Un coucou ou un bisou… des mots-sourires

J’aurais pu inaugurer une nouvelle catégorie. Je l’aurais appelée : « Paroles » si, ce faisant, je ne m’étais sentie un peu plagiaire…

 

Je ne suis pas Prévert, et il n’y aura pas chez moi de nouvelle étagère. Mes « Pensées diverses » suffiront aujourd’hui pour y noter les mots que j’avais déposés chez Yvon

 

J’ai bien aimé la chute de ton billet, tu as bien fait d’aller jusqu’au bout de tes idées, jusqu’à la dernière question…

Je pourrais continuer ainsi :

 

Et si, parfois, ce bisou que l’on dépose, ce coucou d’un mardi différent était plus qu’un bisou ou un coucou… et que seul celui qui le dépose le sache ?

 

Ce ne serait pas si grave, je pense. Mais peut-être celui (ou celle) qui les aurait reçus sans comprendre serait-il (ou elle) passé(e) à côté d’un message bien plus important.

 

Nous vivons dans un monde de mots et d’images où chacun voit ce qu’il peut ou veut. Nous ne faisons que proposer et nos lecteurs, eux, disposent.

 

Passe une belle semaine, Yvon. Merci pour ce voyage immobile.

 

Commentaire n°3 posté par Quichottine le 21/09/2010 à 03h28

 

Je les ai relus aujourd’hui puisqu’il m’a répondu.

 

Je dois te faire un aveu…

Je publie mes articles d’abord pour me faire plaisir… C’est un peu pour cela que je produis peu. Je prends un vrai plaisir à construire mon Cairn.

Ensuite, mon second plaisir c’est bien de suivre vos visites et de profiter de vos commentaires… Je range avec soin vos petits cailloux…

Et c’est vrai que parfois je lis les commentaires suivant mon humeur du moment… C’est pourquoi je prends toujours un peu de temps pour répondre, pour être certain d’avoir bien vu le sourire qu’on voulait m’offrir.

 

Réponse de Opium le 07/10/2010 à 18h43

 

 

Bien sûr, ces mots ne veulent rien dire, sortis de leur contexte. Comme souvent quand on extrait une phrase ou un même un paragraphe d’une page, il manque le décor, ce qui a suscité cet échange…

 

 

10_07_corse_10.JPG

 

 

Revenons donc aux mots d’Yvon. Des mots que je vais citer ici sans sa permission et qui seront retirés, s’il en fait la demande.

 

Et si chacun de nos Blog était un cairn, disposé là pour tous les marcheurs immobiles que nous sommes…

Et si chaque commentaire était comme ces souvenirs d’un passage particulier, ne cherchant rien d’autre qu’à dire « je suis passé »…

Et si tous ces visiteurs qui ne laissent pas de commentaire étaient comme ces marcheurs qui passent à côté d’un cairn, parfois sans le comprendre…

Wikipédia, dans sa grande sagesse nous dit qu’un cairn peut être la représentation d’une personne…

Et si notre Blog était aussi une image de nous que nous cherchons à offrir aux autres…

Et si…

Yvon

in « Le Cairn de Lure »

Les Photos d’Opium, 29.09.2010

 

Chacun de nos blogs correspond à ce que nous avons envie de partager avec d’autres, des mots, des images, de la musique parfois.

 

Une image de nous ? Pas forcément, mais sans doute un peu. 

Le sujet que nous choisissons de traiter n’est jamais tout à fait anodin. Nous apprenons à nous connaître les uns les autres par l’intermédiaire d’émotions provoquées et ressenties.

 

Alors… Oui, Yvon a raison dans sa démarche, dans le soin qu’il apporte à rédiger ses billets, à choisir les images et les liens… Il a raison de se faire plaisir, parce que le plaisir qu’il s’offre passe à travers l’écran lorsque nous le lisons.

 

Et je pense que je n’ai pas tort de croire que certains commentaires que l’on penserait inutiles ne le sont pas vraiment.

 

J’y réponds, sans jamais me dire que c’est une perte de temps. J’ignore si derrière ces coucous, ces bisous, il n’y a pas un être qui aurait eu besoin, à ce moment précis, d’un geste amical, d’un mot affectueux, d’un clin d’œil complice.

 

Je n’en sais rien, c’est vrai, quelques-uns jouent à poster seulement pour avoir un commentaire en réponse. Mais c’est loin d’être le cas pour tous.

 

Alors, comme mon chevalier qui s’arrêtait alors qu’il aurait sans doute dû passer son chemin s’il avait été plus « sage », je prends le temps d’écrire ces quelques mots qui, peut-être, sembleront un sourire à ceux qui les liront.

 

 

 

10_07_corse_06.JPG

 

 

 

Merci à mon amie Anne pour les photographies qui illustrent mon billet du jour.

 

109 réponses à “Un coucou ou un bisou… des mots-sourires

  1. Cela me fait penser à un magnifique dialogue de Tardieu (mon idole à moi) dans l’ABC de notre vie,  juste quelques bribes de souvenir que j’en ai  :

    Qui es tu ? je suis

    Qui étais-tu ? J’étais.

    Où étais-tu ? 

    J’étais caché au fond de tes yeux c’est pourquoi tu ne me voyais pas !

  2. Même si je suis pressée, j’essaye toujours de laisser quelque chose de personnel dans mes commentaires. Ce n’est peut-être pas toujours ressenti comme ça …
    Par contre, ceux qui me laisse un com’ banal de bonne journée alors que je suis persuadée qu’ils n’ont même pas pris le temps de lire mon article, je leur réponds de la même façon et uniquement par politesse !

    Bon jeudi ! Bisoux.

    dom


    • Oh dis donc, tu n’as pas l’air d’avoir passée une bonne nuit… J’espère qu’un café ou un chocolat chaud va te redonner du tonus pour la journée. 

       

      J’apprécie beaucoup tes visites, Dom. Je sais que tu en fais beaucoup chaque jour, et je sais que ce n’est pas toujours facile de commenter chez moi. Tu as le don de trouver la petite phrase qui me fera plaisir… alors, un grand merci et plein de bises pour toi.

  3. ces quelques lignes sont plus qu’un sourire….un bisous, un coucou parfois veut dire bien plus que ces quelques lettres, il y a juste des jours qui se font plus difficiles que d’autres pour exprimer les différentes émotions qui nous envahissent à la lecture des articles….j’aime beaucoup la réponse d’Yvon « Et si.. »

    • Merci, Solyaan.

