Tergiverser

Ceux qui me connaissent bien savent que je passe mon temps à hésiter, à me reprendre… bref, à ne pas me faire confiance sauf lorsqu’il s’agit de projets qui nous emportent tous et qui m’apportent le soutien dont j’ai besoin.

Ces derniers jours, donc, je repensais à cette enquête initiée grâce à une photo de mon amie Martine.

Vous avez raison, je n’ai finalement pas été jusqu’au bout de l’intrigue, préférant laisser son héroïne se sortir seule de la prison de pierre où elle se trouvait.

D’ailleurs, le bidouillage de la photo a laissé quelques traces qui auraient dues vous alerter.

L’emmurée était-elle vraiment sortie de sa cage ou était-ce un leurre destiné à libérer le Lutin bleu de ses obligations ?

Tant de fins limiers sollicités… pour rien ?

Je m’étais amusée, c’est vrai. J’aurais pu écrire une suite, des suites, prenant à chacun les expressions, attitudes et travers qui les caractérisent. Bien sûr, Monk, Columbo et Poirot se seraient sans doute pris au piège et auraient, chacun à leur tour, ou en se reprenant les uns les autres, donné la version exacte.

“Voilà ce qui s’est passé…”

Mais était-ce le plus important ? Le passé avait pris la clé des champs, le présent tumultueux avait brutalement refermé la porte du rêve, préférant se pencher un peu sur ce demain qui le pousserait trop tôt dans l’oubli nécessaire.

J’avais trop longtemps tergiversé, lisant avec bonheur vos commentaires, mais restant dans l’expectative. Que devais-je faire ?

Le temps passait… je le prenais pour vous lire, ici et là, entre deux rangements, entre deux obligations familiales qui me ramenaient à ma propre réalité. Je prenais mes aiguilles au début de la nuit, en repos mérité.

Pour écrire, il faut du temps, beaucoup, surtout si c’est dans l’espoir d’être lu. On ne peut pas se contenter d’aligner des mots sur une page blanche…

– D’ailleurs, en parlant de page blanche, tu n’as pas encore ouvert celle de l’année en cours…

(Le Lutin bleu fronçait les sourcils d’un air réprobateur…)

– Tu as raison. Mais je m’interrogeais sur sa pertinence.

J’avais passé du temps, beaucoup, pour les nécessaires mises à jour de WordPress, pour le nettoyage indispensable de sa base de données. Tous les soucis que l’on n’a jamais quand l’hébergeur s’en charge.

Avais-je raison de m’entêter dans ma décision d’être libre de toute contrainte liée à un hébergement gratuit ici ou ailleurs ?

D’autres avaient essayé ma solution et l’avaient abandonnée. C’est vrai que ce n’est pas facile lorsqu’on n’est pas familier des différents langages informatiques, lorsqu’on manque de temps pour s’y former.

Je me heurtais à ma propre ignorance.

Mais bon, je peux encore, quelque temps, continuer ainsi, partager des moments de joie, de peine, de découvertes diverses. Je peux encore montrer mes réalisations poupées, comme un sourire d’enfant.

Un blog en pointillé vaut mieux que pas de blog du tout quand cette fenêtre est ma respiration, une douceur du jour.

Alors, ne soyez pas étonnés de constater que j’ai du mal à être sur tous les fronts, sur les blogs de ceux qui ont la gentillesse de me rendre visite, de me laisser des messages tellement gentils qu’ils m’émeuvent profondément, même lorsque je n’ai pas le temps d’y répondre aussi rapidement que je le souhaiterais.

Ce n’est pas de la négligence, de l’indifférence.

Il y a des moments où j’aimerais pouvoir être ce passe-muraille qui irait de l’une à l’autre, qui se pencherait pour lire par-dessus vos épaules pendant que vous écrivez, qui vous suivrait dans vos promenades, invisible, mais heureux de ces “à Yeur” que vous nous offrez avec tant de gentillesse.

