Le bon mariage

Alors, maintenant, le défi est lancé.

Aujourd’hui, ce sera facile…

Vous avez une image et un début d’histoire

Vous vous souvenez comment on fait ?

L’image

Le-Bon-Mariage.JPG

Quant au début de l’histoire…

Vous ne pouvez pas l’avoir oublié :


Il était une fois…

140 réponses à “Le bon mariage

  1. J’essaye de prendre un moment aujourd’hui, je reviendrai. Bisous Quichottine

  2. Mission remplie , mon Capitaine !

  3. Bonjour Quichottine.. alors là tu nous fais marcher.. vraiment.. j’ai cru que malgré tout tu allais mettre qqs lignes… mais non tu veux faire travailler nos neurones… et j’espère avoir le temps aujourd’hui de faire qqs lignes.. très beau récit de Chana… bravo
    bonne journée avec plein de bisous
    chantal

    • Je ne vous fais pas vraiment marcher… je vous mets à contribution… (c’est la saison, non ?)

      En tout cas, j’attends avec impatience la tienne !

      Bonne journée à toi aussi…

  4. J’aimerai bien mais le froid a congelé mon cerveau et mes doigts! Bisous!

  5. Ah ben surement!

  6. Ci-dessous ma modeste contribution Quichottine écrite à midi en dégustant des sushis :

    Il était une fois Gisèle et Ghislain que leur noms condamnaient à gésir unis avant d’avoir vécu

    Gisèle sur le dos regarde le  ciel de pierre écrasant, étouffant. Elle se rappelle quant elle était une petite paysanne allongée dans les champs d’avoine rêvant en regardant la grande ourse et l’étoile polaire dessinées dans l’encre du ciel. Ghislain  tête baissée est couché sur le côté. N’osant pas la toucher, il s’est serré contre la paroi de l’écrin froid de pierre avec laquelle il se confond.

    Il se souvient c’était le soir. Gisèle s’était assoupie,  il la regardait dormir debout silencieux. Soudain : un bruit sourd, une explosion,  Par la fenêtre, il voit un impétueux torrent de feu  jaillir soudain du sommet et comme un cheval au galop engloutir tout dans un tourbillon de braise…… Prendre Gisèle dans ses bras, s’échapper, courir. Impossible il reste là immobile ne pouvant se soustraire à la beauté magique de ce spectacle…… Il vont mourir , il le sait , il baisse la tête. un soupçon de sourire se dessine sur son visage : Gisante, Gisèle sera sa femme à Jamais. Vivante elle lui aurait échappé.

    • Merci… tu as pensé à Pompéi ?

      Ton histoire est magnifique… Comme quoi, quand on veut de l’inspiration, on doit mangr des sushis 🙂

      Passe une belle soirée, Martine…

  7. Il était une fois, un péquenaud stupide, en vacances, à Saint-Songe. Il avait atterri là par hasard. Il s’était fié à une agence de voyages véreuse. Dans ce village, rien qu’un hôtel ne disposant que d’une seule chambre pour une personne. Pas une autre maison. Pas un habitant hormis la vieille tenancière de sa « résidence » surranée. Mais, par contre, une chapelle. Et au coeur de cette chapelle, un tombeau… Deux personnages sculptés. Un homme, une femme qui le regarde…
    Combien d’heures, notre ami a-t-il bien pu passer, prostré devant cette tombe, à échaffauder des hypothèses ?

    • Tu me pose une colle, Jeanmich ! Je ne sais pas… mais j’aime bien ton histoire ! Après tout, ce n’était pas si stupide de se poser des questions.

      Merci pour ta participation.

  8. Bonsoir Quichottine …là je commence à pâlir…vais-je être mise à contribution moi aussi ? Quichottine ,je suis la dernière arrivée, permets-moi de m’asseoir en tailleur , en silence et simplement d’écouter…comme ça va être bon après une journée un peu rude.

    • Eh bien… si tu préfères attendre, tu peux… mais si tu veux participer, tu peux aussi, il y a un peu de temps jusqu’à dimanche…

      PS… moi aussi, j’adore m’asseoir en tailleur, pourtant, je ne le fais plus… ou presque. Tu sais pourquoi ?

  9. Eh ben, ces histoires à suite… c’est une épidémie sur les blogs… tu me diras c’est la saison 😉 pas trop la tête à ça…
    Bonne soirée Quichott’

    • Je vais essayer de remédier à ce problème… des contes pour enfants, ça te dirait, en attendant dimanche ?

      Passe une belle soirée, Kinou

  10. Un bonsoir en passant… Je suis remontée à l’ antépénultième article. Quelle belle solidarité ! C’ est ce qui m’ émeut toujours sur la blogosphère ! Je reviendrai plus tard lire ce que j’ ai loupé. Pour le moment, je ne fais que passer….. Au fait, c’ est cette photo que tu voulais ?

    • Je suis toujours sidérée des réponses que je reçois lorsque je demande de l’aide… mais en fait, c’est uniquement parce que j’ai les meilleurs blogopotes qui soient !