       

      Et si… et si ces visites si différentes les unes des autres n’étaient finalement que le même geste amical, cette main que l’on tend ou que l’on prend, malgré l’écran qui nous sépare ?

       

      Un « bonjour », de ceux que l’on ne dit presque plus dans la réalité, le quotidien ou des milliers d’êtres anonymes se croisent dans la rue ou chez les commerçants sans même échanger un sourire ?

       

      C’est quelque chose de précieux, pourtant, que ce sourire qui dit que l’on existe vraiment.

  4. C’est très beau ce que tu dis et ce que dit Yvon…Et quand quelqu’un prend du plaisir à envoyer ses messages et le fait avec amour, cela se sent et ça fait du bien,merciQuichottine!

    • Merci, Gazou.

      Ce « bien » que je peux ressentir lors d’une lecture, devant une image, c’est ce qui me fait garder ma fenêtre ouverte sur ce monde que l’on dit « virtuel » et qui ne l’est pas vraiment.

  5. Bien avant d’avoir fini de lire ton billet j’ai besoin de te dire que « le coucou, le bisou », cela rejoint le commentaire que je t’ai mis aujourd’hui sur La lune Absente… mais oui, il faut lire tout ce qu’il y a derrière les mots ! Si pauvres souvent… Tu sais quand-même les manier ces mots si volatiles…

  6. Je reviens pour te dire que j’ai tout lu, vu Prévert et l’Yvon du Cairn, tout me plaît, et, oui,  tu as le chic pour dire ces choses si difficiles souvent à exprimer…
    Zibous bisous Quichott’ 

    • Ce sont des blogs où j’aime aller, des personnes que j’apprécie.

      Merci d’avoir suivi ces liens.

       

      … et merci pour ce compliment.

      Un énorme bisou pour toi, Marine.

  7. Joli, j’adore ces mots et les photos sont aussi très belles

    Bravo à Anne et Yvon

    Amitiés, Flo

    • Merci, Flo.

      Les photos d’Anne me ravissent. J’ai adoré l’aurore de la dernière. J’avais envie de la montrer, comme un sourire.

      Amicalement à toi.

  8. les blogs me font aussi penser à une cour de récréation. Certains crient plus fort que les autres, une multitude de petits groupes jouent, rient …, On en voit à l’écart, d’autres courir en tout sens. Dans l’ensemble, c’est joyeux! c’est une cour de récré..

    Et à l’image du cairn, un tableau sous le préau laisse libre cours à chacun d’y apposer sa marque.

    Bisous bonne journée.

    • Ce commentaire-là, je m’en vais l’encadrer… Tu pourrais me faire un montage avec tes souris pour l’illustrer ???

       

      La cour de récré… je n’y avais pas pensé, mais c’est tout à fait ça.

      Bisous et bonne journée à toi aussi.

  9. Des mots -sourires…..sourires !!

    Je me souviens qu’en 2004, j’ai dit à Eliane: « c’est la fin du voyage pour moi » et j’ai eu plein de « mots-sourires ». Cela fait plus de 6 ans et je reçois toujours des mots-sourires, je vais peut-être devenir éternel…..sourires.

     

    Belle journée avec bises de nous deux.

    • Je crois que tous ces mots sont importants.

      C’est ce qui m’a le plus touchée quand je suis arrivée chez toi la première fois. Ton blog ne ressemblait à aucun autre de ceux que je fréquentais habituellement. J’avais l’impression de me retrouver dans un salon où chacun venait t’apporter de ses nouvelles, prendre des tiennes.

      … sans pour autant oublier les mots déposés sur tes pages. De véritables conversations s’instauraient, comme si tu avais bien connu les visiteurs, un petit mot gentil pour chacun d’entre eux, très personnel.

       

      J’ai aimé. J’ai aimé entrer peu à peu dans ta grande famille bloguesque, et, oui, je l’espère bien, tu seras éternel !

       

      Belle journée et bises affectueuses pour vous deux. Prends soin de toi.

  10. Peu importe ce que l’on écrit , peu importe ce que l’on  publie. Forcément un petit peu de soi apparaîtra en filigrane. On ne peut échapper à soi-même et je pense que le « virtuel » n’existe pas.  Même  protégé(e) par un écran, on ofrre aux autres  une image de nous- mêmes, comme quand est « dehors ». C’est forcément la même. Mais, avec un peu de psychologie et surtout de bienveillance on découvre un peu de l’autre  au travers d’une image

    • Le virtuel n’existe pas… j’en suis persuadée.

      Ce sont ces messages, ces liens que nous tissons au jour le jour qui nous permettent d’en savoir un peu plus, de comprendre ceux qui nous entourent, sans doute plus facilement que ceux que nous côtoyons dans la rue.

       

      J’aime quand tu parles de « bienveillance ». Je pense qu’elle est indispensable et qu’elle manque souvent dans le monde réel.

  11. Au moment où je t’écris, nous sommes 9 à nous balader chez toi, Quichottine, ça va faire un beau petit cairn rien qu’à nous 9. Je trouve ces petites constructions anonymes toujours émouvantes et jolies, témoignage d’un passage humain dans un paysage solitaire, souvent. Les tags seraient des cairns urbains « d’ultra moderne solitude », peut être?

    Je t’embrasse fort.

    • J’aime bien la comparaison que tu fais avec les tags… Oui, sans aucun doute.

      Je crois que certains ont besoin de dire qu’ils sont là, et ils n’ont trouvé que ce moyen d’exister.

      Un peu de provocation, beaucoup de solitude.

       

      Neuf visiteurs se promenaient, pas tous n’ont laissé une trace. Merci pour tes mots à toi.

      Je t’embrasse fort.

  12. Dans l’ABC de notre vie il y a plus de 3 personnages, il y a des chœurs, j’ai eu l’occasion de le mettre en scène, ainsi que d’autres petites pièces de son théâtre de chambre, un vrai bonheur. Je suis une inconditionnelle de Tardieu, je m’y retrouve totalement.

    Pour ce qui est des commentaires, le sujet et délicat et il y a, je crois, autant de cas que de commentaires déposés.

