L’Interdit

La nuit était désormais tombée et Quichottine avait regagné sa chambre. Le Lutin bleu savait qu’il ne serait plus dérangé. Nul ne s’aventurerait ici.

Il fit tomber la capuche de sa houppelande rapiécée.

Il devrait en changer au printemps prochain sous peine de ne plus pouvoir se promener en public. Elle ne le cachait plus vraiment et le froid qui s’immisçait par les interstices des grandes fenêtres de la Bibliothèque endormie faisait trembler sa main.

Il grogna en enfilant les mitaines que son amie lui avait tricotées un jour où il s’en était plaint. Quand donc Quichottine accepterait-elle de laisser le feu flamber dans l’âtre ? Avait-elle si peur de lui ?

Il secoua la tête tout en plongeant la plume dans l’encrier doré. Non, elle n’avait pas peur du feu, elle appréhendait seulement des dégâts que subiraient ses livres s’il quittait le foyer.

Mais voyons ! N’était-il pas là pour veiller, lui, le Lutin bleu ?

Une goutte d’encre tomba sur la page où il avait écrit le titre : « L’Interdit ».

Elle s’étala bien avant qu’il eût le temps de prendre son buvard.

C’était un buvard comme tous les autres, mais il en avait fait le sien en lui donnant sa couleur. Le rose ne lui plaisait pas plus que ça. En bleu tendre, c’était bien plus joli et l’encre n’y créait que de doux motifs plus soutenus.

« On dit… »

Le Lutin s’arrêta, plume levée. On dit ? Oui, bien sûr, il pouvait commencer son conte ainsi, avec les mêmes mots, personne ne le lui reprocherait.

Mais… Mais nul n’avait osé jusqu’à maintenant « dire » à ce sujet. Le fallait-il vraiment ?

Il hésita… puis se mit à rire doucement. Un rire silencieux de lutin malicieux. Évidemment ! Il devait même employer ce « on dit » qui conduirait les lecteurs à ne pas croire ce qu’il écrirait.

« On dit qu’il existe une contrée, aux confins de notre univers, où les enfants naissent sans savoir à l’avance s’ils seront fille ou garçon. »

La plume courait sur la page… Qui pourrait croire à de telles inepties ?

Le Lutin bleu s’y était rendu pourtant, il décida que tous les mots de sa page seraient l’exacte vérité, la vérité vraie.

« On dit que c’est là que naquit un soir de pleine lune un être au nom imprononçable comme le sont tous ceux de ses habitants.

On dit aussi, parce que nul ne pouvait l’ignorer là-bas, que cet être avait pris à la Lune un éclat de lumière et l’avait mis dans ses yeux, afin de ne pas le perdre. D’autres l’auraient glissé de la main à la poche, mais, bien que tout petit, il savait qu’une poche s’use et devient poreuse au fil des saisons.

L’enfant grandit en prenant soin de ne jamais ouvrir tout à fait les yeux sur ce qui l’entourait. Il gardait ses paupières à demi closes et les autres enfants le disaient sournois. »

Le lutin bleu haussa les épaules. Il était un peu agacé par ces jugements hâtifs qui ne reposaient que sur l’apparence des gens.

Il repensa à la sorcière…

Quichottine avait raison. Pourquoi une sorcière, sous le simple prétexte qu’elle était souvent un peu voûtée, un peu âgée, un peu laide – c’est vrai – dans l’imaginaire des conteurs, souvent parée de rides et d’une verrue mal placée… Pourquoi, mais pourquoi devrait-elle être toujours « méchante » ?

Il rejeta l’idée en se passant la main dans les cheveux et en poussant une mèche rebelle derrière son oreille, qui, comme vous l’imaginiez, était bien plus pointue qu’il ne l’aurait voulu.

D’ailleurs… il était sûr que ceux qui le croisaient parfois dans les allées de la Quichottineraie pensaient qu’il était chauve. Ils seraient bien attrapés s’ils le voyaient sans capuchon ou sans bonnet !

« Il n’avait pas d’ami parmi ses congénères, mais il connaissait jusqu’au moindre sentier de la forêt.

Il s’y était glissé malgré l’interdiction qui pesait sur tous les habitants de la contrée. Dans ce pays où tout – ou presque – était permis, il existait une frontière à ne jamais franchir : le ruisseau qui courrait au fond de la vallée. On pouvait se promener sur l’une de ses berges mais l’autre demeurait inaccessible. Pas de pont, pas de gué.

De grands arbres millénaires se dressaient de l’autre côté. Ils appelaient les enfants en secouant leurs branches :

– Venez donc nous rejoindre ! Vous verrez, c’est bien plus joli par ici !

Les enfants enfonçaient un peu plus sur leur tête le bandeau qu’ils portaient tous. Ils se cachaient les oreilles pour ne pas les entendre. Aucun n’avait osé mettre un pied dans l’eau pour voir si elle était vraiment aussi profonde que l’obscurité qui s’étendait au-delà des arbres, celle qui s’emparait de leur cité après le coucher du soleil.

