Daniel Esvan, Libre nécessité

Avant de vous présenter ce nouveau roman, je vais préciser que je ne fais pas partie des visiteurs assidus du blog de son auteur et qu’il ne fréquente que très peu mes allées.

Pourquoi ce préambule ?

Peut-être pour que nul ne puisse me dire que je parle d’un des mes blogopotes, et que mon jugement est forcément partial…Peut-être aussi pour vous dire qu’il ne s’agit pas non plus d’une publicité déguisée.

Je n’ai rien à gagner, ce n’est qu’un nouveau partage concernant un livre que j’ai aimé lire.

« Libre nécessité » c’est le nom que Dan a donné à son blog, c’est aussi le titre du premier roman de Daniel Esvan.

Un jour où je passais chez lui… parce que même si cela m’arrive rarement, cela m’arrive malgré tout, de temps en temps, je ne le nierai pas… Je suis tombée sur cette couverture.

120313_Dan.jpg

Peut-on avoir envie de lire un livre à partir d’une simple image ? Je crois que oui.

L’image m’invitait à découvrir la quatrième de couverture où elle se poursuivait… Je le fis aussitôt.

En venant se perdre sur ces rochers, c’est lui-même qu’il voulait avant tout retrouver. Un moment face à la mer, c’était un peu comme devant un miroir ; cette extrémité des terres réfléchissait sa propre image sans artifice. Face à lui-même, il était prêt à se plonger en toute clairvoyance dans une réflexion intérieure.

Perdu dans ses pensées, il n’avait pas remarqué la présence de Max, venu s’asseoir juste en face de lui.

« La vie n’est pas une équation à résoudre, mais un spectacle à admirer. Encore faut-il être capable de prendre le recul suffisant.

– C’est donc ce que vous faites ?

– En partie, mais pas seulement. D’ailleurs, il n’est pas question de moi pour l’instant, mais de vous.

– En Bretagne, la proximité de la mer me donne toujours l’impression de vivre plus intensément le moment présent.

– Vous savez bien que le temps présent ressemble à une brouette : plus elle est pleine et plus elle avance lentement. »

J’avais aimé cette ouverture : un héros, un interlocuteur discret et invisible sur l’image, la quête de soi, une définition du temps dont j’avais envie de tout connaître, et en fond de tableau, la Bretagne et la mer, l’ombre d’un voilier…

Je pensais, naïvement, que ce texte était un passage du roman.

Il n’en est rien, et même si chaque mot lui appartient, le lecteur cherchera vainement à l’y retrouver sur une même page.

Il s’agit en effet d’un montage, extrêmement réussi, de plusieurs extraits.

Du chapitre 12 (p.95 pour le premier paragraphe), du chapitre 9 (p.73 pour le second paragraphe), du chapitre 6 (p.48, pour les trois premières répliques du dialogue)… les deux dernières répliques étant empruntées de nouveau au douzième chapitre, en haut de la page 97.

Curieusement, après lecture complète des 167 pages de ce livre, je me dis que la vie, cette vie que Max définissait (p.48) comme un « spectacle à contempler » ne l’est pas… Ce serait dommage d’en rester là, de ne pas entrer dans ce récit, de ne pas « agir ».

Julien, le héros, est un homme « ordinaire », marié, père de deux enfants. Sa vie ressemble sans doute à celle de millions d’hommes. Ses réflexions nous conduisent à nous interroger sur ce qui est, ce qui pourrait être, le quotidien de beaucoup d’entre nous.


Libre nécessité n’est pourtant pas un roman « ordinaire ». Julien ne se contentera pas de ce qui l’attendrait si… si quelque chose ne se brisait soudain, dans sa vie professionnelle, dans sa vie familiale, s’il ne décidait pas d’échapper à ce quotidien où il s’enfonce, où il se perd.

