Philippe Delerm

J’aurais pu vous parler de ses livres… Je crois que je les ai tous lus !

Quand on pense à lui, on imagine l’ancien prof, fils d’instituteur, qui a atteint la gloire avec un recueil de tout petits textes, textes aussi « minuscules » que les plaisirs qu’il décrivait.

Alors, c’est vrai. C’est avec La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules que j’ai fait la connaissance de Philippe Delerm, comme beaucoup d’entre vous, je suppose.

J’adore cette façon qu’il a de décrire de « petits riens » …

J’avoue avoir utilisé ses textes en classe, parce qu’ils sont courts, justement, qu’ils sont comme ces « sonnets » que l’on étudiait autrefois parce qu’ils permettaient au professeur de faire, à leur sujet, les cinquante-cinq minutes de cours réglementaire !

Les plaisirs minuscules… bien sûr ! Ce n’est pas d’eux dont je vous parlerai aujourd’hui. mais d’un petit livre de poche dont ma fille me fit cadeau un jour.

Un titre, « Mister Mouse » et son sous-titre rigolo « La métaphysique du terrier« …

Vous croyez que c’est de la philosophie ? Pas du tout… Quoique…

Philippe Delerm, c’est quelqu’un de simple (enfin, il devait l’être lorsqu’il commença à écrire… aujourd’hui, il ne se déplace plus pour présider à la remise du prix qui porte son nom… je trouve ça… enfin, il devait avoir une bonne excuse !) et il écrit très bien.

Dans ce livre, que je conseille à tous ceux qui se posent des questions sur leur existence, il raconte une vie toute simple comme le ferait La Fontaine s’il vivait encore aujourd’hui.

Ce livre est une parabole. On peut le lire comme un conte, ou les enfants ne verraient peut-être qu’une souris, sa femme et leur deux souriceaux… On peut aussi transposer et y voir un couple et ses deux enfants, un album de souvenirs … c’est comme on veut !

Mister Mouse, ce sont vingt-huit chapitres très courts, qui pourraient nous rappeler les textes dont je parlais tout à l’heure. Chaque chapitre est précédé d’un court résumé… comme ceux de Don Quichotte ! Mais oui, à la mode ancienne :

« Où l’on voit que la détérioration du patrimoine mobilier n’est qu’une perversion de l’alchimie du plaisir. »

(pour le premier chapitre).

« Où l’on apprend qu’on ne fait pas seulement son lit pour se coucher. »

(chapitre V).

« Où l’on voit que les grands poussent le talent jusau’à aimer les petites choses. »

(chapitre XII)…

Et que dire du chapitre XIII ?

« Où la paresse est expressément reconnue comme la marque première du sérieux de l’écrivain.« …

Ou même du chapitre XXII ?

« Où notre héros reconnaît la nature perverse de la sieste, et n’hésite pourtant guère à s’y abandonner. »

Que vous dire ? J’ai aimé… j’ai adoré certaines descriptions, toutes simples, apparemment, mais peut-être très travaillées, qui sait ? Seul l’auteur pourrait nous le dire !

Un exemple ?

Il y en aurait tant !

Bon… un tout petit alors, pour ne pas vous lasser.

Quatre vers d’une chanson « Aux marches du palais« … ceux qui parlent du lit, des quatre coins et des bouquets de pervenches, sont posés là, en exergue.

Et nous avons ensuite deux pages de textes, tendres, paisibles, dont je ne vous livrerai qu’une partie…

Mr. Mouse aime bien fredonner cette chanson. C’est vrai qu’un lit c’est beau comme un voyage, et qu’on y passe près de la moitié de sa vie. Bien sûr, à l’âge de Mr Mouse, on n’y a plus de ces convalescences enfantines avec des albums illustrés, des gâteries à l’infini. Mais il y a encore de délicieux moments de plaisir, de tendrese, de tendresse, de plaisir. Il y a cette minute toute chaude où Mrs. Mouse pose sa tête contre l’épaule de Mr. Mouse, après l’amour, et des phrases douces et simples leur viennent : Comme on est bien, Je crois qu’il va neiger demain, Ecoute, c’est Jennnifer qui parle en rêvant.

