Spleen

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir triste, sans raison apparente, de manquer un peu d’allant, de ne pas savoir décider de ce qui serait bien ?

 

Vous est-il déjà arrivé d’éteindre votre ordinateur en vous disant « à quoi bon ? »

 

Même si…

 

Même si tout est beau autour de vous ?

 

… sauf peut-être la météo, mais nous devrions y être habitués, depuis le temps que le soleil joue à cache-cache avec les nuages…

 

J’ai hésité, longtemps, avant de vous montrer ce qui arrive, quand… quand même le lutin bleu a le « spleen ».

 

Mes « À quoi bon ? » à moi ne sont que passagers, mais ils existent aussi.

Pourquoi vous les cacherais-je ?

 

  
Il y a des moments comme ça, des moments où je me dis qu’il serait temps de faire une pause, même si…

 

Même si tous les quichotrains ne sont pas entrés en gare… Nous aurons le temps plus tard.

Même si d’autres images attendent leur triade… Elles ne sont pas perdues tant que le dossier où je les ai classées restera sur le « bureau » de mon ordinateur.

Même si quelques-uns d’entre vous continuent à me rendre visite fidèlement, malgré l’irrégularité de la qualité de mes pages.

C’est vrai, il semble qu’une certaine lassitude transparaisse dans vos messages.

Les vacances, la grisaille, les coups durs qui frappent les uns ou les autres, la vie, tout simplement, avec ses exigences.

Alors, je dis « stop »… en espérant que vous direz « encore », pour que je trouve une solution convenable.

Mais, bien évidemment, vous avez le droit d’être ailleurs, de passer à autre chose.

Moi, je retourne un peu à mes livres, je vais – aussi – sortir les encres de couleur que ma fille m’a offertes à Noël. Il se peut que j’arrive enfin à dessiner mon arbre, ou peut-être seulement les volutes qui s’échappent toujours des rêves inassouvis.

Et puis, je viendrai vous voir, aussi.

Pour que vous ne vous sentiez pas esseulés…

 

Imaginez… vous vous êtes préparés, endimanchés, une merveilleuse odeur de gâteau flotte dans la cuisine, le thé est prêt à être infusé, le café est passé, et même une citronnade, fraîche et faite maison, se prend pour un diamant sur la table et scintille sous les rayons d’un soleil farceur…

Vous arborez votre plus beau sourire.

Une question pourtant vous titille. « Viendront-ils ? »

Ne vous êtes-vous jamais sentis délaissés ?

 

… Même si ce n’était pas vrai ?

© Quichottine
9 juillet 2012

 

Et puis, vous ouvrez des enveloppes, des paquets arrivés en votre absence et soudain tout s’éclaire…

 

Mais je vous raconterai.

 

La vie, c’est aussi cela… Un moment où le soleil n’est plus aussi important, où vous vous sentez pousser des ailes, ou mieux encore, où vous redevenez enfant pour profiter de la pluie et des flaques et faire voyager votre propre bateau, loin, sur l’eau de vos rêves.

 

120705_Davy.jpg

 

Merci à Davy Durand pour son image de vacances.

 

154 réponses à “Spleen

  1. Tu saisis de manière incroyable une partie des interrogations et émotions des derniers jours. Ce curieux mélange de « à quoi bon » avec l’envie de continuer (pas clair mais je me comprends, rires)
    Et comme tu le racontes si bien, il suffit de petits riens pour chasser les nuages :)))
    bonne journée Quichottine en t’embrassant bien fort

    • Tu n’es pas seule à te comprendre… Je ris aussi. C’est tout à fait ça !

      Merci à toi, Solyzaan. Je t’embrasse très fort. Passe une douce journée.

  2. Bonjour Quichottine ! Si bien sûr comme tout l’monde, mais je me raisonne vite fait… Pas de quoi me plaindre dans ma vie si ce n’est du mauvais temps… Alors on repart hein ! Oui on peut aussi voir l’humeur du jour dans un com… pas faux ! Envie aussi parfois de tout arrêter sur la blogo… de me dire que fais-je sur le net… j’aurais mieux à faire ailleurs ! Et puis on reprend les rames de ce bateau… il manquerait ! Merci……. bon jeudi, bises de jill

    • Vite fait et bien fait, j’imagine bien !

      C’est ce qu’il faut… trouver le petit coin de ciel bleu qui nous permet de repartir… et hop !

      Merci… tu manquerais aussi.

      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  3. pour moi c’est plutôt: « je n’y arriverais pas »
    je t’embrasse

  4. spleen, un si beau mot pour ces maux étranges … un mot passé dans le langage grâce à Baudelaire, même s’il n’est pas le premier à l’avoir réutilisé en français.
    ton article m’a donné l’envie d’y faire écho à sa manière.
    Parce que j’ai immédiatement eu en tête « Quand le ciel bas et lourd » sans pouvoir aller beaucoup plus loin de mémoire …
    bises. Reposes-toi doucement
    à bientôt

  5. lizagrèce

    En général quand je suis triste j’ai une raison – bonne ou mauvaise – mais forcément il y a quelque chose qui me tracasse et j’essaie toujours de trouver la solution et de passer outre … Parfois il suffit de quelques minutes – juste le temps d’un vol d’oiseau qui passe derrière la fenêtre ou bien c’est plus long quand la peine est profonde dans ce cas je m’essaie à l’humour et à sourire au moins une fois dans la journée … et ça marche !

    • Tu as de bonnes méthodes… Je crois que je vais en appliquer quelques-unes.

      Merci, Liza.
      Douce et belle journée à toi.

  6. Ces moments-là! je crois qu’ils font partie de nous, inévitables, même si tout va bien et qu’on observe à côté tant de misère et de souffrance. Ils sont là, dérangent, s’en vont, reviennent. Je ne suis pas psy, remarque je m’en méfie de ces gens qui savent tout, ni généticien, pourtant c’est ma question: pourquoi? Nos cellules sont-elles imbibées de tristesse? Nous vient-elle de la naissance, ce difficile passage?
    Heureusement Quichottine, il y a toi, il y a eux, ceux qui nous entourent et qu’on entoure.

    Bisous tendres.

    • Comment te remercier, Polly ?

      Oui, je crois qu’il y a aussi ces moments-là, ceux où l’on pourrait nous dire « mais tu as tout pour être heureux ! ». Tout, sans aucun doute, et le petit grain de sable qui se met d’un coup dans les rouages de notre vie pourrait être balayé facilement si… si l’on savait où il est exactement…

       

      Alors, oui, aussi, une présence, un mot, un sourire, et tout semble plus facile.

