La brodeuse de Quimper

Dans l’une des salles du musée de Quimper, face à la cathédrale, Philomène, inlassablement, brode.

100908_Quimper_0.jpg

René Quillivic (1879-1969)
Les Brodeuses, 1907 (détail)

Ses mains s’activent sur la toile. Les yeux mi-clos, elle sait exactement où lancer ses points de soie bleutée. Elle brode depuis si longtemps qu’elle pourrait le faire les yeux fermés.

À quoi donc pense-t-elle ?

Peut-être écoute-t-elle les bruits des alentours. Le vent a-t-il réussi à se glisser dans le musée et à lui murmurer à l’oreille les souvenirs d’autrefois ?

Rêve-t-elle à la rue, aux vitrines des rues piétonnes ?

100908_Quimper_1.jpg

Songe-t-elle au petit lutin rose qui offre aux regards des passants un sourire tranquille à la porte du vannier ?

100908_Quimper_2.jpg

S’est-elle perdue près du marché couvert et a-t-elle retrouvé son chemin, juste en levant les yeux ?

100908_Quimper_3.jpg

Se souvient-elle de ce jour béni où elle l’aperçut, à demi cachée par les arabesques de fer-forgé d’une grille ?

100908_Quimper_4.jpg

Ils s’étaient promenés, plus tard, le long de l’Odet. La rivière avait surpris leur premier baiser.

Était-ce le dernier ?

Au lieu des noces espérées, Philomène avait dû se résigner à coiffer Sainte Catherine.

100908_Quimper_5.jpg

Elle passait chaque jour près de la maison de l’amant inconstant, sans regrets, sans ennui.

100908_Quimper_colombages.jpg

Elle s’offrait des macarons, juste par gourmandise…

100908_Quimper_macaronier.jpg

Serait-elle femme de marin, l’attente ne serait pas plus belle. Que disait le sourire qu’elle arborait alors, regard perdu vers le lointain ?

100908_Quimper_Philomene.jpg

Juste un rêve, un rêve de tendresse et d’amitié.

Le rêve d’une brodeuse au musée.

100908_Quimper_6.jpg

114 réponses à “La brodeuse de Quimper

  1. J’aime beaucoup Quimper, mais je n’ai jamais visité son musée. Tu me donnes envie… 

  2. Merci ma Quichottine de nous faire visiter Quimper au travers le regard de cette magnifique brodeuse. Bises et bon lundi

  3. Tu nous contes un bien joli rêve de brodeuse, Quichottine… et cette maison aux macarons, , si jolie et tentante ! Ton lutin rose aussi me plaît beaucoup…
    Souvenirs de visite à Quimper où nous avions attendus vainement sur le côté de l’Eglise, le petit train pour visiter car j’avais mal aux pieds (ce qui m’arrives souvent !) Pour se venger on a acheté une jolie assiette avec le breton et la bretonne, bien classique !

    Gros Zibous

    • J’ai vu le petit train, mais je ne l’ai pas pris. Ce sera sans doute pour une prochaine fois.

       

      J’aime bien tes achats compulsifs !

      Gros bisous à toi, Zoupie.

  4. Le musée m’a prise, avant le rêve de la brodeuse, la  » faute  » à ce premier lien lancé … 

    Je ne suis pas fière d’avoir délaissée Philomène, c’est la deuxième fois après l’abandon de son amant …

    Mais, c’est l’émotion à découvrir les gravures de Jean Moulin (oeuvre du mois, décembre 1999) qui un instant m’a éloignée de l’histoire que tu as aussi finement brodée que ne le fait Philomène avec  » ses points de soie bleutée « .

     

    Les points contés de Quichottine, un moment de grâce … Un soleil dans ce lundi.

    Bisous

     

    • Les liens sont faits aussi pour qu’on les suive si l’on peut.

      Merci pour ce partage.

      … et merci pour ces points contés… J’aime ces mots en italiques, mots complices.

      Que ta soirée soit belle, Midolu.

