400 ans

Je voulais enchaîner sur l’aventure suivante… mais, grâce au commentaire de Madame Yoyo (ou à cause de lui, suivant le point de vue que vous prenez), je vais vous dire quelques mots d’un anniversaire…

Non, vous pensez à ces « ils ont dit » dont j’émaille mes lectures présentes…

Mais, à ce moment-là, ce n’était pas le même, il s’agissait des  trois cents ans de la mort de Cervantès.

Je pourrais vous raconter… Je trouve que la vie est mal faite. Le commun des mortels a un anniversaire, un seul, celui du jour de sa naissance. Parfois, il arrive qu’on le lui souhaite et même qu’on lui fasse sa fête

Ah ! Je me trompe encore ! On ne lui fait pas sa fête, on la lui souhaite… de temps à autre, quand ce sont des fêtes très connues ! Si vous vous appelez Catherine, on ne risque pas de vous oublier, le 25 novembre, même si votre Catherine à vous se fête à une autre date (il y en a au moins trois sur le calendrier !)… C’est comme ça ! Le jour de la Saint Jean aussi… le 24 juin… Il y a des dates dont on se souvient.

(Si vous vous appelez Bastille, on ne risque pas de vous oublier,
vous aurez même droit aux bals de quartier et aux feux d’artifice !
Qui s’appelle « Bastille » ici ?)

Mais voilà, si vous êtes écrivain, et qu’en plus vous êtes mort… on pourra en faire des anniversaires ! On fêtera celui de votre naissance… c’est normal ! Mais aussi celui de votre mort… pourquoi pas ? et  encore celui de la parution de votre « livre-phare« …

(Vous saviez qu’il y avait un livre-phare dans l’oeuvre d’un écrivain ?
Ce n’est pas forcément un chef d’oeuvre,
mais c’est celui dont tout le monde parle… que tout le monde connaît !)

Pour Cervantès, c’est encore pire ! parce que le Don Quichotte a deux anniversaires… celui de la parution du premier tome des aventures (1605) et celui de la parution du deuxième, dix ans après ! Il y a de quoi remplir les calendriers !

Donc, en 2005, on fêtait les 400 ans de la parution du premier tome des Aventures de l’Ingénieux  Hidalgo Don Quichotte de La Manche.
Vous imaginez ?

Quatre cents ans… ce n’est pas rien ! Don Quichotte est un très vieux monsieur, très vénérable… C’est pour ça que je l’écoute quand il me parle doucement. Mais vous savez, il ne s’adresse pas qu’à moi. En ce cas, ce ne serait pas bien grave, mais il « parle » encore à tant de gens, à tant d’écrivains, plus ou moins célèbres, qu’il restera encore longtemps sur les étagères des bibliothèques et des librairies…

Alors, oui, j’évoquais pour vous le commentaire de Madame Yoyo… Il y est question de Don Quichotte à Tanger, une nouvelle écrite par Tahar Ben Jelloun pour l’occasion.
Voilà ce que me dit Madame Yoyo :

C’est marrant ces bonds dans ton histoire, on passe d’un article à l’autre, comme on feuillette une encyclopédie à la recherche de la bonne info. Je voulais dire un peu plus sur mes Amours, une de mes aimée est la ville de Tanger, défigurée aujourd’hui. Ville qui possède, je suppose que tu dois le savoir, un vieux theâtre, datant de la colonie espagnole. Ce lieu a également servi de salle de cinéma, il s’appelle Teatro Cervantès. Sur ce sujet, Tahar Ben Jelloun a écrit une petite nouvelle « Don Quichotte à Tanger ». C’est plus une satire de l’état de la Ville de Tanger, qu’une enième Quichotterie. Pourquoi j’en parle maintenant, c’est parce que tu tends la perche avec le nom de Cid Ben Engeli. Ben, comme l’appelle Tahar B. J., pour les 400 ans de l’Oeuvre, fait venir Cervantès à Tanger, rien que ça ! A découvrir sur le site de l’auteur

Je ne voulais pas mettre ce com ailleurs, j’aurais été hors propos, mais je conseille vivement à tes lecteurs la curiosité, donc ce lien tu le places où tu veux. Si tu ne connais pas le Teatro Cervantès à Tanger, tape cela dans Google, tu trouveras ce mignon petit bâtiment pour lequel des fonds ibero-marocains ont été enfin trouvés pour sa restauration. Le plus impressionant est l’intérieur, quand on y  pénêtre, mise à part de petites traces de squatting, on voit les rangées de sièges, figés comme si le temps s’ètait arrêté.

commentaire n° : 13 posté par : Madame Yoyo (site web) le: 29/01/2008 23:06:50

Tout ça, c’est vrai… Tahar Ben Jelloun a écrit, comme d’autres, en Espagne, en France, dans de nombreux pays, pour rendre hommage à ce merveilleux récit…

Merci Madame Yoyo, merci à tous ceux qui viennent lire chaque jour ces mots que je vous laisse et qui vous racontent ce roman, un peu « vieux » mais tellement d’actualité… comme le dit si bien Bandolera dans son commentaire !

Voilà… je vous reparlerai de cet anniversaire, parce qu’il y a beaucoup à dire… mais, je ne voudrais pas vous surcharger d’informations en un seul article… Ce sera donc pour plus tard, en attendant, régalez-vous de l’image que m’a apportée Ionard et qui est tout à fait en accord avec cet article.

