Clopin-clopant

Tandis que je rentrais ce matin d’un de ces rendez-vous urgents qui m’ont été imposés récemment, une chanson me trottait dans la tête.

J’aurais pu vous la montrer chantée par Henri Salvador, Yves Montand ou Jean Sablon… les trois me plaisent autant.

Mais… je suis tombée sur une autre, chantée par le parolier, qui m’a donné à la fois le nom de l’auteur et celui du compositeur…

Pierre Dudan a écrit les paroles, Bruno Coquatrix l’a composée… il y a bien longtemps. Ce sont des noms qui renvoient à un passé pas si lointain mais déjà presque oublié.

C’est une chanson… qui me ressemble un peu, je crois.

Sourire en écrivant… Décidément, il y a des chansons qui me hantent. Y en a-t-il ainsi pour tous ?

Yves Montand chantait, Juliette Gréco aussi :

“C’est une chanson, qui nous ressemble…”

“Les feuilles mortes” de Jacques Prévert.

La poésie, les chansons, la musique que l’on disait autrefois “populaire” par opposition à l’Opéra, musique plus “noble”.

Même quand on n’aime pas la musique, quand on n’irait pour rien au monde à l’Opéra, nul ne peut échapper aux chansons : celles qui surgissent à l’improviste au cours d’une promenade, qui s’échappent d’une voiture qui passe, bruyante, comme si la rue lui appartenait, celles que l’on apprend à l’école, parce que c’est toujours un moment de partage et d’écoute, même sans chorale, et davantage encore quand toute l’école est concernée… Celles que l’on vous chante pour vous bercer, aussi.

Avez-vous eu, petits, la chance d’avoir une mère, une aïeule, quelqu’un de doux et tendre qui se penchait sur vous pour murmurer doucement des mots que vous ne compreniez pas toujours mais qui calmaient les angoisses de la nuit qui tombe un peu trop vite ?

Une chanson-murmure, pour ne pas troubler le silence qui s’installerait bientôt, dès que vous fermeriez les yeux ?

Ce sont des mots que l’on répète inlassablement, de plus en plus doucement, qui se terminent invariablement par “la la la…” avant que la mélodie s’installe, bouche fermée.

Jusqu’à ce qu’elle s’éteigne.

Clopin-clopant… je n’avais pas la frimousse d’un ange, mais j’ai chanté longtemps la chanson que m’avait fait découvrir ma maman. J’ai peu à peu oublié les mots des couplets, mais je garde au cœur la mélodie et le refrain.

Elle est née juste après la guerre, 1946, c’est loin.

Je crois que je n’appartenais même pas aux rêves que faisaient mes parents. Je ne sais même pas s’ils s’étaient déjà rencontrés, je ne crois pas.

Une chanson qui a aujourd’hui toutes les voix qui l’ont interprétée depuis, que j’écoute toujours avec la même émotion. Le Web est une source incroyable de rappels lorsqu’on cherche ses propres souvenirs.

Dany a été déçue de ne pas voir la photo dont je vous parlais dans mon dernier billet. J’ignore si cette photo existe encore quelque part.

Vous ne savez pas, sauf certains d’entre vous, mais lorsqu’on perd ses parents avant l’âge adulte, il y a des tas de souvenirs qui ne peuvent se réactualiser, et le plus souvent plus d’images, plus de personnes pour vous les raconter.

Mes parents avaient de nombreux albums car mon père adorait la photo, c’était son plus grand poste de dépense. Il voulait posséder l’appareil le plus performant, celui qui donnerait le meilleur résultat. Sa famille était son sujet de prédilection, et, dès que le film a été mis à la portée du plus grand nombre, au moins du grand public, il nous a filmés, le plus souvent possible.

Les films n’existent plus. Je me souviens seulement des moments où nous nous installions devant un écran – peut-être n’était-ce qu’un grand drap blanc – pour regarder sagement des enfants pas si sages. Je me suis longtemps demandée s’il s’agissait bien de nous, de ces périodes où, loin de notre appartement parisien, nous avions enfin le loisir de nous ébattre, de nous chamailler aussi.

L’Afrique… du Nord puis subsaharienne, ces lieux un peu magiques qui fleuraient un ailleurs épicé.