J’aimerais, oui, j’aimerais tant !

Mais je ne suis que moi, humaine, avec les limites que m’ont données la vie et mes propres choix.

Dans mon calendrier familial, chaque ligne est remplie. Il me faudra voler du temps pour que Quichottine continue d’exister et que je ne sois pas à mon tour emmurée.

Merci à tous d’être là.

65 réponses à “Tergiverser

  1. merci à toi aussi d’être là…Tu es unique

  2. C’est dur d’être partout à la fois, moi je n’en n’ai plus le courage, je laisse mon blog en friche, je préfère sortir m’occuper du jardin, marcher, m’occuper de ma mère, lui raconter des histoires, la promener dans le parc. L’autre jour, j’étais assise sur un banc, le tricot à la main et ma mère près de moi dans son fauteuil roulant. Je me suis souvenu alors du temps béni où à la place du fauteuil de malade il y avait une poussette ou un landau que je prenais tant de plaisir à promener en admirant l’enfant qui dormait, en profitant de son babillage, de ses rires, de sa joie à voir le soleil jouer avec les feuilles. Je me suis dit que cela aurait pu faire un joli billet sur mon blog, parler du temps qui passe, de cette présence près de moi qui pose toujours les mêmes questions, qui demande le nom de l’oiseau qui chante, de la fleur dans la prairie. Elle me pose des questions insolites auxquelles je m’efforce de répondre comme je peux « Où est-ce que je suis? Comment vais-je faire pour rentrer? Est-ce que je ne vais pas dormir dehors? »Où alors des questions que personne ne m’a jamais posées : « Et toi, est-ce que tu es heureuse au moins? » La vie est là malgré tout et il faut la saisir tant qu’elle est encore là, alors le blog, les commentaires, faire le ménage la dedans, est-ce vraiment important??? Je pars à la fin de la semaine pour avancer un peu sur le camino. Là encore, n’est-ce pas une quête inutile? Cela me prend beaucoup trop de temps à organiser et je trouve que je ne progresse pas beaucoup mais comment faire avec ma mère? Je t’embrasse

    • Quelle humanité au travers de tes mots tout simples Azalais.
      Je suis touché par vos talents d écriture ( toi et Quichottine )
      Pour écrire comme vous il faut du cœur ,de la vraie simplicité, et le savoir transmettre la vie, l émotion , et le goût de l instant présent.
      Merci

  3. Coucou ma Quichottine.
    J’ai bien aimé ta façon de clore cette enquête en nous laissant le choix de proposer une solution à ce mystère.
    Tu sais, « TERGIVERSER », arrive aussi à d’autres, et même si c’est ta nature profonde, nous t’aimons aussi pour cela. Peu de personne dispose le don d’ubiquité, et ce n’est pas plus mal.
    Nous avons besoin de toi ma belle amie, la preuve, encore ce matin chez moi, pour écrire les histoires les plus farfelues.
    Bises et bon mardi

  4. Ne t’inquiète pas, mon non plus je ne ne finis pas toujours mes histoires commencée et de plus, en ce moment , je suis sur les lectures musicales qui me prennent beaucoup de temps car je ne suis que très peu aidée par le manque de bénévoles . La vie est telle qui faut faire des choix dans nos obligations parce-que nous sommes humains et pas des robots . Bonne journée et bises

  5. Ce n’est pas moi qui vais te reprocher d’être moins présente quand, depuis un peu plus d’un an, je délaisse blog et lecteurs pour des raisons proches de celles d’Azalaïs. J’espère quand même que ton calendrier familial te permettra de voler une heure en mai pour se rencontrer. Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  6. Bonjour Quichottine. Ne te laisse pas emmurer, par ton blog ou par d’autres choses. Vis et profite de ta liberté ‘agir, de ton archange, de ta famille, de tes amis, de la nature, et reviens quand tu en as envie, pour nous donner de tes nouvelles. J’ai dans mon oreille ta jolie voix et dans mon coeur ta générosité. J’espère que l’on se reverra, en vrai. Bisous

