La rue du gai savoir

L’autre jour, je passais chez Chatou… vous me connaissez bien, je lui ai emprunté l’une de ses images de murs peints à Roquefort-des-Corbières.

180218_Chatou11

Un mur peint idéal pour la rue de l’école… et tant d’histoires à raconter !

J’y ai vécu plusieurs années… Non, pas là-bas, non… seulement dans un petit lotissement situé presque à la limite entre le Val d’Oise et les Yvelines.

La rue avait un autre nom… j’aimais beaucoup.

La Rue du Gai savoir longeait le parking de l’école, du groupe scolaire (maternelle et primaire) où iraient mes enfants.

Nous avions choisi l’emplacement pour sa proximité mais aussi pour le terrain de jeux qui devait être aménagé de l’autre côté de la rue.

(Il ne le fut jamais et l’on condamna cet espace engazonné par de gros blocs de pierre, afin que nulle caravane ne s’y installât.)

Je n’avais pas encore d’enfant, tous naquirent là-bas, tous vécurent leur petite enfance dans cette rue au si joli nom.

Mon fils aîné y attendit impatiemment son entrée à l’école.

Quatre fois par jour, il grimpait sur la canapé, sous la fenêtre qui donnait sur la rue, et il regardait les enfants, petits et grands, longer notre maison en chahutant bruyamment. L’école serait pour lui un plaisir, il avait tellement envie de savoir lire !

Le gai savoir, ce n’est pas seulement le titre d’un livre de Nietzsche. Je ne l’ai pas lu, mais j’ai lu Rabelais et m’en suis régalée.

Comment ne pas rire en découvrant, dans le chapitre XIII, que Gargantua pourrait être nommé “Docteur en gai savoir” parce qu’il a trouvé le meilleur “torche-cul” après de nombreux essais ?

Comment ne pas être surpris d’apprendre qu’il existait alors un titre de “docteur en gay saber”, attribué par l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse ?

Je ne peux m’empêcher, aujourd’hui encore, de joindre Rabelais et Gargantua à ce Gai savoir qui était la rue de notre petite école.

Je lirai sûrement un jour Nietzsche, lorsque j’aurai encore un peu grandi, que la philosophie n’aura plus pour moi ce vocabulaire obscur qui m’a éloignée des étagères où j’aurais pu le retrouver.

Mais ce Gai savoir qui permet à tous et à chacun d’apprécier ce que la vie nous offre de meilleur est l’un des apprentissages à ne pas négliger.

J’ignore si on peut l’apprendre à l’école, où s’il faut seulement ne pas y oublier tous ces petits riens qui nous entourent et qui font de la vie, seulement la vie, quelque chose de “merveilleux”, malgré et sans doute à cause des surprises, tant bonnes que mauvaises, qu’elle nous offre au fil des jours.

57 réponses à “La rue du gai savoir

  1. Coucou Quichottine,
    C’est vrai que cette fresque murale est superbe.
    Le « Gai savoir », tout un programme, et s’enrichir dans la gaieté, rien de mieux 😉
    Je crois avoir beaucoup appris à l’école, et surtout l’école m’a donné l’envie de continuer à apprendre, à découvrir…
    Encore bien joliment écris.µJe t’embrasse et te souhaite une bonne journée

  2. Ce n’est pas à l’école que j’ai acquis le gai savoir, tout au contraire et tout cela à cause d’une maîtresse d’école qui m’a prise en grippe alors après ce fut les montagnes russes plus de bas que de haut .

  3. Avoir vécu ses premières années, et même les autres, dans une rue avec un joli nom, est-ce que ça imprime quelque chose en vous ?
    Remarque, j’ai vécu mes premières années dans la résidence de la diamanterie…

  4. J’aime beaucoup cette fresque, elle me fait penser aux images éditées par Rossignol…
    qui décoraient les classes et servaient de base pour les leçons de vocabulaire, d’histoire ou de géographie…
    https://selency.imgix.net/2d4c2ca8-459d-4cba-b0d0-32c12bf4d65c/picture_original.png?bg=FFF&fit=clip&auto=format%2Ccompress&h=500&meta_format=h500_white&fm=jpg

    http://corinne.lecardiet1.free.fr/EBAY/afficherossignolpostedos.jpg
    Quant au gai savoir, je trouve le nom de la rue génial!

