Le papillon bleu et le visiteur de la nuit (Fin)

On dit qu’en revenant d’un long voyage, d’un ailleurs où Quichottine s’était un peu perdue, elle s’assit dans le jardin, les yeux rêveurs, en songeant à son petit lutin bleu et au papillon qui avait le don de la consoler.

Où étaient-ils désormais ?

Elle avait beau interroger ses blogopotes (très nombreux), ses blogamis (qui l’étaient déjà moins, le contraire eut été étonnant), et même certains de ses aminautes – c’est rarissime, le savez-vous, lorsqu’on est sur la Toile d’y retrouver de vrais amis, des amis de la vraie vie, quand ceux-là se comptent déjà sur les doigts d’une seule main… Elle n’avait pas eu de réponse qui lui permît de les retrouver.

Lili l’avait mise en garde… Ce papillon un peu trop rouge était désormais en danger. On le voyait de loin !

Renard s’inquiétait… et si tout ce rouge lui montait à la tête ? C’est vrai… Serait-il encore capable de consoler Quichottine s’il se prenait brusquement pour quelqu’un d’important ?

Fanfan s’interrogeait sur ce papillon qui peut-être deviendrait arc-en-ciel, comme un certain lutin…

Solange en perdait ses couleurs ! C’est grave, pour un peintre !

Sophie, Polly, d’autres encore, attendaient gentiment la suite de l’histoire, en espérant y retrouver le tout petit papillon bleu.

Flo, se dit qu’il fallait me le rapporter d’Italie. Elle le fit. Rien n’est impossible pour elle.

Léa avait bien lu… du sang dans mon histoire ? Avait-on changé Quichottine ?

Moi, pendant ce temps, je réfléchissais à autre chose, à l’utilité de ce conte, de mon blog tout entier…
Ne m’en veuillez pas, cela arrive aussi, sans doute, à beaucoup d’entre vous.

J’avais lu chez Kerfon, qui pourtant nous amuse chaque jour de ses fables… J’avais lu chez Petite Elfe, chez Anne, et je tremblais pour eux, si forts et si fragiles pourtant, comme mon papillon-caméléon.

  • – Un papillon-Caméléon ? Ce serait la clef de l’énigme ?

Je ne sais pas… Un papillon si proche de ce qui l’entoure qu’il en prendrait les couleurs… Sur la photo de Mahina, contrairement à ce que j’avais vu, il aurait essayé de retrouver le bleu qu’il aurait perdu en s’égarant dans un champ de coquelicots.

Si l’on en croit ce que j’ai lu chez Loralia, un papillon est une fleur qui s’est envolée. La nature est magicienne, tout est possible pour elle.

Mais moi ? Que voulais-je vraiment faire de mon papillon bleu ? Le laisser s’envoler un matin, juste un peu top loin pour pouvoir le rattraper ensuite, un peu trop loin pour qu’il puisse revenir ?

Non, pas vraiment. Je l’avais laissé se vêtir de cet habit de pourpre et de lumière, je l’avais envoyé dans l’arène. Je lui avais donné pour seule défense la possibilité de changer de couleur.

Il serait bleu comme ce petit coin de ciel qui s’éclaire au milieu d’un ciel d’orage. Il serait vert comme le bourgeon qui surgit, plein d’espoir, à la fin de l’hiver. Il serait rouge, comme les coquelicots du chemin, si fragiles et que le vent caresse doucement. Il serait jaune et brillant comme le mimosa, éphémère dès qu’on le cueille. Il serait violine comme les fleurs de l’amitié, photographiées ces jours-ci, au moment où j’allais si mal que seul un sourire complice pouvait m’éloigner de cet abîme où j’avais décidé de me glisser sans bruit.

Ce serait pour toujours mon papillon-caméléon, celui qui resterait dans le jardin, malgré les jours de chagrin, voletant de ci, de là, apportant seulement cette douceur qui nous manque souvent dans la vraie vie.

  • – Ben… C’est tout ? Nous ne saurons donc rien de ton géant ? Ni pourquoi ton azuré était gris ?

Mais si… et vous le savez depuis le tout début de mon histoire, si vous avez suivi le lien que je donnais, sur l’image, vers le joli papillon gris de Loralia.

Il fallait lire les commentaires… Souvent, il s’y trouve la solution de mes énigmes. Je lui avais dit :

C’est vrai qu’il lui ressemble beaucoup !
Tu imagines ?

En fait, c’est un azuré du côté sombre.
Tu vas pouvoir l’appeler « Dark Vador ». 

Ben non… Il suivait le Père Noël dans sa tournée l’an dernier, et, il est passé dans une cheminée pleine de suie.