    « Le meilleur nageur est celui qui se laisse porter par le courant », je crois qu’il nous faut naviguer sans heurt, dans le respect et le ressenti des choses, afin d’éviter de porter un jugement. Au fond ce qui compte c’est ce que l’autre donne à lire, à découvrir et parfois le passant silencieux ou laconique ne porte aucune indifférence. Personnellement je ne lis jamais les autres commentaires avant de déposer le mien (le premier). Je ne découvre les mots des autres que lorsque je vais découvrir ma réponse. Et c’est parfois très intéressant (chez toi toujours). Mais ce qui me convient ne convient peut-être pas à d’autres. C’est ainsi, la diversité fait notre richesse.

    Pourquoi tient on un blog, pourquoi voulons nous être publié, pourquoi souhaitons nous monter sur scène, pourquoi voulons nous ne montrer que le bout de notre museau et conserver l’illusion d’être une taupe en s’ouvrant au monde ?

    Chaque cas a sa réponse, chaque réponse est respectable et ce brassage de personnalités que l’on trouve dans chaque regroupement humain est une expérience de la vie, une sorte de polissage nécessaire pour tenter d’atteindre l’épure.

    Trop de mots, bien trop de mots pour dire que l’échange est indispensable à la vie.

    Amitiés

    Adamante

    • Il faut vraiment que je parte à sa découverte… Merci pour cette précision, Adamante.

      Sourire en te lisant. Je prends plus de risques, je ne lis jamais les commentaires précédents le mien lorsque je le dépose, quitte à en poser un second pour dire « je suis désolée, je viens de répéter dans le savoir ce qu’a dit ***… » Je les lis généralement après, ou, au plus tard, lorsque je viens lire la réponse, suivant le temps dont je dispose. Lorsqu’il y a beaucoup de commentaire, je fais comme dans le dictionnaire, une lecture en diagonale pour voir les mots qui vont m’accrocher. On ne peut pas toujours tout lire, tu as raison.

       

      Mais j’essaie au maximum de répondre à ceux qui me font la gentillesse de m’écrire, même le plus petit mot… Peut-être n’est-ce pas aussi important pour eux que pour moi, je ne sais pas, mais j’essaie de ne blesser personne par un silence qui pourrait ressembler à de l’indifférence.

       

      Je pense que nous avons beaucoup en commun, Adamante, au moins en ce qui concerne notre approche de l’autre.

       

      Trop de mots, je ne sais pas… mais je pense, comme toi, que l’échange est nécessaire à la vie.

       

      Amicalement à toi.

  13. Tu sais, Quichottine, j’adhère absolument à ce que tu dis quand tu parles des commentaires laissés comme des « avis de passage ». Dans chaque petit mot, il n’y a pas toujours en effet la simple marque d’un passage rapîde..le simple coucou est déjà un signe amical…et puis il y a certains commentaires en effet qui nous « parlent » plus que d’autres et derrière lesquels on voit vraiment fleurir LE sourire chaleureux ! Tu sais… comme la voix d’un inconnu au bout du téléphone: selon l’intonation tu devines le sourire…ou pas !

    Toi, tu fais partie justement des personnes qui laissent des mots « qui ne laissent pas indifférents », des mots emplis d’émotion et de chaleur…des mots qui nous laissent t’imaginer en réalité…oui, la personnalité transparaît au travers des mots de certains…ce qui fait que l’on peut penser que finalement le virtuel peut parfois rejoindre le réel…je suis sûre que si je te rencontrais pour de vrai, je trouverais la Quichottine que j’imagine…avec les mêmes mots et…ce sourire « qui s’intéresse aux autres ».

    Un camion de bisous et de …sourires énormes pour toi !

    • Merci pour ces mots-là.

      Deviner le sourire de l’autre au moment où il écrit, fusse quelques mots, c’est important. C’est aussi pour moi le grand plaisir de cet échange bloguesque.

       

      Écrire, je peux le faire partout. Je n’ai pas forcément besoin d’un écran et d’un clavier. Mais le partage est ce qui donne de la valeur à cet écrit, qui le transforme en quelque chose d’irremplaçable.

       

      Le virtuel, évidemment, ne peut se nier, mais derrière ce virtuel, il y a la réalité des personnes que l’on voudrait rencontrer.

       

      J’espère un jour… Nickyza. Merci pour ce camion de bisous et d’énormes sourires. Je t’adresse les miens en retour.

  14. Ok, je suis partant mais ça se prépare comme décor, je vais y réfléchir, en tout cas, c’est avec grand plaisir.

    bizz

  15. un blog comme un partage

    comme un secret que l’on envoi à des inconnus

    des liens qui se transmettent si vite

    ecrire et pas toujours pour passer le temps

    passer un relai

    belle journée Quichottine bises soleil

    • « Passer un relai », écrire pour mieux rebondir.

       

      J’aime bien l’image… Bises ensoleillées et bonne journée à toi aussi. Merci.

  16. J’aime ton billet de ce matin, il dit beaucoup mieux que je ne saurais le faire ce que je pense de mon aventure blogueste. Merci Quichottine et bon jeudi.

  17. Un sourire, un bonjour, un bisou, c’est toujours un échange, une émotion d’un côté comme de l’autre,  même si elle n’est pas ressentie de la même façon. Un petit mot n’est jamais petit, il contient tant de celui qui le dit ou l’écrit …

    Une façon aussi de dire sa présence,  » ne t’inquiète pas, il y a quelqu’un  » …

    Je n’ai pas de blog, mais je pense que chaque billet contient un peu de soi et porte un appel, une invite.   

    Quichottine, un galet-bisou pour toi, et du soleil tout doux …   

  18. Il y a tant à lire chez toi ! Ta production et les commentaires de tes aficionados… Je n’en dirai pas plus, je me retrouve dans un peu tous: plaisir d’écrire, rejet de la contrainte, découvertes magnifiques, rencontres, connivence, paresse…

    Alors, je me rallie à la troupe : une pour tous, tous pour Quichottine ! 

    • Sourire… J’ai aimé te retrouver lorsque tu es arrivée sur OB, Galet. Reste telle que tu es, avec ta spontanéité, et ces mots qui me charment.

