Mary Webb, Sarn

L’autre jour, chez Azalaïs, je prenais le thé… et des petits gâteaux, comme on le fait à cinq heures, en Angleterre.

Tea Time…

En fait, non, c’était un peu tard pour le thé… Azalaïs cherchait un nom pour sa sculpture.

Je lui avais proposé « Patience »… pour le temps qu »elle avait passé à lui donner un visage.
Elle me répondit « Prudence »…

Prudence…

Ah ! Je suis contente ! Merci de m’en faire part…

Pour Prudence… oui, ce serait un joli nom.
Tu sais ce qu’il me rappelle ? Un roman formidable, que j’ai beaucoup aimé.

Tu connais Sarn, de Mary Webb ? Ils en avaient fait un film… Commentaire n° 15 posté par Quichottine le 14/06/2009 à 18h06

Bien sûr, Azalaïs m’a répondu !

j’ai adoré ce livre, lu en cachette la première fois, je l’ai conservé précieusement et je voulais le relire ces derniers temps; je ne savais pas qu’un film existait!
bises
Réponse de Azalaïs le 14/06/2009 à 19h02

Voilà, c’était le début de l’échange… et l’idée m’a trotté dans la tête.

Je savais que j’avais le livre, en format poche…

Mary Webb
Sarn (Precious Bane)

Traduit de l’anglais
par J. de Lacretelle et M.T. Guéritte

Introduction de Jacques de Lacretelle.
© Bernard Grasset, 1930
Le livre de poche, 1969

Donc, il était rangé avec les autres. Je l’ai sorti de son étagère et je l’ai feuilleté !

Et… Et

Je ne m’attendais pas à cette surprise, avec le temps, j’avais oublié !

Il n’y avait pas que le livre, j’avais parlé de film… C’était un téléfilm. J’en avais gardé les images, découpées dans le Télé7jours de mes parents adoptifs.

Elles étaient là, un peu vieillies, jaunies, mais il y avait largement de quoi vous raconter…

Il arrive que l’on dise qu’il ne faut pas lire un livre avant de voir le film, ou l’inverse, parce que l’on perd un peu du plaisir ressenti.

Je n’en suis pas si sûre. Voyons, comment vous raconter ?

J’ai relu le livre, ce livre qu’une amie très chère m’avait offert et dédicacé.

La dédicace est encore là, bien en place sur la page de garde de Sarn… même si l’amie n’est plus aujourd’hui, la vie et la mort me l’ayant prise plus sûrement qu’une dispute n’aurait pu le faire. Il y a bien longtemps, elle me parlait d’un jour éclatant et de cette histoire que nous aimions toutes les deux.

Aimer, c’est peu dire. J’avais adoré. J’ai d’abord rencontré les personnages du téléfilm, et, aujourd’hui encore, quand je pense à ce roman qualifié comme étant « le meilleur de la littérature anglaise » (je n’invente rien, c’est écrit dans l’introduction), ce que je lis, ce sont les mots de May Webb, mais ce que je vois, ce sont ces acteurs qui me l’avaient fait découvrir.

Sarn… c’est une atmosphère, quelque chose d’indescriptible… Alors, il faut lire et imaginer.

Ce fut à une veillée d’amour que je vis Kester pour la première fois. Et si, en ces temps nouveaux où des inventions singulières nous envahissent, où j’entends même dire que des machines à moissonner et à lier commencent à être en usage en quelques endroits du pays, on ne sait plus ce qu’est une veillée d’amour, ceux à qui il adviendra de lire ceci le sauront bientôt. Mais quoique ce fût la veillée d’amour de Jancis Beguildy, qui avait vingt-trois ans à cette époque (deux ans de plus que moi), ce n’est pas toutefois le début de l’histoire que je veux raconter.

C’est le tout premier paragraphe du roman… Nous n’en saurons pas davantage sur cette veillée d’amour, il faudra attendre le cinquième chapitre. Moi, je vais vous en montrer l’image que j’ai conservée…


Toutes les femmes du village sont présentes. La seule qui baisse les yeux, c’est Jancis Beguildy, la future mariée, la promise. Les autres regardent toutes celui qui les a surprises en plein travail.

Dans une assemblée de femmes, un homme, Kester, le tisserand.

Pierre Vaneck dans Sarn

Vous savez ce que c’est qu’un coup de foudre ? C’est ce moment où plus rien n’existe, ce moment où tout devient possible, même pour Prue Sarn.

Comment était-il ? À qui ressemblait-il ? Était-il bien tourné ? Je ne saurais le dire. Dans l’amour on ne voit rien, ni regards, ni ressemblances. Quand vous n’êtes qu’un pauvre insecte dans la lumière de ses yeux, pouvez-vous dire quelle taille il a, et s’il est brun ou blond ? […]
Un tel silence régnait dans la salle qu’on pouvait entendre l’eau du toit s’égoutter.
Tout à coup, il éclata de rire. Ce devait être assez comique, en effet, de nous voir toutes comme sont les souris quand le chat paraît, si muettes après avoir été si bruyantes un instant auparavant.
Il enleva son chapeau, et faisant un petit salut, nous dit :
– Serviteur, Mesdames ! Le tisserand, s’il vous plaît.
S’il vous plaît ! Comme s’il pouvait nous déplaire en quoi que ce fût ! Ainsi, c’était lui, le tisserand ! Eh bien, cela m’était égal. Il aurait pu être le roi du royaume des fées ou un assassin poursuivi par des chiens, c’eût été pour moi tout pareil.