Depuis, il a muté… Pour pouvoir le suivre encore cette année sans risquer de se salir…

Bonne journée, Loralia. Merci pour ce papillon.
Je peux te l’empreinter* ? Commentaire n° 8 posté par Quichottine le 03/09/2009 à 11h56

C’était facile, non ? Mon papillon, ce jour-là, rêvait de Père Noël…

Il a suivi, dans la cheminée, ce géant merveilleux qui allait déposer dans la bibliothèque un nouveau livre.

Lui aussi devait s’ennuyer, tout comme Azalaïs. Il attendait que Quichottine reprenne le chemin de la bibliothèque, et quoi de mieux pour l’y attirer que d’y déposer un exemplaire de Don Quichotte, en cuir rouge, au titre doré, avec, en marque-page, le chevalier triomphant ?…


[Merci à Siratus pour cette image]

* Empreinter… Un mot nouveau, laisser une empreinte et non pas « emprunter ». Cette faute d’orthographe dans mon commentaire m’a fait réfléchir. Finalement, n’est-ce pas ce que je fais quand j’emprunte une image, je la transforme à mon idée, je lui donne mon empreinte…
Est-ce bien raisonnable ?

Comme toujours, les liens que j’ai laissés dans mon texte ne sont que des suggestions de lecture, il n’y a pas d’obligation.

119 réponses à “Le papillon bleu et le visiteur de la nuit (Fin)

  1. Je crois qu’il va te falloir attendre le retour du printemps, pour le voir revenir ton papillon bleu !!

    Bonne journée avec bises de nous deux !

    • J’espère que non… Tu te rends compte ? Il y a encore tout l’automne et l’hiver à passer :

      Merci, Patriarch. Bonne nuit à vous deux.

  2. Au moins, à la lecture de cette histoire j’aurai appris que :
    – les papillons se travestissent et  papillonnent!!!
    –  Puis  nous mener jusqu’à  à Don Quichotte

  3. Ce sont mes petits lépidoptères préférés!
    bisous Quichottine

  4. J’adore le tableau (de José Ramon Sanchez) !

    Bises
    Marie

  5. Tu es toujours raisonnable, oet c’est ce que je voulais dire l’autre jour quand j’ai vu ce papillon chez toi. sortit de son contexte nature . Tu lui donne ton empreinte oui, avec tes mots, tu lui inventes son histoire, une histoire. Au delà du raisonnable je dirai que c’est créatif. Et ma fois n’est pas raisonnable que d’être créatif ? la créativité ne fait elle fait pas de notre monde quelque chose de plus beau ? ^_ ^ Quand a tes doutes ma fois je ne sais pas si ton blog sert a quelque chose, en terme d’ « utilite a la communauté », mais si toi tu l’aimes, et si il te fait du bien en le façonnant a ton image, en t’y exprimant, alos oui il sert a quelque chose. Chacun de nos blogs sert a quelque chose . Et ou est ce que j’irai rêver sur le net si le blog de quichottine n’existait pas ? 😉 Je vois que tu as reçu un beau don quichotte encore, sacré père noel ^^

    • Merci…

      Comment te dire à quel point tes mots me touchent ?

      Mon blog me sert à moi, et je suis heureuse que tu puisses y rêver.

      Je t’embrasse très fort.

  6. un article qui ne manque pas de floriléges et Ô combien onirique ! Ces suggestions de lecture parsemées au fil de l’article est une bien belle idée des plus généreuse, c’est tout à votre honneur Quichottine !

    • Merci,

      Je suis allée chez toi, moi qui ai tant croisé de tes mots… et ce que j’ai découvert est un coffre à trésors.

      Je reviendrai.

  7. christine

    Comme il a de la chance ; ton joli papilon de suivre le père Noel ; dans sa tournée et peut être que comme chez moi à Noel ;il y a beaucoup de fleurs; il  passera un petit moment ici; à butiner et à se transformer en  arc en ciel !!                gros bisous douce Quichottine

    • Qui sait ?

      Un joli papillon de toutes les couleurs qui pourrait ici ou là apporter le bonheur…

      Bisous à toi aussi, Christine. Merci.

  8. Comme ça le père Noël sort du pôle nord pour aller livrer chez-toi un livre de Don Quichotte en plein été? Ton papillon peut bien changer de couleur. Bonne journée.

    • Le Père Noël est un lutin malicieux… le plus grand.

      Mais, tu as raison… j’ai peut-être un peu abusé cette fois.
      Ce n’était peut-être qu’un rêve à partager.

      Bonne soirée à toi.

  9. tres jolie tu a une belle ecriture que amene droit a reve   😉 biz

  10. ton papillon a plein d’amis….. et toi plein d’imagination….bravo
    mon aquarelle du moulin (ici:http://chantecoucou.over-blog.com/article-33888910.html) pourrait aller avec ton blog, je te la prête avec plaisir…. si tu as une autre préférence , tu me le dis….

    bonne soirée

  11. je cherche je cherche le papillon bleu au détour des buissons mais rien à faire, ils sont blancs, marrons, rouges ou oranges mais pas signe d’un bleu étrange…tu le découvriras certainement dans ton pays des merveilles lorsqu’un petit lutin te déposera au creux de l’oreille le GRAND secret….

