Toi ma rêveuse silencieuse…

Je regardais d’anciennes images…

Toi, dans une combinaison d’emprunt, à l’hôpital où tu étais venue trop tôt.

Toi, grandissant au fil des ans, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre.

Toi telle que je t’avais rêvée et toi telle que tu étais, si différentes l’une de l’autre.

Toi qui pleurais sur mon épaule alors que tu aurais dû courir avec d’autres enfants.

Toi vivant comme un petit animal au ras du sol où tu essayais de ramper à l’âge où d’autres commencent à lire.

Toi, ton incroyable sourire quand ta petite sœur s’installait près de toi pour faire ses exercices d’apprentie violoncelliste…

Toi, tes gémissements qui me déchiraient l’âme.

Toi, tes petits cris de mammifère malade.

Toi et le silence apaisant après une nuit sans sommeil.

Toi sur chaque page où j’essayais de garder les bons moments pour oublier les mauvais.

Toi que je vois encore grandir, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre…

Toi que j’imagine rêvant, parce que tous les enfants rêvent, même s’ils ont plus de trente ans, même s’ils ne savent pas dire, ni les mots de l’amour, ni ceux de la tendresse et que les seuls échanges possibles sont ceux d’une étrange caresse…

Celle de tes neuf mois.

Ma main dans la tienne, ce doigt que tu me serres encore aujourd’hui, ce doigt que je te laisse et que tu ne mords plus jusqu’au sang…

Tu es entrée aujourd’hui dans une nouvelle année.

C’était hier, mais ce sera aujourd’hui et demain, encore… Un temps qui ne signifie rien pour toi.

Le 22 décembre 1980…

Cette année-là, à l’hôpital où tu es née, je passais mon premier, mon unique Noël loin des miens.

Et, sur l’écran du téléviseur de ma chambre, une petite fille chantait son rêve.

Elle s’appelait Émilie Jolie, et, chaque fois que je l’écoute, c’est à Toi que je pense.

«Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve»

(Citation attribuée à Antoine de Saint-Exupéry,
extraite du conte de Philippe Chatel : « Émilie Jolie« .)

Je voudrais… Mais puis-je encore vouloir, puis-je encore rêver pour Toi ?

Je voudrais pouvoir te donner tout ce qui te manque pour qu’une seule fois tu sois celle que je pleurais ce soir-là.

Toi mon enfant différent, mon enfant de décembre.

Toi que j’aime, malgré tout. Malgré la vie qui a dévoré mon rêve…

Bon anniversaire, Emmanuelle.

32 réponses à “Toi ma rêveuse silencieuse…

  1. Coucou Quichottine.. Très beau billet pas facile à écrire je crois.. une douce pensée pour toi et que cet anniversaire se passe bien.. Je te serre sur mon coeur.. Bises

  2. Dans ce matin de brume surgit ton amour.
    Dans cette petite main, toute la patience de la vie qui est là et palpite et t’apprend encore.
    Ton billet d’aimer met l’âme à l’envers et le coeur à l’endroit.

    Que soient douces ces fêtes pour toi, pour Emmanuelle, pour tous.

    Bisous plein ma Quichott’

  3. Le temps ne fait rien, le bouleversement est de tous les jours. Encore plus vif ce jour.
    Je pense à vous.
    Je t’embrasse fort, Quichottine.

  4. hé bien tu me fais pleurer, c’est beau, c’est trés émouvant et je souhaite bon anniversaire à Emmanuelle, et bonnes fêtes à Toi en famille, et je t’embrasse affectueusement, Miaou!!!!!

  5. Je suis très émue . Je souhaite un bon anniversaire à Emmanuelle. Que ton amour est grand comme ta souffrance , je souhaite que tu trouves en ce moment de fêtes la sérénité et la récompense de ton courage. Je t’embrasse Quichottine

  6. ……. Que dire si ce n’est que l’Amour maternel porté à tel degré n’est qu’un Amour Divin ? Tu protèges autant que tu peux ce fruit de ton coeur , que La Vie qui t’a donné tous les courages continue de te soutenir chère Douce

  7. Marie-Claire

    Chère Quichottine,

    Je suis émue.