  5. J’aime la délicatesse de cette sculpture: la façon dont la brodeuse tient ses doigts , cette silhouette penchée;on la croirait vivante !

    Le lutin rose est  tout mignon! C’est une belle histoire  que tu  as forgé  pour cette jolie brodeuse .

    Saura-t-on jamais à quoi elle pensait?Bisous

     

    • On ne le saura jamais, mais qu’importe ?

      Elle était si belle, si tranquille… Elle m’a vraiment impressionnée.

       

      Merci pour ta présence, Fanfan. Bisous.

  6. UNe belle visite de cette jolie ville en compagnie d’un artisane. Merci pour la ballade.

  7. Elle est superbe cette brodeuse de Quimper, un joli billet que tu nous mets là Quichottine, bisous tout plein 🙂

  8. J’ai visité Quimper en amoureux… A l’époque, je portais une robe brodée blanche qui était courte (c’était la mode). Mon futur épousé a pris une photo de moi près d’une bretonne âgée, toute vêtue de noir qui me lorgnait d’un oeil critique …

    C’est une très jolie ville.MERCI Quichottine pour la promenade et le souvenir qui remonte en moi…

    Bonne soirée? BISOUS.

    • Vous avez donc joué au Yin et au Yang ?

      J’imagine cette photo… toute en contraste. Tu devais être resplendissante !

       

      Merci à toi pour ce partage et pour tes mots si gentils.

      Passe une douce soirée. Bisous.

  9. Quelle douce mise en scène Amie de mes moulins ! J’ai laché ses yeux de suite pour voir les belles images mais aussi parce que je la sais seulement attachée à bien faire = n’est elle point la  brodeuse !

    Merci à Toi. 

    • Il est certain qu’elle prends soin de rester attentive à son ouvrage.

      Mais je sais d’expérience que l’esprit peut vagabonder quelques instants sans lui nuire.

       

      Merci, Liedich, pour tes mots.

  10. une belle balade au coeur de Quimper …bise quichottine

  11. J’aime beaucoup ton conte autour de cette brodeuse si réaliste. J’ai reconnu quelques endroits de Quimper où j’ai pris plaisir à flâner. Bonne soirée et bisous

  12. Une bien jolie façon de nous faire visiter Qimper, avec cette pauvre Philomène.
    Quelle galère pour ouvrir les blogs OB, ce matin ! Grrrr
    Bon mardi ! Bisoux.

    • Merci, Dom.

       

      C’est vrai que OB a des moments bien désagréables.

      Merci pour ce petit chat heureux, et bon mardi à toi aussi…

  13. les brodeuses …

    celles qui faisaient des merveilles de leurs doigts

    ma mère était couturière

    un métier crève la faim disait-elle ……

    bonne journée Quichottine

    • Il y a tant de petits métiers autour de la couture et de la mode… quelques-uns en vivent vraiment, d’autres ne font que survivre, aujourd’hui encore.

       

      Merci pour ce partage, Jeanne. Passe une bonne journée.

  14. Merci, merci Quichottine. Quimper une ville qui m’est très chère. C’est ici que sont mes racines. Ma grand mère adorée était originaire de Quimper. J’y ai encore des cousins. Je n’ai pas visité le musée. Je te conseille la ballade en bateau sur l’odet jusqu’à bénodet et la visite des faïenceries Henriot…. Très émue en passant ici aujourd’hui. Bises

    • Un jour, si j’y retourne, je ferai cette balade… et je penserais à toi et aux mots que tu as déposés ici.

      Merci pour ce partage, Martine.

  15. Je ne connais pas Quimper mais nous avons la chance d’habiter un magnifique pays avec de superbes régions

    La dernière photo est belle, on voit cette brodeuse concentrée dans son ouvrage ou dans son rêve, c’est vrai il y a tant de délicatesse dans leurs doigts

    Bisous et belle journée

    • J’aime la Bretagne, que j’ai découvert il y a très peu. Et j’ai beaucoup aimé cette statue…

       

      Après, j’ai décidé de la faire voyager, un peu contre son gré.

