Souffleur de vie dans la forêt de Snow

Lorsqu’il s’est agi de choisir, dans la longue liste des possibles, un nouveau métier, j’aurais pu emprunter à Hirondelle certains mots (j’avais beaucoup aimé, en son temps, son « écouteuse de vent« ), ou me contenter d’être « tisseuse de rêves« , appellation qui me convient et qu’utilise souvent Joëlle Chen.

 

Mais j’aurais aimé, je crois, être « Souffleur de Vie« …

 

 

Je ris… Vous voilà fort dépités, un peu inquiets… Quichottine aurait-elle définitivement perdu la tête ? Se serait-elle complètement fourvoyée dans une mégalomanie destructrice ?

 

Mais non… Je pensais à des images vues chez Snow.

 

Lorsque j’ai vu la première (clic), j’ai pensé, tout de suite, à ces instruments que l’on utilise dans les pays de montagne, de grandes trompes si longues, si lourdes, qu’il est impossible d’en jouer sans les poser au sol…

 

L’image était magnifique, les mots sont venus, sans que je puisse ni veuille les retenir.

 

Il attend… il a posé devant lui son instrument, et, lorsqu’il commencera à y souffler, un son grave et long se propagera de loin en loin, se répercutera sur chaque pierre du chemin, glissant le long des troncs qui s’y pressent.

Il regarde au loin… très loin, là-bas, le temps n’existera plus.

 

Alors, il inspire longuement, approche ses lèvres de la trompe, et souffle, souffle, comme si cela pouvait redonner la vie à ceux qui l’ont perdue.

 

Là-bas, très loin, si loin… quelqu’un qui attendait l’entend et peut enfin fermer les yeux.

 

Douce nuit…

Commentaire n°1 posté par Quichottine le 25/03/2011 à 00h51

 

 

Snow m’a dit alors qu’elle avait gardé l’orchestre pour une autre fois… et elle m’a envoyé l’image.

 

Les images de Snow sont magiques… Ce n’est pas la première fois que je laisse des mots sous l’une d’elle, ce ne sera pas la dernière, c’est évident.

 

Elle avait raison, il y avait là tout un orchestre, des « Souffleurs de vie » qui escaladaient la montagne.

 

Alors, j’ai écrit ce texte, pour elle, pour ceux qui auraient envie de le lire.

 

 

Là-bas…

Il y a des géants de bois qui escaladent la montagne, chacun espérant secrètement que l’ascension ne sera pas trop longue.

Ils grimpent, comme encordés, s’appuyant les uns aux autres.

Ils portent de longues trompes, de celles que les montagnards utilisent pour transmettre les informations, de col en col, de sommet en sommet… Elles sont creusées dans le bois dont ils sont nés eux-mêmes… Ils font corps avec elles.

Là-bas, ce n’est plus un, mais tout un ensemble de souffleurs de vie qui monte pesamment dans la neige.

Ils savent que c’est important, que chacun jouera sa propre note et que toutes, ensemble, créeront l’immense accord qui doit délivrer le monde d’un danger bien plus grand que ceux déjà oubliés.

Il arrive qu’un des leurs plie… et que l’instrument qu’il tenait à bout de bras se brise, désormais inutile.

Alors, ils grimpent, en laissant derrière eux celui qui est tombé car il n’en pouvait plus. Ils le regardent longuement comme dans un dernier adieu, comme pour lui dire qu’il ne sera pas mort pour rien. D’autres souffleront plus fort, plus longuement, pour palier son absence.

Là-bas… Ils vont vers le vent, la lumière, ils savent que c’est leur Hymne au Soleil qui nous sauvera.

 

© Quichottine, 28.03.2011

 

Les Souffleurs de Vie de Snow

 

 

Merci à Snow pour ce merveilleux partage.

 

(N’hésitez pas à aller chez elle pour voir ses images en plus grand.)

 

96 réponses à “Souffleur de vie dans la forêt de Snow

  1. il est tard j’ai couru à en perdre mon souffle….pas au point à ce que l’on me souffle les mots. Bonne nuit et bravo pour ton texte.

  2. Je n’arrive pas à lire ton texte ce matin mes yeux se ferment, rassures toi c’est partout, je crois que je ne vais pas insister et retourner me coucher. Bisous.

    Martine : http://www.cergyrama.com

    Eglantine : http://quaidesrimes.over-blog.com

     

  3. J’adore ton poème. Belle inspiration…

    Bon mercredi.
    Bisoux pluvieux.

