Un dimanche chez Tilk, 20 novembre

J’avais lu son poème, regardé son tableau…

 

J’avais réfléchi à ces traces que laissent les peintres et les écrivains sur leur passage… et puis, je me suis dit que j’allais lui répondre, comme si nous nous étions rencontrés autrement que sur la Toile, il y a bien longtemps.

 

111120_Tilk.jpg

 

 

« Le chemin », écrit Tilk en titre.

 

Je ferme les yeux, et j’imagine… il y a tant de chemins !

 

Ceux que l’on foule en marchant comme tant d’entre vous sur le pavé des villes, le sable de la plage, les feuillages laissés par les arbres dans les sous-bois à l’automne…

 

Ceux que l’on parcourt des yeux sur des images…

 

Ceux que l’on suit du bout des doigts sur le visage et le corps de celle ou celui qu’on aime et que la vie creuse, jour après jour.

 

Ceux que l’on rêve en lisant les pages d’un livre, ceux que l’on crée en pensée.

 

Ceux du cœur, ceux que l’on cache parfois…

 

Ceux qui s’ouvrent ou se ferment sans qu’on le veuille toujours… par un mot, un sourire, un parfum, les chemins du souvenir…

 

 

Tant de chemins… et une seule vie pour les parcourir !

 

 

 

« Ce qui devrait se vivre », écrit mon ami Tilk.

 

J’aime ce conditionnel que le verbe « devoir » tempère…

 

Nous ne sommes pas dans le rêve, là. Il y a ce « devoir« , ce moment où l’attente devient autre, parce qu’elle semble due.

 

L’espoir est différent. La chose espérée ne connaît pas le devoir.

 

C’est l’improbable qui surgit au moment où l’on ne l’attend plus.

 

Le devoir, c’est aussi la déception.

 

« Ce qui devrait se vivre
ne se vivra pas »

 

 

Forcément… S’il fallait qu’il vive, le conditionnel n’aurait plus lieu d’être.

 

 

« Qui vivra verra », chantait la berceuse de mon enfance.

 

 

Maman se penchait sur son ouvrage, dans la pénombre de la chambre où s’endormaient ses enfants… trois filles et trois garçons, chacun ses rêves, ses espoirs, ses vérités et ses mensonges.

 

 

Moi, j’écoutais…

« Dans le berceau, d’un vieux château … »

 

Le château que j’aurais voulu lui construire, où j’aurais aimé la voir sourire et danser au lieu de s’abîmer les yeux sur son ouvrage. J’imaginais… J’aimais sa voix.

 

« Une promesse, vient d’arriver… »

 

Une promesse doit toujours être tenue. Ce n’est pas un peut-être, un contrat soumis à condition.

On doit toujours tenir la promesse faite, malgré les impondérables, même si cela prend du temps.

 

« Une princesse, toute étonnée,
À qui l’on vient chanter… »

 

 

J’écoutais, je laissais les images surgir dans une nuit trop sombre où rien ne serait jamais semblable aux mots de la chanson. Mais qu’importait ? Ce qui comptait, c’était le son de sa voix. Ses « r », qu’elle roulait à peine et qui rendait si doux le « Chéri » dont elle appelait mon père…

 

« Que sera, sera…
Demain n’est jamais certain,
Laissons l’avenir, venir,
Que sera, sera,
Qui vivra verra. »

 

 

 

« Ce qui ne devrait pas se vivre… », écrit Tilk, sous un tableau où des bribes de passé sont collées.

 

 

Un peu de dentelle, quelques morceaux de laine, un carré de toile, de la poussière… Je brode, je reprise, je retrouve ce qui manquait.

 

Le fil du poème est un chemin de vie, la sienne, mais je lis et je retrouve la mienne.

Magie du poème et des mots, magie d’un tableau décomposé puis recomposé…

 

 

Y a-t-il une obligation quelconque dans les événements passés, présents ou à venir ?

 

… ou y a-t-il un moment où ces événements doivent être jugés – mais selon quels critères ?

 

La morale ? Leur effet sur la vie des uns ou des autres ?

 

 

Si j’écris : « personne ne devrait avoir à souffrir de ce qui n’a pas eu lieu », ou de ce qui « encombre notre chemin » – là, ce sont les mots de Tilk… je sous-entends que la souffrance est indépendante de tout amour, car je n’imagine pas que l’on ne puisse pas aimer.