      Merci pour les tiens… et pour ces bisous tendres qui me touchent tant !

      Je t’embrasse fort, Polly. Prends bien soin de toi.

  7. je suis plutôt de caractère « cogneur ».. s’il y a un peu de mou par moment, je ne laisse pas aller plus loin… Mais, depuis 2004, j’en ai pris l’habitude…. Je crois que pour moi, c’est un plus….autrement….. non j’y pense même pas !!!

    Belle journée et faire un peu la guinguette, quelques jours, cela ira mieux après…

    Bonne journée avec bises

    • Faire un peu la fête, passer près d’un bal de quatorze juillet en t’imaginant y être.

      Oui, ce serait génial !

      Douce journée, Patriarch. Bises à partager. Merci !

  8. J’aime bien mes rendez-vous avec les blogs, le tien a une place privilégiée, outre son contenu de qualité, il y a son auteure, si chaleureuse et si présente. Le spleen, oui, c’est vrai, mais avant l’inéluctable, il y a les plaisirs et beautés du monde. Et chaque jour, il faut y repenser et y travailler..Bises VITA

    • Une pensée chaque jour sur le monde et ses beautés…

      Merci, Vita, pour cette présence et ces mots.

      Bises et douce journée.

  9. tout à fait Quichottine-
    quelquefois je quitte l’ordi ! marre— je me dis à quoi bon –on s’en moque de ce que je vais marquer — ou pas la forme pour mettre quelque chose qui colle à l’article-
    on est donc toutes un peu comme ça !!
    encore une belle plume — légère- légère !!
    bonne journée- bisous !

    • On ne s’en moque jamais vraiment…

      Je pense que nous avons tous plus ou moins de ces passages à vide.

      Merci d’être là aussi, Lady Marianne.

      Passe une douce journée. Bisous.

  10. « Encore », Amielle !
    Stop pour prendre soin de toi… et reviens.
    J’ai rêvé avec le dessin de Davy. Merci à vous deux de le partager.
    Gros bisous, tout plein.
    Le ciel breton arrose mon jardin 😉

    • Le ciel cergyssois aussi… ici. Pas beaucoup de soleil pour t’en envoyer un peu.

      Je t’embrasse très fort. Merci encore pour tout.

      Le remède est miraculeux. J’ai pu marcher aujourd’hui sans avoir mal…

  11. Si c’est le soleil qui te manque je t’envoie un gros bouquet de rayons et plein de chaleur : il fait +43 C a l’ombre aujourd’hui !!!!
    Le spleen ? Je crois que cela arrive a nous tous , on doit etre prets pour le chasser ou l’ignorer ; la vie est belle et pleine de surprises.
    S M I L E :-))
    Bises
    FANNY.

    • Merci pour ce bouquet de rayons, cette chaleur et ce sourire, Fanny. Quel merveilleux cadeau que le tien!

      Douce journée… Bises à toi aussi.

  12. Il m’arrive aussi de me dire « A quoi bon ? » et d’avoir envie de tout laisser tomber, surtout en période d’été quand les visiteurs et les commentaires se font plus rares, que les participations à mes jeux sont peu nombreuses. Et puis je retrouve la pêche grâce à l’un ou l’une des lecteurs… Bisous, Quichottine et bonne journée !

    • C’est vrai qu’il suffit souvent de peu de choses pour que tout aille mieux.

      Je suis émue par tant de preuves de sympathie et d’amitié.

      Merci.

      Douce et belle journée à toi.

  13. Bien rares sans doute les personnes qui peuvent dire qu’elles n’ont jamais ressenti cela…Mais l’appel de la vie est plus fort souvent et heureusement. J’espère que ce spleen n’est que passager pour toi et que tu continueras longtemps encore à nous enchanter
    Bises Quichottine

    • C’étaient quelques nuages… merci de m’avoir aidée à les chasser.

      Bises et douce journée, Jackie. Tu as raison, la vie est la plus forte.

  14. Je crois que c’est l’été qui nous fait cela, trop de choses qu’on voudrait faire et puis après tant d’années on se sent un peu vidé. C’est comme ça pour moi, mais je ne peux me décider à laisser des personnes auxquelles je me suis attachée.Bonne fin de semaine.

    • Je crois que même si nos blogs n’existaient plus, les liens qui se sont tissés au fil des ans resteraient.

      Merci pour ta présence et ta gentillesse, Solange. Douce fin de semaine à  toi.

  15. même si non…..
    mais tes pages sont toujours aussi belles et intéressantes….
    on a tous ses « hauts » et ses « bas »
    les « quichotrains » prendront leur temps!
    tout va bien!
    « prends le temps,garde le longtemps car la vie est bien plus belle quand on a le temps! »
    prends tout ton temps!
    bisous.

    • Merci de si bien me comprendre et d’être là au moment où il faut. Ta présence me touche beaucoup.

      Bisous et douce journée, Annick.

  16. je pense qu’on a tous des moments « à vide » même si certains ne veulent l’admettre…mais bon faut se ressaisir, trouver ce qui va combler ce vide et vite repartir du bon pied, surtout ne pas se laisser aller…
    bises

    • Merci pour tes encouragements… Vous avez raison, il ne faut pas se laisser aller à la morosité.

      Bises et douce journée.

  17. Je suis rarement « vide »… mais là, ma Quichottine j’ai les nerfs à fleur de peau. Il pleut trop !!! La coupe est pleine… Heureusement que je te lis et que tu ensoleilles ma grisaille du moment.
    GROS BISOUS.

  18. Pour certains , c’est à cause de la chaleur, de la famille qui envahit la maison, pour d’autres, c’est le temps gris qui ne laisse pas venir l’été , un peu de fatigue, un peu de je ne sais quoi..Les visites sont moins nombreuses, les commentaires aussi…
    Je crois que nous sommes tous logés à la même enseigne .
    Reprends ton élan , repose-toi , et reviens -nous en pleine forme . Je ne serai pas présente tous les jours, moi non plus. Bisous

    • Merci Fanfan.

      Je crois que tout déborde un peu. Mais vous êtes là avec vos messages d’amitié, votre gentillesse.

      Merci pour tout.

      Je t’embrasse fort. Prends bien soin de toi aussi.