Je ne dirai rien de Max, cet être qui apparaît, qui disparaît, qui accompagne, qui permet au héros d’exprimer chaque doute, chaque pensée, chaque sentiment sur ce qui l’entoure. Je crois que même si le voile se lève lors de l’épilogue, chacun saura trouver seul ce qu’il est.

Cependant, et afin de ne pas vous laisser dans l’ignorance totale de ce que j’ai aimé, de ce que je garderai sans doute de ma lecture, je vous laisse ici quelques phrases supplémentaires volées au romancier.

[…] Malgré son âge, Julien savait qu’il saurait faire face avec beaucoup d’énergie et de détermination à ce mauvais pas professionnel ; il avait plus de doutes en ses capacités à surmonter ses problèmes de couple. Chacun fait face avec ses forces mais aussi ses faiblesses. Il n’avait probablement pas assez porté attention à tous ces non-dits qui s’étaient insinués dans leur relation. Il ne suffit pas d’aimer en pensant que l’affection qui nous a réunis jadis, comme une évidence, nous permettra de tout surmonter. Quand on s’aperçoit de cette fracture, il est déjà trop tard. Impossible de se souvenir à quel moment est survenue la faille. Les paroles n’ont plus la même capacité de conciliation. Même les gestes de tendresse sont devenus criants de maladresse.

(p.71-72)

Julien doit affronter ses problèmes et reconsidérer sa vie. Je crois qu’il y a toujours un moment où, parvenus à la croisée de deux chemins, nous devons prendre l’un ou l’autre.

En refermant le livre, je repensais à cette image qui m’avait appelée. Une simple photo en contre-jour… et des milliers de mots qui lui donnaient vie, comme une renaissance.

[…] En somme, le chemin est toujours ce qu’il y a de plus enrichissant. La vie est un voyage et en aucun cas une destination. Il pensait que la véritable force créatrice était dans la contemplation. Seul un œil sans contrainte est capable de révéler une beauté enfouie qui n’attend qu’un regard pour s’épanouir tout à fait.

(p.79)

Merci, Daniel. C’est un très beau roman.

Daniel Esvan

Libre nécessité

Éditions Beaurepaire, 2012

ISBN : 978-2-35767-123-2

140 réponses à “Daniel Esvan, Libre nécessité

  1. J’en reste à l’image, à la mer…Elle incite à aller lire plus loin…
    La mer me manque souvent, comme hier, avec un temps tellement clair et lumineux que je me disais, j’ai très envie d’aller voir la mer, j’en avais une soif intense, c’est ainsi, souvent, et on devrait céder à ses envies…

    • Il y a des envies qui sont plus faciles à satisfaire que d’autres…

      J’espère que tu cèderas à celle-ci.

      Douce journée, Marine. Merci !

  2. Tu donnes envie de le lire Quichottine. Je suis fascinée par les gens jeunes ou vieux seuls ou en couple qui regardent la mer. Je ne peux m’empêcher de les prendre en photo en me demandant à quoi ils songent en le faisant. Il est souvent plus facile de régler des problèmes professionnels retrouver un emploi que de se retrouver soi même, régler des problèmes familiaux mais souvent la perte d’un emploi peut entrainer une cassure familiale, faire que quelque-chose qui était déjà un peu fêlé se brise soudain. Merci de ce beau billet

    • Merci à toi.

      Je suis d’accord avec ton analyse, et je crois que Dan le serait aussi.

      Passe une douce journée. Bisous.

  3. Tu nous donnes envie de le lire, mais pour le moment j’en aurai guère le temps. Bonne journée Quichottine avec bises de nous deux

    • Je sais bien… tu vas avoir de longues semaines de rééducation… alors, prends bien soin de toi, c’est le plus important.

      Bises affectueuses et douce journée à vous deux.

  4. Encore une fois, tu me donnerais presque envie de le lire … 😉
    Bonne fin de semaine.
    Bisoux

  5. Bonjour Quichottine, je découvre un blog et un auteur, merci à toi d’aller ça et là glaner des talents nouveaux pour nous… Bisous de JB

  6. L’influence de la couverture d’un livre est réelle…Les passages que tu as choisis sont très beaux. Merci Quichottine pour cette belle découverte.
    Bises

    • Merci à toi pour ta présence.

