La fleur et l’araignée, avec Pastelle

Quichottine ! Quichottine !

(Quichottine, qui pourtant ne dormait pas, se frotta les yeux. Les cris du Lutin bleu transperçaient les murs épais de la tour où se trouvait la Bibliothèque… vous en souvenez-vous ? Tout en haut du château… au bout d’un escalier de pierre construit à l’époque des chevaliers et des troubadours.)

Quichottine ! Quichottine !

(Elle secoua la tête pensant ainsi pouvoir échapper au rêve où elle voyait son ami grimper quatre à quatre les hautes marches, lui si petit, elles si grandes ! Comment pouvait-il aller aussi vite ?)

Quichottine ! Quichottine !

(Il entra, sans même avoir ôté la boue qui maculait ses bottes, et elle comprit.)

– M’enfin ! Tu n’as pas honte ? Tu as osé voler les bottes de sept lieues ?

(Le Lutin bleu baissa la tête… tout en se disant in petto qu’elle ne pouvait pas savoir qu’il avait fait au mieux pour lui rendre compte au plus vite, de l’extraordinaire, incroyable, inimaginable, impensable, bref… de l’événement invraisemblablement unique survenu au petit matin dans la Forêt des Merveilles.)

– Il me les fallait absolument… il faut que tu viennes, tout de suite, sans même prendre le temps de te coiffer.

(Le Lutin bleu, tout lutin qu’il soit, était souvent attentif à ce que d’autres semblaient ignorer. Les cheveux de Quichottine devenaient un problème et il lui aurait volontiers proposé son bonnet pour qu’elle puisse les cacher.)

– Si vite ? Mais pourquoi ? Je ne peux pas sortir comme ça, en robe de chambre et sans chaussons !

– Vu l’heure qu’il est, malgré le changement récent, tu devrais déjà être habillée et tu ne devrais plus te promener pieds nus, tu le sais !

– Laisse-moi deux minutes, et je serai prête !

– Non, pas même une ! Tout risque d’avoir disparu avant !

(C’est vrai que même si l’on voyait la forêt, au delà du jardin secret, depuis la fenêtre de la Bibliothèque, s’y rendre prendrait du temps. Le Lutin bleu saisit donc la main de la Bibliothécaire, et, sans qu’elle ait pu attraper le moindre vêtement supplémentaire, s’élança dans l’escalier où elle manqua de tomber à plusieurs reprises pendant la descente. Heureusement que son ami veillait.)

– Je savais bien que tu avais trop tardé ! Tu vois, il n’y a plus rien et les srrsdmtn ne sont plus visibles désormais !

– Les quoi ?

(Quichottine avait tenté vainement d’apprendre la langue des lutins… tout en se demandant si c’était vraiment une langue, un dialecte ou un idiome à elle seule réservée.)

– Les srrsdmtn ! M’enfin, tu n’écoutes jamais rien non plus ! D’ailleurs, ça ne servirait à rien que je te le répète plusieurs fois puisque tu puisse le prononcer à ton tour, c’est absolument impossible quand on n’est pas lutin !

(Le Lutin bleu soupira, haussa les épaules, déçu de n’avoir pas pu lui montrer… devait-il raconter ?)

– Ce n’est pas grave… raconte-moi ce que tu as vu, je pourrai peut-être l’imaginer.

– Non, je ne crois pas, c’est impossible. Tu vois, ces fleurs auxquelles vous les humains donnez toujours des noms bizarres, nous les appelons…

(Il cherchait un peu ses mots, voulant traduire au mieux celui que les lutins employaient.)

– Nous les appelons “sourire du matin”, pour les sourires qu’elles offrent aux passants, lorsque les premières lueurs de l’aube les aident à trouver leur chemin. Il y avait parmi elles une fleur qu’on avait blessée. Elle avait du mal à se tenir bien droite et avait presque décidé de ne plus se montrer.
Il est impossible de te la décrire tant que tu ne l’as pas vue !

– Et alors ?

Alors ? Alors ? Alors ? répéta l’écho et les arbres de la Quichottineraie qui s’étiraient plus loin, essayant d’atteindre le soleil qui pointait.

– Et alors… une araignée qui tissait un peu plus loin sa toile vint à son secours.

– Ah bon ? C’est possible, ça ?

– Je savais bien que tu ne me croirais pas… et pourtant, c’est vrai ! Elle lança un fil, auquel la fleur se tint, comme une rampe qui lui permettrait de se dresser encore, malgré sa blessure et sa faiblesse…

(Le Lutin bleu se décomposait : jamais son amie n’avait hésité si longtemps avant d’accepter cette réalité impossible à vérifier… Avait-elle perdu la foi ?)

– Pstt…

(Pastelle, qui était parmi ceux qui observaient de loin la scène, glissa une photo dans les mains du Lutin désappointé. )

– Montre-lui ça, elle ne pourra pas dire que tu mens, ce serait bien dommage.

