Crépuscule chez Fanfan

Il y avait longtemps… trop longtemps.

J’ai répondu aux commentaires de mes derniers articles… en remontant le temps. Et puis, je me suis dit que je ne pouvais pas répondre à tous de façon individuelle, que j’avais le droit d’être triste, d’avoir le cœur au bord des yeux, et que personne ne m’en voudrait.

Alors, j’ai seulement placé le “Merci” que Kri m’avait offert, celui qui scintille comme le soleil sur la mer quand il la pare de diamants.

Ensuite, je suis passée chez vous, j’ai laissé des messages, ici ou là, comme toujours… lisant, admirant souvent des images.

Parfois, les blogs sont à l’arrêt, ce qui m’a encore plus émue, car cela veut dire que malgré l’absence, malgré le silence, les pensées sont encore là, que ceux qui passent peut-être sans rien dire étaient sortis de l’ombre pour m’accompagner dans mon chagrin.

Et puis… la vie est un voyage, un chemin à suivre. J’ai gardé de chez Fanfan une image pour vous l’offrir.

Elle avait écrit en légende :

“Quand le soleil couchant, entre deux nuages, met le feu aux rails….”

Un reflet cuivré, de la lumière sur un aiguillage… un quai.

Je me suis dit que la vie était ainsi, que chacun d’entre nous était dans un wagon qui roulait sur ces rails.

– Cela voudrait dire que tu n’as pas le choix du chemin que tu prends, qu’il est tout tracé…

– Oui et non…

(Quichottine soupira. Fallait-il expliquer ?)

– Non ? Oui ? Il faut que tu choisisses l’un ou l’autre, ce ne peut pas être les deux à la fois.

– Si ! D’abord, tu ne peux pas choisir vraiment le wagon où tu montes, comme l’écrit Jean-Paul Sartre, lu sur le blog de Marlou :

“Faute de renseignements plus précis, personne, à commencer par moi, ne savait ce que j’étais venu foutre sur terre.”

Nul ne peut… je suppose qu’il n’y a pas de loterie pour décider de notre naissance, de nos parents… nous sommes seulement issus d’une rencontre entre deux êtres. Fruits de l’amour ou pas, nous entrons dans un wagon que nous n’avons pas choisi, mais nous pouvons choisir d’en changer ou d’en descendre. Nous pouvons nous réinventer.

– Tu as des idées bizarres, toi… je suis sûr que ceux qui te lisent auraient beaucoup à te répondre à ce sujet.

– Je suis d’accord. Il faudra beaucoup de ténacité, de courage, pour changer de direction, pour ne pas se contenter de ce que la naissance nous donne… on dit “inné” ? Le talent, le caractère… l’inné ne dépend pas de nous. Mais le travail peut compenser, nous donner ce dont nous n’avons pas hérité.

Nous nous réinventons à travers chacun de nos choix d’adulte, même si notre enfance a laissé des traces en nous ; même si nos parents, notre entourage, ont essayé de nous forger à leur image, voire à celle dont ils avaient rêvé.

L’adulte que nous sommes a le droit de se rebeller, de prendre une autre direction, et même de descendre sur le quai, de traverser les rails, de fuir les chemins tout tracés pour se lancer dans l’inconnu, pour découvrir tout ce qu’on aurait voulu nous cacher.

Parents, nous essayons de protéger nos enfants, nous tentons de leur éviter les erreurs que nous avons faites… sans jamais y parvenir.

Notre Histoire montre que nous n’apprenons jamais du passé, que nous répétons inlassablement les mêmes erreurs… pourquoi nos vies individuelles seraient-elles différentes ? Nous corrigeons les nôtres, à notre échelle. Nos enfants corrigeront sans doute les leurs, en vieillissant, lorsqu’ils seront eux-mêmes parents. Ce sera leur choix, comme ça a été le mien, à chaque aiguillage de ma vie.

Je regardais les rails que le soleil avait embrasés, chez Fanfan. Je pensais à tout le chemin parcouru, aux mots de Mr Yoyo.

