Marcel Pagnol

L’autre  jour… il n’y a pas si longtemps, en fait, c’était hier ! L’un de mes blogopotes, Alphomega, m’a dit , après avoir lu le  plaidoyer de Marcelle, qu’elle lui faisait penser à Manon… à Manon des sources.

C’est vrai… ça pourrait.

Marcelle et Manon sont toutes les deux orphelines, toutes les deux préfèrent aller par monts et vaux en se moquant bien de ce qu’on pense d’elles…

Mais, je crois que la ressemblance s’arrêtera là.

Manon a fui pour oublier les secrets surpris, les choses intolérables…

Marcelle ne fuit pas vraiment, elle n’aime pas, elle le dit, elle préfère rester seule, elle le dit aussi.

Manon se tait, elle a oublié que les mots pouvaient être doux.
Il faudra l’apprivoiser.

Mais bon, ce n’est ni de Marcelle ni de Manon dont je veux vous entretenir… De Manon à son auteur, je n’ai fait qu’un tout petit pas, d’autant que l’autre jour, sur un autre blog que je visitais, chez Pol, il était question d’une fameuse partie de cartes… vous savez bien ?

071003_Pagnol_Cesar.jpg

 
Marcel Pagnol l’a immortalisée dans la célèbre partie de cartes du film Marius dans les années 30 avec quelques répliques restées fameuses : « Oui, tu me fends le coeur. Pas vrai, Escartefigue? Il nous fend le coeur. »
« Si on ne peut plus tricher avec ses amis, ce n’est plus la peine de jouer aux cartes »

(cf. blog de Pol)

Pol parlait de belote… et je vous assure que son article vaut le détour que je vous propose… ici (clic).

Je ne sais pas pourquoi, mais lorsque je pense « Pagnol« , je pense à la fois aux livres qu’il a écrits et aux films qu’il a tournés… Je pense aux acteurs, à certains, qui n’ont pas pris une ride, Raimu, Fernandel… à d’autres…

(Moi, je ne suis pas douée pour retenir les noms d’acteurs mais je me régale à les écouter, à les regarder faire vivre ces textes merveilleux… Vous souvenez-vous de La femme du boulanger ? Il n’y a rien de plus beau que ce moment magique où Raimu dit à Pomponette tout ce que le personnage qu’il interprète, le boulanger, voudrait bien expliquer à sa femme…)

Certains films ont vieilli… On les a remplacés par d’autres… Le petit Marcel est à son tour sorti sur les écrans…

Mais même le film d’Yves Robert, les mélodies magnifiques de Vladimir Cosma ne pourront pas me faire oublier la première lecture que j’ai faite de ces Souvenirs d’enfance qui peuplèrent la mienne.

Merci Monsieur Pagnol.

48 réponses à “Marcel Pagnol

  1. Bel hommage à Marcel Pagnol que j’aime beaucoup aussi….. J’y ai beaucoup pensé cet été en Provence quand je me promenais dans les alpilles.

    • Je crois qu’il laissera de bons souvenirs dans l’esprit de ceux qui ont pu le lire ou visionner ses films. Merci Martine.

  2. Belle journée, Quichottine !
    Elle commence bien…Inoubliable Pagnol qui m’a toujours enchantée (livres et films). J’entends encore les voix de Raimu et de Fernandel, un délice…Le soleil perce la brume bretonne…Cali-fée et tes précieux conseils vont me mettre sur la bonne voie…Nymphéa, complice de Pol, ne se contente pas de faire sa salade de mots, elle joue au pirate aussi (mdr)…
    A plus tard, gros bisous 
    (Je n’ai pas réussi à ouvrir ton lien sur Yves Robert)

    • Ah… je vais voir et essayer d’y remédier.

      Je suis contente si tu as pu faire ce que toi tu voulais pour tes images !

      Bisous Siratus…

  3. J’aime Marcel Pagnol, bien plus qu’un Jean Giono que je trouve illisible… Mais il a souffert cinématographiquement d’être amoureux de la plpus mauvaise actrice de tous les temps, juste devant Brigitte Bardot, j’ai nommé Orane Demazis.

    • Je suis d’accord avec toi, pour Orane, mais tu sais, l’amour est aveugle…

      Je pense que c’est sans doute à cause de sa présence que certains films ne « passent » plus quand on les regarde. Nous sommes maintenant habitués à des personnages féminins plus fors, plus hauts en couleur, Orane est trop mièvre pour les regards d’aujourd’hui. Je suppose qu’à l’époque du tournage, les spectateurs ne la voyaient pas comme nous.

      D’un autre côté, je dirais que s’il n’y avait pas eu Orane Demazis, si l’héroïne avait eu plus de personnalité, les acteurs masculins auraient sans doute eu moins d’impact sur le public.

      Je ne sais pas… en fait, c’est une question qu’il faudrait se poser. On juge souvent en comparant les performances des uns et des autres…

  4. J’aime bien ta façon de nous faire partager ce que tu aimes, ça n’est jamais prétentieux et toujours intéressant

  5. Bonjour Quichottine ! Ah Pagnol … j’ai vraiment adoré le film A la gloire de mon père pour les paysages, la musique, l’ambiance, les yeux lumineux et malicieux de la maman de Marcel. Bonne soirée

  6. A très bientôt, Quichottine !
    Que la force soit avec toi. 

  7. Beaucoup de choses aujourd’hui dans ton article.
    Je rebondis sur Manon des Sources qui est toute entière animée par le désir de vengeance et son attitude « nature » est en fait de la provocation. Elle cherche à faire perdre la boule aux gens du village.
    Quant à la partie de cartes, je l’ai sous mes yeux. C’est une petite reproduction peinte de la scène du film de Pagnol. De Marcelle à Pagnol il n’y a qu’un saut de ruisseau.
    Bonne soirée.

    • Seulement deux ailes… non, je plaisante. Tu as raison pour Manon… Pourtant je ne sais pas si c’est vraiment de la provocation… il faudra décidément que je relise… Bonne nuit

  8. Té peuchère, tu me fends le coeur avec Marcel pagnol…
    J’ai toujours un pincement quand je me promène sur le vieux-port…je pense à Monsieur Brun et à son « pitalugue », vous savez, le bateau qui tourne autour de l’hélice! 
    Je pense aussi à Marius qui regardait la mer et qui voulait tant partir..
    Anecdotiquement, jadis, je faisais du karaté dans un club dont les locaux étaient les anciens studios de Marcel pagnol…

    • Ah oui ? Et ils vous en parlaient ?

      Oui, Monsieur Brun, et les autres, et Marius…. tu sais, il y a aussi tout un tas de chansons qui parlent de ce désir de partir que ressentent les gens en regardant la mer. L’appel du large, de l’aventure… du lointain qui n’est jamais mauvais dans les songes… Partir, pour pouvoir s’accomplir…

  9. Je m’associe à l’hommage à Marcel Pagnol, tant par ses films que par ses écrits. A bientôt.

  10. Oui. Merci Monsieur Pagnol et merci à toi de nous le faire revivre.
    Au cours mon absence la semaine dernière, il y a eu d’interminables parties de belote pendant les quarts de veille de nuit et chaque fois que le fameux coeur passait je ne pouvais m’empêcher de penser à « tu me fends le coeur ».

    Allez vite je vais lire l’article sur la partie de belote.

    Bonne soirée

  11. Me semblait bien que cela me faisait penser à Manon de Marcel Pagnol… 🙂

  12. Une soirée avec Pagnol,
    Un dîner avec Sofu,u secours Quichottine !
    Pénéloop

  13. Hello quichottine, Pagnol évoque pour moi le cinéma, Fernandel, Orane Demazis. Mais j »aime lire, avec un ralentissement dû au blog, des romans écrits par Littell, Jakez Hélias en passant par Dan Simmons et bien d’autres. Amicalement, @+

    • Ce sont des auteurs que je ne connais pas, à part Pierre Jakez-Hélias… dont j’ai lu des contes, mais pas en breton !

      Merci d’être passé… et bienvenu dans la bibliothèque.

  14. diche tribill

    et cette pomponette, me rappelle que nous avions un prof d’histoire – géo, que nous surnomions pompone….

    • Certains mots sont particuliers, et il arrive qu’ils évoquent tout autre chose que ce à quoi ils étaient destinés… J’espère que tu l’aimais bien, ce prof ! Bonne journée, Pat

  15. Comme cela , à brûle-pourpoint, me revient une scène où l’enfant  enfermé dans la salle de bains fait couler de l’eau et se régale des modulations du bruit  saccadé des canalisations. Pourquoi fait-il cela déjà ? Pour faire croire qu’il se lave ? Il va falloir que je rassemble plus efficacement mes souvenirs.
    Et puis j’ai une pensée émue pour Ugolin. C’est vrai…il me fait penser à quelqu’un que je connais.
    Bonne journée Quichottine, bisous !

    • Chacun a dans le cœur une scène ou une autre, certains personnages accrochent davantage, ou nous font penser à quelqu’un… Ce qu’il y a de bien, c’est de pouvoir les évoquer en sachant que tous les souvenirs mis ensemble pourraient faire un immense tableau à la gloire de celui qui a si bien pu les peindre !

      Bonne journée à toi aussi, Clerval

  16. Pagnol c’est la provence, le pastis, l’accent chantant de ses personnages, le soleil et…les drames. Manon est une rebelle, une révoltée et, comme tu le disais dans ton article « Féminisme », elle ressemble en bien des points à Marcelle. Comme elle, elle se bat avec fierté. Plus que  des histoires, Pagnol c’est : le récit de personnages forts. Merci pour ces rappels. Bonne journée à toi Quichottine. Chana

    • Je suis d’accord avec toi, les personnages campés par Marcel Pagnol sont le plus souvent très forts. On a l’impression de les voir devant nous, pour de vrai.

      Bonne journée, Chana

  17. Moi aussi je me régale de revoir ces films !!

  18. tu parles de la femme du boulanger ! je l’ai évoqué  justement dans mon feuilleton impossiblle au n° ? 23 ,24 ….tu m’as lue chez siratus….et pol  ..renvoie chez moi ,tous les jours après Ses mots sauvés »   on est peu de choses …….BIEN TON BLOG ,…..repasserai   !@+BISES

    • Oui… le temps manque parfois pour tout voir et je suis contente que Siratus m’ait envoyée chez toi…

      A bientôt, Nymphéa…

  19. Je confirme ce que dit Clerval. L’ enfant s’ enferme dans la salle de bains et ouvre les robinets pour faire croire qu’ il se lave, alors qu’ il est entrain de lire…….

  20. Quichottine

    Je suis d’accord, Clo… et je te réponds très vite avant de partir…

    Lire, c’était une occupation parfois considérée à l’époque comme nuisible pour les enfants : ils s’abîmaient les yeux !!! 

    Il faut dire que la lumière n’était pas non plus ce qu’elle est aujourd’hui dans les logements… Il paraît que l’auteur du Grand Meaulnes aussi se cachait de sa mère, institutrice, lorsque sa soeur et lui se réfugiaient dans des endroits impossibles pour pouvoir lire en paix ! Je vous en parlerai bientôt !

    Je ne vais pas pouvoir répondre tout de suite à vos prochains messages, et j’en suis désolée… 

    • Je laisse ce commentaire, écrit très vite… parce qu’il vous dit pourquoi je n’ai pas pu vous répondre tout de suite…

  21. reviens-nous vite

  22. Bonjour, bon mercredi bises

  23. A bientôt Quichottine…

  24. Jean-Pierre Ryf

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre site grâce a Mare Nostrum et je vais le mettre dans mes coups de coeur. Tout ce qui est littérature me passionne. Puisque je place ce commentaire sous Victor Hugo, je vous dirai que j’aime beaucoup cet immense écrivain et que je vais lire prochainement le 8 Avril une partie des Comptemplations.
    J’ai entendu Philippe Noiret lire ces textes à Paris et cela m’a donné l’envie de les lire à mon tour.