Le lit des Mouse est assez haut sur pattes, avec un baldaquin. Certaines commères de la forêt ne se sont pas gênées pour s’en moquer :

– Un baldaquin ! Voyez-vous ça, ils se prennent peut-être pour les châtelains de terrier du Chêne !

Mais non, Mrs. Mouse ne rêvait pas d’une demeure médiévale. Elle voulait un lit à baldaquin pour le plaisir de tirer les rideaux, d’être encore mieux au chaud, au secret, au-dedans. Mr. Mouse a assemblé tant bien que mal un baldaquin rustique avec des planches de noyer. Il en est assez fier – les bricolages de Mr. Mouse sont rares, mais il se sentait très motivé ce jour-là

Dans le lit des Mouse, on se hisse, on s’engouffre, on s’embarque. Mrs. Mouse aime les draps frais, lavés dans la rivière le jour même, séchés sur l’herbe du verger – ils sentent l’herbe et parfois même un peu la pomme. Mr. Mouse les préfère le deuxième jour – le premier il les trouve trop rêches.

(p.37-38)

Mr.-Mouse-1.jpg Mr-Mouse-2-copie-1.jpg

                               

Philippe Delerm

Mister Mouse ou La métaphysique du terrier

Paris, Gallimard, collection « Folio », 2001.

45 réponses à “Philippe Delerm

  1. …ça doit etre mignon comme tout et très réconfortant quelque part……..mais je préfère les auteurs qui sortent de leurs gonds et s’aventurent dans les grands dangers…..quels qu’ils soient….

    • Ben… ça dépend de comment tu l’interprètes !
      Mais bon, c’est vrai que ce n’est pas ce que j’appellerais un écrivain engagé… (rires !)

  2. J’ai lu comme beaucoup « La première gorgée de bière…. ». J’ai beaucoup aimé. Je retiens ce titre « Mister mouse » pour mes prochaines vacances, la valise est déjà bien lourde.

  3. J’avais aimé « la première gorgée de bière » merci du conseil.
    Bonne fin de semaine.
    D@net.

  4. Tu m’as fait découvrir ce livre que je ne connaissais pas Quichottine mais dont je connais l’auteur … J’aime bien tous ces petits plaisirs … Bonne journée ! Bises !

  5. Disponible chez Amazon à pari de 1,26€ (alors ce serait bête de se priver)

    Au fait je n’ai aucune action chez amazon mais c’est simple et il n’y a aucune excuse pour ne pas le lire…

    Bonne journée

  6. pas facile de garder la tête froide quand le succès vient
    bonne journée

  7. Du même auteur, je ne saurais trop recommander Autumn, consacré aux… préraphaélites 😉

    • Autumn est absolument magnifique ! J’ai adoré… Tu sais qu’il avait été lauréat du prix Alain-Fournier pour ce roman en 1990 ? Il n’y a pas de coïncidences… 😉

  8. Enfin, accès aux com alors que je dois partir…
    J’achèterai Mister Mouse à Paris !
    Gros bisous, Quichottine 

  9. Complètement ignare ! Je ne connais pas du tout cet auteur, mais tu m’ as donné le goût de le lire 🙂

    • Ce n’est pas être ignare, Clo ! il y a plein d’auteurs que je ne connais pas, il y en a tant que personne ne peut tout connaître !!!
      Je serai contente si tu le lis et que ça te plaît. 😉

  10. Comme c’est descriptif ! C’est joliment écrit. Je ne connais pas cet auteur. Tu dois être une vraie bibliothèque dans ta tête. C’est incroyable tout ce que tu peux lire. Ou que tu as lu.
    Plein de livres dansent devant nos yeux dès qu’on s’engouffre dans ton blog.
    Merci pour tout ce temps passé à nous faire aimer la lecture.
    Je pense que même ceux qui n’aime pas trop cet exercice doivent parfois aller dans une médiathèque ou une librairie pour prendre l’un de ces livres dont du parles.
    Bises

  11. Je ne connaissais pas mais tu m’as donné envie de connaître…
    bisous
    chantal

  12. Je suis passée pour te dire un petit bonjour, ou plutôt bonsoir et je pensais lire un billet… je reviendrai et je te souhaite une bonne soirée avec plein de bisous
    chantal

    • Ah ? et tu ne l’as pas lu ? Peut-être l’adresse ne t’a-t-elle menée que sur cette page ancienne…

      Passe une belle soirée, Chantal. Je suis contente de voir que le lien vers chez toi fonctionne à nouveau.