Lui, il s’asseyait au bord de l’eau. Il sondait de son regard mi-clos l’eau du ruisseau. Il écoutait le vent, les arbres, les cailloux du chemin.

Il osa tremper d’abord un doigt, puis la main, et enfin le bras dans l’eau, en déplaçant ainsi les roseaux qui y poussaient. L’eau était… »

Le Lutin bleu s’arrêta un moment.

Il réfléchissait.

Comment dépeindre la sensation que l’enfant éprouva la première fois ?
Un ruisseau… l’eau est douce, un peu fraîche, elle glisse entre les doigts, fuyant celui qui voudrait la retenir prisonnière, mais laisse le souvenir d’une caresse à peine esquissée.

Il replongea sa plume dans l’encrier doré. Juste ce qu’il fallait pour ne pas faire un nouveau pâté sur la page.

« L’eau était tendre et plus claire qu’il ne l’aurait cru, presque aussi transparente que celle qui coulait à la fontaine… Il se lécha la main, pour qu’on ne sache pas qu’il avait transgressé l’interdit. Il n’était pas question de rentrer en ayant mouillé le moindre de ses vêtements.

Cette eau était différente de celle qu’ils buvaient habituellement.

Elle lui laissa dans la bouche et dans le cœur l’envie de s’en désaltérer de nouveau. »

Voilà ce que c’est, murmura le Lutin bleu. On doit toujours écouter les anciens.
Eux savaient qu’un magicien avait – autrefois – jeté un sort sur le ruisseau, pour les protéger de ceux qui vivaient de l’autre côté.

L’encre suintait et la plume, impérieuse, continua de noter…

« De ce jour-là naquit en lui un désir, plus qu’un désir, la volonté de franchir cette frontière.
Alors qu’il se dirigeait vers le ruisseau, par un bel après-midi d’été, il s’emporta.

– Je ne suis pas comme les autres… s’écria-t-il, en balayant à tour de bras les grandes herbes du chemin qui se demandèrent ce qui leur valait un tel traitement. Pourquoi devrais-je obéir sans jamais rien demander ?
Je suis un homme, non, après tout !

Un homme ? Il s’arrêta brusquement. Il ne l’était pas encore. Il était à l’âge du choix mais il ne savait pas comment il troquerait ses attributs d’enfant asexué pour devenir homme ou femme.

Le secret était bien gardé. Les enfants n’avaient pas accès à la salle du château où tout se décidait. De monstrueux soldats les éloignaient à coup de pierres si l’un d’entre eux faisait semblant de s’approcher.

– Il n’y a pas de raison ! Je suis adulte maintenant ! J’ai dépassé ma mère d’une bonne tête et mon père m’embrasse sans se pencher… Il est interdit d’interdire !

L’adolescent avait ramassé sur le chemin une badine et en fouetta tout ce qui se trouvait à sa portée, même le vent qui, ne l’entendant pas de cette oreille, se mit à souffler en grandes rafales.

– Si tu crois me faire peur, tu te trompes ! cria l’enfant d’une voix qu’il ne reconnut pas.

Il tournoyait seul maintenant, son bâton à la main, agrippé à lui comme si ce dernier pouvait le sauver de la tempête.

– Tu ne me feras jamais peur !
Ai-je craint la Lune alors que je lui volais un peu de sa lumière ?

Il hurlait maintenant, mais sa voix était couverte par le tonnerre. Des larmes lui vinrent sans qu’il  parvînt à les retenir. Il se frotta les yeux pour qu’on ne les vît pas.

Il ne s’aperçut pas qu’un petit bout de lune était à présent sur sa manche et brillait dans la nuit comme une étoile. Il ne pensait qu’à résister au vent qui se fit ouragan.

Le vent emporta l’adolescent comme s’il ne s’était agi que d’un simple fétu de paille et le déposa au milieu de la forêt, de l’autre côté.

On dit… »

Le Lutin bleu souriait désormais en écrivant. Il s’appliqua davantage (chose impossible, humainement parlant, mais rien ne l’est au pays des lutins), il s’appliqua donc, un peu plus, pour écrire les dernières lignes de son conte.

« On dit que là-bas, très loin, dans la Forêt des Merveilles, depuis cette nuit-là, il est un être étrange, mi-homme, mi-femme, qui ne dit jamais rien mais qui regarde ceux qu’il croise, elfe des bois, fée ou lutin, avec l’air étonné de celui qui a franchi la porte de l’imaginaire sans y être préparé.

Il observe sans jamais sortir de son état d’intense stupéfaction. Il a perdu les mots depuis longtemps mais ses lèvres forment à jamais le « O » de son premier émoi.