      Heureuse de voir que nos réactions peuvent être similaires.

      Bises et douce journée, Jackie.

  7. C’est plutôt le titre qui m’aurait attirée, l’antagonisme apparent contenu dans ces deux mots :  » libre « ,  » nécessité « .
    À lire la présentation, Max, je le ressens comme une sorte d’alter ego, une conscience, une intelligence, pourquoi pas un sens pratique, et en tout cas une représentation d’un « partenaire » dans cette communication-réflexion intérieure.
    Merci pour ce partage-découverte.
    Bisous, Quichottine.

    • Tout est dans ce titre…

      La liberte, la nécessité…. et l’homme qui doit toujours choisir, sans le pouvoir toujours dans de bonnes conditions.

      Max… ce pourrait être mon lutin bleu, mais, non, c’est plus que cela encore.

      Merci à toi pour ta présence et tes mots toujours si bien sentis.

      Je t’embrasse très fort. Passe un bon dimanche.

  8. Tu me donnes envie de découvrir ce roman, comme la couverture l’aurait fait mais pas la 4ème de couverture. Bonne journée et bisous

    • La quatrième est un mélange… et je crois qu’il est important d’aller au-delà de ces quelques lignes.

      Mais je ne peux pas te dire que ce livre te plaira.

      Bisous et douce journée à toi.

  9. Bonjour Quichottine, Difficile de ne pas rougir en lisant cet article qui m’est dédié. J’apprécie bien sûr que tu aies aimé ce roman mais j’ai aussi beaucoup de plaisir à découvrir ton argumentation. Je te remercie sincèrement de l’honneur que tu me fais en m’accordant cette belle place sur ton blog. Merci pour la qualité de cette lecture. Bises Dan

    • Merci à toi pour ces mots.

      Tu as écrit un livre qui mérite d’être lu… j’espère que certains de mes lecteurs le feront.

      Ce n’est pas si facile de se faire connaître.

      Bises et douce journée.

  10. C’est une couverture qui incite à s’y arrêter, c’est vrai. et comme toujours quand un livre te plait, tu donnes envie d’en découvrir davantage.
    J’ai tant de livres encore qui m’attendent en ce moment …
    J’ai aussi été intriguée par le titre de son blog, qui me semble en partie un oxymore mais pas que …
    bises et belle journée

    • J’ai des tonnes de livres qui m’attendent.

      Mais je sais que si Dieu me prête vie, je les lirai.

      Bises et douce journée à toi.

  11. ps je n’avais pas encore cliqué sur le lien que tu fais vers un article bien particulier de Libre nécessité. J’ai là réponse à mon interrogation sur son titre … au delà de mes espérances

  12. Je veux y croire : je me réincarnerai en chat de bibliothèque ! Ainsi je pourrai tout lire au cours de mes sept vies, et les souris pourront danser en paix !

  13. Coucou Quichottine. Belle promotion pour ce livre et cet auteur. Tu as choisi de beaux extraits pour nous donner envie. Merci ma belle. Bises et bonne journée

  14. je suis allée faire un tour sur le blog de Daniel Esvan .
    très intéressant cet homme!
    Merci pour cette découverte ;il a un beau style .C’est agréable .
    La quête de soi-même , cela n’est pas facile!!
    Bisous

    • Merci d’être allée à sa rencontre.

      Se chercher soi, ce n’est pas forcément facile, mais quand on se trouve, ce doit être merveilleux.

      Douce et belle journée, Fanfan. Merci pour ta présence.

  15. Je comprends que cette photo t’ait attirée, elle peut évoquer beaucoup de sentiments. Tu as su merveilleusement nous présenter cet auteur et sa belle plume . merci Quichottine
    Bises et à bientôt.