 

… et je sais, par expérience, que chaque amour, depuis le tout premier, celui de l’enfant pour sa mère, sera un jour, dans un avenir plus ou moins proche, cause de souffrance.

 

 

Aimer, c’est oser risquer le chagrin de l’absence.

 

Aimer, c’est dépasser ce chagrin et retrouver une présence différente, dans quelques bouts de laine sur un tableau, dans quelques mots d’un poème, dans les notes d’une vieille, très vieille chanson.

 

 

 

 

 

 

 

Pour retrouver la page originale de Tilk, que je remercie ici pour ce partage qu’il ignorait, il suffit d’un clic sur la première image.

 

Merci à lui pour les poèmes et ces tableaux si différents…

 

Et merci pour sa participation au second recueil des Anthologies éphémères.

 

130 réponses à “Un dimanche chez Tilk, 20 novembre

  1. Comme tout est beau ce soir chez toi, j’ai envie de rêver à ce qui sera, ce qui viendra, laissons l’avenir venir…
    Gros bisous dans les étoiles
    Amitiés, Flo

  2. Je connais un peu Tilk celui qui laisse sur votre blog des besos ! j’aime son tableau et ses mots associés… Merci aussi pour la vidéo !!! Qui vivra verra oui…. Bises de jill, bonne nuit Quichottine

  3. une belle et bonne réflexion, à mi chemin entre le rêve et le souvenir Quichottine

    • J’aime bien ces mots qui se mêlent si souvent : réflexion, rêve, souvenir…

      Merci, Emma, de les avoir rassemblés ici.

      Passe une douce journée à venir.

  4. Ce que j’aime chez Tilk c’est combien en peu de mots il laisse deviner tant de choses !

    • Il suggère et c’est à nous de mettre ce que nous voulons dans ses mots, comme dans ses tableaux.

      Merci, Marine. Passe une belle journée.

  5. Que dire , magnifique .Tu expliques avec naturel et simplicité les mots de Tilk. Je viens de découvrir ton autre blog. Belle soirée, bises Quichottine

    • Un sourire… mon jardin est un peu en jachère…

      Bises et belle soirée à toi aussi. Passe une douce semaine. Merci.

  6. merci à toi …ce chemin est long c’est un travail qui a commencé il y a un mois il avance et normalment il devrait finir en avril en Egypte mais ça on le vera peu à peu
    et si la situation dans ce pays ne se détériore pas plus
    besos
    tilk

  7. Toujours de belles idées inspirées par quelques mots et un tableau.
    Tu as vraiment beaucoup d’imagination et j’aime te suivre sur tes chemins …
    Bonne fin de semaine.
    Bisoux

    • Je suis contente de voir que tu suis ces chemins aussi… Merci !

      Bonne semaine à toi, Dom. Je vais m’absenter jusqu’à vendredi… mais tu sais que je reviens. 🙂

      Bisous.

  8. C’est une lapalissade cette phrase…. mais elle méritait d’être écrite car les lapalissades ne sont pas forcément des évidences à la première lecture.
    On reconnait la puriste de la grammaire que tu es…. Je hais la grammaire qui apporte des contraintes à l’écrit. Qu’elle aille au diable et qu’elle emmène avec elle toutes les conventions et règles inutiles. Bises Quichottine

    • Je ne savais pas que tu la haïssais autant.

      Je suis navrée si je t’ai contrariée d’une façon ou d’une autre. J’espère que tu ne m’en voudras pas trop longtemps.

      Bises et belle semaine à toi…

       

  9. Je viendrai lire de nouveau ce tantôt à tête reposée…

    Belle journée Quichottine. Bises de nous deux.

    • Tu avais beaucoup à faire… merci d’être passé malgré tout.

      Bises affectueuses à vous deux. Passez une belle semaine.

  10. Bonjour Miss Quichottine !

    Tilk est venu me voir sur SBST. Cela il y a quelques mois. C’est quelqu’un de bien. Je sais que c’est un artiste, et j’aime son travail. Loin de mon univers coloré et fantastique, mais très intéressant. Les écrits sont beaux. Tu fais toujours du bon travail ma chère. ^_^ Heureuse de te retrouver. Amicales pensées !

    Katia.

    • Merci pour ce message et ta visite… toujours aussi heureuse de te croiser là. Bon retour dans la Bibliothèque, Katia.