On l’appelle « L’Interdit ». »

© Quichottine, 7 février 2013


« Portrait bleu », de Pascal Lazzaroti, mis en ligne le 6 février 2013

Merci à Lazza sans qui ce conte n’aurait peut-être jamais existé.
Pour voir le portrait en très grand, rendez-vous ici :

http://www.lazza.fr/article-portrait-bleu-115104721.html

(Article publié pour la première fois sur Blogspot à l’adresse suivante :
http://quichottine.blogspot.com/2013/02/linterdit.html)

108 réponses à “L’Interdit

  1. Ton lutin bleu, Quichottine, est loin d’être parfait : il fait des pâtés partout sur la page blanche…mais il raconte de belles histoires c’est vrai!! Demain la suite de la suite de ce soir 🙂
    Sais-tu que ça sent bon la peinture fraîche dans ta jolie nouvelle maison ? Tu sembles déjà y avoir pris tes marques, toi qui avais si peur de ce déménagement…
    Bonne nuit Quichottine, fais de beaux rêves !

    • Quichottine

      Nul n’est parfait, Nickyza. 🙂
      Pas de suite pour ce conte, à chacun de l’imaginer.

      Merci d’apprécier cette maison. J’aime bien aussi ce cahier à spirales qui abritera mes histoires, au moins pendant un temps.

      J’ai passé une bonne nuit. 🙂
      Je te souhaite une merveilleuse journée. Bisous.

  2. Hélène Carle

    Une très belle finale!

    Hélène*

    • Quichottine

      Je suis contente qu’elle te plaise. Merci, Hélène.

      Passe une douce journée.

  3. je l’aime bien ce cahier à spirales….
    on a perdu la bibliothèque mais on a gagné une autre facette de Quichottine

    • Quichottine

      On ne l’a pas vraiment perdue, Annie. Elle est seulement en sommeil, en attendant de retrouver tous ses livres ailleurs.

      Il se peut que je la laisse finalement sur OB. 🙂

      Mais ce cahier restera.

      Bisous et douce journée à toi.

  4. Coucou Quicho

    Ton conte me fait un peu penser à la Chèvre de Monsieur Seguin et un peu à tous ces gens qui naviguent à la recherche de leur âme et qui finalement la perdent au lieu de prendre les choses comme elles viennent, j’ai nommé les coupeurs de cheveux en quatre ;-). Et me fait aussi penser à l’histoire des chrétiens et du serpent. Une histoire passionnante. Surtout, elle est écrite tout à fait avec ton propre style!
    _______________________
    Je ne change pas d’hébergeur, tous les blogs amis que je visite sur les autres hébergeurs peuvent être facilement copiés/collés, il n’y a pas de sécurité anti fraudeurs valable sur le net.
    En tous cas je suis contente que tu te sentes bien maintenant ici. ET surtout moi, je n’ai pas à réécrire mes coordonnées chaque fois que je viens te voir, juste à cliquer sur les cases pour que la proposition de mon nom etc apparaisse.
    Bisous.

    • Quichottine

      Je suis contente que l’histoire t’ait plu, Aude.

      Je suis d’accord, on peut copier partout.
      Il faut que je me fasse à cette idée. 🙂

      Ici, je laisserai mes textes personnels. Il se peut que la bibliothèque reste finalement sur OB.

      Bisous et douce journée à toi. Merci pour ce partage.

  5. Coucou Quichottinz. Ton lutin bleu avec qui tu te disputes souvent écrit de belles histoires. Celle de l’Interdit ma beaucoup plu. Bises et bon vendredi

    • Quichottine

      J’en suis ravie.

      Merci, Zaza. Bises et douce journée à toi aussi.

  6. katara C.Néri

    Il faut dire que ce visage appelle à la rêverie et au conte bien vu Quichottine, merci pour ces mots magique et cette forêt là je l’imagine sans peine… mais peut-être moins inquiétante… lol a moins peut-être que je sois passée déjà de l’autre côté sans m’en apercevoir hihihih …

    • Quichottine

      Tu sais, elle n’est pas si inquiétante qu’on le dit. Je suis sûre que tu en as découvert bien des secrets sans pour autant en perdre les mots. 🙂

      Bisous et douce journée à toi Katara. Merci pour ce partage.

  7. Je reviendrai lire tout à l’heure. Nous allons déjeuner et sortir. Bises x 2

    • Quichottine

      A tout à l’heure, donc. 🙂

      Soyez prudents dans votre promenade, ça glisse peut-être encore par chez vous.

      Bises et douce journée à vous deux.

  8. Bonjour Quichottine,

    Quelle belle histoire t’a inspirée ce superbe portrait. Merci pour ce régal. Ce que j’aime ce lutin bleu écrivant dès que tu as le dos tourné. ;).

    Bisous de bonne journée
    Martine
    ( dans les travaux de rénovation depuis deux semaines.. et ce n’est pas terminé)

    • Quichottine

      Il me surprend toujours autant. 🙂

      Je plaisante. J’aime bien jouer avec lui.

      Courage pour vos travaux. Je sais ce que c’est, ça peut être très long.

      Bisous et douce journée à toi aussi, Martine. Merci !

  9. Quichottine, je me faisais aussi la réflexion ce matin que j’aimais beaucoup ce cahier à spirales peut être que je m’y sens plus à l’aise que dans ta bibliothèque qui m’impressionnait un peu.

    ensuite je trouve que tu ne fais plus rien c’est le Lutin bleu qui se « tape » tout le travail ! toi tu dors et lui travaille … attention tu vas te faire traiter « d’exploiteuse » …enfin explique à Lutin bleu qu’une sorcière gentille c’est juste une fée …voilà je t’ai tout dit pour aujourd’hui
    je t’embrasse

    • Quichottine

      Je m’y sens bien, même si ce n’est pas forcément la même chose que sur O-B.
      Tu étais impressionnée là-bas ?