  12. un blog ou j’aime venir, ou je m’y sens bien, ou je m’évade. bises

  13. Un enfant-papillon, un papillon-enfant, qui rêve au Père Noël !
    Un petit ramoneur, avec plein de rêves dans sa hotte …
    C’est cadeau !
    C’est beau …
    Merci, Quichottine
    Bisous tout doux

  14. Une balade sur ton blog me change des balades en forêt…Toujours aussi agréable de venir ici. Bisous

  15. J’ai fait un rêve l’autre nuit: j’ai rêvé que ton papillon bleu, (devenu gris, )  butinait les fleurs de mon jardin(pourtant il y en a peu!!)!: il semblait tout heureux!
    Un papillon qui croit au père Noël : n’est-ce  pas merveilleux?
    J’espère que ce beau livre (j’adore cette image ), te redonnera le sourire pour longtemps , et l’envie de continuer à nous parler de lutins et d’autes personnages , comme tu sais si bien le faire : quand je viens chez toi, c’est mon moment  de calme et de plaisir : oserais-tu me ( nous) priver de cela?
     bisous

    • Un conte lu par toi, ça l’est encore plus.

      Non, je n’oserais en aucun cas me priver de ta présence.

      Merci, Fanfan !

      Bisous.

  16. Une belle écriture, légère et virevoltante comme un papillon bleu. A+

  17. j’imagine don quichotte courant après le géant ..je suis sûr qu’il l’obligerait a distribuer les jouet équitablement ….
    besos
    tilk

    • Si le Père Noël était le seul à distribuer les cadeaux, il le ferait équitablement… mais ses aides ne savent pas.

      Bises à toi, Tilk.
      Merci.

  18. J’ai un papillon bleu qui m’a réveillé vers 4 heures ce matin, et il n’a fait que de tourner devant mes yeux, le coquin !!!

    Bonne journée avec bises.

    • J’espère que ce n’est pas mon histoire qui t’a empêché de dormir…

      Mais c’est vrai que c’est un coquin !

      Bonne soirée, Patriarch. Gros bisous à vous deux. Merci.

  19. Tu sais ce que j’aimerais ce matin?
    M’asseoir avec toi, Renard, les aminautes chez qui tu nous guides doucement et parler longtemps ainsi sous le hêtre au jardin, de ce papillon aux couleurs amitiés, de nos rêves, de nos joies de nos peines. Voir l’une et l’autre sourire, retrouver l’envie, le rire, l’espoir…
    Un bon moment entre ami (e)s simplement.
    Ah! tu me fais toujours rêver ma Quichottine.
    Prends soin de toi surtout, il fait si bon près de toi.
    Je t’embrasse fort.
    Sophie

    • C’est une belle envie, ça, Dame Sophie.

      Comme j’aimerais pouvoir réaliser chaque jour un souhait, comme le lutin bleu de mes contes…

      J’aimerais bien aussi, que nous puissions nous asseoir au jardin tous, avec du soleil, des fleurs, des rires, et de jolis papillons de toutes les couleurs…

      Alors, même si ce n’est pas forcément possible dans la réalité, ce le sera ici, le plus longtemps possible.

      Prends soin de toi aussi, je t’embrasse fort.

  20. super ! Le père Noël qui vient en plein été chez Quichottine avec un livre de Don Quichotte..Tu en as de la chance ..Et voir un papillon caméléon, c’est magnifique

    • J’ai beaucoup de chance, je crois… mais il suffit peut-être de le penser ?

      Je suis contente que mon papillon-caméléon te plaise. Merci.

  21. Qui sert à quoi, quoi sert à qui ? Ce joli papillon bleu sera toujours là, à voleter même invisible car il a certainement fait plaisir à quelqu’un.

    A quoi sert ton blog, « un blog » ? Je suis persuadée qu’à part le plaisir « égoïste » de vouloir partager, il y a toujours au moins une personne qui prend un moment de plaisir à regarder le papillon bleu, un moulin, une recette, une histoire… alors Chère Quichottine si tu t’installes sur ton banc en plein hiver, avec de la neige, que tu fermes les yeux, tu verras le beau papillon danser autour de toi. Bises et bonne journée.

    • Je ne sais pas quoi te dire… Mais je regarde ce papillon-là, et je souris. Merci.

      Bise et bonne journée à toi aussi.

