Carlos Ruiz Zafón, L’ombre du vent

Il est temps de vous présenter le second livre de mes vacances…

Vous vous souvenez ? Je vous avais dit que je l’emportais, avec L’ombre des voyageuses de Pierre Pelot.

Je vous avais dit aussi que je vous expliquerais pourquoi je les emportais…
Le premier, pour sa couverture… mais celui-ci ?

Pour une amie, très chère, que j’ai.

Elle m’avait dit : « j’ai lu un roman formidable » … à un moment où j’essayais de me mettre au courant de ce qui lui plaisait afin de mieux la connaître.

C’est difficile, vous savez, de rencontrer « virtuellement » quelqu’un, dont vous ne savez rien ou presque et dont pourtant les mots vous attirent. C’est un risque que l’on choisit ou non de prendre, comme dans la vraie vie.

Elle m’avait parlé de ce roman parce qu’il se déroule à Barcelone et qu’elle savait que j’y avais vécu.
Je lui avais dit alors : « je le lirai ».

Et puis, nous n’en avions plus parlé.

Je l’ai lu… deux fois.

  • La première, pour le découvrir, avec ses mots en arrière-plan.
  • La seconde, plus de deux ans plus tard, avec seulement l’envie d’oublier, d’oublier Barcelone, d’oublier celle qui m’en avait parlé, et de redécouvrir ce roman, comme je l’aurais fait si personne ne me l’avait conseillé.

Je l’ai donc emporté en vacances…

Je suis retournée dans le Cimetière des livres oubliés, j’accompagnais Daniel… ou je l’étais moi-même. J’avais dix ans ?

Non, je n’avais pas dix ans, j’en avais treize, et, dans ce cimetière, le roman que je choisissais, le roman qui m’attendait, ce n’était pas « L’Ombre du vent« … Bien sûr, vous le savez tous. Mon roman, celui que j’adoptais alors, et qui me suit partout, qui a gouverné en partie ma vie, ce n’est pas celui-ci.

Ils peuvent se moquer, comme ils l’ont toujours fait, ceux qui ne comprennent pas qu’il existe de par le monde des mots qui permettent de survivre, de trouver que la vie est belle malgré tout.

Daniel Sempere a dix ans, son père l’accompagne.

Personne ne m’a accompagnée.

[…] La coutume veut que la personne qui vient ici pour la première fois choisisse un livre, celui qu’elle préfère, et l’adopte, pour faire en sorte qu’il ne disparaisse jamais, qu’il reste toujours vivant. C’est un serment très important. Pour la vie. Aujourd’hui, c’est ton tour.

Durant presque une demi-heure, je déambulais dans les mystères de ce labyrinthe qui sentait le vieux papier, la poussière et la magie. Je laissais ma main frôler les rangées de reliures exposées, en essayant d’en choisir une. J’hésitais parmi les titres à demi effacés par le temps, les mots dans des langues que je reconnaissais et des dizaines d’autres que j’étais incapable de cataloguer. Je parcourus des corridors et des galeries en spirales, peuplés de milliers de volumes qui semblaient plus en savoir sur moi que je n’en savais sur eux. Bientôt l’idée s’empara de moi qu’un univers infini à explorer s’ouvrait derrière chaque couverture tandis qu’au-delà de ces murs le monde laissait s’écouler la vie en après-midi de football et en feuilletons de radio, satisfait de ne pas avoir à regarder beaucoup plus loin que son nombril. Est-ce à cause de cette pensée, ou bien du hasard ou de son proche parent qui se pavane sous le nom de destin, toujours est-il que, tout d’un coup, je sus que j’avais choisi le livre que je devais adopter. Ou peut-être devrais-je dire le livre qui m’avait adopté. Il se tenait timidement à l’extrémité d’un rayon, relié en cuir lie-de-vin, chuchotant son titre en caractères dorés qui luisaient à la lumière distillée du haut de la coupole. Je m’approchai de lui et caressai les mots du bout des doigts, en lisant en silence:

L’Ombre du Vent Julián Carax
(p.13-14)

Daniel ne sait rien ni de ce livre, ni de son auteur… Il ne sait rien mais ce choix va transformer sa vie.