      T’en fais pas pour le Lutin bleu, il déborde d’énergie, même et surtout lorsque j’en manque un peu. 🙂

      Merci pour la fée. Je n’oublierai pas de le lui dire. 🙂

      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  10. J’azi aimé l’histoire et aussi le prtrait bravo les artistes.
    Merci et
    Bises

    • Quichottine

      Je suis ravie qu’elle te plaise. Merci, Jackie.

      Bises et douce journée à toi.

  11. Il y a comme une résonance avec le grand débat de société du moment me semble-t-il

    • Quichottine

      Je ne peux le nier.
      J’espère pourtant que c’est un peu plus qu’un plaidoyer pour le droit à la différence.

      Douce et belle journée, Liza.

  12. Je ne m’attendais pas à l’image finale, le beau  » portrait bleu  » de Pascal … Mais il convient tout à fait pour accompagner l’histoire écrite par le lutin bleu.
    Félicite-le chaleureusement de ma part ! 😉
    Bon vendredi, Quichottine. Bises affectueuses.

    • Quichottine

      Merci, Midolu.

      Je me demande parfois si mon dédoublement de personnalité n’est pas pathologique. 🙁

      Mais tant qu’il me permet de ne pas lasser les lecteurs, tout va bien. 😉

      Bises affectueuses et douce journée à toi.

  13. Le lutin bleu a autant d’imagination que toi !! L’Interdit ? Qui ne l’a jamais franchi ? Je crois n’avoir fait que cela toute ma vie ! C’est si bon de découvrir « l’interdit » même si parfois, on est vraiment, dans …. l’Interdit…..il faut juste savoir assumer !

    Beau conte merci bien. Belle journée avec bises de nous deux

    • Quichottine

      Merci à toi pour ta présence et tes mots.

      Écrire en étant presque deux, c’est bien. J’aime imaginer que c’est le cas.

      Belle et douce journée. Bises affectueuses à vous deux.

  14. Hijo de la luna… J’ai eu le même ressenti que Liza en lisant ce texte si doux, avec, pourtant, sa part de révolte et d’interrogation. Enfant bleu ou enfant indigo, qu’il reste maître de son destin. Merci au lutin, qui t’égale dans l’écriture, et qui commence à t’emprunter tes mots… Finira-t-il par se prendre pour toi, ou te diluereas-tu en lui ?

    • Quichottine

      Comme je le disais à Midolu j’espère que le Lutin bleu et moi ne finirons pas à nous manger l’un l’autre, sauf si je n’ai plus jamais à utiliser ce dédoublement de personnalité pour distraire mes lecteurs. 🙂

      Pour Liza, tu as raison, sans aucun doute.

      Tout enfant devrait pouvoir rester maître de son destin et s’affranchir des chaînes qu’on lui impose sans raison.

      Passe une douce journée, Galet. Je t’embrasse fort.

  15. Comme il est doux de te lire douce Quichottine et ce matin ton petit lutin bleu est bien inspiré..
    belle journée et mille bisous
    le matelot de la terre ferme

    • Quichottine

      Sourire… Je suis contente que cela t’ait plu.

      Belle journée et mille bisous à toi aussi.
      Merci !

  16. les mots
    les images
    superbes

  17. Je me demandais bien ce qui allait arriver à cet enfant bleu. Quelle colère ! et le voilà tout seul de l’autre côté, malin.
    J’espère qu’une autre histoire viendra le chercher, dure à vivre la vie en solitaire …
    Mais à quand les romans écrits par Quichottine elle-même 🙂
    Lutin Bleu sera assis près de toi pour t’inspirer …
    L’opération de fille bonbon s’est bien passé, maman bonbon est soulagée … avant de s’endormir elle a vu plein de lutins bleus autour d’elle. Chirurgien et tout son monde vêtu de bleu de la tête aux pieds !!!
    Merci pour ce conte et ce beau portrait !
    Gros bisous

    • Quichottine

      Forcément… Ne dit-on pas aussi que la colère est mauvaise conseillère ?

      Pourtant, il faut parfois se révolter contre ce qu’on ne comprend pas. 😉

      Un roman de moi ? Oui, bientôt. Il mûrit doucement, mais il mûrit. Les mots prennent parfois le temps pour se poser sur la page, c’est mieux ainsi.

      Je suis heureuse que tout se soit bien passé pour ta fille… C’est génial ! J’aime te savoir rassurée.

      Gros bisous et douce journée à toi aussi. Merci pour ta présence et tes mots.

  18. le lutin bleu écrit de belles histoires, comme sa maitresse !!
    bises et bonne journée

    • Quichottine

      Lui et moi sommes de très vieux amis. Il n’existerait pas si je n’étais plus là.

