Dame Menehould (Clément, 5)

 

Jehan de Briey avait douze ans.

  • A douze ans, au Moyen Âge, on était déjà un homme !

Ses parents l’avaient confié à François-le-Ciseleur dès qu’il avait été en mesure de quitter le giron maternel. Il lui fallait apprendre un métier, faire ses preuves.

C’est ainsi que Jehan avait quitté la maison paternelle, le petit village qu’il aimait, pour se rendre à la ville où son maître officiait.

Il n’était pas vraiment content, mais à lui non plus, nul n’avait demandé son avis.

  • (Les enfants doivent se taire et obéir !)

Dans l’atelier, il devait accomplir tous les menus travaux… mais pas seulement.

Il allait puiser de l’eau au puits, s’occupait du feu dans les cheminées de la maison, nettoyait à l’occasion les écuries où les chevaux de son maître essayaient de temps à autre de lui envoyer un coup de sabot !

Jehan détestait devoir conduire les chevaux chez le Maître des Forges, deux rues plus bas dans la cité…

  • (Les chevaux n’étaient pas vraiment méchants, mais Jehan les trouvait trop grands, ce n’était qu’un petit enfant !)

La forge était étouffante, et le forgeron ressemblait à Vulcain… ou du moins à l’image qu’il s’en faisait depuis qu’il avait vu le tableau chez Dame Menehould.

 

Velazquez, la Foge de Vulcain,1630. Diego Velázquez, La forge de Vulcain, 1630
(Huile sur toile, 223 x 290 cm)
Museo del Prado, Madrid

 

Dame Menehould ?

  • (Ah, c’est vrai, vous ne savez pas qui elle est, il va falloir expliquer !)

François-le-Ciseleur avait un frère qu’on appelait Enguerrand-le-Marchand.

Enguerrand était très riche. Il avait réussi l’impossible. Il avait épousé la fille de son maître, qui était laide à faire peur et pérorait le plus souvent, comme un curé en chaire. Nul n’en voulait.

Lorsque Enguerrand se mit à lui envoyer des mots doux en cachette, le cœur de la damoiselle chavira. Elle en dit deux mots à son père qui, trop content de pouvoir enfin caser sa fille unique, décida que Enguerrand en valait bien un autre et qu’il le formerait pour lui céder son échoppe lorsque le temps serait venu.

Enguerrand s’arrangeait pour que sa femme soit toujours occupée. Il lui avait donné des enfants et l’entourait des servantes les plus accortes et les moins habiles…

  • (Là… il pensait plutôt à lui !)

Chaque année une nouvelle servante, jeune et inexpérimentée, était engagée, la Dame devait tout lui apprendre… jusqu’au moment où, n’en pouvant plus, elle la renvoyait !

  • (C’est ainsi qu’arrivait une nouvelle servante, jeune et inexpérimentée… bref, vous m’avez comprise !)

L’une de ces servantes avait un jour su charmer François-le-Ciseleur.

Elle était belle comme un matin de printemps, fraîche comme la rosée de l’aurore, douce comme la brise de l’été au crépuscule. Il en était tombé éperdument amoureux…

  • (Cela arrivait, même au Moyen Âge !)

… et avait réussi à la soustraire à la méchanceté de sa belle-sœur et à la perversité de son frère.

Il en avait bien sûr fait sa maîtresse…

  • (Il ne pouvait en être autrement puisque François était marié, et il faut dire qu’il avait belle prestance et que la jeune fille ne s’était donc point fait prier !)

Elle avait un peu résisté, au début, pour la forme, et parce que sa maman lui avait bien précisé qu’elle ne devait pas, que c’était un péché et qu’elle irait en enfer si elle se laissait faire !

Mais un soir, dans un clair de lune digne d’une romance à Venise, elle avait finalement cédé…

  • (Elle avait trouvé qu’il était plutôt agréable de céder à la tentation !)

