Balade en quichottineraie

En se promenant dans la quichottineraie ce dimanche, à l’aurore d’un mois de mai un peu blafard, la Dame de la Bibliothèque ne reconnaissait plus rien.

 

Était-ce l’effet de l’humidité ambiante ? Le trouble où l’avait laissée la visite de son Chevalier la veille ?

 

Il lui semblait que de nouveaux quichottiniers se pressaient dans ses allées, se bousculaient sans ménagement.

 

Que se passait-il donc ?

 

Fallait-il appeler à l’aide les jardiniers bénévoles qui avaient œuvré les derniers temps de la plantation ? Sans aucun doute !

 

 

Elle ne voyait pas du tout comment elle pourrait remettre de l’ordre toute seule et Sogo, la gardienne, avait pris des congés bien mérités.

 

Tant pis ! Quichottine retroussa ses manches, se campa au milieu de l’allée principale, le regard sévère (une fois n’est pas coutume).

 

– Garde à vous !

 

Stupeur dans l’assistance. Les quichottiniers s’arrêtèrent en pleine bousculade, qui sur la pointe d’une racine, qui en équilibre instable, accroché aux nuages qui passaient…

 

– Allons ! Sans traîner ! Tout de suite, en colonne par…

– Non, non ! Je ne veux pas quitter mes petits frères !

 

Un immense quichottinier agitait ses bras en tous sens. C’était un géant, de ceux qui grandissent sans entraves et arrivent, au fil du temps, à faire de l’ombre au soleil !

 

 

Le quichottinier de Félix (1)

 

 

– Qui es-tu ? Que viens-tu faire ici ? Tu ne sais pas qu’il te fallait une invitation ?… ou au moins une lettre d’introduction !

 

– J’en ai une !

 

– Ah ? Mais pourquoi ne l’as-tu pas montrée tout de suite au lieu de t’agiter ainsi en faisant tant de bruit !

 

Le quichottinier fit tomber l’une de ses feuilles aux pieds de la Bibliothécaire.

– La tartine de beurre tomba, mais côté confiture…

 

– Mais il n’est pas question de tartine ! Qui a dit ça ?

 

Nul ne se dénonça et Quichottine pensa avoir rêvé.

 

Même en pleine lumière, elle ne voyait rien.

– Si tu regardais le recto de la feuille, ce serait plus efficace !

 

Quichottine rougit… Finalement, la première remarque n’était pas si dénuée de sens.

 

La lettre d’introduction émanait de Félix. C’était incontestable. La bibliothécaire ne pouvait pas se méprendre sur sa signature.

 

Deux personnages timides, qui s’étaient tout d’abord cachés dans l’ombre du premier des quichottiniers apparurent.

 

 

Sculptures de Felix

 

– Félix a dit que tu prendrais soin de nous… Alors…

 

– Je vois… Vous êtes « les petits frères » ?

– Non, non ! Pas du tout ! Nous sommes de passage, nous repartons bientôt. Pour sa prochaine exposition.

 

– Mais alors ? Où sont tes petits frères ?

 

Quichottine s’était adressée directement au géant vert.

– Juste derrière toi !

 

Quichottine fit volte-face… et faillit se heurter à tout un groupe de quichottiniers.

 

 

Le quichottinier de Félix (2)

 

 

Quichottine se frotta les yeux. Il lui avait semblé apercevoir des lutins bleus !

 

Impossible !

 

Pourtant, ce ne serait pas plus incroyable que d’être dans une clairière où le simple fait de se retourner permettait de voir un second soleil… Combien y en avait-il en Quichottinie ?

 

– Bon, d’accord, vous allez tous rejoindre le quichottinier de Félix. Et…

– Sans traîner en cours de route, même si nous rencontrons le Petit Chaperon rouge poursuivi par le loup ou Blanche-Neige veillée par les nains. À vos ordres, chef !

 

Ils disparurent sans hésiter, dans la bonne direction.

 

– Maintenant, à nous deux !

 

Deux arbres de Pâques étaient en train de rivaliser comme deux coqs de basse-cour.

– C’est moi !

– Non ! C’est moi !

– Mais pas du tout ! Je te dis que c’est moi !

