Conseils aux (jeunes) lectrices

Un mardi de cette nouvelle année, le huit exactement, Roland, que j’aime infiniment (d’ailleurs, comme je ne crains rien ici et que mes inhibitions s’envolent quand j’écris, je le lui ai avoué sans détour), Roland, donc, publiait chez lui un nouvel article qu’il intitulait « Conseil aux (jeunes) lecteurs »…

Je les ai lus, comme d’habitude ce qu’il publie, et je lui ai laissé un commentaire…

Je n’aurais peut-être pas dû parce que, voyez-vous, il m’a mise au défi de publier à mon tour mes « Conseils aux (jeunes) lectrices« .

080108_Roland Ivy

Pas facile ! D’autant que je ne voudrais pas faire un plagiat de textes que j’ai eu sous les yeux, ici ou là… et qui valent bien sûr le détour. Donc, en désespoir de cause, après avoir bien réfléchi, je vais reprendre son texte, un paragraphe après l’autre, en l’adaptant à notre cas.

1. L’agenda

Il sera tout à fait inutile d’y mettre les dates fétiches auxquelles il ne pensera pas… sauf à les avoir mises soi-même sur le calepin qu’il oublie d’ailleurs la plupart du temps, ou qu’il ouvre trop tard pour y penser. Le mieux pour ça, c’est d’acheter une éphéméride un peu coquine qu’il effeuillera chaque jour avec délice et où vous aurez subrepticement mis en valeur les dates clef de votre rencontre…

(à vous de personnaliser à votre idée, par un petit mot doux, une pastille rouge, ou simplement un gros point d’interrogation qui voudra dire « Que ne dois-tu pas oublier aujourd’hui ? » ce qui le fera se creuser la tête ou se dire que, vraiment, on ne sait plus qu’inventer pour se faire offrir un cadeau…)

Par contre, il peut être intéressant de noter quelques dates qui lui tiennent particulièrement à cœur. L’anniversaire de sa mère ? Non, pas vraiment, il n’y pense même pas (Il appréciera pourtant que vous adressiez un petit mot gentil à l’auteur de ses jours à l’occasion), mais plutôt le jour des matchs importants de son équipe préférée et les dates de début et de fin de la prochaine coupe du monde…

Il va sans dire que pendant cette période, vous ne serez pas disponible pour la moindre sortie, sauf s’il s’agit de se rendre chez l’ami qui partage sa passion pour le rugby ou pour le foot ou pour n’importe quel sport ou activité dont il vous rabat les oreilles à longueur de journée, et qui a, lui, un écran plat dont les dimensions relèguent le vôtre à l’état de fossile de la technologie.

Il vous en saura gré et vous laissera pendant ce temps une paix royale qui vous permettra de vaquer à des occupations plus « féminines » sans que vous éprouviez le moindre remord. Il est évident que ces jours-là, vous pourrez chatter tranquillement sur MSN (À condition d’avoir coupé le son de votre ordinateur personnel) sans qu’il vous demande avec qui, et sans même qu’il se rende compte que vous n’êtes plus là.

2. La salle de bain

Si vous en avez la possibilité, et comme pour d’autres choses dont je ne parlerai pas ici, le mieux, c’est d’en avoir deux…

La seconde sera la sienne et vous oublierez d’y mettre les pieds, ce qui évitera les remarques acerbes qui ne modifieraient en rien son comportement. À moins d’avoir eu la chance de tomber sur la perle rare et qu’il ait été élevé par une sainte femme qui lui ait inculqué quelques notions de savoir être, il ne rincera jamais son lavabo, sauf, peut-être, après qu’il y ait soulagé sa vessie (il faut dire à sa décharge que la cuvette des WC est bien trop basse et qu’il en aura eu vite assez de vous entendre râler de le voir éclabousser le sol de vos toilettes).

Pour le linge, pensez à le prévenir : ce qu’il laisse dans ses poches est perdu.

