Différence, avec Jamadrou

Lorsque j’avais vu ces images, je me suis dit qu’il faudrait que je vous en parle… et le temps a passé.

Je ne pourrai plus vous envoyer chez Jamadrou pour y retrouver les originaux et leurs commentaires, les pages disparaissent chez elle, ne sont plus affichées, mais elles restent sans doute quelque part en mémoire.

C’est ainsi… tout passe, même les meilleurs moments.

Il restera un jour d’elle – sans doute – seulement les pages qu’elle nous a confiées pour nos Anthologies Éphémères… et ses mots ici ou là, dans les ateliers d’écriture qu’elle fréquente quand elle le peut tant que ces blogs consacrés aux partages résisteront aux grands trous noirs où les blogs inactifs finissent par s’enfoncer à jamais.

Jamadrou est l’un de nos auteurs, elle a participé à trois des cinq opus déjà parus, dont le dernier. Elle écrit à merveille, peint, découpe, elle est artiste jusqu’au bout des doigts. Elle est d’une générosité sans faille. J’admire sa constance et ses choix.

Ce jour-là, donc, il y avait sur son blog une image, un oiseau et son ombre, un oiseau tout noir, l’ombre grise, et la trace qu’il avait laissée, toute blanche. Mais l’oiseau que l’on devait y voir était-il noir ou blanc ?

171127_oiseau-blanc-oiseau-noir

– Tu te trompes, il y en a un autre, que tu n’as pas vu. Et puis, ce n’est pas un oiseau unique, si ?

– C’est toi qui n’as pas bien regardé. L’oiseau est seul, mais il est multiple, dupliqué, comme si l’instantané avait saisi plus que l’instant, le passé et le futur de l’oiseau.

Lorsqu’on prend une photographie, on ne saisit que l’instant, une infime seconde qui fige le souvenir. L’instant qui apparaît alors n’est pas tout à fait celui que nous voulions immortaliser. Celui que l’on a vu, qui a suscité cette envie de le photographier est déjà écrit au passé. Il ne reviendra plus.

Le nuage s’est déplacé, le vent a fait vibrer la fleur, le sourire n’est plus aussi parfait, le regard a perdu cette étincelle qui nous avait tant émue.

Seule la statue n’a pas bougé, le tableau est intact, mais la lumière déjà n’est plus la même.

J’admire ceux qui se mettent à l’affut, attendent des heures avant de déclencher la prise de vue.  La photo est alors exactement telle qu’ils la voulaient… ou presque.

Cet oiseau qui laissait tant de traces autour de lui m’avait fait penser au «Lac des Cygnes» et au «Vilain petit canard».

Tout est dans la différence, cette différence qui sépare alors qu’elle enrichit ceux qui vont au-delà des simples apparences.

Un cygne blanc, un cygne noir… c’est le cygne noir qui l’emporterait si la mort du cygne blanc ne scellait le conte.

Pourrait-on imaginer que le cygne noir aurait pu être le “gentil” que l’on doit défendre et le blanc celui dont la fourberie se cache derrière un habit immaculé ?

Pourrait-on croire, au début du conte, que le vilain petit canard, celui que les autres méprisent et accablent de quolibets parce qu’il ne leur ressemble pas, serait finalement ce superbe cygne qui rejoint enfin les siens ?

Pourquoi vouloir à tout prix nous mettre dans un moule, gommer les différences, tuer la créativité sous prétexte qu’elle pourrait déranger le train-train rassurant où nous nous sentons bien ?

Tant de questions auxquelles je ne répondrai pas !

Dans l’image de Jamadrou, dans celle aussi qu’elle publia plus tard, je ne vis qu’un être qui était lumière, liberté, qui pouvait voler ou se poser à sa guise sur l’arbre qui lui tendait ses branches dénudées.

Il vivait et profitait de chaque instant, même si chaque seconde était tellement brève qu’il volait plus vite que les ombres qu’il avait laissées derrière lui, qui, elles, montraient qu’il avait hésité, qu’il avait pris le temps de choisir le chemin qu’il allait suivre.

J’aurais pu dire qu’il voyageait, jamais seul, et que son silence était peuplé des souvenirs vécus et de ceux qu’il avait seulement rêvés.

171127_liberte-corneille

Merci à Jamadrou pour ces images, pour les mots offerts, pour les moments passés ensemble et qui, je l’espère, se renouvelleront.

Merci à vous qui me lisez.

78 réponses à “Différence, avec Jamadrou

  1. Merci à Jamandrou en effet, c’est très artistique, mais également merci a toi pour cette belle histoire écrite autour.
    Moi je suis admirative devant ton imagination et ton talent à le coucher sur papier ou à l’aide de ton clavier.
    Bise et bonne journée

  2. Magnifiques ces dessins de Jamandrou ! Un sacré coup de patte, c’est magnifique…. Tu as su en parler de belle façon ma Quichottine. Merci.
    Bises et bon mercredi

    • Je trouve aussi et j’ai toujours beaucoup de plaisir à me rendre chez elle.
      Merci à toi pour tout ma Zaza.
      Bises et douce journée.

