5 décembre, Reuilly

La journée avait mal commencé. Nous étions en retard, et j’ai horreur, depuis toujours, de ne pas respecter les horaires.

Mon père, d’aussi loin que je me souvienne, disait et répétait à qui voulait bien l’entendre, sans que nous ayons jamais osé lui dire qu’il radotait un peu…

“Avant l’heure, c’est pas l’heure ; après l’heure, c’est plus l’heure.”

Mon père n’avait sans doute jamais lu Jules Jouy et j’avoue que je n’ai découvert que récemment son existence. Il est pourtant à l’origine de cette heure si importante de mon enfance, celle où nous devions partir, toutes affaires cessantes, sans même achever notre ouvrage, parce que…

“L’exactitude est la politesse des rois.”

Encore une autre citation, de Louis XVIII cette fois.

J’aurais pu lui rétorquer que nous n’étions pas des rois… mais j’aurais reçu en réponse un châtiment tout à fait mérité et que nul n’oserait infliger aujourd’hui sous peine de se voir assigné au tribunal par des enfants bien au fait de la législation…

Ceux qui habitent en Région Parisienne et doivent emprunter chaque jour le “RER A” le savent… il y a si souvent des perturbations sur la ligne que même certains employeurs hésitent désormais à donner leur chance à ceux qui doivent utiliser ce “transport en commun” pour se rendre sur leur lieu de travail.

Moi… j’avais oublié, mais, pas tout à fait. Je m’étais donné une marge d’erreur… qui a été largement dépassée.

Un bus bondé, un quai tellement plein que j’ai eu peur de ne pas pouvoir entrer dans le wagon, que nous avons longuement attendu, subissant des annonces pourtant pleines d’optimismes de la part des agents…

Le RER ne manquerait pas de nous conduire… jusqu’à la station “La Défense”, aux portes de Paris, car un train en panne ne permettait pas d’aller plus loin…

110518_La_defense_RER

Oups… Imaginez ce temps qui passe…

Monter dans le wagon, finalement, se trouver pressés comme des sardines en se demandant s’il ne faudrait pas un apport supplémentaire en oxygène pour que tous survivent…

L’imprévu : un malaise dans un autre wagon, un arrêt dans une gare où nous ne devions pas nous arrêter, le temps que les pompiers récupèrent le malheureux passager…

Et puis… le départ annoncé, un autre arrêt entre deux gares…

Le RER précédent n’avait pas pu repartir…

“Le changement de conducteur est en attente d’une arrivée retardée…”

Il faut que vous sachiez qu’entre Cergy et Paris, les trains changent de conducteur, parce qu’une partie du trajet est assurée par des conducteurs SNCF et l’autre par ceux de la RATP…

Absurde et pourtant tellement complexe qu’aucune solution n’a encore été trouvée.

Finalement… un mal pour un bien, notre train nous conduira jusqu’à la station désirée, dans l’est parisien.

Joindre à pieds ensuite l’espace Reuilly, dans le douzième arrondissement, merci à la Municipalité qui a permis que se tienne cet événement.

En retard, en retard… me voilà devenue le Lapin blanc d’Alice et j’ai du mal à réaliser que j’ai raté l’introduction, et une partie de la première intervention.

Je reprends mon souffle…

Mon époux est à mes côtés, comme toujours, et je puise dans sa présence la force d’écouter.

(à suivre)

46 réponses à “5 décembre, Reuilly

  1. Coucou Quichottine… quand on dit c’est toute une expédition on évoque l’aventure mais pour les navetteurs c’est le lot quotidien… métro boulot, contents d’être au dodo le soir… 😉 bises, jill

    • Quichottine

      Je suis d’accord… mon lit fut le bienvenu ce soir-là. 🙂
      Bises et douce journée jill.

  2. Quelle chance j’ai de ne pas avoir à affronter tous ces désagréments! Un petit bouchon et je râle déjà!…
    Et puiser dans la force de quelqu’un est réconfortant. Bonne journée Quichottine.