– Tu ne t’es même pas regardé ! Tu vois bien ! Ce ne peut être que moi !

 

Quichottine haussa un peu le ton… Pas trop, juste ce qu’il fallait pour qu’ils se taisent enfin. Pas de cris en Quichottinie. Mais la voix douce s’était faite sévère (une fois n’est pas coutume… là non plus) et les quichottiniers interloqués se figèrent.

– …

– …

 

– C’est mieux. Je ne vais même pas vous demander pourquoi vous vous battez. Vous êtes ridicules ! Comment voulez-vous me faire croire que je préfère l’un ou l’autre ? Vous êtes tous les deux jolis et m’avez fait également plaisir !

 

Quichottine s’approcha du premier d’entre eux.

 

 

L'arbre de Pâques d'Angel

 

 

– Je vois… tu viens de chez Angel… Il te faudra donc retrouver la place qui te convient. Et sans…

– Oui, je sais, sans semer d’œufs en route, ce n’est plus le moment !

 

– Voilà, tu as compris… et même si tous les Quichottiniens aiment le chocolat et les bonbons, il ne faut pas abuser des bonnes choses.

 

L’arbre s’éloigna, suivi de ses passagers clandestins.

 

– Et toi ?

 

Quichottine contemplait le second quichottinier de Pâques…

 

 

L'arbre de Pâques des Farfadets

 

 

– Ce sont les Farfadets qui t
‘ont conduit là… Crois-tu qu’ils seraient heureux de ta conduite d’enfant gâté ?

– …

 

Le quichottinier était tout penaud. Il baissa la tête et se jura de ne plus recommencer à l’avenir. Comme si elle lisait dans ses pensées, Quichottine sourit.

 

– C’est bien ! File retrouver la page de Lucquiaud, il en sera heureux, je crois ! Et garde bien ton chocolat pour ceux qui viendraient à passer par ici les jours prochains.

– Oui, Madame Quichottine.

 

Il fila, sans demander son reste, trop content de n’être pas puni. Après tout, ce n’était pas si grave, semblait-il, d’avoir voulu être le plus beau.

 

– Une bonne chose de faite ! Voyons, qui reste-t-il ? Approche un peu…

 

 

L'arbre à la lune de Muad (1)

 

 

– Encore un peu ! Je ne te vois pas bien !

 

 

L'arbre à la lune de Muad

 

 

La Bibliothécaire était perplexe. Qui donc lui avait envoyé cet arbre à la lune ?

– Si je peux me permettre…

 

– Oui ?

– Un mot l’accompagnait. Il disait que c’était un arbre qui poussait dans la cour d’une école maternelle à Pouzaugues… Il a bien voulu arriver jusqu’à toi, sur les recommandations de Muad qui était sûr que tu saurais l’accueillir comme il se doit dans ta quichottineraie.

– Le quichottinier que m’avait promis Muad ! C’est vrai ! Il me manquait… il ne manquera plus ! Il faudra que je te fasse une page, puisque tu n’en as pas.

– Et moi !

– Et moi !

 

Mais que faites-vous là ? Qui vous a envoyé encore en ce pays ? On ne vous a donc pas dit que les plantations étaient finies ?

– Mais non.

 

Ils avaient parlé ensemble.

 

Quichottine laissa son regard passer de l’un à l’autre. Comme tous les quichottiniers qui avaient élu domicile depuis le mois de janvier dans la quichottineraie, ils étaient « différents ».

 

Le premier s’avança. Tranquille malgré son étrange parure.

 

 

Le quichottinier de Jean-Yves & Canelle

– Je viens de la part de Canelle. Tu me vois chaque jour chez elle… pourtant, je n’y suis pas né. Je suis une création de Jean-Yves.

 

– Jean-Yves ? Un nouveau blogopote ?

– Qui sait ? Avec toi, nul ne peut dire…Tu passes et parfois tu ne reviens pas.

 

Quichottine baissa la tête, c’était vrai. Mais comment pouvait-il en être autrement ? Pouvait-elle passer chez tous chaque jour ? Il faudrait que le temps n’existât pas, dans la vie réelle comme en Quichottinie. Il faudrait qu’il y eût deux soleils et peut-être davantage.

– Ne sois pas triste, Quichottine.

 

– Qui es-tu ?