Loin, très loin, où notre père était encore plus occupé, où nous pouvions rire et chanter.

La TSF, sans doute, quelques disques 78 tours, tellement fragiles qu’il fallait surtout éviter de les faire tomber.

Des chansons, encore et toujours… qui se mêlaient aux chants de là-bas, ceux qui accompagnaient chaque tâche.

Les comptines que scandaient nos camarades de classes à la peau brune ou noire.

D’autres rythmes de l’époque où je pouvais encore faire semblant de danser sans me sentir profondément ridicule.

Il y a des passés que l’on oublie, d’autres dont on a si peu de souvenirs qu’il est important de les retrouver, dans un simple tableau, dans un morceau de musique, dans une photo que d’autres partagent sur leur espace personnel ouvert à tous.

Je vieillis peut-être, ou peut-être est-ce plutôt que je me trouve à un tournant de ma propre vie, où je dois faire des choix qui seraient sûrement à la fois semblables et différents si j’avais vingt ans.

Le ciel est encore bleu devant ma fenêtre, serein. Il pleuvait tout à l’heure.

180216_Cergy

Un temps qui me ressemble aussi. Entre rires et angoisses irrépressibles, je vis cette pause forcée comme une page blanche où tout reste à écrire.

59 réponses à “Clopin-clopant

  1. Des artistes de ma jeunesse…

  2. Salut,
    J’aime bien cette chanson clopin clopant.
    Hello le soleil brille, brille , brille.
    Et en plus il fait 10°.
    Je me demande si l’hiver n’est pas terminé.
    Bon week-end

  3. Mon père était aussi passionné de photos et il était doué. Il aimait beaucoup la chanson comme ma mère aussi. Ils chantaient bien tous les deux et papa jouait de l’harmonica. Je chante faux, déteste la musique mais aime bien certaines chansons principalement pour le texte et la voix du chanteur. Bisous

  4. Coucou ma Quichottine,
    Une superbe chanson qui était aussi interprété par Jean Sablon. Un texte de chanson qui ramène des souvenirs d’enfance, évidemment.
    Ma maman de chantait pas. Par contre mon père avait une belle voix et fredonnait souvent des chansons entendues chez ses parents comme « Paddy lamélou, concodou la Baya ! Timélou, lamélou, pan pan timéla « ou « les Montagnards sont là ».
    La lecture de ton billet, prend la suite de la composition de mon défi des croqueurs de mots de lundi qui m’a malgré moi replongée dans des souvenirs d’enfance.
    J’espère que ton orteil se porte mieux et que tu arrive à te déplacer sans trop de douleurs.
    Bises et bonne fin d’après midi

  5. La vie s’enfuit à tire d’aile , les souvenirs s’estompent doucement et ça fait mal au coeur de tous les clopin-clopant…
    mais le printemps pointe son nez et sur la page blanche de nouvelles vives couleurs seront déposées avant , à leur tour, un jour, de s’estomper.

  6. Pas de chanson dans mon enfance : seulement celles de l’école et de l’église et quelquefois à la radio….
    Quand je chantais , maman me disait que je dérangeais les voisins;
    Et moi je m’étais créée dans ma tête une sympathique famille nombreuse où tout le monde chantait, s’exprimait en chantant

  7. Il y a des chansons qui de cette manière, nous accompagnent tout au long de notre vie, elles nous marquent, nous nous en imprégnions, certainement parce que nous nous y retrouvons un beau, beaucoup parfois.
    J’ai aimé ta manière de nous raconter ta relation si je suis parler ainsi, avec cette chanson.
    Bisous et bonne soirée Quichottine

  8. Ma mère chantait tout le temps et elle qui oublie tout a une mémoire phénoménale des airs et des paroles, c’est un des rares moyens que nous avons pour communiquer encore. J’aimerais emmener mon ordi pour lui faire écouter tous les airs qu’elle chantait, chansons d’église, chansons profane, beaucoup d’opérettes mais il n’y a pas la wifi dans sa chambre et je ne peux pas me permettre d’acheter tous les CD anciens. J’ai trouvé un CD d’André Claveau avec les airs les plus connu à 36 euros!! Comment faire???
    bises

