Le film fera un malheur

Je devais, je voulais, vous parler d’un livre, l’un des derniers que j’aie lus.

Mais, je ne trouve pas les mots qui vont bien, ceux qu’il faudrait pour que cela corresponde exactement à ce que j’ai ressenti.

C’est rare, mais cela arrive parfois, quand les sentiments que la lecture suscite sont trop divers pour arriver à en extraire ce qui est vraiment important afin de le dire en quelques lignes… Là, c’est le printemps, vous n’avez pas le temps de vous plonger dans une longue chronique littéraire*.

J’ai réfléchi, longtemps. Je sais que c’est un livre à lire, un livre qui ne peut pas laisser indifférent.

Donc, je vais vous le présenter, mais avec les mots de son auteur, ce sont les meilleurs que j’aie trouvés.

J’ai lu ce texte (clic) après avoir lu le livre. Je ne voulais pas lire avant, pour ne pas être influencée – par personne – fusse par son propre auteur !

Je lui ai laissé aujourd’hui ce commentaire :

En fait, Sammy est mon préféré… Et je ne sais pas si ce livre est drôle, moi, il m’a émue aux larmes… Mais je suis d’un sentimentalisme à toute épreuve, je suis de celles qui n’ont pas honte de pleurer au cinéma devant un bon film et, celui-ci devrait en faire partie.

Sammy est l’un des personnages les plus vrais que j’aie pu croiser depuis longtemps dans mes lectures… et Dieu sait que je lis beaucoup.

Bonne journée, Georges. Je suis sûre que cela fera un film génial. C’est un excellent roman.
Commentaire n° 1 posté par Quichottine aujourd’hui à 12h22

Comme toujours, dans les commentaires que je dépose ici ou là, je ne renie aucun des mots que j’y ai écrits.

J’ignore ce que vous penserez de Sammy, ou même d’Alexis, de Clara… (les trois personnages principaux) … mais, quoi qu’il en soit, ils sont dans la bibliothèque maintenant.

J’aurais dû vous en lire une page, la première (clic) par exemple… mais, si vous avez suivi tous les liens, vous avez un bon aperçu de l’auteur et de son roman.

Pour ceux qui, de toute façon, n’ont pas vraiment le temps, je vais me contenter de cette couverture, et de la quatrième qui suffit à donner une bonne idée de l’ensemble.

Jeune et ambitieux réalisateur, Alexis est harcelé par Sammy, un malfrat cinéphile qui l’admire et le presse de tourner un film sur sa vie. Sammy est prêt à tout, et même à modifier cette vie pour qu’elle devienne le script idéal au regard du cinéaste. Mais comment se débarrasser de cette amitié encombrante et de ce rôle de coach imposé par le truand ? Alexis est inexorablement entraîné dans le plus inquiétant des scénarios : amours et carrière se disloquent. Le destin est en marche et ne lâchera plus sa proie avant le clap de fin.

Au-delà du thriller kafkaïen, ce roman d’humour noir est une comédie sociale où les personnages errent entre trois mondes impitoyables : ceux du cinéma, du crime et de la publicité. Reste à savoir lequel est le plus dangereux… On retrouve ici le ton acerbe d’un premier roman remarqué qui dépeignait sans ménagement le monde de l’édition et la condition de l’écrivain.

C’est un bon livre, et Monsieur Flipo a raison.
Le film va faire un malheur.

Georges Flipo
Le Film va faire un malheur

Le Castor Astral, « Escales des lettres », 2008

* En parlant de chroniqe littéraire, ne manquez pas celle de LLT, qui a rédigé le billet publié sur Encres vagabondes, le 12/08/09.

 

69 réponses à “Le film fera un malheur

  1. comment on fait pour résister…..

  2. Il suscite de l’intérêt,c’est de bon augure

  3. Comme ce livre m’attire !! Pouvons-nous le trouver facilement ? Et à prix accessible ?
    Merci de ce partage Quichottine !
    Moi aussi, j’ai découvert dernièrement des lectures intéressantes et prenantes !
    Je profite de ce moment repos pour me nourir de ma faim de lecture et de découverte littéraire !
    Bien à toi.

    • Se le procurer, c’est facile, on le trouve sans problème partout. Je l’ai acheté dans ma librairie habituelle, il y en avait une pile. Il s’agit d’un éditeur bien distribué.

