Il était trois images… chez Gérard

J’ignore si vous connaissez Gérard… Bien que j’en aie déjà parlé ici, il y a de nombreux nouveaux visiteurs dans la Bibliothèque et même les anciens ne sont pas obligés de se souvenir.

 

Donc, comme je ne le sais pas, je vous dirai que, chez lui, il n’y a pas de blabla.

 

Un titre, une photo, un lieu, une catégorie qui oriente la lecture de l’image…. ou non. Cela suffit pour transmettre des émotions, en regardant ce qu’il nous montre.

 

Pour contrebalancer son silence et pour ne pas être en reste devant ses images…

 

– Tu nous as écrit un roman ?

 

C’est exact. Mais, à l’échelle d’une page de blog, ce sera juste une nouvelle, toute petite… J’aurais pu l’appeler « Trois images pour la vie« … Ce sera seulement : « Elle et Lui« .

 

Il va sans dire que Gérard n’étant pas au courant de la fiction que j’ai bâtie autour de ses photographies, je m’engage à les lui rendre dans l’instant s’il n’en est pas satisfait, et, comme toujours, un « clic » sur chacune d’entre elle vous la montrera en très grand sur la page originale, chez son auteur.

 

 

Elle et Lui

 

« Tu sais, il y a des jours où l’on pourrait se prendre pour des coquelicots passagers clandestins d’un champ de blé sous un ciel d’orage… », lui avait-elle dit la toute première fois.

 

110617_Photoplap.jpg

 

Il l’avait regardée avec étonnement, la trouvant très étrange. Comment pouvait-elle personnaliser de simples fleurs des champs ? Mais, le temps avait passé, avec toujours autant de mots inattendus dans ses échanges avec lui. Des années…

Elle était devenue sa compagne au grand dam de ceux et celles qui espéraient qu’il ferait un grand mariage, qu’amis et familles se réuniraient pour une cérémonie très ennuyeuse dans la cathédrale où ses parents s’étaient jurés fidélité, bien longtemps auparavant.

Ils n’avaient eu ni cathédrale ni témoins.

 

Ils s’étaient retrouvés sous le porche d’une petite église un matin… Pas pour un mariage, non, seulement pour une visite impromptue. Elle la trouvait jolie, et ils étaient entrés. Ils avaient parcouru la nef centrale puis le transept en s’arrêtant devant chaque sculpture, chaque vitrail.

 

Légèrement à l’écart, il l’observait.

 

Elle avançait puis s’asseyait sur l’un des bancs, face à la lumière. Elle ne disait rien, mais il pouvait suivre sur son visage l’évolution de ses pensées. Tantôt sombres, tantôt souriantes, comme si elle s’était imaginée près de l’artiste qui façonnait ces décors. Ses lèvres s’entrouvraient, dans un « oui » ou un « non » silencieux. Elle secouait la tête parfois, ou opinait avec un sourire.

 

Il ne savait jamais quand elle se lèverait pour passer au suivant. Ce pouvait être très bref, ou très long. Lui se taisait, il attendait le bon moment.

 

Un vitrail lui parut différent. Elle resta debout, longuement, cherchant à découvrir pour chaque partie du puzzle de couleurs qui le composait sa correspondance sur le reflet que le soleil de septembre projetait à l’intérieur.

 

110521_Photoplap.jpg

 

Cela dura longtemps, très longtemps.

 

Finalement, las d’attendre, il lui mit la main à l’épaule, doucement, comme pour la sortir de son rêve.

 

« Si je te le demandais, tu m’épouserais ? »

 

Elle ne répondit pas tout de suite. Elle s’était appuyée à la pierre et le reflet orangé du vitrail cachait peut-être son émoi. Il crut qu’elle n’avait pas entendu, mais il n’osa pas répéter sa question.

 

Elle reprit sa visite, plus lentement encore. Il s’assit à son tour, face au chœur, tandis qu’elle s’arrêtait un peu plus loin, derrière lui.

 

Il avait espéré qu’elle se jetterait à son cou, qu’elle verserait une larme, comme les « Miss » au moment de la remise de leur couronne. Mais non. Elle n’avait pas réagi. Il n’aurait pas su dire s’il était déçu ou non. Juste abasourdi. Un peu inquiet tout de même. Ne savait-elle donc pas qu’il l’aimait ?