  3. L’artiste et la conteuse … c’est bien à lire Merci

  4. Coucou ma douce Quichottine, Jamandrou est vraiment une artiste. J’ai lu sa plume dans Voyage et ici c’est par des plumes d’oiseaux qu’elle s’exprime. C’est très poétique merci à elle. Merci pour tes mots à toi qui l’accompagne, c’est tellement un plaisir de te lire.
    Belle journée avec plein de bisous
    chatou

    • Je suis ravie que ça vous plaise. J’aime énormément Jamadrou.
      Plein de bisous et douce journée à toi aussi, ma Chatou.

  5. De superbes œuvres de Jamadrou sur lesquelles tes mots surfent avec beaucoup de talent . J’ai l’impression que chaque oiseau porte sur ses ailes un mot et le fait danser .
    Merci pour ce billet Quichottine
    Bonne journée
    Bisous

  6. Oiseaux en liberté ! Merci à Jamadrou et à toi pour avoir servi de messagère…

  7. J’aime énormément ta façon de faire vivre ces images et je retiendrai surtout ce passage:
    « Pourquoi vouloir à tout prix nous mettre dans un moule, gommer les différences, tuer la créativité sous prétexte qu’elle pourrait déranger le train-train rassurant où nous nous sentons bien ? » Tu exprimes tellement bien la diversité de chacun…
    Merci ma Quichottine.
    Douce journée et gros bisous.

    • Merci aussi à toi, Marité.
      Je crois qu’il est important de la respecter.
      Gros bisous et douce journée à toi aussi.

  8. Deux très belles oeuvres de Jamadrou. Merci de ce partage. Bisous

  9. bonjour je découvre Jamadrou ; cette photo est une merveille
    et j’aime beaucoup ton texte sur les différences
    bisous

  10. de jolis mots pour une belle évocation par le texte et l’image !

  11. Une belle diversité mise en mots douceur, ma chère Quichottine. Les oiseaux sont symbole de paix. Alors que la paix couvre ce Monde et un grand merci à Jamadrou pour son envol. Je t’embrasse ♥

    • Ton souhait est celui de chacun d’entre nous… Merci, Nell.
      Je t’embrasse fort. Passe une douce journée.

  12. C’est vrai que ces envolées d’oiseaux sont magnifiques, elle a beaucoup de talent Jamadrou !
    Merci pour ces jolies images.
    Bises et douce après midi

    • Elle en a beaucoup, c’est certain.
      Je suis contente que ça te plaise.
      Bises et douce après-midi à toi aussi.

  13. Jama est une fée… tout ce qu’elle touche se transforme et émerveille , heureusement ses pages de l’Herbier de poésies » demeurent sur le blog crée par Adamante .
    Tu parle si bien de cette série d’oiseau Quichottine je me souviens de ces questionnements qu’il inspiraient.

    Bonne journée et bises encore pluvieuses

    • Je comprends qu’elle en supprime malgré tout. Cela évite sans doute des commentaires indélicats et les spams.
      Je suis heureuse que tu te souviennes de ces pages disparues. Les nouvelles nous apporteront sans doute de nouveaux questionnements.
      Bises et douce journée à toi. Le soleil vient de se montrer ici après une matinée très pluvieuse.

  14. Tu rend un bel hommage a cette blogueuse et artiste qu’est Jamadrou. Bravo. Bisous Quichottine

  15. Noir … blanc, le même ou autre. Cela me ramène à chacun de nous. On est jamais le même.
    Elle fait de bien belles choses Jamadrou alors, normal, que vous retrouviez sur le blog.
    Bisous Quichottine.

  16. J’aimais beacoup Jamadrou ..
    Merci à toi Quichottine pour ce très beau partage ..
    Bises

    • Elle écrit toujours sur son blog, pas de souci pour lui rendre visite.
      Mais les anciennes pages disparaissent trop tôt à mon goût… enfin, elle m’oblige à ne pas me laisser aller à la paresse.
      Il ne faut jamais remettre à plus tard les rendez-vous qu’elle nous propose. 🙂
      Bises et douce journée Claudine.

  17. Tu brodes avec talent sur une bien jolie image de notre gentille poétesse aux multiples dons; (le hic avec Jamadrou est qu’elle tient non pas un blog, mais un site, ce qui complique le référencement et les échanges. )

    • Je suis toujours un peu perdue quand je vais chez elle… mais elle m’a donné en commentaire les références nécessaires pour ces deux tableaux. 🙂
      Merci pour tout, Emma.