(Sarn, chapitre V, p.96-97)

Ce pourrait être facile pour toute autre que Prue.
Elle, elle n’a pas le droit d’aimer et d’être heureuse. Elle, l’exclue…

Ah oui, vous ne le savez pas. Prue, l’héroïne, celle qui raconte son histoire de si belle manière, celle qui sait lire et écrire dans une société où les femmes étaient le plus souvent analphabètes et qui confie ses secrets, chaque dimanche, à un cahier qu’elle a confectionné, celle qui vient de tomber éperdument amoureuse de celui que toutes les femmes convoitent, c’est la sœur du fiancé, mais elle est défigurée par un bec de lièvre qui fait d’elle aux yeux des autres une sorcière.

Dominque Labourier dans Sarn

Mais l’histoire n’existerait pas sans Gédéon, le frère maudit, celui par qui le mal arrive.

Mon frère Gédéon naquit l’année où commença la guerre avec les Français. C’est pourquoi mon père voulut le nommer Gédéon, qui est un nom guerrier. Jancis avait cout
ume de dire que cela lui allait très bien parce qu’on n’en pouvait faire un diminutif. De la plupart des prénoms vous pouvez former de petits noms d’amitié, de même que vous pouvez tailler dans un manteau ou dans une robe de quoi vêtir un enfant. Mais de Gédéon, vous ne pouviez rien faire; et le nom était comme l’homme. J’étais plus attachée à mon frère que ne sont d’habitude les filles, mais je ne pouvais m’empêcher de remarquer cela. Si personne ne vous appelle par votre prénom, il finit par être oublié. Or, la plupart des gens faisaient ainsi : ils l’appelaient Sarn.

(Sarn, Chapitre II, p.17)

Voilà, je pourrais vous en raconter davantage, vous dire les mots échangés, ceux qui racontent la vie de ce temps-là, à l’époque de la reine Victoria dans les campagnes anglaise, si proches des nôtres à la même époque. Je pourrais vous citer les mots qui m’ont fait rire ou, au contraire, ceux qui m’ont fait pleurer.

Ce n’est pas un roman sentimental, ce n’est pas non plus un roman historique, c’est seulement la vie qui s’écoule, au jour le jour, avec ses joies, ses peines, ses tourments, ses injustices, la bêtise des uns, la cruauté des autres, et pourtant au bout du chemin, l’espoir… La vie.

 

PS du 17.08.09 : Gazou a lu le livre et en a parlé sur son blog. Merci pour sa lecture.

173 réponses à “Mary Webb, Sarn

  1. je partage tout ; le film a donné les images au livre que je suis vite allée acheter pour prolonger le bonheur. Que M. Claude Santelli en soit remercié pour sa sensibilité même s’il n’est plus là. j’avais 15 ans ; je suis en train de le savourer à nouveau en ouvrant le livre au hasard. c’est magnifique.

    • Un grand merci à vous.

      Je sais que j’ai fait la même chose alors, pour tout garder en mémoire.

      Bienvenue dans la Bibliothèque.

  2. Les anglais disent ‘Tea time » mais en fait, ils prennet leur repas du soir entre cinq et six heures… Le thé n’est que la boisson qui accompagne ce repas…

    A bientôt…

  3. Ton post donne envie de le lire !

    Bonne journée avec bises de nous deux.

  4. Tea time… J’adore cette appellation. J’aime le thé à toute heure de la journée. Les moments entre amis, avec un thé et des petits gâteaux, sont souvent des moments de calme et de plénitude où le rythme trépidant du quotidien se laisse soudain apprivoiser dans la douceur. Ces instants au charme désuet sont un vrai bonheur ! Même ma fille aînée, animée par la belle fougue de ses 7 ans, est sensible à cette atmosphère et se pose pour partager de temps en temps avec moi le Thé des Enfants (surtout à base de fruits rouges…)

    Merci beaucoup pour la présentation de cette oeuvre. Tu m’as donnée envie de lire ces instants de vie.

    • Merci pour ce partage, Marie.

      Le thé, chez nous (avec ou sans thé d’ailleurs, parce qu’on peut le remplacer par d’autres choses, les enfants prenaient souvent un chocolat quand ils étaient petits), c’est sacré. J’aime aussi ce moment si particulier du goûter…

      Je suis heureuse que ça t’ait plu. Si tu le lis, tu me diras ?

  5. Apparemment un film qui t’a beaucoup marqué. C’est drole de voir Flotats en jeune premier, lui qui est retourné en Catalogne comme directeur de théatre. A+

    • Je ne savais pas ce qu’il était devenu… Je ne l’ai vu qu’en Gédéon, je crois. Merci, Bernard.

      En tout cas, c’est vrai, j’ai beaucoup aimé le film… et le livre est une merveille.

  6. Tu me donnes envie de le lire…Merci!

  7. ce matin encore tu nous emmènes au pays du rêve où surgit  l’envie de te suivre dans ce roman…Merci Quichottine…J’y cours, je note!
    Bisous de dame Sophie.

  8. Merci Quichottine.
    Un rappel nécessaire …
    J’ai vu le film, et j’appréciais les réalisations de Claude Santelli et ses commentaires.
    Le livre, que je n’ai pas lu, me tente beaucoup …
    A bientôt, bisous tout doux.

  9. C’est la richesse des rencontres imprévues, mais qui changent toute la vie…

  10. La vie est pour chacun cruelle à certains moments.Mais il y a l’espoir comme tu dis…

  11. J’ai eu la grande joie de lire ce bouquin il y a quelques temps, sais tu qu’il est estimé comme livre ancien, entre 150 et 200€?
    Gros bisous, Flo

    • Je suis contente que tu l’aies lu et qu’il t’ait plu…

      Je ne savais pas pour le livre… et je crois que d’autres l’ignorent aussi. On en trouve d’occasion à partir de 0,90€ sur le Web.

