Le tortillard de Jenny

Je ne sais pas si vous connaissez Jenny… En fait, je ne la connais pas non plus, mais j’ai trouvé rigolo de répondre à l’invitation de Mary…

Euh… Je ne la connais pas beaucoup non plus…
Mary a un second blog, Miettes de vie, que je viens de découvrir. Moi, je croyais qu’elle n’avait qu’une Librairie virtuelle… Très jolie d’ailleurs, avec un escalier en colimaçon où je m’assiérais volontiers pour y lire, comme le faisait Francie, l’héroïne du livre de Betty Smith, Le Lys de Brooklyn.

Mary est « nouvelle », mais elle est souvent venue dans la bibliothèque depuis quelque temps. J’ai bien aimé la voir fureter un peu partout. Elle me faisait penser à Chana, quand cette dernière s’était promenée sur mes étagères, à ses débuts… Chana… une de celles que je voudrais voir revenir.

Donc, un jour, Mary J’Dan m’a proposé de monter avec elle… Non, pas sur une galère, mais dans un « tortillard des mots« . Je suis allée voir qui était aux commandes, vous pensez bien ! Je suis curieuse, moi. C’est écrit dans mon profil de blogueuse !…

J’ai découvert une Martienne…
Elle a, sur sa bannière, une phrase de Musset :

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité.

C’est amusant… Je suis sûre que c’est vrai…

Plus j’y pense, plus je me dis qu’il faut accepter de s’y piquer si l’on veut pouvoir effleurer le velouté de ses pétales et en sentir le parfum.

Le pilulier de l'Otomane
Les roses sont si belles chez Clo !

Avant de partir, elle aussi, elle a laissé le pilulier aux roses bleues qu’elle avait composé pour Kinou et moi…

Pourquoi n’ai-je pas compris que si elle l’avait ressorti de ses archives, c’est qu’elle en avait peut-être autant besoin que nous ?

C’était une parenthèse… comme j’en écris parfois, lorsqu’une nouvelle arrive que je n’attendais pas…

La vie est aussi faite des nouvelles que l’on reçoit, qui peuvent être bonnes ou mauvaises.

Alors, comment faire pour toujours prendre aux jours qui passent le bien qui ne passera pas ?

Suffit-il, pour être heureux, de le vouloir ? Peut-on « décider d’être heureux« , comme l’a fait Voltaire, parce que « c’est bon pour la santé » ?

Je ne vais pas refaire la dissertation que j’ai faite à ce sujet chez pb-r… Je préfère vous parler de Mary et du tortillard de Jenny… Vous emmener en voyage avec moi, de nouveau.

C’était assez sympa, et, personne ne me demandait la lune… Donc, je pouvais faire plaisir à Mary.

Je me suis dit : Pourquoi pas ?

Je n’avais pas tout compris, mais je savais quand même qu’il fallait si possible être deux et se répondre…

Si j’avais le pouvoir de changer les règles du jeu de la VIE sur TERRE, je ferais …..

Non, vous avez raison, ce n’était pas vraiment une consigne… Juste une phrase pour rêver. Une chance, je n’avais pas encore mis Caligula sur mes étagères… et, une chance aussi, je n’ai aucun pouvoir, et surtout pas celui de réaliser mes propres rêves… C’était donc sans danger !

J’ai attendu que Mary dépose son texte, pour voir ce qu’elle ferait. J’ai ri en lisant son commentaire. Il était digne d’elle, tout de fantaisie et d’humour.

Coucou, me voilou ! Mon binôme, ou plutôt ma, est partante pour ce défi, alors je me lance.

Si j’avais le pouvoir de changer les règles du jeu de la vie, je planifierais notre naissance avec plusieurs têtes de rechange.

Trop de soucis, de noires pensées m’envahissent ? Hop ! je choisis ma tête à visions roses. Cependant, nous serions obligés de nous coiffer, de temps en temps, de cette tête à morosités afin de régler nos affaires en cours ; car à cela, nous ne pourrions y échapper. L’avantage ne serait pas uniquement dans le contenu de nos cerveaux, mais aussi pour notre apparence. Ne plus s’entendre marmonner : j’ai mauvaise mine, le cheveu triste, le teint gris… Bref, j’ai la tête des mauvais jours. Une migraine importune, une affaire de cœur embarrassante, des difficultés de concentration… Le contraire serait tout aussi intéressant : J’ai une belle tête aujourd’hui, merci mon coiffeur, alors je mets la « moche » pour dormir.

