Qu’as-tu fait de tes rêves ?

L’autre jour, chez Moun, je suis tombée sur une question importante… à travers une image et un jeu d’écriture qu’elle proposait, il y avait sans doute de quoi rester des heures et des heures à réfléchir, à trier, dans les souvenirs.

Pas facile du tout… non…

Et puis, je suis passée chez Solange. J’y étais déjà allée, j’avais déjà vu une image… mais je n’avais pas osé la lui demander. Nous ne sommes pas encore intimes, et là, c’est vraiment un énorme prêt que je lui demandais. Son image, mais aussi le texte qui l’accompagnait.

Ben quoi ? Tu deviens paresseuse ? Qu’est-ce que c’est que cette nouveauté ?
Qu’est ce qui t’arrive, Quichottine ?

… Il m’arrive que…

Bon, promis, je vous raconte après mais pas encore aujourd’hui. D’abord, je dois parler de ces trois choses qui font partie de ce nouveau défi.

L’image de Solange

(Clic image pour voir l’original)

Le texte qui l’accompagnait et dont je vous dirai deux mots…

…ou trois… ensuite !

Les châteaux

Le premier château que l’on possède
Quand on est encore tout petit
C’est un beau château de sable tiède
Que devant la mer on construit
Il a des fenêtres, des portes
Et l’on peut y danser autour
Mais le soir venu, le flot l’emporte
Ce château ne dure qu’un jour

Le second château qui s’accompagne
Des chansons qu’on chante à vingt ans
C’est le château bleu qu’au ciel d’Espagne
Chacun peut construire en rêvant
Transparent palais tout en glace
Chaque nuit, on croit bien le voir
Mais le lendemain, le jour l’efface
Ce château ne dure qu’un soir

Le plus beau château qui sur la terre
Fait pâlir l’étoile et le jour
C’est dans un pays plein de mystère
Le divin château de l’amour
Il a le parfum qui nous grise
Il est pur comme un soir d’été enchanté
Il est éternel parmi la brise
Mais il n’a jamais existé


Solange
dit que c’est une chanson qu’elle chantait il y a… quand elle était enfant.

C’est vrai… Elle a pour titre « Les Châteaux » et elle a été chantée par Lionel Parent, en 1937. Je ne connaissais pas cette chanson, je la trouve magnifique.

Alors, j’ai cherché, comme le fait Kinou… C’est une poésie de Rosemonde Gérard, la musique est de Tiarko Richepin. On peut en écouter deux couplets ici (clic).

Je rêve…. à cette femme qui écrivit de si beaux poèmes, chacun la connaît sans le savoir parfois… Vous vous souvenez ?

Car vois-tu, chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

Ce sont les mots que tous les amoureux du monde se disent un jour ou l’autre… Le sien, s’appelait Edmond Rostand… C’était le papa d’un de mes héros préférés, même avant Juju… Cyrano de Bergerac !

Mais oui, je rêve, tout en sachant qu’il me faut aussi répondre à Moun, à ce Tag qu’elle a si bien photographié…

(Clic image pour la voir dans le billet original)

Je pourrais lui dire que j’ai essayé de m’en défaire… que je les ai enfermés dans une malle en plomb avant de les plonger au fond de l’océan.

Je pourrais lui dire que je les ai gonflés à l’hélium comme des ballons de baudruche avant de les lancer dans le ciel à la rencontre des oiseaux,  et des orages.

Je pourrais lui dire que je suis montée jusqu’au sommet des plus hautes montagnes, que j’ai traversé les déserts, les plus chauds comme les plus froids, dans l’espoir insensé de les égarer en route…

Je pourrais lui dire que comme le chat de Steve Waring, ils sont toujours revenus, plus vifs encore, plus réels qu’au premier jour…

Je pourrais…

… Mais non ! Mes rêves, je les garde pour moi… Mes châteaux de sable, Mes châteaux en Espagne, je les construis encore, malgré tout, malgré ce temps qui passe, les soucis, les chagrins… rien ne pourra jamais les entamer.