… ceux qu’il m’avait écrits il y a longtemps, ici :

“[…] Nulle part ailleurs qu’ici, la fête des Mères s’est muée en fêtes de Parents !
Oui, il sera un temps où ils seront souvenirs pour la petite brune.
Présents à chaque instant, à chaque choix de vie, Papa et Maman auront pris soin de nettoyer devant chaque porte, déposé un paillasson, avec la mention « derrière cette porte, une autre voie », aucune porte ne sera condamnée, aucune ne sera ouverte, … le choix, le libre-choix.
Tant pis pour les rêves des grands, le bonheur est à ce prix, il se paie en billets d’amour.”

et les derniers déposés.

“[…] Je suis triste, mais en même temps je ne suis pas surpris de la ténacité de celle qui admirait celui qui combattait les moulins de la vie.”

Les billets d’amour et tous ces moulins que nous rencontrons, que nos enfants croisent à leur tour, décidant ou non de les affronter ou de les contourner sans les combattre… choix, toujours.

Être adulte, c’est choisir, devoir prendre son propre chemin, accepter de se tromper, de rebrousser chemin parfois, sans se morfondre, sans décider de se laisser porter, sans refermer toutes les portes qu’on avait entrouvertes pour nous…

Ma fille aînée m’a dit hier :

“Au boulot, on m’a demandé si j’avais grandi.”

… et elle a ajouté : “J’ai seulement redressé la tête”.

C’est vrai, elle n’a pas “grandi” en taille, mais sûrement en sagesse… comme lorsque nous décidons que nos soucis ne sont rien, qu’ils ne pèsent plus sur nos épaules, que nous sommes plus forts qu’eux.

Merci à tous ceux qui me font réfléchir ou rêver sur leurs pages, merci vous qui me lisez.

112 réponses à “Crépuscule chez Fanfan

  1. Coucou ma Quichottine,
    Tu ne pouvais pas passer à côté de la page de Fanfan sans avoir relevé cette magnifique photo des rails de son village en feu. C’est magnifique.
    Nous avons enfin récupéré du soleil après l’épais brouillard de ce matin.
    Bises et bon dimanche

    • Ses photos sont très belles, celle-ci était ma préférée du jour. 🙂
      Merci pour tout, ma Zaza. Je suis contente que ça t’ait plu.
      Bises et douce journée.

  2. Salut,

    Le temps est au beau fixe.

    On va pouvoir faire une balade le long de la rivière.

    Bonne journée

  3. J’aime beaucoup cette image très symbolique.
    Parfois on se demande si on a pris la bonne direction, mais trop tard pour retourner en arrière.
    Je te fais de gros bisous Quichottine
    Bon dimanche

    • C’est vrai, on ne peut pas revenir sur ce qui est passé, mais on peut changer de direction.
      Passe une douce journée Santounette.

  4. Les choix sont certes restreints mais ce que les parents laissent aux enfants est néanmoins une base solide pour les aider à prendre les chemins de traverse, l’essentiel étant que les rails soient baignés de lumière comme sur la très belle photo que tu as choisie.
    Bon dimanche Quichottine.

  5. quel magnifique sujet de réflexion, intarissable
    Pensées pour toi, belle journée

  6. Oui, Quichottine, et le soleil est là, droit devant qui nous sourit, nous parle. Alors laissons-nous entraînés vers sa lumière…Je t’envoie mille bises et te remercie d’être là, pour nous.

  7. de toute façon on sait ou on fini le chemin !!!
    besotes
    tilk

    • « Chaque pas dans la vie est un pas vers la mort »… l’enfant ne le sait pas, mais, en vieillissant, nous en avons tous de plus en plus conscience.
      Besos, Tilk.
      Merci d’être là.

  8. Merci à toi pour cette belle page et ton passage « chez moi »…
    Je n’y raconte pas trop mes soucis (trop présents), je contourne, je fais des circonvolutions, je me cache derrière mes collages qui s’envolent…

    • Je m’en doute… et j’aime ces papillons qui sortent de tes pages.
      Merci, eMmA. Passe une douce journée.

  9. Le crépuscule … C’est un moment important, essentiel, comme, à l’échelle des saisons, l’hiver peut l’être … Repos ponctuel, promesse d’un renouveau.
    Pensées et bisous, Quichottine.

  10. Trop ♥ par chez toi …ne vais rajouter mot

  11. On se trouve dans un wagon mais s’il ne nous convient pas, on peut en descendre, en choisir un autre, prendre un autre chemin…c’est à nous à donner un sens à notre vie…Je t’embrasse Quichottine.