  18. Quel talent !
    En plus on a la liberté d’interpréter ses images et ce qu’elles veulent dire.
    Tu as su y décrypter un message que j’aime beaucoup mais je pense qu’il peut y en avoir de nombreux autres …
    Enfin rentrée du CHU !
    Bon après-midi.
    Bisoux doux, ma quichottine

    • De nombreuses interprétations sont possibles, c’est vrai.
      Merci pour tout, ma Dom. Les attentes à l’hôpital sont toujours pénibles. Prends bien soin de toi.
      Bisous et douce journée.

  19. tu crées de belles histoires et souvent bien illustrées comme aujourd’hui

  20. Salut
    Ce sont de belles images .
    Pas évident de croire que l’oiseau blanc est le mauvais.
    Bonne journée

    • C’est le problème… il y a des images qui sont bien ancrées en nous.
      Bonne journée à toi aussi, Tiot.

  21. Je ne connaissais de Jamadrou que ses papillons dans Voyage. Je suis allée visiter un peu son blog, j’y retournerai sûrement. Merci pour cette belle découverte Quichottine et pour tes jolis mots sur ces beaux oiseaux.
    Bonne soirée et bises

  22. Sylvie (Oxygène )

    Quelles magnifiques images que ces oiseaux .
    Bravo à Jamandrou pour sa création et bravo à toi Quichottine pour ces belles réflexions.
    Bisous:)

  23. Quichottine mon article s’intitulait  » Votre liberté de parole »
    Vous pourrez relire les commentaires sous ce billet en allant ici:
    http://jama.e-monsite.com/pages/novembre-de-l-an-2017/votre-liberte-de-parole.html

    Vous avez tous laissé ici des mots charmants je vous en remercie
    Quant à toi Quichottine je ne peux que te remercier pour ce billet où tu m’as fait (avec ta liberté de parole sous mes dessins) un bien beau cadeau surprise!! merci merci

    il y avait aussi « La corneille blanche » ici:
    http://jama.e-monsite.com/pages/novembre-de-l-an-2017/la-corneille-blanche.html
    ou ici:
    http://jama.e-monsite.com/pages/pages-pour-la-cour-de-recre-de-jb/les-corneilles-blanches.html

  24. J’adore les créations poétiques de Jamadrou

    Les mots sont des oiseaux qui vont qui viennent
    parfois chanter
    au bout des plumes
    Il faut savoir les attendre avec patience et amour…

    • Merci, Marie, j’aime aussi beaucoup ce que tu écris chez elle. 🙂
      Passe une douce journée Marie.

  25. Que j’aime cette composition très artistique et surtout si poétique…Cette envolée est superbe et tes mots qui nous la font découvrir complètent merveilleusement bien notre ressenti. Vous êtes toutes deux des artistes 🙂 Bisous et merci pour ce partage

  26. Bonjour Quichottine. Etonnant es pages qui disparaissent du blog de Jamandrou. Où s’envolent-elles ? Ces oiseaux de papier sont très beaux et propices à la rêverie. Bonne journée et bisous

    • En fait, il semble qu’elles ne disparaissent pas, puisque Jamadrou vient de nous en donner les liens… mais je ne les avais pas trouvées.
      Passe une douce journée. Bisous.

  27. Belle interprétation de la liberté, toutes ses ailes qui vont dans l’azur et dont nos pieds empêtrés rêvent.
    Multiple, solitaire, en nous sont les plus grands voyages et tu nous en donnes un à suivre sur des chemins aériens.

    Bisous tendres.

    • Je suis heureuse que ça te plaise.
      Merci, Polly. Je crois qu’il est important de continuer à voyager, même si ce n’est qu’en rêve.
      Bisous tendres à toi aussi.
      Passe une douce journée.

  28. Bonjour la chère Quichottine,
    Je n’ai pas eu le temps de passer hier, j’étais de sortie ! Excellente journée bien que très fatigante 😉
    Tous les compliments que méritent cette création de Jamadou et ta page, je les partage avec toutes tes amies qui ont fort bien formulé tout ça.
    « Pourquoi vouloir à tout prix nous mettre dans un moule, gommer les différences, tuer la créativité sous prétexte qu’elle pourrait déranger le train-train rassurant où nous nous sentons bien ? » dis-tu.
    A ce sujet, il m’est revenu à l’esprit, une phrase entendue ces jours-ci au cours d’un débat télévisé je crois : Nous devons apprendre à vivre ensemble non pas « malgré » nos différences mais « avec » nos différences. Et la nuance est effectivement essentielle je pense.
    Je regrette de ne pas avoir retenu le nom de l’auteur de cette remarque que je trouve vraiment importante et j’y repense souvent.
    En ce qui concerne la disparition de pages de blog, bien que je n’ai pas alimenté le mien depuis le 1er janvier 2017 j’ai renouvelé mon premium en janvier. J’y revien quelques fois pour retrouver un lien et je suis surprise de constater, en lisant les statistiques, que chaque jour il est visité par au moins 49 « visiteurs uniques » et que certains en regardent plusieurs pages.
    Je reçois aussi des commentaires sur des pages plus ou moins anciennes et parfois des messages ou des interrogations via « contacter l’auteur. Alors je me dis « tu existes encore » . Curieuse réflexion, me diras-tu.
    J’ai encore été très bavarde !!!
    Très gros bisous à vous deux ma chère Quichottine et bonne journée.