C’est Jacques Brel qui dit que les vieux n’ont plus d’illusion…

Et si, tel don Quichotte et ceux qui jamais n’abandonnent l’espoir d’atteindre un jour l’inaccessible étoile, je voulais seulement…

… rester encore un peu enfant ?


Je rappelle à mes lecteurs que ce billet, tout enquichottiné, peut être lu sans suivre les liens qu’il contient, mais que ces liens vous con
duisent, ici ou là, vers d’anciens billets ou vers ceux de mes blogopotes que je visiterai aujourd’hui…

82 réponses à “Qu’as-tu fait de tes rêves ?

  1. Un bien joli projet que de garder son âme d’enfant pour un jour peut être atteindre l’inaccessible étoile… nous sommes quelques uns à poursuivre cette envie…
    Gros bisous à toi et douce journée,

    Syl

  2. Mes rêves se sont envolés et je n’en ai plus. Je suis beaucoup plus heureuse ainsi. Méfions nous des rêves qui empêchent de vivre. Bises

  3. Pour moi, mes rêves sont ce qui m’a permis de continuer d’avoir envie de vivre …
    Bon mercredi ensoleillé ! Bisoux.

    dom

  4. j’ai bien peur d’être une incorrigible rêveuse…… comme j’en invente chaque jour de nouveaux je n’irai jamais au bout….fastoche

  5. Sans rêve je ne pourrais plus vivre…Rêver, c’est espérer, malgré comme tu le dis si bien, les chagrins, les soucis…Heureusement il reste le rêve, quel qu’il soit. Chacun de nous possède, heureusement, son tiroir au secrets, son espace privé ou seule son imagination peut vagabonder à loisir.

    Belle journée ensoleillée Quichottine, sors de la bibliothèque, viens  rêver au soleil, viens marcher avec nous sur les sentiers couverts de bruyères. (encore une rêve) Sourire.
    Sophie

    • Je savais que tu trouverais aussi des mots, ceux qu’il fallait.

      Ici, il faisait gris aujourd’hui. Oui, des sentiers dans la bruyère, j’aurais aimé.

      Je t’embrasse fort, Sophie.

  6. Tu m’as gâté aujourd’hui. je ne me souvenais plus de cette chanson et en plus tu nous mets « les vieux » de Brel. Merci !!

    Bises et bonne journée.

  7. C’est une bonne question…pour ma part j’en ai perdu beaucoup en route…mais je me suis découvert de nouvelles passions, et puis qui sait la réalisation de certains rêves peuvent venir très très tard…Gros bisous Quichottine….

    • Tu as raison, certains rêves se réalisent, parfois… tôt ou tard, cela n’a pas vraiment d’importance.

      Merci d’être là

  8. Tu m’as bien renseigné sur cette chanson je ne connaissais pas les auteurs ni l’interprète. Merci. Je crois qu’on garde toujours un petit coin de notre enfance en nous.

    • C’est tout à fait ça, Solange. Et je crois qu’il ne faut surtout pas l’effacer.

      Merci de m’avoir aidée pour ce billet.

  9. Qu’ai-je fait de mes rêves, cruel dilemme…Dur de le décrire, il me faudrait cent jours.
    J’ai en fait des morceaux jetés aux quatre vents
    Bisous A
    Amitiés, Flo

  10. même a 40 ans je suis tout le temps resté ce gamin perdu dans ses rêves , bise quichottine  

  11. je pense qu’il y a deux sortes de rêves: ceux qui nous permettent d’avancer et ceux qui nous aveuglent.
    Bien sûr, je suis pour les premiers ^^ Ceux qui nous font garder l’espoir, qui nous permettent de nous émerveiller, ceux d’enfants car on garde cette douceur, curiosité qui nous évite la peur de l’inconnu…
    Et puis, les rêves, ceux qu’on fait la nuit aussi, ne sont que le prolongement de nos réflexions et observations, parfois l’imagination s’en mêle pour faire des théories farfelues mais quand cela rejoint la réalité, on se dit qu’on n’avait pas si tort que cela…
    bisous

  12. j’aime beaucoup cette chanson c’est un très beau texte..quand a Rrosemonde, comment ne pas l’aimer 😉