  7. Eglantine Lilas

    ça sera pour ta prochaine enquête 🙂 me voici seulement de retour d’une réunion familiale que nous avons encore pu organiser cette année en Charente Maritime. Je ne sais pas combien de temps encore cela sera possible, alors nous profitons du temps présent. Je remonterai le temps sur ton blog pour suivre avec retard l’enquête que tu as certainement menée avec beaucoup de finesse ! les valises sont défaites mais il faut faire tourner les machines et remettre les choses en place.
    a tres vite….je vais essayer

    je t’embrasse très fort

  8. Res histoires sot fabuleuses et je prends beaucoup de plaisir à les lire, j’aime bien les pointillé qui termine parfois une nouvelle, à chacun d’y mettre se qu’il apporte…
    Je reviendrai donc et continuerai à lire tes contes.
    Bises et belle journée

  9. il n’y a jamais assez de temps pour penser et réflechir…on court, on court …
    bisous quichottine et merci

  10. jamadrou

    « Tergiverser » j’aime bien ce mot un peu coquin un peu malin.
    Sur son chemin il aime tourner le dos à la réalité, il aime prendre les chemins de traverse, ceux qui mènent nulle part, ce nul part qui, en fait, mène à Yeurs.
    Continue Quichottine à nous raconter tes pérégrinations, si nous venons te lire c’est que nous aimons.
    Belle journée Quichottine.

  11. Gros bisous, Quichottine. L’emmurée se sortira de sa cage, je vais aller la chercher !

  12. Fais comme tu peux, ce que tu peux… Enchante-nous encore et toujours de tes mots tendres, poétiques et doux, à ta mesure, au fil de ta vie, du temps qui passe. Chacun fait de son mieux et toi aussi, alors… tout est bien 🙂

  13. Ma mamé disait « «On fait ça qu’on peut avec ce qu’on a !»…….
    Bises et bonne semaine

  14. Pas de soucis.
    Pas d obligation aucune.
    Biz

  15. La plus belle fille du monde…

  16. Avoir le temps, prendre le temps… et faire ce que l’on peut… A chaque jour suffit sa peine dit ma maman…
    Douce journée ma Quichottine et gros bisous.

  17. Mistigris34

    peu importe l’important est que tu profites des tiens, c’est plus important que le blog, les blogs,
    cela fait plaisirs d’avoir un tout petit mot de temps en temps, mais il n’y a aucune obligation pour moi, j’espère que tout va comme tu veux, ici soleil mais aussi vent, et occupations au jardin, la maison,
    en mode tricot aussi ! gros bisous, MIAOU !!!!

  18. eh bien tous les blogueurs connaissent ces affres, mais le blog n’est pas une occupation vitale comme l’est un métier ; c’est un jardin virtuel, et comme un jardin, on le soigne plus ou moins selon les saisons, un album, où on classe les choses qu’on aime, quand on en a le temps, un lieu de causette, comme un petit bistrot où on retrouve les amis quand on en a envie… tout cela ne doit pas peser

  19. Tergiverser…je connais bien ce mot aussi 😉
    J’espère que tout va bien pour toi Quichottine
    Prends soin de toi, gros bisous & doux après midi

  20. Quoi que tu fasses, pour moi, la vie familiale est prioritaire, alors je te comprends tout à fait. Suis ta route, la tienne, au mieux. Elle se croise bien souvent avec les nôtres, c’est un plaisir mais cela n’est pas l’essentiel, tu le sais l’équilibre est si difficile et si éphémère. Ne te torture pas, tu es tellement présente quoiqu’il en soit…
    Bises et merci d’être toi, c’est ainsi que tu es appréciée.

