Il était trois images… chez Foxy, Itinerrances

Itinéraire… pas d’un enfant gâté*, non, mais d’une errance où chaque moment compte.

 

Lecture dans un train de banlieue, ou peut-être dans l’Orient-Express.

Qui saura dire où naissent les rêves ?

 

110508_Jay-Fox_1.jpg

 

 

La main garde ouvert le livre sans vraiment suivre les lignes de l’histoire. La lumière faiblit et la page semble disparaître. Les yeux se fermeraient si…

 

Si…

 

Que de mots derrière le « si » d’une phrase ! Que de mots derrière le « si » du romancier, ce conditionnel qui tait son nom pour ne pas briser le rêve.

 

Si…

« Si j’étais » disent les petits enfants. Et tout devient possible.

 

« On dit que tu serais »… Une histoire va naître, sans qu’il soit vraiment besoin de décors, de costumes, tout est dans les mots échangés, d’elle à lui, puis de lui à elle.

 

 

– Tu serais un chevalier, sans armure…

 

– Pourquoi ? Je veux une armure, moi ! Une belle armure qui brille et une licorne sur mon bouclier !

 

– On dit « un écu »…

 

– Un écu ? Bon, si tu veux, mais je veux une grande  licorne ou un dragon tout blanc !

 

– Il sera vite sali si tu le prends tout blanc. Tu ne le préférerais pas rouge et or, comme ceux des contes d’autrefois ?

 

– Non, je veux un dragon tout blanc et une grande épée laser !

 

– Ça ne va pas ensemble… Tu ne peux pas être un chevalier en armure avec une épée laser…

 

– Pourquoi ? C’est moi qui décide !

 

 

Le jeu commence, incertain.

Que fera le chevalier au dragon blanc de cette épée laser qu’il brandit en courant vers le terrain vague ?

 

 

Les yeux se ferment, elle rêve à d’autres temps, à celui qui l’entraînait là-bas. Ils avaient dix ans, à peine. Il ressemblait à un Petit Prince, mais un prince voyageur aux cheveux bruns, ses yeux parlaient de la terre qui l’avait fait naître, là-bas, dans les plaines d’Andalousie.

 

Il savait chanter, raconter, danser et surtout, la faire rire quand il lui parlait de ses combats.

 

Elle rêve… Il ne saurait être question de moulins à vent.

 

Au bout du terrain vague, son chevalier se bat contre le plus terrible, le plus sauvage des monstres jamais croisés dans les livres de chevalerie et de science-fiction.

 

– Il faudra faire très attention, si tu le rencontres un jour. C’est un ferruginovore cracheur !

 

110524_Jay-Fox_2.jpg

 

 

Elle revoit ce monstre qui dévorait tout leur quartier, là-bas, au fond de l’ancienne impasse désormais transformée en avenue. C’était sans aucun doute le père d’une longue lignée de monstres dévoreurs et cracheurs… Il fallait bien une épée laser pour le combattre !

 

Avait-il remporté cet inégal combat ? Qu’était devenu son ancien compagnon d’aventures ? Elle ne sait pas.

 

 

Elle soupire dans son sommeil et se cale contre la vitre où défile un paysage coloré de grands tags rageurs qui montent à l’assaut de murs de béton.

 

Indifférente à ce qui se passe dans le wagon, elle rêve au chevalier de son enfance, à son armure étincelante, à ce dragon blanc qui orne encore son écu, c’est certain.

 

Il n’a pas abandonné, il a sans doute – aussi – grandi, trouvé d’autres ruelles pour y chanter comme autrefois. Peut-être l’a-t-elle croisé à Paris, Barcelone, Prague ou Rome ?

 

100727_Jay-fox_3.jpg

 

 

Elle entend encore le vieil accordéon dont il jouait parfois, après avoir abandonné l’épée, le terrain vague, et même la guitare, trop intime quand on joue seul.

 

Sur quel chemin s’étaient ils perdus, plus tard ?

 

Pourquoi pensait-elle ainsi à lui ?

 

 

 

Le livre est tombé des mains de la lectrice pendant son sommeil. Sans bruit, il le ramasse, le pose à côté d’elle en soupirant.

 

« Heroic Fantasy »…

 

Il est un peu déçu, mais à peine. Il aurait préféré qu’elle lût de l’Alexandre Dumas, du Théophile Gautier, du Zola… Il enseigne à l’université et, deux fois par semaine, il prend le même train en y observant ses voisins.