      Je suis émue, c’est vrai ! Et tu vois, cette image que tu m’apportes, je ne l’attendais pas, mais elle est si belle, si belle… que je me demande comment je fais pour avoir de tels amis !

      Je t’embrasse, Clo. Merci.

      PS : Je suis heureuse de voir que tu vas revenir… et que tu as mis pour patienter ta fable revisitée, entre autres…

  11. Il était une fois un vaillant soldat russe amoureux de la belle Natacha… Non, ça, c’est Guerre et paix qui passe à la télé!
    Il était une autre fois le sire de Montmirail et son compère Jaquouille…Non plus, ça  c’est sur une autre chaîne!
    Il était encore une autre fois Va l’r derrière son ordinateur qui avait trop sommeil pour écrire…
    La nuit portant conseil, je vais adopter la position allongée pour réfléchir à cette histoire, après un petit passage par Poudlard…

    • Je suis morte de rire, Val’r… Tu me fais concurrence ?

      Si tu te mets à digresser aussi, nous n’avons pas fini ! mais tu as raison, j’adore ça !

      Passe une belle soirée, et reviens-moi bientôt !

  12. Il etait une fois … un homme un peu paresseux qui s’ennuyait à mourrir ..
    Devant sa maison une grosse marche pour accéder au rez de chaussée.. Marche sur laquelle il s’asseyait pour regarder passer les gens . Puis il en a eu assez de regarder passer les gens , il a baissé la tête et s’est dit : « il faut que je trouve une occupation »
    La marche à portée de ses mains  .. le canif dans sa poche .. pas besoin de se lever ..
    Et l’homme commença à gratter la pierre .. d’abord il realisa un homme de face (c’est plus facile) puis il s’est poussé et a réalisé dans le petit morceau restant  , une femme .. de profil (faute de place)
    Le propriétaire est mort .. la maison a été vendue .. la marche descellée et posée sur la place de l’eglise ..

    Et depuis chacun y va de sa petite histoire !!!!

    • Tu ne peux pas savoir combien tu me fais plaisir… Et… je reste sans voix !

      Tu vois, ce serait une magnifique conclusion à l’histoire que je raconterai dimanche…
      Merci à toi, Amie.

  13.         Salut…Je suis une fille de Roumanian…et j’ai un blog comme tu as…..je veux(si tu veut)qui visite mon blog et poste un commentaire…..je serait tres hereuse…..parce aissi je reussi a avoir un blog plus populaire comme tu as….Ton blog est magnifique….J’espere a comunique mieux sur notres blogues….Un grand baiser…BON SOIR!!!:):):)

    • Merci…

      Sois la bienvenue dans ma Bibliothèque, Cristina. Victor est passé aussi. Je vous souhaite une bonne continuation sur Overblog.

  14. En ton absence, je veille à ce que les rats ne grignottent aucun manuscrit de tes amis.

  15. J’ai jusqu’à Dimanche ?… bon , je m’y colle et je vais revenir te dire…Hihihi…un challenge pour moi Quichottine…ça me donne le sourire ton truc .

  16. Jamais ne fut révélé jusqu’à aujourd’hui , que leur amour prit naissance lors de la Création , il y a …personne ne le sait  !
    Ils furent deux atomes qui s’unirent et se multiplièrent à l’infini ,puis des amibes qui prirent forme , mais ils s’aimaient déjà…personne ne l’avait compris puisque personne d’autre qu’eux n’existait en ces temps reculès . De milliards d’années en milliards d’années leur corps se transforma, leurs facultès s’accrurent considèrablement ,ils finirent par se retrouver accrochès aux branches des arbres, afin de pister le gibier …toujours ensemble …ils s’aimaient , avaient eu beaucoup d’ancêtres…La Noble condition d’Humains accomplis ,après cette très longue germination amoureuse , les amena à se marier…pour , après de douces années paisibles, s’endormir ensemble pour toujours , aux sons des harpes célestes d’un Paradis auquel ils sont promis , comme toute l’Humanité ,et vous les voyez, Gisants admirables …. 
    (Hihhi…merci Quichottine pour l’effort intellectuel que ça m’a demandé, sans toi je commençais à tourner en rond…) Amicalement.

    • Tu n’as pas mis tant de temps… et j’aime bien ton histoire !

      Elle prouve… s’il y avait besoin de preuve… une fois de plus que chacun interpète les choses comme il veut. J’aime bien découvrir vos histoires !

      Bonne journée (fois deux, je sens qu’elle sera bonne !)

  17. Il était une fois, un bigorneau, trop occupé par les obligations de sa vie réelle pour participer, du moins aujourd’hui, mais qu’est-qu’il regrette de ne pouvoir jouer…avec vous tous…Il voulait passer remercier une lectrice noctambule…qui a mis plein de coms sympas sur son blog…Belle surprise au réveil pour le bigorneau débutant dans l’écriture…..Bisous à toi Quichotine et bonne journée..je suivrai cette histoire pour être au point pour  la prochaine….Et surtout il ne faut pas me dire vous….

