Les deux armées (2)

J’ai tellement hésité à vous raconter la suite de l’histoire qu’il est déjà très tard et que deux articles sont partis, effacés, dans ma corbeille à papier.

Dans le premier, je vous présentais quelqu’un que je viens de découvrir… mais ça attendra encore un peu, que je sois sûre.  S’il le faut, je récrirai mon article.

Dans le second, je vous montrais  une image… ce sera pour une autre fois, je la garde, pas très loin, au fond de mon tiroir aux secrets. Qui sait ? Peut-être la verrez-vous un jour ?

Et maintenant, en définitive, je vais vers mon grand livre, celui qui m’a été légué, que je garde précieusement, mais pas si loin que je ne puisse vous le lire.

Lorsque Sancho se plaint de ce qu’ils n’ont pour l’instant reçu en prime que des coups de bâton, don Quichotte sort sa botte secrète : il aura désormais une épée !

Il en a déjà une ? C’est vrai… Mais il va en changer. Celle dont il va s’emparer, ce n’est rien de moins que celle du chevalier Amadis de Gaule

Vous n’en croyez pas vos oreilles ? Euh… vos yeux ?
Vous pensez que je raconte encore n’importe quoi ? Comment don Quichotte pourrait-il, là-bas, en Castille, s’emparer de l’épée d’un chevalier Français ?
Qu’est ce que c’est que cette nouvelle invention ?

Je n’invente rien, il est là, le bel Amadis, caracolant sur son fringuant coursier ! Mais c’est ma faute aussi… à force de faire des coupures, d’utiliser des raccourcis, je ne vous ai pas dit que dans la bibliothèque de don Quichotte, il y avait un livre à sauver à tout prix, le meilleur des romans de chevalerie, Amadis de Gaule.

C’est un roman qui existe, pour de vrai. Il fut publié en Espagne en 1508… Son Héros, le bel Amadis, un chevalier de France, avait un surnom le beau ténébreux. Plus aucun de ceux qui parlent de beaux ténébreux ne savent que ça vient d’un roman… d’il y a très longtemps ! Ceci dit, ce n’est pas bien grave…

Ce qu’il y a c’est qu’en faisant interagir don Quichotte et Amadis sur ses pages, Cervantès inscrit son roman dans une histoire littéraire qui a certainement plu en son temps.

Ses premiers lecteurs savaient qui étaient Amadis. C’est comme si aujourd’hui je vous parlais de Zorro. Tout le monde sait qui il est.

J’ai encore digressé ! Cali va me traiter d’incorrigible bavarde !

Bon, en ce qui concerne l’épée, ce qui est important, c’est qu’il s’agit d’une arme fantastique. Comme celle d’Arthur, elle a de grands pouvoirs. Voyez ce que Don Quichotte en dit, lorsqu’il s’agit de convaincre Sancho

Mais sois tranquille ; je vais dorénavant faire en sorte d’avoir aux mains une épée forgée avec tant d’art, que celui qui la porte soit à l’abri de toute espèce d’enchantement. Il se pourrait même bien que la fortune me fît présent de celle que portait Amadis quand il s’appelait « le chevalier de l’Ardente-Épée », laquelle fut une des meilleures lames que chevalier posséda jamais au monde ; car, outre qu’elle avait la vertu dont je viens de parler, elle coupait comme un rasoir, et nulle armure, quelque forte ou enchantée qu’elle fût, ne résistait à son tranchant.

Et voilà donc qu’après le baume de Fierabras, notre héros nous sort de derrière les fagots une épée enchantée… Sancho se souvient bien du baume… Je vous l’ai dit à maintes reprises : Sancho est loin d’être sot. Il le dit !

– Je suis si chanceux, moi, reprit l’écuyer, que, quand même ce bonheur vous arriverait, et qu’une semblable épée tomberait en vos mains, elle ne pourrait servir et profiter qu’aux chevaliers dûment armés tels, tout de même que le baume ; et quant aux écuyers, bernique.

Don Quichotte déborde d’optimisme, Sancho se voit encore une fois bien mal engagé, et quant à l’aventure, elle arrive à grand bruit…

Vous ne l’entendez pas ? Là ? Tout près ?

Un nuage de poussière … non, deux !

« Oups ! » se dit Sancho qui vient de ravaler sa salive…
« C’est merveilleux ! » pense don Quichotte… sourire béat aux lèvres…

Suite demain


Si vous le voulez bien !

48 réponses à “Les deux armées (2)

  1. Bonjour de Canton en Chine,ah, le beau ténébreux, un surnom qe l’on me donnait quand j’étais jeune et beau snifff, reste que les souvenirs , bonne journée bye

    • Jeune et beau ? Tu l’es toujours certainement encore un peu lorsqu’on regarde les jeunes filles que tu prends en photo !

      Bonne journée à toi, Dany !