Vous avez dit puéril ? Oui, c’est enfantin, mais tous les rêves ne le sont-ils pas, plus ou moins ?

Et toi, Quichottine… ?

commentaire n° : 2 posté par : Mary J’Dan (site web) le: 14/06/2008 19:37:34

C’était une bonne idée, vous ne trouvez pas ? Une tête pour chaque occasion, et pouvoir en changer quand je voudrais… Une tête qui serait comme celle que j’ai demandé à Félix, interchangeable…

J’avais ri… et puis, j’ai réfléchi à ce que j’aimerais vraiment changer, si j’en avais le pouvoir. Je l’ai écrit, là-bas, chez Jenny la Martienne…

[…]

…. Eh bien, moi, si j’en avais le pouvoir, J’inverserais l’ordre du temps, seulement pour que nous puissions entrer dans la vie une fois que nous savons ce qu’elle est, que chaque jour qui passe nous permette de nous retrouver, meilleur, plus jeune… sans soucis… et qu’elle se termine dans un dernier cri qui ne nous ferait pas souffrir.

… Mourir en retrouvant le ventre de sa mère… peut-être pour pouvoir renaître, qui sait ?

(Non, non, je n’ai pas envie de retomber en enfance ! sourire…)

commentaire n° : 1 posté par : Quichottine (site web) le: 14/06/2008 21:10:35

Voilà comment j’ai fait connaissance de Jenny… et là, maintenant, avec Mary, nous allons embarquer dans le troisième wagon. Pour celui-ci, ce n’est pas difficile… Encore que…

Voilà ce que vient d’écrire Mary J’Dan pour moi…

Si j’avais le pouvoir de faire rimer Amour et Bonheur, je commencerais par supprimer toutes ces petites agaceries quotidiennes qui ternissent l’amour et teintent de gris le bonheur.

Je pourrais dire :
Amour, toi, mon cœur
Bonheur, toi, toujours
Mais je ne le dirai pas ! Je ne crois plus à cette légende, alors je conjugue et je rime autrement. Amour et bonheur rimeront toujours à merveille tant que je serais entourée des miens et de mes amis. Mes amours près de moi et leur bonheur fait le mien.
Ne me demandez pas de développer, ce n’est pas un sujet qui fâche, mais il est un peu épineux.

Et toi, Quichottine ?

commentaire n° : 1 posté par : Mary J’Dan (site web) le: 07/07/2008 19:09:01

Un peu épineux, Mary ? Comme les roses de la vie ?

Alors, amour, bonheur… et la vie, comme ce temps qui passe en suivant le battement de nos cœurs…
Qu’écrirai-je, moi, pour les faire rimer ?

Ton cœur, ô mon amour, est un livre d’histoires,
Que je veux, page à page, apprendre et pénétrer,
Afin que si, demain, tu perdais la mémoire,
Je puisse, pas à pas, sans peur te le montrer.

Ton cœur, ô mon amour, est un pays de rêve,
Que je veux, fleur à fleur, comprendre et admirer,
Afin que si, demain, tu en perdais la sève,
Je puisse, goutte à goutte, sans peur, t’en enivrer.

Ton cœur,  ô mon amour, est comme un doux mystère,
Que je veux, mot à mot, percer et déchiffrer,
Afin que si, demain, tu quittais cette terre,
Tu puisses d’un regard, d’un sourire, m’entraîner…

Voilà. Ce n’était pas si facile… Et vous ? Qu’auriez-vous dit ?


Un petit jeu… Combien de mes blogopotes se sont trouvés « enquichottinés » dans ce billet ? (sourire)

69 réponses à “Le tortillard de Jenny

  1. J’ai bien pris le temps de tout lire, malheureusement, je n’ai pas votre verve pour faire une belle réponse et je préfère venir lire les commentaires qui découleront de cet article !
    et oui, j’ai le clavier un peu fainéant, ces temps-ci … lolll
    Bon mardi sous le soleil, j’espère ! Bisoux.
     

    dom

  2. Quel billet ! Me voilà toute « confusionnée ». Ce regard que tu portes sur tes blogopotes, ou tes visiteurs, dévoile la valeur que tu leur accordes. J’aime passionnément ce nouveau verbe : enquichottiner. À ajouter impérativement dans le Larousse 2009. Se promener dans cette vaste bibliothèque et penser que tout un chacun aura laissé une trace de son passage, voilà de quoi ressentir une certaine fierté. En tout cas, moi je suis toute fiérote.