      Bisous et belle journée à toi aussi, Corinne. Merci.

  16. Une bien jolie promenade dans les rues de Quimper et dans la tête de la jolie brodeuse. Encore une réussite !

  17. j’aime bien le regard que tu portes sur cette ville que je connais bien, bisous

  18. je suis sur qu’elle a des mains en or …bise quichottine

  19. pas loin de chez moi …j’irai bien à Quimper… mais pour l’instant, je voyage en Quichottinie et c’est beau!

    • Ah ? En tout cas, je suis contente que tu trouves beau mon espace d’expression.

      Merci, Edith. Passe une belle soirée.

  20. quelle beauté, cette brodeuse !

  21. Allo Quichottine, au moins, tu ne t’es pas piquée.. tu est encore là pour nous raconter ce que tu as vu.. Jolies tes photos.  Tourlou

  22. J’aime beaucoup Quimper

    et

    son musée des Beaux-Arts,

    très lumineux

    et

    qui fleure bon les peintres de Pont-Aven,

    Gauguin, Bernard, and Co.

    ***

    Puisque l’on parle peinture,

    je me permets de vous proposer ce lien :

     » Rouge et noir « 

    est une toile récente d’Emma,

    une de nos amies blogueuses

    ( de talent )

    Pénéloop

    http://aloreedespeutetre.over-blog.com/article-rouge-et-noir-57906704.html

  23. La brodeuse à laissé ses pensées immobiles  au creux de ses mains agiles.

    • Ou ce sont seulement ses yeux qui ne bougent que pour suivre le mouvement de son aiguille et l’assurer… pendant que ses pensées filent au loin.

  24. la sculpture rend hommage par sa précision digne de la dentellière!

    magique!

    merci pour ce partage sur la dentelle jusque dans l’architecture d’ailleurs

    et ces colombages bleus… sont un ravissement

    je passe sur les macarons, vile tentatrice…!!!

    mais je l’ai bien mérité…

    belle nuit à toi

    • Merci à toi pour ton esprit et ta bonne humeur… j’adore les moments où tu te poses sur mes pages.

      Douce fin de journée, Mamalilou.

      Ce sont des macarons inoubliables… (chez Betty)

  25. Oui, combien de rêves a-t-elle brodés avec cette patience, point à point ?  Belle soiréé.

  26. Je n’en reviens pas, elle n’a pas de lunettes? j’ai souvent traversé les rues de Quimper, tes photos sont un réel plaisir de revoir ces rues, colombages, oriels.merci

     

  27. Quimper j’y suis né et j’y ai laissé une grande partie de ma jeunesse … le musée des beaux arts recéle quelque trésors .Merci de ce clin d’oeil …

    Chris

  28. Je découvre Quimper et cette brodeuse grâce à toi. J’aime ce ressenti devant un ouvrage où les yeux se fondent dans le fil laissant nos pensées s’évader…

    Un bien beau billet dame au lutin rose.

    Je t’embrasse ma douce.

    • Merci, ma Mie. Tu sais, lorsque j’ai vu cette brodeuse, j’ai eu une pensée pour tes petites croix.

      Je t’embrasse fort.

  29. Je trouve qu’actuellement,  tes articles ont un ton particulier, je ressens une espèce de tristesse, de nostalgie, de…enfin voilà je ressens très fort

     

    Je t’embrasse brodeuse de mots

    • Tu as raison… quelque part.

       

      Je suis sur un fil dont j’ignore s’il tiendra. Mais chut, c’est un secret.

       

      Je t’embrasse, Lmvie. Prends soin de toi.

  30. Un psy te dirait : Quelque part ?

    Où ?

  31. Un psy te dirait : Quelque part ?

    Où ?

    Car cette expression très usitée veut dire : Je reconnais que quelque chose… oui ne va pas mais je ne vais pas trop approfondir au cas où cela ferait mal…c’est quelque part…

     

    Bises douces très douces moi je ne veux pas que tu tombes funambule !

    • Ne pas approfondir… oui et non.