  19. le bonheur ça se décide je décide que la pluie est bonne et je pense au poème :
    Il pleut – c’est merveilleux je t’aime
    Nous resterons à la maison… (Francis Carco)
    bonne soirée Quichottine et bizzz toutes fraiches

    • Un sourire… je ne me souvenais plus de ce poème…

      Merci, Josette. Vivons heureux et cachés… Bises et douce journée à toi. Ici aussi il fait froid.

      C’est un joli temps de novembre…

  20. Et bien Quichottine c’est juste un petit coup de pompe !!! un gros manque de soleil et plein de choses qui font déborder le néon !! une pause , une gare, un banc et quelques couleurs vont te donner l’envie à nouveau c’est certain !! ce billet est beau comme tout et l’odeur du gâteau … hum tu sais t’y prendre pour rameuter les gourmandes :0)))) !! emportée ailleurs aussi je n’ai pas ouvert l’ordi depuis… ? Bonnes vacances ! (les trains arriveront toujours en retard ici ou là tant qu’ils ne déraillent pas c’est le principal !!! )gros gros bizzzoux

    • Oui, un coup de pompe… et besoin de soleil.

      Merci pour le sourire, pour les mots, pour ce merveilleux moment vécu grâce à toi.

      Je suis contente que tu aies aimé le gâteau… J’ai été heureuse de le partager avec vous.

      Gros gros bisous à toi aussi. Passe une douce fin de semaine.

  21. Coucou Quichottine,

    Je comprends ce sentiment. Eprouvé plusieurs fois lorsque, ayant posté un article le matin, en revenant le soir, ne trouver qu’un commentaire. Là oui, je me dis à quoi bon. Et puis ça passe. Car mes visites sont bien reçues et, souvent, rendues. Que de merveilleux échanges. Cela me manque lorsque , comme en ce moment, l’atelier m’éloigne de l’ordinateur.
    un jour gris mélancolique et le lendemain ensoleillé. Ton billet parme se termine sur une note rose espérance.
    J’aime bien les flaques. Je vais t’envoyer quelque chose à ce sujet.

    Bisous de douce soirée Quichottine
    Martine

    • C’est vrai que nos amis… mêmes lorsque nous ne connaissons que leurs écrits ou leurs images nous manquent lorsqu’ils ne sont pas là. Tu as raison, ce sont de merveilleux échanges.

      Merci infiniment pour le message reçu… il m’a fait un bien fou !

      Bisous de douce journée, Martine. Prends bien soin de toi.

  22. Un bien beau billet, chère Quichottine. Partant du principe selon lequel ce qui est rare est cher, je suis certain que l’abondance nuit, même l’abondance des écrits. Je connais des blogueurs qui ne publient que de temps à autre, ils ont malgré tout leur public fidèle.

    • Je suis d’accord au sujet des blogueurs qui se font rares…

      C’est un peu comme un écrivain ou un scénariste qui ne se montre qu’une fois l’an, pour un chef d’oeuvre de plus. 🙂

      Merci, Messire Olivier.

      Douce fin de semaine à toi.

  23. Heureusement que le doute et la tristesse ont aussi leur place dans notre vie. Ils donnent encore plus de reliefs aux bonnes surprises qui ne manquent pas de surgir à tout moment et Davy est un creuset à bonnes surprise :-). J’espère que ton petit passage mélancolique s’est dissipé. Gros bisous

    • J’aime toujours autant ce qu’il fait.

      J’espère que nous finirons par avoir une vraie bonne surprise dans nos boîtes à lettres.

      Tout va mieux. Un peu de fatigue… quelques bleus. Le reste est une question de temps.

      Gros bisous et douce journée à venir, Cathycat. Merci !

  24. Je lis dans les commentaires que tu as fait une chute dans l’escalier ?!!!!! copieuuuuuuse !… Contente que tu t’en sois tirée à bon compte. Après un tel épisode, on est en droit de se dire… puisque je m’en suis bien sortie… je ne vais pas m’embêter avec des petites contrariétés. Je pratique et ça fonctionne plutôt bien 🙂 Bisous

    • J’aurais préféré ne pas te copier… J’espère que tu t’en es bien sortie aussi.

      Je crois que j’ai voulu sans le savoir imiter mon lutin bleu. En tout cas, j’en ai pris la couleur.

       

      Bisous et douce journée à venir. Merci !

  25. Je reviens en souriant.
    Blues, plutôt que spleen, non ? 😉
    Take care
    HE Helichryse, rien de plus efficace, n’oublie pas.

    • Je ne saurais pas te répondre.

      J’ai racheté un flacon… tu as raison, c’est très efficace.

      Passe une douce journée ma Sirène. Je t’embrasse fort.

  26. On a quelques fois des passages à vide, mais j’ai la chance que ça ne dure jamais bien longtemps.
    Sans doute grâce à mon entourage et mes amis virtuels …
    Je reçois assez souvent des petits mots gentils et même, quelques fois, des cadeaux 😉
    Par contre, il y a des moments où je ne parviens pas à exprimer ce que je ressens en lisant un texte.
    Je le « sens », mais ça ne sort pas …
    Bonne fin de semaine.
    Bisoux

    • On ne peut pas toujours communiquer sur nos ressentis, c’est tout à fait vrai.

      Je sais aussi que même les coucous sont importants quand ils sont amicaux et sincères.

      Je suis heureuse que tu sois là. Merci, Dom.

      Bisous et douce journée à venir.

  27. Bonjour Quichottine,
    Oh oui! ce « à quoi bon » m’arrive aussi même si le soleil est présent! j’espère que tous ces gentils messages t’ont redonné ce matin le sourire et l’envie de partager encore et encore…
    Je t’embrasse Quichottine

    • Merci pour tout, Marie.

      Ici et là, tes mots m’ont redonné le sourire, aussi.

      Tout va bien. Et les quelques problèmes seront bien vite oubliés, ne t’en fais pas.

      Je t’embrasse très fort.

  28. Les « à quoi bon » parsèment souvent mes journées, j’essaie le ne pas trop m’y attarder, sinon à quoi bon vivre si on se laisse trop limiter par eux…J’aime bien venir chez toi

  29. Kikou ma douce bibliothéaire, oh que si le spleen frappe à toutes les portes et parfois il faut se laisser aller..
    mais je dis « encore » « encore »…
    L’odeur du gâteau m’a fait frétiller les babines.. alors mets une part pour moi de côté si tu le veux bien.
    Dessines moi un arbre… fais de bonnes lectures et je te dis çà tout bientôt. Merci pour tes billets toujours si bien écrits.
    Tout plein de bisous
    le matelot de la terre ferme

    • Merci pour ce moment de partage. Je suis contente que tu aimes le gâteau au chocolat.