 

Il les épie, il note, il en fera peut-être de nouveaux personnages, plus tard, dans le calme de l’appartement parisien où il a rédigé son dernier roman. On apprend ses poèmes à l’école.

 

Il a gardé de son enfance ses yeux bruns et profonds et des cheveux indisciplinés.

 

À travers le carreau poussiéreux : un autre train, des voies, l’autoroute, un chantier et de grands engins qui se fraient un passage dans un ancien quartier.

 

L’enfant caché au fond de ses souvenirs se réveille soudain :

 

« Tiens ! Un ferruginovore cracheur… »

 

 

Cergy, le 12 juillet 2011

© Quichottine pour le texte

© Jay-Fox pour les images

 

Merci à  Jay-Fox pour les images sans lesquelles ces mots n’existeraient pas. Un « clic » sur chacune d’entre elles vous permettra de les retrouver dans leur contexte original.

 

* Itinéraire d’un enfant gâté, film de Claude Lelouch, avec Jean Paul Belmondo dans le rôle du héros.

 

88 réponses à “Il était trois images… chez Foxy, Itinerrances

  1. Oh, j’adore ! Je ne regrette pas d’avoir repoussé le sommeil encore un peu : je vais pouvoir rêver de cette improbable rencontre…

    • Je crois qu’ils ne peuvent pas se rentrouver… elle l’imagine errant, alors qu’il est devenu bien plus que ce Rom qui fait la manche Place de Rome à Rome… et lui ne la voit plus que comme un possible personnage de roman.

      Mais j’ai bien aimé écrire cette histoire. Décidément, mes blogamis photographes ont beaucoup de talent !

       

      Merci à toi pour ta présence attentive. Je te souhaite une magnifique journée.

  2. Belle histoire où il y a encore des armures et des épées !

    Bon mercredi.
    Bisoux

    dom

  3. Encore une jolie histoire Miss Quichottine. Bravo à toi ! L’image de la machine dévoreuse de bâtiments est stupéfiante. cela me rappelle une émission américaine  » Extrem Makeover  » qui utilise aussi ce genre de matériel pour te mettre bas une maison en moins de 10 minutes.

     

    Bye Bye, Miss et belle journée à toi !

     

    Katia.

  4. merci. Belle journée chez toi. Avec de la pluie pour nous depuis hier soir…

     

    Bises de nous deux.

  5. Bonjour Quichottine… Belle imagination à partir de la photo un !  Je veux un dragon blanc et une épée laser… hi hi !  Pour le cliché deux l’angle de vue est génial !  Merci à toi, je te souhaite le belle journée, bizzzz jill

    • Tu en veux aussi ??? ça va être dur d’en trouver encore.

      Foxy fait des photos magnifiques, j’adore !

      Bisous et bonne fin de journée à toi aussi. Merci.

  6. J’espère ne pas croiser un ferruginovore cracheur aujourd’hui ! Bonne journée.

  7. Ce rêve qui te ramène à ces souvenirs me touche…Ceux qu’on a croisés, que sont-ils devenus, ils ne sont pas perdus, ils sont un peu de nous et se réveillent parfois et nous redonnent des moments heureux….teintés de la nostalgie du temps qui passnt. Bises   VITA

  8. 3 images et « hop » tu donnes vie à un nouveau rêve rêve et le public en redemande…C’est vraiment un don ma Quichottine.

    belle journée après la pluie bienfaisante.

    je t’embrasse très fort.

    • Sourire… La moisson sur vos blogs  est toujours fructueuse.

      Merci, ma Sophie. Est-ce un don ? Sans doute. En tout cas, je suis contente que cela vous plaise.

       

      Douce journée à toi. Je t’embrasse très fort.

  9. je me suis laissée aller dans tes si … et ce voyage en voiture sur rail …

    Bises et belle journée

  10. Quelle magnifique histoire de coeurs perdus, chère Quichottine, de souvenirs, d’images où l’enfance était souveraine et se permettait toutes les métamorphoses. Quelle belle et tendre histoire inspirée par trois photos n’ayant en apparence rien de commun. Mais c’est sans compter sur ta tendre imagination, ton don de faire naître le rêve du bout de ta plume. Merci pour ce texte émouvant, et si près d’une certaine réalité, celle de l’imaginaire. Je t’embrasse très fort.

    • Merci à toi pour ta lecture et ces compliments.

      Je suis toujours heureuse de te trouver dans mes allées.

      Passe une belle journée, Lorraine. Je t’embrasse très fort.