Cadeau de Ionard

30 réponses à “400 ans

  1. je vais te faire un aveux je n’ai jamais lue Don quichotte,mais a force de venir te voir tu m’as donné envie,je te dirais quand je le commence @+

  2. Don Quichotte est à la fête ici…… et c’est ma fête aussi aujourd’hui. Bises

  3. annielamarmotte

    mon voyage culturel du matin…. ça décrasse les neurones ça….. bon anniversaire donc à Cervantes …. savait il qu’il allait donner naissance à une Quichottine?

  4. J’imagine ce théatre Cervantes de Tanger……tout abandonné mais encore plein d’histoires…..
    On a un truc comme ça, ici, à Naples, qui sert de dépot à des magasins de meubles, magnifique……où l’on entend encore les quolibets des Messieurs de 1815 à l’adresse des « danseuses « …

    Et ce vieux journal avec ce n° de téléphone parisien : Botzaris….
    ( je viens de restaurer de vieilles assiettes turques portant ce nom ! )

    Tu sais bien que j’adore les vieilles choses qui se souviennent !

    • Je sais que tu as la capacité, rare, de pouvoir communier avec les mots et les choses.

      C’est vrai que parfois, les lieux nous parlent aussi, c’est agréable, souvent.

      Bonne journée, Chris !

  5. Mais où vas tu donc chercher toutes ces idées « saugrenues » lol Ah la la, si tu n’existait pas je pense que je tenterai de t’inventer ( forte  la Flo ) hihi
    Bon mercredi, jour des raviolis
    Amitiés, Flo

  6. Magnique l’image de cette « revue féministe » … J’aurais bien aimé avoir de quand elle date et ce qu’elle contenait ! On en trouve des choses dans ta bibliothèque ! LIZAGRECE

  7. Houlà, heureusement que je n’avais pas écris mon com et angage sms! Ce qui me fait le plus plaisir, c’est de voir que la culture générale, ne fait pas peur, que les passants ici ne font pas que du lèche-vitrines, non ils se permettent d’ecrire des mots sur les murs de la seule bibliothèque où cela est permis ! Sans doute parce que la bibliothécaire est tellement unique, des fées, lutins et autres se sont ceratinement penchés sur son berceau …

    • Heureusement oui ! (rires)
      Peut-être aurais-je réussi à traduire ? Je suis une pro de la version, bien que j’aie du mal parfois avec les abréviations !

      Merci pour ta visite ! Et merci pour ces mots que tu écris aussi…

  8. Bonsoir Quichottine. C’est ce genre de commentaire qui me donne envie de continuer à bloguer. Quelqu’un qui ajoute une info à ton article, une petite pierre de plus. Moi je trouve ça génial. Bisous

    • J’adore aussi…

      Il faudra que je reprenne un peu ce billet, il est vraimen trop chargé…

      Bisous et grand merci de me faire relire mes archives.

  9. Gros bisous de la nuit, Quichottine 

    J’avais déjà vu ce théatre de Tanger…
    Le clin d’oeil de « la revue féministe mensuelle »…est-ce pour mieux parler des femmes de l’aventure de DQ ?  😉

    • C’est parce que ça m’a fait rire… ça va tellement bien avec Marcelle !
      Je ne suis jamais allée à Tanger… mais je me dis que don Quichotte est universel… et que son auteur a su traverser toutes les frontières.

  10. diche tribill

    je suis infernal, comme souvent, et j’espère que tu ne m’en voudras pas…D’une : Je connais des « Bastille » utilisé en nom de famille…Deuze : Tous les marins ont un phare dans leur vie….alors pourquoi les écrivains n’auraient pas de livre……………phare….(copieur)
    bisous

    • Je t’adore, Pat, et tu le sais bien ! Mes amitiés à Amulette. Bisous à tous les deux !

      Les écrivains ont le droit de copier les marins, comme eux ils vont à l’aventure… et les houles qu’ils traversent peuvent être aussi dangereuses.

  11. Bonjour, je suis toujours époustouflé par ta capacité d’écriture tous les jours du nouveau…..bon mercredi bises.

  12. Ah voilà va falloir que j’aille te chercher l’image quand la Femme grimpe sur Rossinante derriere Don Quichotte!
    J’ai cliqué sur tous tes liens fort sympatico!
    Tahar…. j’y reviendrai! c’est long
    Bises Ionard

  13. Hé oui , trop de choses se font à titre posthume :-/

  14. Ou la la! Mais comment fais -tu pour avoir toujours cette forme pour écrire tous les jours? Je vais t’avouer une chose: Don Quichotte, je ne l’ai jamais lu… Je je connais de renom bien sûr! Mais là, vraiment, je crois que je vais m’y mettre… Ne serait-ce que pour avoir l’occasion de commenter…. parce que ce j’écris, c’est vraiment des banalités…. et je suis frustée… Bonne journée.

    • Tu sais, Eolina, tu n’es pas la seule dans le cas… Et je sais que tu lis, quand tu viens, ça me fait plaisir.

      Banalités ? je n’en suis pas si sûre ! Bonne journée à toi aussi

  15. Roland Ivy

    Dans Alice aux pays des merveilles, on souhaite les non-anniversaires.
    364 jours par an de fête au minimum.
    Ca vaut peut-être mieux que de fêter l’anniersaire de quelqu’un qui serait né le 29 février. Tu ne crois pas ?