  13. Ouf, ben chuis soulagée, j’en connais quand même qqs-uns…! Parce qu’à voir les titres de tes dernières lectures, je me disais que ça y est, je suis has been, out, maintenant que je ne travaille plus et végète à l’étranger. Delerme avait fait une adaptation de « La première gorgée de bière… » pour la jeunesse : « C’est bien ». J’avais adoré l’introduction où il dit qu’il en a marre qu’on prenne ses « C’est bien » comme sujets de rédaction en classe et attend avec impatience le jour où un prof un peu original et audacieux demandera à ses élèves d’écrire un « C’est nul »!  Tu mettrais quoi, toi, dans ton « C’est nul » ?… J’ai répondu à tes comm d’hier… allez, cette fois c’est la bonne, j’éteins et je vais me coucher, sinon j’y arriverai jamais. Bisous, à plus tard !

    • Tu vois, j’ai sans doute fait comme beaucoup d’autres, je me suis servie de textes de Delerm pour faire écrire… Ils ont l’avantage d’être brefs.

      Dans mes « c’est nul » ? Tu me laisses le temps d’y penser ?

      Bonne sieste, Ptitsa…

  14. Aujourd’hui je n’ai pas écrit un « c’est nul », mais un « c’est bien » !  D’accord, je te laisse y réfléchir… pour ton histoire de lutins, je t’autorise à y faire entrer Cata et Strophe si leurs noms t’inspirent (tu les trouveras dans « l’Evangile des p’tits suisses »…). Amuse-toi bien !

    • Merci pour Cata et Strophe… Ce sont de merveilleux noms pour des lutins… Disons que lorsque je publierai l’histoire, elle sera pour toi.

  15. j’ai aimé ce passage, ces mots là me parlent très bien
    je note aussi
    merci

  16. J’avais aimé « la première gorgée de bière » merci du conseil.
    Bonne fin de semaine.
    D@net.

  17. Du même auteur, je ne saurais trop recommander Autumn, consacré aux… préraphaélites 😉

  18. Michka dit Le Pirate

    bonjour Quichotine, je suis absent jusqu’au 10 novembre, je ne serai donc pas présent sur ton blog, mais des articles sont programmés sur mes 2 blogs. Bisous, et @ bientôt

  19. Michka dit Le Pirate

    bonjour Quichotine, je suis absent jusqu’au 10 novembre, je ne serai donc pas présent sur ton blog, mais des articles sont programmés sur mes 2 blogs. Bisous, et @ bientôt

  20. bonne journée

     

     

    un panorama du pic des Trois Seigneurs

  21. Philippe Delerm… que des textes délicieux!
    Ma photo du jour est une pivoine…je me souviens, à la lecture de ton article, que justement j’ai déjà mis une photo de pivoine et j’y avais joint un superbe texte de Delerm « voyeur de pivoine »

    http://aurendezvous.over-blog.net/article-10302720.html

  22. Un petit bonsoir et à très bientôt. Et merci d’être passée sur ma plage.

  23. Permets moi, en ce jour de Toussaints de te souhaiter une bonne fête.

    bises à toi

  24. Muad' Dib

    Bnsoir Quichottine,j’avais bien aimé ce 1er livre « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules » mais je n’ai rien lu d’autres de Philippe Delerm.
    Je ne sais pas trop pourquoi nos routes ne se sont plus croisées mais voilà que je le redécouvre ici ce soir par ton intermédiaire.
    Merci Quichottine d’éveiller ainsi notre curiosité.
    Bises,

    • J’avais beaucoup aimé aussi… Tu sais, ça arrive, ça m’arrive souvent, de délaisser un auteur que j’aimais beaucoup pour faire d’autres découvertes, on ne peut pas tout lire.