  11. J’entends l’accordéon et je pars…avec toi dans tes rêves !

    Bisous

  12. Quelle belle imagination tu nous emmène dans tes souvenirs et on te suis charmés comme toujours et en se demandant ou va t’on ?J’espère ne pas rencontrer le ferruginovore  et j’entends déjà l’accordéon .Bonne journée Bises

    • Comme tu es gentille de me suivre sur ses pages ! Merci, Éliane.

      Je suis contente que cela te plaise.

      Bonne journée et bises.

  13. je viens en pointillé avec l’été…

    mais je pense à tes ami(e)s qui sont venu(e)s me rendre visite ..

    le temps me manque un peu

    • Je sais bien que le temps t’est compté, alors merci pour cette visite qui me fait plaisir.

      Passe une belle journée.

  14. interessant ces disgressions sur le livre une autre approche, une autre envie…

    bonne journée

  15. christine de rep dom

    très joli texte;heureusement qu’ils nous reste nos rêves…………….Et avec des si on referait le monde!!!!!!!!!!!!!!   qui d’ailleurs en a bien besoin!!!!!!!!     bisous

  16. Bonjour Quichottine. C’est avec plaisir que je viens de traverser avec toi cette parenthèse de rêves et d’images…

    J’aime beaucoup ta phrase « Qui peut dire où naissent les rêves… » Qui peut le dire en effet ? Mais le principal c’est de les voir naître et vivre. Que ferions-nous sans les rêves ?

    Bises à toi Quichottine et bonne journée .

    • Merci d’être passée, Oxygène. Cela me fait plaisir.

      J’ignore ce que je ferais sans mes rêves… je crois que je n’existerais plus.

       

      Bises et bonne journée à toi aussi.

  17. Elles en ont de la chance tes petites filles ! Tu es intarissable Quichottine ! J’adore me promener dans tes mots !
    Bisous, bonne après-midi.

  18. Bonjour,

    N’y aurait-il pas une touche de Don Quichotte par ici ??

    Bon 14 juillet.

    D@net.

  19. Se souvenir, enjoliver, rêver, c’est normal dans le monde de Quichottine, de fantasmer sur l’image d’un chevalier qui prend toutes sortes de visages…

    Les photos de foxy sont belles et ont un effet choc, merci pour le lien !

  20. Itinéraire d’un enfant gâté est un de mes films préférés, surtout pour Richard Anconina que je trouve sublime dans ce rôle, et pour tout l’espoir transmis. Bonne soirée et bisous

  21. ce jeu entre photos et mots est passionnant, bravo à toutes les deux bonne nuit

  22. Un beau conte avec un beau chevalier et une princesse endormie. C’est charmant comme les princes… j’aime bien… . Bonne soirée Bisous

  23. Des photos insolites !!! une belle histoire !!!!

     

  24. Bonsoir ma douce Quichottine, tu étais perdue hein !!! c’est mon aminaute Fancri à qui j’avais demandé de me rajouter des rubriques car je ne voulais pas refaire un nouveau blog pour Villasavary.. il a fait un essai avec ma page qui sera en fait mon premier article sur Villasavary.. mais l’article est parti.. morte de rire! certains ont même cru que je redéménageais lol… oh que nan alors!!

    Que j’aime cette rubrique d’un écrit sur 3 photos.  je suis captivée par ton écriture mais comment fais-tu? trop fort le ferruginovore cracheur !!

    Tu arriverais à écrire de très beaux sur le plus moche des poubelles !!

    bonne nuit à toi avec plein de bisous

    le matelot de la terre ferme

    • Ben oui… Je ne comprenais plus…

      Ouf, me voilà rassurée.

       

      Le « ferruginovore cracheur » est une invention de Foxy (Jay-fox)… J’ai adoré cette appellation.

      Merci pour ce beau compliment. Passe une bonne journée. Bisous.

  25. 3 belles photos si différentes… Tu as réussi à les réunir grace au rêve.

  26. Bonour Quichottine ! Je suis aussi Dexter sur mon blog d’images. Je te remercie pour ton mail et pour ton commentaire et je vais mettre en pratique ce que tu me dis, je t’ai d’ailleurs répondu plus en détails.

    Ton blog est une mine d’or pour qui aime les livres ! J’ai été une lectrice acharnée, dans tous les genres, jusqu’à l’ère de la blogosphère. Hélas, l’écran (c’est un choix) me laisse moins de temps pour la lecture, mais je le prendrai pour venir lire ici tes articles et le contenu fort riche de ton blog !

    Amicalement et à bientôt, ici ou là….