      Cependant j’essaie qu’il ne m’efface pas tout à fait. Ce serait terrible. Je suis sa part de rêve ici. Il est ma part de rêve dans mon quotidien.

      (Dédoublement de personnalité pathologique ?)

      Passe une douce journée. Bises.

  19. Merci lutin bleu, ton conte est merveilleux !
    L’illustration aussi d’ailleurs, je suis encore toute imprégnée de ton histoire et je rêve en silence !!!

    • Quichottine

      Le tableau de Lazza est superbe !
      Je ne pouvais pas ne pas dire ce qu’il m’avait inspiré.

      Merci à toi, ABC. Bises et douce journée.

  20. Il y a bien d’autres cahiers à spirales remplies de belles histoires dans la bibliothèque, je ne me fais pas de souci à ce sujet ! Le lutin bleu a beaucoup d’imagination le coquin !
    Bisous ma douce

    • Quichottine

      Tant que j’arriverai à lui donner des mots, le Lutin bleu trouvera des histoires à raconter.

      Bisous et douce journée, Nettoue. Merci pour ta présence et tes mots.

  21. Du moment que c’est bleu je suis preneuse…
    et du moment que c’est toi aussi alors!!!!!!!!!

  22. Quel beau cadeau tu me fais là encore…
    et au petit déjeuner, comme un matin de Noël !!!
    Merci marraine.
    J’adore ce petit lutin. Je ne manquerai pas de venir lui rendre visite.
    Il me reste à indiquer le chemin de cette histoire à mes visiteurs.
    Je t’embrasse fort.
    Tes histoires sont des petits bonbons qui fondent si délicieusement qu’on aimerait qu’elles ne s’arrêtent pas.
    Un bon goût de reviens-y, disait mon père.
    rebisou, à toi et au lutin.
    Je vous aime.

    • Quichottine

      Merci, Lazza.

      C’est un joli compliment que celui que tu me fais.
      Tes tableaux ont le don de m’inviter à écrire.

      Nous devrions en faire un livre. 🙂

      Je t’embrasse. Passe une douce journée.

  23. Je craignais un peu la fin , qu’il lui arrive malheur pour avoir désobéi ,comme cela arrive souvent dans les contes;µmais il est vrai que les tiens -pardon – ceux du lutin bleu- sont différent des contes classiques!
    Un très beau conte pour ilmlustrer cette image !!Merci de cet enchantement!
    Bisous

    • Quichottine

      J’ignore encore ce qu’il apprendra dans la Forêt des Merveilles et comment il rentrera chez lui… Mais ce dont je suis certaine, c’est qu’il aura la force de trouver son propre chemin.

      N’est-ce pas le plus important ?

      Merci à toi pour ta lecture et tes mots. Ils me touchent énormément.

      Bisous et douce journée, ma Fanfan.

  24. Avec le lutin bleu tu as de la concurrence , il écrit de belles histoires aussi. Il est très beau ce portrait bleu. Merci pour cette belle page et bonne fin de semaine.

    • Quichottine

      Sourire… 🙂

      Tu sais, j’aime bien ce fruit de mon imagination. Il correspond à une partie de moi, et je sais que si je le laisse faire, c’est que j’en ai besoin.

      Merci à toi.
      Je suis contente que ce portrait t’ait plu.

      Bises et douce semaine nouvelle, Solange.

  25. Le conte est un vrai conte de fée , plein de magie, de douceur, d ‘ aventure .Merci au Lutin Bleu de s’être appliqué. J’aime la fin qui est très réaliste , qui n’a pas eu envie de franchir le ruisseau et de voir l’autre côté ….à chacun de faire vibrer son ressenti .
    La peinture que tu as choisie correspond à ce petit être , étonné et tendre qui s’extasie devant l’imaginaire .
    Je suis parfois  » un interdit  » !
    Douce soirée, bises Quichottine

    • Quichottine

      Je suis certaine que tu es souvent cet « Interdit » qui s’émerveille.

      C’est le tableau de Lazza qui a permis l’histoire, comme souvent chez lui, je me suis sentie attirée par ce que j’y voyais.

      Je n’ai fait que vous en faire part ici.

      Merci d’aimer ce morceau de moi que j’appelle le Lutin bleu.

      Passe une douce journée. Bises.

  26. Même à cette heure çà réveille…couleur ciel de Provence.

    • Quichottine

      C’est vrai aussi… Mieux que notre ciel gris. 🙂

      Passe une douce journée, Gérard.

  27. Je t’avais mis un commentaire ici hier mais il n’est pas passé, je ne le retrouve pas et le pire je ne me souviens pas de ce que je t’avais écris une impression à chaud après la lecture très agréable de ce conte. Ah si cela revient, je disais qu’un lutin bleu ne pouvait pas avoir un buvard rose… et pourquoi pas d’ailleurs… Un conte qu’il faut savoir lire à travers les lignes. Aude est bien une terrienne pire que moi cela me rassure : Car j’aime aller à la recherche de moi même et je ne m’y perds pas. Bises

    • Quichottine

      Oups… Je crois que j’ai failli faire un mélange entre mes différentes « Martine ».