      Tu en auras autant que tu veux.

      Bisous et douce soirée à toi.

  30. Je me demande s’il y a encore des enfants pour faire voguer des bateaux dans les caniveaux ?
    Au fait, Grand Schtroumf, tu ne m’as pas dit ce qu’en pense le Lutin Bleu ? 😉

    • Dans les caniveaux, je ne sais pas… Mais je sais que les enfants aiment toujours fabriquer des bateaux. Mes petites-filles en ont fait, récemment… une brindille, une feuille séchée… et vogue le navire improvisé sur un petit ruisseau de la base de loisirs à Cergy. 🙂

      Douce soirée, Galet.

  31. Je traverse en ce moment ce « spleen » décourageant, cet « à quoi bon » devant l’ordi, cette envie de n’écrire que quand j’en ai vraiment envie et pas tous les jours, cette difficulté à répondre aux commentaires même les plus gentils. Une lassitude due probablement à ce temps humide, aux rares éclaircies et qui ce matin m’ont donné l’envie de me fourrer sous mes couvertures et d’y rester…Ce que je n’ai pas fait, évidemment! Pardon de m’étendre soudain sur mon propre sort c’était pour te répondre, chère Quichottine, que nous traversons tous ces creux (et tu le sais bien!) et que nous sommes toute(tes) tributaires de ce blog créé avec amour et qui, à certains moments, devient une obligation. Le souci de ne pas attrister les lecteurs prend alors le dessus; et nous recommençons à écrire. En fait, nous devrions nous donner un mois de « fermeture annuelle »; nos vrais lecteurs seraient certainement au rendez-vous fixé. Quant aux autres…ce sont des oiseaux de passage et s’ils s’en sont allés, tant pis!Je te souhaite beaucoup de soleil pour voir la vie à travers sa luminosité. Tu sais comme moi que le spleen n’y résiste pas!… Je t’embrasse très fort, chère Quichottine.

    • C’est vrai que la météo nous invite à l’hibernation…

      Chère Lorraine ! Je crois pourtant que tu devrais t’écouter un peu parfois… Ne t’épuise pas.

      Les années passent et même si tu as toujours vingt ans dans ton coeur et tes mots, le corps a parfois besoin de repos.

      Heureuse de t’accompagner, dès que je le peux. Merci d’être là, Lorraine. Je t’embrasse très fort.

  32. oh oui, ça m’arrive aussi, des moments de blues, de découragement, de ras-le-bol, et puis, quelquefois sans raison, ça repart, et tout recommence !
    bisous et bon week-end quichottine

    • Je crois que nous avons tous nos jours « sans »… Merci d’avoir été là pour moi.

      Bisous et doux week-end à toi.

  33. Nous vivons tous des moments de découragement et même pire ! Et puis l’envie repart, ou bien… quelque chose d’heureux survient, c’est la vie, avec ses hauts et ses bas… C’est une bonne idée de dessiner son arbre, sur le papier ou dans sa tête, nous savons qu’il est là !
    Belle soirée à toi Quichottine

    • Je n’ai pas encore commencé, mais j’y réfléchis.

      Qui sait si je ne mettrai pas des années à l’imaginer, avant de le dessiner d’un seul trait, comme le font les peintres de Chine ?

      Douce soirée, Marine. Merci !

  34. Cela m’arrive, en ce moment un peu plus souvent, et un peu plus proche du découragement … Parce que je sais les raisons et parce que je ne sais décider ce qui serait bien (est-ce que je sais d’ailleurs ce qui serait bien, les options ne s’ouvrant pas ?)

    Quichottine, j’espère que le voile du spleen s’est dissipé dans ton ciel. Bisous, beaucoup …

    • Tu as bien plus de raisons de te décourager que moi… Ce ne sont que quelques nuages pour moi, ils se dissiperont.

      Il faudra un peu plus de temps pour toi, et beaucoup de courage.

      Je t’en souhaite plein… et j’espère que tu n’auras pas trop à attendre de bonnes nouvelles.

      Je t’embrasse très fort… beaucoup.

  35. Chère quichottine, je suis dans le même état que toi, je déprime vraiment mais je pense que c’est le temps. C’est horrible, je me faisais une joie d’aller au feu ce soir et bien il pleut des cordes. Demain est un autre jour. J’ai beaucoup de travail puisque quand l’économie va mal mon entreprise se porte très bien mais n’embauche pas pour autant…. Je pense que nous sommes beaucoup à déprimer, nous avons besoin de soleil…. Il arriverait la semaine prochaine dit-on ? Bises

    • Le temps, le stress accumulé depuis quelques mois, quelques mauvaises nouvelles en prime.

      Mais si je suis encore habillée comme en hiver, j’ai eu un peu de soleil à Osny cet après-midi. Juste un peu… mais ça a fait du bien.

      C’est sûr, Martine. Il va revenir !!!

      Courage pour ton travail, et essaie de profiter malgré tout de ce week-end festif.

      Bises et douce journée à venir. Merci pour ta présence et tes mots.

  36. J’ai oublié de te dire aussi qu’aujourd’hui dans le pire jour de l’été, j’ai eu également un grand moment d’émotion pure, une preuve d’amitié incroyable, un geste tout simple. J’espère pouvoir bientôt en parler dans quai des rimes. Peut être remplacera t’il demain le poème triste que j’avais écris un jour de spleen….si mon amie accepte que j’en parle. Bisous

    • J’espère qu’elle acceptera… C’est une bonne chose si dans notre grisaille l’amitié t’a rendu le sourire…

      Bisous et douce soirée.

  37. ..un ciel bleu rempli de soleil et l’on oublie tout

  38. Dois-je t’avouer que bien que peu experte, je le fais, d’un seul trait depuis longtemps, et d’ailleurs oui, il y a longtemps que je ne m’y suis pas amusée mais je ne me suis référée à personne, en fait c’était spontané, … dois-je reconnaître que le « spontané » chez moi est… oui comme ce mot le dit, sans aucune réflexion et du coup ton commentaire m’amuse d’autant plus !!!!

  39. Bon courage dans ces « traversées du Désert ». Comme une petite graine dans le le sable, à la première pluie elle renaît et devient une fleur merveilleuse.
    Bon week-end, saudad, spleen, blues, des humeurs parfois créatives.

    • Lorsque je vous lis, je me dis que je ne devrais pas me laisser aller ainsi.

      Je suis si bien entourée ! Merci à toi aussi pour tes mots et tes encouragements !