      Merci pour tout… (Mais n’appelle pas trop de monde, je serais vite débordée. )

  19. Bonjour Quichottine. Comme j’aime cet article…! J’avoue énormément aimer l’idée que chaque message déposé sur un blog est la petite pierre ajoutée à un cairn. Cette image joliment trouvée par Yvon correspond exactement à ce que je ressens. 

    Je crois que j’y penserai toujours maintenant à la lecture des commentaires de mes copinautes.

    Ton choix de photos donne encore plus de poids à cet article plein de sensibilité. Merci à toi Quichottine et gros bisous.

    • Je crois que beaucoup le ressentaient ainsi.

      J’aime aussi les mots qu’Yvon a su trouver pour l’expliquer.

      Merci, Oxygène, d’être venue les lire. Gros bisous.

  20. Juste un petit coucou. Bises

  21. Coucou, sourires, et bIsous… et pi ché toute.
    Belle soirée Quichottine.

  22. sympa la communication comme ça entre bloggueur …bise quichottine

  23. Un blog , c’est un peu de nous forcément , mais juste un petite partie ;parfois on lit entre les lignes;on se fait une idée de la personne ;on se trompe peut-être mais qu’importe?

    Peu de gens se livrent complètement et c’est normal .

    POur les coms, je fais un peu comme Yvon:  j »y réponds à tête reposée pour bien les apprécier et non pas en vitesse(sauf exception)

    Ceux qui ne viennent que pour avoir un retour et sans être intéressés par un blog   finissent par ne plus venir ..Le tri se fait tout seul .

    Merci pour ce bel article . BiSOUS

     

     

     

    • Je crois aussi que ce n’est pas si grave de se tromper… a plupart du temps, ça correspond bien.

      Il vaut mieux y répondre à tête reposée, en prenant le temps… quitte à prendre un peu de retard quand on en manque, comme moi en ce moment.

       

      Je suis d’accord pour le tri… Mais je suis très étonnée de voir que certains reviennent alors qu’ils n’ont pas forcément les mêmes centres d’intérêt.

       

      Merci à toi pour ta présence et tes mots. Bisous.

  24. C’est un peu comme partir à la découverte des autres, une promenade qui parfois

    nous fait découvrir un paysage inconnu, les mots comme des petits cailloux que l’on pose, témoin de notre visite 🙂

    J’aime bien les mots que tu poses chez moi !!

    Marcelle

  25. C’est un partage que j’ai bien aimé
    Il est vrai que derrière quelques mots se cache quelqu’un et ce quelqu’un existe et s’il n’était pas intéressé par ce qui se passe sur nos espaces … il ne viendrait pas!
    C’est un peu le rassemblement de plusieurs idées, de plusieurs groupes, de communautés, d’horizons divers variés et si peu anodins … l’un entraînant l’autre, je dois avouer que j’aime tous ceux qui viennent me rendre visite, souvent surprise par l’intérêt porté à mes écrits qui ne sont pas si distrayants … je ne peux pas ne pas répondre, même si quelquefois c’est court par manque de temps (et en ce moment par manque d’ordinateur!)
    Bonne soirée

    Un bisou amical
    Viviane

    • Je suis d’accord. Les mots qu’on laisse ici ou là sont des preuves d’intérêt.

      Le temps manque de plus en plus, et j’espère que tu retrouveras bien vite l’usage de ton ordinateur.

       

      Passe une douce fin de semaine. Merci pour ta présence.

  26. Bonsoir Quichottine. Parfois les commentaires procurent un bien fou à celui qui les reçoit et lui redonnent confiance, en lui et en son cairn, ou son jardin. Parfois aussi  (plus rarement) les commentaires blessent et sapent le moral. Bonne soirée et bisous 

  27. Je suis d’accord et ……….pas d’accord

    Bon tu vas me dire Corinne tu sais ce que tu dis ou pas ???

    Je me suis aperçue mais ils sont minoritaires que parfois ou même souvent (pfff encore une contraction ) que tous les jours quand tu as, bon lundi, bon mardi, bon mercredi et que tu retrouves le même commentaire sur différents blogs, cela démontre bien, que l’article n’a pas été lu

    Pour tout te dire, j’ en ai eu quelques uns et quand toi tu prends la peine de lire ce que je trouve normal, nous passons du temps à préparer nos articles, même si cela nous fait plaisir mais je t’avouerai que ces coms répétitifs, me déçoivent un peu. Quand je sais que je n’ai pas le temps, je mets ma news de côté et j’y reviens, certes je peux finir aussi par bon lundi ou mardi.

    Mon but n’est pas de mettre un com pour en recevoir

    Tu sais même pendant ma petite pause j’ai eu des meals, pleins de meals de personnes sincères qui s’inquiétaient et crois moi ça touche mais j’en ai eu également me disant, mon BR baisse passe me mettre un com, désolée mais je ne fonctionne pas ainsi.

    Voila ma Quichottine mon avis perso mais attention !!!! je ne suis pas contre les bons lundis ou les bons mardi, seulement, je fais la part des choses

    Je te souhaite donc « une belle soirée  »

    Gros bisous

    • Non, je ne dis rien.

      Je t’écoute et j’approuve aussi. Je sais que tu es de ceux qui ne mettent pas un commentaire pour en recevoir… et j’apprécie beaucoup.

       

      Merci, Corinne. Passe une douce fin de semaine.

  28. Allo Quichottine, dans le Grand Nord par chez moi, l’inukshuk est un cairn aussi; inut pour un être humain, shuk pour agissant à la place de l’humain. Et pour former le cairn, quelqu’il soit, ça prend une main qui tienne le cailloux et le dépose avec une intention précise. Alors seulement un geste significatif est posé pour la communauté. Très jolies les photos de a.a. et ton texte dit ce que beaucoup  pensent tout bas en appui de celui de Yvon. Nous sentons les gens, s’il y en a qui essaient de nous leurrer avec de petits cailloux stériles, ils le peuvent. Mais la plupart sont honnêtes avec leurs sentis et ne se contentent pas de peu à laisser comme traces. Alors un bon matin Quichottine!

    • Merci pour ces mots-ci, Snow.

      Ils m’ont touchée pour leur sincérité, même si je te réponds avec beaucoup de retard.

      Passe une belle journée ensoleillée si possible.

  29. Comme il a raison Yvon. Nos blogs sont des images de nous que nous offrons aux autres….

    Mais ils peuvent être aussi qu’une certaine partie de nous même….