  9. C’est incroyable ce qui peut remonter à la vue d’une photo ou en entendant une ritournelle… Maman « chantait » à longueur de journée, une sorte de bourdonnement bouche fermée, que j’ai toujours dans l’oreille… Je m’imaginais qu’elle n’entrouvrait pas les lèvres pour empêcher une abeille de s’échapper ! Moi, j’ai usé et abusé de « L’eau vive » pour endormir ma fille, qui me dit en rigolant, quarante ans après, qu’elle faisait mine de dormir pour ne plus m’entendre ! C’est vrai que je chante faux… Merci encore pour cette tranche d’enfance que tu nous confies. Je t’embrasse.

  10. Clopin clopant … Ramona… Sablon, Claveau et autre Dassary
    une époque où les paroles et romances nous entraient pour longtemps dans la tête
    Gréco, Mouloudji, Montand…
    les opérettes du Châtelet …des souvenirs des beaux moments !
    bonne soirée Quichottine

  11. coucou ; ma mère chantait une berceuse que chantait mon grand père ; je l’ai chantée à mes fils; je crois que personne d’autre ne la connaît ;
    quand on perd un peu de son autonomie ,on se remet obligatoirement en question; la vie devient différente ; et l’âge…..
    depuis quelque temps j’ai aussi un autre regard, un nostalgie teintée d’un je ne sais quoi
    bisous

  12. ah comme tu évoques bien la puissance de ces petits airs dans le souvenirs, il y a une autre chanson de Montand qui dit aussi cela https://www.youtube.com/watch?v=UvmfyXmG-_I

  13. Joli billet nostalgique et doux, petite pause bienfaisante avant de retrouver la réalité anguleuse du présent.
    Je ne connaissais pas la version de Pierre Dudan, j’aime bien aussi celle de Montand 🙂

  14. nous on faisait très peu de photos !
    ensuite quand on retirait les floues ou loupées —
    non maman ne me chantait rien !
    perdre ses parents encore jeune est très marquant— pas comme quand on est retraités-
    ha oui je me rappelle de la musique de cette chanson — sinon ça ne me rappelle aucun souvenir-
    bonne soirée- gros bisous-
    veinarde du ciel bleu !!
    ici gris de gris !!-

  15. bizarre mon com s’est envolé, que se passe-t-il ? j’y disais que Montand résumait ta douce évocation nostalgique dans https://www.youtube.com/watch?v=UvmfyXmG-_I

  16. Là c’est malin ! cet air me trotte dans la tête maitenant ! Mon souvenir de toute petite c’est la « chanson douce » d’H Salvador. Maman sinon chantait beaucoup d’air d’opérettes !!!
    Bonne fin de semaine.

  17. Bien venue au club. !
    Amitiés

  18. Un beau billet, plein de souvenirs un peu fanés mais toujours présents.
    Nous avions le disque 78 tours et un truc à manivelle, qui parfois perdait de la vitesse il fallait vite courir lui redonner quelques tours et hop la chanson repartait.
    Ma maman nous chantait quand nous étions petits pour nous endormir « Sous les caresses maternelles de Théodore Botrel, ma grand mère était de Fay de Bretagne pas très loin de Nantes, j’adore toujours cette chanson elle est magnifique et souvent me fait pleurer en pensant à maman…
    Belle soirée Quichottine

  19. Bonsoir Quichottine,
    maman chantait beaucoup et je me rappelle surtout de celle qu’elle me murmurait à l’oreille le soir. C’était une chanson que chantait un comique d’alors, Henri Salvador. « Une chanson douce que me chantait ma maman, en suçant mon pouce j’écoutais en m’endormant…. » Les chansons sont comme une mémoire, car elles ont le pouvoir de nous ramener à une époque de notre vie. Je t’embrasse et te remercie de ton passage. A bientôt

  20. Nous chantions beaucoup à la maison et dans celle de mes grands-parents dans mon enfance. Et j’ai gardé cette habitude, avec mes enfants dans la maison comme dans la voiture et maintenant cela se poursuit avec les petits enfants. Ils m’apprennent leurs chansons, je leur apprend les miennes, un partage ancré dans notre histoire familiale.
    Quant aux photos pour moi, rien de plus important.les albums se sont remplis avec constance et régularité, et j’ai toujours dit à mes enfants, si jamais il y avait le feu, il faut sauver les albums photos, tous les bons moments de la vie y sont répertoriés…
    Bon week-end et merci pour ta fidélité.