      Passe une belle semaine. Amitiés.

  11. J’aime beaucoup ta conclusion : « aimer c’est oser risquer le chagrin de l’absence..c’est dépasser ce chagrin et retrouver une présence différente »

    • C’est ce que je pense, et je suis heureuse que tu l’aies souligné. Merci, Gazou.

      Passe une belle semaine toi aussi.

  12. Bonjour Quichotte ! Ah !! Qué sera qué sera ! fameuse chanson qui fut reprise et adaptée par Claude Nougaro ! Tu joins cette fois l’écrit à la musique (ou le contraire ) et j’aime cet assemblage ! J’éspère que le disque « Pauvres terriens » te plait ! j’aimerais beaucoup avoir tes premières impressions ! belle journée à toi !

    • Je trouve personnellement que cette chanson n’a rien à voir avec celle de Claude Nougaro… qu’il avait reprise d’une chanson portugaise, et non du film cité plus haut.

       

      … Mais ce n’est pas grave, tu n’as pas eu le temps découter la chanson…

       

      J’ai vu que ton disque avait beaucoup de succès et j’en suis très contente pour toi. C’est une bonne chose.

      Passe une douce semaine, Jean-Philippe. Je dois m’absenter quelques jours. À bientôt.

       

  13.  » Ce qui devrait se vivre
    ne se vivra pas « 
    Bien sûr … L’idéalisé ne sera pas, que ce soit l’enfant à naître, qu’on imagine, le regard de l’Autre qu’on voudrait autre, la route de la vie trop belle, trop douce, « trop » …
    L’état de déception est aussi le propre de l’être humain, et ce qui fait qu’il réagit. Positivement, négativement, mais il se construit, édifice plus ou moins solide.

    Cette fois-ci, les mots de Tilk me parlent plus que l’image.

    Merci Quichottine. Bisous d’ici …

    • Il y a des moments comme ça, de ceux que l’on voudrait pouvoir changer, et puis il y a ceux que l’on fixe sur une image, où plus rien ne sera changé, jamais… même si l’image vieillit, jaunit un peu.

       

      Merci pour ces mots, ce partage, qui me touche infiniment.

      Bisous et douce soirée à toi. Belle semaine à venir.

  14. De la difficulté à gèrer le passé : actes , souvenirs, personnes, celà sans regrets avec pour unique formule : « aller de l’avant », tirer des leçons, afin d’essayé d’avoir un peu plus de sagesse? L’age aidant vivre au présent devient une philosophie.
    merci Quichottine pour cette « ouverture » vers des réflexions profondes commes des rides qui elles ne s’effacent pas!

    • J’aime quand tu lis ici, Pierre. Tu vas plus avant dans la réflexion, et cela me plaît beaucoup.

      Merci à toi.

      Passe une douce soirée et une belle semaine à venir.

  15. des questions qui je le crains resteront sans réponse … mes des questions qu’il faut se poser

    je ne connaissais pas cette version de la chanson
    bises et belle journée

    • Tu connaissais sans doute la version française dont j’ai mis le lien un peu plus haut…

      Merci pour ces mots, Jeanne. Bises et belle soirée à toi.

  16. Bonjour Quichottine !
    Tu as pris le chemin de Tilk (je me demandais qui se cachait sous ce pseudonyme : homme ou femme) et il t’a conduite à ton enfance avec cette chanson nostalgique du film L’homme qui en savait trop.
    Bisous,
    Martine

    • Je savais que tu connaissais le film…

      Merci pour ta lecture et ta curiosité.

      Bisous et belle semaine à toi aussi.

  17. salut
    un bonne actrice
    Pas mal cette chanson ancienne
    bonne soirée

  18. Tilk a beaucoup de talent, je comprends pourquoi tu l’apprécies.
    Bonne soirée
    Bises

  19. Ce qui devrait se vivre ne se vivra pas …
    Je trouve que c’est un aveu d’impuissance terrible !

  20. Il y a toujours deux cotés à toutes choses, l’amour apporte le bonheur, mais la peine aussi.Belle analyse de son tableau et de ses mots. Je vais passer le voir. Bonne fin de semaine.

    • Merci, Solange… Je ne sais ce que tu en penseras, mais je sais qu’il ne peut pas laisser indifférent.

      Bonne semaine à toi… je m’absente quelques jours. Bisous.