    • Tu n’es pas si débutant… Et je m’étonnais de ne jamais t’avoir rencontrée dans l’Orangeraie. Nous n’étions pas très loin, pourtant, nous avions même des amis communs !

      Passe une belle journée, je repasserai te voir, j’aime bien ce que j’ai lu chez toi grâce à Chana…

  18. Je viens de te mettre ainsi qu’Alphabèta dans mes favoris…j’ai beaucoup rit en lisant ces derniers textes…un bon moment…merci pour cette adresse…Son texte inspirée de tes gisants est d’un humour iréésistible…je suis conquise…

    • Je savais qu’elle te plairait… Enfin, disons que je l’espérais.

      Merci pour les liens J’ai adoré ce que j’ai trouvé dans ton logis. J’y retournerai.

  19. Quand j’ai débuté l’histoire je ne savais pas où elle allait me mener et j’étais peu inspirée et ces deux là je les trouvais très pétrifiés et cela m’a fait pensé à Pompéï. Bisous

    • Je me suis doutée…

      Mais c’est vrai que cette explication, et la façon dont tu l’as racontée me plaît beaucoup.

      Passe une bonne soirée, Martine.

  20. Ballade à Dulcinée

     

     

    Vers Toi, ô Dulcinée !

    Sur le chant, tourné,

    Regard halluciné,

    T’embrasse, l’illuminé …

     

    Vers Toi, belle adorée,

    Ô Muse vénérée !

    Le Preux énamouré,

    A Cœur éperonné …

     

    Me voye ci, gisant,

    Près de toi, m’y grisant…

    Dame Mort, unissant,

    Le Froid, au chaud du Sang…

     

    Et Sancho, me pansant,

    Les plaies, s’épanchant…

    De ma lance, traversant,

    Le Moulin, ce méchant !…

     

    De l’Amour qui me hante,

    A l’Ardeur qui m’enchante,

    Me conduit Rossinante,

    Au pays des Atlantes …

     

    Et pour Toi, Dulcinée,

    Moy, l’Esprit Retourné,

    Au combat des damnés,

    Meurs avant d’être né !…

     

    Voye, douce, ma Mie

    Qu’en ce lieu, il s’agit,

    Cervantès l’y a mis,

    Son Héros, qu’ici, gît !…

     

    Farfantes le farfadet

  21. Nous étions jeunes et beaux, plein de fougue et d’amour et nous voulions célébrer nos épousailles.. mais nos deux familles se haïssaient et point n’était question d’unir nos vies.  Alors nous avons unis nos destins dans la Mort et en souvenir de nous et de notre belle histoire, un tombeau fut érigé.. je suis couchée sur le dos sereine, et mon Amour est légèrement penché sur le côté me veillant de son doux regard. Voyez comme il me protège …même si nous gisons là, immobiles, nos coeurs de pierre continuent de battre pour l’éternité…

    Plein de bisous de chantal

  22. Je me lance !!!

    « Il était une fois un saltimbanque mariée depuis cinq années à une jolie bergère … La vie leur souriait et ils avaient deux beaux enfants. Un jour, alors qu’elle rentrait chez elle après avoir rassemblé le troupeau, la bergère trouva son tendre époux allongé sur le lit, les mains croisées sur la poitrine … Elle s’approcha et réalisa qu’il était inerte, totalement pétrifié … La pauvre femme s’allongea à côté de lui et pleura toutes les larmes de son corps … Il lui avait caché un lourd secret … »

    Bonne soirée Quichottine ! Bises !

    • Ah… Il faudra que je continue ? Ou tu vas continuer demain ?

      J’aime bien ton histoire, Bandolera, tu as encore le temps, jusqu’à dimanche !

      Bonne soirée à toi

  23. je préfère quand c’est toi qui raconte woinnnnnnn lollll
    Bizzzzz à toi

  24. Il était une fois, un couple transformé en pierre…Sans trop comprendre ce qui leur était arrivé, ils se mirent à parler :
    – Que fait-on là dit l’homme ?
    – Nous gisons , répondit la femme
    – Mais pourquoi gisons-nous ?
    – Je n’en sais rien , mais nous gisons !
    – ça vient de quel verbe « gisons » ?
    – de gésir ! mon chéri..
    – Ah bon ! de gésir ? Mais je ne vois pas le rapport…
    – mais si mon chéri, c’est un verbe irrégulier..au présent ça donne :
    je gis, tu gis, il git, nous gisons, vous gisez , ils gisent…
    – ah bon fit l’homme : gisons donc !
      et ensuite  ? gémit-il
    – eh bien quoi ensuite ?
    – Nous gisons, nous n’allons pas nous mettre à gémir pour autant répondit -la femme
    – Un gisant gémissant , ce n’est pas courant objecta l’homme
    – non c’est rare, mon chéri…nous sommes des génies on nous a solidifié pour nous conserver…
    – des génies, gisant, gémissant et givrés, car il fait froid en plus..Tu imagines, si nous ressuscitions nous jaillirions..
    – des génis gémissant, gisant, jaillissant et givrés, ce ne serait que justice, juge un peu…
    – je juge que j’en ai jusque là dit l’homme, de ces dégénérés givrés, qui nous ont géléifiés..
    – ne les jugent pas ainsi,  vit ça dans la joie :nous sommes de joyeux génis gisant gémissant et givrés géléifiés par des dégénérés soit optimiste
    – Non: je me liquéfie, je me relève et je fais grève, voilà c’est tout…
    – bon dit la femme je te suis : jaillissons donc !

