Le tailleur de pierre

Nous étions le 7 janvier… un jour bien ordinaire, sans fête, sans autre contrainte que de se lever le matin, de vaquer à ses occupations quotidiennes sans se démonter malgré le mauvais temps. Et, alors que je voyageais, comme je le fais habituellement sur OB et ailleurs, tranquillement…

–Tranquillement ? Tu es en train de nous préparer un super enquichottinage de ta façon !

Non, pas vraiment. Mais c’est vrai, j’ai trouvé une image… Une image fantastique !

– Tu en trouves souvent ! Tu les empruntes et tu ne les montres pas toujours ! Alors, comment veux-tu que tes aminautes continuent à te les prêter ? C’est comme si tu te moquais d’eux… Tu ne crois pas ?

Non, je ne crois pas… Ils savent bien que j’ai un petit dossier où je mets les images non utilisées, que je les sors au bon moment…

– C’est quand, le « bon moment » ?

Eh bien… Ni trop tôt, ni trop tard… Sinon, nous manquerions l’heure du conte…

Quand j’emprunte une image, c’est parce que j’ai envie… et, là, j’avais une envie folle de raconter une histoire.

Tellement folle que je lui ai laissé un « brouillon » en commentaire… Juste pour qu’elle sache que l’histoire était prête, presque prête !

Et si…

Et si ce n’était pas « un », mais « une »…

Et si, cachée derrière la lourde porte, ouvrière habile, elle accomplissait sa tâche vaillamment, non par devoir, mais par amour ?

Que fait-il, lui, le tailleur de pierre, le maître ?

Il s’est allongé, et il rêve… Il a trop bu. La masse serait bien trop lourde, le burin capricieux. Il ronfle dans un coin, la panse bien remplie.

Elle, elle a fermé la porte après avoir dit aux compagnons que Maître Claude…

– Il ne l’a pas fait exprès : ses parents l’ont mis sous la protection du patron des tailleurs de pierre, alors, il fallait bien qu’il le fût ! –

… que Maître Claude travaillait, et qu’il fallait le laisser tranquille.

Les autres ont souri en la voyant. Ils ont pensé à autre chose, de plus coquin, à des froissements de linge…

Alors, il faut qu’elle s’active.
Elle frappe sa rage, elle frappe son désespoir.

La poussière vole autour d’elle, avec les éclats de pierre.

Il ne saura pas qu’elle ne veut pas le voir ainsi.

Elle a des larmes dans les yeux, mais sa main est sûre.

Elle fera de ce bloc une gargouille, un petit diable grimaçant. Elle lui donnera le regard de l’apprenti quand il passe auprès d’elle.

C’est sa vengeance à elle, la punition silencieuse qu’elle leur donne à tous, jour après jour.

Elle ne les compte plus… Il rejoindra les autres.

Il y en a eu tant ! Ils seront tous là-haut, tout en haut de la cathédrale !

….
C’est une esquisse pour toi.
Juste des mots. Commentaire n°X posté par Quichottine le 07/01/10 à 22h42

C’était un brouillon… mais pas tant que cela. Il fallait seulement revoir un peu les mots, les mettre en forme, comme pour la page d’un livre… et il fallait lui ajouter l’image.

La voilà !

100107_Joelle-Chen_Tailleur-de-pierre.jpg

– Et l’histoire ? Tu ne la changes pas ?

Non, tout compte fait, je ne la change pas. Elle restera ainsi, à l’état brut, comme une pierre non taillée.

Merci à Joëlle Chen pour son image.

134 réponses à “Le tailleur de pierre

  1. Bravo à toi Quichottine pour cette histoire, on se laisse porter par tes mots et je suis ravie (une fois de plus) que l’inspiration soit au rendez-vous.
    Merci pour ces belles lignes, je t’embrasse plein chère Tisseuse de rêves 🙂

    • Merci à toi pour cette photographie sans laquelle l’histoire n’existerait pas.

      Et merci pour tes mots en avant-première…

      Je t’embrasse plein, Joëlle.

  2. l’image est superbe
    Quel beau métier tailleur de pierres, j’aime beaucoup ces métier d’artisanat
    C’est très rare de voir ce métier exercé par une femme et pourtant ….. pourquoi pas !!!!!!
    Ils sont créateurs et artistes mais un métier pénible qui demande beaucoup de patience

    Merci Quichottine et pour la photo et pour ton magnifique article

    Gros bisous et bon week-end

    • J’en ai vu une, en vrai, dans la cour de la maison de l’outil à Troyes… elle sculptait avec autant de plaisir que ses compagnons.