  16. Je n’ai plus trop le temps de lire hélas. En ce qui concerne le choix des livres, même si la couverture me plait,je fais tout de même attention au résumé du livre pour être sûre de ne pas me tromper.
    Bon week-end Quichottine
    Bises

    • Je suis d’accord… souvent, je le feuillette aussi, pour être sûre que la couverture n’est pas trompeuse.

      Bises et doux dimanche, Santounette. Merci !

  17. Même si tu n’en fais pas la publicité, tu en parles avec fougue, cet ouvrage t’a vraiment plu.
    Bisous

  18. Hello Quichottine,
    Il m’arrive aussi de lire un livre rien que parceque l’image de la couverture m’a plue…
    Passes un bon week end
    Bisous

  19. Bonsoir..
    Il est vrai que la jaquette de ce livre est réussi…..et donne envie de le lire…en plus le titre attire..
    un très bon wek-end
    bises
    Patrick

  20. C’est vrai que la couverture est attirante,j’aime rêvasser devant la mer.Le livre semble intéressant et son blogue aussi.

    • Je crois aussi… Mais je sais que même si son blog est intéressant, je ne peux m’y rendre chaque jour.

      Merci d’être allée voir.

      Passe une belle journée, Solange. Bisous.

  21. Merci de ta visite aujourd’hui
    Bisous

  22. Bonsoir Quichottine. Comme toi j’ai été attirée, d’instinct, par la couverture, magnifique et, je dirais, « ouverte »…
    En revanche j’ai un peu peur que le roman soit très « intellectuel » et comme j’ai beaucoup de mal à fixer mon attention en ce moment, j’ai besoin de lire des choses légères et pas trop philosophiques…
    Je vais aller découvrir le blog de Daniel Esvan pour en savoir davantage.
    Merci pour ta présentation Quichottine et gros bisous à toi

    • Intellectuel… Par certains côtés, mais ce n’est pas un roman intellectuel.

      Si tu as besoin de choses légères, le prochain livre te plaira davantage.

      Libre nécessité n’est pas un roman « lourd », mais je crois qu’il ne faut pas le lire en diagonale.

      La pensée est profonde, et le monde à découvrir émeut.

      Gros bisous et douce journée à toi.

  23. L’histoire d’une vie..parmi d’autres

    • Nous avons chacun la nôtre… mais certaines nous permettent d’ouvrir un peu notre regard sur les chemins que nous avons choisis.

  24. salut
    si ca se passe en Bretagne ce doit être bien
    bonne journée

  25. Bon week-end.
    Bisoux

  26. Bon week-end. Bises Quichottine.

  27. Tu me donnes bien envie de le lire aussi

  28. Une invitation à la lecture à travers tes mots chère Quichottine, tu restes notre Tisseuse de liens et cela en toute circonstance, dans le partage d’un livre comme ici… T’embrasse bon we à toi

  29. Il y a un petit moment que j’avais déserté tes allées et pourtant je les aime tes « pages », Quichottine.
    Je viens de lire ton article qui m’a donné envie de découvrir ce livre.
    Quelles que soient mes obligations, je ne peux pas passer une journée sans un livre, quitte à m’endormir dessus, ma vie ne serait pas complète sans un moment « papier ». J’ai du mal à croire que certains ne lisent jamais. Mais bon… c’est une question de choix.
    Je vais continuer ma remontée dans le temps chez toi.
    A bientôt donc.
    Bonne journée.

    • Je sais que ma table de nuit est souvent encombrée des livres que je voudrais lire… ou relire d’ailleurs.

      Mais j’en laisse partout… pour ces moments où j’ai le temps.

      Tu as raison, c’est une question de choix, de goût aussi je pense… Certains préfèrent appuyer sur le bouton « marche » de leur téléviseur, cela demande moins d’effort.

      Merci pour ces mots, Françoise. Ils me font très plaisir.

      Tu reviens quand tu veux, quand tu peux… tu es la bienvenue, au rythme qui te convient.