  40. Encore, oui je dis encore et pourtant je ne suis pas des plus assidue, loin de là mais je sais que si je dispose d’un peu de temps pour m’arrêter ici, j’y trouverai toujours un moment de bonheur. C’est important de se savoir entouré même de façon virtuelle, de savoir que quelque part, sans avoir besoin de dire on pourra ressentir.
    Merci

    • Merci pour ces mots en partage. Cela me touche infiniment.

      Tu ne peux pas être partout, Anne, et je sais que tes visites sont toujours attentives et amicales.

      C’est important.

      Je t’embrasse. Passe une douce soirée.

  41. parfois on a besoin d’un coup de vent dans les idées tristes ou de regarder la nature pour se dire ‘je continue d’avancer’, je pense que sans raison la vie et ses aléas nous rend fragile et triste, mais ne jamais renoncer d’avancer est déjà une victoire. Bon week end, bigs bisous pour l’instant sous le soleil, cela va t-il duré lol ce serai trop beau

    • Un instant sous le soleil, des éclaircies entre deux nuages… Mais chaque instant vécu est une victoire.

      Merci pour tes mots, Lily. Passe une douce soirée.

  42. mais bien sûr que ça suit, bien évidemment que tout le monde prend le train en marche, un wagon ou un autre, dans un joyeux désordre certes, ton train n’a rien à envier à ceux de nos frères de la péninsule indienne…
    à quoi bon s’inquiéter de l’aquabonisme!!
    dans l’idéal, le spleen est porteur de créativité… ^_^
    entre deux hésitations, baisser les bras, hausser les épaules ou retrousser ses manches, selon… acceptons l’alternance de nos états d’âme, qui ont leur raison d’être, et puis, assumons dignement cette part d’ombre, cet inconscient personnel avec laquelle composer… en attendant de totalement la transcender

    lots of vibes en accompagnement des projets qui prennent parfois leur temps, délicates pensées pour ce qui t’attend d’ici la fin de l’été
    et gros bisous qui tiennent chaud, oui, cet été, on a besoin de se tenir chaud, voilà du nouveau!!

    • Un sourire… Le quichotrain d’Erato nous montreras bientôt de quoi tu parles.

      … et un grand merci pour ta présence ici, la chaleur de tes mots.

      C’est vrai qu’ils font du bien en ce mois de (novembre ?) juillet.

      Je te souhaite une douce soirée et plein de bonheur aussi chez toi.

  43. Spleen et solitude des blogueurs, pourtant reliés à tant d’aminautes… je te comprends très bien, Quichottine. Pour ma part j’ai préféré me ressourcer – et ressourcer mon blog – au pays natal, où internet ne fonctionne que par intermittences…

    • Ces moments sans écran sont très profitables.

      Merci, Carole. Ta visite me fait très plaisir.

      Douce journée à toi.

  44. Bonsoir Quichottine,
    C’est vrai, nul n’y échappe… et pourtant on a tant de beauté autour de nous.
    Passe une belle soirée 🙂

    Minéraline

    • C’est vrai… alors, ça fait du bien de se secouer un peu pour sortir voir ailleurs ce qui est beau, même sous la pluie !

      Douce soirée à toi, Minéraline. Merci !

  45. Un grand silence de ma part/mais plein de pensées/comme ça/chaque jour/sans raison apparente/mais vivantes/un lien/hors internet/un ressenti/juste un ressenti/que l’on peut percevoir/sans y prêter attention/pour toi.
    Amitié Quichottine.

  46. Bonjour Quichottine, heureusement qu’il y a les livre spour combler ces moments de lassitude pour la vie qui est souvent trop monotone, pour ces amis qui sont loin réels ou virtuels, en attendant que le soleil revienne, mais il est revenu et alors tout va bien. Bises

    • Les livres nous apportent la part de rêve et de voyages dont nous avons besoin.

      Merci pour ta visite, Danae.

      Passe une douce journée.

  47. canelle56

    Et si …cela arrive ..la crise de » pas de gout » nous guette tous
    Et oui en ce moment la lassitude est grande , surtout après avoir fait un plein d’émotion ..pas toujours dans le bon sens ..
    Enfin le manque d’inspiration , les amis qui quittent le navire ..
    Un ensemble de choses qui font qu’on aurait envie de tout lâcher ..je comprends !!
    bises Quichottine

    • Les émotions… oui, elles ont été nombreuses les derniers temps.

      Mon corps se souvient encore d’une superbe chute dans l’escalier… ce qui ne m’était jamais arrivé. Plus de peur que de mal, j’aurais pu me tuer, je m’en tire avec des bleus qui passeront je l’espère très vite.

      Les amis qui partent, pour un temps ou pour toujours…

      Mais pourtant, il y a tant encore à partager !

      Vous êtes là… et je repars en voyage. Ton quichotrain arrivera bientôt.

      Je t’embrasse fort. Passe une douce journée, Canelle. Merci pour tout.

  48. Mistigris

    Bonjour Quichottine, mais oui çà arrive à toutes et tous, mais un petit peu de repos et hop ! çà repart, je viens de chez Davy, mais pas moyen de laisser de com, OB doit encore faire des siennes, grrrrr!!!!!!!
    ici soleil alors comme tu en manques je t’en envoie un grand grand wagon …….et plein de bisous, MIAOU !!!!

    • Comme tu dis, il y a souvent des moments où il faut encore tricher pour s’y retrouver (ouvrir dans une autre fenêtre celle des commentaires, par exemple).

      Merci pour le grand wagon de soleil… il fera du bien.

      Bisous et douce journée, Mistigris. Merci pour ta présence et tes mots.

       

  49. « …malgré l’irrégularité de la qualité de mes pages.  » Alors là je dis: NON!
    Des doutes… je suis bien placée pour ça… Il faut laisser le blog de temps en temps pour pouvoir y revenir un jour, quand on en a envie, surtout pas pour faire plaisir aux autres.
    Tout le monde se lasse à un moment ou à un autre et la qualité de tes billets n’a rien à voir avec cette lassitude. Et puis ce sont les vacances…
    Et j’espère que le facteur est passé chez toi… venant de de la p’tite ville du « bout du monde »…( ça m’inquiète un peu: tu me tiens au courant?)
    Profite bien de ta boîte de couleurs… et de tout le reste de la vie, la vraie. C’est ce qui est important.
    Je t’embrasse.
    Marie de « A fleur de silences »…

    • Le facteur est passé chez moi en mon absence… Un grand merci, Marie.