  21. lire tes chemins est agréable, belle soirée

  22. Tant de mots et de phrases qu’il faudrait savoir mettre en application, j’aime beaucoup tout cela, Tilk qu je découvre me plais bien même
    Doris Day, un nom que j’avais oublié
    bon weekend , bisous

    dgidgi

    • Heureuse de te l’avoir remise en mémoire. J’aime beaucoup cette actrice.

      Bisous et belle semaine à vous deux. Bon dimanche.

  23. Tout d’abord pardonne-moi Quichottine de ne pas trop suivre le chemin de ton blog en ce moment (cuisine oblige). 🙂
    Mais je me rattraperai… et te suivrai assidûment.
    GROS BISOUS et bonne fin de semaine.

    • Ne t’en fais pas.. tu as beaucoup à faire chez toi, et je le sais. Passe une douce semaine… et ne travaillez pas trop durement.

      Gros bisous et douce semaine. Je reviens vendredi.

  24. CE tableau t’a emmenée loin ,sur les chemins de l’enfance et de la réflexion:ce conditionnel me titillait un peu !!
    Tu as très bien expliqué sa pensée .
    J’ai écouté avec grand plaisir cette chanson de ma petite enfance que chantait ta maman . La mienne ne la chantait pas souvent mais j’ai le souvenir de la femme du chef de brigade (mon père était gendarme) ,qui chantait beaucoup cette chanson ..Elle était malheureuse car son mari la trompait !C’est drôle que ce souvenir me soit revenu avec la chanson!

    Je t’embrasse bien fort

    • Les chansons nous entraînent souvent sur les chemins du souvenir… merci pour ce partage, Fanfan.

      Je me suis longtemps demandé pourquoi nous chantions si bien les chansons tristes…

      Je n’ai pas voulu trouver la réponse.

       

      Passe une bonne semaine, Fanfan. Je t’embrasse très fort.

  25. beaucoup de talent ce tilk que je découvre … bise quichottine

    • Tu ne le connaissais pas encore ?

      Alors, je suis contente que tu le découvres ainsi. Merci, Dom. Bises et belle semaine à toi aussi.

  26. Rien ne se vit comme cela devrait dans l’idéal….mais la vie , c’est un chemin et ce chemin connaît ses difficultés et de ces sinuosités naît la vie de chacun, unique. VITA

    • Merci pour cette unicité… c’est ce qui fait aussi la richesse de nos rencontres…

      Bises et belle semaine à toi aussi, Vita.

  27. Bonsoir Quichottine. Tes mots me touchent profondément. Ma mère chantait aussi cette chanson, mais je ne l’ai jamais entendue appeler mon père « chéri ». Ils ne savaient que s’engueuler. Des napperons qu’elle a brodés, un pull qu’elle a tricoté, sa trousse de couture dont j’ai hérité et son beau visage m’apparait. Bisous

    • Je sais ce qu’on peut ressentir enfant quand les parents ne s’entendent pas ou plus…

      Tu as de beaux souvenirs de ta maman… merci de les avoir partagés avec moi ici.

      Bisous et belle semaine à toi aussi.

  28. Coucou , cette chanson , je ne l’avais pas entendue depuis bien longtemps , j’ai danser sur cette air . Merci pour les souvenirs .Bon week end, gros bisous

  29. Bon week-end.
    Bisoux

  30. Coucou Quichottine,
    Tu as toujours les mots.
    J’espère que tu vas bien.
    Passes un bon week end
    Bisous

  31. superbe toile qu’accompagne ces mots….plusieurs chemins, plusieurs rencontres….

  32. les couleurs et les mots m’attirent chez Tilk, un clin d’œil bien mérité.Bon we quichottine.

  33. J’aime et j’aime plus particulièrement le paragraphe « le chemin »

  34. C’est bien beau…Cela fait du bien de te lire…

  35. Ce billet est touchant et Doris Day sublime…
    Merci ma Quichottine et gros bisous.

  36. Oui c’est cette voix que j’avais dans l’oreille et aussi la partition avec paroles et musique que ma soeur se procurait faute d’avoir un électrophone … et les voix de ma famille car on apprenait ces chants par coeur.
    Elle a dû être chantée par d’autres aussi (Patachou ? Colette Renard ? Line Renaud ? Mike Michell je ne sais pas)

    • Elle l’a été par d’autres, tant hommes que femmes.