  3. Oh j’imagine que bien des gens devaient être en retard ce jour-là, avec les sempiternels retards des transports en commun sur cette ligne, ainsi que sur d’autres…
    Tiens, l’Espace Reuilly, c’était non loin de mon quartier…

  4. Coucou ma Quichottine.
    Ton papa utilisait la même phrase que le mien..!
    Pas facile de circuler en ce moment en région parisienne et les transports en commun, j’en ai horreur, sont toujours bondés. Ta ligne de RER A n’avait pourtant pas subi les dysfonctionnement des derniers jours de la ligne du RER B.
    A suivre donc, nous attendons.
    Bises et bon lundi

  5. dysfonctionnement avec un S à la fin !

  6. Je connais bien cela c’est pour cela entre autres que je prends chaque jour le taxi pour aller a l’hôpital où je ne peux être en retard chaque jour. C’est de pire en pire. Bisous

  7. J’aurais presque envie de rire si ce n’était hélas qu’une rare manifestation de ce temps perdu dans les transports en commun. Mais des amis de la banlieue parisienne me racontent tellement d’anecdotes insupportables à ce sujet, que toute envie de rire me quitte quand je pense à ce que tous ces travailleurs et autres voyageurs sont obligés de subir pour arriver à leur destination finale (et bien sûr je n’évoque même pas les mouvements de grève). Que dit le proverbe déjà : « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ». Mais ça, c’était avant, avant les transports en commun !
    Mais bon, j’attends la suite avec patience Quichottine et je t’embrasse…

  8. L'Espigaou

    Je peux rajouter en ce qui concerne l’heure.
    L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, ton papa a du te le dire aussi.
    As-tu déja pris le métro aux heures de pointe gare de Lyon?
    Un jour j’avais pu rentrer dans le métro oui mais le pan de mon manteau était resté en dehors coincé dans la porte.
    A l’arrêt suivant j’ai pu récupérer mon manteau entier.
    J’attends la suite, vite, vite….
    Passe une belle journée
    Je t’embrasse fort
    Maryse

  9. N’ayant aucun moyen de transport, Je suis heureuse de ne pas habiter la région parisienne et j’y vais très très rarement, j’ai la phobie du métro

  10. Tu peux m’emmener où tu veux mais je panique plutôt dans le RER et le métro n’en parlons pas. Je suis vraiment une fille de la campagne 🙂 Je préfère vraiment me véhiculer par mes propres moyens….
    Douce journée et GROS BISOUS ma Quichottine.

  11. voilà… il faut être rudement motivée maintenant pour aller à Paris…ma claustrophobie aidant je n’y vais qu’en de rares obligations !
    bravo d’avoir le courage de ce déplacement Quichottine
    gros bisous

  12. Coucou Flipperine, il y a quasiment tous les jours, si je comprends bien, des perturbations sur les RER A, B et C ! Joies des déplacements en Ile-de-France … Enfin, vous êtes arrivés, même en retard ! Bises.

  13. Oh oups, coucou Quichottine ! Pardon ! Pensais-je aussi à Flipperine en t’écrivant ? Je ne sais, mais si elle lit, je lui fais coucou en passant.

  14. A la lecture de ce billet je savoure la chance de ne plus habiter en région parisienne… loin des embouteillages et de la pollution/. Ce matin beaucoup m’ont fait remarquer que mes beaux lichens sont la preuve qu’il n’ y a pas de pollution dans ce coin du Limousin!
    Bises
    Dany

  15. Consideration sur le temps :
    Ceci ne vaut pas pour les gens en retard ponctuellement sans que ce retard puisse leur être imputé .
    Par contre, je n aime pas les retardataires habituels ( sous prétexte que les autres étant ponctuels ils n’auront pas à attendre eux !); et je pense qu’en plus de ne pas respecter les autres, ils s’accordent une importance qui n’est pas justifiée.
    Avec ces gens là, après l’heure + 10 minutes , je m’en vais , même s’ils s’en étonnent la 1ere fois .
    les fois suivantes … ils se donnent les moyens d’être à l heure au rendez vous .
    Comme quoi , il faut éduquer les gens !