À défaut de le voir modifier sa façon de ne pas les vider, ça vous évitera d’avoir mauvaise conscience dans le cas où vous auriez lavé et donc complètement rendu illisible le ticket de carte bleue qui servait de bon de garantie à son dernier jouet électronique, ou le ticket de parking que son patron attendait pour le défrayer de ses frais de transport. Vous pourrez toujours dire que vous l’aviez prévenu, d’une voix de chérubin naïf, et d’un air – à peine – contrit (N’en faites pas trop tout de même, il ne serait plus dupe !)… Par contre, sans aucune crainte, vous pourrez récupérer la menue monnaie et même les gros billets, s’il y en a, parce que même après lavage, et même rétrécis, ils sont toujours utilisables, par vous bien entendu.

Ne le laissez jamais penser que vous savez tout faire… Il est important de le laisser repasser ses chemises s’il le faisait avant de vous rencontrer, ou de le mettre en position de devoir le faire (Un départ précipité pour aider une amie dans la détresse peut être un bon moyen de le voir entreprendre des choses qu’il n’aurait même jamais pensé savoir réaliser).

3. La cuisine

Une fois qu’il aura installé, à ses frais, et dès le début de votre relation, les instruments indispensables ainsi que quelques autres qui, pour ne pas sembler inutiles, doivent servir au moins une fois l’an, évitez de le laisser préparer le repas, sauf s’il est bien entendu entre vous que celui qui fait la cuisine doit remettre les lieux dans l’état où il les a trouvés.

C’est important, voyez-vous, parce que si la femme a tendance à ranger, au fur et à mesure, les instruments dont elle s’est servie, dûment lavés et séchés, le maître cuisinier a besoin de marmitons pour passer derrière lui et accomplir les tâches dont il ne voit pas l’intérêt.

Son repas sera excellent, sans nul doute, parce c’est souvent un merveilleux créateur, mais, après son passage, votre cuisine ressemblera à un champ de bataille dévasté, une vaisselle impensable jonchera votre évier, le moindre centimètre carré de desserte sera encombré d’ingrédients non inutilisés, et le sol aura vu tant de va-et-vient impatients et maladroits qu’il vous restera à le javelliser (plutôt deux fois qu’une) pour qu’il retrouve le brillant auquel vous tenez.

Plutôt que de le laisser cuisiner, instaurez dès les premiers jours le rituel suivant : une fois la semaine (il peut décider quand, avec vous, en fonction de vos emplois du temps respectifs) vous ne ferez pas à dîner mais vous rendrez dans l’un des restaurants qui sont à la portée de votre bourse… ou vous ferez livrer une pizza ou quelques denrées asiatiques pour épicer une vraie soirée à deux où ni l’un ni l’autre n’aura à se demander si ça brûle…

4. Le salon

Il faut savoir qu’il y a peu de chance que vous ayez rencontré un homme qui partage tous vos goûts (ce serait d’ailleurs d’un ennui insupportable).

Il faudra donc, si vous voulez que chacun puisse satisfaire ses envies, penser à installer un second téléviseur, dans l’une des pièces voisines… La chambre n’est pas forcément un bon endroit (il pourrait avoir envie d’y regarder la retransmission de la cérémonie d’ouverture et de clôture des Jeux, mais, à défaut d’une chambre d’amis, il faudra bien sacrifier à cette nouvelle mode.

Une connexion ADSL avec possibilité de regarder les émissions de télévision sur son ordinateur peut être une solution cohérente. Faites-vous offrir un ordinateur portable dès que possible. Cela vous permettra de continuer à communiquer avec tou(te)s vos ami(e)s, et même avec votre mère, de façon silencieuse, par moniteur interposé, sans qu’il en prenne ombrage et sans qu’il ait à participer malgré lui et sa légendaire discrétion à vos conversations.

Offrez-lui une carte d’abonnement à votre cinéma de quartier pour qu’il puisse aller y voir sur écran géant les films d’action qu’il affectionne pendant que vous regarderez chez vous, en boucle, Pretty Woman, L’amour à tout prix, ou même Mary Poppins.

Toutefois, sachez de temps à autre sacrifier à d’autres dieux en regardant l’un ou l’autre de ses films préférés (s’il en a… ce qui n’est pas gagné) ou en lui faisant découvrir certains classiques du genre, dûment conseillés par votre vidéothécaire préféré.