François était heureux, il l’avait installée dans une petite maison de bois couverte d’ardoises, dans laquelle il se rendait souvent, pour oublier la pâleur de sa femme et son silence agaçant. On avait tout oublié de son ancien état : tout le monde dans le quartier la saluait bien bas.

C’était Dame Menehould.

Revenir au Sommaire
Lire la suite

98 réponses à “Dame Menehould (Clément, 5)

  1. « pour oublier la pâleur de sa femme et son silence agaçant »
    Typiquement masculin !!!!
    Si sa femme est pâle et silencieuse, à qui la faute ????
    A époux autoritaire et tonitruant, femme docile et silencieuse.
    Maintenant, j’ attends la suite avec impatience !!!

    • Tu vois, je savais que tu réagirais ainsi… C’est vrai que François n’est pas vraiment fréquentable…

      Je ne sais pas vraiment si tu aimeras la suite… Mais, si tu viens lire ma réponse, tu pourras, lire la suite en avant première, elle est déjà là…

      Gros bisous, ma Clo !

      (pardon pour le retard….)

  2. Ça s’en vient captivant et comme je suis curieuse, j’attend la suite.

  3. N’a t’elle pas été cononisée par la suite?   Sainte Menehould !!! J’attends la suite !!!!!!!!

    Sourire !!!

    Bon W-End. Bises x2

    • Sourire… c’est vrai qu’elle existe, et qu’une ville porte son nom…

      Je sais que tu attends la suite, et… si tu es un peu curieux, je viens de la poster aujourd’hui… alors, elle est là, en avant première !

      Je vous souhaite une belle soirée, à tous les deux…

  4. Quelle époque !!!!
    LIZAGRECE

  5. je crois me rappeler que une Ménehould est une sainte de Chalons ou non ??
     Je suis( verbe suivre !) l’histoire en suçant mon pouce
    bises

    • Tu as tout à fait raison… et il y a même une « Sainte-Menehould »… sur les cartes routières.

      Chouette ! Je suis contente que tu sois là et que l’histoire te plaise…

  6. Je ne sais pas pourquoi, mais je pense à la jeune fille à la perle ou à la dame à la licorne….Bises, Dona.   VITA

  7. J’attends la suite…Quelle belle histoire Quichottine !

  8. Bon dimanche bises!

  9. A l’époque, on devenait vite une grande dame, hein!
    Juste une question, Quichottine: Menehould…il y a un rapport avec cette petite ville dans la Marne ( Sainte Menehould) pas très loin de chez moi???
    Je suis toujours ton histoire, Quichottine :-))
    Bon Dimanche et gros bisous

    • Il suffisait parfois de pas grand chose… Mais aujourd’hui aussi.

      Pas très loin de chez toi ? Je suis contente.

      Non, en fait j’ai pris des noms de la région, pour avoir l’air « vrai »… … mais ce n’est qu’une histoire sans aucune prétention.

      Merci d’être là, Nickyza… j’espère que la suite ne re décevra pas.
      Pardon pour mon retard à te répondre…

  10. j’adore venir te lire..
    besos
    tilk

  11. Comme j’aime passer ici et avoir l’impression que nous sommes tous au coin du feu (c’est de saison lol) pour t’écouter nous conter tes histoires… Je viens de lire celle ci et j’attends déjà le prochain rdv.
    Gros bisous et bon dimanche, Syl

    • Si tu passes bientôt, la suite est déjà là, je l’ai mise aujourd’hui…

      Nous sommes jeudi, et elle paraîtra demain. Mais tu peux déjà la lire… 

      Bonne journée, Syl ! Merci

  12. La suite, la suite !!! 😉 J’adore venir écouter des histoires dans ta bibliothèque ma chère Quichottine, c’est comme un moment de repos dans ce monde qui va si vite, un moment suspendu dans le temps … Gros bisous !

  13. bon ! J’attends la suite!

  14. J’ai tout lu depuis le début, aujourd’hui où je peux vous consacrer un peu de temps et…il me tarde de découvrir la suite ! très agréable de se laisser conter les histoires du temps passé; peut-être la nostalgie de l’enfance ou le besoin d’être bercée ! oui, c’est bien d’être consolée car par les temps qui courent !!!!
    bisous Quichottine et je te le souhaite, un beau dimanche.