  16. Je déteste également arrivée en retard, mais ce ne doit pas être si facile de tout anticiper là où tu habites ! Que je suis bien à la campagne…! Heureusement, tu étais accompagnée de l’essentiel 🙂

  17. En Province aussi on a des désagréments avec les transports en commun et en plus il n’y a pas d’autres solutions que les TER pour se déplacer sans on n’est pas véhiculé. En lisant ton billet, cela m’a rappelé tout un tas de souvenirs de ma vie d’autrefois, en région parisienne, lorsque je prenais les transports en commun et que soudainement on apprenait que l’on ne pouvait pas rentrer chez soi en empruntant les transports…
    C’est désagréable d’arriver en retard, j’attends la suite de ton récit…
    Bonne fin d’après-midi

  18. Pauvre de vous ! Quel bazar la circulation dans Paris. Cela l’était déjà à mon époque et c’est certainement de plus en plus. Bon, à deux, c’est quand même moins stressant. Mais oui, mon père disait aussi ces deux phrases et je les dit aussi ! Comme quoi …
    Bisous Quichottine

  19. Coucou Quichottine,
    J’aime aussi être à l’heure, pour moi c’est du simple respect de l’autre.
    En te lisant, je me dis que je ne suis vraiment pas mécontente de ne plus être confrontée à cela depuis 22 ans, rien que d’y repenser, je me sens mal 😉
    Bises et bonne journée

  20. Pour une Suisse (comme moi en moitié) être en retard n’est pas acceptable….Mais je présume que vous ne pouvez pas partir 3 heure avant en prévision des retard des transports qui soit dit en passant sont vraiment en dessous de tout en France car toujours en retard! C’est ça qui est inacceptable de leur part surtout et avant tout car c’est un service qui se veut public et qui, est payé par des usagers qui perdent eux leur emplois!..ça tu vois ça me révolte. Mais bon je suis hors sujet. Bisoussssss

  21. Oups…J’en suis toute essouflée ……
    J’avoue ne pas connaitre ces desagrements et je ne vais pas m’en plaindre …
    Bien sur j’attends la suite ..
    Bises Quichottine

  22. Mistigris34

    ah oui vive la campagne où l’on va tranquille (enfin presque) !
    mais ces phrases on les dit souvent aussi, nous avons appris en effet à respecter les autres
    alors pour les rer et metro c’est pas pour nous çà, d’ailleurs si tu regardes les gens ils font tous la gueule !!! pas étonnant donc !
    bonne fin de journée à toi, j’attends sagement la suite….
    Bisous, MIAOU !!!!

  23. Je déteste comme toi être en retard. Je préfère arriver bien en avance, mais là vus étiez tributaires des transports en commun. Bisous

  24. J’ai cru à Reuilly dans l’Indre ..c’est là que réside ma fille

  25. Éternels désagréments de la région parisienne, je suis si contente de ne plus avoir à en subir ces fâcheux inconvénients !!!

  26. Je connais bien cette ligne. Pas toujours commode !

  27. Quelle expédition….Enfin, tu t’en es sortie , avec une histoire-sourire. Bonne journée plus reposante VITA

  28. Quelle histoire…tout ça pour finir par arriver en retard. j’avoue que cela m’aurait fait râler !Et tu devais être épuisée, arrivée au soir car j’imagine que le retour n’a pas été de tout repos. Quand je pense que tant de gens vivent ça tous les jours pour aller travailler…Quelle vie quand même. En Province on fait beaucoup de kilomètres en voiture, mais on arrive encore à éviter le pire sauf à l’entrée et la sortie des villes. Tant pis pour l’introduction ! J’attends la suite…bisous et une douce soirée

  29. je suis presqu’ une maniaque de l’heure : déformation professionnelle acr l’heure de prendre les élèves ne pouvait pas être déplacée! Les retards me stressent au plus au point . Heureusement que je ne travaillais pas dans la région parisienne . Je me souviens d’avoir été bloquée dans ma voiture 4h à cause d’une manif d’agriculteurs , j’enrageais!
    Bises Quichottine

  30. mireille du sablon

    …quand je pense que mon fiston subit au quotidien ( ou presque) ce genre d’aventure, je comprends mieux qu’il ait envie de se reposer quand il vient à la maison ( en Lorraine)!
    Gros bisous du soir de Mireille du Sablon

  31. La vie parisienne est stressante! J’ai entendu à la télé qu’il y a des perturbations ces jours-ci sur les lignes. C’est là qu’on apprécie la vie campagnarde,qui pourtant, présente quelques inconvénients aussi . Mais bon, tu es arrivée à bon port !
    Bisous

  32. ahlala, pas de chance, je suis bien contente de ne pas habiter Paris ! Moi non plus je n’aime pas arriver en retard
    J’espère que tu n’as pas trop manqué de la conférence
    bisous

  33. Ces transports-ci ne transportent pas de joie, n’est-ce pas ? 😉
    J’en arriverais presque (?!) à aimer ces tracteurs et autres engins agricoles qui me permettent de ronger mon frein sur les 23 km qui me séparent de la « grande ville » certains jours de rendez-vous !