      Mais je suppose que l’édition originale doit être hors de prix, c’est un livre magnifique !

      Gros bisous à toi aussi.

  12. un roman que je ne connaissais pas, tu m’as donné envie de le lire, merci…. bisous

  13. J’ai honte ! Je ne connaissais pas du tout mais heureusement tu es là pour parfaire notre culture littéraire et cinématographique !
    Ceci dit, j’ai quand même une excuse (une petite), je n’étais même pas née à l’époque !

    Bon après-midi Quichottine
    Bisous tout plein

    • On ne peut pas tout connaître ! Moi, j’étais encore jeune, mais toi, tu n’étais pas née… Ouh la la ! ça ne me rajeunit pas !

      Bon après-midi à toi aussi.

      Bisous tout plein.

  14. bon bin voilà encore un à rejauter sur ma liste !!!! merci quichottine

    • J’en ai encore d’autres dans mes tiroirs…

      Il va falloir faire des économies.
      … Tu t’es inscrite à la bibliothèque ?

  15. Un autre livre que j’ajoute à la liste, tu as le don de nous tenter.Bonne journée.

  16. je crois bien l’avoir lu car le titre me parle ; pour le téléfilm je ne peux l’avoir vu , j’étais à Madagascar en 68;
    en ce moment je suis plongée dans la « bible au féminin » de Tarek Halter  et j’aime beaucoup ces vies de femmes oubliées de l’histoire!

    • Je ne connais pas du tout ce livre… J’espère que tu nous en parlera chez toi, même si tu dis que tu n’aimes pas parler de tes lectures.

      Bisous, Fanfan, passe une belle soirée.

  17. Il n’y a que toi pour « dire » ainsi

    je t’embrasse

  18. j’aime les histoires d’amour car l’mour est mon moteur mais cet artile me fait penser aus premiers romans photos que je lisais en cachette et je serai curieuse de retrouver le livre car les livres c’est ma deuxièmepasion, j’en lis j’en achète plein même d’occase et après je les revends ! bon il faut que je note ce titre

    • Je n’arrive pas à les revendre… il m’arrive d’en donner.

      Si tu aimes les livres, tu ne devrais pas être déçue.
      Bonne soirée, Fransua.

  19. Quel article !
    Quel livre !
    Sarn ? Je ne connaissais pas, ne connais pas…
    Connaître ? J’en ai envie !
    Oui !
    Envie de plonger dans ce livre qui va et conte au rythme de la vie…
    Envie de découvrir ce livre qui a, semble-t-il, tant touché Quichottine…

    Penses-tu que nous, d’autres comme moi, pouvons encore le trouver ?
    Il en ait deux désormais qui m’apellent de Quichottinie…

    Bonne soirée.

  20. Aussi, Quichottine, tes confessions…
    J’en perd mes mots.

    De nouveau, bonne soirée et à bientôt.

  21. Merci de m’avoir rappelé un livre que j’avais adoré à 15 ans et un film que je ne pouvais pas rater en son temps (et que je reverrais avec beaucoup de nostalgie). Je crois que je vais le chercher sur les rayons de la BCP la semaine prochaine !

    • J’espèreque tu trouveras le livre… le film n’est pas repassé, je crois.
      On le trouve dans les archives de l’INA… mais le lien que m’a donné Betty ne semble pas fonctionner.

  22. bin c’est un peu idiot, mais j’achète mes livres et aiment ensuite les offrir

  23. Je me souviens avoir lu il y a très longtemps,j’étais encore minot, un livre piqué  mes soeur: « Quelle était belle ma Vallée ». Histoire d’une famille de mineur dans l’écosse de cette époque. Mais la trame, je m’en souviens plus, je pense qu’un film en a était fait.

    Bises et bonne journée.

    • « Qu’elle était verte ma vallée »… Un livre fantastique !

      Merci, Patriarch… tu en feras l’introduction lorsque j’en parlerai…
      Je n’ai pas vu le film… mais, tu as raison, il existe.

      Bisous affectueux et bonne journée à vous deux.

  24. Belle histoire des gens simples!
    Bises

  25. Il est déjà en partie écrit le roman, mais il est dans mon pc en chine, merci de tes visites, passe un bon mercredi

    Qing et rené

  26. Mon chat se demande pouraquoi les médecins se disent libéraux : ils sont payés par nos impôtd, comme les fonctionnaires. Mieux! On est obligé de s’inbscrire chez eux comme on le faisait chez les commerçants au temps de l’occupation et des cartes d’alimentation. Alors, mon chat ne comprens pas toujours ce que je lui explique.

    • Votre chat a beaucoup de bon sens… Je me pose souvent les mêmes questions.

      Les mots ne doivent pas toujours vouloir dire la même chose suivant si l’on est médecin ou patient.

  27. et bien, moi aussi je prendrais bien un thé avec toi ! (je suis en train de chauffer l’eau, tu arrives ? )
    je suis ravie de lire cet article ! tout m’es revenu ! Je n’ai pas lu le livre, mais j’ai vu le film dans ma jeunesse, et c’est une vraie joie d’en entendre à nouveau parler ! J’ignorais même que c’était l’adaptation d’un livre…merci Quichottine !
    sais-tu si il a été rediffusé ?..mais bon, je lirais bien le livre maintenant
    bon thé !

    • L’eau chez toi a dû s’évaporer… j’ai tant de retard !

      Je ne crois pas qu’il ait été rediffusé, et c’est bien dommage !

