Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur (1799-1874)

En entrant dans la bibliothèque ce matin, je l’ai cherchée.

J’ai fouillé dans tous mes rayons : visiblement, elle se cachait. Elle trouve qu’elle n’est plus vraiment à la mode, qu’il faut que l’on passe à autre chose et que l’on ne se préoccupe plus de savoir si ses livres pouvaient ou non apporter quelque chose.

C’est vrai, après tout. Qui se soucie aujourd’hui des malheurs de Sophie ?

Sophie… Elle devait ressembler à ça.

N’est-elle pas jolie ? Un peu rêveuse…
Je l’ai trouvée chez Pat. Là-bas, vous en verrez davantage. Il y a même son château… enfin, la maison dans laquelle elle vécut, près de Sainte Anne d’Auray, dans le Morbihan.

Non, vous ne verrez pas cette maison chez mon ami Pat ! Vous verrez des morceaux d’un magnifique trompe-l’œil qui orne tout un mur de la bibliothèque municipale de Pluneret.

Ce qui m’a attirée, au départ, chez Pat, c’est l’escalier… Je le lui ai emprunté aussi. Je vous le montrerai un autre jour. Quoique… Non, vous irez le regarder de plus près chez lui !

Je n’étais pas là, aujourd’hui, pour vous présenter Pluneret ou ses escaliers qui mènent Dieu sait où.

Je voulais vous parler lecture.

Après tout, je pourrais répondre aux questions que l’on me pose !

C’est vrai, vous ne savez pas.
Lorsqu’on voyage, ici ou là, comme je le fais, on se trouve toujours confronté à des interrogations bizarres qui prennent au dépourvu :

Comment écris-tu ? Comment lis-tu ?
Pourquoi ?
Quels livres aimes-tu ?
Est-ce que…

Il y a plein de questions. Pourquoi j’écris, et comment… Ma foi, il y a mille façons de répondre. Mais, la lecture ?

Qu’est-ce que je peux en dire, moi qui me suis déclarée « la Bibliothécaire d’OB » ?

Je suis certaine qu’il y a plein de « vraies » bibliothécaires. Des personnes géniales dont je découvre chaque jour l’érudition. Elles ont lu tant de livres et en parlent si bien qu’il m’arrive de me sentir un peu nunuche avec mon Don Quichotte en bandoulière, mes histoires à dormir debout et mes tags qui font « flop » au bout d’une seule journée !

La lecture… Ce sont ces livres qui peuplent ma vie depuis le tout premier :

Les Malheurs de Sophie.

Certains enfants n’ont pas de livres chez eux, j’ai eu beaucoup de chance. J’ai eu des parents qui aimaient lire. Il y avait à la maison des dictionnaires, des livres savants, des romans et des recueils de poésie. Mais il n’y avait pas de livres pour enfant. Aussi le premier que je reçus fut-il gardé jalousement, comme un trésor auquel je n’avais guère accès.

Il était grand, tout blanc, avec de belles aquarelles.
Je ne l’ai jamais retrouvé, il a dû se perdre entre deux lieux de vie, entre deux histoires.

Lorsque j’y pense aujourd’hui, je me dis que, sans doute, il n’était pas si grand, et que les aquarelles n’étaient peut-être pas si jolies… Qui sait ce qu’un enfant met dans ses souvenirs ?

J’avais quatre ans, je crois, peut-être cinq, pas davantage. Nous habitions à Paris, dans un tout petit appartement. Le livre – offert par mon parrain pour mon anniversaire – avait été rangé tout en haut d’une armoire. Pour qu’on me le confie un moment, il fallait que je sois sage. Je m’installais devant la table de la salle à manger, et, silencieuse, j’avais le droit de lire, en tournant une à une les pages. Elles ont laissé sur mes doigts l’empreinte de leur grain. C’était un papier un peu épais, et le coupe-papier indispensable y avait laissé ses marques irrégulières. J’aimais bien.

J’aurais voulu pouvoir le lire sans m’arrêter… Mais, le plus souvent, il retournait dans le placard trop vite.

Heureusement pour moi, la Comtesse de Ségur avait bien fait les choses. Elle a mis dans ce livre tant de petites histoires – d’épisodes différents – que lorsque l’on m’ôtait le livre, j’avais eu le temps d’en découvrir au moins une nouvelle !

Depuis, je n’ai pas arrêté de lire, n’importe quoi, tout ce qui me tombait sous la main. En me cachant sous les draps, parfois… Qui n’a jamais lu ainsi, à l’aide d’une lampe de poche, n’a pas pu savourer le plaisir extrême d’une lecture interdite.