– Bon, puisque tu ne me crois pas, tu feras peut-être confiance à ton amie Pastelle. Non ?

Et sur l’image de papier glacé,  le srrsdmtn avait agrippé le fil de soie et souriait de toutes ses pétales, saluant de la tête, telle la star à la fin du spectacle, tous ceux qui l’observaient.

180313_Pastelle

Merci à Pastelle pour ses magnifiques images et ces fleurs dont j’ai adoré le défilé chez elle.

N’oubliez pas de cliquer sur l’image pour le voir en entier sur son blog.

Merci à tous.

79 réponses à “La fleur et l’araignée, avec Pastelle

  1. Super cette histoire brodée autour de la photo de Pastel. J’ai adoré, merci ma douce amie.
    Bises et bon jeudi.

  2. Oh j’adore, elle est trop belle ton histoire Quichottine ! Et la photo de Pastelle aussi
    Merci à toi et à ton lutin bleu pour le partage
    Bisous et bonne journée

  3. Merci Quichottine
    Une belle histoire
    Des photos magnifiques d’érythrone (j’apprends)
    et une jolie leçon sur une association/entraide.

    • Merci. 🙂
      Je sais que je vais oublier le nom de cette jolie fleur… hélas !
      Mais j’ai aimé la découvrir sous tant d’aspects différents chez Pastelle.

  4. Très jolie photo et j’ai aimé ton texte pour la présenter. Bisous

  5. érythrone ou dent de chien, c’est vraiment la fleur des chemins en ce moment et c’est un bonheur que de pouvoir l’admirer et la photographier. Je suis désolée mais j’ai du mal à venir lire sur les blogs en ce moment. Bises et bonne journée

    • Ne sois pas désolée… je le suis pour toi et j’espère que malgré tout tu vas bien.
      Bises et douce journée Azalaïs.

  6. jolie variation sur un joli thème, merci à vous deux

  7. Oh, quelle jolie histoire tu as inventée pour ma fleur ! Je suis toute émue. Merci ♥
    Et sourire du matin, c’est vraiment bien trouvé…

    • Merci… tu sais combien tes photos me plaisent. Celle-ci était ma préférée.
      Passe une douce journée Pastelle. Bisous.

  8. Quelle belle histoire … pour nous montrer cette fleur !
    Merci au lutin de t’avoir réveillée … 😉
    Bon jeudi, toujours vent, grisaille et pluie.
    Bisoux doux, ma quichottine.

    • Grisaille et pluie ici aussi… 🙁
      Merci à toi pour tout, ma Dom. Gros bisous et douce journée.

  9. Ma douce Quichottine, bravo petit lutin il t’a réveillée pour nous conter un joli récit. Merci à Pastelle pour sa jolie photo. Je t’offre mon sourire du matin..
    Belle journée et tout plein de bisous
    chatoune

  10. Ravissante histoire de fleur en tissage d’araignée…
    Douce et belle journée

  11. Comme toujours tu as su imaginer une belle histoire d’amitié entre une plante et une araignée à partir d’une photo.
    J’aime bien cette idée d’entre-aide.
    Bonne journée
    Bises

    • La photo me l’a suggérée, et j’ai aimé la raconter.
      Merci pour tout Santounette.
      Bises et douce journée.

  12. un vrai sourire du matin

  13. Comme tu tricotes bien les fils d’araignée Quichottine !

  14. Ce fil tenu qui soutient la blessure, je l’appellerai l’Amour.
    Merci au Lutin bleu de ne pas t’abandonner à ton incrédulité ! Bises.

  15. la fleur marionnette salue le jour !

  16. Quand je dis que les araignées sont utiles !!!!!!!!!

  17. que de superbes histoires tu sais nous raconter à partir d’une image ? C’est magnifique et la photo aussi

  18. Merci à toi Quichottine, Pastelle, Lutin bleu et srrsdmtn pour ce doux moment enchanté ! Gros bisous.

  19. Je crois que Pastelle et toi êtes des magiciennes, joli duo:)

  20. Tu nous transportes très agréablement dans l’univers de ton lutin et cela fait du bien !!!

  21. Une très belle histoire sur la photo de Sophie.
    Une fois de plus j’admire tes talents d’écriture.
    Bise et bonne fin de journée

  22. ton imagination débordante font de cette photo un événement majeur avec cette petite histoire dont on tombe sous le charme. Bravo. Bisousss

  23. Belle manière de nous offrir cette très jolie petite fleur
    Merci au Lutin de t’avoir réveillée..
    Bises Quichottine

  24. Salut
    Comme d’habitude le lis et je trouve que c’est intéressant.
    Bonne journée

  25. Oh! la belle histoire et je pense que Pastelle va en être très heureuse. Belle fin d’après-midi à toi, Quichottine et gros bisous

  26. Une magnifique histoire pour cette petite fleur merci au petit lutin bleu de t’avoir réveillée… Bonne et douce soirée bises.