      Je l’ai payé quinze euros, mais si tu le commandes sue Amazone, tu ne le paieras que 14,25 €, livraison gratuite. Je ne sais pas s’il en existe déja en « occasion »… Le livre est un peu trop récent je pense pour cela, mais tu peux peut-être le demander à ta bibliothèque municipale.

      J’ai oublié de préciser qu’il a 314 pages.

      Merci pour ta visite…

  4. en tout cas, l’illustration avec ce contour bleufait chez moi un malheur !!!! merci pour tous ces liens, je vais m’empresser de tout lire !!! belle soirée à toi, bizzzz

  5. Je note, merci pour cette analyse qui donne envie de le lire ce Monsieur Flipo.
    Je venais chez toi ce soir sans être certaine d’avoir conservé mes informations et joie, ton blog est le seul pour lequel je ne dois pas ressaisir mes noms, mail et site!
    Gros bisous et belle soirée Quichottine.
    Sophie

  6. Bigornette

    Une critique qui donne envie… bravo à l’auteur, je suis sûre que c’est bon vu ce que j’en ai deviné…ça me rappelle une émission d’Arte hier dont j’ai vu un morceau… (il était tard…) bisous Quichottine…

  7. Vu le résumé que je viens de lire, ce livre s’annonce prometteur et il risque de bien se vendre effectivement.
    Bises

  8. Ta soif de lecture nous abreuve de tes commentaires éclairés et nous donne envie de tout lire…mais le temps manque, tes billets de critique avertie me permettent de faire plus facilement des choix…Quichottine ! je te déclare bibliothécaire d’utilité publique !
    merci
    bisous

    • Eh bien… aujourd’hui j’ai eté nommée Factrice en chef… et, donc, Bibliothécaire d’utilité publique… Il faudra que je dresse une liste bientôt…

      Mais c’est tout gentil, Bruno, j’apprécie. Merci !

      Bisous à toi aussi.

  9. Bonsoir Quichottine, alors je vais me fier à ton jugement car un livre qui donne de l’émotion.. cela me va tout à fait. Je dis toujours qu’un film est bon « s’il m’a fait pleurer d’émotion » ou « s’il m’a fait pleurer de rire ». sinon aussitôt vu, aussitôt oublié.
    douce nuit à toi avec plein de gros bisous de haute savoie
    le matelot de la terre ferme

    • C’est vrai… je me souviens toujours de ceux qui m’ont fait réagir…

      Douce nuit à toi aussi, Chantal. Plein de bisous

  10. Je note, pour ma petite retraite de mai ! bonne nuit Quichottine .

  11. Bonsoir Quichottine et merci pour ces liens, je cherchais un livre en voilà un qui me tente.

  12. D’accord, tu es une couche-tard Quichottine ? Bises et fais de beaux rêves littéraires

  13. Je vais avoir enfin un peu de temps pour lire et je m’en fais déjà une joie… Pause blog pour moi et cela ne va pas faire de mal je crois. Je passe donc te faire un gros bisou et te dire à bientôt…
    Syl

    Ps : Pour la pub chez moi désolée mais effectivement je n’y peux rien.

    • Une pause peut être salutaire, je le sais bien.

      Bonne pause, Sylviane. Profite bien de tes lectures.

      (Oui, je sais bien, mais j’ai préféré te le dire, de même que je voudrais que mes lecteurs me le disent si cela arrive aussi chez moi. C’est toujours le propriétaire du blog le dernier averti… )

  14. et en plus le truand est corse comme il se doit!!  e(ntre nous : la liqueur de châtaignes est très bonne!!)
    si je le trouve je le lis promis , l’auteur semble assez « noir » !

  15. sa a l aire bien 😉  bise quichottine 

  16. Monsieur Flipo a raison… vive la première page! Et je pense que le film fera un malheur, le livre aussi.
    Ça m’a donné envie de le lire. Surtout qu’en ce moment je suis sur un bouquin hyper sérieux (non je n’ai pas pris de coup à la tête).
    Bonne soirée et bonne lecture

  17. convaincu je vais me l’acheter
    besos
    tilk

  18. Pas mal le thème… cela me rappelle celui de « Disjoncté » (avec J. Carey) et Mafia Blues, pour rester dans l’humour…les fans sont un grand sujet pour les psycho-drames littéraires ou… cinématographique..
    Bonne journée Quichottine !