  4. C’est loin d’être ridicule ce que tu écris, il existe réellement des souffleurs de vie,. Ils utilisent des instruments différents, les uns prendont la plume, d’autre le pinceau, certains le son…… mais rarement la parole, c’est à celui qui est en manque de les trouver….. Et parfois ils trouvent parce qu’ils ont la confiance…..

    Dommage, que de nos jours, ce soit une rareté…….

     

    Bises de nous deux  et belle journée Quichottine…

    • Merci infiniment pour ces mots-là, Patriarch.

       

      J’aime quand on peut trouver les mots qui rassurent.

      Bises et douce journée à vous deux.

  5. Oui j’ai lu ton passage remarqué chez snow… Quichottine c’est tout à fait ça pour la photo…. Au plaisir de te lire encore au « Canada »…. Bisesde jill  

  6. C’est très beau !

    Merci quichottine !

    Allons avec eux vers le vent et la lumière!

  7. Espérons que les souffleurs de vie arrivent à leur fin !

  8. merci pour ce souffleur de vie, qu’il souffle bien fort ces jours-ci !!!!

  9. Sur un autre blog (mais pas le sien), sur une autre image, Patriarch avait fait la comparaison avec les tuyaux d’un orgue, de grandes orgues … 

     

    Ces arbres réunis, se soutenant,  » souffleurs de vie  » me font toujours penser à une famille d’arbres, une des dernières histoires naturelles de Jules Renard.

     

       » C’est après avoir traversé une plaine brûlée du soleil que je les rencontre. 

       Ils ne demeurent pas au bord de la route, à cause du bruit. Ils habitent les champs incultes, sur une source comme des oiseaux seuls. 

       De loin ils semblent impénétrables. Dès que j’approche, leurs troncs se desserrent. Ils m’accueillent avec prudence. Je peux me reposer, me rafraîchir, mais je devine qu’ils m’observent et se défient. 

       Ils vivent en famille, les plus âgés au milieu, et les petits, ceux dont les premières feuilles viennent de naître, un peu partout, sans jamais s’écarter. 

       Ils mettent longtemps à mourir, et ils gardent les morts debout jusqu’à la chute en poussière. 

       Ils se flattent de leurs longues branches pour s’assurer qu’ils sont tous là, comme les aveugles. Ils gesticulent de colère, si le vent s’essouffle à les déraciner. Mais entre eux aucune dispute. Ils ne murmurent que d’accord. 

       Je sens qu’ils doivent être ma vraie famille. J’oublierai vite l’autre. Ces arbres m’adopteront peu à peu, et pour le mériter, j’apprends ce qu’il faut savoir : 

       Je sais déjà regarder les nuages qui passent. 

       Je sais aussi rester en place. 

       Et je sais presque me taire. « 

     

    Merci pour ce partage, Snow et Quichottine. Bisous.

    • Merci à toi pour ce texte, Midolu… C’est vrai qu’il se prête aussi très bien à la forêt de Snow.

       

      J’aime beaucoup ce que dit Jules Renard sur les choses à apprendre pour devenir un arbre…

      Je suis encore bien loin d’avoir tout appris.

       

      Bisous, Midolu. Merci encore… pour tout.

  10. Que la belle ascension de ces souffleurs de vie, musiciens plein de vaillance serve en effet à quelque chose, à nous lier, à insuffler l’espoir… Ces souffleurs-grimpeurs me font penser aux siffleurs Pyrénéens qui se donnaient des nouvelles ainsi d’une vallée à l’autre, ils avaient tout un langage… Nous avons des mots si pauvres parfois, pour convaincre,  on aimerait en avoir de différents en effet, pour que chacun en comprenne bien le sens, pour dire sans fard les choses essentielles…

    Belle page Quichottine

    • C’est vrai… je n’avais pas pensé aux siffleurs…

      Les mots n’arrivent pas toujours à convaincre, mais le temps peut aussi rendre les choses plus faciles…

       

      Merci, Marine, pour ce partage.

  11. Je suis allée au fur et à mesure portée par tes mots voir son blog et c’est vrai que là bas, on sort du contexte simple photo, elles ont toutes une histoire.

    Amitiés, Flo

  12. Beau montage hivernal!

    bises

  13. Je ne sais pas pourquoi cette ascension me fait penser au film Himalaya…Le chef monte une dernière fois et laisse tout au long de l’ascension son message….VITA

  14. J’ai pour habitude de suivre tes liens dès qu’ils se présentent, aussi ai-je lu tes textes là où tu les avais spontanément laissés, avant de les retrouver chez toi. Et j’ai aimé, beaucoup, et j’ai aussi aimé le texte de Jules Renard que Midolu a mis en parallèle.