  21. C’est juste ce que tu écris
    Jegarde le souvenir de ma grand-mère qui me chantait des chansons pour m’apaiser

    Prends bien soin de toi
    Je te souhaite une bonne fin de semaine
    Bisous créoles

  22. Comme j’aime te lire et même si la photo n’est plus je t’ai vue… imaginée bercée par ce clopin clopant! J’aime bien cette voix grave de Pierre Dudan… et puis cela m’a donné une idée pour demain!
    Je pensais rien écrire mais ton billet a fait remonter des souvenirs d’enfance! A la maison tout le monde chantait! Je me souviens sur les marches d’escalier de la maison à côté de chez moi avoir chanté ‘Ma p’tite folie’ à des Parisiens en vacances….je devais avoir 7 ou 8 ans et j’ai été applaudie!
    Je t’embrasse fort et te dis merci!
    Dany

  23. Une superbe photo avec un magnifique ciel bleu et une belle chanson dont je me souviens très bien, moi aussi …
    Mon grand père maternel adorait tino rossi et le chantait à tue-tête à longueur de journée …
    J’adorais l’écouter, mais avec le recul, je me dis qu’il aurait mieux fait de travailler un peu plus car ma mamie chérie, pendant ce temps, s’escrimait aux durs travaux de la ferme …
    Je suis peut-être méchante de dire ça, mais, à l’époque je ne comprenais pas tout !
    Ca y est ! Ma sonde va être retirée en fin de matinée !
    Bon week end, pluvieux, ce matin, alors, repos.
    Bisoux doux « soulagés », ma quichottine

  24. Bonjour que de souvenirs cette chanson, la dame qui m’a élevée et que j’appelais maman, fredonnais souvent elle avait des 33 tours, 45 et 78 tours j’ai connus ceux qui cassaient et ensuite les plus légers on les écoutais sur un phonographe valise  » la voix de son maître  » il fallait tourner la manivelle chose que j’adorais faire, j’étais émerveillée par ses chansons qui avaient l’air de sortir de l’intérieur de la boite! bon WE bisous

  25. Bonjour Quichottine !

    Je ne connais pas la chanson  » Clopin Clopant  » mais je suis toujours ravie des découvertes. Je suis à fond Julien Doré, ce n’est pas tellement de la même veine, hein !

    Sinon, pour m’accompagner dans le sommeil, le soir, au coucher, ma mère me chantonnait :

    Avant d’aller dormir, sous les étoiles,
    Doux Maîtres humblement à genoux,
    Tes fils t’ouvrent leur coeur sans voile,
    Si nous avons pêché pardonne nous.

    Eloigne de ce camp le mal qui passe,
    Cherchant dans la nuit son butin.
    Sans toi, de toutes ses menaces,
    Qui nous protègera, berger divin ?

    Protège aussi Seigneur, ceux qui nous aiment,
    Partout garde-les du péril.
    Pitié pour les méchants eux-mêmes,
    Et paix à tous nos morts ! Ainsi soit-il.

    Et voilà Quichottine ! Bonne journée à toi et grandes bises !

  26. Que de souvenirs avec cette chanson , ma mère chantait tout le temps , ces frères aussi
    Mon pere lui aussi chantait ,
    Moi je chante aussi beaucoup et toute ma petite famille a le virus..sourires
    Bonne journée Quichottine
    Gros bisous

  27. Ma mère chantait beaucoup – des chansons et aussi de l’opéra. Mon père aussi chantait. Des chansons de variétés dont les feuilles mortes, chansons que j’ai reprise aussi pour un spectacle de théàtre. Ce sont des souvenirs épars. Mais comme je te l’écrivais il y a peu, je n’aime pas trop me retourner sur le passé. Sauf en chanson, peut-être.