      Tu as raison, il faut beaucoup de patience et d’adresse je crois… il faut aussi « sentir » ce que la pierre dit. Pour ne pas avoir tout à recommencer au dernier coup de maillet !

      Merci surtout à Joëlle qui m’a montré puis prêté cette photo sans laquelle je ne pouvais ni écrire cette histoire ni publier ce billet.

      Gros bisous et bon weekend à toi aussi. Merci.

  3. Mon premier métier. J’aime et j’ai toujours aimé la pierre. Elle a une âme puisqu’elle a des veines (ce qui permet de bien tailler le bloc. Elle semble froide, mais elle parle, elle te dit comment la prendre, elle chante parfois, quand avec le ciseau tu lui donnes forme, elle sent que tu la fais belle et sa voix est souvent christaline à ces moment là.

    J’arrête là que tu me fais délirer. Belle journée chez toi, avec bises de nous deux !!

    • J’aime bien quand tu « délires »… 

      Non, en fait, j’adore !
      Et je vais redire ici ce que j’ai dit chez toi :

      Je ne savais pas que tu avais été tailleur de pierre avant d’être fumiste. Alors, ton commentaire de ce matin m’a beaucoup touchée… comme je l’avais été quand tu m’avais rejointe au musée de l’outil à Troyes. L’impression que tu étais là et que je t’écoutais me raconter la vie, la vraie, celle que je ne peux qu’imaginer.

      J’ai aimé que tu sois là. Merci.

  4. C’est une bien belle image que ce tailleur de pierre et ce pourrait être une femme…J’aime l’histoire que tu as imaginée!

  5. L’éclat brut de ton texte sculpte parfaitement le portrait du tailleur de pierre. Ton texte est beau !
    L’image que tu as utilisée est superbe ! J’aime les couleurs, ombres et lumières, la silhouette presque frêle de la tailleuse de pierre. La lumière met en relief la main fermement serrée sur l’outil…

  6. J’aime ce Moyen-Age un peu méconnu, où les femmes pouvaient travailler à des « métiers d’homme », être apothicaire ou, pourquoi pas, tailleur de pierre. Peut-être leurs gargouilles auraient-elles été moins simiesques ? Comment, dailleurs, pourraient-elles l’être, avec le regard d’un apprenti figé pour l’éternité ? Ne froisse surtout pas ton brouillon…

  7. Elle ,elle se réalise, elle sculpte sa colère et son envie de faire..elle n’est pas qu’une ombre..cette histoire n’a pas d’âge..une histoire de courage ..
    bises

  8. Et tu as trouvé une superbe image pour ton histoire!

  9. quand je viens te lire, j’ai l’impression d’entrer dans un monde imaginaire ou en quelques mots, une histoire, l’émotion me prend au coeur;
    sans doute parce qu’imaginaire et réel se rejoigne,
    sans doute parce qu’on y trouve ce qu’on y cherche

  10. Ton histoire fait penser à celle de Camille Claudel qui a souffert de n’être considére que comme l’élève de Rodin. Et pourtant il me semble que l’élève dépassait ou tout au moins égaalait le maître.
    BISOUS.

    • Je le crois aussi.

      Je te renvoie à ma réponse à Dany, juste un peu plus haut.

      Les femmes ont longtemps travaillé dans l’ombre… c’est dommage.

      Bsous Marité.

  11. tailler la pierre..
    j’ai vu l’expo pour camille claudel
    et là
    voir que la pierre prenait vie

    bises à toi

  12. L’image est superbe et ton colloque intérieur absolument délicieux. J’ai aimé te suivre dans les méandres de ton récit, dans ce qui a jailli de toi pour la dire, Elle.  Merci pour ce moment où je me pose, afin de te lire, à l’aise, sans me presser. Amitiés d’hiver, chère Quichottine.

    • Merci pour tes mots, Lorraine.

      J’aime bien quand tu viens, parce que même si j’ai mis ton adresse dans mes liens pour me souvenir, je sais que je tarde trop entre deux visites.

      Alors, quand tu es là, je clique, et je me perds avec délice sur tes pages.

      Comme j’aime tes souvenirs, Lorraine, comme j’aime tes mots !
      Pourquoi ne t’ai-je pas rencontrée plus tôt ?

