L’école du Grand Meaulnes

La plaque commémorative

Image hébergée par servimg.comLorsque l’on franchit les grilles qui donnent dans la cour de l’école, on aperçoit cette maison… Elle abrite l’école… On y voit les fenêtres des deux salles de classe…
--cole-Meaulnes.jpg
La cour de récréation, avec, à droite, le préau, dont le toit descend très bas…
…et, au fond, les petites portes bleues, les WC… où l’on doit se rendre, par tous les temps !Image hébergée par servimg.com

Dans la cour, le puits… au fond, à droite, donc, sur la gauche de la maison de l’école, la porte qui donne sur le logement de l’instituteur.
Image hébergée par servimg.com
Dans cette pièce, derrière la salle qui sert de mairie, un cagibi où les enfants se cachaient pour lire.
Image hébergée par servimg.com

Une page d’écriture dans la classe des « petits »… à la mode de Jean de la Fontaine.

Vous croyez que Jacques Prévert aurait aimé ?
Image hébergée par servimg.com

  Le bureau de la maîtresse… Nous sommes toujours dans la classe des « petits »

Image hébergée par servimg.com

Le tableau… (étonnez-vous après que les enfants soient dans la lune !)

Image hébergée par servimg.com

Dans la classe des « grands »… ceux qui savent déjà lire…

Image hébergée par servimg.com

Poids et mesures… bien enfermés !

Image hébergée par servimg.com

« La volonté est la faculté de se déterminer librement. »

C’est la phrase de « morale » que l’on recopiait sur son cahier, en tout premier, sous la date, avant de passer à autre chose, une dictée, une rédaction, un problème…
Image hébergée par servimg.com
Justement la rédaction de ce jour-là… un sujet de certificat d’études…

Gardes champêtres, gendarmes, soldats… mênent-ils vraiment une vie oisive ?

Image hébergée par servimg.com

On franchit la porte qui sépare la salle de classe du logis de l’instituteur… La cuisine a été installée au pied d’un escalier…
Image hébergée par servimg.com

La salle à manger… tout est sombre. les volets restent fermés.

Il faut dire que d’après le règlement, les tapisseries du logement de l’instituteur ne seront changées que tous les 30 ans !

Il faut les préserver du soleil…
Image hébergée par servimg.comImage hébergée par servimg.com

Près de la porte-fenêtre qui donne sur la cour, le fauteuil de Madame Fournier…

En bas, son piano… nous avons franchi une porte et nous sommes entrés dans la chambre d’apparat, celle qui ne servait que lors de la visite des grands-parents.
Image hébergée par servimg.com

Lorsque leur mère faisait de la musique, les enfants étaient interdits de séjour !

Ils s’asseyaient sous la fenêtre aux volets fermés et ils écoutaient là, sagement, dehors, assis là, sans rien dire…
  Image hébergée par servimg.com
Madame Fournier utilisait aussi cette chambre pour y faire de la couture ou ces ouvrages dits « de dame »…
 
  Image hébergée par servimg.com
Le lit d’enfant, dans la chambre des parents… Henri y dormit jusqu’à l’âge de 7 ans !

Après… il dut monter les escaliers… jusqu’aux mansardes où la plus grande et la plus aérée servait à faire sécher les grandes lessives…

On ne lavait le linge que quelques fois dans l’année… il fallait de la place pour sécher !

Image hébergée par servimg.com

Le moindre espace est utile… et utilisé !

Image hébergée par servimg.com
Ici, l’unique ouverture de la chambre que le petit Henri occupa… jusqu’à ce qu’il aille en pension terminer ses études.

Son lit… et le fameux bâton !

Et plus bas la vigne-vierge qui monte à l’assaut des murs de l’école…

Image hébergée par servimg.com

Et la rose qui pleure le soldat de 28 ans,
mort au combat, au bois de Saint Rémy,
en 1914,
moins d’un an après la publication de son unique roman,
Le Grand Meaulnes. Image hébergée par servimg.com

 

 

 

Cet article vient en complément de l’article suivant :

  • http://quichottine.over-blog.com/article-12885959.html

(C’était auparavant une « page » qui ne recevait pas de commentaires.)