Si vous aimez tricoter devant l’écran, essayez de l’éviter quand il est auprès de vous, parce que même si vous le faites sans le bruit lancinant des aiguilles qui s’entrechoquent, il a horreur de ça. Il a définitivement relié l’image des soirées de tricot avec celle d’une grand-mère (même si la sienne ne tricotait pas) et vous prendriez en une soirée toutes les années que vous vous acharnez à gommer à coup de poudres et de crèmes dans votre salle de bain.

5. La cave et le garage

Roland n’y avait pas pensé… Sans doute parce qu’il estime que ce sont des endroits où nous ne mettons pas les pieds.

Pour ne jamais avoir à vous préoccuper de l’une ou l’autre de ces annexes de votre appartement, veillez à montrer votre ignorance en ce qui concerne les vins, le bricolage et la voiture.

Pour les vins, c’est facile. Le jour où il vous enverra chercher à la cave du Sauternes, remontez une bouteille de Sylvaner en vous excusant de n’avoir pas trouvé le vin demandé, et il évitera à l’avenir de vous faire descendre huit étages un jour de panne d’ascenseur. Dans les cas désespérés, il se procurera à grands frais une « cave électrique » dont il trouvera la place même dans le nid le plus petit.

De la même façon, n’acceptez jamais d’inclure dans votre liste de courses les boissons destinées à ses soirées entre copains. Vous ne pouvez pas imaginer avec quelle mauvaise foi il se plaindra de la marque de bière que vous avez choisie. Laissez-le faire, il fera ça très bien et ne pourra pas vous reprocher de ne pas en avoir pris assez si ses compagnons de poker sont en manque.

Pour le bricolage, ne critiquez jamais. Il est évident qu’en ce qui concerne les travaux pénibles, vous n’êtes qu’une faible femme et que vous ne pouvez pas déplacer des machines, dépendre les rideaux (trop périlleux) ou vous servir d’une perceuse. (Enrobez vos demandes d’un peu de douceur et de flatterie. Un « Mon chéri, toi qui es si fort… » plaidera plus pour votre cause qu’un simple « s’il te plaît » qui ne lui fait aucun effet.)

De même, lorsqu’il s’agit de la voiture, n’essayez pas d’empiéter sur son domaine. Il n’y a que lui qui sache faire le plein (avec sa carte bleue) de votre voiture (si vous en avez deux), conduire la voiture pour sa révision des vingt mille (comme ça, si la facture est top salée, il ne pourra pas dire que vous vous êtes encore fait avoir), la laver, remplir son coffre au moment des départs en vacances (Là, ça vous évite tout un tas de manipulations pénibles… surtout, ne restez pas dans le coin, il pourrait vous reprocher la taille de vos bagages !)…

Bref, ne gardez de cet utilitaire encombrant que son côté pratique en l’empruntant à tout moment pour vous rendre là où vous allez sans lui : chez le coiffeur ou chez le médecin (vous pouvez en profiter pour faire, toujours sans l’homme de votre vie, les boutiques, parce que celles que vous aimez visiter sont rarement les mêmes !)

Le rangement de la cave et du garage lui incombent. Ne vous en mêlez surtout pas, il en prendrait l’habitude. S’il a des velléités de vous les rétrocéder, profitez-en pour accumuler quelques bourdes. Vous pourrez mettre aux « encombrants » les « ça peut » qu’il a mis de côté patiemment au fil des jours ou sa collection de canettes… Non, là je suis méchante. Ce n’est pas la peine de tout jeter. Il vous suffira de l’envoyer sortir les poubelles le jour J, d’un air innocent. Vous aurez pris soin de disposer, bien en vue sur le tas, les objets auxquels il tient. Il ne dira sans doute rien, vous regardera d’un air horrifié, mais ne vous demandera plus jamais d’intervenir dans ces domaines.

6. Lorsque l’enfant paraît

Les conseils donnés par Roland aux jeunes ou moins jeunes lecteurs, m’ont fait sourire, tendrement.

Je dois dire que s’il y a un domaine où vous serez irremplaçables, c’est bien celui-là. Dès le moment où ce petit bout de lui commence sa croissance en vous, il lui échappe, et c’est ici le pire des supplices pour lui.