  28. Petit moment de nostalgie…et une belle interprétation de cette chanson qui parle à beaucoup…
    Belle journée Quichottine… prends soin de toi

  29. C’est fou oui ce qu’une chanson peut faire remonter les souvenirs , celle – ci aussi fait partie des mélodies que j’entendais souvent chez moi. Maman professeur de musique aimait beaucoup chanter , je ne me suis jamais endormie sans une berceuse ou une chanson douce, c’est d’ailleurs celle – ci d’Henri Salvador que j’entendais le plus souvent . Mais ce n’était pas le seul moment dans la journée où la chanson était à l’honneur , souvent nous nous retrouvions maman au piano à entonner des chants pour la chorale qu’elle dirigeait . Les dimanches il arrivait aussi que mes oncles soient présents et là c’était un vrai ensemble vocal interprétant les chansons d’Yves Montand, Edith Piaf et autres , sans parler de tous les airs de musique classique . Dans la voiture aussi quand nous partions en vacances le trajet était toujours accompagné par des chants , pas d’autoradio à l’époque , et le plus souvent c’était des canons que nous entonnions ensemble avec papa , maman en connaissait beaucoup et le chemin paraissait moins long .
    Merci pour ce billet Quichottine qui me replonge dans mon enfance
    Bon week – end
    Bisous

  30. Il suffit parfois d’une chanson et des pans entiers de notre vie que l’on croyait avoir oublié resurgissent…c’est bien vrai ! Les chansons nous accompagnent toute notre vie…Ma mère ne chantait pas pour nous mais chantait pour elle en faisant la cuisine ou le ménage ! J’aimais ça car je sentais que lorsqu’elle le faisait, c’était parce qu’elle était heureuse. C’est ma grand-mère maternelle qui me chantait surtout des chansons que toute petite je chantais avec elle, elle était très poète et je pense que tout mon amour de la littérature c’est à elle que je le dois avant tout, avec les contes qu’elle me lisait, « les lettres de mon moulin » qui était notre livre de chevet, les goûters au pied du Moulin de Daudet à Fontvieille où bien sûr je ne manquais pas de laisser tous les jours des miettes pour les petits lapins…
    J’espère que même si tu marches « clopin-clopant » tu souffres moins et que peu à peu avec le printemps qui revient tu vas pouvoir recommencer à sortir.
    Bisous et une douce journée

  31. Pas de chansons dans mon enfance, à tel point que je ne peux chanter encore aujourd’hui ! Néanmoins, te lire, te suivre m’enchante… justement !

  32. Clopin-clopant c’est un peu notre vie, on va souvent sans trop savoir ce qui nous attend, un orteil cassé par exemple, ou une rencontre qu’on aurait pu éviter…
    Mon père a fait numériser les films de notre enfance, mais je ne sais pas où ils se cachent et sans doute je n’ai guère envie de les retrouver. Ce temps là est révolu mais tu as raison, les chansons restent en mémoire, même si on ne les chante sans savoir qu’elles viennent de loin, parfois je me demande quel est ce refrain qui tourne dans la tête… maman chantait si bien.

    Prends soin de toi.
    Tendresse.

  33. La seule chanson dont je me souviens que ma mère écoutait tout en pleurant c’était  » les roses blanches » de Berthe Sylva car elle avait perdue sa maman toute petite, Pour le reste, j’allais chez mes grands parents le jeudi et l’on écoutait à la radio, c’est là que j’ai « connu » Brassens car chez moi, il était interdit de séjour ( rires) . Mes parents ne me lisaient pas de contes non plus à mon coucher mais ma mère se faisait ( malgré le peu d’argent ) à nous offrir de bons livres pour nos Noël ou anniversaires. C’est fou que ton article me replonge aussi à mon enfance . J’espère que ton pied se porte mieux et que tu peux de nouveau , presque gambader. Bises

  34. Beaucoup de souvenirs et de nostalgie dans ton billet .. Quel dommage de ne plu avoir les films et les photos . Je me dis toujours, que si un jour, je dois partir en catastrophe de chez moi, je prends d’abord,les photos et les films !
    Je connais cette chanson; mais ma mère chantait plutôt des opérettes (elle avait la voix pour cela )Alors, j’en connais plusieurs …
    Mais elle nous chantait aussi des chansons plus adaptées à notre âge . J’ai le souvenir d’une berceuse qui me faisait pleurer, je ne sais trop pourquoi ….Et j’ai réussi à la retrouver sur youtube !
    J’espère que ton doigt de pied va mieux ? Je t’embrasse et te souhaite un bon week end