      Moi, tu vois, c’est la voix de maman que j’ai encore en tête aujourd’hui.

      Merci pour tout, Jeanne.

      Bisous et douce journée.

  37. Bonsoir Quichottine,
    Une belle rencontre. La profondeur de l’écoute, la réceptivité de l’autre sont une richesse inégalable. L’amour comme un rêve puis comme un désir… L’amour comme une douleur puis comme une absence… Alors il reste le partage comme tu le proposes dans cette lumière intérieure qui t’est propre et qui se diffuse au-delà de tes mots mais par ton esprit aux aguets de la transmission, du passage. N’allons-nous pas à chaque instant les un(e)s vers les autres? Je veux le croire. Je m’en vais rendre visite à Tilk. A bientôt. Suzâme

    • J’ai laissé tes mots si longtemps sans réponse que cela peut paraître étrange que j’y réponde aujourd’hui…

       

      Pourtant, je ne voulais pas les laisser ainsi à un moment où tu t’es éloignée de la Toile.

      La vie ne permet ces échanges que pendant un temps, dont il faut profiter le plus possible.

      Nous allons les uns vers les autres, c’est vrai, et ces moments de partage sont ceux que je préfère.

      Merci pour tout, Suzâme.

      Passe une douce journée.

  38. Mais Il Faut Aimer. Même si. Heureusement que l’avenir n’est pas dit.
    La chanson dit bien : laissons l’avenir venir.
    N’importe comment on ne peut rien à l’avance. Autant aimer, il reste les souvenirs qui sont merveilleux.

    • « Même si »… Je crois que j’ai toujours gardé l’espoir que demain serait un peu meilleur… et il est arrivé qu’il le soit.

      Passe une douce journée, Pimprenelle. Merci pour tout.

  39. Une nouvelle fois, j’ai apprécié. Dommage ! que je ne puisse prendre part à la chanson, qui de son titre ne me parait pas si inconnue…
    Tilk fut bien inspiré. Il en fut de même pour Quichottine. Point d’étonnement !
    Les mots ont suffit à compenser, cette fois-ci, l’absence d’illustrations.
    Le tableau, à lui seul, ne m’aurait pas tant inspirée. En revanche, les mots l’accompagnant, peut-être bien… 🙂

    Que Quichottine passe un doux après-midi.

    • Je suis désolée que tu n’aies pas eu accès à la vidéo.

      Tilk est peintre et poète.

      Merci une nouvelle fois pour les mots laissés sur ton passage.

      Que ta journée soit belle AneverBeen.

  40. Bonjour Quichottine !
    Je suis revenue écouter et voir Doris Day. Décidément, cette chanson met de bonne humeur. J’aime bien le mouvement et la démarche de Doris Day entre 1:34 et 1:38.
    Bisous,
    Martine

    • Merci, Martine, pour ce retour et la précision que tu donnes quant à ton passage préféré.

      J’espère que tu vas bien… Je t’embrasse, où que tu sois aujourd’hui.

  41. Un petit passage pour revoir le tableau de Tilk et la vidéo avec Doris Day et sa chanson ouverte sur l’avenir.
    Have a nice day, Quichottine !
    Bisous

    • Toi aussi, Martine.

      Les mois qui ont passé ne t’ont pas apporté le meilleur, mais j’espère de tout coeur que tu es parvenue à surmonter ton chagrin.

      Je t’embrasse fort.

  42. bonjour, non plus de nouvelles de Gari – bises Quichottine.

  43. J’ai suivi tes nombreux chemins et me suis perdue au milieu de ton blog…Je m’arrête ici car ton texte me parle beaucoup…et l’image qui l’a inspirée aussi…

    Toutes les chemins du monde nous délivrent des messages secrets
    Autant de messages différents pour chacun d’entre nous
    et Henri Miller a raison quand il dit:

     » Nous participons tous à la création. Nous sommes tous des rois, poètes, musiciens ;
    il n’est que de s’ouvrir comme un lotus pour découvrir ce qui est en nous. »

    Merci
    amitiés

    Marie

    • Je suis navrée… je retrouve ton message aujourd’hui, si gentil… et ton blog merveilleux en suivant.

      Tu as une belle sensibilité, Marie.

      Quel dommage que je n’aie pu te répondre plus tôt.

       

      Merci pour ces mots.

      Passe une douce journée.

  44. ce que j’aime, ce’st quand dans un écrit ou dans des peintures, d’autres se perdent en empruntant d’autres chemins que celui que l’on pensait parcourir….en cela…j’aime la poésie, ou tout autre art où je me retrouve. Ces peintures qui me parlent ou qui chantent… Celles qui ne me parlent pas, je passe mon chemin en me disant que peut-être pour d’autres, elles sont chemin malgré tout…
    Merci pour cet article!!

    • Tout est chemin… mais chacun ne prend que ceux qu’il a envie de découvrir…

      Merci à toi pour ton amitié et tes mots ici.

      Je t’embrasse. Passe une belle journée à venir.

  45. J’ai retrouvé ce soir le chemin de chez Tilk… il y a longtemps que je n’y étais allée je ne reconnaissais plus rien sauf ce petit bout de lainage avec ce fil qui dépassait! J’ai tiré dessus et joué à l’araignée chez lui…. pour revenir chez toi. Tu as vraiment un don pour nous ravir à chaque fois! Et quel bonheur d’entendre Doris Day!
    Besos
    Dany

    • Merci pour ce fil que tu as déroulé avant de revenir ici…

      J’adore cette chanson… Il faudrait que je retrouve le film. 🙂

      Un abrazo muy fuerte, Dany.

  46. annielamarmotte

    pourquoi le prix de l’amour est il toujours à payer après?

    • Je n’ai pas de réponse. Mais, comme toi, c’est une question que je me suis posée bien souvent.

      Merci pour tout, Annie.

  47. •-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-•

    ben dis donc Quichottine tu me laisses sans voix

    une très belle façon de décortiquer chaque phrase et aller dans la profondeur de l’âme du texte

    nous faire percevoir le sens caché des mots

    je suis vraiment satisfaite de ton billet
    je te dis bravo

    passe une belle soirée

    et merci pour ce temps de partage, merci Tilk pour tes beaux tableaux et textes

    ti bo

    •-~·*’Ś Ő Ń Ŷ Á’*·~-•

  48. Bonjour Quichottine,
    Ce que tu écris, je crois que chacun le ressent.
    Et avec des si, on mettrait Paris en bouteille, comme on dit !
    Entre ce que l’on aurait aimé vivre et la réalité, il y a souvent une grande marge.
    Bonne journée, amicalement.

    • Une marge, c’est vrai… Mais il ne tient qu’à nous de la rendre supportable.

      Bisous et bonne semaine à toi aussi.

  49. C’est beau et touchant cette manière d’écrire en réponse Quichottine j’aime le principe bises

  50. Cela donne envie d’aller faire la connaissance de Tilk!

  51. Mistigris

    BRAVO ! et MERCI à Tilk pour t’avoir inspiré un si beau message, et pour cette si belle chanson,(dommage je j’aurais préférée en français…!) Mais que de souvenirs…Belle journée à toi Quichottine, plein de bisous, MIAOUUUU!!!!!!!!!!!!!!!!

    • http://youtu.be/uOwUxV0z-6k

      Là voilà chantée par Jacqueline François.

      J’ai préféré mettre dans l’article la version originale du film…

      Mais qu’elle est belle cette chanson ! J’adore !

       

      Bisous tout plein et belle semaine, Mistigris. Merci pour ta présence et tes mots.

  52. m'annette

    tout est magnifique,
    l’oeuvre et ce que tu en dis!
    et si vrai,
    et si… infini..
    bisous

  53. Mamychachat

    J’ai aimé et noté certaines phrases que tu as écrites sur les chemins, sur « aimer ». Tilk sait bien t’inspirer, tes mots sont très beaux et très vrais.
    Merci beaucoup
    Enormes bisous

    • Que te dire ?

      La poésie et les images m’inspirent, c’est vrai. Il arrive qu’elles entrent en résonnance avec mes pensées. C’est alors que j’écris.

      Merci beaucoup à toi, Mamychachat.

      Passe une belle semaine et prends bien soin de toi. Je renviens vendredi.