      Douce et belle journée à toi.

  30. Merci de lire pour nous. Tu donnes l’envie. Alors, ma foi, pourquoi pas. Je vais garder le titre au chaud.
    Bise Quichottine.

  31. encore un à rajouter à une longue liste ! aurais je le temps de les lire tous ?

  32. Peut-être vais-je me laisser tenter, bravo à lui en tous cas
    Amitiés, Flo

  33. Simplement, j’ai envie de livre ce livre.
    L’image m’y invite…

  34. Bonsoir,
    Merci de nous faire découvrir de nouvelles lectures, j’aime aussi les romans… et merci de ta visite.
    Bonne soirée.
    D@net.

  35. Bon dimanche. Bisoux doux

  36. Pour moi aujourd’hui cuisine (j’aime cuisiner) et déjeuner avec mes anciens voisins et amis que je n’ai vu depuis un certain temps.
    Un nouvel écrit sur quai des rimes : http://quaidesrimes.over-blog.com

    Bon dimanche. Bises Quichottine

    • J’ai cuisiné aussi… mais repas familial à trois…

      J’ai apprécié le texte de Brigitte Lécuyer, elle raconte très bien ce qui est très pénible quand on le vit.

      Bon dimanche à toi aussi, Martine. Bises.

  37. Très bon dimanche miss, j’espère sous le soleil
    Amitiés, Flo

  38. Au fait, le trouve-t-on en librairie ?
    Bon dimanche Quichottine.
    Bises comme ça !

  39. Merci pour ta pensée d’hier pour mon anniversaire 😉
    Bon dimanche Quichottine Bise :*

  40. Oui, mais pas tout de suite !

  41. La mer ramène souvent à l’essentiel…..VITA

  42. Merci Quichottine.
    Bises.

  43. Bonsoir ma douce bibliothécaire.. ce soir je ne peux pas lire je vois trop flou. Je te souhaite tout de même une bonne soirée et je t’envoie tout plein de bisous. Encore deux mois à attendre pour le nouveau critallin!
    le matelot de la terre ferme

  44. kikou ma douce, se chercher et oser s’analyser est une thérapie qui peux parfois engendrer une remise complète de son existence. Je pense aussi que peu ose le faire car faut un courage immense et souvent la lâcheté prend le dessus, c’est plus facile à gérer. Les phrases que tu as sélectionné me donne très envie de lire cette ‘libre nécessité’ Passe une bonne semaine, big bisous ♥

    • Merci, Lily, pour ce partage qui exprime bien ce que je pense aussi.

      Lâcheté… ou simplement l’envie de ne pas effacer ce que nous pensions être le plus important.

      Passe une belle semaine toi aussi. Bisous.

  45. sur l’image de couverture…je voyais …la petite sirène….
    heureusement que tu nous en expliques un peu plus….car avec la quatrième de couverture….aucune envie de lire ce livre…..mais qui sait?
    bisous du dimanche.

    • Nous avons tous notre façon de choisir les livres, et il est normal que nous ayons nos préférences.

      J’espère un jour te parler d’un livre que tu puisses avoir envie de lire.

      Bisous et douce journée à toi.

  46. Il faut reconnaitre que la couverture est superbe! Elle attire le lecteur irrésistiblement.
    Merci pour ce partage.

    • Solyzaan a réalisé pour les Anthologies éphémères de très belles couvertures.

      Ici, son illustration dit bien la diversité des personnages présentés.

      Merci à toi, Philippe.