    C’est pour cette raison que j’ai deux blogs et si on les réunit ce que je ferai un jour (prochain j’espère) on aura l’intégralité.

    Tu m’as donné envie d’aller visiter Yvon

    Un nouveau poème sur QUAI DES RIMES ( http://quaidesrimes.over-blog.com )

    Bisous Quichottine

    • Il y a forcément des choses qu’on réserve à des endroits moins « publics ». Tu ne diras jamais tout à fait la même chose en amphithéâtre ou dans un salon, dans un salon ou un boudoir… c’est heureux.

      Je pense que tes deux blogs correspondent à deux sphères différentes. Le premier est citoyen, le second est privé. Pourtant, sur les deux, tu es toi.

       

      Je ne suis pas sûre que tu puisses vraiment un jour réunir les deux.

  30. Pour moi un simple mot, trace de passage d’amitié lorsqu’on est pressé, procure une flamme de bonheur. Au fil des années nous apprenons à nous connaître, nous attendons un petit mot, nous rendons visite aux amis, nous saluons, nous remercions comme dans la vraie vie…C’est si bon de recevoir les amis .

    Je t’embrasse .

     

    • C’est tout à fait ce que l’on ressent au fil du temps.

      … et je suis bien d’accord avec toi, Sophie. C’est merveilleux de recevoir des amis.

      Je t’embrasse fort.

  31. ah oui alors, j’ai souri, oui oui oui

    et ma foi, je suis bien dans tes traces, et celles d’yvon, j’apprécie chaque choix de mot, chaque non choix, chaque « ratage », chaque « coup d’gueule », chaque tentative de putch parfois (lol) comme autant de témoignages de la pression atmosphérique sur ce que nous sommes, dans ce grand collectif, pas seulement bloguesque…

    accueillir, donner, transmettre, partager

    hop hop, pas de question à cent balles, c’est que du bon…

    gros gros bisous et belle soirée à toi

     

  32. Merci Quichottine de ce très bel article qui arrive à mettre e nvaleur les quelques mots importants de mon billet…

    Et, merci à tous ceux qui, après être passés chez toi sont venus chez moi, et on déposé leur caillou au pied de mon cairn…

    Je suis heureux que tant de tes lecteurs partagent tes idées.

    Bises

  33. C’est beau de comparez, ces mots de blogs aux pierres des cairns que chacun dépose en passant. j’adore les cairns

    les Eskimos les nomment « Inoukchouk » comme les Allemands dailleurs « Kleinspiele man » : petit homme de pierre. De retour de vacances je vais découvrir ce que chacun à déposé aux croisées des chemins de cette grande toile qui se tisse des liens et des mots de tous.

    Bonne soirée.

    • Merci pour cette précision… J’ignorais.

       

      « Petit homme de pierre », c’est joli.

      Bonne soirée à toi aussi.

  34. je suis en accord avec ce que tu dis et quand on connait un peu la sensibilité d’un blogueur(malgré la distance)il est aisé de sentir qui est sincère ou pas..Et le petit mot gentil peut tomber au moment parfait ou on en avait besoin..en face de l’autre coté de l’écran.

    Bise Quichottine et bon dimanche

    • Je suis contente que tu le ressentes aussi.

       

      Et c’est vrai qu’un mot déposé peut apporter le petit moment de soleil dont on a besoin.

      Passe une belle soirée. Merci pour ce partage.

       

  35. Quand je soulève un caillou il y a toujours quelque chose en dessous as-tu remarqué qu’il n’y avait jamais « rien » ?

    Je t’embrasse

  36. Bonsoir Quichottine,

    C’est important de laisser un petit tas de pierres, physique comme la photo d’Anne ou littéraire comme celui d’Yvon pour le passant qui ainsi se sent moins isolé. Je viens de m’apercevoir que mes billets par contre sont très égoïstes puisque ils ne concernent que moi devant mes souvenirs qui avec le temps me glissent d’ailleurs des doigts ! Et qui souvent n’offrent que peu d’intérêt à ceux qui n’ont vu les mêmes paysages ou vécu des  évènements identiques. Ils n’ont même pas de valeur historique puisque quelques fois embrumés dans le passé. Je n’exprime donc que des sentiments personnels et j’avoue que la première fois que j’ai vu mon billet flotter dans la blogosphère j’en ai été effrayé comme si j’étais exposé à la vue de tous dans un habit transparent comme celui du conte !.Mais il y a des jours fastes où ma plume me démange, alors je me jette à l’eau quitte à boire une tasse !

    Bonne et riche semaine littéraire.

    • Il ne faut pas du tout vous sous-estimer.

       

      Vos articles sont intéressants et les sentiments que vous exprimez sont émouvants.

      Je pense qu’il n’est pas souhaitable de se limiter à des articles d’intérêt général ou à des faits historiques. L’histoire vue à travers le prisme de vos souvenirs est importante pour nous aider à comprendre l’autre.

       

      Notre monde est fait de milliers de petits quotidiens qui se côtoient. En déprécier un, c’est fragiliser l’ensemble.

      Bonne fin de semaine, Georges. Surtout, continuez à écrire.

       

  37. J’aime les mots d’Yvon et les tiens bel échange sur les blogs, ce que les passants y voient ou n’y voient pas mais c’est à eux qu’on les propose et libre est leur interprétation,

    Je précise à Yvon ma pensée au sujet de leur silence ;il n’est pas toujours ignorance ou indifférence, il peut être discrétion ou mots difficiles à trouver

    Quant à ta suggestion quelque part de me mettre dans tes liens , ça me ferait plaisir…

    • Tu es déjà dans ma vitrine magique. Il me faut te mettre dans mon carnet d’adresse, ce que je ne manquerai pas de faire bientôt.

      Il est vrai que l’on doit tenir compte de la discrétion des visiteurs. Certaines émotions ne sont pas toujours faciles à partager.

       

      Bonne soirée, Colette. Merci pour ces partages.

       

  38. les blogs c’est fait pour rêver tout fort!

    un bonjour-sourire…

  39. Bonsoir Quichottine,

    J’ai apprécié de te lire, ainsi qu’Yvon.

    Le « Si » en dit tant et laisse place à ce que nous pouvons et voulons également penser et entendre.

