Michèle, ma sœur

J’avais donc une sœur de plus, famille recomposée d’orphelins un peu perdus, qui se perdraient de vue.

Trois frères du côté de Papa, dont l’un était mort à la guerre, une sœur du côté de Maman. De six enfants, nous passions finalement à dix. C’était à la fois un peu étrange et plein de promesses.

Nous connaissions bien l’un de mes presque frères. Il devint notre tuteur. J’avais quinze ans, lui trente-cinq. L’aînée de ses filles avait un an de moins que moi.

Il fallut apprendre à cohabiter… dans un logement trop petit pour tous.

Je fuyais la maison, préférant la plupart du temps rester à l’internat. Tout aurait-il été différent si je n’avais pas préféré une indépendance relative à ce qui m’attendait là-bas ?

La pension, l’uniforme, le magnifique bâtiment, l’histoire qui s’y lisait dans les pierres des murs, jusque dans les marches des escaliers, tout était préférable à cette vie familiale que l’on m’offrait.

“Vous êtes frères et sœurs désormais…”

Non, nous ne l’étions pas. Nous étions les oncles et tantes de ses enfants, plus supportables pour l’aînée qui perdait son statu en nous accueillant ainsi.

Mon plus jeune frère seul était assez jeune pour faire partie de la fratrie.

S’est-il un jour senti membre à part entière de la famille de son frère ?

Je ne sais pas. Je crois que j’ai souhaité longtemps effacer aussi ces souvenirs, ne plus penser qu’une nouvelle vie était possible après le deuil.

Nous sommes tous des orphelins, quel que soit l’âge où nous perdons celle qui nous a mis au monde. Tôt ou tard, nous devons continuer à vivre sans elle, à cheminer sans garde-fou.

Mais Michèle ? Elle ? Comment a-t-elle fait pour survivre à ce nouvel abandon… Trouver sa mère, lui découvrir une autre famille ? Et se forger des images sans pouvoir les confronter à la réalité…

Je ne connais d’elle que ce qu’elle a bien voulu me dire, que ce que j’ai vu dans ses tableaux. Des bribes d’une biographie qu’elle construit au fil des ans, trop loin.

(à suivre)

73 réponses à “Michèle, ma sœur

  1. Annielamarmotte

    La marmotte à poursuivi la lecture et sera là pour la suite… Bonne journée

  2. Magnifique suite ma Quichotine et que d’émotions retrouvées au sein d’une famille recomposée. Pas toujours évident, même si le deuil n’ap as encore frappé ! Je suis bien placée pour en parler !
    Bises et bon mardi

    • Je crois que nous avons tous nos histoires de famille… certaines sont sans doute plus simples que d’autres, mais elles nous touchent toutes.
      Bises et douce journée.

  3. coucou c’est bien difficile de vivre sans famille ; mon mari dit qu’on s’en ressent toute sa vie
    bisous

  4. Toujours beaucoup d’émotion ma douce Quichottine et j’y ressens de la tristesse.
    Belle journée avec plein de bisous
    chatou

    • Je suis triste en ce moment… merci pour ta lecture attentive ma Chatou.
      Plein de bisous à toi aussi.

  5. Une page aussi émouvante qu’hier
    Bisous et douce journée Quichottine

  6. Une suit toujours aussi emouvante …
    Merci pour ce partage que je vais suivre avec beaucoup d interet
    Gros bisous Quichottine

  7. Suite pardon ….Bisous

  8. Une page très émouvante, c’est difficile de se construire sans un vrai socle.
    bonne journée, bises

  9. avec …ou sans famille on ne guérit pas de son enfance !
    que de souvenirs tu dois surmonter Quichottine . c’est très émouvant de te lire
    Je t’embrasse

  10. Une nouvelle vie possible après le deuil, j’imagine dans de telles conditions combien cela a dû être difficile de continuer et combien difficile de se donner la permission d’être heureuse sans avoir l’impression de trahir tes parents.
    Très émouvant, et cette soeur à laquelle on sent ton désir de te rapprocher, par petites touches, discrètement et sans t’imposer..

    • Je ne sais pas.
      Les deuils s’accumulent et le vide qu’ils laissent ne peut pas se combler.
      Merci d’être là, almanito.

  11. Je te sens toujours en recherche. De qui, de quoi. Pleine d’amour à donner mais aussi à recevoir.
    Je dis parfois que la vie est une garce mais si belle pourtant.
    Avec tes écrits, tu la construis pour tes enfants et surtout pour tes petits enfants.
    Bisous Quichottine

    • En recherche, sûrement… mais qui ne l’est pas ?
      Il faut que je l’écrive ailleurs. 🙂
      Bisous et douce journée Pimprenelle. Merci pour tout.

  12. Je ne dirai rien de plus qu’hier. Je t’embrasse.

  13. Une famille qui se recompose du côté d’un papa trop tôt disparu. Vous auriez pu vivre ensemble sans être obligé de faire la maman avant l’âge…Mais le sort s’acharne sur vous, je comprend ta fuite, et j’attend la suite.

    Toujours autant d’émotion à la lecture.