    et c’est ainsi que le lendemain, une personne passant par là remarqua le gisant, gisant, vide : exangue…
    depuis deux silhouettes déambulent parfois en gémissant..et geignant ….ils sont fatigués de déambuler ainsi, mais il ne se recoucheront pas, car dormir , c’est mourir un peu…c’était hors de question ! tout a fait impensable….ils ne voulaient pas mourir…Ils étaient libres…

    • Bravo ! Je savais bien que ton texte ne pourrait que jouer avec les mots… J’adore ! Et tu sais bien que je ne vois pas seulement en eux des exercices de style !

      Merci… je suis touchée par ta participation !

      Ton histoire a une très belle conclusion…

      Bonne soirée, Le Bigorneau !

  25. J’aime beaucoup le poème du farfadet et le texte plein d’humour et de jeux de mots du Bigorneau. Tiens au fait cela n’a rien à voir mais je fréquente aussi régulièrement la boucherie des touleuses et le marchand de fruit. Peut être nous y sommes nous croisées. Bisous

    • Nous nous sommes peut-être croisées, en effet. Je ne sais pas. Mais je ferai attention désormais… On ne sait jamais !

      Pour ce qui est des poèmes… je crois que si je devais choisir, j’aurais bien du mal…

  26. – Dis, mon Quiqui !
    – Oui Maritorne…
    – T’aurais pas oublié de reboucher la superglu en la remettant dans ton surcôt ?
    – C’est possible, pourquoi ?
    – Essaye de bouger pour voir …
    – Ventre saint gris, qu’allons-nous faire ?
    – Gésir, Quiqui, gésir !!!

  27. il etait une fois, une gourde de service, qui se laisse draguer par un mec, pas terrible tout compte fais, mais comme elle n’a que lui a se mettre sous la dent, elle laisse faire, et comme cette jeune femme a une famille qui ne veut pas entendre parler de ce type qui n’a aucun avenir, alors ils font venir un sorcier pour le transformer en statue de pierres et comme la fille je l’avais déja dit est gourde et bien elle décide de rester avec lui et de se faire elle aussi transformer en statue. ce qui compte fait est tres bien, car elle est superbe cette statue.
    Bon c’est pas terrible, mais je suis un peu fatigué ce soir
    bisous quichottine et merci de m’obliger à un peu réflechir malgré moi

  28. Oh la la!  Quelle histoire! A+ Quichottine, je reviens d’à Yeur.

    • Je suis contente que tu sois revenu, Bernard. Tu es allé à Yeur ? Tu en as de la chance ! Moi, je n’ai pas réussi… 😉

      Belle soirée à toi aussi

  29. era se una vez…un mundo al reves
    muchisimas gracias por tus com.
    tilk

    • Merci, Tilk… de m’avoir remis ce poème en mémoire… J’étais allée écouter Paco Ibañez en concert… il y a très longtemps. Par lui j’ai découvert ce très beau texte de Goytisolo…

      « Il était une fois un gentil petit loup que tous les moutons maltraitaient.
      Il y avait aussi un méchant prince, une jolie sorcière et un pirate honnête.
      Il y avait une fois toutes ces choses lorsque je pensais un monde à l’envers. »

      Érase una vez,

      (Poema de José Agustín Goytisolo,
      musicalizado por Paco Ibáñez)

      Érase una vez un lobito bueno
      Al que maltrataban todos los corderos.

      Y había también
      Un príncipe malo, una bruja hermosa
      Y un pirata honrado.

      Todas estas cosas había una vez
      Cuando yo pensaba el mundo al revés.

  30. Bonjour Quichotine…Super l’histoire de LLT…j’adore…c’est concis mais efficace…bisous à toi et bonne journée…

  31. changeons un peu ils ce marierierent et allerent a la plage faire des patées de sable bon WE,bonne soirée @+

    • Je suis morte de rire…
      Bon, je vais adopter cette fin… mais je ne sais pas encore ce que je vais en faire !

      Merci pour ton passage, Sumi…

  32. Oui, je sais … Je n’ai pas fini l’histoire mais je le ferai demain à tête reposée … La semaine a été longue … Bonne soirée Quichottine ! Bises …

    • Tu as encore le temps… Ne t’en fais pas, je sais que ce n’est pas facile de tout concilier !