      Hier, Martine (MMR) a déposé un commentaire sur l’article précédent pour commenter les deux… mais elle n’y parlait pas de buvard. Donc, ce ne doit pas être toi. En plus, elle a commenté un peu plus haut…

      D’habitude, je ne me perds pas non plus.
      Navrée que tu aies perdu ton commentaire.

      Heureuse que tu sois revenue.
      (Cergyrama ?)

      Bises et douce journée à toi.

  28. Ah zut! je perds la boule! j’étais sûre d’avoir écrit quelque chose hier mais les mots se sont effacés!:)
    On est toujours tenté par l’interdit et ce brave lutin nous a bien embobiné pour passer de l’autre côté! il écrit bien ne reste que le O sur la bouche de l’enfant qui n’en est plus un! Merci pour cet écrit!
    J’ai lu les commentaires et dans une réponse … tu dis que peut être tu vas de nouveau ouvrir ta bibliothèque sur OB??? vrai?
    Bises et belle journée
    Dany

    • Quichottine

      Et de deux… Décidément, hier, blogger n’a pas été gentil avec moi. 🙂

      Mais merci d’être revenue, Dany.

      J’aime bien mon Lutin bleu. 🙂

      Pour la bibliothèque, oui, je crois. Le déménagement est fastidieux et le plus simple est que je la laisse sur OB. Comme elle est, elle me plaît. Je pense que je pourrais la garder telle quelle, avec à peine quelques modifications.

      Mais le Cahier à spirales restera. Je l’aime aussi. 🙂
      Juste pour mes histoires et mes écrits personnels.

      Voilà… pour l’instant, j’en suis là dans mes pérégrinations bloguesques. Je ne veux pas garder une multitude de blogs… je n’en vois pas l’utilité.

      Si tout continue dans le bon sens chez OB, je ne supprimerai pas mon blog là-bas, et j’y publierai de nouveau.

      Bises et douce journée à toi.
      Merci pour tes lectures attentives.

  29. Marc Lef

    Eh bien, tu es toujours inspirée!

    • Quichottine

      Tant que je le suis, tout va bien. 🙂

      Merci, Marc.
      Passe une belle journée.

  30. Coucou Quichottine,
    J’ai enfin pris le temps de lire ta page !
    C’est dur de résister aux interdits ! j’ai aimé faire cette balade avec l’Interdit en ayant l’impression de suivre chacun de ses pas
    Je te souhaite une douce journée & te fais de gros bisous

    • Quichottine

      J’en suis ravie.

      Merci, Laure.

      Douce et belle journée à vous deux. Gros bisous à partager.

  31. Je crois qu’il est difficile de distinguer le plus dans ce qui plait à la lecture de ce conte :le fond ou la forme ? Sans doute l’alliance des deux !

    • Quichottine

      Un sourire pour toi… Je suis ravie que cela te plaise.

      Merci, Sido.
      Douce et belle journée.

  32. Les jugements hâtifs basés sur l’apparence des gens font parfois boule de neige. Des appréciations prises pour argent comptant qui font des ravages.
    Je crois l’avoir déjà rencontré auprès de moi cet elfe en traversant « le bois de sapins » en haut du village. Là, je franchis les portes de l’imaginaire où « l »Interdit » me met en émoi.
    Belle, la peinture choisie !
    Gros bisous Quichottine, passe un bon week-end !

    • Quichottine

      J’en suis tout à fait consciente. Il faudrait que cela change.

      Merci, Alrisha. Je suis contente que cette page te plaise. Le tableau de Lazza en a été l’origine.

      Gros bisous et douce semaine. J’espère que tu as pu passer un bon weekend.

  33. Cette histoire me plaît beaucoup , merci à ton lutin et « le portrait bleu » aussi…J’y reviendrai

    • Quichottine

      Merci à toi.

      Mon Lutin bleu me permet de modifier la forme de mes écrits, dédoublement de personnalité voulu. 🙂

      Passe une douce journée.

  34. M^me si ce lutin bleu n’est parfait, il viendrait j’en suis sure à bout de mon  »bouquin » !!!!
    j’aime ces écris, et dans un toiut autre registre je t’invite

    J’ai participé à un concours spécial St Valentin je porte le n°13
    et j’ai besoin de voix et de votre temps
    Alors si vous voulez m’aider, il faudrait aller voter pour moi, chez  » les nuls »
    http://annuairepourlesnuls.fr/ index.php/espace-detente/ le-jeu-de-la-saint-valentin/ 4-lettres/ 183-lettre-nd13#comments

    Mon Chéri
    En cette St Valentin
    J’ai décidé que ma douceur
    Ne pourrait plus être liée à mes rondeurs
    Etc.. Etc.. Etc ..

    Grand merci à vous Bisous de dgidgi Signatures

    • Quichottine

      Un jour il faudra que tu me le montres, ce livre que tu voudrais écrire. Je pourrais peut-être t’aider. 🙂

      Je suis allée voter là-bas. 🙂

      Bisous et douce journée, Dgidgi.