     

    Ce serait se leurrer que de se dire que nos visiteurs sont tous très attentifs à nos partages. Parfois, à leur commentaire, on comprend que ces mêmes n’ont pas pris temps de lire notre billet et ainsi été réellement, bien que ce soit par le virtuel, attentifs à notre partage.

    Ils veulent une réponse, nous leurs en donnerons une mais il est plus plaisant lorsque l’échange ne se limite pas à de simples coucou et bisou.

    Je ne dis pas que tous ne demandent qu’à avoir des commentaires sur leur(s) espace(s) respectif(s) mais il y en ait qui le veulent et se font alors moins que visiteurs, et ainsi simples passeurs…

    Ensuite, je sais que des personnes ne sont pas aussi bavardes que nous (par l’écrit, en tout cas ^^) et alors, nous nous contentons de leurs bonjour, bonsoir et bise qui restent, malgré tout, plaisant de recevoir.

    Ce ne sera pas sur une bise que je te quitte, pour ces soir et fois-ci, Quichottine, mais sur des voeux du soir ; ainsi, une belle soirée et une bonne nuit !

     

    • Nous sommes bavardes toutes les deux, je pense… plus ou moins selon les sujets que nous traitons. Certains demandent moins de mots que d’autres.

       

      Cependant, chacun des mots que tu as déposés ici depuis notre première rencontre m’a fait plaisir. Merci d’être là, toujours aussi fidèle et attentive aux mots déposés.

       

      Belle soirée et bonne nuit à toi aussi, AneverBeen.

  40. Même si je suis pressée, j’essaye toujours de laisser quelque chose de personnel dans mes commentaires. Ce n’est peut-être pas toujours ressenti comme ça …
    Par contre, ceux qui me laisse un com’ banal de bonne journée alors que je suis persuadée qu’ils n’ont même pas pris le temps de lire mon article, je leur réponds de la même façon et uniquement par politesse !

    Bon jeudi ! Bisoux.

    dom


  41. Un sourire, un bonjour, un bisou, c’est toujours un échange, une émotion d’un côté comme de l’autre,  même si elle n’est pas ressentie de la même façon. Un petit mot n’est jamais petit, il contient tant de celui qui le dit ou l’écrit …

    Une façon aussi de dire sa présence,  » ne t’inquiète pas, il y a quelqu’un  » …

    Je n’ai pas de blog, mais je pense que chaque billet contient un peu de soi et porte un appel, une invite.   

    Quichottine, un galet-bisou pour toi, et du soleil tout doux …   

  42. Oo° Kri °oO

    C’est où qu’il faut signer pour marquer son accord à ce billet?

    J’aime beaucoup la réponse d’Opium à ton commentaire.

    C’est vrai que souvent le billet où la photo visitée n’appelle pas de commentaire particulier et pourtant on veut écrire quelque chose, marquer son passage… « un p’tit coucou » « un souhait de bonne journée » … semblent parfois à certains « un comm déposé à la va-vite sans avoir pris le temps de de lire ou de regarder »…je ne le concois pas (ou plus) ainsi : un « bonjour » est toujours un message

    Belle journée à toi Quichottine

    • Là… c’est tout bon !

       

      Merci pour ce partage.

      Je sais qu’il n’est pas toujours facile de commenter, même lorsqu’une image ou des mots nous ont émus. Il m’arrive aussi de laisser des silences, ces points de suspension qui disent seulement que je n’ai pas les mots qu’il faudrait.

       

      Belle journée à toi aussi, Kri.

  43. patdelapointe

    jsute parce que je ne suis pas réveillé : quand tu passes à côté d’un cairn : il y a quelque chose à comprendre?…….

    • Non, je ne crois pas. Je pense qu’il faut simplement se dire que d’autres sont passés avant toi et ont marqué leur passage.

      Tu peux ajouter ton petit caillou ou non, comme tu veux.

      Sur un blog, c’est pareil. Personne ne nous oblige à laisser un commentaire.

      Bonne journée, Pat. J’espère que tu es réveillé maintenant.

  44. Ah ces cairns…. tu le sais, toi quichottine, cette importane qu’ils ont pour moi… Ce n’est pas de simples cailloux disposés parfois joliment ou juste entassés pour que le randonneur se retrouve dans la montagne…Le cairn est un signe, un passage, une étoile sur mon chemin, il représente chaque marcheur qui avant moi, a mis en haut un autre petit cailloux pour que jamais il ne s’effondre, pour que toujours, le signal soit là, comme un repère, le repère d’un Autre, d’une personne qui a aimé passé ici…

    Les mots déposés sur les blogs, sont autant de cairns, certains, l’on passe à côté sans le regarder, d’autres, on dépose son petit cailloux au dessus pour que l’échange continue…

    Merci pour ce bel article e je suis heureuse d’avoir eu encore une connection ce matin et qu’il ne soit pas passé dans mes oubliettes!!!

    Bisous Carina (j’ai perdu le « egne » sur mon portable…..)

    • Tu confirmes ce que je pense… toi, l’amoureuse de tes montagnes, la marcheuse infatigable.

       

      Merci, Cariña. Je te rends ici la tilde qui te manquait.

  45. merci…. de m’avoir envoyé là-bas!! sourire

  46. La tenue d’un blog doit être un plaisir. Certains sont plus productifs que d’autres, mais ce qu’il faut préserver c’est le plaisir de communiquer, d’échanger. Moi vois-tu, la cartésienne à qui tu feras difficilement accepter dans la vie courante que deux et deux font trois….je prends plaisir à rêver et à voyager au travers vos écrits. Je ne regarde jamais le baromètre OB qui donne des statistiques imbéciles, et surtout je refuse tout droit d’auteur. C’est comme cela que je conçois mon partage ma Quichottine. Bises et bon jeudi

    • Je n’ai pas non plus signé avec OB de convention de droit d’auteur. C’est un choix que je partage avec toi, ce qui ne m’empêche pas de respecter ceux qui en ont un autre.

       

      J’aime ces rêves et ces voyages.

      Passe une belle journée toi aussi, Zaza. Bisous.

  47. Je viens de parvenir à la somme incroyable de 10 000 petits cailloux; bien sûr tu dois en avoir au moins l10 fois plus mais en ouvrant ce blog, jamais je n’aurais imaginé arriver à une telle somme!