    Qu’avez  vous fait de vos rêves ? je trouve la question  très belle, pour là réponse  je crois en avoir réalisé certain…mais je crois que je suis comme toi..le plus grand c’est de  pouvoir rester encore  une enfant quelque part . ^^

    Bonne soirée quichottine, ton article est superbe 😉

    • Loralie, tu me fais toujours plaisir quand tu t’arrêtes chez moi…

      Tu vois, lorsque tu as fermé Rêverie, tu as expliqué que tu passais et que tu lisais, et que cela te prenait du temps. Je sais le temps que tu passes… et je sais que ce que tu m’écris me touche toujours énormément. Merci infiniment d’être là, Loralie.

      Ange et démon ? Je ne sais pas, moi, je pense que tu es un ange !

  13. J’ai rêvé mes rêves…..
    Dans une bouteille en train de voguer sur une mer imaginaire ou sur un océan de possibles…
    Accrochés à un ballon et ils volent vers l’éternité…

    Bonne soirée

    • Merci, Alphomega !

      C’est une bien jolie façon de laisser ses rêves vivre leur propre vie…
      J’espère que tu en as gardés quelques-uns !

      Bonne soirée à toi aussi

  14. je me demande ce que mes rêves ont fait de moi
    besos
    tilk

    • C’est une bonne question, Tilk… Je sais que lorsque je viens chez toi ou sur ton île, je ne peux qu’admirer la force de tes mots et de tes images.

      C’est un honneur pour moi que tu sois là.

  15. J’ai découvert avec plaisir le site de Solange. Désolée, pas le temps cette nuit pour les autres liens  😉
    Trop d’émotion avec ta question…alors que je tente d’écrire un autre couplet à la chanson !
    Coquillages et poissons sont mes rêves d’enfants…
    Gros bisous, Amielle

    • Pardon de t’avoir fait de la peine… même involontairement, je suis impardonnable.

      Je t’embrasse fort, mon Amielle, prends soin de toi… et tes rêves, je les retrouve toujours avec joie sur ta galère !

  16. Les rêves !!!
    Combien volent en morceaux ?
    Du rêve, il ne reste souvent qu’ un goût amer de frustation et un sentiment de vide absolu.
    Il est rare qu’ un rêve se concrétise, mais quand cela se produit, la réalité n’ est jamais à la hauteur de ce que l’ imagination voyait, et la déception est souvent grande.
    Mais étant une rêveuse incurable, je continue ….
    Bisous ma Quich’

    • Alors, il vaut mieux que les rêves ne se réalisent pas…

      Je suis contente que tu me ressembles à ce point ! Entre soeurs… 😉
      Gros bisous, ma Clo !

  17. Hum, je pense que ce n’est pas facile de trier… mais je pense qu’au moins, nos rêves à nous ne sont pas les plus aveuglants, genre vouloir le pouvoir à tout prix sur la terre… enfin, j’imagnie que tu vois ce que je veux dire par là.
    bisous

  18. Je pense avoir déjà construits d’innombrables châteaux en Espagne, certains se sont réalisés, d’autres se sont écroulés tels de vulgaires châteaux de sable qui n’ont pas résisté aux premières vaguelettes. Peu importe, c’est beau l’espoir.
    Santounette  

  19. Marie-Claire

    Ah ! le rêve…

    R ègne de l’imaginaire
    E vasion de la pensée
    V oyage vers un autre univers
    E motion assurée !

    Bonne journée, Quichottine !

    P.-S. : Merci d’avoir suggéré à Petite Elfe de ne pas laisser disparaître complètement « Quai des brumes »…

    • Merci pour tes mots, Marie-Claire, pour cet acrostiche aussi… Je suis heureuse que Korrigane ne disparaisse pas tout à fait, même si je comprends que le blog doive être supprimé.

      Merci pour ta présence auprès d’elle.

  20. « Fais de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité » a dit Shakespeare

  21. Le Rêve, il est à la vie comme l’air que nous respirons.
    Une chose dont on ne peut nous priver ? Le Rêve.
    Le Rêve est-il la Liberté ?

    Bises et merci.