  22. passe un bon mercredi amities qing et rene

  23. un joli lapsus orthographique ! sourire, tes emprunts, empreints nous font si délicieusement voyager qu’à part: encore, encore, il ne viendrait à l’idée de personne de s’en priver ou de s’en plaindre ….
    le don quichotte rouge est sublime, je vais attendre un peu pour te donner les miens qui sont très très modestes ! lol
    encore, un petit mot, l’amie quichottine, une douce fée m’a dit un jour qu’en regardant le ciel, on y trouvait toujours un peu de bleu et un jour alors que l’horizon était à l’infini bardée de nuages, alors que mon regard ne voyait désespérément que du gris, j’ai tourné mon visage vers mon coeur et c’est là, bien caché, en son centre, mon centre, que j’ai trouvé le bleu ….
    je t’en prie quichottine, ne te glisse plus « dans cet abime alors que tu l’as DECIDE, sans bruit »
    le gris et parfois le noir ont si vite fait de nous y trouver et de tenter de souffler le bleu qui sommeille dans nos coeurs, ne les sollicite pas, ô je sais « après le pluie, le beau temps », « après l’hiver, le printemps », mais un jour pas fait comme un autre le noir a failli me vaincre, depuis si tant est que j’ai un combat, moi la pacifiste, ce serait de ne plus jamais autoriser le noir, la mélancolie à s’installer ….
    excuse moi, je te mlets en garde contre des démons que tu connais et il est bien plus facile de solliciter la force de l’autre que de réveiller la sienne, mais voilà tu es une femme-fée merveilleuse, d’une humanité divinement étincelante et il n’y a rien de plus triste qu’une fée vétue de noir ….
    je t’embrasse très fort ….

  24. Bravo, j’ai adoré encore une fois la tournure que tu donnes à tout
    Gros bisous, je repars à la semaine, juré, si j’en retrouve  la tête en haut, je le ramène
    Amitiés, Flo

  25. Encore un beau billet de toi Quichottine…
    Le Don Quichotte prêté par Siratus est superbe :-)))
    Bisous tout plein

    • Merci, Joëlle !

      C’est vrai qu’il est superbe, il me plaît beaucoup.

      … mais j’en connais un de toi qui tient aussi une grande place sur mes rayons !

      Bisous tout plein.

  26. Je ne comprends pas grand-chose…Normal, je commence par la fin ! Où as-tu donc la tête petit Poucet…Elle est fort encombrée…
    Mais ce que je retiens surtout de c que je viens de lire c’est que dame Quichottine écrit qu’elle va mal et c’est cela moi qui me touche le plus. Je ne viens pas souvent c’est vrai mais cela ne m’empêche pas de penser à toi…Je t’embrasse.

    • Je commence souvent par la fin aussi…

      Non, je vais bien aujourd’hui. Je crois que nous avons tous des moments de faiblesse et d’interrogations. Nous ne serions pas humains sans cela. Ne crois-tu pas ?

      Nous ne sommes pas obligées d’être constamment l’une chez l’autre, cela ne m’empêche pas non plus de penser à toi.

      Merci pour ta sollicitude, Petit Poucet. Je t’embrasse.

  27. Ah oui et j’aime beaucoup le papillon qui serait une fleur envolée…J’aime les papillons…D’ailleurs les rares fois où j’en aperçois un l’été, je m’exclame toujours comme une petite fille « oh un papillon… » Et je dois avoir les yeux qui brillent…
    J’aime quand la nature est magicienne.
    A bientôt, Quichottine…Je te souhaite de doux rêves cette nuit…

    • C’est une phrase qui m’a frappée chez Loralia. J’aime beaucoup.

      La nature est magicienne, je le crois, toujours.
      Et j’aime lorsque tes yeux brillent ainsi.

      À très bientôt. Passe une belle journée.

  28. Bonsoir Quichottine. Belle histoire que celle de ce papillon bleu… Bonne soirée à toi…

  29. En te lisant, mes pensées se sont envolées de ci de là vers les couleurs des jolis papillons que j’ai déjà rencontrés. Des empreintes dans ma mémoire. Plus facile pour moi de « jongler » avec mes clichés ne sachant pas « jongler avec les mots ».
    Bises du soir Quichottine, passe une bonne nuit!

    • Tu fais de magnifiques photos, Alrisha. Je me régale chez toi.

      Je suis contente que tu sois passée.

      Bises et bonne journée à toi.

  30. Le papillon bleu,… le rouge? Celui qui à un moment était vert de peur à cause d’un géant?
    Alors si c’est celui-là, je l’ai vu passer. Mais oui, il me semble qu’il a embarqué sur un drôle de navire… Un bateau dont la grand voile est une fleur. Et il s’est envolé pour le Nouveau Monde, ce monde où le soleil est une fleur (ou la fleur est un soleil mais c’est pareil) là où tout est couleur. Mais il reviendra parce qu’il est comme ces étoiles bizarres qui clignotent rouge et bleu. Mais oui ces étoiles qui s’éloignent quand elles se rapprochent. Ce papillon est un paradoxe cosmique et le centre de son Univers? C’est la bibliothèque bien sûr.
    Je m’en vais donc clignoter rouge et bleu… m’éloigner pour mieux venir…

    • Ben oui… C’est bien de celui-là qu’il s’agit.