  34. Je préfère être en retard dans ce monde qu’en avance dans l’autre! Quant au métro ,je le prends rarement! J’ai la sensation d’étouffer!
    Vivement la suite Quichottine:-))

  35. Je n’ai jamais eu à utiliser les transports publics mais ce que j’en entends ou lis me conforte dans l’idée que j’ai beaucoup de chance de n’avoir jamais habité en RP. lolll
    Quelle galère, mais raconté par toi, ça deviendrait presque amusant. 😉
    Bonne fin de semaine … Encore !
    Le temps passe tellement vite que je n’ai plus le temps de rien faire … 😳
    Bisoux doux, ma quichottine

  36. Tu racontes avec beaucoup de talent « une aventure » qui hélas se renouvelle trop souvent!

  37. Inutile de te dire que ton récit m’évoque des souvenirs du même genre et que j’hésite de plus en plus à aller à Paris car en voiture c’est galère aussi assez souvent ne serait-ce que pour se garer mais pas que. Mais il faut croire qu’il y a pire puisque les medias évoquent la ligne B bien plus souvent que la ligne A.
    bises et belle journée

  38. Avant l’heure c’est pas l’heure, Après l’heure c’est plus l’heure…

    Précepte aussi de mon père si bien ancré en moi qu’il est devenu mien.

  39. En ce moment, il n’y a pas que sur cette ligne que les retards sont fréquents. Mais évidemment être serré en sardine dans ces boîtes à transport n’a rien de réjouissant.
    Il y a un déficit des transports partout en France, et on voudrait que beaucoup abandonnent la voiture.
    Je crois qu’il aurait dû encore s’arrêter pour moi, je suis claustrophobe dans ces cas-là, il est fort possible que j’eusse hurlé.

  40. Coucou Quichottine ah combien j’ai entendu mon grand-père qui était aussi d’une exactitude féroce… et je suis devenue comme lui. S’il me voit de la-haut il doit être fier de moi.
    Hi hi vous étiez pressés dans le wagon dans tous les sens du terme.. cela me rappelle aussi des souvenirs de la vie parisienne. Bon tu en as raté un petit bout… avec ton cher et tendre je sais que tout s’arrange.
    Belle fin de semaine et plein de bisous de Villasavary
    chatou

  41. Et dire que c’est le quotidien de beaucoup :-/
    Bon We Quichottine

  42. et dire que trois ou quatre voiture à la queue leu leu et déjà on rouspété dans notre petite ville et si par hasard il tombe quelques flocons de neige c’est la panique totale mais ….Paris a son charme que je ne retrouve pas ici !

    grosses bises

  43. PS …tu peux rajouter un S à voiture et pour le reste je te fais confiance ? Lol! jamais tu ne relis Eglantine ? …Heu ….non jamais

  44. Les transports en commun c’est tout une aventure, c’est pas drôle pour ceux qui doivent le prendre tous les jours.

  45. Je prends rarement le train, mais à lire les infos sur notre quotidien régional, c’est la galère tous les jours pour les banlieusards qui empruntent la ligne Paris-Est vers Château-Thierry et la ligne Paris-Nord vers Villers-Cotterêts et Laon. Gibier sur les voies, suicides, feuilles mortes ou arbres cassés sur les rails, trop grosse chaleur ou froid trop intense, … Des excuses qui s’allongent et pendant ce temps, des voyageurs qui subissent ces tracas tout en ayant pris des abonnements pour des services de trains n’arrivant pas à l’heure ou supprimés. C’est une honte ! Il n’y a pas que les TGV sur rails !!!! Les lignes secondaires sont délaissées. Il y a de quoi « péter un câble » , non.
    Heureusement que je ne vais pratiquement jamais à Paris et habite à la campagne où je me trouve très bien.
    Bises du jour Quichottine !