Chanson pour une aube

Publié sous copyright des éditions Saint Germain des Prés, en 1973, ce recueil est, lorsque je le relis aujourd’hui avec le regard de la lectrice assidue que je suis devenue, tout à fait imparfait.

160406_Chanson pour une aube_ couverture

Il comprend des poèmes écrits entre 1965 et 1971. j’avais donc moins de vingt ans, treize ans pour le plus ancien.

C’était un choix de 40 textes effectué par l’éditeur parmi ceux que j’avais envoyés… plus de 80 poèmes (je n’ai pas compté), le contenu de mes deux premiers “cahiers à spirale”.

Je leur avais donné à chacun un titre… le premier s’appelait Chanson pour une aube, j’aimais bien, c’est celui qui a été conservé. Le second s’appelait « Sans titre« … et son entrée en matière l’expliquait.

“Sans titre” (ni raison) parsèment ce recueil
Ils émergent parfois comme un petit écueil
Dans un marais sans fond : le marais de l’oubli
Où le malheur se perd et le chagrin faiblit

Amour y est rejoint par la fée Religion
Le désespoir fait place à une aube mystique
Mais du fond de la nuit surgit le fantastique
La sainteté s’enfuit : peur de la contagion

La musique y raconte on ne sait quelle histoire
Un violon soupire et un piano muet
Recherche un musicien envolé vers la gloire
Quand dans un matin gris s’enfuit un feu follet

Tout cela ce n’est rien : je m’y perds avec nous
Enfin je vous oublie quand un autre poète
Une petite fille au cœur sensible et doux
M’accorde sur des riens un bien long tête à tête.

Octobre 1971

Ce qui devait être une simple introduction se retrouva en page 45 du recueil publié. Je l’ai copié sans rien changer. Pourtant, c’est un poème que je n’aime plus vraiment, qui n’a pas de sens dans ce livre, enfin, pas vraiment.

Je préfère aujourd’hui celui qui lui fait face… en page 44.

160408_Chanson pour une aube 44

Les éditions Saint Germain des Prés ont cessé toute activité, mon livre était déjà, à l’époque, considéré comme “épuisé” alors que je n’avais perçu de droits d’auteur que pour sept exemplaires… qui m’avaient été versés en… timbres poste. 🙂

De quoi me décourager si j’avais souhaité continuer.

Cependant, le livre existe toujours à la Bibliothèque Nationale de France… Une trace de ces années-là.

87 réponses à “Chanson pour une aube

  1. Waouh, tout de même, c’est déjà une belle plume Quichottine, quant au droits d’auteur…. en effet !!! Merci à toi, douce journée, bises

    • Quichottine

      Merci, jill, c’est tout gentil. 🙂
      Bises et douce journée à toi aussi.

  2. On comprend mieux pourquoi certains grands auteurs sont morts dans la misère ! 😉
    Tes mots étaient déjà très beaux.
    Bonne fin de semaine, toujours avec du mauvais temps.
    Bisoux, ma chère quichottine

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ ♥ dom ♥ Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    • Quichottine

      Un sourire, ma chère Dom.
      Sans mécène, autrefois, il était impossible de vivre de sa poésie… j’ignore si aujourd’hui certains en vivent vraiment. 🙂
      Bisous et douce journée à toi.

  3. Bonjour magnifique, superbes j’adore la poésie cela adoucis les rugosité de la vie, merci bonne journée

  4. J’aime beaucoup les deux dans des genres très différents. C’est très difficile de vivre de sa plume quand on écrit des romans, encore plus quand on est poète. La poésie est très élitiste hélas. Beau week-end. Bises

    • Quichottine

      Merci.
      Je crois que sans l’école de nombreux poètes seraient totalement tombés dans l’oubli.
      Bises et douce journée Martine.

  5. Je savais que les poètes étaent souvent pauvres. Pas que l’on pouvait les rémunérer en timbres poste.

    • Quichottine

      Eh oui…
      C’était une façon admise quand les sommes étaient insignifiantes. 🙂

  6. nature sereine

    C’était un début, encourageant tout de même ! Et j’aime beaucoup l’aperçu de ces petits poèmes. bises Quichottine (tu en redécouvres des choses des tes malles au trésor en rangeant)

    • Quichottine

      Et encore… je n’ai pas fait l’inventaire de mes cahiers à spirales… 😉
      Merci, Cathie.