      Rire en te lisant… je suis redevenue enfant ! Que de poésie dans tes mots !

      J’adore… Reviens quand tu veux me parler de ce monde en rouge et bleu.

  31. Hân, je suis extrêmement jalouse ! Le Père Noël ne vient pas chez moi en plein été !!! Remarque il est aussi rare qu’il vienne à Noël, paraît que je ne suis pas assez sage !

    Je crois qu’on est tous un peu caméléon comme ton papillon et que nous nous posons tous un jour la même question.

    Bonne journée ma reine des histoires
    Bisous

    • Il ne vient pas à Noël ? Je m’en vais lui tirer les oreilles !

      Merci, ma Léa. L’important, c’est de garder confiance.

      Bonne journée à toi aussi. Bisous.

  32. j’ai suivi ton papillon, sa légèreté, j’ai trouvé les messages par lui laissés…j’ai admiré ta faculté à te souvenir de chaque article lu ici et là… j’ai compris tes doutes( ceux que nous avons tous), entrevus tes chagrins aussi,…l’essentiel n’est-il pas de trouver ici ou là une réponse, un sourire, un rire, un écho….
     Nous sommes tous, défauts et qualités confondus des cerveaux dans des corps bien souvent en déroute qui ont plus ou moins d’énergie, d’envie…
    en ce qui me concerne j’ai souvent besoin d’une coupure avec le net… et quand je reviens je replonge mais avec un sentiment plus léger…je me sens abeille, je butine… alors que bien souvent j’avais quitté le net en me sentant ridicule avec ce blog attaché à moi, ces liens si importants, mais si difficiles à entretenir comme ça à distance avec la vie ( la vraie parfois si lourde)…la coupure des vacances me permet de voir que je ne suis pas addicte, mais que c’est un loisir qui parfois me permet de soulager ici ou là quelqu’un avec un peu d’attention un ou deux mots gentils, et pour moi-même, la facilité de confier mes doutes, mes fragilités…
    Rien n’est parfait, tout est dosage…
    J’ai suivi ton papillon avec plaisir, je pense que tu devrais écrire pour de bon , rien que pour toi sans penser aux autres, du moins pas avant de leur livrer ton ouvrage fini à la lecture.. tu es tellement douée pour l’écriture que ne pas l’exploiter sérieusement est bien dommage… Allez mon amie prend ta plume pour écrire un roman, des contes pour enfants… je ne sais pas… ce que tu veux…mais tu devrais vraiment , quand je vois tous tes admirateurs, je sais que tu es un écrivain…
    Ne passe pas à côté de tes futurs chefs d’oeuvre…. Gros bisous Quichottine et bonne journée..

    • Tu as raison, Bigornette, l’essentiel est là. Cest ce qui me rassure, me réchauffe, me soutient.
      C’est une des raisons de ma présence ici, même si ce n’est pas la seule.

      Tu es abeille et je suis papillon. J’ai besoin de cette légèreté, bien que trop fragile.

      Pour le reste, je vais y penser. Merci pour ce long message qui m’a beaucoup touchée.
      Je t’embrasse fort.

  33. Non, non ! Je n’avais pas oublié la fin de l’histoire du papillon bleu, ni Quichottine.
    Toutes deux m’attendaient, comme attendaient bien d’autres, en Quichottinie.
    Notre papillon bleu n’était donc qu’un papillon en plein rêve ? 
    Père-noël…
    Enfants, nous y songions…
    Grandissant, nous pouvons encore y songer.
    Il n’est pas vilain de se laisser rêver, surtout lorsque les jours de soleil se font peu dans nos coeurs laissant plus de place aux jours ombrés…
    Empreinter ? Je l’apprécie ce mot, ainsi que la définition donnée par Quichottine.
    Vois Quichottine, en ce jour et soir AneverBeen empreinte comme tant d’autres l’ont fait bien avant elle…

    =) 

    • Merci pour tes mots, AneverBeen.

      J’aime bien quand tu laisse ton empeinte sur mes pages…

      Les rêves me permettent d’avancer.

  34. Douce poésie que cette lecture…

    Mais je reste sur ce lapsus écrit « empreinte » car en psychanalyse sa signification est capitale.

    Je t’embrasse

  35. A Yeur bien sûr…

    Bisous

  36. Ainsi tu allais mal et suivais les papillons noirs pendant que j’écoutais chanter les dernières cigales… J’ai pris ce texte au hasard et j’essairai de remonter le courant du temps pour comprendre, mais j’ai lu encore ce soir de jolies choses de toi et sur toi, alors « ne me quitte pas »…

    • Je crois que chacun a des hauts et des bas… mais je m’en suis remise, ne t’en fais pas.

      Je ne te quitterai pas…

  37. Toujours de jolies choses à découvrir chez toi. Bisous

    • Tes visites dans mes archives me touchent beaucoup, mais je te l’ai déjà dit je crois…

      Merci infiniment.