  21. Salut
    Ce n’est pas évident d’être aux champs et à la ville en même temps.
    De temps en temps il faut se détendre et prendre un peu de repos.
    Bonne journée

  22. Quichottine, tu fais ce que tu peux quand tu le peux et surtout tu prend du temps pour gâté avec tes tricots tes petits et ça perso je trouve merveilleux alors si tu n’écris pas beaucoup ou ne visite pas beaucoup, tu le fais quand même quand tu peux donc continue comme cela pourvu que toi, tu trouve ton bonheur dans tes diverses activité. Bisoussss

  23. On ne doit en rien se laisser emmurer, si pour beaucoup le blog est une respiration, alors il faut prendre le temps de respirer car il n’y a pas d’obligations de réponses ou de visites, cela voudrait dire que c’est le blog qui nous emmure à son tour. Cela doit rester un plaisir, un amusement, une détente mais c’est la « vraie » vie est tout de même la plus importante. Alors gardons notre rythme, chacun comme il le souhaite.

  24. merci Quichottine pour toutes tes visites durant mes vacances. Là bas, j’avais le wifi … bon pas toujours ok .. mais je m’étais promis d’être en vacances. Je voulais respirer librement. Je pense qu’il faut un moment mettre un frein, nous ne pouvons pas être amie avec tout le monde, non par indifférence comme tu l’écris, mais parce qu’humain et limité.
    Bises douces.
    J’ai beaucoup aimé Lanzarote (finalement j’aime aussi bien le petit ailleurs que le grand ailleurs).

  25. Coucou douce Quichottine, peut-être que tu n’es pas toujours sure de toi mais tu entreprends tellement de belles choses. Et justement parfois je pense que as quatre mains.
    En tout cas je craque sur ton petit ensemble de plage, tu es vraiment douée et un autre tricot plus grand cette fois est en route…
    Belle semaine et plein de bisous.
    Samedi soir j’ai rencontré Martine Richard. Une très belle rencontre. Dans les liens que tu as mis de tes aminautes, pour celui de Martine il faut rajouter www http://www.martinemrichard.fr/blog car sinon çà ne fonctionne pas!

  26. Désolée…je crois que tu as quatre mains…

  27. Je ne sais plus où j’ai vu cette devise gravée dans la pierre : « Fais ce que peux, fais ce que dois », mais je la trouve très belle. On fait ce qu’on peut, mais il n’est pas toujours facile d’aller au-delà de ses forces ou de faire face à toutes ses obligations. Wonder woman, c’est du cinéma, et Shiva une belle croyance ! Arrête donc de te flageller, tu nous donne déjà beaucoup de ton temps. Merci d’être toi. Bisous.

  28. Chacun fait comme il peux ou comme il le sent.
    Le blog ne doit pas non-plus être une obligation de publier « impérativement et dans les temps ».
    Fais comme tu peux et choisis avant-tout de faire les choses sereinement, c’est bien ça le plus important. Je t’envoie mes amicales pensées… Bises Quichottine

  29. Coucou Quichottine,
    Bon, ben, si je comprends tout bien, tu quittes la plateforme et tu as ouvert un autre blog. Je n’en ai pas le lien, dis moi, je peux le trouver ou ? Enfin, si j’ai tout pigé 😉
    Et puis, prends ton temps, le don d’ubiquité, je ne l’ai pas non plus 😉
    Bisous et bonne journée

  30. Quoi qu’il en soit, moi je suis heureuse quand je te lis de temps en temps.
    Ton temps t’appartiens ainsi qu’a ta famille et …. comme je sais qu’ils en ont besoin.
    Oui nos lecteurs nous aiment, mais nous aimons aussi notre autre chose !!
    gros bisous

  31. Le temps se rétrécit tant qu’il devient peau de chagrin…On ne peut pas tout faire…
    Moi aussi je cours après le temps…

  32. Quichottine ..prends le temps comme il vient et ne te laisse pas déborder par ce que nous pouvons penser
    L’important pour moi c’est que tu sois en bonne santé , que tu fasses un petit coucou de temps en temps ..mais surtout ne change rien ..reste notre Quichottine !
    Je t’embrasse très fort

  33. Bonsoir Quichottine , la tergiversation est une attitude qui revient de temps à autre, lorsque le doute nous habite si fort que l’on ne peut créer de manière précise. le lutin bleu attendra et d’autres idées vont fuser, je le sais.