  7. Mistigris34

    j’aime bien le premier, très joli, trrès parlant,
    souvent ce sont les lecteurs qui aiment plus que l’auteur,
    je te souhaite une belle journée,
    je crois que je vais fermer mon blog sur ekla, pub , pubs !!!
    alors je ne sais si je vais en refaire un, pas assez calée en informatique et en anglais,
    il me faut quelque chose de simple et facile à utiliser,
    mais je garde les adresses de mes fidèles, les mails çà existe aussi,
    je t’embrasse, MIAOU !!!!

    • Quichottine

      Je comprends tout à fait ton envie de fermeture, et pourtant, je sais que tes balades me manqueront.
      Je t’embrasse très fort.
      Prends bien soin de toi.

  8. Oh! Quel bonheur de lire ces mots d’hier, tissés dans ta jeunesse.
    J’aimerais que tu nous les offres, l’un après l’autre, qu’on s’y pose un moment pour extraire dans leur enchaînement ce qui touche profondément.

    Comme je doute que tu le fasses, je reviendrai voyager ici, bientôt.

    Bisou tendresse.

    • Quichottine

      Sourire…
      Je viens d’avoir confirmation que je pouvais republier mes poèmes.
      Alors, qui sait ?

      Merci pour tout ma Polly.
      Bisous tendresse à toi aussi.

  9. Et bien moi j’aime bien les deux….
    Les temps sont difficiles pour celui qui écrit… de tout temps!
    Bises
    Dany

  10. La poésie est le bonheur du cœur
    difficile d’être en même temps
    le remplisseur de porte-monnaie !!!!
    (missions incompatibles :-)))

    • Quichottine

      Sourire…
      En tout cas, ton dernier recueil me plaît beaucoup. 🙂

  11. Que de beaux poèmes ! Tu nous gâtes vraiment cette semaine avec ces souvenirs…
    avec le sourire

  12. La poésie a connu un tunnel aussi surprenant que long dans toute l’époque que nous avons traversé à l’âge adulte. Combien sont capables de citer des poètes actuels pourtant reconnus.
    Tes poèmes sont beaux et l’éditeur t’a floué, osons le dire. Mais on vit que rarement de sa plume et les poètes des siècles passés avaient soit une fortune personnelle soit des mécènes. D’autres sans doute tout aussi talentueux (ses) n’ont jamais été publiés.
    bises et belle fin de semaine

    • Quichottine

      C’était une édition à compte d’auteur qui ne l’avouait pas.
      Aujourd’hui, je la refuserais sans doute, mais de nombreux auteurs ont commencé ainsi.
      Il n’y avait pas alors d’autoédition et d’impression à la demande…
      Bises et douce journée Jeanne. Merci pour tout.

  13. Relire des poèmes ou des textes de notre jeunesse est délicat par contre la lecture par un oeil « innocent » permet de trouver des idées passées inaperçt. j’aime aussi beaucoup cette seconde poésie Quichottine
    je te souhaite d’heureuses retrouvailles avec ta jeunesse
    gros bisous

    • Quichottine

      Merci pour tes mots, Josette.
      Gros bisous et douce journée à toi.

  14. Coucou Quichottine
    Déjà un beau de talent d’ecriture !
    Ce petit retour vers le passé que tu partages avec nous est bien agreable
    Merci à toi
    Gros bisous

    • Quichottine

      Merci, Claudine.
      Je suis contente que ça vous plaise.
      Gros bisous et douce journée.

  15. La poésie permet d’exprimer ses sentiments, ses bouts de vie et son chemin de belle manière, ce n’est pas offert à tout le monde, alors merci de me faire profiter de ton talent.
    Gros bisous

    • Quichottine

      Et merci à toi pour tes mots.
      Gros bisous et douce journée Annick.

  16. A notre époque le poème n’a plus la même place qu’il occupait au siècle dernier. Mes premiers poèmes je l’ai ai écrits toute jeune, moi aussi. Quant au seul recueil que j’ai écris je n’ai rien touché, car à compte d’auteur. Je n’avais pas trouvé de maison d’édition, et je voulais laisser une trace à mes enfants. A l’époque, ils étaient très jeunes et si fiers que leur maman écrivent pour eux (ils le sont toujours d’ailleurs). J’ai pratiquement tout donné sur les 200 recueils qui m’avaient été adressés. J’en ai conservé que deux ou trois. Je sais que, comme toi, j’en ai un qui doit dormir sur l’étagère ou dans un carton de la Bibliothèque de France. La maison d’édition d’alors a disparu. Nous sommes des résistantes, Quichottine, et il faut l’être jusqu’à la fin. Je te souhaite une très douce journée.

    • Quichottine

      J’ai également donné les derniers que j’avais. Il ne m’en reste qu’un… en souvenir.
      Je viens de recevoir la confirmation que j’avais retrouvé tous mes droits et que je pouvais republier ce recueil si je le désirais…

      Merci pour tes mots, Nell.
      Passe une douce journée.