    Nirvana/Dexter

    • Merci beaucoup pour cette visite Nirvana.

      J’espère seulement ne pas trop t’avoir donné de soucis.

      C’est vrai que l’écran vole un peu de temps aux livres… il faut parfois choisir.

       

      Passe une belle journée.

  27. Un livre ouvert et l’imagination fait le reste.

    L’enfance revient à la surface avec tous ces arrêts sur image,   où il suffisait de dire « si j’étais  » et c’était parti pour des jeux de rôles .

    Ce sont de blles photos, ma préférée est celle du musicien dans cette petite rue .

    Bisous chère conteuse 

    • Je l’aime beaucoup aussi. Je crois que lorsque je choisis les images, je ne pense pas vraiment à l’histoire que je pourrais écrire, mais je regarde seulement si elles peuvent me parler.

       

      Ces trois images le faisaient.

      Bisous et douce soirée, Fanfan. Merci.

  28. J’aime l’Heroic Fantasy. Et je lis aussi Dumas, Zola, Fred Vargas, Boris Vian (oui mais pas trop à la fois… il ya plein de dragons trop humains)

    • Je ris… je lis aussi de tout. Mais à plus ou moins grande échelle.

      Pour les dragons, je suis d’accord.

       

      Merci pour tes lectures du jour, Alphomega.

  29. Un dragon blanc, comme dans l’histoire sans fin, une épée laser et une armure rutilante pour combattre le féruginovore dévorant les vieux quartiers des villes tentaculaires. Le héros doit lui faire cracher les vieilles ruelles pour ne pas perdre les souvenirs des chanteurs de rue.

    Mais il est tard, mon commentaire cafouille je crois. Amitiés

  30. simplement merci 🙂

    désolé pour le retard … un né-vènement est arrivé dans la famille 🙂

     

    bzzzzzzzzzzz

  31. Et si… Si elle s’était réveillée au moment où il ramassait le livre ? Si …
    J’aime bien parfois, moi aussi, mêler ce qui ne va pas ensemble. Cela me semble encore plus « vrai ». Pourtant pour un puriste c’est dur à accepter.
    Tout à l’heure, je t’ai dit je m’en vais. J’étais partie pour ajouter quelques mailles à une étole, tu sais avec cette laine qui n’est pas un fil, Monsieur est arrivé et comme il y avait gala de patinage, mon régal, j’ai posé mes aiguilles. Il y avait un groupe de chanteurs et chanteuses et une chanson que j’ai beaucoup aimée et dont je n’arrive plus à me souvenir des paroles, même pas un peu. Elle parlait de la guerre, de l’attente, de la misère.
    Et zut.

    • Ce n’est pas facile, par écrit de chantonner quelques paroles pour savoir si je les connais… mais un grand merci pour ce partage, Pimprenelle.

      Elle aurait pu se réveiller… oui, et l’histoire aurait été autre.

      Merci pour tout, et bon tricot, au coin du feu. 🙂

      Bisous.

  32. patdelapointe

    un furuginovore ! c’est original…une pince à broyer le béton l’est beaucoup moins…et tu sais que maintenant quand on démollit un batiment : il y a obligation de recycler les matériaux, c’est malin, les routes font des routes, le béton refait du béton.

    • J’ai trouvé que Foxy avait beaucoup d’imagination et ce titre qu’il a donné à son image était un bon début d’histoire…

      Je crois que ce n’est pas plus mal de devoir recycler… tu imagines s’il fallait tout mettre en déchetterie ?

      Passe une belle journée, Pat. Bisous.

  33. canelle56

    Bonjour Quichottine , encore un bon moment passé chez toi  je ne connaissais pas ton lien

    bises et bonne journée

  34. m'annette

    l’imagination des enfants est débordante, et tout se mêle allègrement. Il n’y a pas d’obstacle à leur imagination…

    Destins croisés, rencontre improbable, si je te dis que je pense souvent aux lycéens que je côtoyais, en me demandant, fugitivement, ce qu’ils sont devenus…

    Que deviennent les rêves et les espoirs formés à 18 ans?

    Tiens, une piste pour la petite fabrique d’ériture,…. sinon, je remplis ta page de commentaires à moi toute seule, et je sature la boîte…

    Mais non, ça n’existe pas, sur les blogs, on peut écrire à l’infini…

    Bonne journée à toi, j’ai beaucoup aimé cette histoire, comme un écho aux questions (sans réponse) que l’on se pose à 50 ans et quelques poussières…

    • C’est gentil de penser à la Petite fabrique. C’est vrai que ça pourrait être un sujet à développer.