Et, depuis que je suis adulte, je ne permets plus à quiconque de m’interrompre quand je lis.

Lire, pour moi, c’est cela : ouvrir une porte sur un monde nouveau, m’y plonger sans avoir peur de m’y noyer, et ne revenir que lorsque je le décide.

Lire, c’est ma liberté.

110 réponses à “Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur (1799-1874)

  1. c’est vrai que c’est bon de lire
    besos
    tilk

    j’adore cet escalier

  2. Quand j’enseignais encore le théâtre aux enfants je leur faisais étudier la Comtesse de Ségur car ses livres sont bourrés de dialogues et donc on pouvait leur faire jouer de petites saynettes … Souvent ils découvraient et puis ils AIMAIENT … Comme quoi ! Les modes !!!!

  3. Les lectures interdites à cause de l’ heure tardive …
    Encore une page, suppliais-je.
    Je finis mon chapitre et j’ éteins ….. de guère lasse, mon cher père prit l’ habitude de devisser l’ ampoule dès que je me couchais.
    La lampe de poche confisquée, l’ ampoule dévissée, il ne me restait pus qu’ à dormir ……
    Bisous ma Quich’ et bonne journée

  4. Les enfants ont un peu appris à « lire avec elle ».

    Bonne journée à toi. Bises de nous deux !!

  5. Belle escapade dans ton univers de lecture et de plaisir, tu en parles avec des mots qui devraient donner envie à tous les enfants de se laisser entrainer dans cette aventure qui ne s’achèvera qu’au moment où la vie aura décidé de nous fermer les yeux.
    bisous

    • J’aurais aimé que tous les enfants aient le même désir. Mais ce qui est facile à dire ne l’est pas forcément à transmettre.

      Merci, Bruno.

  6. Je passe te  dire le bonjour du jour

    Au plaisir

  7. Que de souvenirs associés à cette chère comtesse. L’évasion, surtout. L’apprentissage aussi. Et puis, une langue soignée, l’emploi de la bonne formulation, une vraie leçon de français.

    Ambre

  8. bonjour, c’est bien de lire et je me souviens d’en avoir lu des contes de la contesse de ségur

    Je remarque qu’Océane adore lire et qu »elle dévore ses livres

    Bravo pour le petit jeu chez Kri

    bisous

    • Merci, Corinne.

      Je suis contente dès que j’apprends qu’un enfant adore lire… C’est une passion qui apporte beaucoup.

  9. la comtesse de segur : parfum d enfance :-)) je les ai tous lu et longtemps conserve, a leur tour les enfants les ont decouverts avec delice. mon prefere c est « le jardin enchante »
    big bisous

    • Je ne les ai pas tous lus, même s’il m’en manque peu…. et « Le Jardin enchanté » et de ceux-ci.

      Il faudra que je le lise aussi !

  10. Bonheur de lire chez toi, Amielle, ma bibliothécaire préférée  😉 Sur mon île de Samal, ce sont des livres en français qui me manquent… Alors comme toi, je lis tout ce qui passe à ma portée, ici en anglais !
    Gros bisous, tout plein

    • Tu as réussi à ouvrir ce billet ?

      Merci, je suis heureuse que tu aies pu le lire.

      Vivement ton retour, mon Amielle ! Tu me manques, même si je ne veux pas te le dire…

      Profite bien de tes plongées !

      Gros bisous, tout plein !

  11. Tu sais que ma mère les a ces malheurs de Sophie, je me souviens qu’elle me racontait des histoires quand j’étais petite…
    Gros bisous ma Quichottinette
    Amitiés, Flo

    • Je l’ignorais… Avec un peu de chance, elle a la version que j’ai eu petite ?

      Merci pour ce partage, Flo. Gros bisous à toi aussi

  12. Tes livres en tes mots deviennent de purs trésors, toi seule en cette blogosphère (enfin de ce que j’en connais) à ce talent pour en parler de cette manière.
    Sans doute parce qu’ils sont « autre » que des livres.

    Mon père, quand je me suis expatriée a donner ou jeter ou je ne sais pas trop, tous les livres de mon enfance car cela l’encombrait… je me suis jurée de garder précieusement ceux de mes filles.

    Je t’étreins

    • Je suis certaine que d’autres savent aussi parler de ceux/ce qu’ils aiment.

      Tu as bien fait de garder leurs livres… Je crois que c’est important.

      Merci, Lmvie.

