Lost in La Mancha

Le renoncement…

Tel serait le titre qu’il faudrait donner à l’image qu’il y a là, sur l’écran. Là, se détache un homme dont je ne savais rien auparavant : je ne suis pas cinéphile.

Même lorsque je me rends dans ces salles obscures qui sont conçues et exploitées par des gens qui pensent que tout le monde est sourd, j’ai tendance à me conduire en enfant : je regarde une histoire, j’y entre, j’oublie volontiers qu’il y a des acteurs, et pas seulement. Ils sont accompagnés par toute une armée d’êtres plus ou moins obscurs qui font qu’un film existe, qu’il peut susciter des émotions.

Je suis incapable de retenir les noms qui figurent au générique, même si je suis restée assise jusqu’à la fin, guettant le dernier gag, le dernier clin d’œil au spectateur attentif, le salut de l’équipe à ceux qui n’ont pas encore quitté la salle.

L’homme renonce à lutter : il a déjà tourné la page. Cela fait plus de dix ans qu’il travaille à ce film. Ce devait être le chef d’œuvre du plus fou des réalisateurs.

Il faut être fou pour s’attaquer au Don Quichotte.

Terry Gilliam, c’est lui, vient de comprendre qu’il ne le tournera pas, ce film qui devait être l’aboutissement de dix ans d’efforts.

Il vient de réaliser que les moulins sont trop forts, trop nombreux. En fait, il y a trop de trop dans cette histoire.

Les spectateurs ont pu suivre, calés dans des sièges plus ou moins confortables, la lente agonie d’un film qui ne devrait plus voir le jour.

Dans un monde où les média jouent à montrer des êtres ordinaires starisés, des stars hors de leur contexte (projecteurs et paillettes), des politiques dans l’intimité, dans un monde où la normalité est de bousculer l’ordre établi afin de pouvoir contempler les effets obtenus, chacun s’attribue le rôle du chercheur qui scrute, note et modifie éventuellement ses hypothèses en fonction de l’avancement de ses travaux, mettant à profit ses échecs comme ses succès. Mais pour le spectateur, il n’est pas d’enjeu. Il devient voyeur en se prenant pour Dieu.

Le spectateur des téléréalités qui envahissent depuis quelque temps nos écrans prend la place du tout puissant écrivain. Ce dernier peut à loisirs exiler de son roman les personnages qui lui échappent ou qui ont interprété le rôle pour lequel il les avait créés. Ici, le vote permet d’évacuer les indésirables, sans aucun état d’âme : le juré est anonyme. Sûr d’une totale impunité, pourquoi se priverait-on de la douce satisfaction d’avoir accompli un crime parfait ?

Lost in La Mancha, c’est cela : un spectacle où les acteurs jouent leur propre rôle et où les spectateurs savent que tout est vrai.

En quittant la salle de cinéma, j’avais en moi cette vision insupportable de l’accablement ressenti par tous ceux qui s’étaient investis dans ce film, et l’impression que là-bas, dans cette contrée aride qui avait abrité les aventures du Chevalier à la Triste Figure, j’avais, moi aussi, égaré une partie de moi-même et qu’il me faudrait la retrouver.

84 réponses à “Lost in La Mancha

  1. Comment ça , renoncer ???????? Comment ça, les moulins sont trop forts ????? Comment ça, trop de trop ??????? Effectivement, il faudrait que je voie!

  2. comme c’est triste un projet avorté ! ça doit faire drôle en effet de voir un truc qui n’est pas fini, ça fait ça, un avorton…

  3. Bonjour! bon samedi.

  4. Il est toujours frustrant de ne pas voir aboutir un projet dans lequel on a donné beaucoup de soi…surtout pour des raisons si bassement matérielles !!! bonne soirée

  5. Tant de grands dans un film qui ne se ferait pas…

    • Merci pour ta visite. Grâce à elle, j’ai pu faire connaissance avec ton blog. J’y retournerai !

      Je suis d’accord, ça aurait pu faire un film magnifique. Mais j’ignore s’il m’aurait autant fait vibrer que ce « making off » d’un genre un peu spécial !

  6. Un tel dépoussiérage… je t’admire, je t’envie… c’est un travail de titan, je n’ose dire de titane ;-Þ
    ¡ que valentia !

    Cela m’a permis de découvrir cet article sur le film de Gilliam. M’étonnait aussi que tu n’en aies pas parlé 😉
    On peut trouver le dvd à bas prix (moins de 10 €). 

    • Je ne suis pas bien vaillante pourtant !