    • Tu as peut-être raison. Le rêve est l’un des rares espaces de liberté qu’il nous reste… alors, il ne faut pas s’en priver !

      Merci à toi, Mamago

  22. heureusement que tes reves ne sont pas enfermes dans une malle de plomb … ca vole les reves … ca se promene en liberte dans un coin de notre cerveau … isl se glissent entre les nuages… on les rattrapent …et on les coince sous l’oreiller de plumes ,,,
    lizagrece

  23. J’ai déjà accompli plusieurs rêves mais j’en ai plein encore en réserve …J’ai une grande faculté à rêver toute éveillée et je ne m’ennuie jamais …

    • Ceux qui rêvent de s’ennuient pas… mais parfois ils se réveillent.

      Bravo en tout cas pour ce que tu réalises !

  24. moi aussi je suis comme toi Quichottine . 

     » C’est Jacques Brel qui dit que les vieux n’ont plus d’illusion… « 

    nous ne nous sentons pas vieux du tout ! 

    • Ah…. Si tu me prends par les sentiments !

      Jacques Brel est quelqu’un de très important pour moi !

      Non, je ne me sens pas vieille, jamais quand je l’écoute.

  25. Jacques Brel ! ^^
    « Les vieux ne meurent pas, ils s’endorment un jour… »
    « Les vieux ne rêvent plus… »

    « … »

  26. «Plus je vieillis, plus je vois que ce qui ne s’évanouit pas, ce sont les rêves» a écrit Cocteau. Heureux ceux qui savent encore rêver, et plus encore ceux qui savent faire rêver. J’ai de pleines malles de rêves qui laissent sans cesse échapper leurs trésors. Alors je veux vivre très vieille et continuer de m’émerveiller…Sais-tu que j’ai suivi tous tes chemins, avec parfois quelques difficultés à retrouver l’embranchement, et un cul-de-sac, le mien, où je m’étais risquée par curiosité (qui est -parfois seulement- un vilain défaut !) Bises

    • Forcément… je devrais corriger le lien et mettre celui de ton nouveau blog… pas si nouveau.

      J’aime bien l’idée de ces rêves que tu partages ainsi… et que nous continuons à partager, toi et moi, malgré les années qui passent, et peut-être grâce à elles.

      Merci d’avoir suivi les chemins… et d’être revenue pour me retrouver ici.
      Je t’embrasse. Passe une douce soirée.

  27. Je dirais un article tout emmêlé de liens… comme souvent, on les suit ou pas….
    voilà il nous faut faire la petite souris qui grignotte qui grignotte et
    arrive là où tu nous mènes !
    une autre nuit une autre fois, on fait des noueuds marins avec tes liens tiens !

    • Celui d’hier n’en contenait aucun… 😉
      Morte de rire, tu vas tout emmêler ? Il te faudra tout démêler ensuite, tu sais ?

      Bonne nuit, Melly !

  28. De lein en lien jusqu’au premier jour, jusqu’aux rêves, jusqu’à Brel et sa quête, jusque là… je voudrais rester une enfant…. avec des roses sans épines.

    Je t’embrasse pour ce moment de rêve avec tpo.

    • Malheureusement, les roses sans épines n’ont aucune personnalité…

      C’est vrai que la vie nous blesse… et qu’il faut faire avec, malgré tout ce que l’on voudrait, tous nos rêves.

      Il faut beaucoup de persévérance pour rester enfant…

      Je t’embrasse fort, Polly !

  29. BIDUDULE

    J’ai pris le temps de lire avec beaucoup d’intérêt cet article.
    On en apprend tous les jours avec toi et c’est un plaisir !
    Merci beaucoup.

  30. Mary J'Dan

    Pas ou plus de rêves, revient à dire plus d’espoir et donc plus de vie. Ce sont bien nos rêves qui nous permettent d’avancer, quelles que soient les embûches. Je continue de courir après et avec eux, tout en semant des liens pour ne pas en égarer. Comme Quichottine nous l’enseigne 😉

    • J’aime bien ce que tu dis, Mary… Mais je crois que tu le faisais bien avant que je sois là !

      Merci de partager mes journées, Mary !