      On peut écire à l’infini, c’est vrai… mais il arrive que le commentaire soit tellement long que OB nous le vole… hélas !

      Merci tout plein pour ce partage. Je suis d’accord avec toi, je m’interroge aussi souvent sur certain de ceux que j’ai croisés, pas tous.

       

      Passe une belle journée, M’Annette. Bisous.

  35. Quichittine : agence de recommandation de beaux blogs 🙂

    Bon j’y vais voir …

    Ziboux

  36. jean-marie

    bonjour, ma chère Quichottine,
    tu as des dons de magicienne
    d’une vague lecture dans un train
    au combat médiéval et de science-fiction
    sous l’oeil du dragon familier
    de trois images et du souvenir,
    tu fais un conte-poème
    j’aime
    bonne journée
    gros bisous d’amitié
    jean-marie

     

     

    • Merci pour ce beau compliment, Jean-Marie.

      Je suis contente que cette triade te plaise.

      Gros bisous et bonne journée à toi aussi.

  37. Tu as une sacrée imagination vraiment et c’est on accroche toujours autant!

    Bravo

    Belle journée et bises

    Dany

  38. Mamychachat

    Une nouvelle histoire toute romantique comme j’aime ♥ Je souriais en lisant ces mots d’enfants. Nous en inventions des histoires (avant) (dans l’temps !) car nous n’avions pas tous les « jouets » de maintenant. L’imagination allait bon train.

    Heureusement il y a les livres pour continuer de nous faire rêver …

    Merci et très belle journée

    Gros bisous

    • Je crois qu’il y a toujours des enfants pour inventer des histoires… il faut seulement leur en laisser le temps au lieu de les submerger d’activités diverses ou de les figer derrière un écran, quel qu’il soit.

      Les livre sont toujours un bon moyen de s’évader.

       

      Merci et gros bisous à toi aussi, Mamychachat. Passe une belle journée.

  39. J’adore le ferruginovore cracheur bien vu Quichottine, tu nous a encore fait voyager, merci

    Bon après midi

    • Tout le mérite en revient à Foxy… C’est lui qui a donné le nom du monstre de nos villes.

      Merci à toi d’avoir suivi l’histoire.

      Gros bisous et bon après-midi.

  40. Mistigris

    bon il faut revenir « sur terre » l’histoire est terminée, presque… en fait tu réveilles toujours des souvenirs, charmeuse Quichottine, j’aime bien venir t’écouter, assise sur le coussin à côté du lutin bleu, oui ! c’est cela ! MERCI, belle journée à toi, bisous MIAOU!!!!!!!!!!!!!

  41. Merci Quichottine et de rappeler ce superbe film de JP Belmondo. Il manque sur les écrans maintenant !

    Bonne journée demain ma belle et grosse bises

  42. Oui c’est ce que j’ai vu je suis allée lui rendre visite

    Bonne soirée Quichottine

  43. Je viens une fois de plus de me régaler ma Quichottine avec ce conte brodé autour de ces 3 images. Bises du soir

  44. ♥ Trinity ♥

    De belles images chez Foxy où je viens d’en découvrir d’autres, trois que tu as sélectionnées pour faire naître un nouveau conte.

    L’imagination débordante des enfants, leurs rêves les plus fous semblent pouvoir se réaliser… Nous avons tous et toutes vécu cette période magique avant de prendre conscience que la réalité empêchait pafois la fiction de naître ! Mais c’est chouette d’avoir pu rêver de l’impossible, de l’improbable !

    « Ton chevalier avec son sabre laser  » m’a rappelé que mon ado a eu lui aussi un « sabre laser (rouge), il se déguisait avec son costume de gladiateur et il partait combattre les monstres les plus méchants de la planète… Je m’amusais beaucoup lorsque j’entendais les « han » qu’il criait pour accompagner ses combats et lui donner la force de terrasser les monstres …..

    Pour en revenir à la fin de ton conte magique, je crois que parfois il est bon de ne pas savoir ce que sont devenus certains de nos anciens compagnons de jeu, et qu’il est préférable d’imaginer que leur futur est tel que nous aimerions qu’il soit.

     

    Encore une énorme merci pour cette belle histoire !

    Je t’embrasse fort

    Claire

    • Merci de l’avoir visité en mon absence. J’aime que tu viennes, que tu t’installes, que tu prennes le temps du partage.

      Alors, un immense panier de bisous pour toi… Surtout, ne l’oublie pas.