  13. quand tu décris ton enfance, le premier livre, je  retrouve  aussi la mienne; je crois bien que j’ai tout lu de la comtesse de Ségur (née Rostopchine: ces 2 mots m’intriguaient jusqu’à ce que j’en comprenne le sens); j’ai versé des larmes sur les malheurs de Sophie et sur l’âne Cadichon!!
    j’aime tellement la lecture que j’ai failli mettre le feu à la maison en faisant du caramel ,un livre à la main:même la fumée ne m’avait pas sortie de mon extase littéraire!! mon étourderie m’a fait croire que Marc t’avait décerné le prix ; car j’avais l’intention de mettre ton blog ; donc considère que je te l’ai décerné ; je vas rajouter ton nom; je me régale chez toi, bisous

    • Née Rostopchine… Je me suis aussi posé longtemps la question… C’était comme un grand mystère. Mais je n’avais pas forcément envie de trouver la réponse. J’aimais bien. 

      Tant de souvenirs derrière un nom, une figure. Je ne crois pas qu’il y ait un livre d’elle que je n’aie pas aimé.

      Merci pour ceux que tu partages ici.

      Et merci pour ce prix. C’est tout gentil.

      Je me régale chez toi aussi, tu regardes la vie avec beaucoup d’humour.

  14. Enfant elle me faisait rêver avec ses jolies robes, ses goûters de princesse, sa vie d’enfant choyée, ses étés au château…
    La lecture, quelle évasion.
    Je t’embrasse fort.
    Sophie

    • Il est vrai que dans les malheurs de Sophie, tout semble rose… Ce n’est plus le cas ensuite. Il me semble bien que sa marâtre est une personne de la pire espèce.

      Heureusement qu’elle a des amies, Camille et Madeleine, qui sont des anges, et Paul, aussi… J’en ai un souvenir attendri. Il faudra que je relise Les Petites Filles modèles et Les Vacances

      Merci, Sophie. Ce sont de merveilleux souvenirs à partager avec toi au coin du feu…

      Je t’embrasse fort.

  15. christine

    OH  merci beaucoup les « Malheurs de Sophie » c’est toute mon enfance qui refait surface; je les ais lus et relus; comme j’ai adoré toutes ces histoires   bonne soirée    bisous

  16. Ah, tiens, ça doit être en écho aux billets de pat de la pointe cet hommage à la dame 🙂

  17. Des souvenirs réveillés par la magie de Quichottine …
    Sophie et ses malheurs, je les ai fréquentés dans une édition toute simple, peut-être de la Bibliothèque Rose …
    Et je pense que ma soeur et moi, si longtemps jalouses, avons dû nous le disputer âprement, comme bien d’autres livres, et malgré notre environnement fourni ! Car nous avons eu cette chance d’avoir parents, grands-parents, … lecteurs éclectiques …
    Aucun ouvrage ne nous était interdit, et je me souviens de celui qui a tenu sa place pendant de longues années dans une ancienne panière à pain dans la cuisine des grands-parents chez qui je vivais : « Les amitiés particulières » de Roger Peyrefitte. Dans un format de poche. Peu souvent emprunté. Mais je me suis questionnée sur sa position en ce lieu, sans obtenir réponse …

    Merci à toi, Quichottine, de réactiver cette mémoire, et ces instants …
    Bisous

    • Mes enfants ont grapillé aussi dans la bibliothèque rose… et moi auparavant.

      Je suppose que si le livre était là, c’était pour l’avoir sous les yeux et savoir qui voulait le lire…

      Tu n’as pas demandé, une fois grande ?

      Il n’y avait pas vraiment de lecture interdite, dans le sens où ce n’étaient pas les livres qui étaient interdits mais la lecture passée une certaine heure.

      J’en reparlerai un jour.

      Merci à toi, Midolu, pour ce partage.

  18. Ahh j’avais adoré les « malheurs de Sohie » !

    C’est un des premiers livres qui, enfant, m’avait introduit au monde de la lecture

    • Décidément ! Merci de venir grossir les rangs de ceux qui se sont nourris de Sophie !

      Bienvenue dans la bibliothèque.

  19. quel bonheur de te lire à toi aussi………
    félicitations pour ta place au coucours chez Kri
    bonne soirée

  20. christine

    oui ;moi aussi ;lire c’est ma liberté;quand je lis ;je suis dans le livre; je suis le personnage ;je change de peau ; de vie; c’est MAGIQUE    bonne nuit     bisous des îles

  21. Se sont de bons souvenirs que tu ramènes aujourd’hui. Quand on commence à lire jeune on lit toute notre vie.

  22. Pour te répondre, Quichottine, chez nous les livres étaient libres, mais la parole pas libérée …
    Plus tard, il n’y avait plus personne pour m’apporter réponse …

    Bonne journée à toi, et bisous.
    Merci

  23. Comment fais-tu pour qu’à chaque fois que je te fais un compliment tu trouves le moyen de dire « oui mais les autres font aussi… » je te parle de toi…ah mais !