    Mais toi aussi tu as été, et reste (pour nous et beaucoup d’autres) une souffleuse de vie(s). Pas du même bois, c’est tout !

    • Tu sais, j’aime les partages, et les mots de Midolu sont toujours en phase avec ce qu’elle lit.

       

      … Toi aussi, d’ailleurs, et c’est pourquoi vous m’êtes si précieuses.

       

      Ton compliment me touche, même si je ne crois pas le mériter complètement.

      Merci infiniment pour ton amitié.

  15. bonjour Quichottine, ces arbres courbés qui luttent contre l’érosion, les forestiers de mes montagnes les nomment « arbres en tuyau de pipe » ils ont en effet la forme des Cors des Alpes , je vais te decevoir mais ces trompes Suisses sont souvent maintenant en plusieurs morceaux pour être transportées. Par contre il n’est par rare de voir encore ces troncs arrondis soutenir un chenaux de bois.

    Laissons la poésie opèrer surtout quand elle vient d’outre atlantique je crois.

    bonne fin d’après midi.

    • Je me doutais bien… Mais j’ai eu envie de penser ainsi.

      Merci pour tout ce savoir que tu sais si bien partager.

       

      Douce soirée à toi.

  16. Bonsoir chère Tisseuse de rêves, car pour moi c’est ainsi que je te vois mais c’est vrai que « Souffleur de vie » te correspond tout aussi bien … tes lignes nous le confirme et je suis ravie de les trouver ici en parfait harmonie avec l’image de Snow… Merci à toutes deux, je t’embrasse 🙂

  17. Ils sont impressionnants ces souffleurs de vie, j’aime…
    Il y a bien des souffleurs de vie tout autour de nous, ceux qui veulent qu’on s’accroche à une mélodie, une aquarelle, une poésie…  et d’autres encore.
    J’ai eu l’occasion (dans une autre vie) de voir un institut pour adolescents pas comme les autres et j’avais longtemps gardé à l’esprit un atelier de peinture appelé « souffleurs de vie » parce qu’au fond de moi je me demandais si les souffleurs de vie étaient ces éducateurs si motivés ou ces jeunes gens tout aussi motivés, je préfère penser que c’était un échange  « de vies » pour rester en vie.
    Je suis loin de ton sujet, mais c’est de ta faute, tu nous entraîne toujours sur des chemins de traverse!
    Passe une bonne fin de journée

    Bise
    Viviane

    • Tu n’es pas si loin, Viviane… Merci infiniment pour ce partage qui me touche plus que je ne saurais te le dire…

       

      Passe une douce soirée. Bises à toi aussi.

  18. Souffleur de vie … quel beau métier, quelle belle vocation même !

    Et si nécessaire pour réveiller cette humanité encore endormie.

     

     

  19. Belle interprétation de ces photos. Par tes écrits tu insuffles la vie aux choses.

  20. J’adore ! C’est tellement en harmonie avec la photo  !

    Ces troncs recourbés  ressemblent effectivement à ces instruments qui servent à souffler . Ton texte me fait imaginer leur lente et difficile ascension  .

    Je suis allée voir la photo chez Snow .

    Merci pour ce moment poétique .Bisous

  21. quelle belle profession ce doit être et quel bonheur on peut donner aux autres

    bises et belle soirée

  22. Souffleur de Vie c’est un bien joli métier… Il en faudrait beaucoup un peu partout. Moi je rêvais d’être « puiseur de merveilles »… Bonne soirée et bisous 

    • J’aime beaucoup « puiseur de merveilles »… Je te souhaite d’en trouver de nombreuses…

      Merci tout plein.

       

      Douce soirée et bisous à toi aussi.

  23. Bonjour Quichottine,

    souffleurs de vie,j’aime bien ces mots et par ta plume,tu en fais partie.

    Bonne journée et prends bien soin de toi.

    À bientôt.

  24. Un hymne au soleil? Vite, vite chantons-le qu’il revienne nous caresser!

    Passe une bonne nuit.

    • Il faut l’appeler très fort… Il s’est caché derrière un rideau de nuages et de pluie aujourd’hui…

      Bonne nuit à toi aussi. Merci !