      Bonne journée Bandolera

  33. Il était une fois Robert et Raymonde qui allaient se coucher comme tous les soirs.
    « T’as pas oublié de sortir la poubelle au moins…
    -Non, mon Robichounet, et toi, t’as éteint la salle de bain?
    -Bien sûr, ma Raymondounette, répondit Robert dans un grand bâillement , mais qu’est-ce que t’as à toujours regarder le plafond? T’as pas fini le ménage ou quoi? »
    Raymonde allait lui répondre qu’elle rêvait en pensant aux gisants qu’elle avait vu ce jour-là, mais elle fut interrompue par un ronflement sonore de son mari, tourné vers elle, la bouche ouverte…Il dormait déjà.

    • Quelle déception !

      (pas pour ce texte qui est vraiment plein d’humour et qui m’a fait rire !)

      Comme quoi, les maris préfèrent parfois ne rien savoir de nos rêves !

      Merci pour cette histoire, Val’r

  34. Je poursuis mon histoire …

    « Nous commettons tous des erreurs de jeunesse … Alors qu’il débutait sa carrière de saltimbanque dans la rue, un peu fou et intimidé par la foule à la fois, notre héros croisa une vieille femme qui lui demanda de venir chaque soir chez elle jouer un peu de musique pour rompre sa solitude … Il refusa d’une façon péremptoire, argant que sa musique appartenait à tous et ne devait pas être un privilège … Elle le regarda droit dans les yeux et lui assura qu’en plein bonheur, dans la sixième année de son mariage, celle de la plénitude, son coeur de pierre d’aujourd’hui transformerait son corps en corps de pierre … »

    Tu me laisses encore un peu de temps pour la suite ?

    Bonne fin de WE à toi …

    Bises !

  35. Ouf, j’ai eu peur, j’ai cru que tu avais trouvé mon texte bidon… Parfois, j’essaye d’être originale et j’ai toujours peur que cela fasse un « flop ». Bonne soirée.

    • Mais non ! Pourquoi ?… C’est vrai que j’ai tardé à répondre… et que ma première phrase est vraiment nulle ! J’en suis désolée !

      Passe une belle soirée aussi…

  36. Il était une fois un homme et une femme. Une plage à Deauville. Chabada-bada.

    • Ce serait un bon commencement… et la suite ? Elle n’est pas dans la musique… 😉

      Bienvenue dans la bibliothèque, Auteure.

  37. Il était une fois un preux chevalier qui revenait des croisades, il rencontra une gente dame…
    Euh là  je suis en panne d’inspiration.
    Santounette

  38. Je n’aime pas pas les histoires inachevées alors je viens terminer mon histoire …

    Les jours passèrent … La situation du pauvre homme, figé dans la pierre n’évoluait pas … Chaque nuit, la bergère les passa contre ce corps de pierre … Les larmes qui coulaient alors semblaient la réchauffer … Le jour, elle tentait de retrouver une figure plus souriante pour ses enfants. Et puis, son travail de bergère lui occupait aussi un peu l’esprit … 
    Ce jour-là, elle décida d’emporter avec elle la viole de son homme adoré, d’en jouer un peu, comme s’il était revenu … Dans la prairie, elle s’essaya à quelques notes … Non pas qu’elle soit une musicienne accomplie, mais il lui avait appris, un peu, à jouer avec les cordes … La sonorité la chagrinait, comme si un son était étouffé, bridé … Elle scrupta la viole et se rendit compte qu’un petit bout de papier avait été glissé entre les cordes et collé contre le bois, juste au bord du rond … Ses doigts minces le dégagèrent sans peine … Son coeur battait à tout rompre ! Quelques mots y racontait la mésaventure arrivée au saltimbanque, cette rencontre avec la vieille femme, sa menace … 
    La tête de la pauvre bergère tournait, tournait … Elle ne savait plus si elle vivait ou si elle rêvait … Elle rassembla les brebis et rentra vite à la maison … Elle déposa les enfants chez la voisine, jeta un joli châle sur ses épaules et entrepris de retrouver cette vieille femme … Oh, elle était connue dans la petite ville, elle ne mit pas longtemps à la retrouver … 
    Les yeux rougis par les larmes, elle lui expliqua la situation … La vieille femme écoutait, attentive … Les heures passaient et elles discutaient toujours … La bergère réalisa que cette femme un peu sorcière était profondément blessée par sa solitude mais qu’elle n’était pas foncièrement méchante … Ca serait un peu exagérer de dire qu’elles se quittèrent amies … Mais elles se quittèrent pourtant avec la promesse de se revoir dès le lendemain …Chacune avait compris la détresse de l’autre … 
    Dès le lendemain, la vieille dame pris son maigre paquetage et alla s’installer dans la demeure du saltimbanque. A peine un pied glissé en ces murs, elle prononça une formule magique … Le saltimbanque ouvrit les yeux … Il se sentait un peu lourd et très ankylosé … Quelle ne fut pas sa surprise de trouver au bord de son lit la femme de sa vie et cette vieille femme rencontrée jadis qui se souriaient …

  39. mdr
    Je ne marche pas, cette nuit ! Je veux ton histoire ! Et les autres qui vont arriver…
    Promis, j’écoute, assise au premier rang, je suis sage comme une image…
    Gros bisous de la nuit, Quichottine 

    • Tu as beau être sage comme une image, il te faudra attendre, comme les autres…

      Mais tu as raison de te mettre déjà au premier rang… tu pourrais te faire piquer la place… Il va y avoir la cohue, dimanche, lorsque je reviendrai pour vous donner le palmarès…

      A ce moment-là, promis, tu auras mon histoire à moi ! 😉

      Bisous de la nuit, ma Dame de l’Océan…

  40. BIDUDULE

    Je fais un passage un peu trop rapide mais je prends tout de même le temps de te saluer.