Que vous dire de ma lecture? Rien d’autre.

Seulement qu’il y a des livres qui vous prennent au cœur, qui vous transportent dans un monde qui n’est – a priori – pas le vôtre et dans lequel pourtant vous vous mouvez avec facilité, un monde dont les personnages vous accompagnent plutôt que vous ne les y suivez, un monde que vous quitterez avec regret, la dernière page lue, et vers lequel vous reviendrez.
La couverture pour le Livre de Poche
Ce livre en fait partie.

Carlos Ruiz Zafón
L’Ombre du Vent
« Le Livre de Poche »,
Librairie Générale Française, 2006

© Éditions Grasset et Fasquelle, 2004
pour la traduction française de François Maspero.

Édition originale :
La sombra del viento
Editorial Planeta S.A. Barcelona, 2001.

Pour en savoir plus :

Le résumé et la quatrième de couverture, sur fnac.com
Le début du roman, chez Grasset.

Des articles… ici ou là
(recherche effectuée grâce aux moteurs de recherche après lecture et rédaction de ce billet)

Mathilde Bernos (02/06/09 ♦ Messaline (06/05/09) ♦ SongesLittéraires (04/05/09) ♦ Esperluette (17/04/09) ♦  FMarmotte5 (12/04/09) ♦ Solenn (11/04/09) ♦ Orchidée (18/02/09) ♦ Herwann Perrin (15 juillet 2008) ♦ Sylvie (05/08/05)

Si vous lisez ce livre, que vous en parlez ou en avez parlé sur votre blog, dites-le moi, je complèterai ces liens.

104 réponses à “Carlos Ruiz Zafón, L’ombre du vent

  1. Moi je ne me moque pas … les mots m’ont soutenue aussi !!
    Tu as une très jolie façon de parler du livre … tu donnes surtout une grande envie de le dévorer !! Mais je n’ai pas trop de temps pour la lecture, j’ai fait le plein il y a quelques années, je suis passée à autre chose … pour l’instant !! En fait, il me faudrait quelques vacances !!
    Belle journée à toi Quichottine, je t’embrasse !

    • Nous manquons tous de temps, alors, lorsque nous pouvons en voler un peu pour nous, nous devons faire des choix.

      Un jour peut-être tu trouveras que les livres te manquent…

      Sourire ! En attendant, je sais que tu as de nombreuses occupations et j’en suis bien heureuse.

      Belle journée à toi aussi. Bisous.

  2. Bon mardi en lecture!
    bises!

  3. Quel bel accompagnement que celui des livres !

  4. apparemment ce livre plaît , je suis allée voir les liens et j’ai lu le début  qui est émouvant .
    si je le croise je le lirai volontiers ;il y a des livres qui marquent une vie; moi j’y crois; j’ai un ou deux livres comme ça dans ma mémoire    . et je vois que cela st ton ca , comme cela doit être le cas pour plusieurs personnes ; le poids des mots …
    meci de nous donner un peu de toi   …

    • Un seul avis à peine négatif… et c’est un livre traduit dans 40 langues.

      En Espagne, pendant mon voyage, il était encore en vitrine partout (coïncidence ?)…
      Plus de huit ans après sa parution…

      Je suis sûre que nous avons tous un ou deux livres qui sont un peu différents des autres. Le tout est de les trouver.

      Les mots sont importants… merci de m’avoir laissé les tiens.

  5. Je suis morte de rire, je vais devoir racheter une nouvelle étagère, au fil de mes visites chez toi, je n’ai pas arrêté d’acheter des livres…
    Et encore un que je vais commander L’ombre du vent
    Gros bisous, Flo

  6. peut-être qu’un jour je le lirai !!!  Bonne journée Quichottine. Pour nous contrairement, au moment de notre sortie matinale, nous avons du soleil maintenant.

    Bises de nous deux.

    • Si tu le lis, tu me diras ?

      Ici, soleil et pluie ont alterné toute la journée… Dommage pour votre promenade matinale.