      Approfondir, mais ailleurs, parce qu’ici n’est pas le lieu.

       

      Quelque part, il y a quelqu’un qui voudrait que sa vie soit autre et qui ne peut pas en changer. Alors, il rêve à ce qui pourrait être « si », et c’est ce « si » qui est fragile, bien trop fragile.

       

      Si ce « si » devait ne plus exister, que resterait-il de celui qui a été sans être jamais ?

       

      Bises très douces pour toi, Lmvie. Pour l’instant, je suis là.

  32. Tu es la seule à pouvoir donner la réponse

     

    Je t’embrasse

  33. La brodeuse du Musée et toute ton imagination qui raconte ses espoirs, ses amours perdues, son fil de couleur, ses promenades bretonnes, comme j’aime ces improvisations au courant de la plume soutenue par des photos! Le rêve se brode aussi. Tu es une brodeuse merveilleuse, chère Quichottine!

    • Merci pour ce très beau compliment, Lorraine.

      Je suis rentrée, mais n’ai pas encore repris le cours normal de mes visites… j’en suis navrée.

      J’espère que tout va bien pour toi. Je t’embrasse très fort.

  34. Bonsoir Quichottine. j’ai reconnu avec plaisir Quimper, sa cathédrale et ses canaux. Pas la brodeuse car je n’ai pas visité le musée. Bonne soirée et bisous

  35. Le musée m’a prise, avant le rêve de la brodeuse, la  » faute  » à ce premier lien lancé … 

    Je ne suis pas fière d’avoir délaissée Philomène, c’est la deuxième fois après l’abandon de son amant …

    Mais, c’est l’émotion à découvrir les gravures de Jean Moulin (oeuvre du mois, décembre 1999) qui un instant m’a éloignée de l’histoire que tu as aussi finement brodée que ne le fait Philomène avec  » ses points de soie bleutée « .

     

    Les points contés de Quichottine, un moment de grâce … Un soleil dans ce lundi.

    Bisous

     

  36. Une bien jolie façon de nous faire visiter Qimper, avec cette pauvre Philomène.
    Quelle galère pour ouvrir les blogs OB, ce matin ! Grrrr
    Bon mardi ! Bisoux.

  37. canelle56

    J ‘espère que sa pensée va vers de belles choses , c’etait si dur à son époque ….

    bises Quichottine

    • C’était très dur… ça l’est encore aujourd’hui pour beaucoup, même si le monde a changé.

       

      Merci, Canelle, pour ta présence. Bises à toi.

  38. Macaronerie … c’est la première fois que je lis ce nom… j’sais pas moi mais j’aurais mis deux n

    il est mimi le p’tit lutin

    • J’en aurais sans doute mis deux aussi… Mais pas chez Philomène à Quimper.

      Le meilleur macaronnier de France travaille dans une « macaronerie »…

      Merci pour le lutin, j’ai adoré !

  39. ♥ Trinity ♥

    tu as su lui redonner vie en contant ce beau rêve !

    Continue de bien broder et de rêver Mademoiselle la Brodeuse de Quimper !

    Bises Quichottine

    Trinity

  40. ♥ Trinity ♥

    tu as su lui redonner vie en contant ce beau rêve !

    Continue de bien broder et de rêver Mademoiselle la Brodeuse de Quimper !

    Bises Quichottine

    Trinity

  41. Je l’avais remarqué en regardant la sculpture en entier : la position de la brodeuse assise par terre me semble étrange. Ça n’est pas une posture habituelle.

    Est-ce parce que les ouvrages étaient travaillés à toute heure et en tout lieu ?

    Ou bien une attitude par laquelle l’artiste Quillivic a voulu singulariser son oeuvre ?

    Mais peu importe en fait … Simple curiosité ! 

    • Tu vois, je me suis dit qu’elle était peut-être aux champs, gardienne d’un troupeau.

      Je l’aurais bien imaginée adossée à un arbre.

       

      Mais là, au musée, elle avait un peu envie de s’évader.