  47. Chez Dan,

    moi j’aime bien aussi

    les billets qu’il prépare

    sur les musiques traditionnelles

    qu’il aime…

    ***

    Et puis, on a un point commun :

    l’attrait fou pour les sentiers côtiers,

    les paysages de dunes

    et les sémaphores…

    Loop

  48. Et AneverBeen remercie Quichottine de nous, à eux et Elle, avoir partagés ce roman. Ce même pourrait bien nous, à Elle, plaire… Hélas ! en ce moment, le temps nous manque à la lecture et ce même déjà d’un livre entamé qui pourtant sait nous retenir de longues, parfois dans l’excès même de l’heure passée alors que nos yeux faiblissent, minutes. De plus, notre PAL ne s’est pas tant allégée au cours de ces derniers mois. Non ! ce n’est pas ce jour que je peux me permettre, promettre l’engagement de la lecture d’un nouveau livre, de ce roman. Et d’ici quelques années, m’en souviendrais-je ? Une nouvelle fois, de promesse AneverBeen n’en fera point !

    Comme Quichottine, il est arrivé qu’une couverture suscite nos curiosité et éventuel désir à la lecture mais puisque la couverture, comme la masse, ne fait pas le contenu, comme l’âme, du livre, comme de l’Être, je prends tout de même soin de lire les lignes accordés à la quatrième de couverture bien que parfois, tel le premier abord, peuvent être trompeuses 😉
    Il pourrait être aussi difficile de se prêter à la découverte d’un livre que d’accorder confiance à un individu ^^

    Quichottine, si les temps et accord te le permet et est, pourrais-tu nous rendre un service ? …
    Une nouvelle fois, pour des raisons inconnues, AneverBeen ne peut se rendre chez Dame Coincoin (connue, officiellement sur la blogosphère, sous le pseudonyme de Chris) et elle ne sait comment l’avertir, lui expliquer la raison de ses silence et absence :/ Et, je doute que Chris réceptionne les réponses accordées aux interventions au sein des allées aneverbeenienes :$
    Je suis embarrassée de devoir faire, une nouvelle fois, appel à toi pour communiquer le souci rencontré à la camarade qui nous est commune… Tout compte fait, les camarades communs peuvent présentés des inconvénients, dérangements ^^’

    « … Oust ! qu’elle file ! nous ne la voulons plus par chez nous, ici ! Dehors AneverBeen ! DEHORS ! » pourrait rouspéter le Lutin Bleu ^^

    Tout de même, n’aggravons pas notre cas et partons poliment ; c’est ainsi, Quichottine, que je te souhaite de passer une agréable veille de semaine 🙂

    • Je te sais sincère et cela me touche beaucoup.

      Nous ne pouvons allonger indéfiniment nos PAL…

      Je vais aller prévenir Chris, ne t’en fais pas. Le lutin bleu est tout à fait d’accord. 🙂

      Que ta journée soit belle, mon aminaute. Prends bien soin de toi.

  49. /Reprenons… puisque le message fut validé trop tôt !/ « … veille de MI de semaine » 😉

  50. Bonjour Quichottine!
    Merci pour tes photos d’escaliers.
    Tu les trouveras sur le blog des escaliers!
    Bises et merci pour ce partage

  51. Encore une fois, tu me donnerais presque envie de le lire … 😉
    Bonne fin de semaine.
    Bisoux

  52. Bon week-end.
    Bisoux

  53. Bon dimanche. Bisoux doux

  54. kikou ma douce, se chercher et oser s’analyser est une thérapie qui peux parfois engendrer une remise complète de son existence. Je pense aussi que peu ose le faire car faut un courage immense et souvent la lâcheté prend le dessus, c’est plus facile à gérer. Les phrases que tu as sélectionné me donne très envie de lire cette ‘libre nécessité’ Passe une bonne semaine, big bisous ♥

  55. jackline

    Cela peut donner envie à de futurs lecteurs…en général, pour mes bouquins à lire, je préfère des sujets plus centrés sur la découverte de pays et de cultures, des romans faisant référence à l’histoire, des biographies, et surtout des polars…lorsqu’une « histoire » me tient en haleine, je dévore le bouquin ! les sujets trop intimistes ou un peu trop philosophiques me lassent très vite, et certains sujets ne me branchent pas du tout (les études de soi, de son moi etc…) j’ai toujours l’impression que les auteurs se tournent autour du nombril, même s’ils se targuent d’être en quête d’une vie plus altruiste,tournée vers les autres, et du dépassement de leurs problèmes perso etc.. bref, je suis très mauvaise cliente pour ce genre de littérature…bisous Quichottine

    • Pour les biographies, il faudra que tu ailles faire un tour du côté de Marc Lefrançois.