      Bisous.

  38. christine

    Comme il a de la chance ; ton joli papilon de suivre le père Noel ; dans sa tournée et peut être que comme chez moi à Noel ;il y a beaucoup de fleurs; il  passera un petit moment ici; à butiner et à se transformer en  arc en ciel !!                gros bisous douce Quichottine

  39. Un enfant-papillon, un papillon-enfant, qui rêve au Père Noël !
    Un petit ramoneur, avec plein de rêves dans sa hotte …
    C’est cadeau !
    C’est beau …
    Merci, Quichottine
    Bisous tout doux

  40. Hân, je suis extrêmement jalouse ! Le Père Noël ne vient pas chez moi en plein été !!! Remarque il est aussi rare qu’il vienne à Noël, paraît que je ne suis pas assez sage !

    Je crois qu’on est tous un peu caméléon comme ton papillon et que nous nous posons tous un jour la même question.

    Bonne journée ma reine des histoires
    Bisous

  41. sarah frane

    je suis toujours sous le charme !

    je suis une vieille enfant !

    merci de ce beau partage
    je t’embrasse
    sarah

    • Je souhaite à tous ceux que j’aime de le rester longtemps.

      Merci à toi, Sarah, pour ta présence.

      Je t’embrasse.

  42. Sous ces ailes, il y a quelque tristesse et ce n’est pas le père noël qui va me contredire, s’il est là c’est bien parce qu’il le faut.

    C’est vrai on s’interroge tous sur l’utilité de nos blogs, mais tu le sais bien qu’avant tout c’est son propre chemin qu’on suit, et tant qu’il est agréable et qu’on fait de belles rencontres, on peut le poursuivre, pour soi et pour les autres, tous ces compagnons de route.

    Je t’embrasse très fort ma Quichott’

    • Le Père Noël sait arriver au bon moment, ne crois-tu pas ?

      Mon chemin en a croisé beaucoup d’autres. J’aurais aimé que certains compagnons de voyage soient encore là, mais c’était impossible.

      Pourquoi me manquent-ils tant ?

      Pourquoi ne pas pouvoir faire totalement table rase chaque jour ?

      Je t’embrasse très fort, Polly. Merci d’être là.

  43. Un papillon qui change de couleur au gré de nos humeurs…?
    J’imagine qu’il te faut un temps dingue pour faire un tel article … j’admire!!

    • Tu ne crois pas que ce serait bien, si chacun d’entre nous en était accompagné ?

      Il dirait notre humeur à ceux que l’on croiserait.
      … cela permettrait de s’arrêter lorsque c’est nécessaire, ou de passer son chemin sans rien dire en cas de colère latente…

      Moi, j’admire tes photos et la passion qui t’anime.

      Bonne soirée à toi.

  44. je lis je lis que dis-je? je savoure chaque ligne !!!

  45. Pénéloop
    En voilà un bel éloge de l’amitié,
    Quichottine !
    Moi, ça me fait penser à Myriam…
    http://toutankomun.over-blog.com/article-36120167.html
    Bonne nuit !
    Pénéloop 
    • Un sourire pout toi !

      Comme d’habitude quand je te suis, je me suis un peu perdue, mais pas vraiment puisque finalement j’ai retrouvé ton blog et d’autres liens amis.

      Comme je suis contente que tu m’aies invitée à l’Orée des peut-être !

      Merci ! Bonne nuit à toi aussi.

  46. Mon emploi du temps:
    Faire TOUT ce que j’ai à faire, puis, ouvrir ce blog, et m’y poser, comme si après une longue course, je m’installais dans un creux herbeux pour m’y reposer, respirer plus calmement, et laisser filer mes pensées.

    Et là, dans mon nid d’herbes fraiches, je regarde autour de moi, mais, sans chercher, juste ce qui se présente… et ce soir, j’ai vu passer un petit être ailé, dont les ailes fines comme de la gaze refétaient les couleurs du rayon de lune à la manière d’un arc en ciel, elles y étaient toutes… et son petit corps buvant toutes ces lumières était sombre et avait pris un air carapaçonné comme si…… comme si… l’armure de Don Quichotte avait magiquement rétréci pour pouvoir le corseter…

    Je l’ai regardé un peu, mais… ça a été plus fort que moi, j’ai dit doucement « tu ne t’appelais pas Bleu avant? » 
    Alors, à ces mots, il s’est retourné, m’a regardé curieusement, a agité ses antennes en signe d’acquiescement… et s’est envolé…..

    Je crois que j’ai rêvé encore un peu… puis, je me suis aperçue que j’étais là, devant ce clavier et que je voulais juste te souhaiter une douce nuit et te donner le baiser de l’amitié Quichottine.

    • J’ai pensé à vous aujourd’hui, à vous que j’aime retrouver, quand la vie se fait lourde.