 

Il n’osait plus bouger. Il hésitait entre la quitter tout de suite, là, sans adieu, et la secouer comme son oncle le faisait des pruniers au moment de la cueillette.

 

« Ô temps suspends ton vol …» *

La voix claire jaillit du fond de l’église.  Elle se tenait près de la lourde porte de bois sculpté et lui souriait, comme si rien ne s’était passé.

« Écoute… »

Dehors, sur la route poussiéreuse, un troupeau passa, dans un concert de clochettes et de sabots mêlés. Une voiture lança un coup de klaxon rageur et prolongé tandis que le lourd bourdon de l’église se mettait à battre pesamment, suivi de près par un carillon dont nul ne sût d’où il venait.

« Écoute, dit-elle tandis qu’il la rejoignait. C’est la sortie de la messe, de notre grand-messe à nous. Nous n’en avons pas besoin d’autres. C’est oui. Je passerai tous mes jours, toutes mes nuits, ma vie entière avec toi.
– Mais…
– Pas de mais. C’est à prendre ou à laisser. »

 

 

Il l’avait prise dans ses bras, et elle ne l’avait plus jamais quitté. Ils avaient eu des soucis, bien sûr, comme tout le monde. Mais aussi de grandes joies. Il n’avait jamais craint de la perdre, jamais. De l’aube au crépuscule, sans qu’il en sache les raisons, elle ne le croisait jamais sans le détailler avec la même attention que celle déployée devant le vitrail…

Quand il lui demandait ce qu’elle cherchait, elle répondait naïvement :

 

« Je cherche le morceau qui manque, tu es le puzzle de ma vie. »

Ça le faisait rire et elle riait avec lui…

Des années… Des années d’un bonheur tranquille où le quotidien était plein de surprises, de mots juxtaposés comme ils l’étaient, elle et lui, si différents et pourtant si bien assortis, de silences aussi, mais dont chacun connaissait les clés.

Et il y eu un soir, il y eut un matin…

Ce jour-là, elle sortit de la maison du bord de la falaise, celle où ils avaient tant partagé. Elle le quitta lui, lui qui l’avait déjà quittée sans qu’elle le sût, au milieu de la nuit.

Elle avança dans la mer qui roulait des vagues immenses et aussi
grandes que le cri qui ne pouvait jaillir de sa poitrine en feu…

 

110613_Photoplap.jpg

 

Et elle pleura, longtemps, pour la première fois.

 

 

Cergy le 21 juin 2011

© Quichottine pour le texte

© Photoplap pour les photographies

 

 

 

Merci, Gérard, pour ces photos splendides sans lesquelles cette histoire n’aurait pas existé.

 

* Vers emprunté à Lamartine, dans « Le Lac« .

96 réponses à “Il était trois images… chez Gérard

  1. C’est pas bien de nous mettre une histoire triste, pour commencer la journée !

    Belle inspiration …

    Bon dimanche.
    Amitié et bisoux

  2. Je vais chez Gér@rd tous les matins ou presque, c’est mon petit moment de plaisir quotidien. Ses photos sont tellement superbes mais au dela de ca beaucoup sont originales, insolites. C’est un vrai artiste. Bisous et bon dimanche

  3. Très émouvant, mais cette « histoire » peut-être tout à fait réelle…

     

    Bon dimanche Quichottine et bises de nous deux.

    • Elle l’est pour ceux qui l’ont vécue…

      Bonne journée et bises à vous deux. Un grand merci pour ta présence fidèle et tes mots.

  4. bonjour,

    tu imagines combien je peux apprécier …

    très bon dimanche

  5. Ce que fait Gérard, ce que suggèrent ses photos pour chacun, c’est ce que j’apprécie au delà de la beauté des images … Des invitations, et des énigmes …

    Je ressens une impression  » d’équilibre  » entre les photos que tu as choisies et l’histoire que tu as écrite, même si, prises individuellement, chacune des images ne m’a pas sollicitée tout à fait comme toi (mais c’est  » logique  » en fait, comme l’imaginaire est individuel).

    Merci à vous deux.