Certains en prennent vite leur parti, décident que c’est une histoire de femme et s’en désintéressent pour ne pas laisser penser qu’ils sont, en fait, morts de trouille, qu’ils sont à la fois étonnés et jaloux de voir comment vous vous transformez.

D’autres, au contraire, vont être aux petits soins, vont vous combler de cadeaux, d’attentions… et se dire par devers eux que ce n’est qu’un état passager et que tout rentrera vite dans l’ordre et qu’ils pourront souffler.

D’autres voudront tout faire pour participer… Partisans du partage en toute chose, ils vont vous abreuver de conseils glanés sur la Toile pendant leurs heures de bureau, vous procurer tous les livres, à commencer par ceux que leur mère leur aura conseillés et qui sont toujours en vente dans les supermarchés. Le moment venu, ils seront auprès de vous pour pousser avec vous ce petit hors de votre ventre, histoire de pouvoir faire les fiers et dire qu’ils étaient là aussi ce jour-là (en oubliant de préciser à leurs collègues émerveillés d’un tel courage qu’ils sont tombés dans les pommes, qu’il a fallu les évacuer sur un brancard à l’instant « t », et qu’ils n’ont même pas pu tenir dans leurs bras ce bel enfant sanguinolent et braillard).

D’autres encore sauront garder une juste mesure… mais dans ce cas, c’est que vous aurez trouvé la perle qu’il vous faudra ménager.

L’allaitement est votre choix, ne le laissez pas vous imposer le sien, ni dans un sens ni dans l’autre. Je ne me risquerais pas à vous donner le moindre conseil à ce sujet, les arguments en faveur de l’une ou l’autre méthode sont tous légitimes et la balance qui pèse d’un côté ou de l’autre est plutôt une question de mode. (Là, je vais me faire tuer…)

Enfin

Pensez que cet homme qui est là près de vous, qui n’est pas encore tout à fait le « papa » et qui a pourtant fait de vous, même si vous n’en aviez pas vraiment envie au départ, une « maman », c’est celui que vous aimez.

Pensez que, même si vous ne le trouvez pas « parfait », vous ne l’êtes pas non plus, que cette perfection serait bien ennuyeuse au moment d’entreprendre cette grande aventure que reste la construction d’une famille.

Pensez que, parfois, il suffit d’un petit rien pour gripper les rouages d’une machine bien huilée et qu’il ne faut pas tout laisser tomber au premier grain de sable.

L’homme qui partage votre vie est toujours le même, avec ses qualités et ses défauts.

Si vous ne l’avez pas changé, ce n’est pas votre faute, ni la sienne, c’est seulement qu’il resté lui-même, inébranlable, comme doit l’être un homme, fiable dans ses réactions, sincère… N’est-ce pas celui que vous avez choisi ?

Quant à vous… Vous avez appris, jour après jour à le connaître, vous vous êtes « adaptée » aux circonstances, parce que, quoi qu’il en dise, c’est vous qui étiez là, qui avez pris la charge de ces « petits riens » dont il se désintéresse, c’est vous qui étiez là pour soigner les écorchures aux genoux, les bleus à l’âme de ces enfants qu’il vous a donnés, vous étiez là à l’attendre, à l’écouter, vous avez changé, oui, vous avez dans le regard cette inquiétude qu’il ne voit pas pour ce demain qu’il ne regarde jamais.

Pour lui, l’important c’est l’aujourd’hui,
il faut vous y faire,
lorsque vous construisez un nid,
il est l’arbre et vous êtes l’oiseau.
© Quichottine, le 24 janvier 2008
En réponse à Roland Ivy (blog supprimé)

80 réponses à “Conseils aux (jeunes) lectrices

  1. Beau texte que j’ai pris plaisir à lire. Il y aussi des femmes qui sont l’arbre et des hommes oiseaux….. ou qui sont parfois l’arbre, par fois l’oiseau ou les deux en même temps. Bises

  2. Très agrèable à lire……très amusant…….très bien écrit…..très vrai !!!

    Surtout la conclusion !…….VOUS  avez changé !!!!
                                             …….ce futur qu’il ne regarde jamais !
    J’avais publié une poésie qui s’appelle  » Mon Homme « ……..qui épousait parfaitement  ta conclusion !!!!
    Comme quoi il existe un « éternel masculin « …..adorable et tendre !