      J’ignore quand c’est arrivé, mais j’ai pu l’ouvrir ce matin. Quel livre merveilleux !

      Tu as bien fait de le publier… Cela fait partie des choses importantes.

      Merci pour tes mots ici, même si je ne crois pas les mériter tous.

      Je t’embrasse très fort.

      Passe une douce journée.

  50. Ooh comme je te comprends ! J’ai cela aussi depuis un certain temps : à quoi ça sert de faire ceci ou cela ? ai-je vraiment besoin d’un gsm ? est-ce que mon blog est utile à part être chronophage ? et écrire… bof, ça me passe au-dessus, je ne cherche plus absolument à raconter quelque chose. Je suis moins sur la toile virtuelle, même mes mails, je ne les ouvre plus tous les jours. Je lis et je m’évade dans d’autres mondes, cela me plaît pour le moment et j’ai besoin de ça dirait-on 🙂
    Bises et c’est toujours au moment où on s’y attend le moins qu’on a de belles choses qui arrivent. Je t’envoie des sourires pour illuminer ta journée.

    • Sourire… Merci pour ces mots aussi.

      Je crois que c’est important de pouvoir les dire.

      Tes sourires font du bien. Je t’embrasse fort.

      Douce journée à toi.

  51. tu vois moi je n’ai même pas le droit de me plaindre du mauvais temps :-)puisqu’il fait soleil chez moi …ah si quand même dit soleil soit un peu moins chaud mais juste une miette 🙂 pas plus et en moins …
    mais attention je n’ai pas dit que tout allait bien dans ma vie la preuve je suis patraque lol mais dans l’ensemble on va dire que …bon pour en revenir a ton histoire que certains jours on ne sait pas pourquoi…d’abord la couleur du ciel je crois qu’elle y est pour quelque chose mais en plus je crois qu’au fond de nous ces jours là on « sait » mais qu’on ne ne veut pas faire remonter à la surface ce qui nous tourmente parce qu’après tout, ça ne devrait pas nous tourmenter …bon je crois que je vais arrêter là car je suis entrain de faire de la psychologie de rayon d’épicerie …le principal dans tout ça c’est que le beau temps soit revenu dans ta tête ! sur ce je te souhaite une excellente journée et je vais reposer mes « néons » qui ne sont pas forcément au meilleur de leur forme
    grosses bises

    • J’espère que le « patraque » va s’arranger.

      Oui… je suis d’accord avec toi, on sait, mais on préfère ne pas savoir, parce que sinon, ce serait épouvantable.

      Prends bien soin de toi, Eglantine.

      Je t’embrasse très fort.

  52. bonjour Quichottine,
    oh oui cela m’arrive de me dire  » à quoi bon  » mais c’est sans doute le moche temps de cette année, on a tant besoin de soleil – tu vois, là j’étais entrain de peindre mes fenetres et j’ai été obligée de ranger mes tréteaux . .parce que la pluie arrive
    mais je me dis surtout  » à quoi bon  » quand je me suis trompée sur les gens, quand j’ai donné un début d’amitié et que je me rends compte que cela ne valait pas la peine, quand j’ai hébergé quelqu’un, partagé un repas et que je me rends compte que la personne est passée chez moi uniquement par intéret . . là, oui , je me dis  » à quoi bon « 
    voilà c’est tout , j’ai pris beaucoup de retard pour le Quichotrain, mais dès que nos travaux sont terminés je reprends toutes mes visites
    je t’embrasse Quichottine
    à bientot
    agathe

    • Je crois que l’amitié sincère existe. J’en ai encore eu la preuve ces jours-ci.

      Les attentions, les sourires, les moments de partage, sans rien attendre en retour.

      J’espère que le beau temps reviendra et que tu pourras terminer tes travaux dans la sérénité.

      T’en fais pas pour les visites, il n’y a aucune obligation de tout lire…

      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  53. J’avais préparé quelques images à déposer ici mais je n’ai pas réussi à les insérer. Il y avait le coucou d’une petite souris dans une rose rouge ou encore deux petits enfants dont l’un proposait son épaule à l’autre. Puéril ? Peut-être ! Mais je ne le crois pas. De telles images j’aurais pu en déposer une flopée mais visiblement je ne suis pas douée.
    Alors je fais plus simple :
    le vendredi 16 novembre 2007 tu publiais un article intitulé « Petite souris ». L’important n’est pas de savoir qui était cette souris mais plutôt ce que tes articles, mais plus encore celle qui les écrit, provoquent.
    C’est vrai, nous lisons parfois des commentaires quelque peu « insipides ». Et alors ? ai-je envie de dire. Fatigue ? Soucis ? Certes, on les sent entre les mots. Mais le désir d’aller visiter quelques amis est souvent plus fort. Je ne pense pas que cela remette en cause, oh que non, la qualité de tes articles. Tous tes amis et visiteurs de passage voient bien le soin que tu apportes à chacune de tes publications.
    Repose-toi Grande Dame. Et si……. Non, même si cela pourrait être oui !
    Je t’embrasse très fort ma Quichottine.

    • Tu ne peux plus insérer d’images dans les commentaires de mon blog, mais tu peux m’en indiquer les adresses, et je les mettrai dans ma réponse.

      Ce n’est pas que tu n’es pas douée… ne t’en fais pas.

      Tu étais ma petite souris d’alors, Chana, tu es restée telle que tu étais, malgré l’absence et les silences. Les pensées restent et l’amitié aussi lorsqu’elle est sincère.

      http://quichottine.over-blog.com/article-13828005.html

       

      Il faudrait que je supprime bien des liens sur ce billet… Liens qui nous entraînent vers des blogs qui n’existent plus.

      Merci de si bien me comprendre, Chana.

      Un peu de repos a suffi… et quelques grands sourires.

      Je t’embrasse très fort. Passe une douce journée.