  35. Et si « l’Interdit » était une frontière changeante selon les âges de la vie. Un peu comme l’horizon jamais atteint? Un « derrière le rideau », un autre « de l’autre côté du mirroir » et si? On se laisse emporter dans son propre imaginaire avec ton conte compte à rebours vers les origines. Merci pour ce moment de rêve. Bon week-end.

    • Quichottine

      Ne jamais brider son imaginaire… il a besoin de ces « et si ? » qui font le charme de nos jours.

      Merci à toi pour ces mots.

      La frontière change avec l’âge, nous repoussons nos limites vers l’infini, et c’est bien qu’il en soit ainsi.

      Passe une belle semaine, Pierre.

  36. Coucou ma belle et bon dimanche
    Bisous

    • Quichottine

      Merci, Nettoue.

      Bonne semaine à toi… et surtout, prends un peu de repos.

      Bisous.

  37. un lutin bien inspiré même s’il fait des tâches

    • Quichottine

      T’en fais pas, ce ne sont que des taches virtuelles, faciles à ôter. 🙂

      Merci, Flipperine.
      Passe une douce journée.

  38. un vrai conte Quichottine, avec juste ce qu’il faut de peur …avant la fin merci lutin bleu et attention aux taches d’encre ;-))

    • Quichottine

      Merci, Josette.

      Je suis contente que mon double bleu ait su te charmer.

      Bises et douce journée à toi.

  39. Les êtres fabuleux dans les belles histoires ont de temps en temps la part de l’homme et de la femme ou celle de l’homme et du cheval comme les Centaures , le sphinx, les Mythes, les Satyres ….;)
    Bise Quichottine (:-*

    • Quichottine

      Un sourire, Urban.

      J’aime ces êtres fabuleux et je suis heureuse que tu nous les remettes en mémoire.

      Bises et douce journée à toi aussi.
      Merci !

  40. Ce portrait est superbe ! et j’aime bien ton lutin bleu !

    « Quichottine à 00:00  » c’est ton heure pour écrire des contes ?

    Bises Quichottine , bonne soirée

    • Quichottine

      C’est mon heure pour les publier quand je peux les avoir programmés à l’avance. 🙂

      Merci, Noëlle.

      Bises et douce journée à toi.

  41. Bonsoir Quichottine. Merci pour ce joli conte du lutin bleu et bravo à Pascal pour ce beau portrait. Bisous

    • Quichottine

      Merci à toi pour ta présence et tes mots.
      Bisous et douce journée.

  42. Un bien joli conte… Merci au lutin bleu ! C’est en bravant les interdits que parfois on peut avancer dans la vie…
    Le tableau du portrait bleu est superbe, je lui ai fait une visite pour l’agrandir… Bravo ma Quichottine. Bonne soirée.
    Gros bisous.

    • Quichottine

      Je pense que vivre est apprendre à franchir des limites… l’une après l’autre.

      Merci ma Lili. Mon lutin bleu restera longtemps sur ma page ici, mais il est un morceau de moi.

      Passe une douce journée. Je t’embrasse fort.

  43. Ce n’est pas leur physique qui détermine leur nom, c’est parce qu’elle est méchante qu’on l’appelle « sorcière ». Si elle décide de s »assagir, même en gardant le même physique, elle s’appellerait « fée »
    Encore un joli conte tout en bleu…même le papier buvard 😉

    • Quichottine

      Je vais t’approuver, n’es-tu pas mon elfe préférée ?

      Laissons aux sorcières leur méchanceté et aux fées leur bonté, quelle que soient leur apparence.

      Merci pour ce partage.
      Je suis heureuse que mon conte t’ait plu.

      Passe une douce journée. Bisous.

  44. Bonjour Quichottine, aujourd’hui c’est dimanche j’ai enfin eu le temps de lire ton petit lutin qui nous plonge toujours dans de belles histoires mais également quelques réponses à tes nombreux messages . J’aime ton cahier à spirales mais sais tu que la bibliothèque me manque ? j’y repasse parfois histoire de me rappeler ces bons moments de partages …
    Je t’embrasse bien fort Quichottine

    • Quichottine

      Je crois de plus en plus que la bibliothèque revivra…
      Merci d’y passer encore.

      Passe une douce journée, Marie. Je suis toujours contente de te retrouver, où que ce soit.

      Je t’embrasse bien fort, amitiés à vous deux.

  45. bonjour Quichottine je te souhaite une belle semaine.

  46. Je voulais lire tranquillement ce récit et ce n’est que maintenant que je m’octroie ce moment. Il va falloir que je fasse des choix, je suis vraiment débordée…
    Ce personnage n’avait pas d’amis du « bon côté » de la rivière.
    Peut-être trouve-t-il là, parmi les elfes des bois, le droit à la différence et ce sera alors son « bon côté » à lui.

    J’ai reçu le livre de Marlène « Les héros du quotidien ».
    Je le prêterai à mes petits-enfants quand ils viendront. Ils pourront le lire ici et je suis certaine qu’il apprécieront, ils ont beaucoup d’humour. C’est un livre pour adultes et grands enfants. Chacun le « lit » à sa manière.
    Je t’embrasse très fort Quichottine et je te souhaite une bonne fin de journée.