      Merci pour le thé… je finis ici, et j’arrive ! Garde-moi des petits gâteaux…

  28. coucou, oh moi aussi j’aimais lire les livres interdits
    Je me souviens quand je commençais ma lecture, tu peux être sûr que quelqu’un venait dans ma chambre, catastrophe, vite il fallait le cacher et c’était souvent sous l’oreiller

    C’est marrant, j’ai plein de souvenirs qui me reviennent

    Merci Quichottine

    bisous

  29. Je suis tenté .
    Bonne journée Quichottine

  30. Oh Dit donc pierre Vanech était bien jeune; je n’avais jamais entendu parlé de ce feuilleton, je ne savais même pas qu’il existait. mais comme d’habitude avec tes mots tu nous donne envie de le découvrir. pour ma part chaque fois que j’ai pu voir un film tiré d’un livre que j’avais lu j’ai été déçue jamais je ne retrouvais les émotions que me procurait le livre.

    • Tu sais, ça m’est arrivé aussi d’être déçue…Mais surtout quand je voyais le film après avoir lu le livre.

      Mais, tu as raison, le livre, c’est vraiment irremplaçable.

      Merci, Loralie, pour ce partage.

  31. j’ai envie de le relire ce livre: il faut que je plonge dans mes étagères  ou même à la cave (car j’y ai aussi des livres) pour voir si je ne l’ai pas dans mes archives ; j’ai lu les coms ; mo aussi je me demandais ce que cachait ce terme : » parents édoptifs »!  cela n’ a pas dû être facile pour toi!!
     bises
    merci pour la traduction: je me doutais bien que c’était quelque chose dans ce genre!

    • Merci, Fanfan. Je crois que je ne suis pas à plaindre, d’autres ont plus souffert que moi. Quelque part, j’ai eu beaucoup de chance.

      En tout cas, je te remercie encore pour ta lecture attentive.

      Passe une belle soirée… Tu vas retrouver ton livre !
      Bises à toi aussi.

  32. Gros bisous et bonne fin d’après-midi, oui bien sur que je vais continuer de faire briller vos yeux encore longtemps
    Amitiés, Flo

  33. Je suis à peu près sûre que je l’ai lu… que racontait-il ce livre ? je n’arrive pas à me souvenir …
    Bonne soirée Quichottine 

  34. En lisant ces lignes je me souviens vaguement de cette histoire, et oui, du téléfilm avec Pierre Vaneck… Je n’avais pas vu la suite !

  35. merci de m’avoir fait connaitre ton amie sculptrice  et merci de faire chauffer ma carte bancaire…hihi! j’ai trouvé Mary Webb ( Sarn) sur Price minister…je te fais confiance!!!
    bises du soir .
    Je me régale avec tes articles…

    • Sur Price, tu as dû l’avoir à pas trop cher… les frais d’envoi plus chers que le livre… non ?

      J’espère que tu ne seras pas déçue. Moi, je ne l’ai pas été en le relisant !

      Merci, Edith.

  36. Coucou ma Quichottine!!

    Moi qui cherchais un bon roman pour les vacances, je file le commander chez mon libraire dès aujourd’hui! Comment ai-je pu passer à côté de ce livre?? D’après ce que tu en dis, c’est tout à fait un roman qui devrait me plaire! J’espère qu’il n’est pas épuisé? Si non, je le lis et te dirai ce que j’en ai pensé :-))
    Je voulais te dire…merci de te balader sur mon blog en mon absence et de lire mes textes « enterrés » !! De m’avoir conseillée de les re-publier, ça aussi c’est une riche idée! Tu es toujours de bon conseil, Quichottine :-))))
    Tout plein de gros bisous pour toi

    • Je ne sais pas si tu pourras l’avoir via le libraire… mais bon, on ne sait jamais…

      D’occasion, sans problème… sauf si tous mes visiteurs se mettent à le vouloir aussi. En bibliothèque, tu devrais le trouver…

      Tes nouvelles sont extra, ce serait dommage que personne ne les ai lues !

      Passe de bonnes vacances, et gros bisous pour toi aussi…

  37. Je ne connais ni le livre ni le téléfilm Quichottine mais j’ai apprécié cette veillée d’amour.
    Je n’étais pas en vacances, c’est même plutôt l’inverse, beaucoup de travail et de fatigue ces temps-ci.
    Je suis enfin en vacances et je vais bientôt partir rejoindre ma famille.
    Je te souhaite un bel été.
    Gros bisous
    A bientôt 

    • J’ai vu cela sur ton blog… aussi ! J’en suis désolée pour toi de te voir partir en vacances si fatiguée !

      Au moins, profites-en bien pour prendre un peu de repos.

      Gros bisous…

  38. bleu-marine(chez souvienstoi)

    tu vois, tite Quichottine…..je dois te faire un aveu : je n’aime guère lire…chuttttt…c’est ainsi….et cependant, je ne me lasse pas de venir « t’écouter » et découvrir de fabuleuses histoires chez toi !!
    alors tout simplement je te dis un grandd merci !!…..en plus, parler de tes parents « adoptifs » m’a beaucoup ému, et je trouve celà extraordinaire, d’arriver à partager un bout de ta vie avec nous !!
    tendresse –

    • Je partage beaucoup avec ceux qui prennent le temps de lire… avec attention comme tu l’as fait ici.

      Merci, Bleu-marine.

      Tendresse à toi aussi…

  39. Bonsoir Quichottine, je n’ai pas lu ce livre mais les photos me rappellent…. de vagues souvenirs. A redécouvrir. Bonne nuit parmis tes livres Bises

  40. Avez-vous remarqué qu’on préfère le mensonge doré à la vérité toute nue.

    • C’est vrai… souvent.