    • Ah… je ne connais pas…

      Mais tu as raison… C’est vrai que c’est un sujet qui revient souvent…

      Bonne soirée à toi, Sieglind.

  19. Des mots, il y en a partout. Il suffit de se baisser pour en ramasser.

  20. Tu as le chic, les bons mots, tout ce qu’il faut. Tu as donc réussi ton pari : ça donne envie d’y goûter et c’est terrifiant, car la dernière fois que je t’ai dit qu’un livre que tu présentais me faisait envie, je l’ai acheté… Je me sens un peu piégée. Mais quand même aussi attirée… Je te dirai ce qu’il en est d’ici quelque temps.

    Ambre

    • Terrifiant ?… Tu es sûre ?
      Tu as été déçue ?

      … Je ne serais désolée que si c’était le cas…

      (Tu as lu « Un conte peut en cacher un autre » ?)

      En tout cas, il est sûr que j’aimerais bien avoir ton avis si tu le lis. Merci.

  21. et bien voici un livre que j’ai envie de me procurer .. je vais profiter de cette fête du livre pour le chercher … merci pour tout ce partage que tu nous apportes … demain c’est la célébration de la mort de Don Quichotte aussi … gros bisous

  22. Il est en ma possession mais ce n’est pas une lecture prioritaire. Toutefois il faudra quand même que je m’y colle puisque c’est un SP que j’ai demandé. Mais ce qui m’embête un peu, c’est que sur les 3 derniers bouquins chroniqués, deux étaient pour adultes et j’en ai encore trois (dont le Flipo et 2 recueils de haïku) qui attendent. Mais je t’embête avec mes histoires… Je vais cliquer sur quelques-uns de tes liens. A bientôt.

    • Tu ne m’embêtes pas.

      Quand tu l’auras choniqué, tu me le diras ? Je mettrai en lien ta chronique… 🙂

      À très bientôt.

  23. J’avoue, j’ai acheté Un conte peut en cacher un autre. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus gros. C’était un régal mais fini trop vite. Mon mari aussi a apprécié.
    Je ne sais pas encore si je vais craquer pour celui-ci mais c’est parti pour je crois…

    Ambre

    • J’aurais dû préciser le nombre de pages… Ce n’est qu’un folio cadet.

      Fini trop vite, je suis d’accord.

      Pou ceui de Flipo, pas de souci, il fait quand même plus de trois cents pages !

  24. J’ai lu le livre et fait l’article. C’est ici
    http://www.encres-vagabondes.com/magazine/flipo.htm

    Je te remercie de me l’avoir fait découvrir et tu avais raison, il ne peut laisser indifférent.

    • Allons bon ! OB m’a mangé ma réponse…

      Je voulais te remercier pour le lien… et te dire que j’avais fait un ajout à mon billet. Je trouve que tu as fait un très bel article à son sujet.

      Merci infiniment, LLT.

  25. Je l’ai acheté, je l’ai lu, je l’ai aimé, je l’ai refilé à Max, qui l’a lu, l’a aimé… On en a bien ri !
    En somme un très bon conseil de lecture qui nous a changé de nos lectures « habituelles » et nous a permis d’échanger (mais nous le faisons plus ou moins pour tous les livres que nous partageons). Nous avons pu nous extasier sur le caractère particulier du héros, nous étaler sur ses déboires et, en nous retournant, constater l’ingéniosité et le talent de l’auteur qui n’aime peut-être pas son héros mais sait le malmener de telle façon que le lecteur, lui, en reste comme deux ronds de flan et adore ça.

    Merci à la bibliothécaire.

    Ambre

    • Merci pour ce partage… J’aime bien avoir les retours…

      Tu as raison, le lecteur en est baba !

      Bon dimanche, Ambre.

  26. Une belle découverte ! Moi aussi je pleure parfois au cinéma ou même en lisant un livre, parfois. Bisous

  27. Il est en ma possession mais ce n’est pas une lecture prioritaire. Toutefois il faudra quand même que je m’y colle puisque c’est un SP que j’ai demandé. Mais ce qui m’embête un peu, c’est que sur les 3 derniers bouquins chroniqués, deux étaient pour adultes et j’en ai encore trois (dont le Flipo et 2 recueils de haïku) qui attendent. Mais je t’embête avec mes histoires… Je vais cliquer sur quelques-uns de tes liens. A bientôt.