    «  »Lorsque je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être lorsque je serai grand. J’ai répondu  » heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie ». John Lennon

  5. Quel joli nom que celui de cette rue…et quel plaisir d’écrire une telle adresse sur une enveloppe. Tes enfants ont bien de la chance d’être nés là dans un rue paisible à côté d’un terrain vague qui aurait pu être un jour aménagé, certes mais où ils ont du faire de belles découvertes…
    Cette fresque murale est superbe et nous parle d’un temps où les enfants jouaient dans la rue et où l’école était détentrice d’un certain savoir et l’espoir d’un monde meilleur pour ceux qui la fréquentaient…Moi l’école m’a donné envie d’apprendre et d’aller encore plus loin que là où m’emmenait déjà ma curiosité naturelle. J’ai épuisé ma famille avec mes incessants « pourquoi », et « comment » mais bizarre…mes maîtresses avaient réponse à tout ! Le rêve pour une petite fille 🙂 voilà pourquoi j’ai toujours aimé y aller. Bises et merci de partager tes réflexions philosophiques (mais oui tu vois pour moi tu n’es pas du tout hermétique à la philo je trouve, c’est même tout le contraire !)

  6. Bonjour Quichottine. C’est une belle fresque qui rappelle des souvenirs. J’aime beaucoup le nom de ta rue : « Gai-savoir ». J’habitais u dessus de l’école, car mon père était instituteur, dans une école de campagne où il n’y avait que 2 classes : les petits et les grands… Bisous et bonne journée

  7. Superbe fresque ! Et quel joli nom pour une rue !
    Par contre, je n’ai jamais aimé Rabelais ! C’était un cauchemar pour moi de l’étudier à l’école ! Mais heureusement j’y ai aimé beaucoup d’autres choses et autres écrivains !
    bisous et bonne journée

  8. Un joli nom de rue. J’aime. Bisous

  9. J’ai toujours aimé que les noms de rues portent de jolis noms et là, tu as dû être comblée.
    Enfant à Gonesse, j’habitais rue du Soleil Levant. Je trouvais cela magique…
    Je suis convaincue que le nom de sa rue a un effet sur le fait de s’y sentir bien ou moins bien.
    Cela me fait penser à une chanson (oui, je suis incorrigible) où le chanteur évoque avec nostalgie et espièglerie, la rue Léon Cosnard aux Batignolles… Si tu veux l’écouter, je l’ai mise en lien sur mon nom.
    J’avais lu avec plaisir Le Gai Savoir de Nietzsche, mais je reconnaais ne pas m’en souvenir beaucoup. Juste que cela m’avait plu.
    Bisous,
    eMmA

  10. Une belle fresque !
    C’est toute notre vie que nous devrions marcher dans les rues du Gai Savoir!
    bonne journée Quichottine !

  11. Une très belle fresque murale ma Quichottine, et le nom de cette rue, « Gai Savoir », tout un programme. Merci pour cet excellent partage ma douce amie.
    Bises glaciales et enneigées. Bon jeudi

  12. Il y a des noms de rue qui marquent plus que d’autres et cette fresque est magnifique.
    Bonne journée

  13. cette fresque est magnifique – chez nous quartier qu’on appelle Zup afin de donner un autre aspect à cette cité, un ami artiste a fait également de jolies fresques sur les pignons – cela change complètement – ici de la neige, route glissante, devions aller chez la fille car en panne de voiture, afin de lui laisser la mienne, mais là je pense que cela sera pour demain, de toute façon pour aller à son travail elle a quoi 5 m/n de son domicile, comme elle est jeune elle peut encore le faire …mdr – bisous Mamy Annick

  14. Coucou Quichottine
    Tu sais que j’adore moi aussi les murs peints ♥ celui ci « parle » beaucoup j’adore et merci pour ton partage autour de cette belle fresque. Ton fils montant sur le canapé m’a fait sourire
    Gros bisous & douce journée

  15. Gai-savoir, Rabelais, fresque… tous ces mots me rappellent ma jeunesse. Il y a longtemps que je n’ai pas relu Rabelais. La dernière fois c’etait une version abrégée pour les très jeunes que je lisais à mon fils aîné. Ça date !

  16. Un mur peint comme il y en a partout aujourd’hui pour le bonheur des yeux.
    J’ai adoré Rabelais, son Pantagruel, son Gargantua, un langage parfois très cru mais truculent et toi qui craint les philosophes, Rabelais n’en est pas si éloigné, avec l’humour en plus et le social de l’époque en plus, etc.