    • Donner un sens à nos vies… c’est vrai, nous en sommes maîtres. Il faut seulement trouver le bon.
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  12. Merveilleuse réflexion sur la transmission… Il faut simplement espérer que le wagon dans lequel nous embarquons un jour ne fasse pas partie d’un train fantôme ou d’un train fou ! Quant à en descendre… Beaucoup de courage ou d’inconscience pour sauter en marche, beaucoup de réflexion pour le quitter à un éventuel arrêt. Mais, parfois, un aiguillage peut tout changer… L’important est de ne jamais dérailler et de croire très fort qu’il y a toujours, quelque part, quelqu’un qui nous attendra au bout du voyage. Je t’embrasse, ma passeuse de rêves.

    • Tes mots sont justes, comme toujours.
      Je souhaite aussi qu’il y ait quelque part quelqu’un au bout du voyage…
      Je t’embrasse fort. Passe une douce journée.

  13. Bonjour et merci pour cette longue réflexion dominicale !
    Très intéressante et cela me permet en plus de découvrir de nouveaux blogs !!!
    Je ne suis pas d’accord avec Sartre sur le sujet  » Que faisons-nous sur Terre ? » ; normal quand on est chrétienne de préférer la vision de Kierkegaard sur l’existentialisme 🙂
    Concernant l’éducation et le rôle des parents je retiens l’idée de protéger .
    Aimer oui, c’est protéger avant toute chose …
    Au plaisir d’autres échanges ici ou là !
    Bon dimanche à vous !

  14. La vie nous offre des choix qui sont les notre même si le chemin est plus ou moins tracé, a nous de savoir oser prendre a gauche ou a droite pour aller découvrir autre chose que la ligne certes droites mais bien souvent peu a notre image, le parent doit accepter que son enfant ne rentre pas dans le moule qu’il luis a fabriquer mais se fabrique le sien propre, c’est à mon avis la plus belle preuve d’amour d’un parent…..Ton texte m’émeut beaucoup. Bisousssssss

  15. J’aime beaucoup la symbolique attachée à cette photo que tu as choisie chez Fanfan . En effet libre à nous de changer de voie si celle toute tracée ne nous convient pas .
    J’ai suivi les liens et j’avoue que ces mots m’ont aussi beaucoup touchée .
    Bon dimanche Quichottine
    Bisous

  16. Tes hésitations me font penser au « Si, oui, non ou pas ? » de notre dernier fils qui, dans son enfance, levait vers nous un regard jovial et interrogateur.
    Nous le reprenons souvent ce « Si, oui, non ou pas ? », et je peux t’avouer qu’il n’a pas toujours de réponse bien tranchée, mais qu’il nous fait toujours sourire et nous empêche de piétiner…
    Les façons de grandir sont bien uniques et très personnelles…
    Je t’embrasse très amicalement

    • Je le crois… merci d’avoir partagé ton expérience personnelle. J’aime beaucoup le « si, oui, non ou pas ? » de ton fils.
      J’espère qu’il a continué à ouvrir tous les possibles…
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  17. Quel bel et émouvant billet. J’adhère à tout ce que tu écris. L’important dans la vie c’est le but, pas le chemin. Bien arrivée aux Sables d’Olonne. Bisous

  18. Une photo magnifique vue chez Fanfan …
    On ne demande pas à naître et on se trouve sur le bord d’un trottoir puis quelqu’un nous recueille, ensuite les aléas des rencontres et nos réflexions plus ou moins juste font le reste, avec les années on « comprend » et devenons comme une pomme qui se flétrie sans se souvenir de l’arbre souhaitant seulement ne pas être tombée trop loin de ses espoirs.

    • C’est vrai que cela peut se passer aussi ainsi…
      L’important, c’est de pouvoir garder espoir et rêves.
      Merci pour tout, Josette.
      Passe une douce journée.