      Ici, tu vois, j’ignore si l’auteur s’est servi de sa propre expérience, mais, en tout cas, les personnages sont très bien campés, et, Max, dont je n’ai rien dit, apporte le côté romanesque, fictionnel, dont j’avais besoin pour aimer ce roman.

      Ceci étant, je comprends que ce ne soit pas du tout le genre de littérature que tu aimes.

      Bisous et douce journé, Jackline. Merci pour ce partage.

  56. jackline

    Cela peut donner envie à de futurs lecteurs…en général, pour mes bouquins à lire, je préfère des sujets plus centrés sur la découverte de pays et de cultures, des romans faisant référence à l’histoire, des biographies, et surtout des polars…lorsqu’une « histoire » me tient en haleine, je dévore le bouquin ! les sujets trop intimistes ou un peu trop philosophiques me lassent très vite, et certains sujets ne me branchent pas du tout (les études de soi, de son moi etc…) j’ai toujours l’impression que les auteurs se tournent autour du nombril, même s’ils se targuent d’être en quête d’une vie plus altruiste,tournée vers les autres, et du dépassement de leurs problèmes perso etc.. bref, je suis très mauvaise cliente pour ce genre de littérature…bisous Quichottine

  57. jean-marie

    bonsoir, ma chère Quichottine,
    les phrases que tu as choisies sont très belles
    d’une plume très élégante
    et l’image de couverture me ferit avoir envie d’ouvrir le livre…
    le plus souvent, pour moi, c’est la première phrase du roman qui m’incite à aller plus loin…
    gros bisous d’amitié
    jean-marie

    • C’est vrai que contrairement à ce que je fais souvent, je nai pas mis les premiers mots…

      Il faudra que je remédie à cet état de fait.

      Bisous et douce journée à toi. Merci !

  58. Bonjour,
    Je vais très régulièrement sur le blog de Dan, toujours très intéressant. Hélas, il fait une pause pour quelques temps.
    Je vais acheter ce livre ainsi que un ou deux autres d’amis blogueurs.
    Bonne journée et amicalement.

    • J’ai vu qu’il avait prévu une longue pause… mais si c’est pour écrire, il est pardonné.

      Merci pour ce que tu feras.

      Bisous et douce journée à toi.

  59. annielamarmotte

    Quand j’ai du chagrin …. je vais voir la mer

    • La mer apaise… Je voudrais qu’elle soit plus près…

      D’autres regardent le soleil se coucher.

      Merci pour ta présence, Annie. J’espère que tout va bien.

  60. canelle56

    Bonjour Quichottine , je vais chaque jour sur le blog de Dan nous sommes voisins « bretons »et j’aime beaucoup ce qu’il nous propose
    Tu as su capter son essence dans ce livre et du coup je vais me laisser tenter
    Merci pour tes mots Quichottine

    • Merci.

      Tu vois, il y a de nombreux blogs découverts que j’aimerais continuer à suivre chaque jour… mais c’est impossible.

      Alors, je laisse le temps me donner rendez-vous.

      Bisous et douce journée, Canelle.

  61. Mamychachat

    Je suis très sensible aux couvertures mais elles ne me font pas acheter un livre. Je me fis aux personnes comme ma Quichottine qui l’ont lu, qui ont l’art de parler de ce qu’ils ont aimé.
    Merci et très bonne journée avec plein d’bisous

    • Un grand merci pour ta confiance… mais, tu vois, je ne suis jamais certaine que les livres dont je parle plairont.

      Chacun a sa sensibilité, son vécu, et nos lectures en dépendent.