  34. Ne t’inquiète pas Quichottine pour cette enquête nous nous régalons de tes mots posés au fil des pages de ton blog et nous comprenons fort bien que tu puisses tergiverser . D’ailleurs je me faisais la réflexion pas plus tard qu’hier quand je rattrapais le retard de lecture des blogs amis qu’avec le beau temps, les sorties et le jardin je n’allais pas tarder à atteindre mes limites , voilà bien trop longtemps que je ne me suis pas mise en pause . Ma petite tribu venant ce dimanche je crois que je ne vais pas tarder à enclencher le frein dans les articles à paraître .
    Bonne fin de journée
    Bisous

  35. J’aime bien parfois quand on a le choix d’imaginer la suite ou la fin … difficile de rêver quand on impose.
    Chacun de tes articles est une petite friandise dont je me délecte à chaque fois. Mais je mesure le temps que ça doit te prendre de partager les histoires de ton imaginaire …
    Je ne me suis jamais rien imposé en matière de rythme sur la blogo, je fais comme je peux … pas toujours comme j’aimerais hélas …
    Continue de faire comme le temps te le permet … il n’y a aucune obligation de rien, et c’est très bien comme ça.
    Bravo de porter ce travail titanesque de la partie « technique » de ta plateforme à bout de bras … je n’ose même pas imaginer une seconde devoir me charger de cela (il faut dire qu’en matière d’informatique, plus nulle que moi tu meurs 😉 )
    Quant à tes tricots, qu’ils soient pour les poupées ou tes petits enfants, ils sont tout à fait craquants … on ne se connaît pas, mais je les imagine bien à ton image.
    Je te souhaite une douce soirée Quichottine …
    Bisous … et merci de nous gâter à chaque fois …

  36. Il faut pas non plus que le blog devienne une contrainte, donc tu fais au mieux et c’est très bien comme ça.

  37. Tu as ta place chez nous, même dans le silence Quichottine….

  38. On ne peut tout faire ce donc on a envie, alors faire un tri du plus urgent et vaille que vaille

  39. Ah le temps qu’il faut prendre au risque de le perdre !!!

  40. Comme tu le dis , nous ne sommes que des humains et nul ne peut être sur tous les fronts à la fois. Il faut savoir lever le pied pour éviter l’overdose.
    Ne sois pas inquiète, je pense que tous tes lecteur comprendront.
    Tu fais comme tu peux , l’essentiel est de pourvoi te lire de temps en temps .Il ne faut pas lâcher le blog surtout ! Ce serait un vide trop grand !
    Ils sont mignons ces vêtements de poupée ; quelle patience!
    Je t’embrasse

  41. Faire ce qu’on peut avec ce qu’on est évolue forcément ma Quichottine en fonction de tant d’aléas de la vie . Les liens des blogs sont justement tissés pour comprendre cela.
    Tergiversation, procrastination , 2 états qui me sont devenus familiers aussi!
    J’aime beaucoup tes tricots pour poupées! Bienheureuse petite qui recevra ce trousseau.
    Je t’embrasse.

  42. C’est normal de ne pas pouvoir être partout à la fois. Un déménagement, cela prend du temps. Ecrire, cela prend aussi beaucoup de temps.
    Bonne soirée et bravo pour le tricot, c’est à croquer.