      Je me pose… et, mes doigts sur le clavier vous rejoignent, vous apportent ce que je peux donner.

      Ce ne sont que des mots, bien souvent… légers ou maladroits, parfois, ils peuvent aussi trouver le chemin qu’il fallait.

      Assise près de toi dans l’herbe, j’ai vu ce papillon de toutes les couleurs, un papillon en armure… Il avait revêtu sa cotte de lune et, il s’était lancé à l’aventure.

      Tu l’as apostrophé, dans un souffle… comme le murmure du vent.

      Mais il t’a entendue.
      Il t’a souri dans son langage silencieux.

      Ce n’était qu’un petit, tout petit papillon bleu, un rêve peut-être, mais un rêve si beau qu’un sourire a fleuri sur mes lèvres.

      Merci, Renard.
      Douce nuit à toi aussi. Je t’embrasse.

  47. Petite Elfe

    Tu vois, le commentaire de Loralia, (que j’ai souvent confondue avec Loralie d’ailleurs) m’interpelle…. Depuis quelque temps,  je suis en train de me la poser, cette question, sur l’utilité de mon blog…. Ecrire, mettre des photos… A quoi ça sert …
    Et, pour reprendre ton expression, je suis « azurée grise du côté sombre » en ce moment… Mais je pense que tu l’as deviné… Et ton histoire de papillon caméléon est si vraie… Nous sommes des caméléons… certains plus que d’autres… je dois faire partie des plus…
    Bonne nuit Quichottine.

    • Loralie s’appelle Loralia, lorsqu’elle n’est ni ange ni démon et prend soudain la clef des champs.
      J’aime bien ses photos et la façon dont elle les présente.

      Ton blog ? Il doit d’abord être là pour toi, pour le plaisir que tu peux ressentir à créer.
      Mais je sais bien que ce n’est pas suffisant. Alors, dis-toi qu’il est aussi là pour ceux qui prennent plaisir à venir te lire, à contempler tes images.

      C’est un partage…

      Je sais bien que nous avons toi et moi nos hésitations, nos moments de grisaille… mais il ne faut pourtant pas se laisser glisser complètement du côté sombre… Nous sommes des caméléons. Alors, il faut bien faire attention à ceux que nous cottoyons.

      Regarde vers le ciel bleu, juste au-dessus des nuages.

      Même sur une photo en noir et blanc, le bleu est différent du gris.

      Bonne soirée, Petite Elfe. Prends soin de toi.

  48. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, je me suis laissé entraîner à suivre le ballet du papillon et je n’ai pas vu que la réponse au mystère du géant était là sous mes yeux.
    L’indice était quand même bien mince
    Gros bisous et très belle journée,

    Muad’ Dib

    • On ne peut pas tout voir… mais c’est vrai, l’indice que j’avais laissé était tellement petit que beaucoup se sont laissé prendre.

      Belle soirée et gros bisous à toi.

  49. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, je me suis laissé entraîner à suivre le ballet du papillon et je n’ai pas vu que la réponse au mystère du géant était là sous mes yeux.
    L’indice était quand même bien mince
    Gros bisous et très belle journée,

    Muad’ Dib

  50. Petite Elfe

    C’est bizarre. Quand je lis les réponses de tes blogopotes ou aminautes ou blogamis…. j’ai l’impression que je lis tout de travers…. Avec mon commentaire d’hier, par exemple…. bah tant pis… je devrais lire les réponses avant… j’en ai lu une et j’ai rebondu sur celle-là… Mille excuses d’avoir mal lu….
    Bonne journée.

    • Non, je ne crois pas… tu lis très bien au contraire.
      Ne t’en fais pas. Tout va bien aujourd’hui et tes mots m’ont beaucoup aidée. Merci.

      Bonne journée à toi aussi.

  51. KERFON LE CELTE

    Je suis le papillon
    Je ne fais que passer,
    Si je suis trublion
    Veuillez m’en excuser…

    KERFON LE CELTE

  52. Haut les coeurs! Souris la vie est belle! Saperlipopette que ce papillon me semble triste..Serais-ce l’annonce de l’automne qui prendrait toutes ces formes?

    J’ai aimé lire ces pages enclin à la découverte, mélancolie, nostalgie mais la page suivante sera, jour après jour, empreinte..de sourires. Sinon, ça serait le pompon;-)

    Dame Quichottine, je vois, je vois, je lis, je m’imagine le reflet de ton image dans un miroir, éblouissant… Belle soirée ou nuit de rêves et RV dans une autre boîte aux lettres. Suis le guide grosses bises Betty

    • J’ai pensé à tes mots en enfilant mon maillot jaune. J’espère qu’il te plaira.

      Je vais guetter alors une autre boîte aux lettres… Merci, Betty. Bises à toi.