      Je t’embrasse fort. Passe une belle journée.

  62. patdelapointe

    tu arrives à tenir la ligne, avec tous ces livres que tu dévores…, moi j’aurai :  » comme une lourdeur  » …mais on est pas fait pareil…et c’est tant mieux…

  63. fleure41.over-blog.com

    Bonjour , il m’arrive souvent de lire un livre rien que de voire la couverture . Bon week end , bisous Solognot

  64. Durgalola

    merci beaucoup pour ce dernier passage …… la vie est le chemin, déjà ici, nous recevons beaucoup.
    bises et souvent, aussi, le choix d’un livre dépend d’un titre, d’une couverture, de peu finalement, d’une attirance. Bisesn

    • Un livre peut appeler, ou rester silencieux.

      J’aime bien quand ils m’appellent. 🙂

      Douce et belle journée, Durgalola.

  65. Quichottine , tu n’as pas à te justifier……tu fais ce que tu veux chz toi!
    Ce livre me fait réfléchir .J’aime beaucoup cette phrase : la vie est un voyage et en aucun cas une destination ….
    C’est ce que m’avait dit un jeune enfant en fin de vie : ne pleure pas , j’ai fait un beau voyage!
    J’avais fait mienne cette phrase.
    Merci pour tes études de livres , c’est une grande ouverture pour nous.
    Belle soirée, je t’embrasse

    • Mon préambule était destiné à certains.

      Tu n’en es pas, heureusement.

      Merci pour ces mots qui m’ont mis les larmes aux yeux.

      Un enfant qui part n’a pas fait un très long voyage… je suis heureuse qu’il ait été beau.

      Douce et bonne journée à toi.

  66. Quichottine , tu n’as pas à te justifier……tu fais ce que tu veux chz toi!
    Ce livre me fait réfléchir .J’aime beaucoup cette phrase : la vie est un voyage et en aucun cas une destination ….
    C’est ce que m’avait dit un jeune enfant en fin de vie : ne pleure pas , j’ai fait un beau voyage!
    J’avais fait mienne cette phrase.
    Merci pour tes études de livres , c’est une grande ouverture pour nous.
    Belle soirée, je t’embrasse

  67. Il est vrai que comme Julien , on a tous dans nos vies des décisions importantes à prendre sur la direction de nos vies par rapport à nos habitudes, on s’habitue vite au train-train et surement que cela nuit à notre épanouissement 😉
    Bonne fin de soirée Quiche Bise :*

    • Une pensée pour toi alors que tu fêtais ces jours-ci ton anniversaire.

      Je te souhaite de tout coeur de ne jamais tomber dans le train-train quotidien.

      Bises et douce journée.

  68. Merci pour ce partage Quichottine … je vais aller voir ca de plus près
    Bon Samedi!…Bizzz

  69. « La vie est un voyage et en aucun cas une destination »
    et chaque pas en est une étape….
    Merci quichottine pour cette présentation qui me donne envie d’aller plus loin!!

  70. Bonjour ma Quichottine; je ne connais pas l’auteur mais le livre me plait. Je lis moins en ce moment, par manque de temps je pense
    Bisous pour toi

    • Sans aucun doute…

      Nous manquons tous de temps pour tout faire… alors, il faut le partager.

      Douce et belle journée à toi. Bisous.

  71. Je te souhaite un bon dimanche Quichottine. Il pleut..; toute la ville est mouillée… Les pépins ont la goutte au nez… Il pleut…
    Bises à toi

    • J’aime bien les pépins qui ont la goutte au nez…

      J’espère que tu as du beau temps aujourd’hui.
      Bisous et douce journée.

  72. dentelline

    Ce roman semble intéressant! Je ne sais pas encore si je vais le lire mais merci encore pour l’info!
    Bonne soirée!
    Bisous

    • Si tu en as l’occasion un jour, j’espère que tu me diras ce que tu en auras pensé.

      Bises et douce journée, Dentelline. Merci !