      Pourtant, si l’on voulait être sincère, on saurait la distinguer, même sous le plus parfait maquillage.

      Bonne soirée, Charles. Merci.

  41. Quelle surprise! C’est un de mes premiers livres et je l’aime beaucoup…quel rappel émouvant!
    Biz& belle semaine Quichottine***~~D’Ocean

  42. Merci pour cette analyse complète qui comme à ton habitude, me donne envie de lire tout ce que nous présente.
    Bonne journée Quichottine
    Bises

    • Ce n’est pas une analyse complète… juste un moment de lecture partagé… mais, j’en ai sans doute dit un peu plus que d’habitude.

      Passe une belle journée Bruno. Je sais qu’elle n’est pas si simple pour toi.

      Je t’embrasse.

  43. Une belle invitation à la lecture chère Tisseuse de rêve, merci pour ce billet il est très complet et bien illustré !
    Bisous tout plein

    • Merci à toi de l’avoir lu… et merci pour cet autre cadeau que tu vas retrouver bientôt ici aussi.

      Bisous tout plein.

  44. je ne connais pas du tout ! ça a l’air d’être qqch ! si en plus ça a bien vieilli… je note !

  45. Bonne fin d’après-midi ma Quichottine
    Amitiés, Flo
    Tiens au fait, j’ai resorti mon livre poussiereux et vais le relire ce week-end
    Bisous

  46. J’ai appris quelque chose de ton histoire en parcourant les premiers commentaires… Je reste un peu touché, et interdit.

  47. Je te fais un p’tit coucou et te dépose un bisou (pas que je sois débordée mais parce que cette fois, c’est toi qui a du retard dans tes publications ! ).
    Bon après-midi à toi Quichottine

    • Chère Léa… je viens de changer de design… même si je n’en suis pas tout à fait satisfaite.

      Il est très proche du précédent… mais si l’on regarde bien, la page article a été totalement remaniée.

      C’est mieux ou c’est moins bien d’après toi ?

  48. Je reviendrai demain alors …

  49. ohh merci pour cette photo de Pierre Vaneck !! je me souviens combien Maman le trouvait bôoooo !!! peut-être ai-je vu le film enfant( j’adôoorai tous ces films !!) mais je ne m’en souviens absolument pas…quant au livre rien non plus…j’en parlerai à Maman (je lui dois tout, le goût des livres et l’odeur des vieilles librairies…)

  50. Un petit coucou Quichottine. A+

  51. je viens chercher un petit brin de fraîcheur; il fait encore plus de 30 degrés , nous avons des cendres et de la fumée  qui arrivent avec le sirocco :la Corse brûle!
    bonne nuit  bises

    • Oui, elle brûle… C’est désastreux.

      Je voudrais qu’il n’y ait plus de tels feux…

      Bonne nuit, Fanfan. Merci.

  52. Juste un vol de papillons pour toi

  53. Je vais donc me rendre sur le net à la recherche de Sarn…

    Vois, mes mots semblent me rester.

  54. Je découvre SARN je ne me souviens plus du tout , je n’ai pas vu mais si on ne le lit pas après tout ce que tu en dis….Une petite pause pour moi bien méritéz mais des articles programmés jusqu’en septembre avec la suite aujourd’hui de ma biographie professionnelle. Bises et merci de ta fidélité.

    • Je passerai… même si je ne te garantis pas pouvoir passer tous les jours.

      J’aime bien quand tu es dans ta biographie, l’écriture est fluide et tu as beaucoup d’humour.

      Merci à toi. Bonne pause.

  55. J’avais adoré aussi le film qui m’a incitée à lire le livre que j’ai tout autant aimé, c’était houlà il y a longtemps !

  56. Sarn est un roman merveilleux, je l’ai lu car le prof de français nous l’avait conseillé, c’était en 1958 ou 1959. Le telefilm est très réussi, j’aimerais beaucoup le revoir, malheureusement…

    • Merci pour ce partage… Je suis vraiment contente de savoir que vous l’aviez aimé aussi.

      Il n’est pas repassé… C’est grand dommage.

  57. Jeannie Hornyak

    Pierrre Vaneck vient de mourir, pourquoi ne passe t on pas ce merveilleux téléfilm tirée du roman de Mary Webb SARN ou il incarnait le personnage du tisserand.

    • Merci… Je ne sais à qui l’on pourrait s’adresser pour le demander.

      C’est vrai que c’était une très belle réalisation…. J’avais adoré !

  58. Jeannie Hornyak

    Je ne suis pas jeune… J’ai lu le roman à mes élèves de 14 ans vers 1972… Je vais demander au site de Dominique Labourier ou Danièle Lebrun si le téléfilm existe toujours, à bientôt tous et en particulier à Quichottine J H

  59. picard de muller

    C’est la première fois que j’ouvre votre page ,suite à des recherches sur Sarn,et elle m’a enchantée.Le film m’avait subjuguée et encouragée à découvrir le livre,ce que j’ai fait en totale harmonie avec l’atmosphère décrite ,car,à l’époque,j’habitais un hameau perdu au fin fond du Berry,sans eau courante,comme à un autre siècle.Chaque mot m’allait droit au coeur ,chaque description collait à ce qui m’entourait ! et Prue est devenue une référence d’endurance aimante !                Quel plaisir de voir tant d’autres personnes qui ont aimé ce livre!

            

    • Merci pour ce très gentil message.

      Sarn est un magnifique souvenir pour moi… J’ai été heureuse de pouvoir le partager avec d’autres.

      Son souvenir m’émeut beaucoup.

      Passez un très beau dimanche.

  60.   En relisant les commentaires, découverts hier,plus attentivement ,je vois qu’une lectrice était intéressée par le DVD.