      Je te souhaite une belle fin de semaine.

  13. J’avais vu la photo chez Joëlle et j’aime beaucoup l’histoire que tu lui as inventé. Bonne fin de semaine.

  14. On y croit ferme à tes histoires ensorcelantes… Merci… Encore…

  15. Meilleurs voeux en passant doucement, amitiés

  16. tu as bien eu raison de ne pas la changer, elle est très bien aisi brut comme un beau diamant qui éticelle sous le premier jet de ta plume

  17. Quel beau métier, de la noblesse dans les gestes pour une oeuvre éternelle.

  18. La parabole est délicieuse, et l’image mérite attention: certains détails sont symboliques, étranges même. Bravo

  19. J’aime bien cette façon de vengence

  20. Quelle belle imagination Quichottine…Il suffit d’une photo et ton esprit s’envole. C’est magique.
    Bonne soirée.
    Sophie

  21. un texte ien ciselé je trouve…je ne regarderai plus les gargouilles de la même façon…

  22. un joli texte que vient auréoler cette belle image !!!
    amitiés
    tony

  23. beau métier celui d’écrivain sur pierre!
    Bon dimanche au chaud!

    • J’aurais peut-être aimé vivre au temps où les mots s’écrivaient ainsi…

      Merci, Fancri. J’espère que toi aussi tu es resté au chaud. Passe un bon lundi.

  24. Je te souhaite, a mon tour, mes meilleurs voeux pour cette noouvelle annee. Ce n’est pas un cmmentaire digne d’entrer dans ton histoire :;-) Martial

    • Merci, Martial.

      Tu pouvais le mettre sur ma page blanche, ou sur ma page de voeux, mais, de toute façon, tes voeux sont les bienvenus.

  25. Les gargouilles vengeance de l’épouse du tailleur de pierre … J’aime bien. Bon dimanche au chaud. Bises

  26. Une façon comme une autre de se défouler … Bien trouvé, encore une fois !
    Bon dimanche ! Bisoux

     

  27. Il se passe tout cela derrière une porte close!quelle belle histoire: oui ce pourrait être une femme après tout!
    Il reste peu de tailleurs de pierre , dommage!
    bon dimanche belle conteuse

    • Merci, Fanfan ! Je suis contente que tu aies aimé.

      Il y a encore des tailleurs de pierre parmi les Compagnons. Heureusement… sinon, comment pourrions-nous réparer ce qui doit l’être ?… et continuer de créer…Mais tu as raison, ils sont rares.

      Mon dimanche fut bon, je l’espère aussi pour toi.
      Bisous.

  28. cette histoire m’a plu , m’a touchée …c’est plus la naissance d’une artiste que la naissance d’une oeuvre…c’est Beau tout simplement. Merci

  29. Ce mäître Claude c’est le mari de Madame Claude c’est ça?
    Sympa cette histoire je vais me bourrer une pipe!

    • Votre commentaire m’a fait rire. Merci. C’était très bien trouvé.

      Mais désolée… ça n’avait rien à voir.

      Claude est le saint patron de tous les tailleurs de pierre.

  30. Nous sommes tous des pierres à retailler…pour devenir précieuses !

    J’ai aimé cet article, beaucoup.

    Je t’embrasse

    • En te lisant, je me demandais… Si nous le sommes tous, que se passe-t-il pour nous quand le ciseau dérape ?

      Je suis contente qu’il t’ait plu.

      Je t’embrasse fort, Lmvie.

  31. je te souhaite également une belle et heureuse année.
    Gros bisous à toi

  32. Tu as bien raison ma Quichottine, pourquoi changer
    Je te fais mille bisous, Flo

  33. Comme souvent, comme tu sais piquer ma curiosité et mon envie de voir dans l’instant, j’ai cliqué sur  » une image « , et me voilà dans l’univers de Joëlle …
    Ce tailleur de pierre, je l’ai vu en femme, comme toi, et en découvrant ton histoire en commentaire je suis dans l’atelier, regardant cette femme, en silence et me dissimulant … Car il ne faudrait pas la troubler …
    L’histoire aussi est bien taillée, à la mesure de la photo …

    Merci, Quichottine.
    A bientôt. Bisous …

    • Merci à toi, Midolu, pour tes mots toujours si bien choisis.

      J’aime quand tu entres ainsi dans mon histoire.