    Il va falloir que je la construise, ma gare ! Mais je doute que je puisse m’y atteler aujourd’hui. Hep ! Le temps ! Tu voudrais pas ralentir un peu ?

    • Tu feras comme tu veux pour ta gare… Moi, je me suis dit que ce n’était pas plus mal de parler ici de ce que nous avions écrit là-bas.

      Je suis contente si le voyage t’a plu. Pour ralentir, le temps… je n’ai pas de remède !…

      Passe une belle journée !

  3. De la galère, comme un poisson dans l’eau, je ne sais que faire des bulles pour saluer le Tortillard des mots qui entraîne tous ces voyageurs de talent.
    Je n’ai point de bocal pour monter dans un wagon  😉
    A trop fredonner la chanson de Leo, j’avais oublié ses mots… »arrête, le temps, va, tout va bien »…
    avec les roses de la vie.
    Que ton poème est beau et grave, Amielle !
    Gros bisous

    • Tu as ta galère, Siratus, ma Dame de l’Océan, et, tu vois, moi, j’aime t’y rejoindre. J’y suis bien plus souvent que dans le tortillard…

      Je suis heureuse que mon poème t’ait plu, mon Amielle…

      Gros bisous à toi

  4. Là, c’est un drôle de billet que tu nous a concocté !
    Va falloir que je trouve au moins une grosse plombe pour visiter toutes les étagères… Miammm!
    Belle promenade en vérité…
    Bisous

    • Une heure… ça va être très dur, Monsieur mon Écrivain…!
      Mais je suis sûre que tu vas la faire…

      Bisous à toi aussi

  5. Je suis tellement enquichottinées qe je ne sais par où commencer … Après un tel périple, la voyageuse pose sa valise et se met à rêver  à une chambre calme dans un  hôtel confortable avec une salle de bains en marbre ..
    Quand elle l’a trouvée, après un bain chaud et moussant et une bonne collatioon et elle regarde un bouquet de roses posé là sur un guéridon …

    « Les roses de la vie » … Fraîchement coupées, leur traître parfum fait  parfois oublier l’épine qui s’accoche à la chair délicate d’un doigt … Suffit d’apirer la goutte de sang qui perle… La douleur aigûe passe laissant un petit point rouge au bout du doigt, qui s’estompe avec le temps …
    Puis fanent les roses et leurs pétales tombent, tout fripés … Parfois je les recueille pour les mettre à l’abri dans les pages d’un livre … Et quand les roses sont trop flétries, je les jette et cours au jardin en cueillir d’autres ….
    Et ainsi va la vie …
    LIZAGRECE

  6. Petit passage rapide, pour un coucou et bisou !!

  7. « oui,comment faire pour prendre au temps qui passe le bien qui ne passe pas »?Je me pose la même question…J’aime beaucoup ton poème,je reviendrai tout relire ce soir,c’est trop bien

  8. je passe te faire un petit coucou Quichottine avant de filer voir mon jules et installer mes quelques livres.
    La première chose que je lui ai demandé hier au soir, acheter une petite bibliotheque pour que j’ai le plaisir de les voir tout le temps
    Avec le jardin, j’aurais tout pour etre heureuse
    J’essaierais de revenir pour finir de lire cet article
    Je t’embrasse bien fort

    • Merci, c’est gentil d’être passée…

      Tu as raison… une bibliothèque et un jardin, que demander de plus ?

      Je t’embrasse bien fort aussi

  9. J’aime beaucoup cet article Quichottine,mary,je me demande si c’est celle que je connais,je vais aller voir sur sn lien.
    Pour les autres liens,je n’ai pas le temps ce soir mais je reviendrai.
    je trouve que ce que vous écrivez est intéressant et je vous trouve chanceuse de pourvoir si bien vous exprimer.
    Bon mercredi Quichottine et merci de tes visites que j’apprécie.
    Crois-tu que clo part pour vrai?
    Bises et A+

    • Je ne sais pas pour Mary… Tu me le diras ?

      Il n’y a aucune obligation, pour les liens, tu le sais… je sais bien que tous manquent de temps !

      Bon mercredi à toi aussi, Nadia…

      (pour Clo… je ne sais pas, mais elle a mis un message, ce matin, pour nous expliquer…)

      Merci d’être passée.

  10. Très sympa cet article ce que j’ai préféré la rose et les épines. Tu as raison il faut se piquer pour pouvoir apprécier le parfum et les couleurs de la vie.  Si j’avais le pouvoir de changer les règles de la vie, je ne changerai rien. Bises

    • Je crois que pourtant nous aurions tous envie de changer une ou deux petites choses… Sans forcément tout bouleverser !