 

118 réponses à “L’école du Grand Meaulnes

  1. Merci Quichottine, c’est bien émouvant tout ceci… Alain Fournier… sa vie sa mort ! J’aime… Bon jeudi à toi… Bises de jill

  2. Un bel article qui me donne envie de relire ce livre.

  3. Merci de cette superbe présentation qui me donne envie de relire son livre …
    Un bel hommage.
    Bon jeudi.
    Bisoux doux.

  4. Très intéressante visite. J’ai bien entendu lu le Grand Meaulnes, vu le film et je ne savais pas qu’Henry Fournier était mort peu après à la guerre. Fin émouvante. Bises

  5. oui, une enfance de spartiate et une vie bien courte pour un homme qui était un très grand écrivain…

    Belle journée chez vous Quichottine, avec bises de nous deux

    • Trop courte pour qu’il ait pu nous écrire d’autres livres… c’est dommage.

      Belle journée chez vous aussi. Bises affectueuses à vous deux.

  6. Je n’ai pas vu tous tes articles mais ta page de 2007 aurait dû m’interpeller ayant adoré ce livre. Alors c’est ici que je viens te remercier pour cette belle illustration qui m’a émue.
    Je te souhaite une belle journée
    Tendresse Quichottine

    • Tu es arrivée depuis peu… et tu ne pouvais tout lire.

      Je suis heureuse que tu aies pu prendre le temps de la découverte aujourd’hui.
      Merci, Marie.

      Douce et belle journée à toi. Je t’embrasse fort.

  7. Très émouvante cette visite.
    Merci Quichottine
    Bises

  8. Merci pour cette belle visite
    Je me souviens être passé devant la maison mais nous n’avons pas pu faire la visite

    • Elle en vaut la peine. Je sais que j’y retournerais avec plaisir si j’en avais l’occasion.

      Douce journée, Gazou.

  9. merci pour cette très émouvante page…une éducation qui portait ses fruits…
    j’ajoute une rose sur la tombe
    je t’embrasse

  10.  » la liberté est la faculté de se determiner librement « 

    ca me parle aussi
    le grand Maulne a été le 1er livre a m’avoir vraiment  » impacté » comme on dit en marketing , (touché est plus precisement le terme), et il a été a l’origine d’un brouillon de mes 1ere ecritures vite dechiré et brulé tellement c’est dur d’ecrire et que j’en avait deja conscience !

    n’est pas ecrivain qui veut
    (mais c’est bien d’avoir essayé !)

    bonne journee Quichottine

    • Sourire… Tu as trouvé une autre voie pour émouvoir.

      Je crois que tout le monde peut écrire, mais que peu réussissent à être écrivains.

      Bonne journée à toi aussi, Félix. Merci !

  11. Bonjour Quichottine,

    Ah ce livre  » Le grand Meaulnes »! Ce que je l’ai aimé. Lu à 15 ans si je me souviens bien. Je suis ravie de faire la visite de cette école. Très intéressant. Merci madame le guide.
    Deux gros bisous pour le pourboire! 🙂
    Martine

    • Je l’ai lu au même moment… J’ai beaucoup aimé.

      Merci à toi… et merci pour ces bisous-pourboire que j’accepte avec joie !

      Bisous et douce journée, Martine.

  12. Un bien agréable visite, Quichottine où le musée a choisi les phrases du tableau avec soin.
    Quel beau sujet de rédaction d’un certificat d’études de 1885. Je suppose qu’il n’y avait pas un seul sujet pour toute la France mais qu’il était organisé par département. Mais je n’en sais rien à vrai dire.
    le sujet est encore d’actualité
    bises et belle journée

    • Je le suppose aussi, mais à vrai dire, je n’ai pas vérifié.

      Merci de m’avoir accompagnée. Bises et belle journée à toi.

  13. Merci pour ces détails, qui font revivre la mémoire de ce grand auteur , car j’ai tant aimé Le grand Meaulnes, quelle atmosphère se dégage de ce roman , qui en a fait rêver plus d’un… Quel dommage cette mort prématurée qui nous a privé certainement de livres précieux… Je me suis tant représentée les lieux, le bal… Et du coup on n’a pas envie de voir d’autres images, comme au cinéma…

    • Merci !