  2. Moi, je trouve que ce Sancho a tout d’un héros…….en douce…..
    ….d’un héros du bon sens…

  3. Un petit bisou en passant, j’ai tout lu mais j’ai du mal à accrocher c’est le jour de don quichotte…. A demain. Bisous

  4. Je quitte la bibliothèque pour 2 semaines car je vais à Paris pour une mission … Cela va ma manquer ! LIZAGRECE

  5. Ainsi l’histoire du « chevalier à la verde espée » avait été sauvée du bûcher par le curé et le barbier, sauvée de l’Inquisition !
    J’avais oublié.
    Cervantes relie son héros à ce « beau ténébreux », chevalier des temps anciens. Don Quichotte en est transcendé, au-delà du temporel. N’est-il pas encore, le chevalier des temps modernes ?
    Avec cette épée, il est prêt à vaincre le monde. (sourires) Les deux armées peuvent entrer en scène !
    Quel belle lecture du Quichotte avec toi, Quichottine ! Merci !

    • J’adore quand tu viens appuyer mes lectures, Siratus mon amie ! Merci…

      Oui, il est prêt ! Je crois bien qu’il a oublié ses douleurs et la nuit passée !

  6. Le sourire béat de Don Quichotte … Tu as un tableau pour nous faire voir ?

  7. ah……quel plaisir d’etre là de nouveau…
    besos
    tilk

  8. Et c’est reparti ! Quand il est comme ça le Don Quichotte tout peut arriver, non, je veux dire : tout arrive ! Pauvre Sancho. Bisous.

  9. Vivement demain. On dirait que ça va « chauffer ». Bisous.

  10. Fichier hébergé par Archive-Host.comPar moment je me sens l’âme de ton héros, même si je ne lui arrive pas à la cheville, toujours des murailles à franchir…celle du temps, celle de l’idée que certains se font d’un blog….enfin bref…je saute les haies..;et je me bats pour continuer cet aventure de blogueuse,écrivaine….gros bisous

  11. Je te tiens à l’oeil pour les perles, j’en ai déjà noté quelques une huhu lol
    Bisous d’amitiés, Flo

    • Je me doute… Tu me les serviras à Noël ? En cadeau ? entourées d’un beau ruban rose et bleu ?

      Chouette !! Merci, Flo… Gros bisous amicaux pour toi

  12. Votre blog est trés interressant! Je vous propose, quand à moi, de venir discuter sur mon blog d’enlèvements extraterrestres…

  13. Beau ténébreux , amadis… connaissais pas …retenu …

    • Shin Haïah ! Ton article d’aujourd’hui m’a fait peur… Je ne suis pas sûre du tout que cet « autodafé » que tu nous montres soit une bonne chose. As-tu bien réfléchi ?

  14. annielamarmotte

    non je lirai la suite  …. lundi…. demain c’est le Jour de la marmotte et je sors de mon terrier…. bon WE 

  15. Un petit coucou pour te souhaiter un bon week-end…  Bizz Céline.

  16. Donc… Suspens ! J’attends la suite avec impatience ! J’ignorais qu’il eût deux excalibur dans l’histoire !
    Bises et bonne soirée à toi, Quichottine !

  17. Et voilà! A cause de ton blog j’ai décidé de lire El Quijote dans sa langue originale…. Et il y a pleins de tournures et de mots que je ne comprends pas… C’est chouette:-)

    • Si tu m’avais demandé, je t’en aurais conseillé un, moi, de Don Quijote, pas difficile à lire…

      Mais bon, si tu aimes la difficulté… c’est chouette ! Tu me diras si tu as réussi… 😉

  18. ça arange Cervantès ET Don Quichotte, l’incorporation d’Amadis. L’auteur pour la raison que tu as soulevée et le Chevalier, car il est passioné de romans de Chevalerie, il va pouvoi enfin faire partie intégrante d’un de ces romans. Y a que l’écuyer que cela n’emballe pas trop, aucune culture ses serfs !!
    Merci pour ton écriture, on lis ici comme on lis dans la vie, avec des jours avec et des jours sans. 

  19. Extra ta bibliothèque!

  20. Bonjour Sancho
    bises Quichottine.

  21. BIDUDULE

    A ta disposition sur mon blog des images exceptionnelles de la Nasa !!!

  22. Cavalier

    Pfff, j’ai encore appris des trucs, moi. Quant à Zorro, tout le monde sait qui il est…  Mmmm, oui, faut voir ?

    Ah ces écuyers, loin d’être sot, oui. Des répartis étonnantes. Combien de fois Bernardo m’a-t-il laissé sans voix ? (sourire béat un peu cavalier)

     
      Cavalier 

  23. On veut bien , évidemment!

  24. Roland Ivy

    Ah, « le beau ténébreux »… J’en connais un qu’on a appelé ainsi dans les années 2000. Sa femme l’avait quitté et les gazelles lui tournaient autour, pas farouches les gazelles…
    Mais c’est une autre histoire, je la raconterai peut-être un jour sur mon blog !
    Bon maintenant, je suis au même niveau que les autres. Il me reste à attendre les nouveaux épisodes et puis à grapiller dans les autres tiroirs de ta bibliothèque.
    Bises à toi, Quich’

    • Grand merci, Roland… Tu as encore fait un long voyage chez moi…

      J’attends avec impatience les aventures du « beau ténébreux » et de la « gazelle »…(plusieurs ? tu fais fort… mais c’est vrai que tu as mille vies !)