  19. C’est vrai qu’on a pas choisi de naître, ni son sexe, et qu’une fois au monde et bien on fait au mieux avec sa vie, de petites gens ou plus riches… Certes adulte on peut choisir sa route, son devenir, avec ou sans idée de grandeur, qui n’offre pas tous les bonheurs… mais l’important, avoir la santé, sans qui tout s’écroule et pas ou peu de dépendance… hélas là ! Ces rails ne sont pas sans me rappeler la déportation, quand d’autres ont décidé de votre sort, vie…. merci, bises

    • C’est vrai aussi… merci de le rappeler, jill.
      Bises et douce journée à toi. Bon courage pour tout.

  20. Une belle réflexion inspirée par la photo de fanfan que je viens juste de voir : je l’avais trouvée très belle, moi aussi.
     » Bon dimanche, ma quichottine ♥
    Encore une semaine qui se termine, je ne vois pas le temps passer …
    Signe que je ne m’ennuie pas !
    Je rêve d’aller quelques jours dans mon petit paradis girondin …
    Mais il faut qu’il fasse plus chaud car thierry est toujours obligé de préparer du bois pour que nos anciens puissent se chauffer correctement !
    Et surtout que mon dos supporte 4 heures de voyage.
    Gros bisoux qui patientent. « 

  21. Une réflexion touchante, encore beaucoup d’émotions à te lire.
    Très belle photos de Fanfan, et très symbolique.
    Je t’embrasse

  22. Coucou Quichottine
    Une très belle photo qui a su t’inspirer et nous offrir une belle page merci
    Douce fin de journée et gros bisous de nous deux

  23. Merci pour ta très belle page de réflexion…
    Bisous dame Quichottine

  24. Magnifiques les rails de Fanfan embrasées par le soleil… cela donne des envies de départ!
    Mais par contre je laisse à Sartre son enfer, car s’il n’y avait pas les autres que serons-nous devenus ?
    Très heureuse que tu reviennes le Lutin bleu pourra à nouveau nous régaler.
    Belle soirér

    • Merci Livia.
      Je ne sais pas si l’enfer c’est les autres, je crois aussi que nous avons besoin qu’ils soient là.
      Passe une douce journée.

  25. Notre destinée est-elle déjà toute tracée ? Toutefois, changer de chemin, trouver sa voie, permet de croire que l’on a une certaine emprise sur les choses.
    Peut-on influencer nos petits enfants ? On essaie de leur donner les meilleurs atouts afin qu’ils fassent leur choix.
    Merci pour tout quichottine ! Bises !

    • Merci. 🙂
      Pour nos petits-enfants, je ne sais pas. Ils feront leur propre expérience, mais j’espère qu’ils se souviendront de nous.
      Bises et douce journée.

  26. mireille du sablon

    .. adulte, il nous est possible de choisir notre chemin, avec ou sans difficultés, cela dépend de beaucoup de choses…la vie nous apprend à faire des choix..bons ou mauvais mais l’expérience est là..
    Bises du jour
    Mireille du sablon

    • L’expérience… c’est d’elle que nous apprenons.
      Merci pour tes mots, Mireille.
      Bises et douce journée.

  27. Mais je ne t oublie pas et
    je partage ton parcours de reconstruction .
    On ne peux gérer quelque chose qu on
    N accepte pas. Mais certaines destinées
    Ne sont pas pas acceptables !
    Il faut se reconstruise, changer son regard
    Sur des priorités qui ne sont plus
    D actualité même si c est difficile au
    Quotidien.
    Si je peux t aider en quoi que ce soit, tu a dû
    Garder mon téléphone

    Je t embrasse

    • Merci pour ces mots, Félix. Merci pour tout.
      Pour l’instant, j’essaie de mener à bien un projet commencé il y a quelque temps, et c’est ce qu’il faut.
      Ensuite… nous verrons bien.
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  28. Jolie photo et belle métaphore de la vie .
    Cela me fait penser à ce beau poème de Machado: Le Chemin
    Tout passe
    et tout demeure
    Mais notre affaire est de passer
    de passer en traçant
    Des chemins
    Des chemins sur la mer
    Voyageur, le chemin
    sont les traces de tes pas
    C’est tout; voyageur
    il n’y a pas de chemin ,
    Le chemin se fait en marchant.
    Le chemin se fait en marchant
    et quand on tourne les yeux en arrière
    on voit le sentier que jamais
    on ne doit à nouveau fouler .
    Voyageur, il n’est pas de chemin,
    Rien que des sillages sur la mer.