      Bisous affectueux pour vous deux.

  7. Je suis bien certaine que certaines lecture peuvent influencer notre vie,  et que celles ci nous accompagnent, tout au long de notre chemin, je pense en particulier a des lectures que l’on a pu faire dans notre enfance .

    Pour ma part j’ai été bercé par Marcel pagnole, Alphonse Daudet, la Comptesse de ségure. Il m’ont donné le gout de leur région, ou une certaine idée de la vie pour la Comptesse 😉

    je vais regarder si je vois ce livre et si il me plait ^^

    bises

    • Je le pense vraiment.

      Pagnol, Daudet, La Comtesse aussi… tu vois, ce sont des lectures que j’ai aimées petite… et que j’aime toujours.

      Je ne sais pas s’il te plaira, mais si tu le lis, tu me diras ?

      Bises à toi.

  8. Je suis bien certaine que certaines lecture peuvent influencer notre vie,  et que celles ci nous accompagnent, tout au long de notre chemin, je pense en particulier a des lectures que l’on a pu faire dans notre enfance .

    Pour ma part j’ai été bercé par Marcel pagnole, Alphonse Daudet, la Comptesse de ségure. Il m’ont donné le gout de leur région, ou une certaine idée de la vie pour la Comptesse 😉

    je vais regarder si je vois ce livre et si il me plait ^^

    bises

    doublon de commentaire la fenêtre ne c’est pas fermé….parfois je deteste ob

    • Rire ! Je le laisse celui-ci c’est trop drôle.
      Tu as raison, c’était bien un doublon !

      Vivement que ça s’arrange.

  9. Je suis bien certaine que certaines lecture peuvent influencer notre vie,  et que celles ci nous accompagnent, tout au long de notre chemin, je pense en particulier a des lectures que l’on a pu faire dans notre enfance .

    Pour ma part j’ai été bercé par Marcel pagnole, Alphonse Daudet, la Comptesse de ségure. Il m’ont donné le gout de leur région, ou une certaine idée de la vie pour la Comptesse 😉

    je vais regarder si je vois ce livre et si il me plait ^^

    bises

    doublon de commentaire la fenêtre ne c’est pas fermé….parfois je deteste ob
    on aura peut être le triplon, elle se ferme toujours pas

    • Tu avais bien vu !
      Promis, bientôt, je les supprime !

      Un triplon pour toi aujourd’hui…
      Mais tu es mon rire du soir, merci !

  10. je l’ai lu ! bien, bien !

  11. Je l’ai vu chez ma Poulette de limoges, je vais aller l’emprunter…
    Quant au premier,  ah! J’en ai tant à lire.
    En ce moment je lis Jane Austen. Après avoir lu Orgueil et sentiments que j’ai adoré, j’ai voulu en lire d’autres et  me suis procurée à la bibliothèque ses oeuvres romanesques complètes. Je souffre car c’est écrit si petit…
    Alors pour le reste, je note dans mon petit carnet.
    Je t’embrasse Quichottine. Belle journée.
    Sophie

    • Orgueil et préjugé ! C’est vrai… je l’adore aussi celui-ci !

      L’Ombre du vent aussi est écrit petit, mais c’est supportable.
      Si tu le lis, tu me diras ?

      Gros bisous, Sophie, et très bon bloganniversaire !
      Je t’embrasse fort.

  12. patricia11

    Bonjour Quichottine.
    Je ne connais, mais je le note.

  13. Pardon mon amie, je me suis encore trompée dans le titre du roman…Quelle distraite cette sophie!
    Il s’agit « d’orgueil et préjugés ».
    Bisous
    Sophie

    • Non… je crois que j’avais rétabli… Elle a écrit aussi « Raison et sentiments« . C’est peut-être pour ça !

      Gros bisous, Sophie, il n’y a pas de mal… merci d’avoir corrigé.

  14. Merci pour cette belle présentation.
    Suite à mes vacances à Barcelone, j’avais noté ce livre dans ma LAL. Et puis finalement j’hésitais et je ne m’étais pas encore procuré ce roman.
    Tu as levé mes doutes, j’ai maintenant vraiment envie de le découvrir !