 

Quichottine, bouche bée, regardait ce nouveau quichottinier.

 

 

Le quichottinier d'Isabelle

 

 

– Qui es-tu ? Osa-t-elle murmurer, un sanglot dans la voix.

– Je suis l’arbre-fleur d’Isabelle, un arbre-cœur, un arbre-aux livres, un arbre-aux-secrets. Je m’appelle « Chut »…

 

– « Chut » ? Mais ce n’est pas un nom…

– Pourquoi pas ? C’est ainsi qu’Isabelle m’a appelé sur ses pages. Elle a dit « Chut : c’est pour une aminaute… » Elle parlait bien de moi.

 

– Oui… mais « chut », c’était pour dire que c’était un secret.

– Tu vois bien… Je suis l’arbre-aux-secrets de ta quichottineraie. Je m’appelle « Chut ». Et lorsque tu es triste, c’est vers moi que tu dois aller, je suis doux, accueillant, tendre, enveloppant, comme les bras qui me composent. Je te protègerai…

 

– Merci. Tu es un merveilleux quichottinier. Tu seras l’arbre aux secrets… Mais…

– Mais ?

 

– Mais pour me protéger, vois-tu, pour me consoler…

– Eh bien ?

 

– J’ai déjà un chevalier. Un chevalier errant, il vient de très, très loin…

– Ah… oui, je me souviens !

 

– Alors, tout va bien.

 

Isabelle, Canelle, Muad, les Farfadets, Angel et Félix regardèrent Quichottine s’éloigner à son tour. Elle avait fait le nécessaire dans la quichottineraie. Elle pourrait reprendre sa lecture. Tout allait bien.

 

Près des douves du château, le second quichottinier de Kri se pencha sur son passage, comme pour la saluer.

 

 

 

Kri, Château de la barben, contre-jour

 

 

 

Merci à ceux de mes blogamis qui m’ont envoyé ces quichottiniers. Ils étaient en retard, mais il aurait été dommage de ne pas vous les montrer.

 

Que votre dimanche soit doux.

 

104 réponses à “Balade en quichottineraie

  1. C’aurait été dommage de ne pas les voir ! Très originaux.

    Bon dimanche ! Bisoux.

  2. Tu as une imagination débordante et à voir le dialogue, cela doit se bousculer dans ta tête !!!

     

     

    Bon dimanche,Quichottine, bises de nous deux !

    • C’est vrai que ça se bouscule parfois un peu.

       

      Merci pour tes souhaits, Patriarch. Passez une bonne journée aussi, bises affectueuses à vous deux.

  3. Pour ranger tout ça dans la bibliothèque ça n’a pas dû être simple !

  4. Mais ils sont incroyables, ces quichottiniers !  J’en reviens pas!

  5. Merci Quichottine, c’est sympa de ta part et cela me permet de decouvrir la suite de la belle collection .

    Te voilà  » conservatrice des quichottiniers » 

    avec un titre comme ca , ca ne va pas te monter à la tete au moins ?

  6. Ils y en a de manifiques, en plus j’adore ta façon de les mettre en scène

    Bon dimanche

    Amitiés, Flo

  7. Quelle belle Quichottineraie, pleine de Quichottiniers d’amitiés. Bon dimanche.

  8. je ne me lasse pas de tous ces arbres. une belle réussite ceux avec les oeufs, on se croirait à une grande  fête d’anniversaire !! belle journée à toi, bizzz

  9. Et moi qui me demandait ce que pouvait être une quichottinerie  ! je commence à comprendre (je suis comme les tartines, il me faut tomber du côté de la confiture pour que lumière se fasse) . En attendant, ce fut un excellent moment pour ce dimanche matin. Amitiés

    • Il faut que je reprenne mon dictionnaire, pour tous ceux qui n’étaient pas là au moment de la création des premiers mots quichottiniens.

       

      Merci d’avoir lu.

      Amicalement à toi.

  10. Eh bien voilà une jolie ballade chez toi La Douce …une voix sévère , un regard sévére ? je crois que tu ne tiendrais même pas une minute ( hihihi)  Bisous sur musique indienne ravissante 

    • Pourtant… il a bien fallu que je le sois quand je travaillais encore.