    Bisous tout plein

  17. Oui la fresque est belle…
    Si ce n’est pas appris a l’école les parents peuvent le faire en montrant ne serait-ce que l’exemple d’apprécier les petites chose de la vie et en leur faisant savoir….Bisoussss

  18. J’aime beaucoup la peintures murale , elle est  » vraie » !
    Un joli nom de rue , mais ce gai savoir peut s’apprendre partout même à l’école si les maitres ou maitresses savent mettre de la magie dans l’apprentissage du savoir.
    Douce journée, bises Quichottine

  19. Durgalola

    Amusant, hier j’écoutais des vidéos d’Alexandre jollien se référant au gai savoir de Nietzsche. Là c’est sur je vais le réserver à la médiathèque. Je te dirai si la lecture est nourrissante de bonne façon.
    Bises et c’était un joli nom ta rue.

  20. Un nom magnifique pour une rue d’école !!!

  21. Balaline

    Je ne sais plus si le savoir était gai mais je crois que l’envie y était, le plaisir d’apprendre et de se dépasser, le tout dans des échanges amicaux avec les camarades dans ce petit village de campagne.
    D’ailleurs nous fêtons chaque fois nos « grandes  » retrouvailles avec beaucoup de joie.
    Merci Quichottine pour ce beau moment partagé; belle journée.

  22. La fresque raconte l’école d’autrefois qui nous semble idyllique aujourd’hui. Elle illustre parfaitement le gai savoir des gens de la rue quand tout le monde se connaissait et se parlait, les enfants y apprenaient la vie en complément des leçons apprises à l’école…

  23. Salut,
    Un peu normal qu’un enfant veut aller à l’école en habitant dans la rue du gai savoir.
    Le temps est gris et froid.
    On reste au chaud.
    Bonne journée

  24. Un joli nom de rue … Très évocateur !

  25. Une tres belle fresque que tu nous présentes sur ce billet, j’aime beaucoup quand les murs reflètent ainsi des scènes de vie . Quel joli nom de rue , il incite vraiment à aimer tout ce qui le nourrit ce savoir , tant l’école que celle de la vie . Quant au gai savoir de Nietzsche j’avoue n’avoir pas été plus loin que le livre d’Alexandre Jollien dans lequel il nous livre toutes ses approches de la philosophie .
    Bonne soirée
    Bisous

  26. J’avais vu cette fresque chez Chatou et j’ai été favorablement surprise.
    Elle est superbe.
    La rue du Gai savoir, un nom de rue qui sonne bien avec son environnement, proche d’une école, elle porte bien son nom.
    Je me demande ce que les enfants apprennent désormais dans les écoles avec toutes les tentations technologiques.
    Bonne soirée
    Bises

  27. Le savoir c’est bien, la gai savoir çà devient drôle si j’ose dire

  28. Cette fresque est superbe! La rue du Gai Savoir , quel joli nom ! celle qui me conduisait à mon école aurait dû s’appeler comme ça aussi tant j’aimais aller apprendre ! Je fus une petite fille puis une ado et une jeune fille très heureuse grâce à l’Ecole . Et venant d’un milieu très modeste , je lui dois tout ce que je suis devenue et ce goût de découvrir et de comprendre.
    Rabelais m’a bien plu aussi, mais plus tard …
    Bises Quichottine

  29. Voila une bien vaste question que le Le gai savoir. L’éducation nationale est souvent dépassée et je pense qu’il serait bon que les élèves apprennent avant tout les choses élémentaires de la vie qui prime , il me semble sur le théorème de Pythagore . Pour ce qui est de Nietzsche , c’est assez complexe et je n’ai lu que « Ainsi parlait Zarathoustra » Bonne soirée Quichottine !

  30. https://www.babelio.com/livres/Nietzsche-Le-gai-savoir/1701/citations
    pour se familiariser avec Nietzsche et retrouver un peu de la rue de ton enfance. VITA

  31. C’est très heureux, la fresque, le nom de la rue, le gai savoir, apprendre dans la joie, bonheur de savoir, ou simplement d’avancer, d’avoir franchi un obstacle … être et rester curieux …
    Dans les villages d’antan, les voies ne portaient pas souvent de nom particulier, on les nommait surtout par la direction où elles menaient, ou bien par celui d’un édifice (comme la mairie, la poste, l’école, la petite ou la grande, …).
    Bises et bonne soirée, Quichottine.