  54. Celiandra

    Qui n’a jamais connu ce moment…
    Ou la plume s’enrhume
    Ou les photos exposées nous semblent
    bien palottes et manquent d’attraits
    ou la tête tente de s’evader
    mais le coeur résiste à cette idée.
    Il a peur certe de perdre l’équilibre
    car le fil sur lequel il est
    semble bouger
    Et il Hesite, fais un autre pas en avant
    tout en s’aidant de son balancier…
    Après un court instant d’incertitude
    la foi, l’amour, l’Amitié le traverse
    et chassent ces quelques heures de spleen
    il regarde droit devant
    et continue sans trébucher son trajet
    Sans son fil que deviendrait-il ?
    Que deviendrai ses heures d’entrainement ?
    Mon amie,
    saches que le soleil va de nouveau briller
    que ton coeur, celui qui nous donne tant
    va retrouver cette joie de vivre
    que tu nous fais partager
    sans jamais te plaindre si quoi que ce soit demander
    Une main se tend
    Alors prends là
    elle est faite pour cela
    Une oreille t’ecoutera
    Sans jamais te juger
    Elle n’en a pas le droit
    elle est là juste pour t’apaiser
    Bisous d’une fée

  55. annielamarmotte

    oui bien sûr…..
    tu n’as pas vu la peste noire parce qu’il était dans le numéro 3 qui n’est plus en ligne je crois…. et que je met sur mon blog les images avec un temps de retard pour garder de l’intérêt au magazine de Yentl…. elle fait du beau travail avec Beatrice.. moi je rebondis juste sur leurs écrits….

    • C’est vrai que c’est un super travail. Il faudra que je m’abonne. 🙂

      Bisous et douce journée, Annie. Merci pour ta réponse.

  56. Mamychachat

    Je ne me pose plus de questions depuis que j’ai décidé de faire un blog d’abord pour moi. Si j’apporte du plaisir à mes visiteurs, j’en suis ravie. Je souhaite qu’on ne vienne chez moi qu’avec plaisir et non pas « pour me faire plaisir »… Penser à soi n’est pas un défaut, c’est souvent nécessaire pour mieux comprendre les autres …
    J’ouvre ton blog comme j’ouvre un livre … toujours une surprise.
    Faire un blog pour le plaisir, le sien en premier … rien que du plaisir ….
    Gros gros bisous

    • Ne pas oublier, c’est vrai.
      Je crois que c’est le plus important. Le plaisir qu’on offre et que l’on reçoit en partage.

      Merci pour le tien.

  57. ´¨`*•.♥ Ś Ő Ń Ŷ Á ♥.•*´¨`*

    c’est bien vrai ce que tu dis dans ce billet
    c’est pour cette raison que j’ai pris une semaine de repos
    j’ai envie de voir autre chose

    repose toi bien
    gros bisous

  58. dentelline

    J’adore ton billet même s’il est mélancolique!
    Tu sais faire passer l’émotion et ce n’est pas évident pour tout le monde!
    Il faut penser que même si tes aminautes sont moins présents, ils pensent à toi. Ils ne sont peut-être pas disponibles aujourd’hui mais le seront demain!
    L’amitié c’est sacré et il faut en prendre soin!
    Carpe diem!
    Bonne soirée!
    Bisous

    • Je suis émue devant vos mots si gentils… Merci, Dentelline.

      Profite aussi de cette fin de semaine, Dentelline.

      Bises et douce journée.

  59. Même si…. je ne laisse pas souvent de commentaires, même si je suis moins présente que par une autre époque,même si, même si,….. tu me manquerais trop si tu disais réellement à quoi bon… je ferme ce chapitre ! je serais réellement très triste.
    Et pourtant, le spleen, ciel que je le connais ! il est bien trop souvent mon compagnon de route, même si je ne le laisse pas trop transparaître, il est là, il s’est installé confortablement en moi me rendant souvent la vie inconfortable.
    Alors il suffit que je lise un de tes billet et un petit coin de ciel bleu et quelques rayons de soleil viennent me faire oublier ce spleen…même si je sais qu’il reviendra !
    je te souhaite plein de douces et belles choses
    je t’embrasse très fort

    Claire

    • Je serais triste aussi de vous laisser, d’abandonner un livre en cours d’écriture, celui de nos rencontres, de nos joies et peines partagées.

      Merci de m’avoir rappelé ce petit coin de ciel bleu, Claire.

      Je t’embrasse très fort… Passe une douce journée à venir.

  60. j’ai plustôt l’impréssion que je délaisse les autres que pris dans mon monde je n’accorde plus autant de temps aux autres même ma famille en souffre…pas le temps pour le spleen sauf qu’un de ces lours cela va me tomber dessus et amors…
    besos
    tilk

    • Je ne sais… je pense qu’il faut garder un peu de place pour sa famille, quoi qu’on fasse.

      Douce soirée, Tilk. Merci.

  61. Oui souvent …
    Et la suite : aussi 🙂

  62. Bonsoir Quichottine,
    Ce n’est pas très souvent que je viens ici, je l’avoue. Mais ce billet me touche en plein dans le mille, alors je ne peux résister à l’envie de te dire, que moi aussi je ressens ce spleen, cet « à quoi bon ». C’est la raison pour laquelle je n’écris plus sur mon blog. Combien de temps cela durera-t-il ? Je n’en sais rien…
    Belle fin de soirée à toi.

    • Pas très souvent, mais tu as fait mouche !

      Merci pour ce passage, MD.

      J’espère que tu écriras de nouveau. Ton blog est très beau.

      Douce journée à venir.

  63. Bein oui ça arrive à tout le monde. Moi dans ces cas là tu vois j’ai un remède… tu vas le trouver peut-être hard, mais je pense tout de suite tout de suite à ma copine F… qui se meurt d’un cancer généralisé, en continuant tous les jours à faire quelque de chose de sa vie parce qu’elle ne veut pas baisser les bras.
    C’est fou fou fou comme ça me stimule ça. bises

    • Non, c’est un bon remède…

      Je comprends que ça te stimule. Penser à autre chose, à quelqu’un dans la peine et qui arrive à sourire, c’est important.

      Bises et douce soirée à toi.

  64. « a quoi bon? »…C’est ce que je me dis souvent en ouvrant « Adishatz » ou les peintures….
    Mais ton petit mot m’a fait penser à quelque chose…qu’il faut que je retrouve. Un texte que j’ai ramené de Pau en juin… Tu imagines : c’était il y a un siècle!! Alors…Dès et si, je le retrouve, je te l’envoie, ce sera une réponse à ton texte!!
    Il faut que je me dépèche!! sinon, ton texte n’aura plus besoin du mien!!
    Sourire sous la pluie du jour!!

    • Tu auras toujours une place pour une réponse… Ne t’en fais pas.

      Demain, des images de lecture, mais je vais un peu ralentir la cadence, les échéances approchent et je ne suis pas vraiment prête.

       

      Adishatz… ou les aquarelles… j’aime me rendre chez toi, Mahina.

      Ne serait-ce que pour ça, n’abandonne pas.

      Merci pour ce sourire sous la pluie. Je t’embrasse fort.