  3. annielamarmotte

    un peu copieux alors que je dois aller en formation mais je reviens!!!! bonne journée

  4.  forte de tous ces bons conseils , je laisse en passant les bisous du jeudi , christel

    nb: viens voter !

    • Je ne sais pas si ce sont de bons conseils… je me suis amusée !

      Bonne journée, Christel ! (pour le vote, c’est fait)

  5. Fichier hébergé par Archive-Host.comComme je suis une vieille lectrice je suis dans un autre phase..il faut savoir que l’homme aime bien dominer , avoir le controle de la situation et ce tout au long de sa vie…Pas facile de prendre son indépendance d’action quand l’homme a été habitué à ce que la femme ne vive que pour lui….Donc il faut quand même le mettre au pas dès le début, car après c’est trop tard…….MDR… bisous….bonne journée…

    • Tu es la voix de la sagesse… D’ailleurs, tu pourrais t’y coller aussi… aux « conseils » ! 😉

      Bonne journée à toi aussi.

  6. Heureusement que je ne suis pas une jeune lectrice ! …

  7. Un véritable petit traité de la vie en couple – écrit par une experte ! … je n’ajouetrais que ce petit détail : ne pas noter, bien sûr, la date d’anniversaire de sa mère …Evidemment ça ne servirait à rien ! Mais, en revanche, la noter sur votre propre calepin, et e jour J aller acheter un cadeau et une carte que vous remplirez en imitant l’écriture de votre cher et tendre ! …. LIZAGRECE

  8. Etant ni jeune, ni lectrice, je ne suis pas concerné. 🙂 . Joli texte plein d’humour. A+

  9. mine de rien c’est tres tres beau ce que tu as ecris
    et je crois que je vais suivre tes conseils ..
    muchos besos
    tilk

  10. même si je ne suis pas une jeune lectrice
    soy mas un viejo loco
    besos
    tilk

  11. Et pour les moins jeunes, il y a quelques conseils en préparation ? lol…
    Allez, je vais poursuivre ma lecture… il faut dire qu’il y a de quoi lire aujourd’hui !
    Bisous, Syl

  12. coucou dame quichottine, ce texte est parfaitement huilé !!!
    bises et amitiés
    béa

  13. MIROTINE

    merci pr le lien , je reviens me perdre dans ta bibliothèque , mais c’est fou tout ceque tu produis, c’est plus un blog c’est un super site , je me demande ce qu’enpenserai le responsable d’une bibliothèque municipale d’une grande ville , tu classes, tu incites à la lecture… C’est fort amusant cette fable -conseils pleine d’humour et de clin d’oeil , de vérité aussi, j’adore la fin, il est l’arbre vous êtes l’oiseau

  14. Bonsoir ma chère Quichottine, quand on revient d’une réunion de travail longue et ennuyeuse, quel bonheur de te lire.. j’en ai savouré chaque mot..beaucoup d’humour.. Evidemment cela est dédié aux jeunes lectrices, ce qui est loin d’être mon cas.. mais j’ai bien retrouvé des situations que j’ai connues..sauf que le bricolage c’était et c’est toujours moi, et c’est moi qui aurait besoin d’un marmiton..lol.. ton épilogue est si beau.. enfin bon j’ai décidé d’encadrer ce billet…. il y a petit coquin (je parle de Muad’ ) qui a bien remarqué que tu avais une pièce de la maison lol….
    je te souhaite une belle soirée et je t’embrasse
    chantal

    • Merci Chantal, je suis contente que mon texte t’ait plu. Pour Muad, j’ai répondu… 😉

      Belle soirée à toi aussi…

  15. Pas mal vu du tout ! Ceci dit, concernant la machine à laver : méfiance ! c’est comme cela que je me suis retrouvée avec des clous partout dedans, bien au-delà du simple tambour ! Ainsi, ce qui fut perdu, fut plutôt ma machine à laver elle-même que le contenu des poches ! Conclusion ?…

    Bises à toi Quichottine et à bientôt !