    Cet été,une visite à une brocante m’a fait trouver une édition de 1931 de sarn avec préface du traducteur ,et m’a replongée dans ce livre de chevet de ma jeunesse.La technologie ayant avancé ,j’ai pu me procurer, en qq jours, le téléfilm sur le site de vente d’Ina.fr . Quelle joie de retrouver tous ces acteurs qui correspondaient si bien aux personnages du roman!

     Entre-temps,j’ai regardé le téléfilm « precious bane » produit par la BBC en 1989.Sans être expert en anglais,si on connaît bien le livre,on peut suivre facilement ce film au complet,mais découpé en tranches sur Youtube.L’atmosphère m’a semblée plus légère,moins tourmentée,notamment le personnage de Gédéon,et certaines scènes ajoutées au livre m’ont parues inutiles.Mais passé le moment d’adaptation à de nouveaux visages, j’ai trouvé les héros,Prue et Kester ,attachants.

     De curiosité en curiosité,je suis arrivée à cette si belle présentation que vous faites ici ,tout à fait dans le ton du livre.Merci !

    • Je crois que j’aurais un peu de mal avec la nouvelle version tant j’ai en mémoire les acteurs de l’ancienne et la sobriété de l’interprétation, qui convient parfaitement au roman, je pense.

      Mais merci de me l’avoir signalée. C’est vraiment gentil.

      Je ne pensais pas avoir tant de nouvelles visites sur cet ancien article, mais j’avoue que cela me fait plaisir.

      Merci à vous, Josée.

  61. … euh… Quichottine, … le Télé 7 Jours … « de tes parents adoptifs » ???

    es-tu une ex-  « enfant adopté » ?
    et si oui, les as-tu appelés toute ta vie « mes parents … adoptifs » ???

    (je suis très intéressée par ta réponse)

    • Je pense que d’autres se posent la question aussi. Donc je réponds.

      Lorsque j’ai perdu mes parents, j’avais quinze ans, j’ai été adoptée dans l’année qui a suivi par mes parrain et marraine de baptême. Comme tu t’en doutes, je ne pouvais pas les appeler « papa » et « maman ». J’ai donc toujours parlé d’eux soit en disant « mon parrain », « ma marraine », soit en parlant de mes parents adoptifs.

      Je leur dois beaucoup, je leur en serai toute ma vie reconnaissante. Ils m’ont apporté un amour différent de celui de mes « vrais » parents, j’ai essayé de le leur rendre le mieux que je pouvais. J’étais leur seul enfant (alors que j’avais cinq frères et soeurs).

      Cependant, même morts, mes parents étaient trop « présents » pour qu’ils puissent les remplacer tout à fait. Je crois qu’on peut le comprendre.

      Je me suis toujours demandé ce que font les enfants qui l’ont été plus jeunes et qui savent pourtant qu’ils ont d’autres parents.

      Adopter, je crois que ce n’est pas si facile… adopter une ado, c’est sans doute très difficile. Perdre deux fois ses parents… sans doute encore plus.

      Bisous, Melly.

  62. je ne me souvenais pas du titre, mais je me souviens très bien de ce téléfilm avec Vanneck et Labourier, quelle ambiance et quelle histoire! J’avais adoré.

  63. ¡Qué bueno Quichottine!, bueno mejor lo escribo en francés sino después te doy mas trabajo del  que tienes.

    Tu sais que je passe tous les jours mais je ne laisse pas toujours ma trace, mais aujourd’hui je prends mon temps parce que c’est un de ces articles donc tu as la magie qui nous invitent à la lecture.

    A lire et relire

    Nous apprenons des petite choses sur toi qui nous laissent un peu interdit, j’aimerais savoir plus, mais je sais que tu le raconteras ou peut être que tu as déjà parlé et j’ai raté cela. Alors je ne poserai pas des questions.

    C’est toujours difficile de résumer un roman. Je ne connais pas cet auteur ni le roman photo.

    Mais tu m’as donné envie de le lire, coup de foudre , préjugés et  apparences, malédictions et légendes ancestrales, douceurs de l’héroïne, méchanceté…  tout y est pour un bon roman.

    Les passages que tu as cité montrent une écriture très fine et très agréablement poétique, remplit de subtilité. Tes photos nous font voyager dans l’imagination et nous voilà dans la campagne anglaise. Merci de ce moment entre ton écriture et ma tasse de café.

    • Je n’en avais jamais parlé… je ne crois pas. J’ai répondu à Melly qui m’a posé la question un peu plus haut.

      Résumer un roman, je ne le fais pas. Je crois que c’est à chacun de le découvrir.
      Ce que j’ai mis sur mon article, ce sont les images que le magazine télé avait tirées du téléfilm.
      Je t’assure qu’il était vraiment magnifique !… Comme le livre dont je parle et qui est un régal, à mon goût.

      Tu me diras s’il te plaît, si tu le lis ?

      Merci pour ta présence, S.YO

  64. ça a l’air intéressant ! en tous les cas c’est plaisant à lire le peu que tu offres ! bisous

    • Ça l’est… Tu sais bien que je ne montre généralement pas beaucoup, pour que chacun puisse se faire sa propre idée…

      Bisous à toi aussi.