  35. Pas toujours simple quand on est en pause forcée, on réfléchit beaucoup,on cogite, des souvenirs remontent… prends bien soin de toi et courage les beaux jours arrivent
    Gros bisous de nous deux & doux week end

  36. On adorait toutes ces chansons quand on était enfant, « clopin clopant » faisait partie de nos préférés!
    Merci pour ces doux souvenir. Prends soin de toi et bon courage.
    bonne journée, bises

  37. Bonjour Quichottine. Merci pour ces nouvelles et ces souvenirs. Ma maman chantait beaucoup et celle-ci faisait aussi partie de son répertoire. J’ai des photos et des films retranscrits sur DVD, presqu’effacés, de vacances en famille il y a 50 ans… Bisous

  38. Coucou ma douce Quichottine, je réalise que ce temps là est loin et en même temps si près. Je me souviens de cette chanson comme si c’était hier…et je sens que je vais garder son air en tête toute la journée. Merci pour ce beau billet plein de nostalgie. En vieillissant nous avons besoin de nos souvenirs lointains et ceux que nous n’avons pas nous manquent. Jolie photo..
    Prends bien soin de toi mon amie.. hi hi j’ai chuté samedi dernier poussée par le vent et ma tête a rencontré le goudron de la route… minerve et beaucoup allongée toute la semaine mais je n’ai rien de cassé… et ce soir je vais faire ma première sortie pour le Nouvel an chinois au village.
    Plein de bisous et bon rétablissement.
    chatou

  39. Dans notre famille la chanson était sur les lèvres, maman tantes toutes ont poussé la chansonnette, la pousse encore lors de rare assemblée. Un pur bonheur de les entendre…..Bisoussss Quichottine soigne toi bien

  40. Bonjour
    merci pour cette chanson que je découvre avec plaisir
    j’ai aussi des souvenirs dans la tête e chanson entendues dans mon enfance à la TSF et quand j’entends des anciens airs aujourd’hui,je repense beaucoup à maman qui aimait écouté ces musiques
    Bon wekend

  41. Mes parents chantaient très bien tous les deux et mon père en particulier avait l’habitude de chanter le minuit chrétien à chaque Noël. On me l’a raconté car j’étais trop jeune pour m’ en souvenir . Et il aimait aussi la photo. Je tiens d’eux sans doute mon goût pour le chant, la musique et la photo… Tu as ce don de faire remonter chez tes lecteurs leurs propres souvenirs… Merci pour ce partage d’une page de ta vie.

  42. Salut,

    Le temps est superbe avec 8°.

    Au moins la clarté est bien là.

    Bonne journée

  43. On sort encore des vinyles et on remet ça !!! 😉
    Bonne journée Quichottine ! Bises

  44. Tu exagères … et je ris ! J’ai connu cette chanson dès sa sortie et le rire c’est que j’ai toujours dit Pierre DuRdan. Pourtant nous avions aussi les chanteurs des rues et la pièce était envoyée et je descendais vite fait pour acheter les paroles. Maman chantait toute la journée, ma Mémé aussi, ma marraine sifflotait, mon père sifflait comme un merle, les 38 tours en étaient rayés à force d’écoute.
    Mon père, comme le tien, était fou de photos et aussi de films. Il a fabriqué son premier projecteur avec des boîtes de conserves, pas d’argent à la maison.
    Nous avons toujours les films conservés dans les grandes boîtes rondes alu et mon époux les a fait numériser.
    Il y a peu de temps, j’ai dit qu’il fallait que je me remette à l’écriture pour parler de mon enfance qui a été une enfance heureuse, même si … c’était une période difficile comme toute période de guerre.
    Tu as encore une belle page blanche à remplir même si tu te tourmentes un peu. Pour une part, je pense, c’est normal, pour le reste, bien sûr que c’est difficile de « repartir », j’angoisse rien que d’y penser parfois !
    Gros bisous Quichottine. Plus un pour ton pied qui j’espère ne te fait plus souffrir.