      C’est vrai que nous pouvons « imaginer »… et les images qu’il crée sont belles !

      Il n’est pas toujours nécessaire de les mettre en film. 🙂

      Douce journée, Marine. Bises.

  14. Merci pour cette belle visite,j’ai bien aimé. Je vais relire ce livre durant les vacances. Bises.

    • Tu me diras ?

      Je ne l’ai pas encore relu… j’ai un peu peur de moins l’aimer qu’à quinze ans.

      Bises et douce journée. Merci.

  15. Magnifique reportage ! Il n’est pas d’autre mot pour dire l’émotion…
    Je t’embrasse Quichottine.

  16. Merci bcp Quichottine pour cette merveilleuse visite. C’est toute un âge que la lecture du Grand Meaulnes. La guerre sanguinaire est faucheuse de talents, Alain Fournier aurait sans doute enrichi la littérature française et nos rêves avec des pages restées depuis muettes.
    Encore merci, je suis très ému par ce partage de l’école et de l’ambiance autour.
    Pensées.

    PS : dans mon article sur le Vercors, j’ai enlevé le S à quatre sans ratures (vérification faite, la carte IGN met bien un S au nom du sommet « les quatres Têtes » lieu-dit, erreur je ne sais pas?

    • Merci à toi pour ta lecture et la gentillesse de tes visites.

      (Quatre est normalement invariable, mais il est tout à fait possible que le lieu-dit ait un « s » à l’écriture de son nom.)

      Passe une douce journée.

  17. émouvant ce grand maulne de mon enfance
    de pas loin quoi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!;o))))
    belle journée !!!

  18. j’ai connu la classe avec le poele à charbon et la « corvée » de bois !! nous étions dans un petit village du Tarn et Garonne, en classe unique !! le bon temps, l’écriture à la plume également mais cette fois ci c’est moi qui le proposais parfois à mes élèves
    bisous

    • L’écriture à la plume a été un cauchemard pour moi…

      Mais finalement, ce sont de bons souvenirs.

      Merci de partager ici les tiens.

      Bisous et douce journée.

  19. ah le Grand Meaulnes. j’ai toujours adoré ce livre que j’ai lu et relu. Je l’ai relu il y a peu après avoir vu le film en DVD.
    c’est super sympa de voir des photos des lieux
    bises et bonne soirée

  20. Tu m’as donné envie de relire le Grand Meaulnes qui ne m’avait pas passionnée à l’époque. J’ai vécu dans ce type de lofment car mon père était instituteur dans une école de campagne. Bisous

  21. IL Y A LONGTEMPS QUE J’AI LU CE LIVRE !!

    J’AI TJRS CERTAINES SENSATIONS « SUR LE COUP » , LORS QUE IL EST PARLE DE CERTAINE CHOSES !

    COMME IL Y A 2-3 JOURS , IL ETAIT QUESTION A LA TV DES  » 4 FILLES DU DR MARCH  » ! SUR LE MOMENT CETTE SENSATION DU DEJA VECU …. !

    BISOUS QUICHOTTINE

    any

    • J’avais adoré Les quatre filles du docteur March

      Merci pour ce beau partage.

      Bisous et douce journée à toi, Any.

  22. Article emouvant et tres interessant , merci Quichottine !
    On etait obliges de lire « Le Grand Meaulnes » d’Alain Fournier, a l’Institut Francais de Larissa, comme « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupery et autres « diamants » de la litterature francaise . Je garde precieusement ces livres dans une petite bibliotheque qui se trouve dans ma chambre a coucher :-))
    Bises
    FANNY.

    • Il y a des livres qui resteront, je l’espère dans notre panthéon littéraire.

      J’aime ceux que tu cites.

      Merci, Fanny, pour ce nouveau partage.

      Bises et douce journée.

  23. Coucou Quichottine,
    Une belle visite très émouvante. C’est quelque chose de voir tout ça « pour de vrai » !
    Bonne soirée !