      Bisous à toi aussi, Blanche. Merci pour ta visite.

  11. Je me sers en chocolat.

    Ma gourmandise m’a perdue dans la quichotteneraie.

    😉

     

    Un billet qui vient de régaler mon attente.

     

    Bisous plein pour ta journée.

  12. Quel voyage ! j’en ai plein les mirettes.;c’est chouette…le Dimanche sera doux..mais pluvieux chez nous.

    Gros bisous

    • Merci !

       

      Pluvieux ici aussi… Et le lundi ne vaut pas mieux.

      Gros bisous à toi, Brunô. Passe une bonne journée.

  13. OH (admiratif) avec un coup de coeur, vraiment, pour la création de Jean Yves qui m’a émue!

  14. Quelle histoire !!! Elle n’en finit plus et c’est un bonheur. Je vais tout bientôt t’envoyer un quichottinier que j’ai découvert à Marseille… Ce serait dommage de ne pas l’avoir dans ta Quichottineraie.

    GROS BISOUS.

  15. Que c’est bien amené tes présentation  tu as beaucoup d’imagination. Un lecture très intéressante,merci et bonne fin de journée.

  16. Ils étaient en retard certes mais bien dissipés ma foi. A moins que ce soit Quichottine qui perd patience.

    Il faut en effet faire preuve d’autorité sinon il faudra encore plus de lutins et de gardiens pour rétablir l’ordre!

    Ils sont superbes, tous, je suis ravie de faire partie de cette quichottineraie.

    Bisous tout plein du haut de mon arbre givré.

    • Merci, Sophie.

      Tu as raison, je crois, il faut de l’autorité !

      Bisous tout plein… et fais bien attention de ne pas tomber.

  17. Balade de détente, pour un dimanche on ne peut rêver mieux, oui ceala aurait été dommage que tu ne ranges pas les allées pour nous les dévoiler !! bonne fin de dimanche Quichottine, j’ai trouvé un oeuf en chocolat sur mon chemin, puis-je le planter dns mon jardin pour Pâques de l’an prochain ?? je ne voudrai pas te voler  tes graines de douceur !!  hihi bizzoux

    • Tu peux, ne t’en fais pas…

      Je suis heureuse que tu aies aimé cette promenade.

      Bisous tout doux en ce lundi. Passe une bonne journée.

  18. Des quichottiniers qui ont attendu de mûrir aux doux rayons du soleil printanier …

    Prévoyants, et un peu douillets, car l’hiver fut rigoureux …

    La gardienne des lieux sait visiblement les accueillir, aimablement mais fermement !  Bienvenue à eux !

     

    Bonne fin de journée dans la quichottineraie … Bises.

  19. Tu as bien fait de nous les montrer ;ils méritent de figurer dans ta grande forêt! , dans les allées de laquelle on aime bien se promener ,   et prendre des sentiers  qui mènent un peu partout …Ils ont eu droit chacun à une belle mise en scène  dont ils peuvent être fiers malgré leur retard:un arbre , cela avance doucement …

     bisous

  20. trop belle la quichottineraie, elle est magiquement colorée, et très originale

    Merci Quichottine, pour ta balade fantastique

    Bisous

  21. C’est vrai, une petite promenade en forêt, ça aère les méningues. Mais dimanche est passé. Alors ? Alors ?…

  22. Merci pour ce bon moment de lecture…
    et comme je te comprends on ne peut pas être partout à la fois !
    il m’est très difficile de lire tout les blogs. Alors maintenant je papillonne au gré du vent.
    Bisous et encore merci
    Jean-Yves

    • Je papillonne aussi… je rends, au maximum, celles que l’on me fait, lorsque c’est possible… et pour le reste, c’est en fonction du temps dont je dispose.

       

      Et crois bien que j’en suis navrée. Je passe « à côté » de merveilles !

       

      Bises à toi. Merci de m’avoir prêtée cette image.

  23. Encore de superbes quichottiniers ! Mes préférés sont l’arbre à oeufs de paques et l’arbre à secrets d’Isabelle ! Bonne soirée et bisous

  24. On y trouve des lutins, non ?

    • Pas seulement… ça se voit que tu n’es pas venu depuis longtemps en Quichottinie.