  41. Il était une fois…un homme dont voici les dernières paroles avant qu’il ne sombre, par amour, dans un mutisme total :

    «  Quelle est belle ma mie ! Et cette délicatesse qui la suit jusque dans son sommeil ! Je ne supporterai pas que l’on nous sépare. Quel est ce mal dont on m’accuse ? Je ne fais que la chérir. Je l’aime et personne n’y peut rien changer. Je le sais, je n’en ai pas le droit, j’aurais dû la laisser à son destin, à ce chevalier qui l’a demandée en épousailles. Non, je ne parviens pas à m’y résoudre. Elle est à moi, elle appartient à mon cœur, à mon âme tout entière. J’entends déjà cette horde qui la recherche. J’entends les clairons et les chiens. Venez donc je vous attends. Venez mais vous n’y pouvez plus rien car ma belle s’est endormie près de mon cœur, pour toujours et à jamais. Prenez-moi, et jetez-moi en geôle, ce n’est plus très important car désormais, quoi que vous fassiez, son sang coule dans mes veines et le mien dans les siennes. Je vous entends, vous approchez. Vous arrivez bien tard messire car au pays de l’éternité, c’est moi qu’elle a emporté et vous n’y pouvez rien. Ötez donc de mon corps cette vie à laquelle je ne tiens plus sans elle. Vous ne ferez que hâter mon voyage pour retrouver ma mie. A cela, vous ne pouvez rien ».

    • Merci infiniment pour cette belle déclaration d’amour…

      Je savais que tu trouverais… et que ce serait très beau.

  42. Bonsoir…J’aime beaucoup ton blog et je crois qu’il est tres interesante et tres belle….si tu veux tu pouvoir visiter mon blog…Et si tu voulais tu pouvais de priere d’autres personnes de visite mon blog

    • Sois le bienvenu sur Overblog, Victor. C’est un bel essai de partage que tu fais là, toi qui apprends notre langue.

      Je te souhaite de beaux voyages. 

  43. Bonjour Dame Quichottine,
    J’ai envoyé ma petite histoire en manquant à mes devoirs les plus élémentaires. Sans un bonjour, sans un aurevoir.
    Mille pardons Quichottine.
    Je te souhaite une belle et douce journée, si possible pas trop pluvieuse.
    Je ne sais pas si ma petite participation convient et si elle est dans l’esprit de ces gisants. En tous les cas, mon imagination « façon Tristan et Iseult » ce matin, m’a conduite jusque là.
    Amitiés.

    • C’est un moment très doux que j’ai partagé avec toi en te lisant ce matin. Merci…

      Passe une belle journée, Chana

  44. COUCOU…J’ai mis ma petite histoire..,.il y a un moment et  je ne la vois pas.! normal?

    • Oui… parce que tu ne l’as pas mise ici, mais là…
      Je me la garde au chaud jusqu’à dimanche… elle est magnifique !!!

      Merci

  45. OUF ! comme je suis soulagée..j’ai trop tiré sur la page,pardi !…bises

  46. BIDUDULE

    Tu as raison Quichottine le message de Victor est le même que celui de Marynela.

    Bonne soirée.

  47. isabelle

    Heu…………….me voilà dubitative…………….bonne soirée. A+Isabelle

  48. diche tribill

    il était un soir un vieux curieux qui avait faim….Il souleva ce couvercle, y trouva une souris, il la trempa dans l’eau, il la trempa dans l’huile, et cela lui fit un escargot tout chaud….

    • Je suis morte de rire, Pat ! Mais j’ai préféré la première histoire…

      Elle était plus adaptée à mon image… Tu ne crois pas ?

      En tout cas, merci pour cet éclat de rire que j’ai eu en ouvrant ton commentaire

      Passe une bonne soirée…

  49. il était une fois, elle et lui qui s’aimaient d’amour tendre. mais d’un amour impossible. Alors ils demandèrent à un artiste un peu sorcier aussi, de les réunir pour l’éternité. c’est ainsi que nos deux amoureux furent changés en statues de pierre certe , mais ensemble à jamais .