  65. Que de souvenirs! Je viens de le relire, un peu par hasard, mais les hasards existent-ils?
    Je cherchais au grenier un livre pour ma petite fille et je suis tombée dessus alors que je le cherchais depuis des mois! A chaque fois que je le relis, je reçois un choc, à cause du livre bien sûr mais aussi à cause de mon histoire personnelle! Jusqu’à l’âge de 10 ans je crois, je n’ai pas eu de livre, je devais me contenter du journal ou des BD, des jeux mais aussi des feuilletons qui paraissaient dans le magazine féminin de ma mère! C’est là que j’ai découvert Sarn! Nous vivions alors dans le Sud algérien, dans un camp militaire , en plein désert! Il y avait en face de notre maison une prison militaire qui nous fascinait nous les enfants du camp! Je ne sais pas pourquoi, on appelait ces prisonniers des exclus. Ce mot m’est toujours resté et résonne toujours très fort en moi. Ces exclus avaient entre autres occupations une section de reliure et reliaient donc toutes sortes de livres que les gens du camp leur achetaient. Il y avait sur une étagère chez moi, toute une rangée de ces livres que je trouvais inaccessibles parce qu’interdits, mais aussi parce qu’ils étaient, me semblait-il, chargés de toutes les histoires que l’on racontait sur ces hommes! Quand un jour, arriva Sarn dont j’avais lu en cachette quelques extraits dans le magazine de ma mère! Cette histoire, en pièces détachées était comme un puzzle dont il manquait beaucoup de morceaux mais elle était ancrée comme un bateau qui ne demandait qu’à prendre le large. Alors, ce livre, je l’ai volé pour le lire  la nuit! Ça me fait penser à un autre livre que je lis en ce moment, toujours avec ma petite fille, la voleuse de livres! Les plaisirs interdits sont-ils toujours plus heureux que les autres? C’est ce souvenir qui me revient toujours lorsque je relis ce livre aux pages plus que jaunies. Comme il est relié, je ne saurais jamais comment en était la couverture! Mais aussi, il y a un peu partout sur les pages du livre, un tampon rouge sur lequel on peut lire:sections d’exclus d’Aïn Sefra!
    C’est vraiment en dehors de tout ce que je viens de dire un livre fascinant et magique! Je ne sais pas trop à quoi cela tient mais c’est ainsi!
    Je crois que je vais appeler ma tête Prudence finalement comme ça je penserai à toute cette histoire et à ce qui nous relie toutes à travers ce livre! En plus, j’ai mis dans cette tête tout mon amour de la campagne et cet amour m’est-il peut-être venu de la lecture de ce livre?
    bises et merci Quichottine

    • Les livres interdits… C’est par eux que j’ai commencé.

      L’amour de la campagne, de ses paysages, je comprends que tu l’aies, et que tu le traduises dans tes poèmes et dans tes tableaux. Je me souviens encore très bien de ton arbre…

      Prudence pour ta sculpture, merci…

      Tu vois, ton commentaire me touche beaucoup parce que je viens de sortir le roman de Markus Zusak de ma pile de livres à lire, grâce à Polly qui m’en parlait aussi. Tu l’auras certainement fini avant que j’en parle ici, alors, j’espère que tu diras ce que tu en penses.

      Je t’embrasse fort. Merci à toi.

  66. qing et rene

    un beau compte rendu de ce livre, c’est ce qui me désole un peu en Chine pas de livre, sauf ceux que j’emporte, (très peu a cause du poids)
    bon mardi
    qing et rené

    • Je me doute… Les livres ne peuvent pas vraiment faire partie des voyages en avion… juste un peu sans doute, mais pas trop.

      Bon mardi à toi aussi. J’espère que vous profitez bien de vos vacances.

  67. Hop! Je note sur ma liste pour ma prochaine visite à la biblio!

  68. sarah frane

    quel bel hommage à Sarn

    je ne connaissais pas, et je viens de lire et regarder avec intérêt

    je t’embrasse fort quichottine
    sarah

  69. Que tu décris bien…
    Que j’aime ce blog à la présentation inhabituelle, où chaque mot a son importance et sa place exacte…
    Vraiment, c’est un bonheur de venir ici.
    Passe une belle journée
    Bisous

    PS: Je n’ai pas lu, mais je vais chercher… 

  70. KERFON LE CELTE

    Tea time…

    Personnellement je prends du café…
    Je crois en la vertu de cette boisson.
    Que voulez-vous, je ne suis pas une personne à thé…

    KLC

    • Ben tu peux, sans problème… il n’y a pas d’obligation quant à la boisson. Va pour le café !

      Je souris à ton jeu de mots mais je pensais « personne à lit T »… ça existe, un lit en « T » ? Il faudrait l’inventer. 

      Bisous, Kerfon.

  71. Qu’est ce que c’est bô les coups de foudre, rien que tes mots raisonnent de cet amour.      

  72. J’aime bien le concept de veillée d’amour mais j’ai l’impression que toutes les femmes de l’assemblée avaient le coup de foudre pour le tisserand ;))
    Moi , aussi je fais tea time mais c’est surtout pour pouvoir manger quelques biscuits :p
    Bisous Quichottine

    • Evidemment… elles sont toutes tombées amoureuses ce soir-là.

      Mais lui, seulement d’une !

      Gourmand Urban… je fais comme toi, mais je ne devrais pas.
      Bisous à toi aussi.

  73. « Captivant » cet article!!! Heureusement qu’il existe de bons moments comme ceux que tu viens de décrire!!!
    Bises du soir Quichottine, passe une bonne fin de soirée!

  74. Jackline

    Je me rappelle très bien du téléfilm..d’ailleurs, chaque fois que je vois Dominique Labourrier dans une série télé (de plus en plus rarement..) j’y repense..Pierre Vaneck je l’ai toujours aimé comme comédien, et la dernière fois que je l’ai vu à la télé, c’est dans une série qui était très très bien, nommée « Justice » où il était avocat et prof de droit à la fac..bravo pour ton article et tes recherches..j’ai revu ces photos avec plaisir..bisous

    • Merci, Jackline, pour ce partage de souvenirs…

      Je regarde très peu la télévision aujourd’hui, et donc, cela me fait plaisir de voir que ces acteurs jouent toujours.