    Minéraline

  24. merçi pour cette jolie visite !!! ça me rapelle mon école !! il y a quelques années !!
    bISOU

  25. J’aime beaucoup Le Grand Meaulnes . Ce billet m’a émue , de retrouver cette vie d’autrefois , si rude , si sévère , si rigoureuse. Un magnifique reportage avec de belles photos.
    Belle soirée, bisous Quichottine

  26. salvatore

    merci pour cette visite guidée, c’est émouvant, c’est une part du passé, une part d’enfance qui remonte et ce roman qui parle à notre sensibilité est magnifique
    quels autres chefs d’oeuvre littéraires aurait-il écrit si la guerre ne l’avait fauché…

    • Je ne peux répondre à cette question, mais je ne peux imaginer qu’il n’aurait plus rien écrit…

      Douce journée, Salvatore. Merci pour ces mots en partage.

  27. Il ne manque rien, quel travail dans ton article sur Alain Fournier et son oeuvre

  28. Je suis sur Jupiter

    Je vous envoie juste quelques mots

    C’est un peu…

    Allo de la lune !

    LoOp

  29. Quelle jolie page que cette page-là…elle sent encore la craie ! Qui n’a pas eu une aussi charmante école ? Les écoles de village étaient semblables.
    La fameuse phrase de la « morale » du jour…qui nous semblait inutile mais que l’on recopiait sagement et qui donnait pourtant à réfléchir ! On ferait bien de remettre ça au programme « obligatoire »…notre époque en aurait bien besoin !! PLein de bisous ma Quichottine

    • C’était un des projets mis à mal du gouvernement précédent.

      Pourtant, des mots qui n’étaient pas dépourvus d’utilité, c’est vrai.

      Plein de bisous pour toi aussi, Nickyza. Merci !

  30. cette visite pas à pas me plait beaucoup!
    on s’y croirait!c’est très émouvant!
    il ne manquent que les « personnages »
    mais on y sent leurs « marques »…..
    je ne savais plus Qu’ Alain Fournier se prénommait Henri.
    quelle destinée!
    et célébrité par son seul roman.
    merci pour ce post fort intéressant.
    bisous du jeudi soir.

  31. merci pour ce voyage …me donne envie de relire Le grand Meaulnes…mais encore plus de visiter l’école…
    bises bretonnes.

  32. Une page d’histoire que tu nous fais vivre. A tous points de vue.
    Belle colection de photos que tu partages.
    Certaines m’ont rappelé mon enfance, d’atres celle de mes garçons.
    J’habitais la ville mais les « commodités » étaient dans la cour.
    Nous habitions le village et les enfants étaient en classe unique avec le poêle.
    Sais-tu qu’au pôle scolaire où nous allons lire les enfants se déchaussent encore.

    • Il y a des écoles, même en ville, où les enfants se déchaussent encore, j’en connais.

      Je sais que nombre d’entre nous ont dû reconaître un peu de leur passé d’élève ici. Tu vois, cela me fait énormément plaisir.

      Un immense merci pour ce partage de souvenirs.

      Passe une douce journée. Bisous.

  33. Une belle visite, qui m’a rappelé beaucoup de choses, puisque j’ai habité, enfant, dans la vieille école où ma mère enseignait.
    Sinon, j’ai adoré la plaque indiquant que « le Grand Meaulnes » est né là… un personnage de roman, c’est bien vivant !

  34. Nous revoici par ici… Par chez toi, nous revoilà ! 🙂

    A deux reprises, j’ai tenté de lire Le grand Meaulnes. « Tenté » puisque deux échecs ce fut ; nous ne sommes pas arrivée au delà du mi du roman qui ne sut maintenir notre attention ce qui ne fut pas le cas de l’adaptation cinématographique. Qu’y comprendre alors qu’habituellement nous savons persévérer dans nos lectures ?! O.o
    Mystère, peut-être, cela restera… A moins que plus tard nous tentons, pour une troisième (la bonne ?) fois la lecture de ce roman apprécié par la plupart.