  27. Les images sont vraiment d’une très grande finesse.

  28. ntmdrrs de ntmdrrs ! il ne faut marcher pieds nus !
    on t’a dit !
    je ne veux voir dépasser un seul orteil
    mets aux moins des bottes de sept lieues
    si tu n’as rien d’autre…

    un srrsdmtn cavalier
    pour demain matin pour le doux fil
    de cette histoire bleue

    magnifique photographie

    bonne soirée

  29. Je comprends que lutin bleu soit si impatient à te montrer la fleur qui est magnifique, la prochaine fois demande lui les bottes de 7 lieues ou de photographier ces merveilles . Heureusement pour toi Pastelle l’a fait . Bravo, c’est une bien belle histoire

  30. Merci pour ce joli sourire du matin en mots et en images chez Pastelle…
    Ses photos sont de pures merveilles et ses fleurs des fées qui dansent dans la rosée…

  31. Merci pour ce conte matinal et si poétique. Lutin bleu a bien fait de te réveiller mais il a raison sur un point tu ne devrais plus marcher pieds nus !! Amusant…car je venais de voir les jolies fleurs de Pastelle et mais je lui ai laissé un mot uniquement sur ces jolies portraits (sa dernière parution) lorsque j’ai lu ton article du jour…du coup je suis retournée pour lui mettre un mot aussi sur ces fleurs 🙂 bisous et une douce journée

    • Ici, j’évite autant que possible. 🙂
      Je crois que ça vaut mieux.
      Merci pour tout, Manou.
      Bisous et douce journée à toi aussi.

  32. Bonjour Quichottine. La moindre fleur a beaucoup de valeur cette année car elles sont rares. Bonne journée et bisous

    • Je ne sais pas si elles sont rares, mais c’est vrai que les voir fait du bien.
      Bisous et douce journée à toi aussi.

  33. Bravo, la photo de Pastelle t’a vraiment inspiré une très belle histoire , j’ai vraiment adoré .
    Merci au lutin bleu ‘avoir mis tout en oeuvre pour qu’elle nous parvienne .
    Bisous

  34. Quel plaisir de venir vers toi,
    pour découvrir ton srrsdmtn,
    même si pour cela nous devons partir dans les bois,
    alors que tu n’es pas encore habillée 🙂

    Bises

    • Merci d’avoir pris le temps de me lire et de laisser ce sourire du matin pour moi sur ma page.
      Passe une douce journée Yvon.
      Bises à toi.

  35. Un vrai conte de printemps! J’ai aimé ;et cette petite fleur sauvée sur le fil. c’est le cas de le dire … Bisous

  36. Encore une belle histoire qui m’a envoyée vers le blog de Pastelle où je ne pouvais pas ne pas laisser quelques mots… Et j’ai été agréablement surprise de sa visite sur mon blog quelque peu délaissé. (Le but n’étant pas de l’attirer vers moi… mais de découvrir le blog d’une photographe de talent !)
    Bonne journée.

  37. Ah, heureusement que Pastelle était là pour te prouver que le Lutin Bleu ne mentait pas, il ne racontait même pas une histoire. Quand même … quel affront tu lui as fait en ne le croyant pas ! Die qu’il avait tout fait, même volé les bottes de sept lieues, pour que tu admires la force de la nature et l’entraide qui n’est pas un vain mot pour certains. Je le croyais bien, moi !
    Que cette fête de Pâques te soit douce
    Bisous Quichottine.

  38. J’aime beaucoup cette histoire et j’y repenserai souvent en me promenant dans le jardin!
    Bon week-end pascal Quichottine et bises.

  39. Ce coquin de lutin les trouve toujours les histoires fleuries que tu nous racontes, et merci à Pastelle aussi pour son défilé très réussi.

  40. Très bon dimanche pascal Quichottine

  41. Venir en aide à une fleur très faible, grâce à un fil d’araignée, c’est vraiment une très belle histoire.
    Et cette photo de Pastelle correspond bien. Un joli cliché.
    Bon dimanche de Pâques Quichottine ! Bises

  42. Quelle belle histoire ou plus exactement quel beau poème.
    Je t’ai lu comme je lirais un poème (en prose).
    Tous les matins je vais dire bonjour à mon jardin
    et bien maintenant je dirai à « mes sourires du matin »
    en effet le mot est plus exact, une nouvelle fleur éclose c’est un bonheur pour la journée.
    Merci ma Quichottine pour cet écrit et pour tous les autres qui me procurent tant de plaisir.
    Plein de gros bisous.
    Maryse

  43. J’adore ton histoire… J’étais à court d’haleine en te lisant vu la précipitation du lutin bleu 🙂
    Douce journée et GROS BISOUS ma Quichottine.

  44. Ah que c’est beau, la vie qui ne tient qu’à un fil… d’araignée ! Une bien belle histoire revigorante pour ce lundi de Pâques si tristounet sous son ciel noir ! Bravo Quichottine ainsi qu’à ton inspiratrice Pastelle…. J’adore tes histoires…
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *