Pearl Buck, Un cœur fier

Avant-propos du 26 juillet 2011

À dix heures trente-et-une, le 24 juillet 2007, alors que j’étais encore toute nouvelle ici et que les peintures de la Bibliothèque étaient à peine sèches, je publiais ce billet. Je le ressors aujourd’hui, non parce que je n’ai rien d’autre à écrire, mais parce qu’il me faut un peu de temps pour les triades à venir.

J’ai eu envie de vous montrer ce livre, parce qu’il fait partie de mes livres fétiches, parce que tout simplement il y eut un moment de ma vie où il ne quittait pas ma table de chevet.

Vous étiez, à l’époque, peu nombreux à me lire et ce sera une découverte pour la majorité d’entre vous.

J’espère que vous ne m’en voudrez pas de l’avoir ressorti de mes étagères, il était un peu poussiéreux.

Voici donc l’article tel qu’il était alors :

Je sais… vous attendez de voir ce qu’il y a dans le petit carnet… et moi, j’hésite.

Alors, pour vous faire patienter, j’ai ressorti un de mes anciens livres. Il semble revenu à la mode. C’est fou. Hier, je cherchais une image pour éviter de scanner mon vieux livre de poche…

(Il n’est plus très beau. La couverture et les pages n’ont pas bien résisté au temps et aux nombreuses lectures.)

Donc je cherchais une image… et j’ai trouvé tout un tas d’articles sur ce livre, récents.

Pearl Buck

À quoi bon alors vous en parler aussi ? Pour vous dire que Pearl Buck est une romancière américaine, qu’elle obtint le prix Nobel de littérature en 1938, l’année où elle publia Un cœur fier ?

Non. Par défi.

Pour dire… autre chose.

Voyons, c’est le seul livre que j’ai aimé de Pearl Buck… mais en ai-je vraiment lu d’autres ?

Je l’ai lu à quinze ans. À ce moment-là, Je me cherchais. Peut-être me suis-je trouvée dans ce livre. Ce qui est sûr c’est qu’il m’a émue bien plus que ne l’eût fait un simple livre de fiction.

Un coeur fier

C’est l’histoire de rêves qui peuvent se réaliser, un à un. Malheureusement, chaque rêve abouti en détruit un autre. Je crois que c’est ainsi que je l’ai vu.

Dans sa construction de soi, Susan Gaylord, qui se satisfaisait de choses simples, qui en faisait sa « gloire », fait également des rencontres qui l’obligent à voir au-delà, à voir qu’elle sait aussi faire « autre chose ».

Chacune de ces rencontres, qui lui ouvrent de nouveaux chemins, l’obligent aussi à choisir. On ne peut pas tout avoir, même en le voulant, même si nos mains peuvent tout, comme les mains de Susan, qui savent caresser, coudre, pétrir, mais aussi jouer du piano, dessiner et sculpter.

Il faut, lorsqu’on prend un chemin, en délaisser un autre. Ce faisant, on délaisse aussi ceux qui nous y attendaient.

Alors ?

À l’époque, je marquais des passages sur les pages des livres que je lisais.
J’ai « marqué » celui-ci :

« Quelques tableaux, des statues, un peu plus de musique, un peu moins d’une chose ou d’une autre, quelle importance cela a-t-il ? Mais le bonheur d’une vie compte et on ne l’obtient qu’en sachant ce qu’on veut faire et si on en est capable. »

Susan se tut de nouveau ; elle cherchait à s’expliquer :

« Il y a des gens qui sont comme des flaques d’eau, d’autres ressemblent à des fleuves, ils vont à la mer… Vous êtes de ceux-là… Il faut suivre votre cours. Vous ne sauriez être pris dans une flaque. Emprisonné, furieux, vous finiriez par déborder, farouche et misérable. Vous devez garder la voix nette. »

Susan parlait aussi pour elle, tandis qu’elle frottait le marbre, enlevait chaque grain de poussière, mais elle ne se souciait pas d’elle-même. Elle cherchait ce qu’elle dirait à Michaël, une chose réelle, réconfortante.

(Pearl Buck, Un coeur fier, Stock, « Le Livre de Poche », 1968, p. 399)

Voilà, c’est cela, Un coeur fier, le roman d’une femme qui se cherche mais qui pourtant n’oublie pas vraiment les autres. Elle est femme, fille, soeur, épouse, mère, amante, amie, mais elle est avant tout une artiste, sensible, exigeante, comme certaines de mes amies. 

Je vous en parlerai plus tard. Une fois que vous aurez lu…

Pearl Buck, Un coeur fier, 1938.

154 réponses à “Pearl Buck, Un cœur fier

  1. Bonsoir Quichottine,

    J’ai cliqué et je me suis régalée à lire ton billet. Je me souviens de ce livre, dans la bibliothèque de ma grand-tante qui aimait tant les livres, je me souviens de l’émotion des pages qui se tournent, j’étais adolescente aussi… Tu m’as donné envie de le relire.

    Je te souhaite une bonne nuit, bises

    Cendrine

    • Si tu le relis, tu me diras ?

      Ce livre est de ceux qui m’émeuvent encore bien des années après.

      Bises et douce autre nuit à toi.

  2. Tu me donnes envie de découvrir un nouvel auteur ! J’adore Steinbeck, qui est aussi Américain et Nobelisé de littérature… Connais tu Chester Himes, Bukovski ? Auteurs dérangeants qui décrivent le pire des USA…

    • Je n’ai rien lu d’eux… enfin de Himes et Bukovski. Steinbeck, j’ai lu Les Raisins de la colère bien sûr… et aussi Des souris et des hommes. Les deux étaient dans la bibliothèque de mes parents. Tu ne m’en voudras pas si je te dis que je ne sais plus si j’ai aimé ? Il faudra que je les relise…

  3. …..il y en a qui creusent un seul trou toute la vie, toujours le meme, et arrivent à l’or noir………il y en a qui creusent pleins de trous et n’arrivent vraiment au fond d’aucun……écrivait Chris il y a quelques années tout en creusant des trous partout!!!!!!

  4. J’ai lu des romans de Pearl Buck plus jeune, mais pas celui-là, maintenant j’ai envie ! 🙂

  5. Cet auteur fait partie de ceux que je lisais , jeune,en vacances à la bibliothèque d’une ville d’eaux où je m’ennuyais ferme . Elle en a sauvé , de mornes après-midi . Pourtant, il faudrait que je m’y replonge …

    • Il faudrait… tu sais, Clerval, relire après avoir lu, c’est toujours difficile. Parce qu’on n’a plus le même regard. Et, comme il y a des millions de choses à lire, je ne sais pas ce qu’il vaut mieux, relire, ou lire autre chose ?

  6. Pour ma part, j’ai pas réussi à accrocher

    • Il en est des livres comme de tout… Je sais bien que chaque livre peut ou non répondre à une aspiration, un besoin d’un instant donné.

  7. Voici un article très intéressant (en fait, comme tous les autres 😉
    Tu nous présentes un livre, et on découvre alors « qu’on a envie de le lire »…
    Chacun à sa raison…
    La mienne serait celle ci :
    Tu dis au début de ton article
    « Je l’ai lu à quinze ans. A ce moment-là, Je me cherchais. Peut-être me suis-je trouvée dans ce livre »
    et tu finis par
    « Elle est femme, fille, soeur, épouse, mère, amante, amie, mais elle est avant tout une artiste, sensible, exigeante« 

    alors, comment ne pas avoir envie de le lire, rien que pour te découvrir…

    Bises.

    • … Il faudrait sans doute que je me relise plus attentivement avant de publier… 😉

      Mais, c’est vrai, c’est un livre qui a accompagné mes quinze ans. Juste après Don Quichotte, en somme.

      Si je te dis « ne le lis pas »… tu le feras ? (sourire)
      T’en fais pas, je ne le dirai pas. Lis-le, bien sûr ! c’est une très belle histoire…

  8. Ces heures assidues montent à ma mémoire

    Quand allongée sur mon lit

    Je lisais ses romans avidemment.

    Je partageais la vie difficile de ces femmes chinoises

    Dont les conditions journalières

    Me révoltaient et me chaviraient.

    Est-ce Pearl Buck qui jour après jour, lecture après lecture,

    instilla très profondément en moi

    la fibre de l’exigence du respect et de l’égalité de la femme ?

    Merci d’avoir provoqué ces souvenirs et

    cette prise de conscience du rôle de cet auteur.

    • Je ne sais… Il me semble, bien des années après, que c’est un auteur qui a beaucoup fait pour la femme, pour la prise de conscience de ce qu’elle pouvait être… L’égalité avec l’homme n’est pas encore une chose évidente pour tous.

      J’ai aimé, beaucoup, la lire, et je sais que je la relirai avec plaisir.

      Elle ne m’a pas quittée.

  9. En rangeant ma bibliothèque, j’ai retrouvé ce livre ainsi que « La mère » que j’avais beaucoup aimé quand je l’ai lu, vers 14-15 ans… Bisous

  10. Bernard Pivot m’a fait aimer les livres, dès le début. Quand il a arrêté son émission, ça m’a fendu le coeur. Comme je suis heureuse de retrouver de gens qui en parlent avec autant d’amour!

  11. Bonjour Quichottine, un coeur fier, une femme qui comme la plupart d’entre nous est tout ce qui est écrit, fille, soeur, femme, amante, mère, amie et puis pas que !!  Merci à toi de nous l’avoir ressortie cette page…. Bizzz  jill

  12. je l’ai lu aussi il y a très longtemps. Je me souviens l’avoir bien aimé mais n’en ai pas gardé un souvenir impérissable.

    Bon mercredi.
    Bisoux

    dom

    • Il y a des livres qui frappent certains plus que d’autres. Je crois que c’est normal.

      Passe une belle journée toi aussi, Dom. Bisous.

  13. Quichottine et les rêves….

  14. Comme toi, je l’ai lu très jeune et pour tout dire je sais que je l’ai beaucoup aimé… pourtant je ne m’en souviens pas… Quelle mémoire pitoyable !

    Passes une très bonne journée Quichottine

    • Non, ce n’est pas pitoyable, c’est normal.

      Le temps passe et nous ne gardons de nos lectures que celles qui ont vraiment compté.

      Très bonne journée à toi aussi, Marine. Gros bisous.

  15. Crois tu qu’il reflette l’époque d’aujourd’hui ? 1938…. c’est une paille…..

    belle journée Quichottine. Avec bises de nous deux.

    • Je crois que c’est toujours pareil aujourd’hui pour les femmes qui créent, qu’elles soient écrivain, sculpteur, peintre… elles doivent choisir entre la vie de famille et leur oeuvre.

      Je ne pense pas que ce roman ait vieilli. Curieusement, en le lisant aujourd’hui, je penserais à Camille Claudel… et à d’autres artistes dont les amours ont été contrariées parce qu’elles avaient aussi quelque chose à dire et que celui qu’elles aimaient ne l’admettait pas.

      Pas facile, pour un homme, d’accepter que son épouse soit autre chose qu’une « bonne épouse »…

      Belle journée à toi aussi, Patriarch. Bises affectueuses à vous deux.

  16. J’ai lu pearl buck il y a si longtemps que je me souviens plus si j’ai lu celui la, je crois l’avoir lu mais… Je me souviens par contre avoir lu cet article chez toi. Déjà 4 ans. Bisous

    • J’avais dû faire un lien vers ce billet au mois de février de cette année, quand tu l’as lu.

      Ton premier commentaire dans la bibliothèque aura bientôt deux ans… C’était en août 2009. J’ai bien aimé que tu aies décidé de continuer à me rendre visite… Merci pour ton amitié.

      Bisous et bonne journée à toi.

  17. Je ne connais pas ce livre mais tu me donnes envie de le lire… Bonne journée.

  18. encore un livre que je ne connais pas et que tu me donnes envie de lire

  19. Je me souviens que ma maman aimait bien Pearl Buck mais je ne me rappelle pas l’avoir lue. La thématique de ce livre là en particulier me parle bien… je suis très tentée… Merci pour l’idée… Bisous, belle journée à toi.

  20. D’elle, je n’ai lu que Vent d’Est, Vent d’Ouest, sans aucun souvenir particulier. Par contre, mes quinze ans ont vibré avec Les Eygletière de Troyat, et surtout, Le Lion de Kessel, qui sont toujours sur mes étagères, malgré leur grand âge et leur modeste condition de « livres de poche » !

    • Je l’ai lu aussi, mais je n’en garde aucun souvenir.

      Par contre, j’en ai de bons au sujet de Troyat et Le Lion me fait toujours pleurer…

      Si tu savais ! J’ai plein de livres de poche chez moi. Il fut une époque où je n’avais qu’eux. Aujourd’hui, si j’achète aussi autre chose, c’est que j’ai de moins bons yeux.

      Passe une bonne journée, Galet.

  21. Je ne sais plus si j’avais lu ce billet il y a 4 ans mais j’ai pris plaisir à le (re)découvrir

    Bisous Quichottine

    • Je ne sais pas… Tu sais, tu as posté ton premier commentaire dans la bibliothèque en octobre 2007… Tu y es restée ensuite. C’était le début d’une longue amitié.

      Merci d’être toujours là.

      Bisous et bonne journée à toi.

  22. Pearl Buck …  souvenirs de mes lectures quand j’avais environ quatorze ans … Quand j’y pense ce n’était pas hier … Avant-hier seulement !

  23. tu fais bien de nous remémorer cet article qui est une découverte pour moi

    • Merci, Belbe.

      (Je ne suis pas arrivée à poster des commentaires chez toi ces deux derniers jours. Une pub s’ouvre en pop-up et m’empêche d’ouvrir la fenêtre de commentaires.)

  24. josse 21

    Je me souviens avoir lu plusieurs livres de Pearl Buck dans ma jeunesse…surtout un titre qui me reviens « pivoine »…quand j’aimais un auteur,je lisais tous ses livres sortis en poche…maintenant…je lis suivant ce que je trouve en rayon librairie avec une préférence pour Sardou,Musso et Werber…Les gouts évoluent.

    A bientôt

    • C’est vrai que les goûts changent, et que ce qu’on nous propose aujourd’hui en librairie peut attirer.

      Je suis comme toi… je lisais aussi tout d’un auteur qui me plaisait.

      Je le fais moins aujourd’hui.

      Je n’ai pas lu « Pivoine ».

  25. Je suis un peu surprise que tu écrives que c’est le seul livre d’elle que tu aies aimé. Je n’ai pas lu Un coeur fier, pourquoi ? je ne sais pas. Mais si j’ai lu terre chinoise, Vent d’est, vent d’ouest, celui que je préfère et que j’ai lu plusieurs fois c’est La mère.

    Bises et belle journée

    • J’ai écrit aussi « en ai-je vraiment lu d’autres« …

      Je sais que si. En particulier, j’ai lu « Vent d’Est, vent d’Ouest »… mais je n’en ai aucun souvenir.

      Je n’ai pas lu « La Mère »… Il faudra peut-être que je le fasse, et je te dirai ensuite ce que j’en aurai pensé.

      Merci pour ce partage, Jeanne. Bises et belle journée à toi.

  26. Tu peux m’en parler, moi, je l’ai lu depuis longtemps

    Je vais même peut-être le resortir de sa caisse, où il atten depuis mon emménagement

    Amitiés, Flo

  27. Du coup , je me demande si je l’ai pas lu il ya longtemps; comme toi , je devais être ado …et comme je garde tous mes livres, je vais le chercher parce que …je ne m’en rappelle plus du tout!!!

    Merci pour ce partage de lecture …

    Bonne journée

  28. Je ne m’en souviens plus trop, cela fait si longtemps que je l’ai lu…

    Bon mercredi ici il sera pluvieux.

    Bisous

  29. je confirme,  » y en a qui creusent le meme trou toute leur vie  »

    un peu triste comme constat .

    « Si vous faites toujours la meme chose, vous obtiendrez toujours le meme resultat , … meme s’il ne vous convient pas !  »  ( je ne sais plus d’où ca vient .)

    il faut ouvrir nos esprits et changer les habitudes .

    • Il faut oser aussi prendre d’autres chemins et je sais que ce n’est pas si simple.

      Bises et belle journée, Félix.

  30. aucun souvenir de cet auteur

    nous avons du nous croiser

    il y a bien longtemps

    Morsli a un blog ?

    on peut savoir ?

    belle journée

    ici c’est la nuit encore

  31. christine de rep dom

    OH lala !!! que de souvenirs reviennent; j’avais quinze ans comme toi!!!!!! et je les avais tous dévoré; j’adorais Pearl Buck et comme toi je notais les passages qui me plaisais ;bisousssss

  32. j’ai lu beaucoup de livres de Pearl Buck dans ma jeunesse, j’aimais beaucoup. Tu me donnes envie de m’y replonger

    bises et bonne fin de journée

  33. Bonjour Quichottine, c’est un vrai bonheur de revoir la couverture de l’édition 1961 de ce roman. Tu as toujours de bonnes idées de relecture ou découverte. C’est « La mère » de Pearl Buck qui m’a impressionné, mais c’est un autre registre, la Chine a changé.

    La parole des femmes surtout quand elles sont artistes , non elle n’a pas changée.

    Cordialement

    • Ils ont gardé la même couverture quelque temps, et j’avoue que je l’aime bien.

      Je ne me souviens pas avoir lu La Mère… mais, lorsque je pense aux artistes dont j’ai lu la biographie plus tard, je me dis que Pearl Buck devait en avoir fréquenté quelques unes.

      C’est étonnant que la vie ne soit toujours pas plus facile pour elles aujourd’hui.

      Merci pour ta présence, Pierre.

      Passe une belle soirée.

  34. Piqure de rappel pour lire ou relire Pearl Buck. Je me souviens avoir lu Vent d’Est, Vent d’Ouest mais pas de un coeur fier. Je comprends à te lire que l’héroine Susan se pose de vraies questions existentielles.

    Ne dit-on pas qu’il est un temps pour chaque chose ?

    Gros bisous, Amielle, tout plein

    • Je suis d’accord, mon Amielle. Un temps pour chaque chose.

      Peut-être était-il temps pour moi de relire ce livre-là ?

      Gros bisous tout plein.

  35. Kikou ma douce bibliothécaire, je viens de prendre mon petit plumeau pour dépoussiérer ce vieux livre.. Tu n’aimais pas trop cette romancière et moi je l’aimais beaucoup. Je me souviens bien de la « Mère » mais finalement je l’avais oubliée…

    Cela me donne envie de la relire.. tu vois que tu fais bien de dépoussiérer tes étagères de temps en temps lol..

    Il vaut mieux que ma bébête soit polyphage qu’anthropofage… lol…

    le soleil est « reviendu » lol… enfin !

    belle après-midi Quichottine

    Bisous tout plein…

    Le matelot de la terre ferme.

    • Je n’ai pas dit que je ne l’aimais pas, j’ai seulement dit que je n’avais pas lu grand chose d’elle… ce qui est exact.

      Un sourire… Merci pour ta réponse et tes mots chez moi.

      Je suis heureuse que le soleil soit revenu.

      Passe une belle soirée, Chantal. Bisous tout plein.

  36. Bonjour Quichottine,

    De Pearl Buck, j’ai lu Vent d’est, vent d’ouest et La Mère, deux histoires qui se passaient en Chine et qui me semblaient tellement éloignées de mes préoccupations d’adolescente. Un coeur fier m’aurait plu davantage à cette époque, et ton article me donne envie de le lire maintenant.

    Bises,

    Martine

    • Si tu le lis, tu me diras ?

      La thématique est bien différente et je pense qu’elle est toujours d’actualité.

      Bises et douce soirée à toi.

  37. Je l’ai lu ce livre ,il y a très longtemps . J’avais aimé , j’en ai lu d’autres aussi de cet auteur .

    Bisous

    • Je pense n’avoir lu que Vent d’Est, vent d’Ouest en plus de celui-ci et j’avoue à mon grand regret ne pas en avoir gardé de souvenirs.

      Bisous et douce soirée à toi.

  38. pas lu ce livre mais si j’ai l’occasion pendant les vacances … bise quichottine

    • Sait-on jamais ? En tout cas, si tu le lis, dis-moi ce que tu en auras pensé. (Mais tu n’es pas obligé de le lire… s’pas ?)

      Bises et merci d’être passé, Dom.

  39. Bonsoir Quichottine. Je l’ai lu et croyais l’avoir dans ma bibliothèque, avec « La mère », « Vent d’est vent d’ouest » et « L’exilée », mais non. J’avais dû l’emprunter à la bibliothèque. Je voulais voir si j’avais souligné des passages. Bisous et bonne soirée

    • Je n’ai pas retrouvé Vent d’Est, vent d’Ouest, et pourtant, je sais l’avoir lu. Comme toi, j’avais dû l’emprunter à la bibliothèque.

      Bisous et bonne soirée à toi aussi. Merci pour ce partage.

  40. Je connaissais le nom de l’auteur, mais pas son livre. Un autre à ajouter sur ma liste. J’ai besoin de vivre vieille. Et même si je ne les lis pas tous, tes descriptions m’en donnent une bonne idée.Bises.

    • Sourire… j’aimerais aussi vivre vieille, j’ai encore tant à découvrir !

      Merci à toi… Passe une douce soirée. Bisous.

  41. Je crois que je n’ai pas lu celui-ci. Pearl Buck a sauvé beaucoup d’adolescent(e)s de l’abandon de la lecture. Même ma soeur qui n’aimait pas lire a adoré ses (gros pour elle) romans…

    Merci de cet hommage, Quichottine et pourtant, on n’est pas de la mêm génération.

    Bises

    • Ils sont « gros », c’est vrai…Mais je crois que son écriture, ou du moins la qualité des traductions offertes aux lecteurs, permet d’oublier la longueur de ses romans.

      Merci à toi, Mali…

      (Tu es donc beaucoup plus jeune que moi ?)

  42. Un livre que j’ai lu , que je relis , qui me plait toujours autant . J’ai aimé aussi la mère et pavillon de femmes . Bonne soirée, bises Quichottine

    • J’avais beaucoup entendu parler du second… mais je n’ai lu ni l’un ni l’autre.

      Merci pour ce partage, Andrée.

      Passe une douce soirée.

  43. Celui-là je l’ai lu… (il est là dans ma bibliothèque), mais je ne m’en souviens plus… Peut-être qu’il ne m’a pas marquée autant que toi… Je vais le relire après celui que je suis en train de terminer. Peut-être que je le verrai d’un autre oeil !
    Merci Quichottine, bonne soirée, bisous.

    • Je ne peux te l’assurer… Tu sais, je crois que nous avons tous un ou plusieurs livres qui nous correspondent davantage et dont nous nous souvenons.

      Si tu le lis, tu me diras ?

      Bonne soirée à toi aussi. Bisous.

  44. Je ne peux pas promettre de le lire, mais au moins je sais grâce à toi que ce livre ne manque pas d’inspiration

    • Un sourire… aussi j’aime autant que tu ne fasses pas de promesse que tu ne tiendrais pas.

      Mais, si tu le lis un jour, j’espère que tu me diras ce que tu en auras pensé.

      Merci, Gérard. Passe une douce soirée.

  45. Tu vois je n’ai pas lu ce livre, et ton billet me donne envie de le lire, peut être le ferai-je peut être non !

    Ce que je me dis souvent, c’est que nous sommes toujours à la croisée des chemins, nous choisissons l’un d’eux sans trop savoir ce qui nous attend sur ce parcours, mais en espérant que ce sera un bon choix….Seulement dans la vie, ce n’est pas vraiment comme sur les routes, nous ne pouvons pas faire définitivement demi tour et oublier, chacun des pas posé sur le chemin choisi laisse en nous des souvenirs qu’ils soient bons ou pas, nous devrons vivre avec !

    Certaines ornières nous ont fait chuter, parfois les blessures étaient graves et douloureuses,  les cicatrices restent marquées à tout jamais, de temps en temps elles se rappellent à notre mémoire…. Mais comme on dit ce qui ne tue pas rend plus fort !!!!

    Mais heureusement qu’il y a aussi tous les beaux et doux souvenirs dans lesquels on peut puiser la force pour continuer le parcours. Il reste aussi l’espoir que nous verrons un jour peut être nos rêves les plus fous se réaliser.

    Si je lis un jour ce livre, je te dirai ce que j’en aurai pensé !

    Je t’embrasse Dame Quichottine

    Claire

    • On ne sait jamais quel sera notre prochain livre… En tout cas, ce que tu me dis correspond tout à fait à ce que je pensais.

      Merci pour ce très beau partage, Claire.

      Il faut garder l’espoir, quelles que soient les ornières de la vie. Certains de nos rêves se réalisent.

      Je t’embrasse fort. Passe une douce soirée.

  46. Bon jeudi.
    Bisoux avec une température qui redevient un peu plus clémente !


    dom

  47. Bonne journée Quichottine. Bisous

  48. J’ai lu aussi Pearl Buck en son temps. Je ne me souviens pas d' »Un coeur fier ». C’est surtout pour te lire, toi, chère Quichottine que je viens dans ta Bibliothèque. J’aime picorer tes phrases, tes idées, tes sentiments. Tu es tellement vraie! Moi qui ai horreur de l’artifice, je suis comblée en quittant ta page. Sois-en remerciée, de tout mon coeur, chère Quichottine.

  49. Je crois n’avoir jamais rien lu de cet auteur. Beaucoup manquent à ma culture!

  50. J’avoue n’avoir qu’un vague, très vague souvenir. Mais j’aime l’extrait que tu nous offres, « flaques d’eau, fleuves… » Suivre son cours, il y a tant de façons de le suivre son cours, selon que l’on se place dans une vie résolument matérielle ou dans une vie plus « ouverte » sur des dimensions moins prosaïques.

    « Sans sortir de chez lui, le sage connais les hommes » Lao Tseu je crois,  voilà un fleuve aux allures de flaques et qui pourtant dépasse les limites de l’Océan.

    Amitiés Quichottine, et belle nuit.

    • De nombreuses façons, Adamante… c’est vrai.

      Chacun choisit la sienne, mais certains peuvent vivre mille vies rien qu’en fermant les yeux pour mieux écouter la chanson du vent.

      Passe une douce soirée. Je t’embrasse.

  51. il y a des livres et romans qu’on n’oublie pas

    On se cherche !!!! je ne sais pas si vraiment on fini par se trouver réellement, certaines situations continuent de nous faire réfléchir, nous font douter mais une chose est sûr, elles nous font avancer

    Euh ….. encore très en retard mais ……. tu sais hein ????

    bISOUS

    • Oui, Corinne.

      Je sais que tu as raison… et je me demande si l’on se trouvera vraiment un jour. Mais chaque pas que nous faisons, chaque découverte, bonne ou mauvaise, nous rapproche de l’être qui vit en nous.

      Merci pour ta présence affectueuse et fidèle… nos pensées nous rapprochent, même quand tu n’es pas là.

      Passe une douce soirée. Je t’embrasse très fort.

  52. Coucou Quichottine,

    Pearl Buck, un auteur que j’ai lue dans ma jeunesse. « vent d’Est, vent d’Ouest », entre autre. Mais pas celui dont tu parles. Le portrait que tu dresses de l’héroïne m’attire. Si je le trouve…

    Gros bisous de bonne journée

    Martine

  53. Coucou Quichottine,

    Ben non. Je suis toujours là. Ce matin , j’ai posté un article pour le thème de la communauté de Hauteclaire  » entre ombre et lumière ».

    Je n’ai pas pu visiter les blogs aujourd’hui car nous étions de sortie découvertes. Chouette journée!

    Bisous de bonne soirée

    Martine

    • Je ne comprends pas, je ne peux pas accéder du tout à ta page.

      Ceci dit, grâce à ton message, j’ai eu l’idée d’aller voir sur l’ordi de mon mari si je pouvais te voir depuis chez lui… Oui.

      Me voilà rassurée… mais inquiète tout de même parce que pour l’instant ton blog est le seul auquel je n’ai pas accès parmi tous ceux que j’ai ouverts aujourd’hui et que je t’avais écrit ces jours-ci, donc, c’est tout récent…

      J’espère que ça va s’arranger.

      Bisous et belle soirée à toi aussi… (contente que tu n’aies pas fermé ton blog)

  54. il faudrait que je le lise car à l’âge que tu dis moi c’est plutôt PIVOINE que j’avais lu et qui m’avait énormément plu.
    Exactement celui-ci avec cette couverture :
    http://www.amazon.fr/gp/customer-media/product-gallery/2253005614/ref=cm_ciu_pdp_images_0?ie=UTF8&index=0
    bisous bisous
    bon courage pour les participations au nouveau « défi »
    bonne récolte ;)bisous
    christelle

    • Merci pour ce partage, Christelle.

      J’aime savoir quelles furent vos lectures, moi qui vous parle des miennes.

      Bisous et douce soirée à toi.

  55. Quelques mots ici après avoir été voir le blog des « anthologies éphémères ».. quel travail!
    J’ai relu ce que tu avais écrit et j’ai fait une interprétation tout à fait personnelle de ta phrase: « c’est le seul que j’ai aimé  » de P.B et mon subconscient n’a retenu que ça !! tu vois il faut toujours lire deux fois.. ou comme le facteur sonner deux fois !
    tit hérisson n’est pas encore sorti d’affaire..quand je sauve un oiseau je le mets sur ma poitrine.. mais là pas facile, ça pique…
    belle journée am douce Quichottine
    le matelot de la terre ferme

    • Merci pour cette visite et ta réponse, Chantal.

      C’est vraiment gentil de suivre ainsi la mise en place de ce recueil.

      Bisous et belle journée.

  56. Tu me donnes le tournis à faire fonctionner ma mémoire de cette façon.
    C’est si vieux ! mais c’est si bon !
    Je ne sais même pas si je le retrouverais.
    Tu vois, je lis toujours dans le désordre. Trop de retard.
    Bises Quichottine

    • T’en fais pas.

      Lire un blog dans le désordre a aussi son charme…

      Merci pour ces lectures et ces mots en partage.

      Bises et belle journée, Pimprenelle.

  57. J’ai lu pearl buck il y a si longtemps que je me souviens plus si j’ai lu celui la, je crois l’avoir lu mais… Je me souviens par contre avoir lu cet article chez toi. Déjà 4 ans. Bisous

  58. Tu vois je n’ai pas lu ce livre, et ton billet me donne envie de le lire, peut être le ferai-je peut être non !

    Ce que je me dis souvent, c’est que nous sommes toujours à la croisée des chemins, nous choisissons l’un d’eux sans trop savoir ce qui nous attend sur ce parcours, mais en espérant que ce sera un bon choix….Seulement dans la vie, ce n’est pas vraiment comme sur les routes, nous ne pouvons pas faire définitivement demi tour et oublier, chacun des pas posé sur le chemin choisi laisse en nous des souvenirs qu’ils soient bons ou pas, nous devrons vivre avec !

    Certaines ornières nous ont fait chuter, parfois les blessures étaient graves et douloureuses,  les cicatrices restent marquées à tout jamais, de temps en temps elles se rappellent à notre mémoire…. Mais comme on dit ce qui ne tue pas rend plus fort !!!!

    Mais heureusement qu’il y a aussi tous les beaux et doux souvenirs dans lesquels on peut puiser la force pour continuer le parcours. Il reste aussi l’espoir que nous verrons un jour peut être nos rêves les plus fous se réaliser.

    Si je lis un jour ce livre, je te dirai ce que j’en aurai pensé !

    Je t’embrasse Dame Quichottine

    Claire

  59. Bonne journée Quichottine. Bisous

  60. Merci pour tes petits messages sur le fil, bonne soirée et bonne lecture.

  61. Merci pour tes petits messages sur le fil, bonne soirée et bonne lecture.

  62. Misère de misère ! pourquoi mon com datant de quelques jours ne s’est pas imprimé ? je te demandais pardon pour n’avoir découvert ton com au début de mon blog que dernièrement et j’y ai répondu (ma messagerie n’a pas affiché ce com, il m’avait échappé).Secondo, oui j’ai tendance à prendre au premier degré ce que l’on me dit, ce qui me joue des tours, comme à toi je suppose.Je n’aime pas les sous-entendus.J’ai été menacé de manière très violente par un chasseur sur un blog, ça avait le mérite de la clarté : là je sais répondre, en revanche quand on utilise des circonvolutions pour me critiquer, je suis désarmé.Tertio, j’ai lu, une seule fois le Don Quichotte, en seconde, dans une édition où les pages étaient du style « papier à cigarette ».Enfin, je n’ai rien lu de Pearl Buck, je me souviens cependant d’une déclaration de je ne sais plus quel nationaliste américain déclarant que Pearl Buck avait fait plus de mal que Pearl Harbour.
    Au plaisir de te relire, ce que je ne manquerai pas de faire.

    • Merci pour ta réponse, même tardive.

      En fait, je ne l’attendais plus…

      Et, rassure-toi, comme je le disais dans mon commentaire chez toi, je n’écris jamais pour qu’on me rendre mes visites. Je suis seulement contente quand ça arrive.

      Je ne sais pas ce qui s’est passé il y a quelques jours, en fait, je crois qu’OB a en ce moment un peu de mal… Hier, il ne voulait pas afficher mes articles, c’est dire !

      C’est vrai que je n’aime pas les sous-entendus, parce que je ne sais pas toujours les voir. Je suis un peu simplette, moi, parfois.  En général, quand on a quelque chose à me dire, il vaut mieux me le dire sans circonvolutions non plus…

      Peu de personnes ont lu Don Quichotte et je suis très admirative devant ceux qui l’ont fait. Dans la bibliothèque, je me suis arrêtée au chapitre XIX… il faudrait que je m’y remette sérieusement.

      Je ne connaissais pas cette anecdote au sujet de Pearl Buck. Merci de me l’avoir racontée.

      Peut-être à très bientôt, ici ou chez toi.

  63. Le « peut-être » de à très bientôt, est superflu : ceci dit sans circonvolutions(hi ! hi !).A plus Quichottine et bonne journée.

  64. Pearl Buck !

    Je vais m’y replonger. Mes parents avaient du mal à m’extirper de la lecture de ces romans !

    Je la note sur mes tablettes pour compléter mes deux bibliothèques à quatre portes archi-pleines !

    J’achète en prévision de ma retraite, quand mon budget ne me permettra plus d’achats de ce genre.

    Bon week end.

    • Tu as raison, il faut faire des provisions de lecture… Sauf si tu as une bibliothèque pas loin de chez toi…

      Merci pour ta visite, Amalys. Passe une belle soirée et un bon dimanche.

  65. jean-marie

    bonsoir, ma chère Quichottine,
    je  ne la connais pas très bien
    j’ai lu « un coeur fier » il y a si longtemps !
    je me souviens surtout de « Vent d’Est, Vent d’Ouest »
    un premier contact avec la Chine
    Bien rentré de Toulouse
    bonne soirée
    gros bisous d’amitié
    jean-marie

    • C’est amusant… je n’ai pas gardé de souvenirs d’autres livres… Et pourtant, je sais que j’ai lu Vent d’Est, Vent d’Ouest, il y a bien longtemps.

      La Chine ne me passionnait sans doute pas alors.

      Bon retour chez toi, Jean-Marie. Merci !

  66. Zut je vais devoir aller voir sa biographie car je suis sure et certaine que j’ai lu quelque chose d’elle mais pas celui-là.. que de souvenirs tu me fais remonter à l’esprit avec tes billets… j’ai tellement tellement lu autrefois. bisous

    • Un sourire… Tu as sans doute lu « Vent d’Est, vent d’Ouest » ou « La Mère », c’étaient les ouvrages dont on nous parlait au Lycée.

      Merci, Katara. Passe une douce journée. Bisous.

  67. m'annette

    Bonjour, Quichottine,

    Quelle émotion et quelle surprise de trouver ici un article concernant Pearl Buck..
    j’ai lu pas mal de ses bouquins, j’avais quoi? 12, 14 ans… Comme je l’ai dit précédemment, j’étais élevée dans un cocon, j’étais une éponge absorbante, et je ne lisais que des histoires, sans en tirer de leçons.. C’est cela, vois-tu, qui m’a handicapée pour la suite, car moi, je n’étais pas capable de renoncement, et ce matin justement, un mail de ma mère (Eliane qui s’essaie aux ha¨kus) montre que l’éducation a un poids extraordinaire (bon, je digresse!)..
    Bref, je me jette sur le premier magasin qui passe, et je relis « un coeur fier »!