  15. Bonjour Quichottine,
    Comme d’habitude j’ai adoré flaner entre les rayonnages me laisser porter par tes histoires et celles des autres…

    Bonne journée à toi!

    • Bonsoir, Jim… J’ai aimé te suivre dans tes lectures chez moi…
      Merci infiniment pour le temps passé sur mes pages.

      Bisous.

  16. Je comprends qu’il t’ait attirée…Qui pourrait lui résister ?

  17. Que j’aime ta manière de les présenter…

  18. Avec tous ces livres intéressants, je me demande si j’aurai assez d’une vie pour tout lire. Je prends tes suggestions en note, la liste s’allonge. Tu es une bonne libraire.

    • Je l’ignore… Mais qui sait ?
      Quand tu fais une commande, autant en avoir plusieurs sur ta liste

      J’espère que tu me diras si tu as aimé ou pas.

  19. Ca m’a donné des envie de découverte littéraire, tiens !

  20. Des livres qui « résonnent » en soi, qui font du bruit malgré le silence des mots…il ya toujours une raison.
    Ils frappent à une de nos portes intérieures et elle s’entrouvre forcément, car si nous, parfois ne trouvons pas « nos mots » un auteur peut lui les trouver à notre place « autrement ».

    Je t’embrasse

    • C’est certainement ça…

      La lecture permet faire surgir des émotions là où l’on ne s’y attendait pas.

      Je t’embrasse, LmVie. Merci.

  21. Je comprends que l’ombre du vent soit plus séduiante que l’ombre de la loi. Si elle n’est pas la même partout, la loi est partout contraignante d’une façon ou d’une autre. Alors, quant à faire, il est inutile de la fuir « plus vite que le vent » d’autant plus qu’avec un bon avocat, il y a des aménagements avec la loi comme il y en avait autrefois avec le ciel pourvu qu’on ait eu un bon confesseur. Le hic c’est que « bon » signifie pécunièrement coûteux (c’est le sens de mon « cher » confesseur ou mon « cher » avocat).

    • Morte de rire, Charles ! Je penserai à vous en cas de litige.
      Me ferez-vous un prix d’ami pour me défendre…

      Ah non, je vois ! Un ami, ce peut être très « cher » aussi.

      Pour avoir de bons aménagements, je n’ai pas les bonnes clefs.

      Merci pour votre réponse à mon commentaire.

      Caresse à monsieur Chat.

  22. Je comprends que l’ombre du vent soit plus séduiante que l’ombre de la loi. Si elle n’est pas la même partout, la loi est partout contraignante d’une façon ou d’une autre. Alors, quant à faire, il est inutile de la fuir « plus vite que le vent » d’autant plus qu’avec un bon avocat, il y a des aménagements avec la loi comme il y en avait autrefois avec le ciel pourvu qu’on ait eu un bon confesseur. Le hic c’est que « bon » signifie pécunièrement coûteux (c’est le sens de mon « cher » confesseur ou mon « cher » avocat).

    • Les bugs obéiens s’espacent, mais sévissent encore, malgré tout !

      Cela me montre que vous avez insisté pour me laisser un mot. Merci infiniment, Charles.

  23. La méprise vient du fait que j’avais également lu Raison et sentiments.
    J’aime beaucoup cet auteur.
    Allez je file car depuis que je réponds à tous mes commentaires « je me régale » mais cela devient un vrai métier. Très agréable .
    Bisous du soir, à demain.

    • Je me disais aussi…

      Tu as raison, cela prend du temps… et c’est bien agréable !

      Je t’embrasse très fort, Sophie. Passe une douce fin de journée.

  24. les livre sont un voiage dans le monde des songe  il sont le pouvoir de nous faire vivre les mot   on a tous un  adopte cest vrais  bisous quichottine

    • J’aime bien ce que tu dis « un voyage dans le monde des songes ». Faire vivre les mots comme d’autres font vivre leurs couleurs…

      Merci et gros bisous, Rose bleue.