  43. Le manque nous manque mais une chose est sûre chère Quichottine c’est que tu sais bien le remplir avec ton sens du partage, à travers tes mots, tes tricots et les liens d’amitié tissés ici et ailleurs.
    T’embrasse

  44. Zut j’ai loupé l’enquête et tant d’autres choses …
    Et on est là, à dire je commence par quoi? Tout d »abord juste une chose, je suis toujours impressionnée par tout ce que tu écris et en plus le tricot…j’adore toute cette garde robe de poupée!
    J’imagine aussi que tu visites tous tes lecteurs, que tu lis, et tu écris encore…..
    J’ai réduit la liste des blogs que je visite, pas plus de dix
    J’ai toujours beaucoup d’intentions à faire le jardin, s’occuper des poules, des chats et puis mon petit village, recenser les tombes du cimetière, batailler pour qu’un projet industriel ne s’implante pas dans ce parc naturel des Millevaches, mais on a perdu…. et on massacre tous les arbres du bord des routes…. c’est à pleurer…et là je pleure….
    Bon j’arrête tu n’es pas là non plus pour lire mes jérémiades et puis tout ça pour dire que je n’ai plus le temps de faire les choses correctement….. alors te dire aussi heureusement que tu es là! tu me rassures et j’aime ce que tu fais et comment tu le fais…. tiens le soleil frappe à la fenêtre! alors je sors en te faisant de gros bisous!
    Dany

  45. Chacun fait comme il peut, de son mieux, et tu n’as pas à t’excuser… On est heureux de te retrouver quand tu es là, c’est le principal. 🙂

  46. Ne te tracasse pas Quichottine. On est tous pris par la vie, et quelquefois trop occupés pour passer sur la blogosphère. Je pense que tout le monde comprend. Ce n’est pas grave si tu n’as pas le temps de passer sur les blogs, surtout que tu as beaucoup de monde à te suivre !
    gros bisous

  47. De jolies petites réalisations de poupée
    Oui continue d’exister…
    Ecrire pour être lu…
    Bisous Dame Quichottine

  48. Salut,
    Le temps est ensoleillé mais seulement 14°.
    Le dimanche s’annonce beau alors on prévoit une sortie.
    Bon week-end

  49. Le temps nous manque souvent, je suis souvent en retard pour les visites, pour suivre le rythme même si c’est un plaisir de ne pas perdre le lien auquel nous tenons, on fait au mieux !
    Bises Quichottine

  50. Je te comprend après plusieurs années on s’essouffle, moi aussi j’ai du mal à suivre parfois.

  51. Prend ton temps la famille passe avant, un blog ne doit pas être une contrainte Quichottine… Gros bisous.

  52. coucou,
    le temps file entre nos mains sans qu’on puisse y faire grand chose ; et si la technologie nous donne le don d’ubiquité , elle ne nous permet toujours pas de nous multiplier ; il faut simplement accepter qu’on ne peut visiter tous les blogs tous les jours ; bisous

  53. Balaline

    Nous savons que tu es toujours là, à notre écoute, près ou plus loin, peu importe; prends du temps pour toi, pour ce qui te parait essentiel, il file si vite le temps, et les blogs sont des gloutons sympas mais des gloutons quand même !
    Azalaïs a écrit un très beau témoignage, tout en sincérité sur les choses de la vie et l’Important de chaque jour, à vivre.
    Bises Quichottine, bonne soirée

  54. Prendre le temps…et faire les choses lorsqu’on se sent prêt…tergiverser, chacun connaît cela, mais dans certains cas, il faut prendre une décision rapide…Alors il faut aussi classifier les choses à faire par ordre d’urgence, et le blog n’en est pas une…donc, il faut prendre le temps !! Bises Quichottine, et désolée de ne pas venir aussi souvent que je voudrais, mais…

  55. Les blogs doivent être avant tout un plaisir et surtout pas une obligation, et il y a tellement de choses plus importantes …! Alors c’est la  » vraie vie  » avant toute chose, chacun fait comme il le sent , avec le temps qu’il a et comme il nous file tous entre les doigts …
    Belle journée !
    Cathy

  56. Même sans blog, comme moi, le temps manque (semble manquer …) et je me dis souvent que, pour les occupations extra-professionnelles, j’étais mieux organisée, plus  » efficace  » lorsque je travaillais encore. Question d’organisation obligée peut-être, et tendance à ne pas remettre à demain (ou plus tard) …
    Pas de souci, Quichottine, tu vois, je vais, je viens, je m’arrête, je ne sais plus parfois où j’en suis, de ce temps …
    Bonne fin de semaine et profite de ce samedi de mariage, occasion exceptionnelle où il faut  » se pauser « . Bises du Berry.