  45. Durgalola

    Nostalgie qui prend en écoutant cette musique ancienne et me fait penser à papa qui aimait la musique. Quand il est mort nous avons mis à côté de l’urne une chanson de Rina Ketty.avec la naissance des jumeaux, je suis revenue aux souvenirs de mon enfance.
    Bon rétablissement. Bises

  46. Quel beau texte, Quichottine !
    Toute ton enfance encore vivante, et tes parents jamais morts en toi-même, qui chantent et nous sourient.
    Clopin-clopant, de photo en chanson, la mémoire nous conduit vers le passé, vers ce refrain d’éternité qui se tient quelque part dans nos âmes.

  47. Les photos ravivent les souvenirs et parfois , on reste perplexe. A-t-on été celle que l’on voit sur la photo?
    Des chansons nous ont accompagnés, elles nous sont chères, elles sont aussi un peu de nous. Mais, il faut avancer , et aimer le présent, il appartient aussi à notre histoire. VITA

  48. Si belle chanson…
    « Avec le temps tout s’en va… même les plus chouettes souvenirs… » C’est souvent cette chanson-là de Léo Ferré qui me trotte dans la tête…
    Et aussi celle-ci : « ça commence comme un rêve d’enfant, on croit que c’est dimanche et que c’est le printemps… de Julien Clerc…
    Les chansons marquent nos moments de vie… sont attachées à nos joies, nos peines…
    Lorsque mon mari est décédé en avril 2016, je me passais en boucle « Après toi » de Christophe Willem…
    Merci pour ce bel article.
    Bisous Dame Quichottine

  49. Je me souviens de cette chanson. Il y avait « un poste » à la maison (je revois son emplacement dans la « petite cuisine ») mais les enfants n’y touchaient pas. Je crois que Maman aimait bien écouter les infos bien sûr mais aussi les chansons. C’était aussi l’époque de « la famille Duraton », et plus tard « Signé Furax ».
    Nous la taquinions quand on entendait Tino Rossi « c’est le copain de Maman »… Elle nous répondait « mais il chante juste ».
    Elle était très occupée avec ses 4 marmots, le 5e est venu presque 15 ans après moi. Ma grand mère était très présente, était la douceur même, mais nous lui obéissions au doigt et à l’œil 😉
    Bon courage Quichottine et maintenant, je m’en vais, clopin, clopant ^!^

  50. Non Quichottine, chez nous pas de chanson douce le soir, ce n’était pas une tradition dans la famille;
    En revanche j’aimais bien écouté Piaf et Brel étant gamine. A l’âge adulte, j’aime toujours autant même si j’ai rajouté Henry Salvador, Ferrat et d’autres.
    Clopin, clopant, tu as toujours mal au pied?
    Suivant les situations de la vie, il m’arrive aussi d’avoir des chansons en tête.

  51. J’ai grandi avec des chansons plein la tête, mon papa aimait chanter et la radio était souvent allumée . En grandissant j’ai gardé ce goût pour les voix , chansonnettes, belles chansons , airs lyriques , j’adore écouter chanter .
    Comme le dit si bien Nazim Hikmet:
    « Les chants des hommes
    Sont plus beaux qu’eux-mêmes
    Plus lourds d’espoir
    Plus tristes
    Plus durables
    Plus que les hommes
    J’ai aimé leurs chants
    j’ai pu vivre sans les hommes
    jamais sans les chants
    Il m’est arrivé d’être infidèle
    A ma bien-aimée
    Jamais aux chants que j’ai chantés pour elle
    Jamais non plus les chants ne m’ont trompé
    Quel que soit leur langage
    J’ai toujours compris tous les chants
    Rien en ce monde
    De tout ce que j’ai pu boire et manger
    De tous les pays où j’ai voyagé
    De tout ce que j’ai pu voir et apprendre
    De tout ce que j’ai pu chercher et comprendre
    Rien, rien
    Ne m’a jamais rendu aussi heureux
    Que les chants
    Les chants des hommes »

  52. Oh que je m’en souviens bien de cette chanson et elle me touche beaucoup, elle est si douce, Montand l’a chantée aussi, en effet, avec sa voix de velours… Je pense à mes parents !
    Merci pour ce rappel qui me fait chaud au coeur
    Bises Quichottine