  25. Bonsoir, bons articles! Continue! Pascal.

  26. Je suis curieuse et j’ai lu le résumé, je n’ai pas du tout le temps en ce moment, c’est dommage car il a l’air captivant ce livre, je vais voir cet été, j’aurai sans doute plus de temps.
    Bonne soirée
    Bises 

    • Il l’est… mais il faut un peu de temps pour le lire.

      Si tu le fais, tu me diras ?

      Bonne soirée à toi aussi, Santounette. merci.

  27. Adopter un livre oublié, j’aime l’idée….. Tu me donnes envie de lire ce livre. Bises

  28. Quichottine !

    Tu me donnes envie de le lire..je vais te suivre une fois de plus sur le chemin de tes lectures..je pars qques jours la semaine prochaine et je pense que je vais me fondre dans l’ombre du vent
    Bisous et merci

    • Ah oui ? J’espère que ce livre te plaira. Tu me diras ton ressenti ?

      Bises à toi. Merci d’être un aussi fidèle compagnon !

  29. Tu parles très bien de ce livre..Je l’ai lu et j’en garde un très bon souvenir..Pour en parler davantage, il me faudrait le relire, cela viendra un jour !

  30. Tu as une telle façon de présenter les bouquins que l’on a qu’une envie, se précipiter pour l’acheter! Belle journée
    La mansardienne

    • Eh bien, si c’est le cas, et que tu donnes libre cours à ton envie, j’espère que tu me diras s’il ta plu.

      Belle journée à toi aussi. Merci pour ta visite, à très bientôt.

  31. J’ai lu ce livre il ya 3 ans, j’ai adoré l’idée de départ…pour les amoureux des livres, on ne peut que s’enthousiamer d’une telle idée …La fin sent un peu la comédie sentimentale mais je n’ai pas oublié ce très beau livre …recommandé par une amie anglaise qui le  lisait en anglais pendant nos vacances en Espagne!

  32. Je suis bien d’accord avec toi, ce livre m’a beaucoup plu aussi. A+

  33. oui j’ai failli le prendre (le titre m’a beaucou plus) mais je lis trop lentement…alors je me suis dit : sois raisonnable finis ceux que tu as commencés (oui je suis bizarre, j’en commence plusieurs correspondant à différents besoins émotionnels…). J’ai adôooré le passage de ton article sur les voyages dans lesquels vous transportent les livres…belle soirée à toi, bizzzz

    • Tu es plus raisonnable que moi…

      J’ai également plusieurs livres en cours… mais, généralement, je préfère les finir en une fois. Je suis pleine de contradictions !

      Passe une belle soirée aussi,Solyzaan. Bisous.

  34. merci pour le lien et pour ce billet symapthique !

    • De rien… C’était normal, tu en as parlé avant moi !

      … et j’avais envie de savoir ce que d’autres pensaient.
      Merci à toi.

  35. J’ai énormément aimé ce roman mais c’était avant la création de mon blog, donc pas de billet! 😉

  36. Bonjour Quichottine,
    Comme tu le sais je suis en vacances, de retour et je repars faire du vélo ce qui explique que je ne te rends pas visite mais je me rattraperai début Juillet.
    Je reviens sur ton article pour te remercier de m’avoir fait découvrir « l’ombre du vent » que j’ai dévoré, englouti en 5 jours : un roman sublime, haletant, belle écriture et inclassable…..un vrai coup de coeur !!!!!!
    Quand je l’ai acheté il y a une semaine, le vendeur de la Fnac m’a dit que CL Zafon venait d’en sortir un autre….qui serait encore meilleur…je vais me renseigner demain et te dirai si je le trouve…je repars mercredi.
    Gros bisous à toi
    Bruno

    • Merci infiniment, Bruno ! Je suis contente de ce retour…

      Ce livre t’a plu et j’aime ce que tu en as dit.

      J’espère que tu me diras pour le suivant…

      Gros bisous à toi et bonnes vacances !