    Bonne journée, Quichottine. Bises dominicales

    • Il a fallu que j’aie choisi les trois images pour que naisse l’histoire. Chacune séparément était différente.

      Merci à toi pour ce partage et tes mots toujours si justes.

      J’aime beaucoup ce que fait Gérard.

  6. Une vie en une page et 3 images … c’est un bon exercice!

  7. Bonjour Quichottine. Je ne connais pas Gérard. Ses photos sont très belles et tu as joliment brodé autour. Bon dimzanche et bisous

  8. Bonjour Quichottine, je découvre Gérard et son clic très pro !!!  Excellentes photos, et toi comme dab tu nuos en fait une histoire ici émouvante…. Bon dimanche à toi, bises de jill

  9. Il y a des photos qui inspirent et des vies qui inspirent.

    Rare est la vie d’un bonheur tranquille et paisible.

  10. Je reviendrai lire l’histoire Quichottine, on me réclame avec insistance… mais les photos de Gérard sont splendides, je l’ai vu quelquefois et apprécié, sans y laisser souvent mon écho, , et le coup de projecteur que tu donnes sur lui est magnifique…

  11. Jolies photos!!!! Bon dimanche bises

  12. J’aime beaucoup le blog de Gérard, ses superbes photos. Tes mots sont prenants, cette nouvelle est forte, comme la dernière image, elle a la force des vagues qui s’élancent à l’assaut des rochers puis se retirent en gémissant. C’est beau, tout simplement. Pardonne la platitude de ce commentaire, le silence seul pourrait témoigner justement de mon ressenti.

  13. C’est incroyablement beau !

  14. Une très belle histoire d’amour pour de magnifiques photos. Merci pour ce beau moment.

    • Merci à toi pour ta présence. Je suis contente qu’elle t’ait plu.

      Passe une belle journée, Solange. Je t’embrasse.

  15. Je trouve la 3ème photo exceptionelle par la violence qui s’en dégage… Elles sont superbes toutes les trois… Ton texte me touche profondément…
    Merci Quichottine, bisous.

    • Merci, Liliane.

      Les photos de Gérard me plaisent infiniment. Alors, je suis contente que ce texte ait pu ainsi toucher mes lecteurs.

      Bisous, Liliane. Passe une belle journée.

  16. La troisième photo est tout simplement bouleversante. Merci pour cet instant de lecture.

  17.  c’est une belle histoire d’amour que tu nous as racontées avec ces trois photos…

  18. très belle soirée, Quichottine

  19. Bien sûr que je connais Gérard et ses magnifiques photos

    Elle est très belle ton histoire triste certes mais très jolie

    Tu sais quand on se trouve face à une telle beauté, soit que l’on pleure soit …. on rêve et souvent les photos de Gérard nous font rêver

    Bisous

  20. un délice + un délice = des lices?!!!

    Gérard fait un joli travail, de cette simplicité qui demande des efforts et des choix, de la contemplation et de l’imagination

    pas du genre à imposer la critique, à moquer, à dédaigner… l’oeil se pose, tantôt bienveillant, tantôt espiègle… et toujours au service d’une harmonie sans faille…

    merci pour toute cette créativité, ces émotions, ce ressenti offerts ici en partage… qui appelle tout ce qu’il y a de positif, et qui réjouira même les plus coriaces les plus cyniques et les plus autocentrés des lecteurs…

     

    ah oui, ya des jours où ça fait une lourde masse à mettre en mouvement… merci pour cette nrj, ‘Tine, merci.

    gros bisous et belle fin de dimanche chaud et ensoleillé

  21. Bonsoir Quichottine. Elle n’est pas gaie ton histoire mais comme elle est belle… Je comprends que les photos de Gérard t’inspirent. Il a beaucoup de talent. Vos dons respectifs se sont bien retrouvés dans ce texte illustré (ou dans ces photos légendées).

    Un grand bravo à vous deux et de gros bisous !

    • Disons que les photos réunies l’ont été pour une histoire imaginée de toute pièce à partir d’images qui m’avaient parlé, chacune, individuellement, autrement…

      J’aime énormément ce que fait Gérard sur son blog.

      Passe une belle journée. Gros bisous à toi aussi.