  28. Bon à lire alors !

  29. thaliesen

    Bonsoir Quichottine! Sympa le bouquin, ça donne plutot envie! je le note dans la liste « à lire ». Bonne soirée quichottine et à bientôt…J’espère que le film fera un malheur…

  30. en attendant que le sieur chat de notre fille daigne rentrer dormir à la maison, car ce voyou ne passe pas ses nuit dehors, j’en profite pour passer répondre aux commentaires, et avec OB qui a encore fait des modif avec le pavé commentaire faut tout saisir à chaque fois, je me demande à quoi cela sert de cocher se souvenir de ces infos. Bonne fin de soirée avec des bigs bises

  31. Ça y est M’dame, rajouté dans ma liste d’ achats …
    Bisous ma Quich’

  32. Tine, l’avait dit qu’elle poserait.

    Que de bloguer un peu,  elle cesserait.

    Lors, l’était partie sur son traîneau,

    Dévaler les pentes des livres ouverts.

     

    Au glacier des sentiments, submergée,

    Elle voulut encore partager,

    Mais, sans trop dans la chronique plonger.

     

    Une fois ses huskys chauds,

    Tine déclina ces quelques mots

    Dits, ces mots de l’auteur.


    De ces mots qui

    Vous donnent envie de lire…

    • C’est vrai… la pause arrive à grands pas… plus que quelques articles programmés, pas grand chose, et ensuite, un grand silence. Ça va faire bizarre…

      Ton poème est superbe, Bravo ! Et merci pour ce partage…

  33. A mettre sur ma liste…
  34. Je prends! rien que pour le titre! ah l’accroche y a pas à dire en plus j’ai fini mes épluchures de patates:-) Biz ma belle

  35. Quichottine

    Sourire…

    Je ne crois pas que l’on puisse juger d’un auteur sur une seule page… sinon à quoi serviraient les autres ? De la même façon, on ne peut pas juger un peintre ou un sculpteur sur une seule de ses création.

    Je me dis que ce qui est possible, c’est de trouver un tableau, une sculpture, ou même une page qui vous a plus émue, touchée, que toutes les autres. Cela ne veut pas dire que le reste n’est pas digne d’intérêt, au contraire.

    Je crois qu’on entre dans une œuvre une fois qu’on a trouvé la porte qu’il fallait ouvrir, celle qui nous attendait.

    Je suis sûre que ce n’est pas pour tous la même, sinon, où serait l’intérêt de ces discussions ?

    Je crois que ce serait ennuyeux.

    Ce que j’aime, lorsque je me rends dans ma librairie préférée, c’est de pouvoir prendre le livre dont le titre ou l’illustration de couverture m’attirait, de lire la quatrième de couverture… et d’aller grappiller une ou deux pages au hasard… pas forcément la première, pas forcément celle que l’auteur veut nous montrer.

    Souvent, ensuite, si ce que j’ai lu m’a plu, m’a émue, ou simplement surprise, je l’emporte et je le découvre, de la première à la dernière page.

    Il m’arrive de rester plus longtemps sur un passage. Comme il m’arrive de rester longtemps devant un seul tableau au musée. Je crois que c’est celui qui m’attendait.

    Ici… Peut-être serez-vous déçu, peut-être non. J’ai adoré le chapitre 20. Mais, je suis navrée, je ne peux pas le limiter à une seule page, je garderai le tout.

    Madame votre épouse fait de très beaux tableaux.

    • J’ai déposé aujourd’hui ce commentaire chez Georges Flipo. Je crois qu’il y a de nombreuses pages que j’aurais gardées.

      Je ne lui ai pas tout dit.

      Si j’avais dû ne garder qu’un paragraphe, j’aurais choisi l’un des tous derniers de la dernière page.
      J’en ai été émue aux larmes.

      « Alors, ce chagrin ? Alexis vit poindre la réponse, estompée, puis aveuglante : il regrettait de n’avoir pas pu être l’ami de Sammy Raggi. Son copain. Son pote. Il aurait voulu être celui qui s’en va en emportant la meilleure part. » (p. 314)

      Qui ne le voudrait pas ?

      Qui ne voudrait pas faire comme Alexis, finalement, et donner un grand coup de pied dans toutes ses vies ratées, ses regrets, son destin ?

      Merci à Georges Flipo pour son livre.