  37. J’ai adoré ce livre que j’ai lu au moins trois fois de suite, Quichottine, et pourtant je ne connais pas Barcelone. Cette histoire de mystère, de magie, d’amour aussi. Oui, vraiment, je l’ai beaucoup aimé et je suis contente de partager ce point commun avec toi!
    Ca fait bien longtemps que je ne suis pas venue te lire!
    Grosses bises!

    • Comme je suis heureuse qu’il t’ait plu aussi !

      Vraiment…

      Merci, Hirondelle. Tu sais… tu ne peux pas non plus être partout à la fois.
      Mais je sais que je pense à toi souvent…

      Je t’embrasse très fort.

  38. N’étant pas personnellement grand lecteur, les quelques livres que j’ai lus … ces dernières années … m’ont fatalement laissé de beaux souvenirs, sinon, je les aurais bien vite refermés !  Celui-ci fait partie de ceux que j’ai lus jusqu’au bout, lors de mes vacances 2007 : un souvenir impérissable, quel livre formidable.  Bravo de le faire connaître par votre (superbe) blog !

    • Je suis contente qu’il vous ai plu. C’est effectivement un livre formidable.

      Merci à vous et bienvenu en Quichottinie.

  39. Bon jour, Quichottine. J’ai lu ce livre. C’est une internaute qui en avait parlé à ma fille. Ele avait voulu en savoir plus et rien que cette expression de « cimétière oublié » où dormaient des livres m’avait plu…Je l’ai donc acheté. Une trè belle ombre que celle de ce vent-là…
    Amicalement.

  40. Bonjour Quichottine,

    Tu sais, pour l’Ombre du Vent, j’aime beaucoup « l’intrigue », les rapports aux livres, cette Barcelone que je ne connais pas du tout … et l’écriture de l’auteur.

    Par contre, j’ai préféré le début car je trouve des longueurs, un peu comme si je relisais parfois les mêmes passages du livre. Mais les descriptions de certains personnages et des lieux comme cette Bibliothèque sont très fines et même jubilatoires !

    Quant au rapport avec l’écrivain russe qui n’est pas Nabokov, mais Mikhaïl Boulgakov, il m’a sauté aux yeux en lisant la quatrième de couverture : le roman de Zafon (je ne sais pas comment mettre le tilde) y est comparé au dernier livre de cet auteur, le fantastique « Le Maître et Marguerite ».

    Et ce n’est pas tout, car dans ce beau livre, Boulgakov évoque Don Quichotte qui est une figure importante pour lui et qui a même écrit une adaptation théâtrale du roman de Cervantès en 1937-1939 pour le Bolchoï (mais je ne trouve guère de références à ce sujet sur internet). Dans Le Maître et Marguerite, un court passage (p. 471 de l’édition de poche) fait allusion au chevalier :

     »  … et une frayeur délicieuse me serre le cœur quand je pense qu’ici est en train de mûrir l’auteur d’un futur Don Quichotte, ou d’un futur Faust, ou, le diable m’emporte, de futures Ames Mortes ! « 

    Sinon, et à part, proposant sur un forum d’enseignants dans la partie récréative une photo d’un peintre contemporain (il faut trouver qui est ce personnage), je me suis aperçue a posteriori que Gérard Garouste a illustré un Don Quichotte … Malheureusement pas à la portée de ma bourse … Mais je pense que tu dois connaître.

    http://www.editionsdianedeselliers.com/ouvrage.php?idouvrage=25&lang=fr

    http://www.editionsdianedeselliers.com/dossiers/25.pdf

     

    Voilà ! C’est avec plaisir que je suis ces liens glanés dans mes lectures et recherches, et c’est ainsi que je m’aperçois que j’ai définitivement attrapé le virus qui « sévit » en Quichottinie !  😉

    Bonne journée, amie Quichottine, je t’envoie pensées et bises du jour.

    • Tu fais une analyse très fine du roman.

      Tu as raison, je suis sotte ! … je devais être un peu à Yeur lorsque je t’ai répondu.

      Tu as fait de belles recherches. Je suis admirative.

      Oui, j’avais vu les images de Gérard Garouste. Il a fait un travail fantastique.