    Je reste souvent perplexe cependant moi qui suis aussi inconstante, aussi volage devant ces gens qui s’imaginent que le commentaire est un dû et qui me snobent lorsque je reviens de mes longues absences! l’autre jour j’ai eu en réponse un « tiens, te revoilà! » ou carrément « pourquoi s’inscrire à une communauté si tu ne participes pas aux jeux? » Et si ça me plaît à moi de ppuvoir vadrouiller librement, en quoi devrais-je être tenue en laisse par une obligation quelconque?

    Pourtant les cailloux, je les aime tout autant que les mots et mon mari n’en finit pas de nettoyer les petit cailloux égarés dans le coffre de la voiture au retour de chaque randonnée. Curieusement, je sais d’où vient chacun d’eux et au cours d’une randonnée je sais très exactement où retrouver la pierre qui m’a plu un jour même trois ans après!

    Qu’en restera-t-il de tous ces commentaires dans quelques années? Finiront-ils en cairn où dans le sable d’une rivière? Que reste-il de tous ces mots dans lesquels on a mis parfois tout son coeur, tout son élan, une lettre, un manuscrit jetés à la poubelle, un article de blog à peine parcouru!

    Quand je regarde la gentillesse avec laquelle tu nous glisses dans tes boîtes à rêves et que certains ne prennent même pas la peine de venir laisser un com sous ton article alors qu’ on a fait l’effort d’aller vers eux, ne serait-ce que par politesse et reconnaissance pour toi, où curieusement qui vont lire l’article d’à côté alors que toi tu as fait l’effort de mettre le bon lien, je me dis que tu as vraiment bien choisi ton nom!

    Je vous envie tous d’être aussi généreux et aussi optimistes

    bises

    • Mais non, pas dix fois plus… et de loin !

      Bravo pour tes petits cailloux amassés au fil du temps, tu les mérites grandement.

      Je pense que nous avons du blog la même idée, et la même soif de liberté. Tu le sais, puisque je suis inscrite à la Petite fabrique, j’ai du mal à me plier à des consignes d’écriture. J’essaie de suivre, de loin, au moins de visiter quelques uns de ceux qui font partie de la communauté.

      Mais je refuse absolument de me sentir « contrainte »… Chaque fois que cela arrive, je m’éloigne, je me mets en retrait. Tant pis pour ceux qui ne le comprennent pas.

       

      Qui n’aimerait pas ces petits cailloux ? Je sais que je pourrais en avoir beaucoup plus en jouant le jeu complètement. Je ne le fais pas, mes poches ne sont pas assez grande, je ne pourrais plus m’envoler s’ils devaient commencer à m’envahir, à me peser.

       

      Alors, je les prends, je les dépose ici ou là… je transmets ce que je peux. C’est mon rôle ici.

       

      Lorsque j’ouvre ma boîte à rêve, je ne demande rien en retour. Ce sont des instants que je partage avec ceux qui en ont envie. Suivre un lien, laisser une trace, cela demande du temps et des efforts. Tous ne le peuvent pas.

      Donner un article en partage, d’un blog connu ou inconnu, c’est un plaisir que je prends et pour lequel je ne demande aucune reconnaissance. Certains ne savent pas que j’ai écrit sur eux, que je les ai montrés un jour… Mais ce n’est pas grave du tout. Je pourrais même fermer les commentaires sous ces billets qui ne sont que des portes ouvertes sur d’autres mondes que le mien.

       

      Et puis, tu sais, passer d’un article à l’autre, déposer une trace sous un article vers lequel je ne vous avais pas envoyé, cela veut dire que celui qui a suivi le lien a aussi tourné les pages, et c’est un signe pour moi, signe que ce qu’il a lu lui a plu assez pour aller plus loin.

       

      Merci à toi, Azalaïs, pour ces mots échangés, pour ta présence qui me comble de joie chaque fois que je peux te lire.

      Bises et bonne journée à toi.

  48. Tu vois, pour moi et pour les bretons, probablement, un cairn est un tombeau…. Alors, qualifier un blog de tombeau… Mais cairn a d’autres significations, je viens de l’apprendre alors je la prends cette signification… j’aime ce que dit Yvon.

    Je ne sais pas si tu as vu ces amas de cailloux sur la côte bretonne… il y en a par chez moi  tout plein et hier, j’en ai pris face à la mer démontée… (images à venir…)

    J’aime l’idée de cailloux que l’on dépose ici ou là… parce que j’en dépose aussi sur un ailleurs ou des ailleurs, du moins, j’essaie…

    Et il est vrai que déposer des commentaires pour en avoir chez soi est un moyen de se faire connaître… et si l’on n’en dépose pas ailleurs, peu de blogueurs  viennent chez toi… J’en fais l’expérience depuis des mois maintenant… mais je me fais plaisir. Il faut dire aussi que je suis très paresseuse en ce moment.

    Et au passage, merci à toi de faire venir tes amis chez moi de temps en temps… Et merci à eux de déposer leurs cailloux.

    Je passe visiter tes liens. Bonne journée.

    • J’aurais été désolée de voir qualifier un blog de tombeau…

       

      J’ai aussi beaucoup aimé l’idée de ces cailloux que l’on dépose.

      Tu vois, je sais que l’on ne peut pas se faire connaître sans aller un peu au-devant des autres… C’est important aussi.

       

      Pourtant, quand j’y réfléchis, il y a des blogs dont les auteurs ne rendront jamais les visites que je leur fais. Je suis partie du principe que ce n’était pas grave. Tant que les lire me plaît, j’y vais, lorsque j’en ai le temps.

       

      J’aime ce que tu fais chez toi, Marie. Depuis que je te connais, je n’ai jamais été déçue par ce que tu me proposais de lire ou de voir. Pourquoi ne voudrais-je pas partager ce plaisir avec d’autres ?

       

      Tu n’es pas paresseuse, tu fais ce que tu peux, et c’est bien ainsi.

       

      Je t’embrasse. Passe une bonne journée.

  49. Yvon et Quichottine ont raison tous les deux ….

    Pour ma part, mon blog est la voie (la voix aussi) vers ma face cachée (sans arrière pensée !), et les commentaires, les miens et ceux des aminautes, sont des cailloux blancs sur les chemins secrets …

    • J’aime beaucoup la définition que tu donnes à ton blog.