      Merci d’être passée, Martine.

  11. sur des lacs oubliés
    où ruisselle la vie
    la rosée du matin
    à cherché son chemin
    parmis les etendues
    qu elle croyait perdues
    elle a sut retrouver
    pour mieux l’emprunter
    le chemin du bonheur
    a l ombre de son coeur

  12. Coucou Dame Quichottine
    Je suis allée sur le blog de Jenny la martienne !
    Merci pour cette découverte du tortillard des mots
    Ce sont les roses et les épines à la Musset qui m’ont motivée…
    Bises de béa

  13. 😉 avec :***

  14. Je compte dix blogopotes…En tout cas tu as encore fait un bel article où comme d’habitude tu sais mettre tes amis en valeur..;bravo…et je partage l’avis de Mary sur l’amour…je le vois comme elle…elle en fait une bonne analyse quand elle associe au bonheur l’amour en général des personnes qu’elle aime…et nom l’amour d’une seule personne….Même si j’aime encore faire des poèmes parlant d’Amour avec un grand A….gros bisous Quichottine

  15. Tu as parlé de Chana…encore une blogopote qui nous manque bien…Que devient-elle?

    • Oui, elle me manque beaucoup… et j’ignore si elle reviendra.

      Je n’ai aucune nouvelle…

      Merci d’être là, Val’r !

  16. Je suis allée voir deux de tes liens de cet article ce matin soit jenny(son blog est le fun,je vais y retourner) et les miettes de vie que j’ai lu un article qui m’a touchée,comme il se passe des choses difficiles pour certaines personnes.
    pour les fables de Lafontaine,tu as parfaitement raison,c’est quand on est plus vieux que l’on peut comprendre vraiment et non pas quand il faut les apprendre.Ici,on avait pas ces fables je crois avant je ne sais quelle année.Moi,je ne les ai pas apprises.
    Bonne journée Quichottine et bises.

    • Tu as raison, Nadia… et je crois que nous savons rarement ce qu’il y a dans la réalité de chacun de ceux que nous visitons.

      Tu sais, les fables n’ont pas été écrites pour les enfants… et j’aime bien lorsque les adultes les relisent.

      Merci pour celle que tu as mise chez toi.

      Bonne journée, Nadia !

  17. Ah l’amour … Je crois qu’il n’y a pas plus grand amour que l’amour maternel et j’ai découvert que celui-ci n’était pas forcément lié à la maternité … L’amour nous empêche parfois de vivre mais pourrait-on vivre sans ? Malgré ses épines, n’oublions pas les pétales 😉 Douce soirée Quichottine ! Gros bisous

    • Pour ce qui est de l’amour maternel, je pense que tu as raison, il n’est pas lié à la maternité.

      Je ne crois pas que l’on puisse vivre sans amour, même quand il fait mal.

      L’image de la rose est décidément bien trouvée !

      Douce soirée à toi, Bandolera…

  18. coucou oui de la façon dont tu le dis, oui je pense que ppar moment ça vaut le coup de se faire piquer par les épines de la plus belle des fleurs
    Bisous

    • Je ne sais pas. Je crois que c’est à chacun de décider ce qu’il veut.
      … et il arrive que deux envies d’aimer puissent se rencontrer.

  19. un coucou du soir rapide..bisous

  20. Très beau texte. Je me demande ce qui se passerais si la rose n’avait pas d’épine ?

    • Je crois que ce ne serait pas pareil… je crois que les êtres humains n’aiment que ce qui est difficile à obtenir.

      Merci d’être passée.

  21. Bonjour depuis Canton en Chinebel article, j’ai seulement visité le blog de Mary, l’escalier est très beau. Il faudrait venir au monde avec la connaissance acquise par ses parents (qui eux ,ont eu celle de leurs parents),on serait moins démuni dans la vie,non?, j’espère que la santé est bonne ?, bonne journée bye A bientôt sur http://dany.enchine.over-blog.com/

    • Je trouve que ce serait une excellente chose… mais les connaissances des parents servent rarement aux enfants…

      Je vais bien, j’espère que toi aussi.

      Bonne journée à toi !