    • Je suis d’accord avec toi, mieux vaut vider les poches avant (rire)

      Pour moi, il m’arrive encore de ne pas les vider… mais c’est mon époux qui répare…

  16. Un passage rapide et amical pour te souhaiter un bon week end. Bises

  17. Bonjour de Chine,excellent article, j’aime bien le vous [… le « papa » et … fait de vous…. une « maman », c’est celui que vous aimez.], excellent , bonne journée ,亲吻和早晨好 bye

  18. A lire ces descriptions je comprends mieux pourquoi ma femme m’aime autant, depuis plus de vingt ans (c’est d’ailleurs réciproque) et pourquoi ses copines lui disent « Oui mais toi t’as de la chance ! ». Grosses bises les filles 🙂

  19. gros bisous du matin et je file! christel

  20. Bon, il me faut imprimer tout ça pour le jour où lol
    J’ai bien rigolé entre nous, je pensais à certaines scènes que mes parents rejouent inlassablement
    Hihi, c’est vraiment trop bon, merci
    Un gros bisou d’amitié, Flo

  21. joli texte
    et lu en diagonale juste avec les mots bleus c’est pas mal aussi!

  22. Bonjour,
    J’avais lu la version initiale de Roland et je découvre la tienne.Un vrai moment de plaisir de lecture avec sourires et rires à la clé.Pas un mot,pas une virgule à changer tant ton texte est le réflet exact et sans mauvaise foi ( 😉 ) de la réalité.
    Bravo !
    Bonne journée

    • Merci Constance. Sois la bienvenue dans la bibliothèque… J’ai fait un très bref survol de ta première page, il faudra que je m’y arrête un peu… J’ai noté ton adresse. Je retournerai chez toi un peu plus tard.

      Bonne journée à toi aussi.

  23. J’ai la solution…!
    Adopter mon mode de vie, avoir un harem, y mettre à la tête une intendante hyper efficace genre La Bernache, une guerrière style Chris pour mettre de l’ordre dans les jérémiades  des favorites,  et toi pour tenir ma Bibliothèque…!
    Comment..? Je viens d’entendre: « Macho »…!
    Alors, j’ai dit une connerie…?
    O.K, je tourne la page…!
    Plus sérieusement, j’ai beaucoup ri, mais je me suis abstenu de mourir de rire, surtout maintenant que je commence à aller mieux…!
    Bisous émerveillés…!

    • Je suis contente que tu ailles mieux… et puis, tu as raison… même si je ne peux absolument pas approuver ta solution !  Merci pour ces bises « émerveillées »…

  24. Je suis venue avec deux tasses de tisane te rendre visite … Je ne regrette pas, j’ai bien ri !!! Ca ressemble à une soirée entre copines … Il manque juste un tout petit chapitre … Tu vas me dire de l’écrire mais là, je me vais maire tuer, tu ne veux pas dis moi … C’est l’homme malade … ;-))) Bonne nuit Quichottine !

  25. Je suis ravie de relire tes conseils aux jeunes lectrices, Amielle.
    Quel beau message d’amour…pour l’homme de ta vie.
    Tu l’embrasseras bien fort pour moi, ce matin, jour de son anniversaire !

  26. Je me souviens de cet article, je l’ai relu avec plaisir et en souriant tant il est vrai…

  27. Je vois que tu as bien relevé le défi, bravo Quichottine. A+

  28. Que de bons conseils, mais pour moi il est trop tard les mauvais plis sont déjà pris.

  29. Très jolie conclusion, je me suis régalée à lire ce texte !! :-)) Et j’adore la bannière que je trouve vraiment très belle ! Bises et bonne journée !

  30. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, quel régal de lire ton billet et celui de Roland.
    Je ne me retrouve pas dans ces 2 portraits croisés mais ce petit jeu des clichés m’a beaucoup fait sourire.
    J’espère surtout que je ne serai pas obligé à l’avenir de regarder le foot à la TV pour me conformer à mon sexe (mdr) …
    Bises,

    • Ne le fais surtout pas ! Ce serait dommage ! Si ça peut te rassurer, mon époux non plus ne regarde pas le foot à la télé… (mdr aussi !)