  53. souvienstoi

    Papillon  je suis
    la nuit je fuis
    Caressant ces fleurs
    En  emportant un peu de bonheur………..Bien  à  toi  

  54. souvienstoi

    Papillon  je suis
    la nuit je fuis
    Caressant ces fleurs
    En  emportant un peu de bonheur………..Bien  à  toi  

  55. une de mes chanson préférée, c’est Je voudrais changer les couleurs du temps de Guy Béart, nous rêvons tous. Hier je regardais dans mon jardin un très beau papillon à la robe moirée qui voletait avec ardeur dans les quelques fleurs qui restent au jardin, quand je me suis approchée un peu, j’ai vu qu’il avait les ailes toute abîmées et j’en ai eu le coeur serré! j’ai eu envie de lui parler, de le consoler , et puis je me suis dit que c’est à moi en fait que je parlais et que j’aurais voulu bercer pour dire cette tristesse de voir l’été qui fuit et de m’interroger aussi sur la nécessité de cette course aux coms comme lui court après les derniers rayons de soleil et de miel! besoin de douceur, de chaleur m^me si on n’y croit pas trop, même si c’est un leurre, m^me si comme tu le dis les gens sincères se compte sur les doigts d’une main.
    bises Quichottine

  56. Me voici de retour et je lis ce texte plein de tristesse….Tu sais qu’un papillon est né d’une métamorphose et que tt changement se fait ds une certaine souffrance….Ton blog est interactif, il nous donne et nous te donnons de nous, mais Quichottine est à la recherche de l’absolu et comme son héros, elle a cet idéalisme en elle….Fais ton blog en pensant aussi à toi , les autres y puisent ce qui leur convient…Tu as bcp de lecteurs, rien que pour celà, ton blog a sa raison d’être. J’écris ce que je ressens…Bises, Dona. VITA

    • Vita… Depuis le temps que tu es auprès de moi, je sais, et tu sais, combien tes mots me touchent. Sans doute parce que ce que je lis chez toi, ce que je vois chez toi, tout ce qui me parle de toi me dit que tu ne peux qu’être sincère.

      Merci.
      Je t’embrasse.

  57. Me voici de retour et je lis ce texte plein de tristesse….Tu sais qu’un papillon est né d’une métamorphose et que tt changement se fait ds une certaine souffrance….Ton blog est interactif, il nous donne et nous te donnons de nous, mais Quichottine est à la recherche de l’absolu et comme son héros, elle a cet idéalisme en elle….Fais ton blog en pensant aussi à toi , les autres y puisent ce qui leur convient…Tu as bcp de lecteurs, rien que pour celà, ton blog a sa raison d’être. J’écris ce que je ressens…Bises, Dona. VITA

  58. Papillon bleu, lutin bleu, rémige bleue, que du bleu !
    A bientôt.

    • Ah… cela voudrait-il dire que la suite est parue ?

      Vérification faire, j’ai deux épisodes de retard !!!!
      Je vais me régaler ! Merci, Pierre-Louis.

      À tout de suite !

  59. Ydhista Lévisoïtin

    Bonsoir Quichottine,
    Quelle joli néologisme que cet « empreinter », magicienne des mots.
    Devenu rouge, le papillon est donc devenu visible et visible d’avoir partagé.
    Serait-ce que le partage est dangereux?
    Fort heureusement, pas celui de tes rêves bleus.
    YL

    • Bonsoir Ydhista,

      Je pense que tout dépend de ce que l’on partage.
      Je crois qu’il y a des choses que l’on peut partager sans danger : des émotions, des rêves, des moments de tendresse ou d’amitié. Mais ce serait sans doute un sujet à aborder.

      Merci d’être passée partager mes rêves bleus.

  60. Moi, j’ai croisé celui-ci ( sûrement son frère ou son cousin) sur les chemins de randonnée que je parcours avec mes copains, je n’ai, hélas, pas pris le temps suffisant pour qu’il puisse me faire ses confidences… Quoiqu’il en soit, je sais qu’il ne peut passer là sans saluer ton papillon bleu.

  61. tout compte fait un papillon caméléon est ce qui sied le mieux à ton histoire. Je pense que ton petit papillon reviendra un jour ou une nuit pour charmer nos pensées que tu sais si bien nourrir avec tes images en mots si jolis. Bisous ma belle, je suis en ce moment peu disponible avec des contraintes qui me tiennent loin du PC mais c’est la vie…la vrai LOL. Bigs bises du jour 

    • Je trouve aussi… merci !

      La vraie vie a ses obligations de toutes sortes et je te comprends.

      Passe un beau dimanche Lili. Bises à toi.

  62. tout compte fait un papillon caméléon est ce qui sied le mieux à ton histoire. Je pense que ton petit papillon reviendra un jour ou une nuit pour charmer nos pensées que tu sais si bien nourrir avec tes images en mots si jolis. Bisous ma belle, je suis en ce moment peu disponible avec des contraintes qui me tiennent loin du PC mais c’est la vie…la vrai LOL. Bigs bises du jour