       

      Maintenant, il y a bien plus de quichottiniers que de lutins dans mon pays de nulle part.

      Merci d’être passé. J’espère que tu vas bien.

  25. Qu’il est bon de se promener dans la Quichottineraie dans les allées entre les arbres avec les lutins bleus (non tu n’as pas rêvé, je les ai vus aussi ..) en montant sur les toits pour voir la cime de l’arbre de Muad’, de prendre un air penché pour regarder celui de Kri et surtout de manger tout plein de chocolats dans l’arbre de Pàques..

    Heureusement que tu sais mettre bon ordre dans tout ce petit mondre végétal car tu ne vas pas quand même te laisser marcher sur les pieds par des racines et des mots lierres…

    douce nuit ma douce amie et plein de bisous

    le matelot de la terre ferme

     

    • Tu es absolument géniale, Chantal… et j’ai adoré tes mots-lierres !

      Merci infiniment de m’avoir suivie dans ma quichottineraie aujourd’hui.

       

      Plein de bisous pour toi aussi et douce nuit.

  26. De plus en plus beaux à les voir et revoir.

     

    Réponse: je n’ai pas de photo de bonsaï mais si tu n’es pas pressée…

    • Merci… je pense que ceux-là, tu ne les avais jamais vus. La quichottineraie s’étoffe encore. Je suis sidérée !

       

      Merci pour ta réponse… je ne suis pas si pressée, ce n’est pas pour avant-hier… seulement pour la fin de la semaine ou le début de la prochaine.

      Ne t’en fais pas, ce n’était qu’une question au cas où…

      Passe une douce soirée.

  27. Tu as reçu de bien beaux Quichottiniers, je connais la plupart des liens que tu as mis, j’en ai profité pour rendre une petite visite à Isabelle, je l’aime beaucoup son quichottinier, il est très particulier.
    Je vois que la quichottineraie vient encore de s’enrichir de beaux spécimens.

  28. Ha oui, c’eut été dommage de ne pas les accepter dans la forêt des quichottiniers, ces retardataires-là, surtout que devant le ton autoritaire de Dame Quichottine (une fois n’est pas coutume !), ils se sont vite pliés aux règles de la société quichottinienne !! C’est qu’avec tout ce petit monde-là, il va falloir imposer un peu de discipline, non mais !!

    Gros bisous, ma Quichottine

    P.S : ça fait combien de quichottiniers au total dans la grande forêt, Dame ?

    • Je ris en te lisant… Tu sais, je ne les ai pas comptés.

      Gros bisous et prends soin de tes futurs hôtes. Je suis vraiment très heureuse pour toi !

  29. « grandir sans entraves et faire de l’ombre au soleil » :o))

    un fleuve de croissance arborée, ça c’est sûr

    mais tu as raison ç’eût été dommage… :o)

    douce nuit à toi

    • Sourire… Je crois que les arbres nous rendrons la liberté de penser… peut-être un jour.

       

      Douce soirée à toi. Bisous.

  30. Bonjour Quichottine,

     

    Te voila riche de rayons de soleil, de stèles-tartines aux mots gravés dans la confiture, d’un soleil de rechange pour jours de pluie, de pays où l’arc en ciel  s’est arrêté en s’accrochant, ballons ronds, aux branches de ta forêt.

     

    Te voila munie d’un attrape nuages qui a balayé d’un seul élan le ciel des Pays de Loire, dans cette ville où il fait bon vivre quand on est insecte, comme ces splendides papillons ocellés d’orange, cousins des raies mantas.

     

    Ta forêt est désormais bercée par Isabelle, doux prénom à jamais marié avec l’inoubliable chanson du grand Jacques Brel :

     

    Quand Isabelle dort plus rien ne bouge
    Quand Isabelle dort au berceau de sa joie
    Sais-tu qu’elle vole la coquine
    Les oasis du Sahara
    Les poissons dorés de la Chine
    Et les jardins de l’Alhambra
    Quand Isabelle dort plus rien ne bouge
    Quand Isabelle dort au berceau de sa joie
    Elle vole les rêves et les jeux
    D’une rose et d’un bouton d’or
    Pour se les poser dans les yeux
    Belle Isabelle quand elle dort

     

    Cet arbre fleur  va se trouver si bien ici, chez toi. Ecoute le chanter et reprend tes lectures.