  54. patdelapointe

    t’as bien raison : qui vivra verra…

  55. Séverine

    La vie est courte, finalement, et parsemée de regrets, « si j’avais su », « si j’avais pu »…
    Chacun fait de son mieux, et il y a souvent des surprises, bonnes ou mauvaises, mais qu’y pouvons-nous ?…

    En tout cas, ne te tracasse pas pour les « î » (je suis désolée d’avoir loupé cette mésaventure… 🙁 ), tout est beau malgré tout dans la Boîte à Rêves…
    Pour cela et tout le reste, je t’embrasse fort

    • Nous n’y pouvons rien… mais le livre, lui, n’aura pas de défaut. Il arrive bientôt.

      Je t’embrasse fort moi aussi. Passe une belle semaine, Séverine. Merci.

  56. Tilk t’avais servi sur un plateau ce texte que j’ai beaucoup aimé. Mais avec ton imagination féconde, tu as su nous offrir une histoire magnifique brodé autour de ce texte. Merci pour ce moment de rêve ma Quichottine. Comme le disait ce matin Aimé (ânhk dans mes liens) : « Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve. »
    Philippe Chate.
    Bises et bonne journée

    • C’est une citation de Philippe Chatel… dans Emilie Jolie.

      J’avais découvert le spectacle en décembre 1980… j’ai adoré. Mais je ne connais pas la nouvelle version…

      Bises et belle semaine à toi aussi… je reviens bientôt.

  57. C’est magnifique Quichottine, merci pour tout.
    Je vais lui rendre une petite visite
    Bon après midi & gros bisous

  58. jean-marie

    bonjour, ma chère Quichottine,
    j’étais venu hier soir et je viens ce matin relire ton billet…
    le chemin mystérieux de la vie,de l’amour…
    tu le dis si bien : « Magie du poème et des mots » et c’est un poème très beau que tu écris à ton tour
    bonne journée à toi
    gros bisous d’amitié
    jean-marie

    • Merci pour ce beau compliment…

      Bon dimanche et belle semaine à toi aussi.

      Gros bisous amicaux. Prends bien soin de toi.

  59. De beaux souvenirs avec Doris Day ! C’est vrai, il y a tant de façons pour suivre son chemin, et chacun doit suivre le sien… s’il le peut
    Bisous ma Quichottine

  60. Tilk a ce pouvoir de laisser notre imaginaire courir autour de ses quelques mots …
    Bonne soirée Quichottine

  61. « Ce qui devrait se vivre » se vit selon nos choix à un moment T en écoutant son libre choix quand don l’a 😉
    Bonne soirée Quichottine
    Bisous :*

    • Je suis d’accord… il faut avoir ce choix, tous ne l’ont pas forcément.

      Bisous et douce semaine à toi aussi, Urban. Merci.

  62. je suis sensible aux mots, aux images de Tilk. bises et merci pour ce texte.

  63. Que d’émotions en lisant calmement tes lignes ce soir, le passé, le présent, l’avenir, j’écoute « Que sera » et je me souviens aussi …
    Je n’imagine pas plus que toi un monde, une vie sans amour avec les temps de bonheurs, les temps difficiles, les pleurs aussi parfois, et toujours en arrière plan le « punch » d’une mère qui croyait au bonheur, le racontait à sa manière et le chantait (même pas toujours très juste) !!!! Merci à toi, merci à Tilk…
    Bonne nuit

    • … et un grand merci à toi aussi pour ce partage.

      Je suis persuadée qu’il faut croire au bonheur pour qu’il soit.

      Bisous et belle semaine, ABC.

  64. ADAMANTE

    Il y a tant de chemins… tant de possibles… mais que savons-nous ? « Ce que nous devrions vivre » (ce dont nous rêvons), « ce que nous ne devrions pas vivre » (selon nos critères émotionnels, moraux… tout ce qui nous choque et nous blesse), avons-nous toutes les clefs pour en juger ? Comment apprendre à marcher sans faire l’expérience de la chute ?
    Mais il faudrait des pages et des pages, du temps aussi, pour en débattre, à moins que dans le silence…
    Merci de ce partage sur le SCALP Quichottine, j’aime le blog de Tilk, je devrais y aller plus souvent.

    • J’aime bien ce que tu dis de l’apprentissage de la marche… c’est vrai. Il faut aussi être tombé pour apprendre l’équilibre.

      Merci à toi, pour tout.
      Passe une douce semaine. Amitiés.

  65. canelle56

    Me revoilà par chez toi avec grand plaisir
    Et là on s’envole bien vite dans le monde du reve
    Merci à toi
    Bises Quichottine