    Mon souhait en cette soirée, à l’approche de la nuit…
    Morphée nous conviera-t-il à se rendre à sa rencontre ? …

    Bonne nuit, Grande Quichottine…

    • Je comprends qu’on ne puisse y entrer… Il y a des livres que je n’ai jamais terminé.

      J’espère que tu auras passé une bonne nuit toi aussi.

      Fais bon voyage où que tu ailles.

  35. J’ai aimé ce livre, la magie de la fête qui semble irréelle et ce château qu’Augustin ne retrouve plus…
    Je trouvais aussi cet Augustin un peu égoïste et je plaignais la pauvre Yvonne !
    J’avais 15 ans 🙂

  36. Merci Quichottine. J’apprécie cette visite sur les pas du jeune Henri, dans l’environnement familial de l’écrivain … Elle rejoint et accompagne les mots d’Alain Fournier.
    Et puis, c’est un lieu qui n’est pas si loin de chez moi ! 😉
    Bises amicales, Quichottine.

    • C’est vrai… pas si loin.

      Es-tu déjà allée là-bas ?

      Bises amicales et doux dimanche, Midolu. Merci pour ta présence et tes mots.

  37. Non …
    Mais ce que tu en as dit et montré m’incite à réparer cette  » omission « . 😉
    Douce nuit Quichottine. Bises.

    • J’espère que tu y verras la même dame que celle qui nous avait fait visiter… Une passionnée.

      J’avais adoré.

       

      Douce et belle journée à toi. Je t’embrasse fort, Midolu.

  38. Un livre qui me renvoie, un brin nostalgique, bien des années en arrière. En lisant tes mots, je me revoyait lisant ceux de Fournier, moi qui avait la chance de pouvoir le faire jusque très tard dans mon lit, peut-être parcequ’à cette époque troublée, c’était ma seule distraction après l’école.

    • Ta seule distraction… tu sais, c’était la mienne aussi. Merci de l’avoir partagée avec moi.

      Douce journée, Galet. Je t’embrasse fort.

  39. Encore une fois, je suis à contre courant de l’admiration unanime envers ce livre. Il m’a barbé, pour tout dire.

    Et je me demande commet je serai sorti moi même si j’avais du subir l’éducation du jeune Henri, qui a du recevoir des doses homéopathiques d’amour familial entre deux instituteurs aussi raides que leur bâton de craie.

    Bises du grillon

    • Tu vois, j’apprécie tes passages aussi pour es moments où tu t’insurges, où tu ne te joins pas aux autres.

      Tes louanges sont d’autant plus touchantes que je sais que tu peux dire comme aujorud’hui « je n’aime pas » ou « ça m’a parbé’.

       

      Il faudrait que je fasse un sondage… Peut-être, finalement, Le Grand Meaulnes n’était-il qu’un roman à l’usage des adolescentes romantiques ?

      L’éducation d’autrefois n’était pas la même qu’aujourd’hui. Mais les enfants étaient-ils si malheureux ?

      Je ne sais pas.

      Bises et douce journée, Chrisitan.

  40. Bonjour

    L’idée d’un sondage me plait assez. A quel âge avez-vous lu ce livre pour la dernière fois ??

    Pour ma part, il doit y avoir plus de 20 ans. Nous étions logé chez des amis et une des étagères de la chambre montrait ce bouquin. J’ai du le feuilleter plus que le lire, et je me souviens qu’il ne m’avait plus emballé que la première fois.

    Un grand gaillard qui vit plus dans le rêve que dans la réalité, qui cherche à s’évader de fêtes en fêtes tout en étant incapable d’aimer et en faisant le malheur des autres, ce n’est pas pour moi. Il me semble que Meaulnes, François et Yvonne sont incapables de déméler le réel du rêve et qu’ils considèrent que le réel est menteur et décevant.

    Peut être qu’il faudrait décortiquer l’ouvrage comme un cours de psychanalise, mais alors, où est le charme du roman s’il faut l’étudier comme la Caverne de Platon !!

    Bises du grillon

    • Alors, disons que je vais d’abord le relire… Mais tu sais que je ne l’analyserai pas.