  24. Raaaaaaaaa, la comtesse de Ségur…c’est toute ma petite enfance!! J’ai lu TOUS ses livres et plusieurs fois même.
    Les livres à la couverture rouge, à l’odeur forte de papier aux pages aux bords découpés, les illustrations toutes petites en noir et blanc en début de chapitre…ces livres avaient appartenus à ma grand-mère lorsqu’elle était jeune et qu’elle avait reçus en « prix » à l’école ( 1er prix de ceci ou de cela: elle était bonne élève!!!)…et ces livres à mon grand désespoir ont disparu lors de nos nombreux déménagements..Je donnerais n’importe quoi pour les retrouver un jour…J’y pense souvent…
    Je ne trouve pas qu’ils soient si démodés de nos jours…ils ont juste un petit côté désuet mais si charmants…
    Du reste, lorsque j’étais libraire, je proposais tous les titres: les mamans étaient ravies car elles pensaient que les livres n’étaient plus édités!!!!!!
    Je compte bien les lire un jour à ma petite-fille Capucine quand elle n’aura plus 1 an!!
    Ayant eu trois garçons…je n’ai pas pu me faire plaisir avec ces lectures-là…On avait d’autres lectures…d’aventures, de « cap et d’épée » si tu vois ce que je vex dire, Quichottine!
    Haaaaaa merci ma Quichottine d’avoir évoqué la comtesse de Ségur…Tiens j’ai dans le nez encore le parfum de ces pages…
    Gros bisous :-)))

    • Tu en as donc lus plus que moi…

      Je vois très bien de quelle édition tu parles ! … Les « prix » avaient du bon autrefois, surtout lorsqu’on s’arrangeait pour que tous en aient. Le « prix de camaraderie », je l’ai eu de temps en temps…

      Tu as été libraire ???? J’adore. J’aurais aimé !
      Décidément, nous avons plein de choses en commun !

      Je vois très bien… Les aventures, pour les garçons… Chez moi, il y en avait aussi.

      Pourtant je me dis que les livres de la Comtesse de Ségur étaient aussi pour les garçons… Certains du moins. François le Bossu, Diloy le Chemineau, L’auberge de l’ange gardien… Non ?

      J’aime bien quand le parfum te revient ! Merci à toi, Nickyza ! Gros bisous…

  25. Je recherche son nom la dernière fois maintenant je sais son nom sophie de Segue, comptesse Merci pour l’info !

  26. Je crois que j’ai tout lu d’elle, c’est elle aussi qui m’a fait aimer la lecture. elle m’a accompagnée tout au long de mon enfance.  pour mon anniversaire (sans doute mes 9 ou dix ans) j’avais demandé que l’on m’offre un de ces livres; que te temps j’ai passé avec sophie, les petites filles modèles,et le dernier tome, les vacances je crois . et puis  l’âne cadichon aussi, et je crois mon préféré, un bon petit diable; j’aimai les tours pendables qu’il jouait a sa maratre  😉

    merci pour ses beaux souvenirs, si mon enfance ne fut pas rose, elle fut en tout cas un peu plus lumineuse grace a elle 😉

    • Un bon petit diable… oui, j’avais adoré !

      Tu as raison pour Les Vacances… C’est bien le dernier tome de la série !

      Tant de souvenirs ici ! Merci de les partager avec moi, Loralie.

  27. C’est exactement ça…se sous estimer !!!

  28. Les malheurs de Sophie et les Petites filles modèles sont sans cesse rééditées et ont toujours autant de succès. En revanche, j’ai l’impression qu’on les lit un peu plus tard vers 11-12 ans. Et je n’ai pas honte de le dire mais j’ai l’intégrale de la grand-mère conteuse dans une collection pour adultes. J’aime aussi beaucoup ses contes.

    • C’est amusant ce que tu dis… On dit que les enfants d’aujourd’hui sont mûrs plus tôt… et d’autres lectures sont plus précoces.
      La Comtesse est-elle la seule à avoir fait le chemin inverse ?

      Tu n’as pas à avoir honte. Il y en a certains que je n’ai pas lus… Je vais rattraper ces lacunes.

  29. C’est vrai que l’occasion était tentante. Et les photos sont vraiment belles. deux bonnes raisons de faire un billet à ce propos !
    bises !

  30. Bon, ça se confirme, on n’a pas un parcours si différent question enfance littéraire…. J’ai eu droit à ça dans la collection Rose (j’ai embrayé avec la bleu et la verte, plus ça a commencer à se bigarrer un peu plus la tranche de mes bouquins hé, hé.
    Sophie et sa tortue, ça m’avait traumatisée cet épisode… j’ai mis longtemps à oser regarder la mienne de tortue, une terrestre qui a disparu un hiver dans sa cache sans en ressortir, je n’osais même plus la regarder en face.

    • Au moins ne l’as-tu pas noyée…

      Les aventures de Sophie ont de sinistres épisodes, c’est vrai.
      Je suis de tout cœur avec toi. J’ai eu une tortue terrestre moi aussi, mais elle s’est faite enlever un jour dans le jardin, par des ados qui voulaient jouer. J’espère encore qu’il ne lui est rien arrivé de fâcheux…

      Elle était avec nous depuis plus de vingt ans.

  31. Un des premiers romans que j’ai lu c’était l’auberge del’ange gardien, j’ai lu aussi les malheurs de Sophie et les petites filles modèles, livres qui appartenaient déjà à ma mère lorsqu’elle était petite tous dans la bibliothèque rose!

    • Bonjour EmiLie. Merci pour ce partage de lecture.

      L’Auberge de l’ange gardien et Le Général Dourakine, sont de très bons souvenirs pour moi. Je les avais dans la bibliothèque rose aussi.

  32. Bigornette

    « Les malheurs de Sophie »  ce livre fait partie de ceux que j’ai lu et relu x fois…Comme toi je n’aimais pas que l’on m’interrompe en me disant il est l’heure de mettre la table ou autre chose… je m’étais promis à cette époque que quand je serai grande je ferai ce que je veux… Je n’ai pourtant pas toujours le temps de lire… c’est pour ça que je lis souvent le soir… bisous…J’ai aussi lu et relu « les petites filles modèles « et je suis comme Camille et Madeleine très sage… hihi !

    • On ne peut pas toujours, même quand on est grand.

      Je t’imagine bien comme elles…

      Bonne soirée, Bigornette. Bisous.

  33. Je pense que je l’ai déjà visité celui là, mais bon , c’est avec elle que j’oubliai mes chagrins entre autre, alors comment résister. je lui dois une fière chandelle. Il passe les malheurs de sophies en dessin animé , j’avoue que je regarde de temps en temps

    J’ai lu tout ses livres . et quand je lisai je m’enfermai dans ma chambre, pas de risque qu’on vienne m’y déranger.je pouvais y passer ma journée ^^

    • Tu t’es amusée avec les images ? Merci !

      T’en fais pas, je les ai regardés aussi…

      Elle est de mes plus belles lectures enfantines… j’adorais… et j’aime toujours.

      Merci pour ce très beau partage.

  34. Tu me donnes envie de le relire ! Bises et bon dimanche.

    • Si tu vas au-delà de l’envie, tu me diras ce que tu en as pensé ?

      Merci pour ta présence en mon absence…

      Bises et douce soirée.

  35. Les malheurs de Sophie est aussi l’un des premiers livres qui trouva place sur l’étagère improvisé d’AneverBeen. J’ai lu la trilogie, issue des Malheurs de Sophie, avec grand plaisir et ai beaucoup apprécié d’autres romans et nouvelles de la Comtesse de Ségur. J’ai lu, relu et de nouveau lu Un bon petit diable et sais que ce même finira par se retrouver, une nouvelle fois entre mes mains, dévoré des yeux tel un met dont on ne se lasse pas de déguster ! 🙂 Il y eut aussi la série animée inspirée des aventures de la fillette, en quête de sagesse malgré tous les aléas, qui nous occupa en des temps divers. Sophie de Rostopchine est l’un de nos écrivains ; elle fait sans nul doute partie de nos fétiches 🙂 Je suis bien ravie de partager cette appréciation avec la bibliothécaire, qui ne se limite pas qu’à un savoir préconçu de la littérature et qui par ce fait se distingue de bien d’autres amateurs de mots, que tu, Grande Quichottine, es.
    Merci d’avoir pris de ton temps, par le passé, pour mettre à l’honneur cette auteure que j’affectionne. S’il y aurait eu davantage de mots à son sujet comme sur ses oeuvres, je m’en serais plus que délecter ! Peut-être cela sera-t-il pour une autre fois…

    Bon début de semaine, Quichottine : et, à… quand le temps du retour, le tien, sera !

    • Qui sait ? Il y a bien d’autres livres d’elle que j’ai dévorés étant enfant et que j’ai relu depuis avec autant d eplaisir.

      Merci d’avoir parcouru mes allées en mon absence.

      Que cette journée soit belle AneverBeen.

  36. patdelapointe

    Mais : Sophie…C’est la Girafe…et là : il n’y a pas de Girafe…mais ! quel ciel !…

  37. Lire c’est la liberté, oui… écrire c’est se permettre peut-être d’y accéder ?

    • Quand on a la chance de pouvoir le faire, c’est important.

      Les écrivains ont un rôle à jouer, ils ne doivent pas le gâcher.

  38. thaliesen

    Lire, liberté…Ce n’est effectivement pas pour rien que l’on montre les livres voler comme des oiseaux…Normal, et légitime, nous changeons effectivement de monde, d’univers, de dimension. Lire c’est voyager et vivre d’autres monde

  39. J’avais tous les livres de la collection de la Comtesse de Ségur, on peut dire qu’ils m’ont faite en grande partie, la moralité, l’éthique. J’étais une grande fan. Il me semble que j’en ai toujours l’un ou lautre… La plupart offerts à mes nièces qui, enfants, en ont trouvé la lecture désuette!   Elles ont regardé les dessins animés par contre!

  40. Voilà qui ravive un moment des plus importants de mon enfance !Le livre « les malheurs de Sophie » est en effet le premier que j’ai lu! J’avais cinq ans !Ma grand mère qui aurait aimé être institutrice m’avait appris à lire très tôt . je me souviens du premier mot que j’ai su déchiffrer seule : c’est fenêtre . Depuis la lecture est restée cette fenêtre vers mes horizons .
     Ce livre  n’avait que très peu de dessins , juste en haut de chaque chapître;et je l’ai toujours , il est dans mes tiroirs sans fond .
    Merci Quichottine de cette évocation de Sophie Rostopchine.
    De Belgique , je te souhaite une bonne journée
    Ghislaine

    • Je ne sais qui m’a appris à lire.
      Ma mère disait que je savais lire à deux ans. Je crois que c’est une légende.

      Mais ce que je sais, c’est que j’ai appris à l’aide d’un alphabet de bois tout coloré… Je construisais les mots avec, et, ensuite, je faisais de ces lettres des châteaux qui finissaient toujours par s’écrouler.

      Je ne me souviens pas des premiers mots. Mais je me souviens bien de cet alphabet en volume, d’une époque où les lettres n’étaient pas encore magnétiques.

      Merci à toi, Ghislaine, pour ce partage de souvenirs.

  41. La Comtesse de Ségur ! J’adore. Je crois qu’elle a commencé à écrire assez tard. J’ai lu et relu « Quel amour d’enfant ! » des centaines de fois. Un des grands livres de mon enfance.

    M.  

  42. jackline

    J’ai donné tous ses romans à lire à mes trois enfants, et ils aimaient beaucoup !! D’ailleurs, mes petits enfants regardent aussi les albums illustrés magnifiques de leur parents que j’avais conservées, et ils ont lu aussi quelques un des livres, et aussi une K7 vidéo qui leur plait toujours « Les malheurs de Sophie »… …Je te fais des bises, passe une bonne journée…

    • Mes enfants aimaient bien. Pour les petits-enfants, les images peuvent aider.

      Je me dis que ce peut être une bonne chose de rentrer dans la littérature par les dessins annimés.

      Bonne soirée à toi.

  43. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, c’est marrant que tu parles de ce livre aujourd’hui car en réfléchissant un peu pour préparer mon commentaire, une image m’est revenue, celle d’un petit Muad en vacances chez sa grand-mère sortant raconter l’histoire des poissons rouges à son frère et à sa soeur qui jouaient dans le jardin…
    Gros bisous et très bonne soirée,

    • L’histoire des poissons rouges ?

      Eh bien, si même les petits garçons s’en mêlent, je vais devoir en parler davantage !

      Gros bisous et très bonne soirée à toi aussi.

  44. grâce à Ulysse, j’ai retrouvé Narcisse et Goldmund de Hermann Hesse, grâce à toi, je me rappelle les Comtesse de Ségur … quand nous allions chez ma grande tante à Lyon, nous avions un livre comme cadeau … et pour moi, quelle joie … ensuite chez ma grand mère, je lisai le dernier tome …
    merci pour ce bon moment, et je regarderai bien au dessus de ton épaule pour voir ces belles aquarelles que tu regardais
    bises et bonne soirée

  45. Petite Elfe

    Sans doute aussi un de mes tout premiers livres… comme beaucoup de petites filles… Moi non plus je ne l’ai plus…. quel dommage. Merci pour ce petit pas en arrière. Bonne journée.

    • C’est vrai que c’est dommage !

      … Et je sais que nous avons sans doute beaucoup de souvenirs communs.

      Merci à toi.

  46. j’adore les trompe l’oeil sur les murs, il devrait y en avoir plus… j’ai la chance que mes loulous aiment lire. je suis très contente car en 4 semaine j’ai lu 3 livres (oh rien de magnifiques, je commence par des romans policier …. mais comme je vois que j’ai repris le rythme je vais pouvoir reprendre mes lectures préférées : le roman avec fond historique, style « la chambre des dames »
    bizzz et bonnes pâques

    • C’est sûr que c’est plus joli que certains tags…

      Je suis contente que tu aies recommencé à lire.  C’est super !

      Bonnes Pâques, Bidulette. Bisous.

  47. Rainette

    Ce matin j’ai pris le temps de rendre visite à mes « amis » et j’arrive sur ton blog.
    Sur qui je tombe ? Sur Sophie… sur moi en quelque sorte. La comtesse de Ségur fait partie de ma vie depuis si longtemps. Pour ma part j’ai commencé à lire grâce à elle, j’étais un peu plus vieille que toi (environ 9 ans je crois), chez nous il y avait quelques livres mais mes parents qui venaient d’Espagne et qui ne savaient pas lire le français ont eu du mal à nous faire aimer et quand j’ai eu en main « Les petites filles modèles », la lecture pour moi est devenue une belle découverte.
    Alors de part mon prénom bien sur ensuite j’ai lu les malheurs de Sophie que je fais découvrir à Olivia et elle ne trouve pas du tout que ça soit démodé 😉
    Que de bon souvenir c’est là, et comme tu le dis curieusement on s’en souvient bien, moi c’était un livre de couleur fushia, avec les enfants avec des traits si fin sur la pochette et des robes à dentelles si belles que ça me faisait rêver. Peut-être les ai je idéalisé depuis 😉

    Merci Quichottine pour tout ça.
    De gros bisous pour toi et un bon week-end de Pâques.

    • J’ai beaucoup aimé, Les Petites Filles modèles et leur suite Les Vacances. J’aimais ces personnages, leurs rapports amicaux, leurs aventures. Camille et Madeleine, Paul… et Sophie, bien entendu !

      Je suis contente que ça plaise à Olivia !

      Je ne sais si tu les as idéalisés… peut-être pas vraiment. En cherchant de la documentation pour ce billet, j’ai vu de nombreuses couvertures différentes. Je suis sûre que la tienne y était.

      Merci à toi, Rainette. Je suis heureuse que tu aies pu passer.

      De gros bisous à vous partager avec Olivia, et bon weekend de Pâques à vous tous.

  48. J’imagine un livre suprème, d’où l’on ne revient pas.

  49. Je l’ai encore ce livre, mais où, il faut que je le cherche. Je l’ai tant aimé!!!

  50. krismalo

    Lire c’est ma liberté,écrire c’est une découverte!
    krismalo

  51. Bonjour Quichottine : quels souvenirs tu éveilles en moi.Ben oui, j’ai tout lu de la Comtesse.Et d’ailleurs, dans ma région se trouvent les tombes des vraies petites « filles modèles ».Je me souviens aussi tout gamin, du merveilleux « théâtre de la jeunesse » que proposait L’ORTF aux enfants (Santelli ou Stellio Lorenzi en était le réalisateur).On pouvait se régaler par exemple avec le « général Dourakine ».C’taient de vrais chefs d’oeuvre.Merci pour cette piqûre de rappel bien sympathique.Crois-tu que la Comtesse soit lue encore ?
    P.S : souvenir de CM1, alors que je m’apprêtais à emprunter « Jean qui grogne et Jean qui rit » à la bibliothèque communale, pour la 2ème fois, mon instit me fusilla d’un : « ah non! , tu vas me faire le plaisir d’évoluer un peu , c’est pour les enfants tu n’en es plus un ! »,et je jetai mon dévolu sur « la petite île de monsieur Touaminou » et là il ne trouva rien à redire…
    Merci pour tes articles, je n’ai pas oublié pour le roman, je le lirai quand je serai moins pris.Bises Quichottine et bonne fin de semaine.

    • Enfin !!!! Un homme selon mon coeur !

      Oups ! Il ne faut pas que je le dise trop fort !

      Décidément, il n’y a que moi qui n’aie pas tout lu ? Je plaisante, mais tu sais, j’adorais les émissions du « théâtre de la jeunesse »… Je me souviens très bien !

      J’avais découvert grâce à elle Oliver Twist… (rien à voir avec La Comtesse…) Tu l’avais vu aussi ?

      Oui, elle est lue encore… et toujours rééditée.

      Jean qui grogne et Jean qui rit, j’avais adoré ! Il fait partie des livres que j’ai rachetés pour mes enfants… Mais, désolée… La Petite Île de monsieur Touaminou, je ne connais pas. C’est mieux ?

      Merci pour ce partage de souvenis, Morsli.
      Bonne fin de semaine à toi aussi, douce soirée.

  52. Pardon, je crois que c’est « monsieur Touminou » et non Touaminou.J’ai loupé Oliver Twist à l’époque(sûr que papa, maman m’avaient puni ce jour là).En revanche et là aussi rien à voir avec la comtesse, j’avais adoré la mise en scène des contes de Grimm (le peit Claus et le grand Claus, et aussi cette histoire de table magique , où celle de cet âne qui crottait de l’or…).C’était sublime Quichottine, du grand art avec de grands acteurs et actrices, notamment les mioches.J’ai revu certains épisodes il y a quelques années : quelle richesse, quelle poésie et quel talent par rapport à la non création qui sévit de nos jours.Tu sais, ma chère Quichottine, j’écume les marchés de livres d’occasion et j’ai acquis la quasi totalité des livres sur lesquels j’ai appris à lire du CP au CM2.J’ai même retrouvé mon premier livre emprunté à la bibliothèque(CE2) »Chocoline et le printemps ».J’ai retrouvé deux coups de coeur relus avec plaisir, deux chefs d’oeuvre de la littérature enfantine : « la maison des petits bonheurs » de Colette Vivier, sublime ! et « cinq têtes sous un même bonnet » de Henriette Robitaille, délicieux !
    Ouh là là ! Quichottine, tu nous ramènes au vert paradis des amours(littéraires) enfantines.Grâce te soit rendue pour ça !
    P.S : tes enfants se régaleront avec tes choix, « l’île de Mr Touminou » me plût bien à l’époque, et je conseillerais aux enfants : »l’île rose  » de Charles Vildrac et « Amadou le bouquillon » (j’en ai oublié l’auteur, connu pourtant),plus « les contes du chat perché » bien sûr de M . Aymé.
    BISOUS BISOUS.

    • Ok pour Monsieur Touminou…

      Tu sais, à force d’en parler, je vais aller regarder ce qu’ils ont mis dans les DVD du petit théâtre…

      Tu me fais rire… parce que j’ai récemment acquis les livres de lecture que j’avais en CE1 et CE2… en tombant sur eux par hasard.

      Merci pour tous ces titres ! Il faudra que je m’en fasse une liste.

      Colette Vivier… Je me demande si je ne connais pas cette maison des petits bonheurs… ça me dit quelque chose. Je chercherai.
      Charles Vildrac… Je le connais plus pour ses poèmes… mais j’avais lu « Amadou le bouquillon », qui es de lui aussi. Dans les livres de l’école primaire, on a souvent « La pomme et l’escargot »

      La pomme et l’escargot

      Il y avait une pomme
      A la cime d’un pommier
      Un grand coup de vent d’automne
      La fit tomber dans un pré.
       » Pomme, pomme t’es-tu fait mal?
      – J’ai le menton en marmelade
      Le nez fendu et l’oeil poché !
       » Elle roula : quel dommage !
      Sur un petit escargot
      Qui s’en allait au village
      Sa demeure sur le dos.
       » Ah ! stupide créature !
      Gémit l’animal cornu
      Tu as défoncé ma toiture
      Et me voilà faible et nu. »
      Dans la pomme à demi blette,
      L’escargot , comme un gros ver,
      Rongea, creusa sa chambrette,
      Afin d’y passer l’hiver.

      Charles VILDRAC

      Les contes du chat perché… je les ai à la maison. J’adore !

      Bisous à toi aussi. Merci.

  53. Lire, c’est ma liberté: belle maxime… Je revendique le droit de la prendre aussi à mon compte

  54. Et <  Les petites filles modèles.> .. Camille et Madeleine et d tant d’autre dans la bibliothèque tose. Quichotine tu viens de m’emporter loin en arrirère… Bonne semaine à toi
    Nettoue

  55. j’ai lu les malheurs de sophie comme beaucoup de monde  , dans mon enfance . mais aussi  « aprés la pluie , le beau temps  » du meme auteur . que de souvenirs!