  22. Des très belles photos en effet et si bien racontées. Merci à vous deux et bonne semaine. Bises

  23. Je ne connais pas Gérard; ses photos  que je vois là chez toi, me plaisent beaucoup.

    Il y a de la recherche .

    Tu as créé une magnifique histoire  , elle m’attriste un peu sur la  fin bien sûr ,mais le plus grand bonheur  au monde finit lui aussi un jour

    Merci pour cette belle histoire, je t’embrasse

    • Merci, Fanfan…

      L’histoire aurait pu se terminer autrement, mais cette image, face à la mer, me disait une absence.

      Passe une belle journée. Je t’embrasse très fort.

  24. Un long chemin que je viens de parcourir chez toi Quichottine, Ton histoire passionnante et passionnée voir chaotique pour passer du coquelicot à la mer déchainée via un vitrail d’Oléron. quelle imagination débordante mais frisant la réalité c’est là justement le talent. Merci aussi à tes visiteurs qui sont aussi pour certains les miens et leurs mots élogieux …mérités ou pas !! ..deux grosses bises sont peu de chose pour l’effort fourni. Bonne nuit  !!! 

    • Je crois que tu mérites chaque compliment, Gérard. Tes photos sont splendides.

      Merci encore de mes les avoir prêtées.

       

      Les images me parlent et le seul effort que j’ai fourni est d’avoir dû choisir entre des photographies toutes plus belles les unes que les autres…

       

      Passe une belle journée.

  25. C’est magnifique, mon amie. Permets-moi de ne rien dire d’autre.

  26. J’ai relu tranquillement cette belle histoire, elle laisse des interrogations, ce qui en fait le charme !

  27. Il avait dit :

    Ma vie est cernée, comme ce vitrail.

    Pourquoi tu ne pars pas ?

    Où veux-tu que j’aille ?

    Loop

     

    • Une autre façon de voir… J’aime aussi. Mais je préfère penser qu’il n’a pas voulu partir et non qu’il n’avait aucun endroit où aller.

      Merci pour ces mots, Pénéloop.

  28. Bonsoir Quichottine, magnifique histoire en mots et en silence de mots tu fais passer une très belle émotion.
    Les images sont tout simplement magnifiques !
    Je t’embrasse
    Anne

  29. Combien je te comprends.

    Bises

  30. je ne sais que dire, Quichottine, tant ce texte m’émeut

  31. merci pour cette belle découverte, j’ai raté plein de tes partages, que de temps à rattraper … merci quichottine

  32. dentelline

    Bonjour Quichottine,

    Très beau texte!

    Les photos de Gérard sont sublimes, j’adore!!!

    Quel talent!

    Bises,

    Dentelline

  33. C’est très très beau bravo à vous deux. bises je file à l’expo

  34. bonjour  quichottine, oui pas de solution a ce problème d’adresse, faut faire avec…lol
    passe un très bon dimanche
    amitiés rené

  35. Ces 3 superbes photos t’ont inspiré une magnifique histoire ma Duichottine. A la fin j’avais la larme à l’oeil. Bises et bon dimanche

  36. Gérard est un fidèle depuis longtemps, je crois bien que dans ceux qui viennent régulièrement chez moi, il est le seul à venir depuis quasiment le début en 2006…

    Bon dimanche

    • Gérard a déposé son premier message chez moi en avril 2008… et nous nous sommes perdus de vue pendant un temps, sans nous oublier tout à fait.

      J’aime énormément ce qu’il montre.

      Bonne journée à toi aussi, ABC. Merci pour ce partage.

  37. canelle56

    Ce texte m’a beaucoup touché !! je viens d’aller aussi chez ton ami

    c’est très beau , bel univers

    bises Quichottine

  38. Ohhhh il y a trop longtemps que je n’ai rendu visite à Gérard!!

    J’y vole!

  39. Mistigris

    Il n’y a rien à ajouter, quelle belle histoire d’ Amour! MERCI Quichottine,

    et aussi à l’auteur des photos. Bises MIAOUUU!!!!!!!!!!!!!!!!

  40. Mamychachat

    D’abord souris avec ton « secouer comme un prunier » puis tites larmes à la fin de cette très belle histoire (oui je sais je suis une grande sentimentale !)