    Et à l’âge que j’ai, il me paraît de plus en plus juste.
    Je t’embrasse chère Quichottine?

    • J’ai toujours aimé Machado… Merci pour ce poème, ma Zoé.
      J’aime beaucoup les derniers vers.
      « Voyageur, il n’est pas de chemin,
      Rien que des sillages sur la mer. »

      C’est si vrai.
      Merci pour tout. Je t’embrasse fort.

  29. pas de ? , faute de frappe ! Lol!

  30. Les chemins se croisent, et dans ces croisements des rencontres. On bifurque, on a des accidents, on prend un autre train… belle métaphore que tu déroules et le crépuscule peut briller de mille feux.

    Je comprends ta fille, bien sûr qu’elle a grandi, elle relève la tête après ces années d’apnée.

    Tendresse ma Quichott’

    • Je le crois, j’espère qu’elle continuera à se redresser…
      Tendresse aussi ma Polly. Merci pour tout.

  31. je ne sais pas si nous avons vraiment le choix ! Car choisir c’est abandonner aussi ! Pour moi, il faut vivre avec ce qui ne va pas aussi ! Car nous ne sommes pas seuls, nous sommes dépendants les uns des autres. Choisir de vivre avec tous les valises ….
    Je t’embrasse bien fort ; merci pour ce texte-méditation.

    • Tu as raison pour ce qui est des abandons que nous devons faire lorsque nous choisissons un chemin plutôt qu’un autre…
      Nous vivons avec nos souvenirs, nos regrets, nos remords… mais nous pouvons encore décider d’ouvrir de nouvelles portes.
      Merci pour tout. Je t’embrasse bien fort aussi.

  32. Ma douce Quichottine il y a toujours la croisée des chemins pour que nous puissions choisir. .malheureusement parfois nous n avons pas le choix et nous devons suivre un chemin qui nous est imposé. Tout cela est bien triste. Je comprends que parfois tu ne te sentes pas bien du tout, il faut faire seulement ce que tu peux faire. Belle photo avec une belle lumière. Sympa le message de Kri. Merci pour tes mots que tu ne manques pas de déposer sur nos blogs.
    Je t embrasse bien fort.
    Ps je t ai mis un émail car j ai des soucis avec ke bulletin de subscription..

    • J’ai répondu à ton mail… ne t’en fais pas.
      Merci pour tes mots ici ou là… je t’embrasse bien fort aussi. Passe une douce journée.

  33. Un petit coucou ma Quichottine ! Pour te dire que je lis et réponds en silence à tout ce que tu partages avec nous… Mon imagination est en berne en ce moment… La vie ne me fait pas de cadeaux à moi non plus. Mais je me dis que les jours prochains seront meilleurs !
    Bonne soirée. Gros bisous.

    • C’est l’espoir qui aide à réparer nos vies… pensées pour toi ma Liliane.
      Je t’embrasse très fort. Passe une douce journée.

  34. Mrci à toi Quichottine pour ce très beau partage

  35. Une très belle photo ….
    Nous prenons tous un wagon , mais si la destination ne convient pas , nous pouvons en prendre un autre , mais parfois il faut du courage, de l’aide , de la confiance .
    Douce soirée, je t’embrasse Quichottine

    • « de l’aide, de la confiance »… je crois que c’est important.
      Merci pour ta présence et tes mots. Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  36. Quel post émouvant et si profond sur notre passage sur terre… Oui, on est libre de décider certaines choses mais il faut accepter ce qu’on ne peut changer, la maladie par exemple.
    Je t’embrasse Quichottine

    • Je suis d’accord… il y a des choses contre lesquelles on ne peut rien.
      Merci Marlou.
      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  37. Merci Quichottine pour cette page qui bien sur ne peut laisser insensible
    La photo de Fanfan est très belle
    Bises et bonne journée

  38. J’aime bien cette idée de wagons de la vie, des quais où l’on peut descendre pour remonter si on se trompe de lignes, la photo est superbe.
    On donne dans la mesure du possible des notions à nos enfants pour affronter la vie mais ils ont sans aucun doute leurs propres wagons.
    Très belle journée, bises