      Je donnerai mon impression ici, et je placerai sur le billet ce sondage.

      Douce soirée, Christian.

      Merci pour ces mots.

  41. J’adore cette vieille école pleine de souvenirs !
    Alain Fournier avait un beau environnement pour puiser son inspiration.
    Bisous

    • Je ne suis pas sûre qu’il ait apprécié lorsqu’il était enfant… mais en tout cas, cela a dû le marquer.

      Bisous et douce soirée, Fanfan. Merci pour tout.

  42. Merci de cette superbe présentation qui me donne envie de relire son livre …
    Un bel hommage.
    Bon jeudi.
    Bisoux doux.

  43. merci pour cette très émouvante page…une éducation qui portait ses fruits…
    j’ajoute une rose sur la tombe
    je t’embrasse

  44. Merci pour ces détails, qui font revivre la mémoire de ce grand auteur , car j’ai tant aimé Le grand Meaulnes, quelle atmosphère se dégage de ce roman , qui en a fait rêver plus d’un… Quel dommage cette mort prématurée qui nous a privé certainement de livres précieux… Je me suis tant représentée les lieux, le bal… Et du coup on n’a pas envie de voir d’autres images, comme au cinéma…

  45. Article emouvant et tres interessant , merci Quichottine !
    On etait obliges de lire « Le Grand Meaulnes » d’Alain Fournier, a l’Institut Francais de Larissa, comme « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupery et autres « diamants » de la litterature francaise . Je garde precieusement ces livres dans une petite bibliotheque qui se trouve dans ma chambre a coucher :-))
    Bises
    FANNY.

  46. J’aime beaucoup Le Grand Meaulnes . Ce billet m’a émue , de retrouver cette vie d’autrefois , si rude , si sévère , si rigoureuse. Un magnifique reportage avec de belles photos.
    Belle soirée, bisous Quichottine

  47. salvatore

    merci pour cette visite guidée, c’est émouvant, c’est une part du passé, une part d’enfance qui remonte et ce roman qui parle à notre sensibilité est magnifique
    quels autres chefs d’oeuvre littéraires aurait-il écrit si la guerre ne l’avait fauché…

  48. Merci Quichottine. J’apprécie cette visite sur les pas du jeune Henri, dans l’environnement familial de l’écrivain … Elle rejoint et accompagne les mots d’Alain Fournier.
    Et puis, c’est un lieu qui n’est pas si loin de chez moi ! 😉
    Bises amicales, Quichottine.

  49. Non …
    Mais ce que tu en as dit et montré m’incite à réparer cette  » omission « . 😉
    Douce nuit Quichottine. Bises.

  50. cela fait bizarre d’appeler Alain par son vrai nom Henri, Alain fait partie de la légende… le château de Meaulnes, la rose du petit prince,la bartavelle de Marcel, nous avions une bien belle mythologie avant les super héros en 3 D…

    • Complètement d’accord avec toi… Il y avait des mythes indétrônables bien avant les héros qu’encensent les jeunes d’aujourd’hui.

      Merci, Emma. Passe une douce journée.

  51. une page d’adolescence que je revis intensément, comme j’ai aimé, le livre, le film, et tous les rêves allant avec ….

  52. Mamychachat

    On a tous lu ce livre à une époque … Merci de me faire découvrir cette maison chargées de souvenirs … on y verrait presque les fantômes des personnages … la maman, les enfants lisant en cachette… cette école … (comme je détestais l’école …). Mes enfants portent ce nom, Fournier ….
    Merci pour ces deux articles passionnants.
    Gros bisous

    • L’école m’a laissé des souvenirs mitigés.

      Mais j’ai aimé visiter celle-ci, où je n’ai retrouvé que les bons. 🙂

      Merci à toi, Mamychachat. Je suis contente que tu m’accompagnes dans ces visites.

      Bisous et douce journée.