  15. c’est bien agréable de te lire, l’histoire se corse… nous allons donc attendre la suite… tu as un talent de conteuse extraordinaire, il ne manque que le son… gros bisous Quichottine…bonne soiréé…

  16. Ah! la tentation de la chair…

  17. Ah ben tu vois, je dis toujours qu’il faut écouter ce que nous dit notre maman, et puis elle n’a pas non plus, entendu la ptite voix intérieure qui lui disait  » non, c’est mal ma fille »
    Enfin bon, le peché est fait
    Gros bisous, Flo

  18. J’admire ton inspiration à partir d’un tableau….. Un joli conte. Bises

    • Tu sais, Martine, je vais te décevoir… Ce tableau-ci n’est venu qu’après la rédaction intégrale de mon histoire… Nous n’en sommes qu’au 5e épisode… il y en aura d’autres.

      Bises à toi aussi

  19. Bonne semaine bises!

  20. Hello ma chère Quichottine, je réponds en premier à ton com. Je suis ravie que tu aies aimé mes photos.. tu as vu comme Safrane faisant le guêt ?? elle ne regardait pas passer le train.. mais les petits oiseaux  mais j’ai trouvé que sa présence donnait du charme aux photos..
    Pour la suite des évènements, bien sur je ferai une suite.. pour l’instant il faut attendre fin Mars pour que le dossier de candidature soit présenté pour savoir la ville qui représentera les JO en France.. puis le dossier partira pour être comparé aux pays Européens… et savoir qui de l’Europe l’emportera.. tu vois une saga qui promet d’être longue.
    Ce tableau de Velasquez est saisissant et je me dis que tous ces peintres de talent étaient de véritables photographes. Pour l’histoire rien a changé à notre époque et depuis la nuit des temps…les histoires d’amour restent les mêmes et la « maîtresse » a toujours existé..il n’y a qu’une chose qui a changé, les enfants ne se taisent plus et n’obéissent plus.. il y a là du bon et du moins bon car trop, c’est trop.
    Suite à ce long com, je te souhaite une bonne journée et t’envoie de gros bisous. J’ai tout remis en place et je n’avais pas oublié de m’essuyer les pieds en entrant.
    chantal

    • J’ai adoré tes photos…

      Sourire pour le reste… les enfants obéissent, plus ou moins.

      Gros bisous de la bibliothécaire… très en retard dans ses réponses !

  21. Je passe rapidement pour te laisser un petit coucou, bonne semaine Quichottine !

  22. qu’il est doux de cotoyer les amours impossibles des siécles derniers
    elles ne sont guère plus sagesq que les notres !

  23. coucou être un homme à 12 a,s et bien
    Les enfants doivent se taire  et obéir, je vais venir faire lire cette phrase à Océane (lol)
    J’imagine, la patite maison au toit d’ardoises
    bisous

    • Ben oui, tu sais, au Moyen Âge, une femme était « vieille » à vingt-cinq ans…
      L’espérance de vie n’était pas la même qu’aujourd’hui.

      Merci de suivre mes épisodes…

  24. De belles aventures qui s’annoncent………A+

  25. Il ne m’est pas sympathique du tout cet Enguerrand le Marchand, abuser de la crédulité de sa femme.
    J’espère que rien de fâcheux ne va arriver à son épouse.
    J’aime beaucoup le tableau de Velasquez.
    J’attends la suite de cette histoire…
    Bises 

    • Il n’y a rien à craindre pour l’épouse d’Enguerrand. C’est elle qui a le bien. Il doit la protéger, son père y a veillé.

      Je suis contente que tu apprécies cette histoire.

      Merci d’être là

  26. Ah…les histoires d’amour, coupables de surcroît et mosellannes en outre…La suite!!!( sitoplait…)

    • La suite est là, pas loin, cachée jusqu’à demain… mais tu peux déjà la lire, en cherchant bien

      J’adore que tu sois là !

  27. A ce que je vois ce n’est pas elle qui a fait la réputation de la ville de Sainte Menehould et ses fameux pieds de cochon….

    Pour répondre à ton message, nous sommes rentrés ce soir et en Corrèze la tempête n’a fait que nous houspiller un peu. Quelques bourrasques pendant la nuit et aucune séquelle.
    Beaucoup de photos et le choix s’avère difficile.
    Bonne soirée

    • Sourire… Non, elles ont seulement le même prénom…

      Contente de voir que votre voyage s’est relativement bien passé !

      Bonne soirée à toi

  28. Bpnsoir Quichottine, merci pour ton com’. Demain j’irai voir jolie dame primevère qui avait décidé de voir la lumière du jour avant la venue de la neige…
    En ce qui concerne ton article, encore aujourd’hui quelquefois à 12 ans on est déjà un homme…presque…et c’est bien dommage…

    • Il ne faut pas me remercier… cela m’a fait plaisir de passer.

      C’est vrai. Il y a de petits soldats bien plus jeunes aussi…
      C’est dommage.

      J’espère que ta primevère n’aura pas souffert.

      Passe une belle soirée

  29. ce maitre ciseleur a su joindre l’utile à l’agréable, enfin pour lui. Attendons la suite de l’histoire Bigs bisous

  30. J’aime découvrir ces personnages au fil des lignes, aller de rencontre en rencontre, dériver entre les rues…

  31. Ce n’est peut-être pas gentil pour Aude mais je l’apprécie déjà cette Dame Menehould. Je pense qu’elle jouera un rôle plus tard dans le déroulement de l’histoire. Je souris car loin d’être une certitude c’est plutôt un désir de ma part. C’est tout l’intérêt des histoires à feuilletons. L’imagination va bon train.
    Tu vois, je n’avais pas pu me résoudre à revenir plus tard lire la suite. J’avais trop envie de connaître la suite.
    Je te souhaite de passer ne très belle journée et t’embrasse très fort….Dame Quichottine.

    • Je pense que tu changeras bientôt d’avis…

      Mais c’est l’intérêt des feuilletons, aussi… de jouer avec l’imagination de son lecteur…

      Merci pour cette impatience…
      Je t’embrasse très fort, belle soirée à toi.

  32. le monde n’a guère changé.
    mais peut-être qu’au moyen-âge (remarque ça dépend duquel) la place de la femme était plus importante qu’on ne le pense souvent.
    Je n’aime guère savoir Aude pâle et soumise…

    • C’est vrai… pour certaines choses, tout semble vraiment « pareil ».

      Aude est un personnage secondaire, tu sais ? Clément suvivra sans sa mère.

      Merci pour ta présence, Polly

  33. Muad' Dib

    L’histoire se complique mais l’intérêt du lecteur est piqué …
    En tout cas, j’aime cette ambiance de feuilleton qui pourrait être raconté à la veillée, toute la maisonnée regroupée devant un bon feu …
    Je divague …
    Gros bisous et très belle journée Dame Quichottine,

    • Sourire… autour du feu, il faudrait qu’elle soit un peu plus longue…

      Mais j’aimerais bien

      J’adore quand tu « divagues »… Gros bisous et très bonne soirée, Muad !

  34. Les relations Homme/Femme sont intemporelles…
    Je savoure cette épopée et escapade moyennageuse et attends le prochain chapitre : Dame Menehould serait-elle la promise d’un destin tout tracé et serais-ce là un vrai conte de fée comme je les aime ? J’aime à le penser et d’ici là qui vivra, verra mais il me tarde quand même…
    bise de mon p’tit paradis, glamour en ce week-end!

    • … Euh… ça risque de ressembler un peu à certains…

      Si tu es curieuse, tu peux maintenant aller voir la suite en avant première, elle est programmée.
      Ceci dit, je ne sais pas si tu aimeras tout…

      Merci pour ta présence, et gros bisous à toi.

  35. ~~ Kri ~~

    Je me suis prise à l’histoire… vite la suite!

  36. Bien. Et donc ?

  37. Ghislaine

    Comme tous les matins , je suis allée voir si le nouvel épisode était arrivé !! Et Dame Menehould était là pour le petit déjeuner !!
    Comment le jeune héros va t il croiser le chemin de la dite dame ?
    A bientôt donc !!
    Bon Week end  Quichottine
    Miregi

    • La suite est là, si tu veux la lire…

      Merci pour ta présence matinale… et désolée d’avoir tardé pour te répondre.

      Bonne fin de semaine à tous deux…

  38. Je salue comme il se doit cette dame qui me plaît bien…

  39. sacrée Ménehould ! lol

    et Vélasquez quelle lumière , meme dans un endroit aussi sale et gris  qu’une forge  il  a fait entrer  le soleil , ;

    Je t’ais répondu  chez moi  Quichottine , mais je peut répo,ndre
    ici aussi , pour  les déssins ,  donne  moi une adresse  et je te les envoies  , mais  j’espère aussi te voir  à ma prochaine expo
    si tu repasses par  la lorraine , ce serait  simpat , si tu passes ,
    prévient  moi , je m’arrangerait pour etre présent , car  je n’y
    serait  pas forcément  pendant les 10 jours d’expo ,
    je suis obligé de  bosser  ….

    bon Dimanche  Quichottine 😉

    • Sourire…

      Tu as raison pour Velazquez… Il y a de la lumière dans chacun de ses tableaux.

      Merci pour ta réponse, je t’ai répondu là-bas.

      Passe une belle journée…

  40. Michka/Le Pirate

    bon dimanche Quichottine

  41. ~~ Kri ~~


    Bon dimanche!

  42. le début du chapitre me fait penser à l’histoire du forgeron du village, un mariage arrangé par des âmes charitables mais lui fut honnête et sérieux bien que sa femmeait passé son temps à se languir dans un siège de rotin en épiant les passages de la rue derrière sa fenêtre pour ensuite commenter avec les commères du coin!
    En ce moment je lis la suite des pilliers de la terre de Ken Follet et le début se passe dans une cathédrale!
    bises

    • Drôle de vie pour les commères du village…
      … et pauvre forgeron !

      Merci pour ce partage, Azalaïs. Bonne lecture à toi…

  43. Belle ascension sociale pour ce jeune siceleur et également pour cette jeune servante!
    Un beau tableau de maître chez Dame Menehould!
    Bises et bonne fin de dimanche Quichottine!

    • Comme tu dis… Heureusement que c’est une histoire… Que penserait le maître s’il voyait son tableau là ?

      Merci… (je suis tard… alors, bon jeudi à toi !)

  44. J’attends la suite, sourire, comme une petite fille qui a besoin de son histoire pour s’endormir le soir….

  45. j’avais un copain qui à 22 ans souhaitait une épouse pour la maisonnée et une amie pour la douce amitié et les moments paisibles.
    ton petit passage sur Dame Menehould est un petit plaisir à lire avec de l’humour, de la gentillesse et un côté fort pratique
    bises

    • Sourire… Qui ne le voudrait pas ? La vie est mal faite qui ne donne pas la possibilité d’avoir tout réuni en une seule personne le plus souvent…

      Merci, Andrée.

  46. eh oui, c’est bien beau de céder à la tentation.. mais à cette époque ne pas être mariée…. pas bonne situation pour une femme…..
    (je joue les donneuses de leçon mais c’est juste pour la forme… !) je l’aime déjà, bonne soirée

    • Ne t’en fais pas… cela ne va pas durer. Elle ne vivra pas longtemps dans le péché…

      Morte de rire, Bidulette… Plein de bisous pour toi !

  47. C’est bien raconté, ça se lit facilement.
    Dame Menehould a bien eu raison j’ai l’impression.

  48. Alain-Julien BENITEZ

    Image and video hosting by TinyPic

    C’est très agréable à lire !….Je continu ………….