  22. Je me suis laissée portée par le petit train du bonheur et j’ai lu les talentueux poèmes même les plus épineux. Elle est un peu dure la phrase de Musset. J’ai lu ton beau poème sur l’amour et le bonheur. J’ai également pris le temps de lire tous les commentaires et le joli poème d’Yvette.
    Santounette

  23. tu as raison en surf on fait des decouvertes a propos tu connais les enquetes du juge Ti de van Gulik, vraiment bien montre la chine ancienne bon samedi qing et rene

  24. bonsoir quichottine :-9

    je suis un peu fatiguée…mais je n’ai pas compris ce qu’il fallait faire (TROP FATIGUEE)  c’est plus juste 

    mais par rapport aux épines…comme je dis souvent à ma patronne (je suis fleuriste..depuis un peu plu d’un an)  ….
    les rose ont créé elles même les épines afin qu’on ne les cueille pas…   🙂

    et mi je changerais… euhhh les conneries que l’HOMME peut dire et qui font encore plus mal que des acts…parfois.
    et la Citation de Musset …je ne connaissais pas…très belle en tout cas.

    belle soirée

    • Il fallait, chez Jenny, dernièrement, faire rimer « amour » et « bonheur »…

      Là ici, il fallait seulement lire et je dois avouer que tu n’as pas choisi le billet le plus simple… pour les nouveaux venus dans la bibliothèque !

      Tu es fleuriste ? Mais c’est magnifique !

      Par contre, tu as tout compris… tu as répondu aux deux défis de Jenny !

      Bravo Yana !

  25. Coucou, me voilou ! Mon binôme, ou plutôt ma, est partante pour ce défi, alors je me lance.

    Si j’avais le pouvoir de changer les règles du jeu de la vie, je planifierais notre naissance avec plusieurs têtes de rechange.

    Trop de soucis, de noires pensées m’envahissent ? Hop ! je choisis ma tête à visions roses. Cependant, nous serions obligés de nous coiffer, de temps en temps, de cette tête à morosités afin de régler nos affaires en cours ; car à cela, nous ne pourrions y échapper. L’avantage ne serait pas uniquement dans le contenu de nos cerveaux, mais aussi pour notre apparence. Ne plus s’entendre marmonner : j’ai mauvaise mine, le cheveu triste, le teint gris… Bref, j’ai la tête des mauvais jours. Une migraine importune, une affaire de cœur embarrassante, des difficultés de concentration… Le contraire serait tout aussi intéressant : J’ai une belle tête aujourd’hui, merci mon coiffeur, alors je mets la « moche » pour dormir.

    Vous avez dit puéril ? Oui, c’est enfantin, mais tous les rêves ne le sont-ils pas, plus ou moins ?

    Et toi, Quichottine… ?

  26. ah ah ! moi je connais MARY J’DAN depuis longtemps ….!
    donc je me suis bien amusée en (re)lisant ces petits comms mais je ne suis pas venue pour ça mais pour te donner ceci !

    Hebergement gratuit d image et photo
    il est marqué : FNAC ARABE
    je pense que ça te plaira
    bizzzzzz

  27. Bon mercredi ! Bisoux.

  28. Combien ? …Mais tu quichottines ma parole ! …sourire à nymphéa m’aurait plu (pas un lien ,non ..un clin d’oeil ), petite épine en fin de lecture …mais tu vois ,on oublie ..j’étais venue te remercier pour tes coms , et j’ai lu..j’ai pris déjà l’escalier de Mary mais il est un peu raide et c’est trop 2 ! pour mes vieilles jambes 😉  ici on peut au moins se vautrer sur les coussins et rêver ..et ça prend du temps comme dit le journaliste ..! (qui est très très pressé…mais PAR quoi ..?)moi je suis fidèle aux vieilles maisons  lol ..
    Je ne ferai pas de poème sur l’amour et le bonheur …mais je citerai Léautaud ..cher à  PERRET :
      » Aimer c’est préférer l’autre à soi même  » c’est ce que je pense aussi …Etre amoureux …c’est autre chose ..je crois …
    Viens boire une coupe , va ….bisounes

    • Plein, Nymphéa… Et à chaque fois que je mets un lien dans un billet, à chaque fois que j’utilise ce verbe que tu as inventé, je pense à toi…

      Tu le sais… non ?

      Pour ce qui est d’aimer, je crois que tu as raison…
      Mais je crois qu’il faut aussi ne pas s’oublier sou peine de perdre celui ou celle qu’on a aimé.