    Je t’accorde qu’au bout d’un certain nombres d’années, doivent en avoir un peu marre les deux tourtereaux ^^

    • Bonne idée Loralie…

      La morale de cette histoire, c’est que lorsqu’on s’aime d’amour tendre, il ne faut jamais avoir recours à un sorcier…

      Passe une belle soirée, Loralie. Merci pour ta visite et cette participation impromptue. J’ai bien ri…

  50. Muad' Dib

    Bonsoir Quichottine, le ménestrel n’a pas encore fini d’accorder son instrument aussi je te demanderais de bien vouloir patienter encore un peu.
    Je tenais pourtant à venir te faire un gros bisou.
    Bises,

    • J’aime quand tu deviens ménestrel, Muad. Tu sais que tu peux prendre ton temps jusqu’à dimanche…

      Merci infiniment pour cette belle image et ce bisou musical 

  51. il etait une fois un homme , un don quichot , comme on disait; qui avait décidé de se livrer, en annoncant a sa quichottine son amour eprouvé,au risque de se faire refouler……
    hi hi bon debut;;;;;;;;;;
    maudinette

  52. BIDUDULE

    Saut Quichottine,
    Oui, comme toi, j’ai remarqué que des élèves de la même classe d’informatique, en Roumanie, avait créé leur blog pour communiquer avec la France.
    C’est sympa.

  53. bonjour !!
    oulalala !! qu’est ce que tu me demandes là !!!
    bon je vais voir si mon imagination a une place la haut et je te fais signe dans la journée 
    a + bisous /IRIS 

    • Tu as le temps… ne cours pas. Mais c’est vrai que c’est mercredi… Tu fais comme tu peux.

      Merci, bonne journée…

  54. Pénélope

    Et bien, ça me tente assez, je vais réfléchir. j’aime les histoires amenées comme jeux d’écriture. Je te tiens au courant. Bises Penny

  55. Bon mercredi , bises
    un beau mariage « ils vécurent heureux….. »

  56. Il était une fois un rocher, beau, gros et bien enraciné. A l’usure seulement la mer et le vent arrivaient à en décrocher quelques morceaux, parfois petits, parfois plus gros, au grand dam des bigorneaux qui perdaient une partie de leur maison, même si l’essentiel était sur leur dos.
    Un jour un promeneur et accessoirement sculpteur, un certain Don Quichotte, vit l’un des monolithes arrachés et s’arrangea pour se le faire emmener dans son atelier.
    Là, il recevait souvent la visite de sa muse Chana. Et une fois de plus, c’est tard dans la nuit, après de longues discussions avec celle-ci, que l’inspiration lui arriva. Alors de ce rocher sur la plage récupéré, il fit un cercueil imposant, afin qu’à jamais on pu le voir avec sa belle se reposant.

    Version numéro 5697 43 469843 4131, aucun droit déposé. ptdr, merci pour le divertissement.

    • Je suis morte… de rire ! Merci infiniment, Lo.

      Je note que les droits ne sont pas déposés, mais je t’en conserve bien sûr un copyright sans limitation sur mon blog 😉

      (Merci à toi… je me suis bien amusée aussi !)

  57. Rainette

    J’y songerai… mais sans doute cela restera t il dans ma tête.

    Bises Quichottine et merci à toi.

    • Oh ! S’il te plaît, Rainette, une petite histoire, même toute petite… Allez, ne la garde pas pour toi 😉

      Passe une belle soirée

  58. bizz à toi et bonne soirée

  59. Muad' Dib

    Bonsoir Quichottine, merci pour le délai car je bloque un peu une transition dans mon récit.
    Je te souhaite une agréable soirée.
    Bises du ménestrel,

    • Pas de problème, Muad, je préfère que tu prennes ton temps… Je sais que ton histoire sera à la mesure de ces images que tu m’apportes.

      Reviens quand tu voudras, Ménestrel…  Bonne soirée à toi !

  60.  En passant des gisants-génies- libres du Bigorneau, au poème épique du Farfadet, aux électrons de La bernache, à la marche de pierre de AA, au muet d’Amour de Chana, je me délecte, je me régale de tous ces jeux de mots.
    Comme tes amis ont du talent !
    Il fait bien bon dans ta bibliothèque, Quichottine…
    Gros bisous de la nuit 

    • Merci !
      Tu n’es pas la seule à te régaler, mon amie !

      Ils sont tous débordants d’imagination, avec un talent monstre ! j’ai beaucoup de chance… et je le sais !

      Gros bisous affectueux

  61. Bonjour Quichottine.
    Juste un mot : fantastique !
    Quel régal, quel plaisir je me fais en m’installant ce matin chez toi et en lisant toutes ces « historiettes ».
    Tu permets aux participants de déposer chez toi leur imagination et aux lecteurs de les découvrir : beau mariage en effet !
    Il y en a pour tous les goûts et ma souris passe de l’humour à la tragédie. Que de plumes ils ont inspirées ces gisants ! Bravo à tous.
    Passe une belle journée Quichottine.  Merci pour l’exercice et surtout pour l’initiative.