  39. Merci pour cette belle page si émouvante. Les rails nous montrent un chemin que nous ne sommes pas obligés de suivre. On peut s’arrêter quand on veut et descendre un moment. Nous avons tous des wagons à tirer mais j’aime l’idée qu’un à un on puisse lâcher ceux qui nous encombre et parfois c’est bien vrai qu’il faut une vie entière pour cela ou des drames qui nous submergent et dont on sort grandis. Ta fille aînée a si bien su l’exprimer. Merci d’être là et de partager avec nous ce que tu es. Je t’embrasse

  40. Bonjour Quichottine. C’est une belle photo de Fanfan. J’aime ton questionnement sur les rails de la vie. Parfois il faut s’en écarter, tracer son propre chemin, forger sa propre expérience pour ne pas avoir de regrets. Tenter, oser. On n’a qu’une vie, autant en profiter… Bonne journée et bisous

    • C’est vrai que nous n’avons qu’une vie… que de choses pourrions-nous changer si nous en avions plusieurs… c’est ce que je me dis, mais je sais que dans les mêmes circonstances nous ferions les mêmes choix.
      Bisous et douce journée.

  41. Je ne pensais pas que cette photo t’inspirerait de si belles réflexions. J’en suis touchée.
    Je partage ce que tu nous exposes. La vie n’est pas pas tracée d’avance car nous avons le libre choix de nos vies. On se trompe parfois bien sûr ; on hésite et on prend le mauvais wagon.Mais effectivement,on peut toujours descendre en chemin même si cela n’est pas toujours facile.
    Après, il y a l’enfance, le milieu, la vie qui se chargent de nous former en bien ou en mal . Pour nos enfants, on essaie de faire au mieux.Ensuite ils font leur propre expérience de la vie .
    Je pense souvent à toi et je souhaite que tu aies la force de tenir et de puiser ton courage dans ton entourage , ta famille et dans tes activités .Je t’embrasse bien fort.

    • Un immense merci à toi pour ton image, pour tes mots, pour ta présence ici.
      Je t’embrasse bien fort.

  42. J’aime bien la photo des rails au soleil couchant, ainsi que la légende qui l’accompagne. Tu as raison de rappeler que chacun a le droit de descendre en marche ou de changer de direction en cas…d’erreurs d’aiguillages. Il faut se dire que les épreuves nous font mûrir, et que les contacts avec les autres, particulièrement précieux dans ces moments là, nous fortifient !
    Très bonne semaine à toi, Quichottine.

  43. Salut,
    Le temps est au beau fixe aujourd’hui .
    On s’occupe au jardin.
    Bonne semaine

  44. C’est émouvant ce que tu as écrit Quichottine :’) et ces rails me font dire que quand ils se croisent , nos chemins et ceux de nos absents se rejoignent, ce sont les retrouvailles . Bise .

  45. Le train de la vie…
    Je ne sais plus où j’ai lu un article à ce sujet, l’une d’entre nous qui avait brodé un train, elle y citait un auteur ? … Ma mémoire me fait défaut !…
    Mais comme tu le dis si bien, on ne choisi pas celui qui nous voit naître, mais on a le « choix d’en descendre et d’en prendre un autre , si on en a le courage. Devoir repartir n’est pas toujours évident, surtout si l’on se casse la figure sur le quai…
    Je suis près de toi par le coeur
    Je t’embrasse très très fort

    • C’est vrai que nous ne maîtrisons pas tout…
      Merci pour tout, Tit’Anik. Je t’embrasse très très fort. Passe une douce journée.

  46. Coucou Quichottine,

    Voilà un thème qui me touche.
    Rail, wagons, traverses… C’est un signe, c’est bon signe… Un quai de gare, une salle des pas perdus… pas pour tout le monde… Il y a des chemins de traverses… à n’en plus finir.
    Être adulte, ce n’est pas un renoncement à la vie pour suivre les traces d’un modèle social qu’on nous impose au risque de devenir des dissidents, juste pour avoir l’air, dans l’air du temps. D’un temps qui semble effacer toute humanité.
    Bisous Quichottine.

    • Je suis d’accord avec toi… Merci pour tout, Margi.
      Bisous et douce journée. Heureuse de te retrouver.