  32. Superbe fresque ! Et un nom fantastique pour cette rue…
    A la campagne où mon fils habitait autrefois, passait au fond de « l’Impasse fleurie » un chemin pour raccourcir la la route qui menait à l’école le « Chemin des écoliers » ! Je trouve ceci très poétique, au travers des prairies et de haies touffues.
    Merci ma Quichottine. Bonne fin de soirée. Gros bisous.

  33. Quel merveilleux articles qui nous ramène à nos propres souvenirs et à ce que nous avons aussi vécu avec nos enfants quand ils étaient petits; la fresque est magnifique, j’ai une école non loin de mon lieu de travail du même style les couleurs aussi sont très belles passe une excellente journée et merci pour ce petit moment rafraichissant bisous

  34. Coucou ma douce Quichottine, cela me fait tout drôle de retrouver cette fresque qui m’avait faite craquer dans la cour de l’école. Mais le nom de la rue était beaucoup plus banal que celui du Gai Savoir. Voilà un nom qui sonne bien à mes oreilles et cela me ramène aussi aux jours heureux de mon enfance. Je comprends le plaisir de tes enfants à vivre dans une rue avec un aussi joli nom.
    Merci pour ce beau retour en arrière.
    Amusant un rappel de Rabelais ayant trouvé le meilleur « torche-cul »…
    Bonne fin de semaine et je t’envoie plein de bisous
    chatou

  35. Salut,

    La neige commence à tomber mais ca ne tiendra pas comme d’habitude.

    Par contre le froid se maintient alors on reste au chaud.

    Bon week-end

  36. Ah, quelle belle histoire, c’est comme si tu venais de me donner une belle image à garder dans une boîte qui sentirait toujours, mille années plus tard, le réglisse et les rêves d’antan !

    Toute une vie, oh non, tout un …art de vivre !
    Le « gai savoir » , sur les bancs mais aussi autour des grandes tables les dimanches, où la voix de l’ancêtre se faisait écouter autant que celle du maître ou de la maîtresse, et l’enfant ainsi apprenait en association d’idées, en gravant à la plume ses découvertes sur la poussière des chemins ….

    Cette fresque est superbe, pleine d’humanité …………Et son teint me rappelle celui des vieilles boîtes à biscuits !

    J’aurais encore et encre-or des choses à dire, tant ta page me rappelle des souvenirs heureux …Merci pour ce splendide partage. Je t’embrasse tout fort : sabine
    Ah Rabelais, ma bête noire en Première (avec une prof des plus orthodoxes !)

  37. Quel nom merveilleux pour une rue qui comptait une école !!! De quoi donner vraiment envie de la fréquenter 🙂 Et tu as raison, il faut profiter de ces petites choses qui meublent notre vie sans chercher l’inaccessible !
    Douce fin de journée et GROS BISOUS ma Quichottine.

  38. Tous les jours, on apprend quelque chose et je ne me lasse pas de ces petits « plus ». Même ma petite fille Océane qui va avoir 11 ans ce mercredi 7 mars, me sidère parfois par son ouverture à la nouvelle technologie. Elle vient de m’apprendre que le « snapchat » à télécharger permet de dialoguer avec des amis (en les voyant ou pa) sur le smartphone et tout cela gratuitement.
    Douce soirée Quichottine ! Bises

  39. Une telle rue menant à une école ! Comment résister à l’appel de la découverte du monde ? Peut-être les institutrices se prénommaient-elles Rose, ou Marguerite, ou… Déjà cette rue faisait partie de ce qui allait devenir la Quichottinie !

  40. J’aime beaucoup ce nom de rue et c’est vrai que, pour moi aussi, ce fut un vrai plaisir d’aller à l’école et y apprendre plein de choses.
    Une école dans une rue qui porte ce nom, ne peut être qu’un plaisir d’y aller …
    Bon week end venteux mais ensoleillé, … hier.
    Aujourd’hui, c’est pluie !
    Bisoux doux, ma quichottine.

  41. Jolie cette fresque au si joli nom et cette page partagée tout autant!
    Bises et belle journée
    Dany

  42. Oui, je pense que l’on apprends beaucoup à l’école et surtout pour certains c’est une magnifique évasion et quand les noms sont aussi évocateurs que du bonheur.
    je garde un très bon souvenir de notre passage chez Chatou.
    bisou et bon weekend

  43. Salut,

    Le ciel est gris mais le temps est doux avec 7°.