    Bisous

    EvaJoe

  14. Un récit bien émouvant presque trop d’ailleurs car perdre un enfant alors qu’il est bien vivant, Dieu que je sais ce que c’est et combien c’est douloureux, ça ne cicatrise jamais même en le retrouvant car aucun lien réel ne peux plus se former souvent en raison de l’éloignement mais aussi a cause de tout ce que l’on ne peux partager……Bisous

    • « à cause de tout ce que l’on ne peut partager »… c’est si vrai !
      Merci pour tout, Renée.
      Bisous et douce journée.

  15. Eglantine-Lilas

    Alors là il va falloir que je prenne un papier pour suivre la famille 🙂 à mon âge on a parfois du mal à s’y retrouver…mais j’attends la suite !
    grosses bises

    • Non, pas besoin de papier… Ne t’en fais pas, je ne vais pas vous noyer sous une avalanche de noms…
      Grosses bises et douce journée.

  16. mireille du sablon

    Il faut se construire parfois dans un milieu non souhaité mais la vie nous apprend à vivre ou à survivre…malgré tout.
    Bises du jour
    Mireille du Sablon

  17. J’ai repris le cours des blogs, de ton blog et je t’ai lu.je continue en silence…
    Adichat

  18. … dans un logement trop petit pour tous…..♥

  19. En dehors du fait de te lire et de comprendre tes questionnements, je ne sais trop quoi dire. Nos chemins nous mènent tous quelque part, et que ce serait-il passé si nous avions choisi un autre cheminement…
    Je t’embrasse et te souhaite une belle fin de soirée

    • En fait, il n’y a rien à dire… merci seulement à toi d’être là.
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  20. Je te lis… et j’attends la suite.
    Douce journée et gros bisous ma Quichottine.

  21. Je te lis avec beaucoup d’émotion. C’est compliqué de tracer son chemin quand l’enfance est brisée trop tôt.
    Je t’embrasse Quichottine

  22. Choisir son chemin dans ces conditions me parait fort improbable… Vivre ou survivre ?
    Merci. Gros bisous ma Quichottine.

  23. Ce n’est pas évident de construire sa vie quand son enfance n’a pas de repères stables et de confiance .
    Douce soirée, bises Quichottine

  24. Merci de te livrer ainsi à nous. C’est émouvant et tellement difficile de donner un avis sur cette page personnelle de ton histoire familiale. Je crois que rien n’arrive par hasard dans notre chemin de vie et que tout est important. On se construit par rapport à ce vécu, à nos choix qui nous appartiennent. Les liens familiaux se créent et se défont aussi en fonction du vécu commun et de la façon dont chacun réinterprète l’histoire et les souvenirs quel que soit l’âge où on se rencontre…bisous et encore une fois merci de ta confiance

  25. Je te lis et t’écoute en silence…
    C’est tellement mystérieux et fragile le pays des souvenirs

  26. En te lisant, j’ai l’impression de suivre un peu l’histoire ( le peu qu’elle nous racontait) de ma maman trop tôt disparue hélas. Très émouvant

  27. Bonjour Quichottine. C’est bien compliqué de s’intégrer dans une famille recomposée , avec les enfants de ton demi-frère.et je comprends que u aies préféré ton internat. Bonne journée et bisous

  28. Une autre page bien émouvante , un refuge dans l’internat plutôt que la cohabitation avec cette famille recomposée , difficile de retrouver avec ce choix en tout cas .
    Je vois que tu as mis un autre billet aujourd’hui je te suis .

  29. Tant de questions que l’on n’a pas osé ou pas eu le temps de poser ; il nous restera toujours des interrogations, des incertitudes et parfois aussi quelques pointes douloureuses, celles qui se glissent parmi les plus beaux souvenirs.
    Merci Quichottine de ta confiance , je t’embrasse.

  30. Toujours aussi émouvant et plein de questionnements …
    Bonne fin de journée, ma quichottine ♥ avec des bisoux doux.

  31. Une suite émouvante…
    Je t’embrasse Dame Quichottine

  32. Tiens, je n’ai pas vu passer ce mail indiquant ton article !
    cela a dû être très dur pour ta soeur. Pour toi aussi ne sachant où trop te situer.
    On sent de la souffrance chez toi, en ce moment.
    Je t’embrasse bien fort Quichottine !

    • J’essaie de remonter la pente… mais rien n’est simple en ce moment.
      Merci de l’avoir ressenti.
      Je t’embrasse bien fort aussi.

  33. Bonjour Quichottine
    Suite au commentaire que tu as laissé sur mon blog, à propos d’Anne Vanderlove, je suis venue à la rencontre du tien. Je découvre un blog empli d’émotions, de sensibilité, de souvenirs, d’amour. Je mets ton lien dans mes favoris, et je reviendrai te lire. Belle journée à toi.

    • Merci, Françoise.
      Ton blog est aussi à découvrir. J’ai aimé ce que j’ai lu.
      Belle journée à toi aussi.

  34. Une famille qui se recompose dans le deuil ; cela ne devait être facile pour personne . Le chagrin, l’inconnu , pour des jeunes quelle épreuve .
    Tu pourrais écrire un roman avec ton histoire. Bisous

    • Un roman, c’est vrai… mais pour l’instant c’est encore un peu trop difficile.
      Bisous et douce journée Fanfan. Merci pour tout.

  35. Ah, les fratries …. Ce n’est jamais facile. Merci de nous confier ses souvenirs.
    Bon dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.