     

    Je t’embrasse en me penchant un peu, puis retourne lire à mon tour la très belle prose imagée de Martine Polly

     

    • Je remonte peu à peu tes commentaires, et je m’assois, sur la margelle empierrée d’une fontaine…

      Savais-tu qu’il y en aurait une dans la quichottineraie ?

      J’écoute ce que le vent m’apporte, et cette chanson-ci revient de loin, tu sais ? Non, tu ne le sais peut-être pas. C’est l’une de mes préférées, pleine d’une tendresse infinie.

      Jacques Brel m’a apporté ses mots, souvent, à chaque moment de ma vie. Ces mots-là, je les écoutais en berçant ma seconde fille… je l’ai bercée longtemps. Plus que les autres, peut-être avait-elle plus encore besoin de moi.

      J’imaginais… je rêvais pour elle à ces merveilles qu’elle ne verrait pas. J’espérais qu’elle pourrait les sentir, les imaginer aussi.

       

      L’espoir est quelque chose de très bizarre, tu sais. Il résiste à bien des orages, bien des naufrages.

       

      Peut-être est-ce pour cela que le quichottinier d’Isabelle m’a autant touchée que celui de Petite Elfe ou celui d’Alphomega.

       

      Je vais reprendre mes lectures, bien sûr, Christian. Il en est une à laquelle je tiens beaucoup.

      Je suis heureuse de pouvoir penser que le livre de Polly te plaît. Merci.

  31. encore de bien beaux arbres qui grandiront ta forêt merveilleuseamienaute

  32. Je n’étais pas encore passée sous ces quichottiniers, ils sont magnifiques, j’aime beaucoup celui de Kri

  33. Je suis rassurée ! La Quichottineraie fait toujours vibrer ses feuillages, et aussi mon coeur …

    Bien sûr, Quichottine, je savais bien que tu n’aurais causé aucun tracas aux arbres vénérables et à ceux plus taquins qui s’amusent à nous chatouiller, l’air de rien !   

    Bisous, beaucoup. Douce nuit, et à bientôt.

    • Je ne changerai rien à la quichottineraie… il me faudra sans aucun doute modifier certains liens qui n’existent plus… mais les arbres resteront, c’est certain.

       

      Merci pour ce « beaucoup » de bisous… Douce soirée à toi. Je t’embrasse fort.

  34. chuttt, je passe juste te souhaiter une bonne nuit. je reviendrai pour lire…

  35. Hélène.

    On t’aime tous… c’est pour ça!

  36. Brigitte

    De magnifiques photos et de superbes arbres

    Merci du partage

    Bonne journée

  37. Bien, je me suis amusée dans la quichottineraie… qu’ils sont bavards!!!

  38. canelle56

    je viens de passer un moment extra a te lire ..quelle tranquilité chez toi , c’est un peu comme ça que je vois ou ressens une bibliotheque

    merci Quichottine pour ce lien apaisant et riche en partage

    bises et bon dimanche

  39. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, mais c’est qu’il y a au moins 2 ou 3 articles en un seul

    J’adore quand tu tentes de te fâcher pour garder le contrôle de la situation …

    Je t’embrasse,

  40. patdelapointe

    bien joli, tout ça…içi aussi y’a de l’humidité : le chauffage s’est remis en route ce matin, signe qu’il n’y faisait pas 20°c à 6h. bof ! je crois que la semaine à venir va être encore froide…mais on en voit le bout, aussi j’attends encore un peu pour planter les tomates..

    • Rire… Ici, ce matin, c’est pareil… mais le jardin avait besoin de pluie.

      Passe une bonne journée, Pat. Bisous.

  41. Celui qui fais de l’ombre au soleil, j’aimerais avoir le pouvoir et assez de place pour l’envoyer se poser au milieu  de mon petit jardin… Qiochottine, je l’ai entendu, si.. si, il m’a parlé

    Bisous pour toi

    Nettoue

  42. j’ai adoré la présentation de tes nouveaux arrivants, avec toi c’est la magie de l’enfant qui ouvre ses portes. Aujourd’hui pas le jardinage faut que mon dos se refasse une petite santé et le temps n’est pas propice à cet exercice, on verra demain. Bonne soirée avec des big bises en t’espérant en pleine forme.