    Merci beaucoup à Gérard pour ses superbes photos et merci à toi pour ta belle sensibilité … et tes jolies phrases …

    A bientôt et gros bisous

     

  41. Les photos sont bien accompagnées, Quichottine sait faire ce genre de petit régal

    Bises ma douce

  42. m'annette

    les photos sont splendides, et la nouvelle, belle et poignante.
    Je n’aimais pas les nouvelles, pour de mauvaises raisons, car je n’en lisais pas.. Et tu m’en as fait découvrir, et depuis, c’est un genre qui m’attire….

    PS: cette dernière photo est splendide!

  43. Très belle histoire très bien illustrée comme toujours, merci Quichottine

    Bonne soirée

    • Une histoire née de la mise en relation de trois splendides images.

      Merci de l’avoir lue.

      Passe une belle journée, Laure. Gros bisous.

  44. Quel déchirement la fin de l’histoire , j’aurais bien vu elle et lui , face à ces vagues se dire qu’ils devront passer ensemble bien des tempêtes 😉

    Bonne fin de soirée Quichottine Bisous :*

    • Il l’aurait photographiée, si calme devant cette mer déchainée et, ensuite, ils auraient marché main dans la main sur la plage, jusqu’au coucher du soleil…

       

      Merci, Urban. Passe une bonne journée. Bisous.

  45. c’est bien écrit et j’ai frsionné à la fin, si l’émotion passe le texte est réussi

    bravo pour cette belle histoire, elle n’avait pas besoin d’être plus longue, tout y est

    bises

  46. Hé je suis arrivée là…. facile nous n’étions que 6 dans tes allées… évidemment je ne me suis pas arrêtée aux mots quoique… je suis restée plantée devant Regain! Mais là ce sont les photos qui m’ont arrêtée…. elle sont magnifiques! merci à toi et à Gérard!

    Bises

    Dany

    • Je suis contente qu’elles te plaisent. Tu sais, j’aime bien aussi qu’il y ait des livres d’images sur mes étagères.

      Merci d’avoir pris le temps de les regarder.

      Bises et douce soirée à toi.

  47. ♥ Trinity ♥

    J’avais lu une première fois ta « nouvelle » puis j’étais allée visiter ton ami chez qui j’ai vu de bien belles images.

    Pourquoi n’ai-je pas laissé de commentaire à ma première lecture… peut être parce que cette histoire me ramène un peu à celles que j’ai vécues. Des chemins que j’avais choisi de parcourir, sans savoir qu’un jour je quitterais ces chemins, en laissant derrière moi des hommes qui m’avaient accompagnée et qui ne s’étaient pas rendu compte que nous ne marchions plus côte à côte, que même lorsque nous essayions de nous mettre « au diapason » il y a avait déjà un énorme fossé qui s’était formé et que nous ne pouvions plus combler…

    La vie est comme un livre, on y écrit nos propres chapitres, puis un jour on tourne une page et on recommence un autre chapitre. Ce que nous avons « ecrit » reste là, et de temps en temps nous revenons lire dans notre mémoire toutes ces pages anciennes…

    Merci à toi une fois encore pour avoir su m’interpeler par tes mots !

    Je t’embrasse et te souhaite une belle fin de semaine

    Claire

     

     

    • Et un grand merci à toi pour ce nouveau partage qui me touche infiniment.

      Les images de Gérard m’ont aussi beaucoup impressionnée… Je ne maîtrise pas toujours ce que j’écris.

      Je crois que nous ne pouvons arracher aucune page au livre de notre vie, mais Dieu fasse que celles que tu écris aujourd’hui soient les plus belles.

      Je t’embrasse très fort. Passe une douce soirée.

  48. Ha mais non zut alors, c’est trop triste cette fin, je n’aime pas ça du tout, j’ai envie de pleurer c’est malin, déjà que je peux regarder vingt fois out of africa en pleurant à chaque fois à la fin, et les images ici (j’aime beaucoup ce que fait Gérard tu t’en doutes) … ah la la… vilaine va sniff. bisous Quichottine

    • Je suis navrée… c’est ce que les images m’ont raconté.

      Je sais que cette fin m’a surprise moi aussi. Mais je la sentais si seule, là…

       

      Bisous et belle journe à toi. Grand merci et pardon pour le retard.