  65. Coucou Quichottine!!!! Oh,Vade retro, satana Monsieur spleen! s’est écrié Messire Merlin devant ce texte si bien tourné! Bien tourné parce que vécu…! J’aime ton texte, tes doutes, tes craintes puis ton agilité à rebondir, à sourire devant un petit rien mais un grand ‘tout’ pour Toi!!!! ding ding…. comme massupilami….On est tous différents mais si semblables dans la détresse et dans l’allégresse. Gros bisous des enfants des bois!

    • Un sourire pour toi ce soir… Merci pour ces mots, le marsupilami de mes BD d’autrefois…

      Gros bisous aux enfants des bois et douce soirée.

  66. Oui, cela m’arrive surtout en ce moment, et souvent je suis à deux doigts d’abandonner, pourtant je m’acharne, et surtout reste j’aime tant me réfugier chez-toi !
    Bisous ma douce

  67. Le spleen, ça arrive à tout le monde mais je pense qu’en ce moment le manque de lumière y est pour beaucoup et puis le corps n’est pas habitué à se battre contre le froid d’habitude en cette saison 😉
    Bonne soirée Quichottine Bisous :*

    • Se battre contre le froid… je ris. Je suis habillée comme en décembre, ou presque.

      Mais le soleil va revenir. J’en suis certaine.

      Bisous et douce soirée à toi.

  68. le bluzz c’est la pluie qui nous le rythme en ce moment
    elle a fait des claquettes toute la journée! un peu ça va mais des claqettes dans les flaques… ça lasse !

    • Je suis assez d’accord… Un peu, ça va. Mais nous avons vraiment besoin de soleil.

      Passe une douce soirée, Eleonor.

  69. jean-marie

    bonsoir, ma chère Quichottine,
    quelle belle description de ce spleen…
    qui me touche trop souvent
    puis je me dis… ça passera…
    mais je trouve que la période des vacances est triste…
    et pourtant ici, nous avons un beau soleil…
    tout est dans le coeur…
    bonne soirée à toi
    gros bisous d’amitié
    jean-marie

    • Tu as raison, Jean-Marie, tout est dans le coeur.

      Merci pour la chaleur de tes commentaires.

      Ici, le temps hésite, et c’est assez fatiguant.

      Douce soirée à toi.

  70. Ces moments là, douloureux dans l’instant, se voient balayés par une lueur qui apporte l’envie de sourire.
    Un joli billet plein de tendresse et d’espoir.
    Douce nuit Quichottine

  71. patdelapointe

    toi qui maintenant sait marcher sur l’eau, enfin sur une passerelle qui flotte sur l’eau…monte sur le bateau et part à l’aventure……..non ! je suis affreux…je blague.

  72. Coucou du jour …

  73. Séverine

    Ces moments de tristesse sont notre lot à tous, et tous l’ont déjà écrit avant moi… évidemment puisqu’il y a déjà jours que tu as fait ce billet :-(.
    J’espère sincèrement que tu ne te ressens plus de ta chute.

    Si on fait le compte, il y a sans doute plus de raisons d’être mélancoliques que joyeux, mais… mais… la tristesse se transmet, alors rien que pour cela, il faut la chasser de son visage et de ses mots ! Sourire, plaisanter, aller vers les autres et faire des choses avec eux même si on n’en a pas une folle envie, c’est aussi un moyen d’éviter que ceux qui ont « vraiment » des raisons d’être tristes ne basculent dans le désespoir. On se maintient les uns les autres, quoi. Artificiel ? Peut-être. Mais de tout cela il ressort quand même parfois de réels instants de joie et de connivence, des éclats de rire et de lumière. Rien que pour cela, ça vaut le coup !!!

    Gros bisous, Quichottine, prends soin de toi

    • Ma chute n’a pas eu de graves conséquences, mais c’est un peu long pourtant à me sentir « comme avant ».

      Les longues marches sont pénibles… alors, je reste un peu tranquille.

      Je suis d’accord avec toi, il vaut mieux partager les moments de joie, le plus possible, pour ne pas risquer d’entraîner dans la tristesse ceux qui sont sur un fil…

      Merci pour ces moments partagés. Tes mots ici m’ont fait beaucoup de bien.
      Gros bisous, Séverine. Prends soin de toi aussi, et tous mes voeux pour que le projet en cours aboutisse bientôt.

  74. Bonsoir Quichottine !

    Ces impressions de spleen qui arrivent parfois sont naturelles quand on se connecte tous les jours, ou très souvent… Il est important de ne pas y faire attention car sinon le découragement gagne, ou le « à quoi bon ».

    Mais comme tu le dis, et c’est très souvent vrai, des paquets attendent…

    • Merci pour tes mots.

      Le blog apporte beaucoup, mais il ne faut pas qu’il devienne la raison d’être de son auteur.

      Passe une douce journée.

  75. je connais cette mélancolie, cette lassitude, quelquefois cette déception …
    et quelquefois, souvent .. juste après quelque chose, quelqu’un vient contredire tout ça !! peut être une réponse pour ton livre, peut être un autre projet, peut être un nouveau blogueur tout fougueux
    plein de bises Quichottine et à bientôt

    • Pour l’instant, je n’ai eu que des réponses négatives (3/7)… mais c’était normal.

      Il reste des manuscrits encore à l’étude. Qui sait si parmi les éditeurs il n’y en aura pas un à qui le livre plaira ?

      En tout cas, c’est un vrai défi que je me suis lancé.

      Merci pour ces mots, Andrée. Ils me touchent beaucoup.

      Bises et douce journée à venir.

  76. Celiandra

    Qui n’a pas dis un jour : » j’en ai assez?
    Je vais fermer mon blog?
    Je pense que beaucoup y ont penser mais jamais fait. Sur ces blogs que nous ouvrons, c’est notre coeur qui s’exprime
    c’est notre vie, nos photos, nos espoirs nos déceptions, nos joies que nous confions , en espérant souvent d’avoir un jour ,un echo.
    Cela nous permets d’avoir des échanges ,de communiquer surtout pour les personnes un peu agées ; de plus en plus elles se retrouvent seules devant la réalité . En donnant sur ces pages un peu de nous, nous déculpabilisons
    bisous a Toi Quichottine

    • Je suis d’accord, Céliandra.

      Cependant, je pense qu’il y a des moments où les questions se font plus insistantes.

      Mais ce n’est pas le cas aujourd’hui.

      Merci pour ta visite. Bisous et douce journée à venir.