    • Quichottine

      Les mots chez toi font de très beaux bouquets…
      Merci pour tout, Marie.
      Passe une douce journée.

  17. Magnifiques poèmes ma Quichottine, tu aurais pu persister dans cette voie malgré ta déception quant aux droits d’auteur perçus ! Bises et bon vendredi !

    • Quichottine

      Je continue d’écrire… mais je sais bien que je ne vivrai jamais de ma plume.
      Bises et douce journée ma Zaza.

  18. J’aimais bien tes premiers mots même si maintenant tu as évolué, car en écriture on ne change pas mais nos écrits se modifient ennoblissement, deviennent autres mais le fond reste bien le même.

    La poésie nous permet de nous exprimer de bien différente façon, de l’espoir au désespoir, décrire la nature ou s’ériger contre ceux qui la massacrent et tant d’autres thèmes que nous pouvons aborder.

    Merci pour ce partage ; il est si beau.

    Belle journée et gros bisous

    EvaJoe

    • Quichottine

      Je ne serais sans doute pas aussi affirmative. Change-t-on ? Je ne sais pas. Je pense que la maturité apporte un plus que n’ont jamais les premiers écrits.
      Par contre, je suis d’accord avec toi pour les possibles de la poésie. 🙂
      Merci à toi, pour tout.
      Gros bisous et douce journée EvaJoe.

  19. Ho ho ! intéressante confession. Il y a des sites qui numérisent les livres épuisés, en plus il doit bien être stocké dans les archives nationales? Joli retour, un flashback courageux, on a envie d’en savoir plus. J’avais commis des textes vers 16 et 17 ans, un jour de retour dans la maison de mes parents j’ai tout foutu au feu ! Ainsi va la vie.

    • Quichottine

      J’ai l’autorisation de le republier… alors, qui sait ?
      Bien sûr, on peut toujours le consulter à la BNF. 🙂
      J’ai perdu beaucoup lors du décès de mes parents… je ne suis pas certaine que j’aurais pu tout mettre au feu.
      La vie est étrange…
      Merci pour tes mots, Pierre.
      Passe une douce journée.

  20. Et bien moi j’aime bien les 2, mais j’aime beaucoup le 1er !
    je vois que tu avais été grassement payée!
    bisous et bon week-end

    • Quichottine

      Je ris… c’est vrai que je n’ai même pas pu me payer un café avec mes droits d’auteur… 😉
      Bisous et douce journée à toi Lilwenna.

  21. bravo Quichottine !! dit donc publiée !!
    dommage c’étaient des « escrocs  » ! combien d’écrivains sont bernés-
    en tout cas c’est superbe et tu devrais continuer de publier-
    gros bisous- bon week-end qui approche-

    • Quichottine

      J’ai appris depuis que la plupart des écrivains dont on vante le succès aujourd’hui ont commencé ainsi.
      Je crois qu’il a désormais bien trop d’auteurs et de livres édités pour que ça vaille la peine d’essayer.
      Bisous et douce journée Lady Marianne. Merci pour tout.

  22. Coucou Quichottine,
    Quel bonheur ces choses que tu redécouvres et que tu nous fais si gentiment partager.
    Merci pour ces deux jolis textes.
    Et quelle rémunération 😉
    Bise et bonne soirée

    • Quichottine

      Merci à toi, Pascale.
      Je suis contente que ça te plaise. 🙂
      C’est vrai que côté rémunération je ne crois pas qu’ils auraient pu faire pire. 🙂
      Bises et douce journée.

  23. Tu avais déjà une belle plume bravo Quichottine..
    Merci pour ce partage..
    Bon week-end. ..

  24. Bonsoir Quichottine. Te payer en timbres-poste, ce n’est pas correct. Il y a quelque chose de très beau dans la structure de ton poème. Bisous

    • Quichottine

      Il faut dire que les virements n’existaient pas, et que faire un chèque de quelques francs, ce n’était pas vraiment rentable pour eux…
      Merci pour tout.
      Bisous et douce journée.

  25. J’aime ces deux poèmes que tu nous offres ces jours-ci, comme un lien entre toi d’hier, (mélancolie, questionnement sur ce long chemin, ce marais de l’oubli où tu t’y perds avec « nous »), et le temps qui t’a gardé intacte dans la rose qui s’ouvre.
    Car tout reste ouvert jusqu’au dernier souffle.

    Merci pour ce partage, tu avais déjà ce talent de la plume, ces petits riens de mots aménagés pour soulever ce qui remue le coeur des hommes.