    La neige est passée très vite.

    Bon dimanche

  44. bonjour,
    j’aime beaucoup le nom de la rue et la fresque ;
    j’ai adoré l »école et je pense avoir transmis cet amour à mes fils puisque deux d’entre eux sont dans l’enseignement ;
    j’avais soif d’apprendre et le système école, collège, lycée et autre m’a beaucoup apporté 🙂
    merci pour ce beau texte
    bisous

  45. Une très belle fresque et un très joli récit…
    Très bon WE Quichottine

  46. Une jolie fresque qui a un petit air suranné , délicieux. Quel beau nom , pour une rue où se trouve une école . Un clin d’oeil a Rabelais sûrement . Voir les enfants jouer dans la cour est une bonne motivation pour un enfant.Cela lui évite l’angoisse de l’inconnu ,pour la première rentrée scolaire.
    L’école devrait toujours être un plaisir pour les enfants. Bisous

  47. Bonjour Quichottine,
    Quel joli nom pour une rue menant à l’école. Quelle poésie!
    La fresque est merveilleuse . Souvenirs d’enfance…
    Bisous

  48. L’école nous apprend, sans nul doute … mais elle doit être complétée par l’environnement (famille, nature, découverte par les livres, les images, la musique, etc …)
    J’aime quand la vie se lit sur les murs de nos rues … cela rend le savoir à la portée de tous, sans distinction aucune.
    Ton récit est touchant, ce petit bout de vie qui fera toujours partie des beaux souvenirs de chacun.
    Bisous Quichottine … bon après-midi

  49. Re Quichottine
    « La rue du Gai Savoir » me fait penser à « La rue du Bel Air » de chez mes grands parents… j’aimais ce nom mystérieux car 4 maisons perdues en plein champs… Mais « l’air » de ce trou perdu était paraît il souverain d’après mes parents ! Je me souviens le respirer à plein poumons, espérant qu’il me guérirait de mes éternelles sinusites… 🙂

    J’aimerais bien retourner à « l’école » que je détestais pourtant, surtout avec un surnom pareil ! C’est engageant !

    Je me suis essayée à Nietzsche, mais là, il faut un temps infini pour le comprendre et l’apprécier : je n’ai pas eu ce courage ! La deuxième moitié du livre m’attend toujours depuis longtemps ! A vrai dire, je l’ai complètement oublié.

    Merci Quichottine de nous faire rêver ainsi
    Bisous

  50. Très jolie fresque et l’école a un nom de rue bien approprié.

  51. Oh merci à toutes deux, ravie de découvrir ce mur peint chère Quichottine, il est très réussi j’aime beaucoup, t’embrasse

  52. Salut

    Le temps est pluvieux avec 8°.

    On sent un redoux qui annonce le printemps.

    Bonne journée

  53. Un nom de rue peu commun pour une école mais je ne suis pas sûre que le savoir soit si gai que ça… Il faudrait aussi que celui qui diffuse le savoir le fasse aussi dans cet état de gaieté… chose pas toujours aisée hélas ! (parfois oui et parfois non… )
    Bonne journée et belle fresque.

  54. J’aime ces fresques qui animent les rues. Souvent un peu naïves dans la forme, elles transmettent dans le fond des messages de joie de vivre qui semblent hérités d’un temps où l’on savait prendre le temps de le savourer. Apprendre dans la joie, à l’école ou à l’école de la vie, est-ce devenu une utopie dans notre époque de vitesse, de concurrence, de mondialisation ? On aimerait pourtant tellement y croire !

  55. Salut
    Le temps est pluvieux mais il fait doux.
    Le printemps arrive.
    Bon week-end

  56. Elle évoque un temps passé cette fresque. Passé et portant pas si vieux !
    La rue du Gai Savoir … Qui donc a eu cette bonne idée ? Je crois que je vais en parler mardi prochain à mes sixième. Il faut que je le note, sinon, gare l’oubli.
    Rabelais … un bonheur de lecture. Et oui, je le crois, moi aussi, philosophe.
    Bisous doux Quichottine

  57. Joli trompe l’oeil, chargé en souvenirs touchants et attachants
    Ah ! nos souvenirs d’enfance, des petites bribes qui nous reviennent, comme ça, avec quelque chose qui soudain fait « tilt »
    Merci pour ce partage d’une tranche de ta vie
    Je t’embrasse