  53. M'annette

    Quel agréable reportage!
    Le bâtiment m’a fait penser à ma toute première école…
    merci pour ce partage,
    bonne journée à toi

  54. Bonjour Quichottine .
    Ton article m’émeut beaucoup .
    J’adore toujours autant « Le Grand Meaulnes  » ; j’ai été instit comme la maman d’Alain Fournier – quelle différence de vie – , et pourtant elle était « sur place  » , avec peut-être moins de stress malgré le nombre d’élèves…
    Bien sûr , ce n’était pas grand , mais qui,à l’époque avait beaucoup de place ?
    Et puis cette mort , au cours de ce que j’appelle , cette barbarie de guerre .

    Un immense merci pour les photos aussi !!

    Gros bisous chère Quichottine et douce journée .

    Francine .

    • Merci pour ces mots. Tu as raison, j’ignore si certains avaient beaucoup de place, je sais que nous n’en avions guère chez nous.

      Visiter cette école m’avait beaucoup émue.

      Merci à toi de ton ressenti.

      Gros bisous et douce journée.

  55. bonjour

    j’ai oublié le Grand Meaulnes et tu donnes envie de
    le relire…de photo en photo j’ai retrouvé une « certaine » époque …peut être un peu plus modernisée mais quand même plus proche de mon primaire que les salles de classes d’aujourd’hui…c’est très curieux comme cela ravive des souvenirs …pourtant différents…
    bises

    • Mon école primaire lui ressemblait aussi beaucoup…

      Merci pour ces souvenirs évoqués, même entre les lignes.

      Bises et douce journée, Eglantine. Merci.

  56. Je l’ai lu c’est sur ça mais il y a tellement de temps que je ne sais plus du tout de quoi il retourne, voilà ce que c’est arrivé à la cinquantaine, on perd la boule. bises et magnifique article d’illustration merci à toi

    • Je ne sais pas si je serai encore capable de raconter toute l’histoire… Il faudra que je le relise.

      La soixantaine tu crois, pour moi ?

      Bises et douce journée à toi. Merci de m’avoir accompagnée aujourd’hui.

       

      (Pour les commentaires, j’ai vu ta précision sur ton blog. Tu as raison. Le blog est très chronophage, il faut limiter sa présence devant l’écran.)

  57. Nicolas Sarkozy voulait remettre ces leçons de morale, à l’honneur. On ne lui en a pas donné la possibilité trop de choses lui sont tombé dessus, y compris ses erreurs de sa première année de mandat !
    Bises ma belle

    • Eh oui !

      Qu’aurait-il fait d’autre ? Nul ne le saura jamais.

      Bises et douce journée à toi aussi, Nettoue. Merci !

  58. Un livre qu’on était « obligés » de lire :-/
    Je devrais le relire de plein gré 🙂

    • Je ne sais si tu y arriveras. Il y a des livres qui ont perdu pour moi tout attrait du fait de l’obligation où j’étais de les lire.

      Je sais que c’est dommage.

      Douce journée, Kri.

      Si tu le lis, tu me diras ?

  59. Mistigris

    bonsoir Quichottine,
    voici de bien belles photos, et une histoire vraie mais c’était ainsi avant ! Merci, Bisous,
    MIAOU !!!

    • J’ai connue l’école ainsi… même si je n’étais jamais entrée dans le logement de l’institutrice.

      Bisous et douce journée.

  60. jean-marie

    bonsoir, ma chère Quichottine,
    revisiter ainsi le « Grand Meaulnes » est très émouvant
    un livre qui m’avait marqué et que j’ai relu si souvent…
    merci pour ce plaisir…
    bonne soirée à toi
    gros bisous d’amitié
    jean-marie

  61. Magnifique cette visite…J’adore le Grand Meaulnes….Il me fait tjs rêver. Je l’ai ds une vieille édition de 1913 des Emile-Paul Frères. Il demanderait à être rénové, mais je l’aime aussi ainsi.Bises VITA

    • Je comprends… Tu sais, les livres sont comme des amis de longue date. Chacune de leurs rides est un souvenir.

      Bises et douce journée à toi.

  62. patdelapointe

    encore une cour d’école pleine de cailloux pour égratignier les genoux…mauvais souvenirs…

  63. patdelapointe

    je jouais aux billes ou aux petites voitures tient pardi !