      Bisous. Passe une belle semaine.

  34. bonne fin de week end..je suis revenue faire une petite lecture!

    • Merci, Angel… je suis rentrée très tard, et je n’ai pas encore fait mon tour… mais je ne t’oublie pas.

      Passe une belle semaine.

  35. Jolie ébauche en tous cas… 😉

  36. je passe te souhaiter une belle nuit

    bisous

  37. patdelapointe

    en fait c’est ça qui doit être dur avec la sculpture c’est que tu ne peux pas faire de brouillon……….

  38. Les ciseaux dérapent à la première taille car ce n’est pas nous qui taillons, ce sont les autres qui nous façonnent, après quand tu prends les ciseaux toi même et que tu rectifies leur travail cela se passe beaucoup mieux et les dérapages sont beaucoup moins risqués car tu « sens », tu « sais » où les ciseaux peuvent te blesser, où tu peux arrondir une arête, c’est toi qui les as entre les mains.

    Mais où les autres ont fait de « gros trous » difficile de combler, comme des saignées, dans ce cas le tailleur de pierre qui est devenu  un véritable artiste peut « réparer ».
    C’est un travail minitieux qui demande de la patience, de la dextérité mais qui est « possible ».

    Je t’embrasse

  39. c’est très bien comme ça… tu as raison
    bisous

  40. Bigornette

    L’image est belle et ton texte aussi… c’est dingue comme tu pars dans un beau texte sur une photo…pourtant ce n’est pas si simple…c’est un phénomène assez inexplicable, moi je pars souvent en vrille, mais toi c’est beau plein d’émotion… merci Quichottine pour ce talent que tu as… et les mots qui te viennent et que tu nous offres… Bisous et bonne soirée….

    • Je n’ai jamais essayé de l’expliquer, c’est ainsi.

      Je crois que j’ai beaucoup de chance.

      Merci à toi pour ta présence fidèle.
      Bisous et bonne fin de journée.

  41. cet état « brut » s’accorde  à merveille avec l’image de Joëlle, un étrange mélange entre force et fragilité

  42. Qu’elle est perceptible la rage dans le coeur de cette femme devant la paresse de l’homme ! j’ai adoré ce récit ! tu vois , des textes courts je m’en sors mieux pour arriver à les lire et c’est bon de le pouvoir , parce que je suis souvent très frustrée de n’avoir pas le temps ou que mes yeux ne supportent pas trop longtemps – en plus les images , je vois que tu es pareille à moi , j’ai la passion des belles images et celle-ci est splendide ( mais rien de surprenant venant de Joëlle Chen !  ) Merci et bisous La Douce 

    • Merci, La Bernache.

      Je suis heureuse que cette histoire t’ait plu.

      … et que tu me l’aies dit.

      Bisous à toi aussi.

  43. Alors c’est donc ça les gargouilles?

  44. Bonjour,
    JE viens te souhaiter uen belle et heureuse année.
    Qu’elle soit pleine de surprise et aux couleurs d’arc-en-ciel.

    • Merci, Sarang.

      Ce sont de bien jolis voeux.
      Je t’adresse les miens en retour. Très bonne et heureuse année à toi aussi.

  45. Bonsoir Quichottine,

         L’image est superbe.
         Le texte donne vie à cet(te)artiste.
         La poussière et les éclats de pierre, volent sous le choc de l’outil.
         Le maître aviné fait la sieste.
         J’aurais voulu sculpter la massse informe, et la métamorphoser en courbes harmonieuses.
         C’est un métier d’art qui me laisse admiratif, devant ceux qui le pratiquent.
         Bises.
         dédé.

    • Merci pour l’image de Joëlle, c’est vrai qu’elle est superbe.

      Merci aussi pour le compliment que vous me faites.

      La sculpture, comme la peinture, sont des arts que j’admire.

  46. Ah quelle belle histoire, je n’avais pas pensé avant de la lire que cette photo pouvait représenter une femme, pour moi, c’est un métier plutôt masculin.
    J’aime beaucoup cette photo qui évoque ces anciens métiers presque disparu de nos jours. J’aime regarder ce qu’ils façonnent avec leur mains habiles et je suis admirative devant leur travail.
    J’ai souri en lisant cette histoire car elle m’en rappelle une autre, je n’ai pas eu le temps de tout mettre en scène à Noël, j’espère pouvoir avancer cet été dans ma tâche. 