    • Merci d’être venue lire…

      Le jardin attendra un peu, je crois. Il ne fait pas beau aujourd’hui.

       

      Passe une bonne journée quand même, Lili. Je t’embrasse fort.

  43. Hélène.

    Cela me fait rire, Quichottine… Comment veux-tu que de nouveaux quichottiniers ne se bousculent pas devant ta porte?

    C’est normal, tu sais, qu’ils soient un tantinet indisciplinés…

    A mon humble avis, tu en auras, des articles comme celui-ci, à publier, ma belle Amie…

     Nous sommes tous si bien ici…

    Je t’embrasse fort,

    Hélène.

    • D’autres seront là, c’est certain… mais j’attendrais qu’il y en ait plusieurs. Je ne peux pas les publier au jour le jour si je ne veux pas que ma quichottineraie me prenne tout mon temps.

       

      Je suis heureuse que tu y sois bien.

      Je t’embrasse fort. Merci pour ta présence.

  44. Une bousculade de Quichottiniers, mais comment ne pas les intégrer ?

    Sublime celui de Jean-Yves, attirant celui d’Isabelle même si « Chut » est si discret. Celui de Kri s’incline en faisant une révérence et les autres se distinguent rien que par leur présence.

    Les voilà dans le monde de Quichottine prêts à se mettre au « garde à vous » à la moindre parole de leur « maîtresse ».

    Bienvenue à tous ces Quichottiniers ! Bises de la nuit Quichottine !

    • Merci pour cet accueil, Alrisha.

       

      J’espère que ta pause-blog va se passer dans de bonnes conditions et que tu vas profiter à plein des jours qui viennent.

      Plein de bises pour toi. Prends soin de vous.

  45. donner votre avis, dis-tu…………………. pas facile, si ce n’et pour émettre encore une fois un Ahhhhhh de parfaite béatitude !! que cette plantation est donc belle et incite au rêve…………….; belle soirée, Dame

    • C’est vrai que ce n’est pas toujours facile de donner son avis… il faudra que je trouve une autre phrase.

       

      Je vais y réfléchir.

      Merci, Croc. J’aime bien que tu sois contente d’être passée. Bonne soirée à toi aussi.

  46. Une belle collection de Quichottinier et Dame Nature a bien besoin d’eux pour réguler le climat 😉

    Bonne soirée Quichottine

    Bisous

  47. Séverine

    Je les voudrais tous dans mon jerdi, ces quichottiniers ! 😉  Mais c’est impossible… alors merci de les exposer ici, et de permettre qu’on vienne les voir et les revoir quand on le veut. Bisous Quichottine

    • Merci, Séverine.

       

      Je crois que c’était une bonne idée que cette quichottineraie.

       

      Bisous tout plein pour toi.

  48. J’adore tous ces quichottiniers !!!!

    Au cours de mon escapade, j’en ai trouvé 2 autres.

    Je te les montrerai le moment venu.

    Je cliquerai sur les liens plus tard, car j’ai beaucoup de retard à rattraper.

    gros bisous sœurette chérie

    • Chouette !

      Dis, tu n’aurais pas aussi un bonzaï dans tes albums ?

      Je vais en avoir besoin bientôt.

       

      Gros bisous à toi aussi ma Clo. Je suis contente de te voir de retour.

  49. Séverine

    Mon « jardin » est devenu « jerdi » ! Un coup de la bise qui souffle en ce moment, c’est sûr !!!  🙂
    En tout cas, une bise chaleureuse à toi, Quichottine

    • J’avais bien vu un ou deux lutins jouer a la balle avec les lettres de ton commentaire… mais je crois qu’ils n’ont pas su les remettre correctement.

       

      J’ai bien peur de trouver le « a » et le « n » qui manquaient dans un autre commentaire ou sur un article où il n’aurait vraiment pas sa place. … et je me demande bien d’où vient ce « e » ! Ah lala ! ces lutins !!! Ils sont pires que le vent !

       

      Bise pour toi, Séverine. Merci.

  50. Désolée, mais non …. pas de bonzaï dans mes cartons.

    Bisous 🙂