      Merci pour tout. Tu vois, c’est agréable pour moi de voir que tu cherches et trouves ce que tu veux…
      Un jour tu feras un blog aussi ?

      Pensées pour toi. Je t’embrasse fort.

    • Merci pour ce lien…
      Je suis contente, ils ont utilisé la première des versions dont j’ai eu connaissance en français.

      Qui sait si un jour je ne me le ferai pas offrir ?

      Bonne fin de journée, Midolu. Bisous.

  41. Jackline
    Coucou..de retour de Turquie, je passe en vitesse voir les blogopotes…gros bisous et à bientôt lorsque j’aurais moins de boulot sur la planche (à repasser hi hi..)
  42. Voilà que tu me mets en présence d’une passion nouvelle. moi qui ai sur les étagères tant de livres qui m’attendent, mais où trouver le temps? En ce moment je relis des Balzac, Flaubert etc, pour préparer la rentrée…. et je me régale quand même un peu.
    Vivement l’été.
    Je note ce titre.

    Bisous plein Quichottine.

    • Le temps est souvent un mauvais compagnon… Il ne veut pas nous en donner davantage.

      J’ai tant de livres à lire et à relire !
      Il faudrait que je me mette au défi d’un livre par semaine, au moins… mais, comme pour tout, je préfère continuer de me laisser aller à mes envies. Dévorer quand je le peux trop de livres à la fois… ou ne rien lire d’autre que les pages trouvées chez mes amis…

      Bientôt les vacances, Polly. J’espère que la fin d’année ne sera pas trop rude.

      Bisous tout plein pour toi aussi.

  43. je voulais le lire !!! ça tombe bien ! merci !

  44. qing+et+rene

    Bonjour depuis la Belgique, la pluie est là, et il ne fait pas chaud,  passez un bon mardi

    A bientôt sur http://belgique-chine.over-blog.com

    Mandarin gourmet prépare de nouvelle recette, visible dans 3 mois

    le bois pétrifier remonte a plusieur millions d’année
    Qing et rené

    • Ce sont des fossiles, et je l’ignorais. Merci. J’ai cherché et j’ai trouvé.

      Bonne suite de vacances pour vous.

      C’est vrai qu’ici non plus, il ne fait pas beau.

  45. Je l’ai commencé un jour et je ne sais plus pourquoi  (trop verbeux peut-être, pas assez reposant) je n’ai pas réussi à le terminer, il y a des livres comme ça qui aiment se faire désirer, il faudra que je tente l’aventure une nouvelle fois!
    bises Quichottine

    • C’est vrai qu’il est loin d’être reposant.
      Je te remercie de ce partage.

      J’aime beaucoup ce que tu dis des livres qui aiment se faire désirer.
      Bisous à toi aussi.

  46. Après un tel billet où l’on ressent encore toute l’émotion que ce livre t’a donné, je sens que je vais lui faire une petite place dans ma valise…Bises et bonne journée Quichottine ! 🙂

  47. sarah+frane

    tu as su éveiller mon intérêt

    moi aussi, en général, ce sont les livres qui m’appellent, qui me choisissent

    je passe dans une allée, et je ressens une attraction à laquelle je ne peux résister

    je lirai ce livre, mais pas de suite, car beaucoup m’attendent, et ils ne sont pas contents

    merci quichottine,
    bisous

    • Les livres vivent… C’est vrai.

      Alors, ne les blesses pas. Il faut les lire, une fois que tu les as éloignés de leurs premiers compagnons.

      Merci à toi, Sarah !
      Bisous.

  48. Tu me donnes l’envie de le lire…
     Je note pour ma prochaine visite à la biblio

  49. C’est incroyable comme tu nous emmènes avec toi! On te suit et on est conquis!!
    Bisous du soir quichottine!

  50. Caresser les mots… pour que ceux ci partent en douce promenade et s’installent, là où d’autres les emmeneront un peu plus loin encore….

    • Caresser les mots, les apprivoiser, leur donner la possibilité de nous rendre au centuple ce que nous leur donnons…

      Ils sont nos fidèles compagnons.

      Merci, Mahina.