’écriture qu’elle animait. Celui-ci est personnel, et j’espère qu’il sera complété et diffusé.
      Bonnes fêtes malgré tout, j’espère que tu as échappé au virus.

  5. je sors de ma pause pour te dire combien j’adore les écrits de Galet 🙂
    et ….j’attends le livre !
    je ne m’attarde pas plus …que cette fin d’année apporte quelques petits bonheurs à toi, au tiens et à tous nos aminautes !
    a tres vite
    je t’embrasse tres fort et un immense merci pour tout ce que ta présence m’apporte

    • Merci pour ta présence et tes mots. 🙂
      Les enfants arrivent demain, j’ai hâte.
      Je t’embrasse très fort, surtout, continue à prendre bien soin de toi.
      Passe un doux bout d’an.

  6. Merci Quichottine de nous avoir si bien narré les talents d’écriture de Galet. J’ai aimé ses écrits et ses personnages dans les ouvrages concoctés pour l’association Rêves.
    Bises et bon weekend

    • Et merci à toi pour tout ce que tu as fait au moment de ces parutions. J’ai aussi beaucoup aimé tes participations. 🙂
      Bises et bon dimanche ma Zaza. Bon bout d’an.

  7. Très belle sensibilité de Galet ; merci de ce partage. Je te souhaite une très belle fin d’année, accompagnée d’amour et de présences bienveillantes.

    • Les enfants arrivent demain… j’ai hâte. 🙂
      Merci pour tout, Emmanuelle, ta présence me touche beaucoup.
      Très belle fin d’année à toi aussi.

  8. merci Quichottine
    je suis allée lire ce beau conte qui donne l’avantage à l’humain
    je te souhaite de doux moments chaleureux pour finir cette année

    • Merci de l’avoir fait, Josette.
      A toi aussi, tous mes souhaits de bonheur en cette fin d’année.
      Passe de doux moments.

  9. Sois heureuse de ces petits ou grands rien qui font la vie. Tes joies font partie de la tapisserie du monde. Sans elles la tristesse pourrait prendre le dessus. Maria qui mendie devant l’église, devant les carrefours, en attente d’appartement. 2 hivers en caravane, nous bénit et délivre son sourire. Rendons grâce à Dieu nous dit elle en montrant le ciel.
    Je t’embrasse . Que ton doux cœur respire amplement

    • Merci pour ta présence, tes mots, et tout ce que tu fais au quotidien pour ceux qui t’entourent.
      Je t’embrasse fort. Que cette fin d’année te soit douce.

  10. Vilain Noël…
    Le titre m’a interpelé car il y a quelques années j’ai écrit un texte où j’ai laissé éclater ma colère….
    Pour moi Noël ce n’était que décos, cuisine, cadeaux à faire, servir à table, débarrasser etc…ranger, nettoyer…
    Alors j’ai écrit un texte cette année là et je l’ai déposé devant chacun de mes 3 enfants ados et mon mari…Tous les 4 béas devant ce jour de fête…

    J’avais parodié la chanson:
    « C’est Noël chaque fois qu’on essuie une larme dans les yeux d’un enfant
    C’est Noël chaque fois qu’on dépose les armes chaque fois qu’on s’entend »

    J’avais écrit:
    Ce n’est pas Noël chaque fois que maman….
    (je ne mets pas la suite, c’était des mots de peine, de pleurs, de déprime )…

    Leur réponse: « tu penses vraiment ça? »… « c’est Noël quand même… »…
    oui, il y a parfois de « vilains noëls »…

    Mon parrain est décédé un matin de Noël…
    Mon grand-père s’est suicidé pendant ces jours de fête…

    Et puis il y toutes ses absences de ceux qui ne sont plus….

    Je te fais des gros bisous d’amitié et de partage…
    Heureuse de t’avoir rencontrée même si c’était court car c’était intense et je n’oublie pas…
    Marie

    • J’essaie de ne prendre que le bon… mais il y a des moments difficiles parfois, tu le montres si bien !
      Merci de tes mots ici, et de ce que tu partages.
      Je t’embrasse très fort, je n’oublie rien non plus. J’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir.
      Passe un bon bout d’an.

  11. Je ne connaissais Galet que par les textes des Anthologies, et j’avais beaucoup apprécié, je vais aller faire un tour chez elle, lire les pages du livre qui n’existe pas, il a l’air très bien.
    Belle après midi

  12. Ah Noël ! Nos petits-enfants sont des ados maintenant. Pas toujours simple de trouver les cadeaux qui feront plaisir. Je m’y suis prise déjà depuis longtemps pour des présents personnalisés avec photos. Puis d’autres plus simples à trouver. Pour l’instant, lors du premier repas de SIX à table, chacun a été satisfait. J’espère que ce sera de même pour le deuxième repas de SIX !
    Tu mets bien Galet en valeur ! Un beau partage !
    Bises et doux week-end Quichottine !

    • Il y a un moment où ça devient mission impossible. 🙂
      Nous serons également six adultes demain soir. J’ai hâte de revoir mes filles et leurs enfants.
      Merci pour tout, Monique.
      Bises et doux dimanche à toi.

  13. Ah, Quichottine ! Tu n’existerais pas qu’il serait impossible de t’inventer ! Trop de tout : sensibilité, bienveillance, lucidité, empathie… Nous ne saurions où nous fournir pour te construire ! Je blague, mais je te remercie pour ce coup de projecteur inattendu sur un livre qui existe mais n’est juste pas diffusé ! Bises

    • J’aime t’entendre blaguer. 🙂
      Merci pour tout, Galet. Je pense que tu retoucheras le livre encore avant de le diffuser, mais j’ai hâte. 🙂
      Bises et douce fin d’année à toi.

  14. Quand on aime , on partage, c’est ce que tu as fait pour cette auteure et tu as bien fait!
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  15. Il y a beaucoup plus de plaisir à offrir qu’à recevoir, à mon avis… Malheureusement…
    Bon bout d’an ma Quichottine. Je t’embrasse fort.

    • Je ne peux qu’être tout à fait d’accord avec toi.
      Bon bout d’an à toi aussi ma Liliane. Je t’embrasse fort.

  16. Merci pour ce beau partage , Galet a une belle plume !
    Chacun a ses petits bonheurs qui se sont façonnés et transformés au fil du temps. La joie des uns fait aussi la joie des autres.
    Douce soirée, bises Quichottine

    • Soyons donc joyeux en ces jours si moroses…
      Merci pour tout, erato.
      Bises et douce journée, bon bout d’an.

    • Un beau Noël mais sans les enfants, ils arrivent demain. 🙂
      Douce journée, et gros bisous à partager.

  17. Il me semble épatant et addictif ce « Vilain Noël »!
    Tu nous mets l’eau à la bouche en exprimant si bien sa thématique
    Bravo à Galet, son auteur et belle continuation littéraire surtout
    Gros bisous Quichottine
    Amitiés
    Cendrine

  18. Le titre et mystérieux. Maintenant je comprends mieux. E n effet,il faut inciter ton aminaute à publier ; on avait découvert son écriture .Elle a du talent.
    Il faut toujours encourager ceux qui le méritent.
    Il faut garder un peu de son âme d’enfant en ces périodes de fête. Le bonheur de voir nos petits heureux vaut le plus beau des cadeaux … Je t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.