Archives pour l'étiquette Souvenirs

Fulminer

Les allées de la Bibliothèque étaient désertées, ou presque. Les rares visiteurs qui s’y attardaient encore essayaient de ne pas se faire remarquer. Il faut dire que le Lutin bleu fulminait. (Si vous ne l’avez pas encore vu dans cet […]

Déranger pour mieux ranger…

Comme vous le savez, depuis un moment déjà, je range… enfin, j’essaie. Je range nos quarante-trois années de vie commune, j’essaie de ne conserver que l’essentiel. C’est loin d’être facile… enfin… ça pourrait l’être si je n’étais pas si attachée […]

Colère

Je m’étais approchée… je ne sais pas pourquoi. Son feuillage était sombre et, là, sa robe blanche avait de doux reflets. Je m’étais approchée, presque jusqu’au toucher, je restais immobile à lire son langage… Une fleur au cœur tendre, si […]

Fleurs de rocaille

Elles montent à l’assaut de la montagne, parfois… Je voudrais savoir ce qu’elles attendent, pour quoi ? Que veulent-elles gagner ? Quelle course bizarre, quel combat sans merci se livrent-elles ainsi ? Il y a dans leur quête l’absurdité du […]

Jumelles

Elles s’étaient données un rendez-vous sur l’herbe par un après-midi de la fin de l’été Et si nous profitions un peu de ce dernier soleil ? Toutes les deux de bleu avaient vêtu leur âme partageant quelques heures avant que […]

Vert et bleu

Vert et bleu sur ta palette enchantée cohabitent le temps d’y inscrire un bouquet. Fleurs d’un après-midi, au début de l’été, qui riaient dans l’azur, rêvaient de liberté ! (Il est plus facile de rêver quand ce rêve est fait […]

Il était une fois… Mémé

Je me suis toujours demandé pourquoi on l’appelait Mémé… Même s’il n’aurait pas aimé qu’on le poussât dans les orties, il ne ressemblait en rien à l’image que ce nom m’inspirait. Ce n’était pas une dame un peu âgée, toujours […]

Chanson pour une aube, suite

“On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans…” enfin, pas vraiment, près de dix-neuf en fait. Y avait-il des tilleuls verts sur la promenade ? Je ne sais plus, en fait, le temps passe trop vite et si quelques […]

Chanson pour une aube

Publié sous copyright des éditions Saint Germain des Prés, en 1973, ce recueil est, lorsque je le relis aujourd’hui avec le regard de la lectrice assidue que je suis devenue, tout à fait imparfait. Il comprend des poèmes écrits entre […]

Ce cahier-là…

Vous direz que je suis conservatrice… c’est vrai. J’ai gardé mes cahiers de comptes… depuis le tout premier. Ce cahier-là… Je l’avais acheté à Paris, lors de ma première sortie d’adulte “responsable”. Il m’avait semblé nécessaire de garder une trace […]

Cette robe-là

Ce n’était pas vraiment une robe… plutôt l’ensemble modifié pour l’occasion d’un tout petit chemisier dont le col était agrémenté d’un petit volant et d’une robe chasuble. Je n’ai plus le patron, je savais que je ne m’en servirais plus. […]

Le tablier

Ma première « Saint Valentin »… Certains diraient peut-être que c’était un cadeau très bizarre pour un tel moment… moi, pas. Je n’ai jamais pensé, en le  voyant, à tous les commentaires que pourraient faire des féministes convaincus… je ne l’étais pas. […]

Ma première robe de bal

– Encore ! – Ben quoi ? Tu ne veux plus que je raconte ? (Le Lutin bleu se gratta le sommet du crâne, ce qui, vous le savez tous, est un signe chez lui de grande perplexité.) – Ben… […]

Ma première robe longue

J’ai, tout en haut de mon placard, ma première robe longue. Sauvée de déménagements successifs, rapportée de la dernière maison de mes parents dans une ancienne cantine militaire où j’avais mis tout ce à quoi je tenais. “On” avait limité […]

Le morceau de pain

(En complément de mon récit précédent. Par Quichottine, le 21 juillet 2015) C’était un tout petit morceau de pain, je m’en souviens encore aujourd’hui, près de soixante années plus tard. Un morceau de pain oublié sous une assiette, un tout […]

Lydie Salvayre, Pas pleurer (2)

Je n’ai pas aimé Soumission, c’est vrai… et pourtant, je ne peux pas, aujourd’hui, séparer ces deux lectures, presque simultanées. Même si ça peut paraître paradoxal, c’est par une citation de la première que je vais revenir sur la seconde. […]