      … mais je suis heureuse que tu aies suivi ce lien…
      J’ai la vidéo… je me la suis offerte dès sa sortie. Pour un documentaire… c’est vraiment magnifique !

      En fait… je n’ai jamais réussi à le regarder comme un simple documentaire.

      😉

  7. je supose que tu connais la version du don quichotte avec fernando rey et fernando fernan gomez avec une adaptation de CELA et réalisé par gutierrez aragon…
    besos 
    tilk

    • Si je te dis que je connais son existence, que j’ai lu les critiques… mais que je ne l’ai jamais vue ? tu vas m’en vouloir ?

      Il faudra que je regarde si elle existe en vidéo, parce que tous disent qu’il s’agit de la meilleure des versions jamais réalisées.

      Abrazos, Tilk.

  8. C’est triste un film ou un projet qui n’aboutit pas surtout quand on y a tout investi….. J’ai eu aussi l’impression récemment de me battre contre des moulins…… mais de tout échec on tire des leçons et on en ressort enrichi.
    Bises

    • C’est vrai, Martine… Comme ton combat cette année pour les municipales… mais rien n’est perdu, il faudra continuer.

      Passe un bon weekend !

  9. Je ne connaissais pas ton blog lors de la publication de cet article !
    Par contre, j’adore tes bannières ! Elles sont superbes !

    Bisoux.

    • Je crois avoir découvert le tien grâce à Siratus… Les amis de mes amis…

      Je ris ! Mais j’aime bien aussi mes bannières… je les dois à mes amies !
      Ce compliment venant de toi me touche beaucoup.

      Bon weekend à toi aussi

  10. J’aurai aimé le voir…
    Bon weekend
    Amitiés, Flo

  11. Crois-tu vraiment que nous vivions dans un monde où l’on bouscule l’ordre établi ?? Je pense que certains font semblant, comme au cinéma, de le bousculer – car l’ordre est établi – Nord – sud – riches – pauvres – … LIZAGRECE

    • Je suis d’accord avec toi… pour la séparation « sud/nord »… mais ce que je disais, c’est que dans notre monde occidental, nous jouons… je ne suis pas sûre d’aimer ce genre de jeux.

      Merci d’être passée, Liza.

  12. Je connais l’histoire… Un vrai gâchis ! Terrible et dommage…
    Console-toi avec un bon bouquin de Cervantès… 
    (Je souris, là…)

    • Merci… Décidément, monsieur l’écrivain, tu blogues de mieux en mieux !

      J’adore quand tu es là, installé dans la bibliothèque parmi mes blogopotes !

      Pour Cervantès, c’est bientôt ! Le 19e chapitre nous attend…

      Merci pour ton sourire, Patrice…

  13. Terry Gilliam !! Mon réalisateur préféré, avec (Tim Burton), lui qui dénonce dans tous ces films une société qui ne rêve plus, qui ne sait plus inventer des histoires, et Johnny Depp un acteur sublime, d’une délicatesse et d’une élégance. Il est poésie. (ça se voit que j’adore cet acteur ?)
    Quel dommage que ce film n’ait pas vu le jour.
    Bises

    • Si tu aimes Tim Burton, il faut que tu voies le dernier article de  Kinou (clic).

      C’est dommage, comme tu dis ! Tu as vu ce « making-off » ? Il est magnifique !

  14. Je préfère le théatre, le contact avec les acteurs et le risque qu’ils courent chaque soir avec les différences entre chaque représentation…Mais on peut aller aussi au cinéma, ça fait fonctionner les neurones..

    • C’est vrai que le théâtre permet d’autres rencontres…

      Mais bon, tu ne peux pas toujours y aller…

      Merci d’être passée ce matin, Gaby !

  15. Il existe des films tellement forts que le spectateur s’ y invsetit …. 
    Si bien qu’ il finit par faire partie du film lui-même. Et le résultat n’ est jamais innocent.
    Bises et bon samedi 🙂

  16. Bonjour cher otage,
    Nous venons t’annoncer ta libération et nous te remercions de ta bonne volonté !
    Les organisateurs du concours n’ont rien annoncé d’officiel, mais il semblerait que nous soyons deuxièmes et normalement nous devrions accéder à la deuxième étape du concours de cuisine grâce à notre filet de lieu jaune au chocolat blanc et à la violette de Toulouse et surtout grâce à toi !
    Nous nous sommes rendues et les autorités compétentes jugent actuellement nos actes…
     
  17. belle illustration en effet,ça valait le coup de dépoussiérer

  18. Et aujourd’hui, cette partie de toi même, l’as-tu retrouvée ?

  19. C’est bon de dépoussiérer de cette façon.

  20. J’avais entendu parler de ce film mais je ne m’étais pas du tout intéressée au thème et je ne savais pas de quoi il parlait (si on admet qu’un film peut parler)… C’est un film que j’aimerais bien voir car je me demandais justement pourquoi il n’y avait pas plus de film sur Don Quichotte.