  57. Coucou Quichottine.
    Juste un petit mot rapide pour te souhaiter un très joyeux anniversaire.
    N’hésite pas à prendre du temps pour toi. C’est précieux.
    Je t’embrasse fort

  58. Coucou Quichottine.
    Juste un petit mot rapide pour te souhaiter un très joyeux anniversaire.
    N’hésite pas à prendre du temps pour toi. C’est précieux.
    Je t’embrasse fort

  59. Sylvie (Oxygène) a raison. Il faut prendre du temps pour toi. Les « autres » sur les blogs savent que si tu ne viens pas, c’est que tu es prise ailleurs. Il ne faut pas se tracasser pour cela.
    Moi aussi je n’arrive pas à aller sur tous les blogs que j’aime. Trop de travail ! Mais la fatigue me fait choisir de reporter.
    Bisous du soir Quichottine ! J’espère que le mariage se passe bien.

  60. Mon blog est en grands pointillés … d’autres passions prennent le dessus pour le moment
    Tes tricots sont magnifiques
    Bon lundi Quichottine

  61. Coucou Quichottine
    Je ris en admirant tes oeuvres d’art tricotées pour la poupée de ta petite fille ! Comme j’aimerais être à sa place… J’aurais été si heureuse de recevoir de tels cadeaux !!! Tu me fais rêver…
    Bisous

  62. Ma chère Quichottine, ne t’en fais pas…Même quand tu n’es pas là je ne t’oublie pas et personnellement je ne tiens pas les comptes 🙂
    Le blog ne doit pas être une contrainte car la vie se charge de nous rappeler très souvent que d’autres obligations nous attendent…Ce qui est important pour moi c’est que tu sois là quand cela te fait plaisir sinon il n’y a pas de partage sincère et cette sincérité dans les échanges c’est primordial à mon sens pour continuer à avoir du plaisir à se rencontrer même virtuellement.
    Profite de ta famille, des yeux pétillants de tes petits-enfants et de la présence des grands qui sont tellement débordés que parfois eux-aussi ont encore bien besoin de nous et d’être écoutés.
    Je t’embrasse. Bon week-end

  63. Comme je te comprends Quichottine ! mais on ne peux pas être partout , il faut choisir au mieux pour soi .La vie de famille est primordiale .
    Mais le temps que tu nous offres est tellement riche et généreux qu’il remplace tous les manques .
    Douce soirée, je t’embrasse Quichottine

  64. Rien qu’avec la date, tu comprends combien je te comprends. Pour cela, je suis ton double.
    Je voudrais tout faire et je me dis que je n’arrive à rien ce qui fait rager Monsieur !
    Bien sûr le blog semble important dans nos vies, mais … il y a tout le reste qui est tellement important pour les autres qu’il l’est d’autant plus pour nous.
    D’accord, je sais : pour moi le jardin est important. L’est-il autant pour mon époux qui me suis là aussi ? Je me pose parfois la question.
    Le commentaire d’Azalais m’a laissé un goût amer car j’ai connu ces moments. Mais amer est-il un mot juste. Non, c’est toujours la petite pointe dans le cœur qui fait mal.
    Continue à faire comme tu peux et surtout à privilégier ceux que tu aimes.
    Tu vois, je ne prends même pas le temps de prendre mes tricots en photos et encore moins de les mettre sur le blog. Pas le temps.
    Plus on vieillit plus il passe à une vitesse vertigineuse !
    Je file au jardin car il fait très bon et je devrais y être depuis un moment déjà.
    Gros bisous ensoleillés Quichottine.