  31. Bonjour, bon jeudi dans ton nid! bises.

  32. Muad' Dib

    Tu vois Quichottine, je suis contraint de revenir pour te signaler que tu as oublié une pièce de la maison, la chambre à coucher, où l’homme et la femme sont obligés de cohabiter une bonne partie de la journée (la nuit en général).
    Il me semble que la  promiscuité du lieu pourrait susciter bien des maladresses et de l’incompréhension …
    Quelle conduite adopter en de pareilles circonstances ?

  33. De bons conseils aux jeunes mariés… ou couples… ou aux futurs… Si jamais mes fis se décident à jour, je crois que ton billet serait un petit cadeau à leur offrir…
    La vie à deux cela implique bien des concessions mais c’est mieux que la vie tout seul….
    Je vois que tu es toujours là… J’espère que ta nuit a été bonne et t’a été de bons conseils… Et tu as bien raison d’avoir passé outre.
    Vive les blogs qui ne se prennent pas la tête! Vive les blogs plaisirs!
    Bonne journée Quichottine.

  34. Je me suis amusée mais attention jeunes moineaux de ne pas tisser malgré vous les barreaux de votre propre cage !

    Bonne journée Quichottine
    Bisous

  35. oh j’adore ce texte si vrai , si sincère si drole ce n’est pas un texte mais une étude complète de la psychologie masculine à moins que .. ce ne soit que des constatations mais alors très savamment élaborées …
    pas un mot , pas une phrase avec lesquels  je ne sois pas complètement en harmonie et très heureuse dene pas me sentir isolée avecces constatations !!!!
    merci 
    bisous d’iris

  36. Donc, ta conclusion est la même que celle de Roland : les femmes changent mais pas les hommes.
    Et c’ est vrai à 90% !
    Bisous Quichottine et bonne journée

    • Je me voyais mal dire autre chose… Je crois que les hommes qui changent sont peu nombreux et que les femmes immuables… enfin, disons que je n’en connais pas.

      Bonne journée à toi aussi, Clo

  37. Roland Ivy

     

    Je n’en attendais pas moins de toi !

    J’espère que mes futures belles filles auront pu avoir connaissance de tes conseils qui leur seront très utiles pour survivre avec mes garçons…

    Je n’avais pas traité l’aspect « garage et cave » car ils sont à peine à quelques pas de notre maison et ne nécessitent pas une descente aux enfers de huit étages. De plus, bien qu’ayant été élevé dans l’habitude de bricoler, j’en garde une sainte horreur car j’ai grandi dans un chantier permanent qui m’a souvent empêché d’avoir des activités qui me plaisaient davantage.

    Bises et bonne journée

    Roland

    • Si ça peut te rassurer, je n’ai pas non plus huit étages à descendre… et d’ailleurs, je n’ai pas de cave (rire)

      Ensuite, je connais des hommes qui ont horreur de bricoler, des femmes qui adorent le faire, et aussi des couples qui ne bricolent ni l’un ni l’autre… nous dirons que là, j’ai un peu forcé le cliché. (sourire repentant)

      Merci Roland.. et très bonne journée à toi

  38. BIDUDULE

    A l’occase, vient découvrir ce qu’est le SLEEVEFACE.
    Bonne soirée.

  39. Non Quichottine, je ne m’y colle pas, je ne suis pas dans de bonnes dispositions pour cet exercice…je risque de sortir mes griffes….

    Bon week-end à toi ma belle
    Bisous

  40. J’ai dû mal m’y prendre, pourquoi t’étais pas là avant?
    Et je suis trop bien ménant, seule, quoi qu’en disent certains…
    Le problème, je crois, est la communication entre les deux.
    Quand l’homme a tendance à se taire, et se replier s’il va mal, la femme, elle,  cherche une écoute, pour parler de ses petis soucis. Mais souvent le mari dit: t’as qu’à !!!
    Ils ne savent donc pas que les femmes ne veulent pas de conseils. Et elles ne savent pas qu’il faut les laisser s’isoler sans leur tomber dessus quand ils ne peuvent rien dire.
    C’étati un moment agréable et amusant. Merci Quichottine.