  25. Bonsoir Dame Quichottine, un petit tour dans tes allées, pour y retrouver les beautés de Snow, quel joli métier que celui là ! « souffleur de vie » …. ça me parle au plus profond ces Quichottiniers en armée d’oXygène !! merci pour ce billet , bravo à Snow toujours pour ses images zyeutées pour nous !! bizzzoux… à la courtille en ce moment !! mais bizzzoux doubles à vous deux

  26. Bonsoir Quichottine, j’aime beaucoup tes textes sur les photos de Snow, c’est un dépaysement vers un monde de légendes, c’est peut être ainsi qu’elles naissent…

    Amitiés

    • Merci pour ces mots, Adamante.

      J’aime aussi énormément vos partages. Tes mots et ses images sont en harmonie.

      Amitiés.

  27. Bon jeudi.
    Bisoux

  28. c’est tellement beau, reposant, ……. différent les paysages à la montagne

    ce qui  est génial aussi à la montagne, c’est l’écho, tu vois, on peut même dire « souffleur de mots », chaque syllabe résonne dans la montagne

    bisous

  29. Bon jeudi!!!!

    Mars se termine et les beaux jours arrivent! bises

  30. dans un souffle d’amitié je te remercie pour ton passage et pour cette belle promenade des mots que je viens de vivre……………….

  31. merci pour toutes ses ouvertures culturelles et très artistiques

    j’ai déjà vu plusieurs fois le blog de SNOW  normal         j’adore la neige

     

    je viens de lire le Goncourt de Michel Wouelbecq,  je le lis rarement , mais là ça parle de lieux du Limousin tout près de chez moi, pas mal du tout, bien écrit

  32. Bon dimanche !! à la bibliothèque!

    bises

  33. Les images de Snow et les textes de Quichottine qui les accompagnent me font rêver  d’un hiver froid où celle qui attend est sagement assise près de la cheminée et espérant  le retour de son bien aimé.

    C’est magique.

    Bisous doux mon amie.

  34. bonjour quichottine, pour te répondre, je ne pense pas qu’un cygne nage dans les nénuphars,  passe un très bon mercredi bises

  35. •-~•*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*•~-•

    EDF est en grève nous avons des coupures tournantes

    le mouvement est entrain de se durcir

    ce qui fait que j’ai des difficultés à rendre visite à mes aminautes

    je te souhaite une douce soirée

    bisous 

     

     

     

    ¸.•♥•.¸¸.•♥ •Ś.Ő.Ń.Ŷ.Á•♥•.¸¸.•♥•.¸

    • Et nous avons du mal ce soir avec nos réponses aux commentaires…
      Merci d’être passée, Sonya. Bisous et douce soirée à toi aussi.

  36. Oui c’est très beau ! Chez moi le souffleur de vie c’est le soleil qui tombe à travers les arbres au petit matin dans la brume, il réveille tout sur son passage… c’est un souffleur réveil de vie. bises Quichottine

  37. patdelapointe

    vi, et la neige enrichie tous les paysages…, aussi.

  38. en éffet chouette image, et ton texte et tout aussi prenant , bravo, quel talent!

  39. salut

    Il est beau ce texte des arbres qui montent

    bonne journée

  40. Bonjour Quichottine, je ne sais que dire, c’est magnifique ce que tu écris et merci à notre amie Snow pour les photos, belle inspiration

    Amitiés bisous, Bruno

  41. Ces termesm’enchant Quichottine, j’aime le non con formisme et l’incitation à sa propre facon de rêver !

    Bises ma douce et bonne soirée

  42. Oo° Kri °oO

    Ses photos sont magiques et les mots que tu leur associent tout autant!!

    Doux rêves Quichottine

  43. m'annette

    aux premiers mots de ton récit, par une association d’idées, j’ai pensé aux indiens qui allumaient des feux, pour s’adresser des signaux..

    c’est bon de laisser son esprit dériver…

    bonne soirée

  44. Déficience Mentale

    Magnifique comme travail, se promener, souffler, mais as tu pensé au son qui sortirait de cet instrument ? J’ai pensé au jazz, directement, je verrais donc là une sorte de trompette, qui délivrerait un son résonnant, qui grésillerait doucement et langoureusement sur les rochers…

    Belle nuit Quichottine 🙂

  45. bonjour quichottine passe un très bon jeudi bises

    pour les orangers, c’est un porte bonheur, son nom chinois ce prononce comme le mot chance !!

  46. Belle journée à toi et si le souffleur de vie se montre timide ce matin, peu importe car nous portons la vie au plus profond de nous

  47. J’arrive de chez Snow ….

    C’est une poétesse photographique.

    Ses images sont superbes !!!

    Merci pour cette belle découverte.

    Gros bisous ma Quich’