      Merci pour ces chemins secrets…

       

      Bises et bonne journée, Glorfindel.

  50. j’ai vraiment apprécié ce que tu dis de lui

    c’est vraiment très gentil

    gros bisous

    Mots animés

  51. Séverine

    Il y a beaucoup de nous dans ce que nous publions sur les blogs, je crois, et notre état d’esprit se sent dans nos billets. Un peu comme on devine, pendant une conversation téléphonique, si la personne au bout du fil sourit ou est triste : ça s’entend dans sa voix.
    Est-ce que la manière de commenter nous « trahit » aussi ? Peut-être bien. On voit des commentaires qui ont l’air de « copier-coller » (pas chez toi, c’est vrai), sans âme, et d’autres qui, longs ou courts, fréquents ou rares, sont pleins de gentillesse et porteurs de beaucoup de sens, les mots sont choisis… On est presque intimidés de les lire ! Et d’écrire après eux.
    Cela m’amène tout doucement à te dire que parfois je n’ose pas commenter derrière ce que j’ai lu, tiens ! ^^ Je garde donc mon caillou dans ma poche… pour une fois suivante.
    Voilà, aujourd’hui, je t’en dépose quand même un, et avec un gros bisou 🙂

    • Je pense que chacun déchiffre ou non l’esprit de celui qui a déposé un commentaire.

      J’aime bien ce que tu dis, et je l’ai ressenti aussi.

      Alors, je vais te faire une confidence : Le plus souvent, je ne lis pas les autres commentaires avant de déposer le mien. Je le fais après… et, au plus tard quand je viens lire la réponse.

      Je crois qu’il ne faut jamais s’obliger à laisser des mots, mais que ceux que l’on dépose peuvent toucher, comme les tiens ce soir.

       

      Merci pour ces mots-là, Séverine. Gros bisous et bonne fin de semaine.

  52. les commentaires sont toujours de jolis momnets de plaisir car quelque artiste sans lecteurs ou admirateuur n’est rien ! je les lis toujours mais des fois je manque de temps pour y répondre

    Bisous

    • Je sais bien, parce que tu as beaucoup à faire.

      Alors, merci d’avoir passé du temps ici.

       

      Bisous et bon samedi.

  53. ♥ Trinity ♥

    Je reconnais qu’il m’arrive de visiter des pages et que je ne trouve pas les mots qui vont, alors je regarde puis je repars. Même si je sais qu’un simple bonjour peut faire plaisir à celui qui le lira, j’ai peur de donner l’impression de « je passe mais…. bof  »

    Ce qui n’est pas le cas, je lis toujours la totalité des articles, mais parfois je n’ai pas l’inspiration pour commenter, alors je referme doucement la porte sans faire de bruit, est ce que ce manque d’inspiration signifierait que je suis passée à côté de quelque chose sans le comprendre ? je ne sais pas.

    Néanmoins je suis complètement d’accord sur le fait que beaucoup de blogs sont une fenêtre ouverte sur notre réalité, l’ouverture de cette fenêtre dépendant de ce que nous avons envie de dévoiler.

    J’avoue qu’il ne m’est pas possible de lire tous les commentaires qui sont déposés sur les articles de mes aminautes, je manque comme beaucoup, de temps, mais je sais aussi que je passe certainement à côté de réflexions intéressantes.

    Voilà c’était mes petites réflexions personnelles.

    Je te souhaite une douce soirée Dame Quichottine et une belle nuit

    Bisous

    Trinity

    • Je pense que c’est un choix pas évident…

      Il arrive que je ne sache pas non plus quoi dire, alors, je comprends tout à fait.

      Je ne pense pas que tu sois passée à côté de quelque chose, mais que ce n’était pas le bon moment, tout simplement.

      Tu sais, je me dis qu’il faut être deux pour établir une communication, et il arrive qu’on ne soit pas sur la même longueur d’onde. Surtout, ne jamais se forcer.

       

      Un blog doit rester un plaisir.

       

      Si ça peut te rassurer, je ne lis pas non plus tous les commentaires, surtout lorsqu’il y en a beaucoup… si je devais m’y astreindre, je ne posterais plus de message nulle part.

      Néanmoins, j’en lis souvent lorsque je viens lire la réponse au commentaire que j’ai déposé… C’est alors que je me dis que j’exagère… parce que le pauvre auteur du blog a dû parfois répéter ce qu’il avait déjà dit un peu plus haut…

       

      Merci pour ce partage, Trinity. Je suis navrée de ne pas t’avoir répondu aussi vite que je l’aurais voulu.

      Douce soirée à toi aussi. Bisous.

  54. ♥ Trinity ♥

    Je reconnais qu’il m’arrive de visiter des pages et que je ne trouve pas les mots qui vont, alors je regarde puis je repars. Même si je sais qu’un simple bonjour peut faire plaisir à celui qui le lira, j’ai peur de donner l’impression de « je passe mais…. bof  »

    Ce qui n’est pas le cas, je lis toujours la totalité des articles, mais parfois je n’ai pas l’inspiration pour commenter, alors je referme doucement la porte sans faire de bruit, est ce que ce manque d’inspiration signifierait que je suis passée à côté de quelque chose sans le comprendre ? je ne sais pas.

    Néanmoins je suis complètement d’accord sur le fait que beaucoup de blogs sont une fenêtre ouverte sur notre réalité, l’ouverture de cette fenêtre dépendant de ce que nous avons envie de dévoiler.

    J’avoue qu’il ne m’est pas possible de lire tous les commentaires qui sont déposés sur les articles de mes aminautes, je manque comme beaucoup, de temps, mais je sais aussi que je passe certainement à côté de réflexions intéressantes.

    Voilà c’était mes petites réflexions personnelles.

    Je te souhaite une douce soirée Dame Quichottine et une belle nuit

    Bisous

    Trinity

  55. Juste comme ça…une bise du soir où la mer scintille de mille feux et où, sans lendemain ou commentaire en mode « sans obligation d’achat », je viens ici avec et par « plaisir ». Humm le plaisir quelle belle invention Dame Quichottine.. bise

    • Et c’est avec plaisir, et sans obligation, que je reçois cette bise à la mer scintillante.

       

      Merci infiniment pour cette image offerte

      Douce soirée à toi, Betty.

  56. ah…ces cairns………….