      Bisous à toi aussi.

  75. Jackline

    Je me rappelle très bien du téléfilm..d’ailleurs, chaque fois que je vois Dominique Labourrier dans une série télé (de plus en plus rarement..) j’y repense..Pierre Vaneck je l’ai toujours aimé comme comédien, et la dernière fois que je l’ai vu à la télé, c’est dans une série qui était très très bien, nommée « Justice » où il était avocat et prof de droit à la fac..bravo pour ton article et tes recherches..j’ai revu ces photos avec plaisir..bisous

  76. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, j’aime bien cette façon que tu as de faire revivre ces personnages comme si le téléfilm était passé la semaine dernière.
    Il faudrait que je pense à regarder à la médiathèque pour le livre car j’imagine qu’il n’est plus distribué.
    Sinon, je tenais à te remercier tout particulièrement mais c’est une autre histoire à raconter ailleurs …
    Gros bisous et très belle journée,

    • Tu ne peux plus le trouver en neuf… mais d’occasion il existe.

      Je suis sûre qu’à la médiathèque tu le trouveras… enfin, je l’espère.

      Merci pour le message reçu ailleurs…
      Gros bisous et belle soirée à toi.

  77. Moi aussi, je me souviens fort bien et de ce roman et de ce téléfilm, comme de ces ouvrages qui ont été des pierres blanches dans mon parcours d’adolescente; il n’y en a pas beaucoup…

  78. Marie Soleil

    Je viens partager quelques instants avec toi et prendre le thé si ce n’est pas trop tard.
    Bonne journée.
    Marie

  79. …ça plairait à Betty…images, paysages, histoire, amour toujours, regards échangés…
    Jolie présentation, forte en nostalgie et que j’affectionne ces ressentiments que tu as si bien décrits…
    Pour le film, ça risque de paraître compliqué à visionner quoique, la Toile, cette commère de service risque, qui sait de faire des étincelles alors je me mets en quête de trouver un passage d’une bobine de ce ptit téléfilm! Je reviens…

    • On trouve tout, c’est vrai…

      Tu vois, je le dis très rarement, mais là, je suis presque sûre que ça te plairait !

  80. Saperlipopette il est passé où mon p’tit message d’il y a à peine un quart d’heure8-) Grrr la technologie se jouerait-elle encore de moi?

    De mémoire, non en réalité, je disais que ce livre plairait bien à Betty et que j’en avais aimé ta description, tes sentiments exprimés, la nostalgie qui se dégageait de ton message d’aujourd’hui… Un regard, une envie, un dilemme, une tentation…hummm….

    Alors oui, me revoilà car je vous avais promis de revenir au cas où la Toile, commère de service, pouvait nous rendre une projection de ton souvenir, d’un téléfilm, à vous les deux fans de ce visionnage, il semblerait qui sait, que ce lien vous intéresse…
    bise belle Quichottine

    http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/CPF86637741/sarn.fr.html

    • Cela arrive parfois… Mais tu vois qu’il est là, il ne s’est pas perdu, juste au-dessus de celui-ci.

      Merci pour ce lien… Je n’avais pas réussi à le visionner, mais je vais essayer de nouveau.

      Bisous tout plein, Betty.

  81. Belle journée à toi Quichottine

  82. Quichottine pleins de bonheurs en cette belle journée. Bisous

  83. Petite Elfe

    C’est un genre qui me plaît. Je n’aime ni les romans sentimentaux ni les romans historiques mais justement ceux qui racontent la vie comme celui que tu présentes. Et si tu en as d’autres comme ça, je prends…. façon de parler.
    Bonne nuit.

    • Rire… Merci, Petite Elfe… Je suis sûre que tu en as aussi dans ta bibliothèque des comme ça !

      Passe une belle soirée…

  84. KERFON LE CELTE

    Voilà, j’ai tout lu…
    J’attends la suite…

    KLC

    • La suite demain, Kerfon. En ce moment, un article tous les trois jours, en attendant de pouvoir faire mieux !

      Merci pour ta présence.

  85. Marie Soleil

    Je viens reprendre un petit thé même si ce n’est pas l’heure.
    Bonne journée.
    Marie

    • Merci… c’est vrai que j’ai beaucoup tardé avant de te répondre… à tout de suite chez toi !

      Passe une belle soirée.

  86. Bonne journée et merci de passer sur les escaliers!

  87. Bonsoir Quichottine
    Je venais te répondre que oui c’est bien de ce pays de cocagne dont je vais parler, Lectoure…voyage éclair en juillet pour garder notre petite Léa…. et puis tu sais comment c’est, j’arrive chez toi et je feuillette… et je tombe sur cet article que j’ai dévoré! J’ai un souvenir ébloui de ce roman! Au collège, le prof de gym (va savoir pourquoi?) nous proposait  des lectures de roman dont celui là…que j’avais aimé! et je ne savais pas qu’il y avait eu un téléfilm…. souvenir souvenir
    Merci à toi
    Bises du soir
    Dany

    • Merci, Dany ! Je suis contente de savoir que tu vas là-bas.

      J’aime bien aussi quand tu es là, parce que tu fouilles, c’est passionnant.

      Contente aussi de savoir que tu l’as aimé, moi, j’avais aussi adoré, et j’ai aimé le relire. Comme quoi, il y a des choses qui ne passent pas.

      Merci pour ce partage.
      Bisous et bonne nuit, Dany !