    • Quichottine

      Sourire… j’étais sûre que tu verrais le « nous ». 🙂
      Merci à toi, Polly.
      Je t’embrasse très fort.

  26. Je le savais que tu avais une belle plume en poésie aussi…un style bien à toi déjà et qui ne laisse pas indifférent. Bisous.

    • Quichottine

      Merci, Marie. 🙂
      Bisous et douce journée. Prends bien soin de toi.

  27. Des timbres poste ! C’est tout ce qu’il lui restait ?
    Ne me demande pas de choisir, je ne pourrais pas.
    Lorsqu’on est jeune on s’imagine le temps à venir si long et puis … un jour on s’aperçoit qu’il est si court.
    Tu en sors des souvenirs de tes placards. Pour notre plus grand plaisir.
    Bisous
    Je pars un peu au jardin car les nuages arrivent.

    • Quichottine

      Non, sans doute pas… mais la somme était tellement petite qu’elle ne méritait même pas un chèque. 🙂
      C’est vrai que le temps devient de plus en plus court…
      Merci de l’avoir pris ici.
      Bisous et douce journée Pimprenelle.

  28. Tes mots prouvent que tu avais déjà une certaine maturité pour ton jeune âge et beaucoup de talent . Te payer en timbres ! Heureusement que tu n’attendais pas cela pour vivre!
    Bisous

    • Quichottine

      C’est vrai…
      En tout cas, j’en ris aujourd’hui. 🙂
      Merci pour tout, Fanfan.
      Bisous et douce journée.

  29. De beaux souvenirs que tu partages avec nous, les auteurs ne sont pas toujours reconnus à leur juste valeur. C’est un plaisir de lire tes souvenirs.

    • Quichottine

      Merci, Solange.
      Je suis contente que ça te plaise.
      Belle et douce journée à vous deux.

  30. Bonsoir Quichottine.. comme quoi la poésie est une vraie passion pour les amoureux des mots comme toi..
    désolée de te répondre un peu tardivement, mais suis un peu débordée en ce moment, des choses persos à mettre en place, et un voyage prochain à préparer, plus des contrariétés avec la plateforme Ekla qui nous fait des entourloupes, et nous impose la publicité sur les blogs..faut que je vois à trouver une autre plateforme, parce que là, ça commence à devenir très inquiétant, autant que cela a pu l’être sur OB…bon dimanche et bises

    • Quichottine

      Je crois hélas qu’il est inutile de déménager tout le temps… les plateformes ont besoin d’argent et toutes, l’une après l’autre, font de même avec le temps.
      Courage à toi.
      Bises et douce journée.

  31. J’aime beaucoup le 2ème pour son écriture , sa symétrie des constructions d’une strophe à l’autre . Mais il y a dans les 2 une grande sensibilité qui me parle beaucoup. Bon dimanche et bises .

    • Quichottine

      Merci pour ces mots, Zoé.
      Je suis contente que ça te plaise.
      Bises et douce journée.

  32. Tu as eu le courage de sauter le pas de l’édition, et dès le départ tu en as subi les contraintes ! J’ai été moins audacieuse que toi, et pourtant j’y ai peut-être gagné plus (tu me diras). Il faut que je ressorte un vieux texte…

  33. Bonjour, Quichottine ! Saint-Germain-des-Près, c’est là aussi que j’ai publié mes premiers poèmes en 1974, dans la collection « Miroir Oblique » de Jean Orizet ! C’est un beau souvenir.
    Je venais te voir pour savoir si tu n’avais rencontré aucune difficulté pour mettre un commentaire chez Hélène*** ; car en ce qui me concerne, depuis la publication de son dernier article (« publicité-suite ») je n’ai jamais pu lui mettre un commentaire ; depuis près de 48 heures j’essaie au moins quatre fois par jour mais jamais je n’ai pu accéder : cela déclenche aussitôt un message d’erreur. Je me demande bien d’où cela peut provenir. J’ai essayé de me déconnecter (car Gazou, qui est de la même plate-forme ne peut pas non plus) mais cela n’a rien donné non plus.

    • Quichottine

      J’ai deux livres de cette collection… 🙂
      Pour Hélène, je t’ai répondu chez toi.
      Passe une douce journée Aloysia. Merci pour tout.

  34. et c’est ainsi que s’acheva, une grande destinée d’écrivain et de poète…
    mais peut-être aurais tu pu continuer avec un livre intitulé  » La Clef sous la Porte »

    • Quichottine

      Le livre existe… mais je ne l’ai pas écrit. 🙂
      C’est vrai que ça aurait été un très beau titre pour ce que j’aurais pu raconter.
      Merci pour ce sourire, TooTsie.
      Passe une douce journée.