    • Non, ce n’est pas curieux, c’est une belle réflexion qui montre que les amis virtuels ne le sont pas autant qu’on le dit. Les mais sont les amis et le virtuel n’existe qu’en façade.
      Très gros bisous à toi. Merci pour tout, ma Cricri. Je t’embrasse fort.

  29. j’y reviens !!!

  30. Ils sont très beaux ces oiseaux de Jamadrou, plein de poésie, et tu en parles à merveille !
    bisous et bonne journée

  31. Tous les oiseaux volent vers un même destin, vers un instinct de vie ou de survie mais jamais dans la haine. Dans mon jardin, il y en a « de toutes les couleurs » et ils respectent leurs différences d’où des chants très mélodieux. Mais le monde des hommes ne vole pas vers la tolérance.
    Merci à vous deux pour ce moment de symphonie.

  32. Une très belle oeuvre que tu as mise en lumière ici, et au hasard de quelques clics chez Jamadrou, de très jolies choses là bas… Merci de ta générosité et tes partages.

  33. Je découvre son univers grâce à toi Quichottine.
    C’est très joli et j’adore ton histoire, le blanc immaculé qui incarnerait le « mauvais ».
    J’aime bien les dessins des oiseaux.
    Une lectrice de mon blog m’a laissé un commentaire sur un très ancien billet publié à mes débuts et j’ai eu la surprise de me rendre compte que je te connais depuis 2007.
    Tu me me disais que mes santons t’inspiraient des petites histoires.

    • C’est vrai… je te connais depuis longtemps et tu m’avais prêté tes santons pour une histoire… 😉
      Merci pour tout, Santounette.
      Bisous et douce journée.

  34. Et si tout n’était qu’illusions ? Le présent, déjà est passé et c’est maintenant le temps du futur. Nous fuyons sans cesse en avant, même quand nous voulons nous réfugier dans le passé… Et la « normalité » même n’est qu’une illusion puisque chacun la perçoit de façon différente… Alors évitons que l’ennui naisse un jour de l’uniformité !

    • La vida es sueño…
      Tant de livres reviennent lorsque je te lis !
      Gardons le coeur et les yeux ouverts, l’ennui ne sera jamais le maître de nos pensées. 🙂

  35. J’ai vraiment bcp aimé cette page, Quichottine ! Les dessins sont magnifiques si magistralement interprétés par tes mots….
    Et Galet résume si bien toute ma pensée vagabonde en te lisant ! Emotion-choc du partage ! Epatant !!!
    Merci Quichottine
    Bisous

  36. savoir regarder, et se laisser porter en silence…

    • Toi, tu sais si bien le faire…
      J’espère que tu retrouveras l’envie de partager tes images et tes mots.
      Le silence peut être angoissant.
      Je t’embrasse fort.

  37. C’est une vraie artiste effectivement; c’est très beau .Et ton imagination a fait le reste .

  38. Un blog que tu me fais découvrir encore. Merci pour ces découvertes du moment. J’aime beaucoup.

  39. Oui, je ne vois pas de différence entre les oiseaux noirs ou blancs. Pour moi, ils volent et cherchent le meilleur endroit pour se poser.
    Il ne faut pas toujours donner de signes particuliers à ce que l’on voit. Surtout que l’interprétation de chacun est personnelle. Je rencontre ça dans les concours-photos. Ce que j’ai ressenti à la prise de vue ne transperce pas du tout dans le regard des autres. C’est quand on réussit à faire résonner sa photo chez l’autre que l’on émerge.
    Bisous du jour Quichottine !

  40. Merci à Jamadrou elle nous donne à réfléchir sur ses oiseaux.
    Blancs, noirs, tout n’est pas toujours blanc et tout n’est pas toujours noir,
    dans chacun il y a une part de beauté
    c’est comme dans l’être humain si l’on fouille un peu on découvrira
    chez le noir une part de lumière et chez le blanc si parfait une part un peu plus sombre.
    J’ai adoré tes mots pour en parler.
    Passe une belle fête Pascale entourée de ta famille
    Je t’embrasse très fort.
    Maryse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *