Salman Rushdie

NON !

Je ne vous parlerai pas des Versets sataniques !

Ni même des Enfants de minuit !

Il ne faut pas croire que je vais me mettre à faire dans le sensationnel…

Je n’ai pas lu les Versets Sataniques et j’ai seulement commencé, il y a peu, la lecture des Enfants de Minuit… Je ne sais d’ailleurs pas si j’en parlerai un jour.

Aujourd’hui, ce sera un auteur un peu différent.

Salman Rushdie, c’est pour moi, et je crois que ça le restera, le conteur qui écrivit pour son fils…

 … Haroun et la mer des histoires.

Chacun des livres de ma bibliothèque a une histoire, celui-ci aussi.

Fermez les yeux, imaginez !

Vous êtes dans une salle à l’université. Il y a bien longtemps que plus personne ne guide vos lectures. Vous ne voulez pas obliger vos propres élèves à lire. Vous essayez seulement de leur en donner l’envie.

Ce jour-là, un « prof » vous annonce qu’il va falloir lire un livre précis, même si vous ne le vouliez pas.

  Rushdie1.jpg

Mais bon…

 

Quand on est adulte, on se raisonne.

On ne fait pas sa mauvaise tête !

… et l’on va 
bien gentiment
acheter le livre … 
pour le lire !


Il était une fois, dans le pays d’Alifbay, une ville triste, la plus triste des villes, une ville si épouvantablement triste qu’elle en avait oublié son propre nom. Elle se trouvait près d’une mer lugubre remplie de poissons chagrins, si désagréables à manger que les gens rotaient mélancoliquement malgré le ciel bleu.
Au nord de la ville triste, il y avait d’immenses usines sans lesquelles (m’a-t-on dit) on fabriquait vraiment de la tristesse, on l’emballait, on l’expédiait aux quatre coins du monde, qui ne semblait jamais en avoir assez. Les cheminées des usines de tristesse crachaient une fumée noire qui restait suspendue au-dessus de la ville triste comme de mauvaises nouvelles.
Et dans les profondeurs de la ville, après un quartier ancien d’immeubles en ruine qui ressemblaient à des coeurs brisés, vivait un jeune garçon heureux qui portait le nom d’Haroun, le fils unique du conteur Rachid Khalifa, célèbre pour sa gaieté dans cette métropole malheureuse et dont le flot infini d’histoires, longues, brèves ou tortueuses, lui avaient valu non pas un mais deux surnoms. […]

Bien sûr, je ne vais pas vous raconter l’histoire. Mais elle part de là, du moment où, brusquement, la maman de Haroun arrête de chanter.

Le jour où Soraya s’arrêta de chanter, au beau milieu d’une chanson, comme si quelqu’un avait donné un coup de baguette, Haroun se dit que des ennuis se préparaient. […]

Il s’agit d’un conte, avec tous ses artifices, toutes ses conventions, mais dans un environnement digne des Mille et Une Nuits. Chaque personnage, chaque événement a sa raison d’être.

Le but du jeu, ce sera de remettre les choses en place dans ce monde qui s’est brusquement détraqué, et c’est le jeune garçon qui y parviendra.

Pour cela, il devra vaincre ses propres angoisses, et répondre à sa propre question :

à quoi servent les histoires qui ne sont même pas vraies ?

Lorsque j’ai lu ce livre pour la première fois, je me suis demandée pourquoi il n’était pas rangé parmi les livres pour enfants. Je crois que, comme bien des livres, il a plusieurs niveaux de lecture.

On peut le lire à des enfants, on peut aussi réfléchir à son propos, l’interpréter, comme nous l’avons fait dans notre cours, à l’université.

  Un conte ?
Une fable ?

Une histoire pour raconter le monde 
et pour le faire changer.

Salman Rushdie, Haroun et la mer des histoires

traduit de l’anglais par Jean-Michel Desbuis
Paris, Editions Plon, collection « feux croisés », 2004

(La première édition, chez Christian Bourgeois 
collection « 10/18 », 1991, est épuisée.)

25 réponses à “Salman Rushdie

  1. Les brèves citations que tu proposes me donnent une furieuse envie de le lire !!!! Le bouquin que j’ai publié s’appelle « Versets angéliques » et est une « réponse » aux « Versets sataniques »!!!!!!! Tu tires les cartes ????

    • Je ne le savais pas… et je ne tire pas les cartes ! Les coïncidences sont parfois très troublantes ! Merci pour ton passage, Chris !

  2. catimini

    Hello Quichotine, tu m’as donné envie de lire ce livre … ou même, de l’offrir. Passes une bonne journée ! Bisous

  3. Clerval a si bien écrit ce que je pensais…et je ne l’aurais peut-être pas exprimé de si belle façon !!! bonne soirée à toi

  4. Bonsoir, bises du soir et bonne lecture.

  5. Bonjour Cachottière 😉 J’ai réussi à dégoter sur Internet l’édition 10/18 à un prix dont la modicité ferait sourire le plus endurci des Harpagon. J’espère que je l’aurai bientôt. Je dirai alors s’il est bon de suivre tes conseils 😉

    • Bonjour Maître Po… S’il avait l’heur de te plaire, j’en serais ravie ! Alors, nous dirons que j’attendrai ton prochain commentaire avec impatience…

  6. Livre imposé ?  Il t’a plu…
    Un conte ? Une fable ? Tu sais éveiller ma curiosité. J’ignorais ce que Shalman Rushdie avait écrit d’autre que les Versets sataniques.
    Merci, tu m’as bien donné envie de lire Haroun et la mer des histoires. Je vais le chercher…
    Gros bisous

    • J’ai adoré, Siratus…

      C’est bête… J’aurais dû te l’offrir pour notre anniversaire !
      Gros bisous à toi aussi…

  7. Je suis allée lire « tes conseils ». Ton enthousiasme est communicatif et tu me donnes envie de découvrir ce livre…

    • C’est une belle histoire que j’ai beaucoup aimée. A lire comme un enfant d’abord, les yeux émerveillés… et puis, entre les lignes ensuite, comme un adulte.

  8. Bonjour Cachottière 😉 J’ai réussi à dégoter sur Internet l’édition 10/18 à un prix dont la modicité ferait sourire le plus endurci des Harpagon. J’espère que je l’aurai bientôt. Je dirai alors s’il est bon de suivre tes conseils 😉

  9. tissiane

    Je n’ai pas lu moi non plus les versets sataniques et ce n’est pas spécialement une lecture qui me tente! Par contre, j’ignorais complètement que Salman Rushdie avait écrit un livre de contes et là, la présentation que tu en fais, me donne et la curiosité et l’envie de le lire. Donc, je note la référence! Merci!

    • Je crois que je n’aurais pas lu ce livre si je n’y avais pas été contrainte au départ… je n’ai pas regretté. Il s’agit vraiment d’une très belle histoire. Merci, Tissiane, d’être passée !

  10. Ta façon d’aborder les oeuvres, de nous présenter tes découvertes est très agréable, car on se sent dédouanés de ne pas  » savoir » …et en même temps, désireux d’en savoir plus .Merci ! Bises ! La différence entre un conte et une fable…voilà un beau sujet aussi !

    • Je suis contente quand ça vous plaît… parce que c’est quand même le but du jeu, je crois ! Si quelqu’un me dit un jour qu’il sait tout… je saurais moi que c’est un menteur ! Personne ne peut tout savoir. Alors, c’est bien lorsqu’on peut partager avec d’autres un peu de ce qu’on aime.

      Merci d’être passée !

  11. diche tribill

    j’aime te lire, tu m’enchantes, moi qui n’aime pas lire……..pat

  12. c’est bien ça me donne une autre idée de cet auteur….à +
    poteet

  13. L’extrait que tu donnes de ce texte et la façon dont tu en parles donnent envie de lire cet ouvrage.Je n’ai rien lu de Rushdie et de toute façon, je me méfie des succès liés (peut-être malgré la volonté de l’auteur) au sensationnel.C’est marrant, en lisant tes commentateurs(trices), on se rend compte vraiment de la famille que représentent les amoureux de la littérature.Je suis nouveau visiteur sur ton blog et peut-être l’as-tu fait, mais ce serait intéressant de leur poser un questionnaire cf à leurs goûts.
    Je te dis « belle fin de semaine » Quichottine.

    • Non, je ne leur ai pas fait de questionnaire… mais je leur ai demandé ce qu’ils lisaient à dix ans.

      Tu sais, ici, je me fais plaisir, je parle de ce qui me plaît… et ceux qui le désirent viennent me lire.

      J’ai adoré Haroun… et je l’ai dit. J’ai dans ma pile de livres à lire Les Enfants de minuit… et je ne m’y suis pas encore mise. Je crois qu’on en a trop parlé…

      … J’ai passé une belle fin de semaine, et la suivante est déjà bien entamée. Je te réponds bien tard… Pardon !

      Merci d’être passé…