  35. Des mots touchants Quichottine…
    la poésie est un besoin mais elle n’enrichit pas, effectivement !
    Bises et belle journée Quichottine

    • Quichottine

      C’est vrai que c’est un besoin… à assouvir absolument.
      Merci pour tes mots offerts, Marine.
      Passe une douce journée.

  36. L’écriture, c’est souvent gratuit, mais, n’est-ce pas l’essentiel de laisser une trace… de laisser l’espoir d’une vie meilleure… à la réflexion
    Je t’embrasse Quichottine
    Amitié
    Denis

    • Quichottine

      J’aime ce que tu écris… c’est vrai que la vie serait bien meilleure si nous avions plus de poètes dans les instances qui nous gouvernent. 😉
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  37. tant de belles choses, de mots jolis, de douces paroles, d’émotions partis au fil de l’eau, « gone with the wind », depuis que les hommes vivent, aiment et souffrent… toujours la mer efface leurs pas sur le sable…

    • Quichottine

      C’est vrai… Les mots écrits s’effacent mais ils restent dans le cœur de ceux qui les ont lus.

  38. Ah oui avec ces timbres poste j’espère que tu as écrit des lettres d’amour ?
    En tous cas ton style était déjà très bien ciselé.
    Bravo.

  39. salvatore

    moi aussi javais publié aux editions saint germains des prés, l’ami jean Breton n’étais pas d’une honnêteté exemplaire

  40. Coucou Ma chère Quichottine
    Et bien j’aime autant l’un que l’autre ! et c’est très beau ! je suis déçue que tes premiers pas se soient soldés ainsi…. j’espère que tu as encadré cette somme mirobolante…. collection de timbres !
    J’ai été publiée également dans ma jeune trentaine dans « les Presses de la Cité », avec d’autres poètes… (je faisais partie d’un Club de poètes ! souvenirs désopilants, car il faillait voir comment étaient théâtralement « clamés » nos œuvres les uns par les autres avant la sélection par vote pour la publication !)… Tous les exemplaires publiés chaque année que j’avais soigneusement conservés ont été…. brûlés au cours de l’un de nos 9 déménagements …. Un grand grand regret ! Mais même pas de timbres postes en retour : seulement pour la gloriole !
    J’ai récidivé dans un magazine avec d’autres écrivaines éblouissantes de talent en mars 2012 (« Etoile d’encre – sous le signe du multiple n° 49-50 »)… Ne me reste de cet exploit que l’exemplaire garé jalousement dans ma bibliothèque !!!
    Seul le silence reste !
    Fais comme tu le sens dans ton cœur, même si ta collection de timbres ne s’enrichit pas vite ! ^-^
    Tout un bouquet de bisous

  41. J’aime beaucoup les deux ! Le second me parle beaucoup…
    Ils t’ont bien escroquée !!! Des timbres…
    Belle soirée ma Quichottine. Gros bisous.

  42. La poésie doit elle être un « métier »?

    Je ne sais pas mais je me suis souvent posé la question pour Char par exemple (que je vénère).
    Il a fait des pieds et des mains pour être publié dans la collection de la Pléiade.
    Entre sentir avec joie une branche de thym et écrire là-dessus pour en espérer quelque argent…..ça m’interpelle quelque part tout comme les centaines de millions d’euro pour Van Gogh and co.
    Bises.

  43. Déjà tu avais du talent…C’est indéniable ! Il ne faut pas te diminuer ainsi. J’ai connu beaucoup d’ado qui écrivaient des poèmes ou des petits textes pour le plaisir et qui n’ont pas été récompensés non plus. Je les encourageais à continuer pour leur plaisir et celui qu’ils ont procuré (et je l’espère, continue à procurer) à leurs proches.

  44. Je ne saurais trop dire pourquoi, mais je préfère le deuxième.
    Ces éditeurs ont peu de sensibilité pour arrêter si vite la publication.

    Bises et bonne fin de journée Quichottine !

  45. Le temps est comme un lente décantation, une distillation alchimique , puis il reste le meilleur, les huiles essentielles, ou la substantifique moelle. J’aime aussi mieux le second texte. Bonne journée

  46. donc sa vient de loin ton amour de l’écriture
    es muy emocionante
    besotes
    tilk

  47. Jolis vers, tu avais déjà du talent. En 1971 j’écrivais, mais de la prose car je n’arrivais pas à écrire en vers. Du moins je voulais que ce soit tout en rimes. Tu as beaucoup de sensibilité aussi. Bon week end.

  48. Très beau, Quichottine, ce « dur désir de durer » (Eluard) en poésie.