    Je viens de quitter ton autre maison la joie au coeur et là, mes yeux s’embuent…

    Je t’embrasse très fort.

    Courage.

  8. Corine Caporlan

    Bonjour Quichottine,
    Emue, j’essaie de mettre des mots sur la pointe des pieds car je ne voudrais rien dire à côté de la plaque.
    J’ai bien compris la souffrance, une différence mais aussi une fusion. Personne ne peut comprendre peut-être assez bien le mal que peut faire le fait de voir vivre d’abord avec difficulté un être qu’on aime. Il faut le vivre soi.
    J’aurais pourtant tendance à dire « je comprends », mais je sais que ce serait indécent.
    Je me suis juste demandé si la vie l’avait vraiment détuit, ce rêve.. Le rêve d’être apaisé peut-être, mais pour vous, votre lien est unique et indéfectiblement beau.
    Je te fais de gros bisous

    • Tu sais… je pense que beaucoup peuvent comprendre. Même sans savoir tout à fait, ce qu’ils ressentent est à l’image de ce qu’ils ont eu à partager avec d’autres dans le même cas, ou un cas similaire.

      Alors, merci pour cette compréhension et tes mots si gentils.

      Il y a des rêves impossibles… J’essaie de me raccrocher à ceux qui le sont moins.

      Passe une douce journée. Merci encore.

  9. Corine Caporlan

    Ps : Evidemment, c’est facile à dire pour ceux, comme moi, qui commentent… Mais je sais que tout n’est pas si facile, ni dans le meilleur des mondes.
    J’espère ne pas avoir été maladroite.

  10. Corine Caporlan

    Bon we prolongé de Pâques.
    Amitiés et encore merci.

    • Merci pour ces souhaits de Pâques.

      J’espère que le tien fut à la mesure de tes espérance.

      Passe une douce journée.

  11. Corine Caporlan

    Merci Quichottine, car en effet, je voulais commenter car j’avais été touchée mais j’avais un peu d’appréhension, (mais j’ai été sincère).
    Je t’envoie de bien sincères grosses bises.

  12. Jusqu’aux larmes, encore une fois. Si beau, si émouvant cet amour qui apparait dans chaque ligne. Je me souviens m’être égarée une fois dans ton jardin, et y avoir déjà versé quelques larmes…… Bon anniversaire à Emmanuelle; et à sa superbe maman aussi…… bises émues, Dame

  13. Très bon anniversaire à cette demoiselle!

  14. patdelapointe

    magnifique

  15. Anniversaire plus fête donc… tout aurait dû être beau…
    et la vie a dévoré ton rêve, Quichottine…
    Mais tu sais faire rêver tous ceux qui t’entourent… de près comme de loin, de cela j’en suis sûre
    Je t’embrasse.

    • Il y a des choses que nous ne pouvons pas maîtriser… il faut s’adapter chaque jour.

      Je t’embrasse, Marie. Merci pour ces mots.

  16. « Emmanuel »: Dieu avec nous…Emmanuelle: Dieu avec elle!
    Pas comme les autres, si difficile les relations, les regards, mais l’Amour est là, toujours, envers et contre tout! Bon Anniversaire Emmanuelle, et même si tu ne comprends pas ces mots, tu comprends la douceur du ton de Maman, la caresse sur ton visage, l’éclat des yeux qui aiment et d’une pression de la main, parfois tu réponds. de ton silence crient surement des larmes d’Amour…

    • Elle se serait appelée « Claire », si…

      Mais je crois qu’en changeant son prénom lors de sa naissance, je la lui ai confiée… Même si je me demande parfois s’Il est vraiment là.

      Je t’embrasse très fort, Mahina.