  47. de très belles réflexions Quichottine, merci de prendre le temps de les partager avec nous. Je te suis complètement. On a le choix et on n’a pas le choix, le chemin que l’on prend à un croisement quand il y en a, on ne sait pas où il conduit et les événements on les subit. Il n’est pas toujours possible (ni souhaitable) de les fuir.
    Quelle drôle de question posée à ta fille aînée. Répondre en se redressant. Elle a bien fait. Mais je sais aussi qu’il est si difficile de trouver les mots …
    http://fadosi.over-blog.com/2019/05/a-marie-a-aurore-a-nadia-a.html
    les prénoms y sont indiqués de l’événement le plus récent au plus ancien.

    • Merci, pour tout, Jeanne.
      Je croyais avoir laissé un commentaire sur ton billet.
      Je comprends tout à fait les mots de ta maman…

  48. mon commentaire semble avoir disparu dans les méandres obscurs du Web …
    Je n’ai pas le courage de recommencer sinon que je suis globalement d’accord avec tes belles réflexions. On choisit à un instant T un chemin dont on ignore tout de la suite et on subit sans pouvoir ou vouloir les esquiver des événements sur lesquels on n’a aucune prise. les critères d’exclusion des anti-spams en font partie. Je ne mettrai donc pas de lien. C’est peut-être cela qui a fait tiquer.
    bises et belle journée

    • C’était le lien, mais ton commentaire n’était pas parti, juste mis de côté. Je l’ai validé.
      Bisous et douce journée. Merci encore pour tout.

  49. C’est ça aussi nos blogs : une phrase, une image, un extrait de nos quotidiens et le tout tisse des échanges.

  50. Bonsoir Quichottine, la vie est un voyage qu’il faut effectuer au mieux et les mots sont là pour nous guider . Superbes photos que j’ai vu chez Fanfan . j’en profite pour te dire que mon courrier arrive chez toi . Belle soirée ! et BRAVO !

  51. Image très symbolique. Oui, on ne peut cesser de réfléchir sur le sens de la vie. Se tenir bien droit, cest important.
    Je vous embrasse.

  52. Merci Quichottine d’être là, de nous parler de la Vie, si complexe, si belle et si triste aussi. La photo est très belle, je n’ai jamais vu de rails aussi brillants que ceux-là, le reflet du soleil transforme tout le paysage et les choses. Bon week end et bises.

  53. Merci à toi Quichottine
    J’ai beaucoup d’émotion en lisant ton billet et ces mots qui disent tant de choses…
    ces choses précieuses que rien ne saurait défaire, ces liens de vie qui nous happent subtilement dans leur trame.
    Je t’envoie de gros bisous et de tendres pensées
    Cendrine

  54. Elle est belle cette photo §
    Oui je crois qu’on peut choisir de changer de wagon, ou même de train, il faut oser, avoir le courage, certains le font, d’autres non, je suis de celles-là, peut-être ais-je tort …
    Bon dimanche, bisous !
    Cathy

    • Je ne suis pas à même de juger ceux qui n’osent pas… il m’est souvent arrivé de ne pas oser…
      Merci pour tout CathyRose.
      Passe un bon dimanche toi aussi. Bisous.

  55. « Voyageur, le chemin
    sont les traces de tes pas »
    Machado
    Merci pour ton texte qui nous fait réfléchir sur la vie et notre voyage sur cette terre…Nos chemins seront faits de nos pas lents ou pressés, sûrs ou incertains…Ils seront faits de nos doutes, de nos espoirs, de nos bonheurs, de nos souffrances…
    Ils seront un chemin parmi d’autres chemins…Chemins de passeurs et de pèlerins qui suivent leur destin…

  56. Un poème en partage

    Ce que tu vivras désormais
    N’en parle à personne

    Dis simplement les choses banales
    Il fait beau, le vent souffle

    Retire-toi dans la lumière qui t’est donnée

    Pleure si tu dois pleurer
    Réjouis-toi des amis qui te cherchent

    Et quand tu auras fait ton chemin
    Tu ouvriras les bras comme un livre d’amour

    Marc Baron

    • Pleure si tu dois pleurer… c’est vrai que c’est important de le faire… même sans partager ses larmes avec d’autres.
      Je t’embrasse fort. Merci pour ce poème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.