    • Lors de ma visite à la maison de l’outil à Troyes, il y avait une jeune fille parmi les apprentis tailleurs de pierre…

      J’espère aussi que tu arriveras à tout faire, parce que tes histoires sont superbes !

      Merci, Santounette.

  47. Bravo à toi Quichottine pour cette histoire, on se laisse porter par tes mots et je suis ravie (une fois de plus) que l’inspiration soit au rendez-vous.
    Merci pour ces belles lignes, je t’embrasse plein chère Tisseuse de rêves 🙂

  48. J’aime bien cette façon de vengence

  49. Une façon comme une autre de se défouler … Bien trouvé, encore une fois !
    Bon dimanche ! Bisoux

     

  50. Comme souvent, comme tu sais piquer ma curiosité et mon envie de voir dans l’instant, j’ai cliqué sur  » une image « , et me voilà dans l’univers de Joëlle …
    Ce tailleur de pierre, je l’ai vu en femme, comme toi, et en découvrant ton histoire en commentaire je suis dans l’atelier, regardant cette femme, en silence et me dissimulant … Car il ne faudrait pas la troubler …
    L’histoire aussi est bien taillée, à la mesure de la photo …

    Merci, Quichottine.
    A bientôt. Bisous …

  51. Jolie ébauche en tous cas… 😉

  52. patdelapointe

    en fait c’est ça qui doit être dur avec la sculpture c’est que tu ne peux pas faire de brouillon……….

  53. Bigornette

    L’image est belle et ton texte aussi… c’est dingue comme tu pars dans un beau texte sur une photo…pourtant ce n’est pas si simple…c’est un phénomène assez inexplicable, moi je pars souvent en vrille, mais toi c’est beau plein d’émotion… merci Quichottine pour ce talent que tu as… et les mots qui te viennent et que tu nous offres… Bisous et bonne soirée….

  54. Vrai ce pourrait être une femme….Camille?
    Elle en a taillé de la pierre par amour de son Auguste…. mais c’était un autre temps!
    Belle nuit sous une couette bien chaude…. je te le souhaite!
    La braise crépite encore mais dehors déjà tourbillonnent les flocons de neige accompagnés d’un vent venant du nord….
    Bises Dany 

    • J’y pensais… mais plus qu’un simple tailleur de pierre, Camille était un sculpteur merveilleux.

      Autre temps… pas sûr. Je crois qu’il est toujours difficile d’exister, pour une femme, « à l’ombre » d’un compagnon déjà célèbre.

      Le vent est le même ici, glacial… reste bien au chaud, Dany.

  55. Oo° Kri °oO

    Hé ben et tu appelles ca un brouillon???
     Toujours très bien écrit…je crois que tu écris à l’instinct et cela te va bien!

    • Ben oui… c’est un texte non travaillé, juste comme je l’ai senti en regardant la photo.

      Mais merci pour le compliment. J’aime bien aussi quand c’est ainsi.

  56. Brigitte L.

    Une très jolie histoire taillée de main de maitre.J’aime beaucoup la photo aussi!
    Bises!

  57. Quichottin? C’est le visiteur de la Quichottinie, admirateur secret des mots et des images qui chantent et dansent dans ses allées dorées..

    • Sourire…

      Tes mots me font plaisir, même si je sais qu’il me faudra te détromper.
      Cela contredirait mon Petit Quichottin illustré… Cependant, il faut vraiment que j’y réfléchisse.

      Merci, Plume.

  58. J’avais lu ton commentaire chez Joëlle et il m’avait tellement touché. Oui, plutôt elle que lui, oui elle taille, elle sculpte pendant que les autres continuent leur petit manège de mecs un peu rustiques.
    Cette photo est si belle, et tu l’as habitée, une âme s’active désormais en elle.

    • J’avais lu ton commentaire chez Joëlle, je sais que tu les lis…

      Ton passage ici me fait d’autant plus plaisir.

      Merci, Polly. Tu sais que les images me parlent… souvent.
      Je n’ai fait que l’écouter.

  59. magnifique, cette image.. et l’histoire qui l’accompagne……..

  60. canelle56

    J’avais reconnu la photo de Joêlle , et ton texte est vraiment superbe!!!! et si reel qu’on croirait y être , bises Quichottine

  61. Bonjour

    Hier, j’avais fait fleurir un quichottinier des sables, garni de corail  et de murmures. Il s’est évaporé entre NT et OB, dans la tourmente de neige et vogue, seul arbre satellite quelque part dans l’univers des blogs.