  31. Coluche a dit : On croit que les rêves c’est fait pour se réaliser. C’est ca le problème des rêves : c’est que c’est fait pour être rêvé

  32. J’aimerais aussi, tout comme toi, garder mon âme d’enfant. Petite cali est toujours là, pas très loin dans un coin de ma tête, prête à bondir de sa boîte tel un pantin farceur !

    Bon après-midi Quichottine
    Bisous

    • C’est vrai que parfois l’enfant que nous étions est très présent… souvent lorsque nous ne l’attendons pas.

      Merci, Cali, à toi aussi…

  33. petite elfe

    Tu sais que je rêve beaucoup… et peut-être  que je fais rêver… qui sait, avec des mots ça se peut , parfois…
    « Un rêve sans étoile est un rêve oublié »… Paul Eluard
    Puissent les étoiles nous faire rêver encore longtemps… il faut croire en ses rêves sinon on ne vit plus… Bonne journée.

  34. Bonjour, à bientôt!
    bises.

  35. J’ai toujours été une rêveuse et je le suis encore. Est-ce le fait que mon prénom « MONIQUE », tiré du grec monos, monè, signifiant seul(e), unique, solitaire, me permet de rester de longs moments à « penser », à « refaire le monde », à rêver. Une manière pour moi de dépasser les moments plus durs de la vie.
    Bisous du soir Quichottine!

    • Je crois que tous ceux qui ont une dure réalité savent le prix des rêves…

      Merci d’être là, Monique, Bonne fête à toi !

  36. Tu as fait fort Quichottine et je me suis prise au jeu.. à la lecture tout en devinant que tu noyais le poisson dans l’eau ou le rêve dans l’océan de tes yeux (tu choisis) mais j’avais la folle envie de lire jusqu’au bout ! Alors bravo pour avoir relevé le défi et pour la conteuse que tu es
    Amicalement

  37. Tes propos et questionnements rejoignent en quelque sorte un autre grafiti que j’ai photographié en Espagne justement, qui se trouve dans mon article http://www.aquarelle-en-voyage.com/article-2574330.html et où cette insouciance de l’enfance autant que ces existentiels questionnements s’affichent par la puissance des mots comme une parabole face au palais de l’Alhambra, dans une ruelle de l’Albacin !
    Amitiés,
    Alain MARC 

    • Merci… Je suis allée voir ton article et j’ai lu, aussi… ce qui était autour de la photographie.

      Je reviendrai te lire encore.

      Merci de ces visites guidées que tu me proposes toujours et qui me permettent d’aller au devant de tant de découvertes !

  38. C’est un bien bel article.
    Le poème de Rosemonde Gérard est magnifique mais dommage qu’il soit triste, pourquoi dire que l’amour n’a jamais existé ?
    Et pourquoi essayer de perdre ses rêves ? Pourquoi ne pas essayer de les réaliser ?
    Je me souviens d’un monsieur âgé qui me disait :
    « Je ne suis pas vieux. J’ai encore des illusions. »

    • Je crois que l’amour existe… et quand je pense aux magnifiques mots d’amour que son mari a écrit, à ceux qu’elle a écrits aussi, je sais qu’elle y croyait.

      Chacun fait de ses rêves ce qu’il peut ou veut. Moi, je préfère essayer de les réaliser ou de les vivre.

      Je crois que quelque part, tu es d’accord avec moi.

  39. bonne question.. à laquelle je ne saurais pas répondre. Dans mes souvenirs, je n’ai qu’un rêve qui me revient : je voulais voler ! j’imaginais qu’en le voulant très fort, je pourrais le faire ! quand j’y repense j’ai eu une chance inouï car je m’arrangeais pour être sur la fenêtre…… à 8 ans!
    bonne soirée, bizzzzzzzzzzzzzzzz

    • Je crois que tes parents ont dû avoir souvent de sacrées frousses !

      … Mais tu ne m’étonnes pas vraiment !
      Bonne soirée à toi aussi

  40. Mes rêves ? Ils sont là … gros bisous

  41.  » qu’a tu fais de tes reves ?  »
    cette phrase est  cinglante  pour chaque etre humain  … 😉

    à bientot Quichottine !