      Disons que je lui ai ouvert la fenêtre…

       

      J’espère que les ayant-droits de l’artiste ne me demanderont pas de supprimer ma photo.

      Bisous, Midolu.

  42. Je l’avais remarqué en regardant la sculpture en entier : la position de la brodeuse assise par terre me semble étrange. Ça n’est pas une posture habituelle.

    Est-ce parce que les ouvrages étaient travaillés à toute heure et en tout lieu ?

    Ou bien une attitude par laquelle l’artiste Quillivic a voulu singulariser son oeuvre ?

    Mais peu importe en fait … Simple curiosité ! 

  43. Ainsi le rendez-vous quimpérois a eu lieu ?

    Cette brodeuse me ramène au livre de Colette Vlérick, « le brodeur de Pont l’Abbé », dont les dernières pages nous ramènent au musée de Quimper. A lire par les amateurs de belles choses.

    Et encore :

    http://www.ecoledebroderie.com/cours.htm

    • J’ai aimé m’y rendre. Un rendez-vous manqué l’an dernier.

      Je ne connais pas le livre dont tu parles… mais je me suis rendue avec plaisir sur le site de l’école de broderie.

       

      Merci, Galet.

  44. Ton voyage au pays des korrigans t’a bien inspirée. Je ne sais qui est la meilleure brodeuse finalement… toi ou celle du musée…  Et tu as même déniché un lutin… normal dans ce pays…

    Merci pour ce tissage breton.

    Bonne soirée.

    • J’ai glané des images en visitant la ville… J’ai bien aimé, et il faisait très beau.

      Merci à toi, Marie, pour le beau  compliment que tu me fais. J’aime broder sur les images… et tu le sais.

       

      Bonne soirée à toi aussi.

  45. patdelapointe

    z’avaient de bons zyeux en ce temps là…quelle belle ville que Quimper qui n’avait qu’une mère forcément…

  46. Elle ne rêve pas la brodeuse. Elle brode. Elle écoute le bruit de l’aiguille. Elle écoute le fil qui ne se nouera  pas sous ses doigts. Elle est concentrée sur son ouvrage, la brodeuse.

    Bonne soirée

    clem

    • Elle brode et elle écoute, c’est certain.

      Dure réalité d’où le rêve est chassé en un instant.

      N’as-tu jamais vu de sourire poindre sur un visage concentré ? Un regard qui s’échappe d’un simple battement de cils ?…

       

      J’invente, tu vois, même si je sais que d’autres n’aiment pas.

       

      Bonne soiré à toi aussi, Clémentine.

  47. Attendre est encore une occupation, c’est de ne rien attendre qui est terrible……..C’est une citation que j’ai toujours retenue, même si j’ai complètement oublié qui l’avait dite ou écrite !..

    Cette brodeuse est magnifique et je connais un petit chat de bois qui devrait beaucoup l’aimer !……….

    Je t’embrasse. Bonne semaine à toi en Quichotinnie

    • Ce sont de bien jolis mots, et une grande vérité. La vie est faite d’attente.

       

      J’espère pour ma part que notre petit chat de bois va bien.

      Je t’embrasse, Zézette. Merci d’être passée.

  48. Attendre est encore une occupation, c’est de ne rien attendre qui est terrible……..C’est une citation que j’ai toujours retenue, même si j’ai complètement oublié qui l’avait dite ou écrite !..

    Cette brodeuse est magnifique et je connais un petit chat de bois qui devrait beaucoup l’aimer !……….

    Je t’embrasse. Bonne semaine à toi en Quichotinnie

  49. Peut être que cette brodeuse confectionnait son trousseau 😉 elle avait entre les mains des tissus précieux , des velours , de la soie et des draps ….

    Bonne soirée Quichottine Bisous

    • Sûrement… Mais il se peut qu’elle se soit surtout occupée du trousseau des autres.

      Bonne fin de journée à toi aussi, Urban. Bisous.