    • Il y en a… mais on ne les connaît pas.

      Il paraît que Walt Disney a décidé d’en faire un dessin animé… j’attends de voir…

  21. Fichier hébergé par Archive-Host.comIl me semble que c’est dans ce film qu’ils ont eu des tas de problèmes…Jean Rochefort ne pouvait plus tenir le rôle à cause d’une chutte de cheval ? c’est ça ?…et plein d’autres ennuis ?… Gros Bisous…je ne sais pas de quel cadeau tu parles dans ton com , mais je vais te mettre mon adresse…par le contact…Merci pour tous les coms que tu m’as laissé partout….tu es super et tu me remonte le moral…j’en avais bien besoin….bonne soirée….re-bisous…

    • Jean Rochefort a eu de gros problèmes de santé… et ça n’a été qu’une partie des ennuis. Tu es bien au courant !

      Je sais que ce n’est pas tout rose en ce moment pour toi, j’espère que ça va aller mieux bientôt !

      Bonne soirée à toi aussi.

  22. Une petite éclaircie dans mon emploi du temps me permet à la fois  une petite visite rapide de la blogosphère et de te  souhaiter un agréable week-end
    @ bientôt
  23. Tout d’abord Quichottine, je veux te demander si l’accouchement ne t’a pas fait trop souffrir… car 9 mois c’est bien le temps qu’il faut pour mettre au monde un beau BB ???   Tu sais je suis « image » car sans enlever sa qualité au texte, elle l’embellit.. et l’affiche est superbe alors tu peux être contente… cela m’a fait relire ton billet avec beaucoup d’attention…. ton dépoussièrage me plait bien..

    je te fais de gros bisous

    chantal

    • Je suis morte de rire, Chantal… tu reprends l’argument de Dany !

      Non, tout va bien ! Merci pour ta présence ici. Je suis contente que mes travaux te plaisent !

      Passe une belle soirée…

  24. Que c’est triste les grandes choses qui ne se font pas, quand un rêve s’écroule et avec lui tant d’énergie et de temps octroyés. Demain, peut-être, un autre rêve fou naîtra … Bonne soirée Quichottine !

  25. Je suis trop fatiguée pour te suivre aujourd’hui Quichottine.
    Bon samedi et A+

  26. Le problème ave les fous  c’est que nous croyons êtres différents d’eux … et qu’eux ne savent pas que nous sommes différents d’eux,  justement …

    Alors pour pénétrer leur univers, il ne faut pas faire semblant … justement parce que, dans ce qu’ils entreprennent, eux, ne font pas semblant…. 

    Quant à combattre des moulins à vents, il faut déjà arriver au bon moment dans la bataille, avec des ailes dans le dos et surtout avec le nez bien dans le vent …  

    Donc on ne peut dire que le héro de cette œuvre remarquable,  adule  Ciné … 

    Farfantes du Dimanche

    Bises du soir

    • J’aime bien ce que tu dis, Farfadet !
      Un départ pour l’incompréhension… alors qu’en fait il suffirait d’être sincère en tout !

      J’adore tes jeux de mots !

      Merci d’être là.

  27. Je me souviens de ce film et de l’amertume surtout pour l’oeuvre de Brel…
    « un impossible reve » ..c’était déjà dans la chanson phare…
    Je t’ai fait un petit hommage dans mon dernier article…
    Bises

  28. Je ne suis pas « Lost in Mancha », mais « Lost in the quichottinian library »! Aujourd’hui c’est moi qui ai fini ma tournée par chez toi, et là, dans tes rayons, entre les coussins moëlleux de ta page d’accueil et les livres ouverts ici et là, je suis en train de m’assoupir d’aise… Je suis sûre que je vais faire de beaux rêves… où viendra sautiller un lutin bleu… Bonne nuit Quichottine !

  29. Je me souvenais de ce billet  😉

    • Je me doute… en plus, je l’ai dépoussiéré il n’y a pas si longtemps…

      Merci, ma Dame de l’Océan. Vous n’avez pas été nombreux à revenir là…

  30. J’imagine le sentiment d’amertume que doit dégager ce pathétique documentaire sur un projet avorté .Tes articles sont toujours aussi intéressants . Merci !