      Bon anniversaire, Nymphea !!!! Il est évident que je viens…

  29. jackline

    Bonjour…une petite visite en passant, pour voir si tu es toujours dans tes bouquins (ben oui hein évidemment !) et te faire un bisou..je suis très en retard pour les visites, j’ai beaucoup à rattrapper, et comme on attaque des travaux à la maison, c’est dur de tout gérer..à bientôt

    • Merci pour cette visite, Jackline ! Je sais bien que tu ne peux pas être partout à la fois…

      Je suis comme toi, j’ai du mal à tout gérer…

  30. Chana … elle avait le chic pour remonter mes archives poussiéreuses et me faisait beaucoup rire. Elle me manque aussi …

    Bisous Quichottine
    Bonne journée

  31. quand on aime comment peut on perdre ? ….
     Bon , h sujet ..le tableau, mieux, sur insecula ne peut pas se copier coller , « enregistrer sous « …me l’envoie mais impossible d’atteindre mon blog? Toi qui est superdouée ..comment faire .? BISETTES …..quand tu as du temps , pas le feu ! merci..

    • … Je pense que ça arrive pourtant.

      Bon, pour ton hors sujet, je vais voir et je te réponds chez toi… si je peux t’aider, ce sera avec plaisir…

  32. Juste un petit bonsoir. Et…  je prendrai bien quelques pilules bleues de chez Clo… Le courage me manque pour visiter tes liens… J’ai simplement lu avec attention ton poème… je savais qu’on en verrait un jour… écrit par toi. C’est le premier que tu nous livres, non? Je te souhaite une bonne fin de soirée.

    • Il y en a eu d’autres, dans le tiroir aux secrets… mais c’est vrai que celui-ci est sans doute différent.

      Je prendrais bien aussi des pillules de Clo.

      Je crois que j’ai attrapé le Kinou’s blues.

      Bonne fin de soirée à toi aussi, Eolina.

  33. Moi j’écrirais ça et c’est là-bas….

    Deux yeux
    Tes yeux
    dans mes yeux
     la vie en bleu
    des étoiles au mileu

    Deux yeux
    pour  y  lire
    le meilleur
    et pas le pire

    Deux yeux
    pour vivre
    Deux yeux
    pour rire
    et ne jamais trahir

    Deux yeux
    pour me guider
    pour rêver
    pour aimer

    Deux yeux
    pour y voler
    tes instants
    partir
    puis revenir
    comme un aimant
    en amants
    pour longtemps
    en amis
    pour la vie

     Deux yeux
    pour m’y noyer
    l’espace d’un été
     ne jamais oublier
    l’espace d’une vie

    Tes yeux
    sont mes yeux

    En fermant les yeux
    je vois tes yeux
    encore et encore
    du crépuscule à l’aurore
    il fait  noir
    j’y viens pour voir
    j’y viens pour boire
    j’y viens pour croire
    croire en tes yeux
    je les veux
    encore et encore.
    qu’importe ce qu’ils disent
    qu’importe ce qu’ils chantent
    je ne vois bien qu’avec tes yeux
    tu ne vois bien qu’avec mes yeux

    Tes yeux sont mes yeux
    mes yeux sont tes yeux
    qu’espérer de mieux
    que le vert de tes yeux
    que le miel de mes yeux

    Petits lacs tranquilles
    au milieu d’une presqu’île
    au parfum des îles
    étoiles de nos nuits
    à la rosée qui luit
    à la rosée qui fuit
    étincelles  de nos jours
    en voyage pour toujours
    étincelles de nos nuits
    en voyage pour la vie.

  34. Ce matin, j’ ai craqué ! J’ ai ouvert l’ ordi ! Alors, pardon pour le copier-coller, mais je n’ ai pas pu résister . Un petit coucou rapide, très rapide, trop rapide ….. Je voulais te remercier de tes visites et de tes mots laissés ici et là. Un gros merci aussi pour ce petit coup de pub. Je passe vite sans avoir cliqué sur les liens … Je pense que tu vas me pardonner 🙂 Gros bisous ma sœurette

    • Bien sûr que je vais te pardonner ! Comment ferais-je pour t’en vouloir d’être là… mais tu n’aurais pas dû. C’est contraire aux avis médicaux ! Merci, d’être là pourtant, et merci pour ces bisous…

  35. Muad' Dib

    Coucou Quichottine, c’est une sacrée question que tu nous posais là. A brûle pourpoint, je te dirais que j’aurais « peur » de changer quoi que ce soit, un peu comme pour le paradoxe du voyageur dans le temps qui ne doit pas influencer le futur au risque de ne plus exister lui même …
    Ce n’est qu’une réaction à chaud bien entendu car le sujet mérite qu’on s’y attarde quand même.
    Bonne soirée et gros bisous,