  50. Il va très bien, il s’occupe de deux chatons qui jouent au foot depuis la rentrée !………..

    Bisous bisous

  51. Il va très bien, il s’occupe de deux chatons qui jouent au foot depuis la rentrée !………..

    Bisous bisous

  52. Je dirais que tu as joliment … brodé autour de cette brodeuse !!

    face à la cathédrale de Quimper, mon souvenir est au bout d’une rue piétonne un salon de thé « la boule de neige »  avec des gâteaux extraordinaires !

     

  53. Philomène, irréelle et si réelle par son histoire, brode, ne cesse de broder, que sa vie, si belle soit-elle imaginée, défile devant elle. 
    Tels des clichés d’une vie passée, elle ne peut s’arrêter et son imaginaire file bobine après bobine, sur le passage de Sainte-Catherine, survole par le vent qui s’annonce, les flèches de la Cathédrale pour venir flirter avec son Roi, Gradlon et toute émoustillée, file à vive allure telle une effarouchée sur le clapot des vaguelettes de l’Odet pour enfin, venir se poser, ici, là-bas, dans les couloirs du Musée. Son paradis retrouvé, elle ne cesse de sourire et brode encore et encore, son amour à jamais, « Juste par gourmandise ».

    Quichottine, voyage céleste qu’e ta gourmandise…C’est tout simplement magique & la prochaine fois, il faudra que tu visites les anciens quartiers de la Demoiselle Brodeuse composés de ruelles colorées où un jour, cette Brodeuse est née…

    Betty te conseille aussi vivement « Le brodeur de Pont L’Abbé ».

    • Merci, Betty.

      Tu es donc d’accord pour ce livre. Je le lirai… mais peut-être pas dès demain.

      J’espère pouvoir un jour retourner à Quimper, j’y ai encore beaucoup à voir. 

  54. belgique-chine

    bonjour quichottine, je ne sais meme pas ou ce trouve quimper (en bretagne) ??

    honte a moi pour ma connaissance de la France, mais par contre toi tu as l’art de faire une jolie histoire en partant de presque rien

    bonne journée

  55. Très beau ce texte; BRAVO …

  56. chantal74 en pausebientôtaudoise

    Un petit coucou douce Quichottine, que cette brodeuse est belle.. c’est certain qu’elle attendait son homme parti en mer ou dans un bar avec ses copains!!  ne dit-on pas que si les maisons ont des couleurs différentes c’est pour que les marins retrouvent leur chemin en sortant du petit bistrot.. lol

    Je vois de jolies photos et que le petit lutin rose est mignon ! je l’adopterais bien..

    je te souhaite une douce soirée avec mille baisers

    le matelot de la terre ferme

    • C’est vrai que c’est ce que l’on dit… mais sans doute pas seulement des marins.

      Merci d’être passée alors que tu débordes de travail avec ton déménagement.

      Mille baisers pour toi.

  57. KERFON LE CELTE

    C’est parce qu’ils ont Quimper que les Bretons sont frères…

    Bises.

    KLC

  58. Ta brodeuse me plait, elle a les yeux baissés, mais derrière ces pensées

  59. Flute…!!

    Derrière ces paupières que l’on croit closes, les idées fusent, les pensées vagabondent… elle voit sans voir, elle connait si bien sa ville! Elle brode, pour qui? permettre aux passants de remporter un souvenir? un mouchoir pour son aimé? Elle brode et ne se pose pas de questions, son travail lui prend l’éternité et elle fait avec….

    • J’aime tes mots, Mahina.

      Merveilleuse interprétation de cette Brodeuse quimpéroise.

       

      J’aurais voulu l’accompagner dans cette éternité-là.

      Merci.

  60. ah ça…l’éternité… si je pouvais….je prendrai bien la place de la brodeuse ou plutôt, je l’accompagnerai bien là-haut… je n’aurai pas les yeux baissés, mais les yeux levés au ciel…pour l’éternité!

    • Elle avait trop de travail pour lever les yeux de son ouvrage… mais les yeux du cœur t’accompagnaient dans les nuages.

       

      Je t’embrasse fort.