    • Quichottine

      Faire des choix, c’est indispensable, et je te comprends tout à fait.

      Tu vois, ce que j’aime avec toi, c’est que tu prends le temps de lire vraiment et de comprendre ce que je voulais dire. Le droit à la différence, est important pour chaque enfant, et, je dirais aussi, pour chaque être vivant.

      Merci pour cela.

      … et merci aussi pour Marlène. Je l’ai lu comme toi, je crois.

      Je l’ai prêté aussi aujourd’hui. Je crois qu’il fera du chemin. 🙂

      Je t’embrasse très fort, Cricri. Ne t’en fais pas si tu ne peux pas venir. Ici, c’est comme à la Bibliothèque, la porte est ouverte, pour quand tu le pourras.

      Je t’embrasse très fort et te souhaite une merveilleuse soirée.

  47. me revoilà ! j’étais passé vite fait, pas le temps tjrs ! mais voilà je suis bien contente de l’histoire à deux mains (lutin bleu et toi !!)
    j’espère que tu vas bien, et le te fais de gros bisous, joli ce portrait, et on histoire aussi,
    BISOUS, MIAOU !!!

    • Quichottine

      Comme tu dis… deux mains, pour deux êtres qui n’en font qu’un.

      Merci pour tout, Mistigris.
      Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

      Bisous et douce soirée. Prends bien soin de toi.

  48. Encore sous le charme…
    Bonne semaine Quichottine et merci…
    Marlou

  49. Qu’il est bien beau ce conte bleu ! L’interdit n’est pas ce que j’imaginais, et l’histoire de cet enfant pas comme les autres montre à quel point la différence peut exclure à tout jamais.
    Douce soirée ma Quichottine et GROS BISOUS

    • Quichottine

      Tu aurais pu pourtant, j’en suis certaine. Mais j’ai bien aimé tes propositions sous l’article précédent. 🙂

      Tu vas encore plus loin que moi… Je me dis qu’il pourra peut-être un jour revenir parmi ceux qui l’ont rejeté. Qui sait ?

      Douce et belle soirée, Marité. Gros bisous.

  50. d’actualité…comme quoi le sexe d’une personne n’est pas si important on doit tous avoir les mêmes droit
    besotes
    tilk

    • Quichottine

      Les mêmes droits et les mêmes devoirs. 🙂

      La liberté des uns se termine toujours là où commence celle des autres.

      Merci pour ce partage, Tilk.
      Bises et douce soirée.

  51. Magnifique récit
    Magnifique » écrivaine » que tu es… Ma douce Quichottine
    Mais cela personne n’en doutait.
    Ton lutin bleu est passionnant,
    et combien attentif sans sans en avoir l’air
    à tout ce qui se passe sur cette Terre
    Et dans le coeur, ce coeur si riche, si tendre, si attentionné
    mais souvent bien triste de la bibliothécaire …
    Il devine- comme tous les Etres du Monde Caché
    à travers chaque mot les sentiments ressentis

    • Quichottine

      Ton commentaire me touche infiniment, Celiandra.

      Le Lutin bleu peut aller beaucoup plus loin et dire souvent ce que je ne dirais pas.

      Merci d’avoir lu entre les lignes.
      … et merci pour ces compliments.

      Passe une douce soirée. Je t’embrasse fort, Madame la Fée.

  52. Il m’arrive de me dire que j’aimerais me glisser dans la bibliothèque et tendre l’oreille en attente d’une histoire qui naîtrait de tes mots murmurés. Tes enfants et petits-enfants doivent se régaler.
    Je t’embrasse
    Anne

    • Quichottine

      Mes petites-filles ne sont pas souvent là… alors, je fais mes gammes en attendant le grand concerto. 🙂

      Merci pour ton si gentil message.
      Je t’embrasse. Passe une douce soirée.

  53. Bonsoir Quichottine!
    Un coup de foudre pour ce cahier à spirales!
    Souvenirs…..et il te va bien.
    ce petit Lutin bleu est redoutable…. lui aussi a une envie d’écrire…. dès que tu tournes le dos, mais il a froid Quichottine!
    Merci, encore pour ce moment d’évasion. Merci à Pascal Lazzaroti qui t’as confié cette muse bleue! Magique!
    On t’embrasse très fort Quichottine,
    Passe une belle soirée et pas de chamaille avec ce t adorable Lutin Bleu!

    • Quichottine

      Merci infiniment.

      Je suis ravie qu’il te plaise.
      Le Lutin bleu et moi avons toujours froid quand nous sommes dissociés. Il vaut mieux que nous soyons ensemble. 🙂

      Merci à toi pour ces mots.

      Promis, pas de chamaillerie aujourd’hui ici. 😉

      Douce et belle soirée à vous deux.

  54. Quichottine

    Les commentaires de cet article sont désormais fermés.

    Si vous souhaitez néanmoins me laisser quelques mots à son sujet, rendez-vous sur ma "page blanche".

    Merci.