    Comme toi, ce matin, je parle lecture chez moi..
    Bisous de bonne journée..
    (je vais faire du « cartonnage » dans un atelier, « partager », moi la recluse!!! )

    • Merci pour ce partage, m’Annette. J’ai lu ton article et tu m’as donné envie de lire ce livre.

      Si je le lis, je te raconterai. 🙂

      Passe une belle journée. Bisous.

  68. patdelapointe

    en fait quand tu décris tout ce que tu décris de ce qu »est une femme…ce serait la femme idéale qui n’existe pas…

  69. Pearl Buck est l’un de mes auteur préféré ma Quichottine. Vent est, vent d’ouest m’a beaucoup marqué avec Kwei-Lan, cette une jeune femme chinoise. Il y a eu aussi La mère qui m’a tellement ému, Pivoine, cette petite esclave chinoise, Un coeur fier avec cette Susan qui veut tout : être une épouse, une mère et une artiste accomplie….. Je m’arrête là car j’y passerai la journée ma Quichottine. Bises et bonne journée

    • Ben… tu pouvais continuer. J’aime aussi quand tu racontes.

      Je suis contente que tu l’aies lu. C’est vrai que Susan veut tout…

      Bises et bonne journée à toi, Zaza. Merci pour ce partage qui me ravit.

  70. Bonjour Quichottine, merci d’etre passée me souhaiter mon annif !

    cela me donne l’occasion de venir te lire, et c’est sympa de découvrir tes articles, merci

    La mousson s’importe aussi … cet  été en Belgique !?!

    Belle journée et a demain

    • Je ne sais pas pour la mousson en Belgique. En fait… j’ai l’impression que tout se transforme en ce moment.

      Merci à toi aussi pour ta belle visite.

      Passe une bonne journée. Merci.

  71. Séverine

    Ca alors… un vieux souvenir de lecture : « Vent d’Est, vent d’Ouest »… très bon souvenir, d’ailleurs, mais qui ne m’avait bizarrement pas fait lire d’autres oeuvres de Pearl Buck. Ton article me donne cependant envie de découvrir un peu plus cet auteur… Alors merci Quichottine.
    Je t’embrasse

    • Tu vois, je n’ai gardé aucun souvenir de Vent d’Est, Vent d’Ouest… Peut-être ne l’ai-je pas lu au bon moment.

      Merci à toi pour ce partage, Séverine.

      Je t’embrasse. Passe un bel été.

  72. merci de nous rappeler cette écrivaine ! les souvenirs remontent en moi…

    passe une bonne journée

    arielle

  73. canelle56

    Je crois bien avoir tout lu de cet auteur et surtout de les avoir dans ma bibliothèque !!!!

    j’aime beaucoup

    Bises Quichottine

    • Je suis bien loin de les avoir tous lus… Mais j’ai tant lu celui-ci que même avec beaucoup de soin la reliure a souffert.

      Merci pour ce partage, Canelle. Passe une douce soirée. Bisous.

  74. bonjour quichottine

    j’ai changer toute la programmation, des 4 blog recommence a fond à partir du 1 Aout, un billet chaque jour sur les 4.

    bon après midi, merci de ta fidélité

    andré (rené2)

    • Tu as bien fait de m’avertir… même si je sais que je suis dans la totale incapacité à les suivre tous les quatre.

      Bonne soirée à vous deux.

  75. Un petit bonjour 

  76. Gros bisous à toi Quichottine. Je t’embrasse très fort passe une belle journée

  77. patdelapointe

    est ce que la solution passe par les lunettes ? les lunettes à double foyers…bien sûr….allez! je blague…

    • Sourire… Il est vrai que lorsque nous sommes un peu plus vieux, nous sommes peut-être plus indulgents, ou du moins… moins exigeants ?

  78. bonsoir Quichottine, 

    Pearl Buck : un des premiers livres d’auteur que j’ai lu il y a tant d’années « vent d’est vent d’ouest »; Magnifique auteur.

    Je suis venue faire un tour et je ne suis pas déçue quand le vois le nombre de commentaires sur cahcune de tes parutions cela me laisse réveuse et jalouse, Inscrite depuis pas mal de temps dans la communauté je ne sais pas encore comment elle fonctionne. Ah les mamies débordées.

    Amitiés

    Lilou

    • Ne sois pas jalouse… Tu sais, ces messages sont source de plaisir, comme le tien aujourd’hui, mais ils sont chronophages, surtout lorsque je m’absente.

      J’ai ensuite beaucoup de mal à rattraper mon retard, comme tu peux le voir… Je suis navrée de te répondre aussi tardivement.

      Amicales pensées. Passe une douce soirée.

  79. Bonsoir ma Quichottine,

    j’ai cliqué au hasard …et comme il fait bien les choses .. c’est le 1er livre que j’ai aimé aussi … hé oui …
    j’espère que tout va bien pour Toi …
    en attendant d’avoir le plaisir de te lire
    je t’embrasse très fort
    odile

    • Tout va très bien… Merci, Odile.

      Je suis heureuse de voir que nous avons ce livre en commun.

      Me voici de retour sur la Toile… et dans ma bibliothèque. J’ai eu un début d’année très occupé.

      Je t’embrasse très fort. Merci d’être là en ce jour.