    Aussi, ce matin j’incris ce commentaire dans une tablette d’argile, modeste adepte de Rodin ou César, pour la hisser jusqu’à toi, qui nous fait vivre d’imaginaire et de poèsie. 

    L’image m’a renvoyé en flash le titre d’un excellent livre : Balzac et la tailleuse chinoise ! Est ce l’association de la jeune femme au ciseau et le nom de Chen ?
    Il y a dans l’obstination de ton conte la même force que l’héroïne du livre.

    Un de tes contes m’emmene rêver au loin, me décole du réel et me fait voguer.

    J’atterris toujours plus léger qu’au départ !

    Bonne journée

    Le grillon

    • Non, non, ton quichottinier fleurit toujours… sur une seconde page, et il sera bientôt ailleurs, en bonne place.

      J’ai adoré la façon dont tu l’as présenté… Merci !

      Merci aussi pour tout ce que je découvre grâce à toi, pour tes mots, ici, et pour les images et ce que tu leur fais nous raconter, chez toi.

      http://legrillonheureux.blog50.com

      Passe une belle soirée.

  62. Montceau.triathlon

    C’est hallucinant ce que tu fais, c »est beau et bien écrit…. Bluffant, vraiment….
    Merci de tes passages sur le site de MOntceu triathlon, ça se précise pour le BR ! Grâceà vous tous et toutes!

  63. Un jour ordinaire…Mais non, Dona, chaque jour est exceptionnel, la preuve, cette création….Bises   VITA

  64. parti trop vite le commentaire, je  cette pettie vengeance bien mignonne car j’adore les gargouilles et maintenant en les photographiant je penserai à cette tailleuse de pierre. passe une bonne soirée ici bien frisquette, faut danser pour se rechauffer LOL. Bigs bisous
    PS : je t’nvoie maintenant des photos tu feras le tri pour garder ce qui te convient

    • Je m’en suis doutée… mais c’est gentil d’avoir insisté.

      Tu as raison, la soirée était frisquette, aujourd’hui aussi.

      Voir les gargouilles autrement… c’est toujours une bonne idée !
      Bisous tout plein pour toi, Lili. Merci infiniment pour les photos !

  65. parti trop vite le commentaire, je  cette pettie vengeance bien mignonne car j’adore les gargouilles et maintenant en les photographiant je penserai à cette tailleuse de pierre. passe une bonne soirée ici bien frisquette, faut danser pour se rechauffer LOL. Bigs bisous
    PS : je t’nvoie maintenant des photos tu feras le tri pour garder ce qui te convient

  66. J’ai vu cette magnifique photo chez Joëlle, je comprends qu’elle t’ait donné des envies de conte, oserais-je dire taillé à coups de burin ?

  67. belgique-chine

    l’art d’invente une histoire a partir de presque rien
    bon dimanche

    • Tu as presque raison…

      Une photo, surtout si belle, ce n’est pas « rien ». 

      J’espère que ton dimanche fut bon aussi. Merci.

  68. Petite Elfe

    C’est une belle histoire que tu contes là. Et cette image est magnifique. Pour un brouillon comme tu dis… La pierre, comme le bois, des matériaux nobles.

    Mon père était tailleur, aussi, mais de vêtements…

    Merci à toi et à Joëllle Chen.

    Bon dimanche.

    • Un jour, je montrerai comment elle serait, un peu plus travaillée, juste un peu.

      Mais, merci, je suis heureuse qu’elle te plaise.

      Un tailleur… si tu savais comme j’ai aimé le compte du Petit Tailleur et les sept géants qu’il tua, finalement.

      Comme quoi, tout est bon !

      Merci à toi pour tes mots. Passe une bonne semaine.

  69. Et l’image est belle ! Elle couronne le texte. Chère et innatendue Quichottine que de talent.
    Bisous pour toi
    nettoue

  70. Coucou Quichottine,
    Comme tu as eu raison de craquer sur cette image.
    Je te souhaite un très bon week-end.
    Je t’embrasse,

    • J’ai adoré… Tu sais… comme j’ai aimé trouver de telles images chez toi et leur laisser me dire ce qu’elles voulaient.

      Merci, Muad.

      Très bon weekend à toi aussi.

  71. ce tailleur de pierre est splendide….