  62. Et moi je mets la dernière phrase « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » 🙂

  63. Muad a bien de la chance de bloquer un petit peu seulement. Moi je bloque complètement… Je n’essaie même pas… très paresseuse en ce moment… C’est l’hibernation… On devrait m’appeler ‘Hibernatus »… Tiens, un début pour tes gisants… non, je rigole… Bonne journée.

    • Tu attends de pouvoir t’installer et de lire ? Merci pour ce début… je verrai ce que je peux en faire…

      Bonne soirée, Eolina !

  64. Un petit coucou Quichottine ! 

    • Merci pour ce coucou qui me fait très plaisir, Alatère !

      PS : Tu as vu que l’on ne pouvait plus laisser de commentaire sur ton blog ?

  65. Hé hé ! J’avais l’intention de lancer la quatrième blogohistoire, ça tombe bien, les copains vont travailler pour moi !

    Bonne soirée ma chère Quichottine
    Bisous

    • … Tu vas prendre le relai ? je suis contente !

      Ici, le jeu se termine dimanche.

      Que ta soirée soit belle, Cali-fée

  66. Certains écrivent, moi, je lis à défaut de t’écouter raconter…
    Aujourd’hui, LTT a fait fort   😉
    mdr
    « gésir, Quiqui, gésir !!! »
    mdr
    Gros bisous de la nuit, Quichottine 

    • Je suis morte de rire, Siratus… C’est vrai que ce texte très court est génial !

      Gros bisous affectueux, ma Dame de l’Océan

  67. Quichottine

    http://www.baigneuseendevenir.com/article-14040701.html

     

    à ne pas oublier lors de la rédaction définitive… Un lien vers Isabelle et son poème, « les amants »

  68. Muad' Dib

    Tu vois Quichottine, il était une fois n’est pas de mise aujourd’hui car cette histoire est sur le point de trouver son dénuement.

    Le Comte de Rohan se faisait une joie de retrouver son épouse après 5 années de captivité dans les geôles de Jérusalem.
    Malheureusement, le destin n’avait pas fini de se jouer de lui.
    A bout de force, il est parvenu à rejoindre ses terres pour apprendre que Malvina, sa tendre épouse dont le souvenir lui avait permis de tenir pendant toutes ces années, avait été emporté par une mauvaise fièvre pendant l’hiver.
    Terrassé par la douleur, il a rassemblé ses dernières forces pour se précipiter dans la crypte familiale où il s’est enfermé.
    Aveuglé par les pleurs, sourd aux coups frappés contre la porte par ses serviteurs, il s’agenouille devant le gisant de son épouse.
    Ses paroles implorantes ne rencontrent que la désolation de ces murs froids et se perdent sans écho.
    Las, il finit par s’allonger à côté de Malvina.
    Il voudrait la prendre dans ses bras, une dernière fois, mais le contact de la pierre est si froid qu’il se sent gagné par l’engourdissement.
    Dans un dernier effort, il parvient à étreindre le gisant, pose ses lèvres sur ces lèvres de pierre et s’éteint dans un dernier souffle.

    L’éternité sera le seul témoin de leurs retrouvailles.

    Voilà Quichottine, j’ai l’impression d’avoir un peu bâclé cette histoire mais je ne parviens pas à enchaîner les mots comme je l’aurais souhaité.
    Merci de ton indulgence.
    Je t’embrasse,

  69. Désolée de faire intrusion mais que faut-il faire?  Dois-je attendre l’histoire de Quichottine ou écrire ma propre histoire et la publier ici?

    • Non, il ne faut pas attendre… Si tu as des idées, elles sont toutes les bienvenues ici ! 😉

      Si tu as une longue histoire à raconter, tu peux même la publier sur ton blog et mettre le lien ici…

      Bienvenu dans ma bibliothèque !

  70. Toutes les belles histoires commencent par il était une fois … allez je me lance : Il était une fois Dame Lune, sombre et froide, qui parce qu’elle était nue et timide se cachait tous les matins de son amour secret Sieur Soleil, lumineux et chaleureux … Elle le regardait en soupirant, derrière son nuage blanc, briller de tous ses éclats ardants. Elle pensait « impossible, nous sommes si différents », priait : « existe-t-il un Dieu ici pour qu’un instant il nous réunisse ? et nous fasse oublier nos différences? » Oui, il existait un Dieu. Il entendit la prière. Un soir il fit oublier son couché à Sieur Soleil et invita Dame Lune à se lever plus tôt. Le froid et le chaud. Instantané fulgurant qui figea l’amour dans la pierre. Sous deux formes humaines : l’une s’étonnant et l’autre priant , l’une admirant, l’autre baissant timidement les yeux, l’une offrant et l’autre disposant, l’une et l’autre pour l’éternité… Depuis, l’horizon flamboie tous les soirs, rappelant aux hommes l’instantané fulgurant qui fige l’amour dans la pierre. Pour qu’il reste. Par delà les différences. Bien à toi Quichottine. Ce n’est pas un sport qui me réussit forcément, amitié

    • Merci infiniment… Une autre histoire pour mes gisants… Rien ne pouvait me faire plus plaisir que cette histoire… si belle !