    • Si tu ne l’as pas vu… et que tu passes près d’un vidéo club, ça vaut le coup. Le documentaire est très bien fait.

  31. Dix ans d’efforts pour renoncer aie ça doit faire mal ^^

    Je ne connais pas ce film, je ne suis pas du tout salle obscure, je m’y rend que très rarement , mais ta critique nous donne envie de voir, même si ce n’est pas trop mon style  😉

  32. Jean Rochefort, j’adore!

    ;-))

  33. Je me souviens très bien de cet article et je viens de relire mon commentaire d’alors…..

    Je renchéris……mais, j’ajouterais : tout oeuvre, qu’elle soit un film, un tableau ou une sculpture, ou meme une musique, prend, très souvent, en cours de réalisation, d’autres chemins qui échappent à l’auteur meme et deviennent plus intéressants encore que l’originelle intention…
    Il ne faut pas toujours voir en ceci un renoncement vrai et propre….souvent, les artistes épousent le hasard, laissent la place à l’improvisation….et obtiennent souvent, ainsi, des effets spectaculaires qu’ils n’avaient pas programmés.
    Je n’ai qu’un handicap : je n’ai pas vu ce film…merde, alors !

    • Je te le montrerai, Chris, la prochaine fois que tu viens à Paris !

      Pour le reste, tu as raison… et sans doute le « making-off » est-il meilleur que ne l’aurait été le film ???

      Je ne sais pas.

  34. Bonjour, bon samedi au Ciné  bises.

  35. dche tribill

    perdu dans la manche,…perdu dans la manche?…ben, alors!!!!!, moi, j’suis bien perdu dans l’atlantique…wouaf!, wouaffff !!!!, bisous- Pat

  36. Coucou !

    Ma première session de stage est terminée, me voici donc de retour sur la blogosphère. Je suis ravie de vous retrouver mais encore bien occupée et en retard de deux semaines sur l’actualité de vos blogs, laissez-moi le temps d’arriver, hein ? ;o))

    Bon week-end
    Bisous

  37. Gros bisous, ma quichottine, je passe te souhaiter un bon we avec moins de pluie que dans le sud ! à bientôt

  38. Moi …Je ne vois pas la poussière !!

    mais ton anniversaire, l’aurait pu rester plus longtemps – 9 mois c’est une belle gestation !!!

    bon we !

  39. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, je n’ai pas vu ce film malheureusement mais je sais qu’il retrace tous les déboires que Terry Gillian a rencontré pour essayer de mettre ses rêves en image …
    C’est vraiment dommage.
    Gros bisous,

  40. Ah bon renoncer ,mince c’est moche pour Jean Rochefort .j’avoue je ne suis pas trop salle obscure , soit l’écran est trop près , je dois trouner la tête pendant tout le film  et le son bigre supérieur à 110 db .
    Ma dernière sortie remonte à l’année dernière pour Jacquou le Croquant, excéllent film .
    Je te souhaite un bon Dimanche Quichottine

    • C’est vrai que tu as raison… j’ai un peu de mal avec le son, très souvent…

      Mais si tu as l’occasion de pouvoir emprunter la vidéo du film, à défaut de salle obscure, tu pourras quand même avoir une bonne idée de ce que j’ai pu éprouver.

      Bon dimanche à toi, Guthin !

  41. bill past John

    Merci Quichottine,
    J’ai remis la musique,
    mais je n’écrirai plus.
    Vu de loin les choses sont parfois simples, elles ne le sont pas.
    De plus loin encore on pense au mépris,toi tu sais bien que non.
    Et c’est bien, par quel tour de passe passe,si tu as pu repiquer mes supliques de mise en garde………
    je t’embrasse
    Bill

  42. j’avais oublié que tu l’avais vu et que tu en avais si bien parlé, je suis là sur ce billet parce que ce document m’a vraiment pssionné.
    Je ne sais s’il arrivera à le finir, mais à la fin quand il dit (Terry) qu’il a perdu la foi…. je connais tellement cette sensation quand je n’aboutis pas sur un projet (et les miens sont tellement moins ambitieux).
    J’adorerais quand même qu’il le termine.
    Et avec Jean Rochefort.
    Une année, Jean était au jury du festival de Cannes… nous l’avons rencontré à la gare,il attendait son petit fils, je dois avoir dans les tiroirs d’un des ordinateurs du lycée une photo de lui avec un de mes élèves admiratifs. Un super bonhomme, humble et généreux.

    Je t’embrasse QUichottine.