  53. Coucou Quichottine
    Mes parents ne chantaient pas … Les enfants allaient se coucher après avoir fait la bise aux parents… Heureusement, j’ai su lire très vite et les livres me passionnaient ! Mon tout premier livre, hormis celui de lecture de l’école, a été « De la Terre à la Lune » de Jules Verne …. je devais avoir 7 ans ! Ardu ! Puis « Autour de la Lune » a suivi, forcément !
    Je ne connaissais que les comptines apprises à l’école…. puis vient l’âge de pouvoir monter sur la table de cuisine et mettre « Salut les Copains » à la TSF murale…. Ouf !
    Merci Quichottine pour ce beau partage émouvant
    Bisous

  54. Une note très dense et très riche. J’avoue que cette chanson ne me parle pas trop, mais il y en a tant d’autres qui me rappellent des souvenirs et des moments importants.
    Et même quand la mémoire s’en va, les chansons restent, ils le savent bien dans les maisons de retraite…
    Quant à toi, j’espère que tu vas clopiner de moins en moins, et passer à une autre chanson bientôt. Peut être « Alors on danse ! » 😉

  55. Très en retard dans mes lectures, une grippe qui vient de transformer en infection pulmonaire!…bon, il faut faire avec…
    ****
    J’aime beaucoup ta page!
    Moi, je me souviens de mon papa qui jouait de l’accordéon en chantant les chansons de Rina Ketty, Berthe Sylva et d’autres chanteurs qu j’ai oubliés…
    Il y avait en particulier
    Les roses blanches
    Un gamin de barrière…
    J’ai d’ailleurs fait un poème en ce sens à mon papa quand il était malade…http://marie-aupaysdesimagesetdesmots.blogspot.fr/2010/06/papa-cest-dimanche-aujourdhui.html
    Merci pour ce beau partage

  56. Je n’ai jamais entendu chanter ma mère, mais elle m’avait dit, qu’étant jeune avant son mariage, elle chantait admirablement. « Le temps des cerises » était l’une de ses chansons favorites. Mais je n’ai jamais été bercée par des chansons. Tout du moins, je n’en ai aucun souvenir.
    Pour ma part, j’ai toujours aimé la musique et les chansons. Dès mon adolescence, j’ai eu un tourne-disque (comme on disait) et je n’ai cessé d’acheter des 45 tours et même des 33 tours. Je les ai gardés en ayant un grand stock. Puis ce fut les CD, les cassettes, et là aussi, j’en ai un grand stock. J’aime presque tous les genres de musiques et ne pourrais me passer d’entendre des chansons. C’est surtout le rythme qui me plaît et souvent je danse sur les morceaux. En voiture, la radio « Nostalgie » est ouverte dès que la voiture est démarrée.
    La musique, c’est vital chez moi.
    Voilà ce que m’inspire tes écrits.
    J’espère que tu n’es plus trop « clopin-clopant » !!
    Bises et bonne fin de journée Quichottine !

  57. Bonsoir Quichottine , que de nostalgie dans ce joli billet !
    J’ai peu de souvenirs enfant mais j’ai la chance d’avoir encore mes parents à qui je pose plein de questions ! Les photos qui sont également nombreuses chez nous me forgent en fait ces souvenirs…
    Je regrette de ne pas avoir ne serait ce qu’un film , les enfants d’aujourd’hui ont beaucoup de chance !
    J’ai quelques chansons en tête mais plus récentes je devais avoir 7 ou 8 ans …
    J’espère que tu vas mieux Quichottine , prends bien soin de toi
    Je t’embrasse et encore merci pour ce partage de ton passé présent !
    Belle soirée

  58. j’espère que je ne suis pas la seule à qui cette chanson ne parle mais merci de me la faire connaître bisous et bonne journée

  59. Je connais très bien cette chanson, de même que celles de Montant et jean Sablon (le crooner des années 50) je les ai entendues maintes et maintes fois – pas celle de Sablon, car trop loin dans le temps, mais il avait aussi un répertoire que les autres ont repris..) et pour ce qui est de clopin-clopan, je pense que cela fait aussi référence à ton petit accident de pied, avec ta fracture…oui tu devais marcher clopin-clopan hi hi…Bises Quichottine et bon week-end